Version classiqueVersion mobile

La croissance périphérique des espaces urbains

 | 
Guy Di Méo

Introduction

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d'années, la croissance des villes françaises se caractérise par un véritable éclatement géographique de leurs limites. Tout un vocabulaire, soit ancien - nouvelles banlieues, suburbanisation-, soit récent et plus barbare - "rurbanisation", "naturbanisation"... -, s'efforce de définir un phénomène qui dépasse les frontières de notre territoire et que les chercheurs ont trop souvent réduit à l'analyse de la diffusion de l'habitat individuel dans les couronnes péri-urbaines, ou à l'observation du repeuplement des communes rurales à la périphérie des agglomérations. Certes, quelques interprétations générales, plus soucieuses de repérer de fructueuses continuités diachroniques que de spectaculaires mais illusoires ruptures, ont montré de quelle façon cette nouvelle croissance externe des villes, amorcée avec les années 1970, s'articule aux périodes précédentes de forte croissance économique et de "révolution urbaine". De fait, au cours des années 1960, le redéploiement spatial des activités, comme l'émergence de nouveaux rapports géographiques entre les bassins d'emploi et les aires résidentielles, ont incontestablement préparé les formes récentes et actuelles de la croissance périphérique.

2Si ces nouvelles modalités de l'expansion urbaine ne se dissocient pas des processus plus anciens qui les ont précédées, elles ne doivent pas être isolées, non plus, des contextes socio-économiques, généraux ou particuliers, qui les ont engendrées et qui les gouvernent. Qu'il s'agisse du système englobant propre à la formation sociale nationale, ou de ses multiples variantes régissant les destinées parfois contradictoires des nombreuses formations socio-spatiales qui découpent l'espace français et expriment ce fait essentiel : la localité.

3Le choix des champs d'études que nous avons opéré dans les deux essais qui suivent ; celui, d'une part, de deux catégories hiérarchiques d'unités urbaines - deux petites villes et une ville moyenne-, celui, d'autre part, de deux petites villes béarnaises - Oloron-Sainte-Marie et Orthez - aux structures socioéconomiques dissemblables ; soulignent assez notre souci d'éclairer l'étroite relation existant, à notre avis, entre un tissus social spécifique et la croissance de son espace.

4Par ailleurs, la multiplicité et la confusion des expressions qualifiant la croissance périphérique des agglomérations nous imposent de définir notre propre terminologie en ce domaine. Nous n'entrerons pas dans la querelle consistant à se demander si le terme "péri-urbanisation" ne s'applique qu'aux zones de contact entre la campagne et les premières manifestations de la diffusion d'un habitat à vocation urbaine - idée d'une troisième couronne spécifique, surtout lisible autour des grandes agglomérations-, ou s'il décrit les "nouvelles banlieues" produites au-delà des secteurs d'habitat collectif, majoritairement conçues sous la forme d'habitat pavillonnaire ou de "nouveaux villages" et de "nouveaux hameaux"... En fait, notre analyse des périphéries urbaines et de leur croissance se situe moins dans les limites géographiques ou morphologiques du phénomène que dans les processus qui le caractérisent et nous renvoient à un moment du mode de production de l'espace urbain.

5Parmi ces processus qui orchestrent la propagation de l'espace urbain/péri-urbain, il nous fallait, là aussi, faire un choix de recherche. Plus que les modalités de production du logement déjà bien connues, ou que les caractéristiques fonctionnelles et économiques qui sous-tendent l'expansion périphérique, nous avons surtout abordé, aussi bien dans la couronne paloise qu'autour des petits centres d'Oloron-Sainte-Marie et d'Orthez, les questions foncières, reflets de cette substitution essentielle de l'espace urbain aux terres agricoles, sans omettre tous les enjeux économiques, politiques et idéologiques qui escortent et dramatisent ce transfert ! Autour de Pau, nous avons mis l'accent sur la "péri-urbanisation stricto sensu", nous nous sommes efforcés d'éclairer les facteurs du développement nullement monolithique, mais au contraire extrêmement varié, multiforme, d'une couronne urbaine externe qui se dessine aux marges de l'agglomération. Nous avons démontré de quelle façon la stratégie terrienne des agriculteurs, elle-même fonction de leur capacité socio-économique à résister et à agir, conditionne en ces lieux l'équilibre toujours fragile du rapport ville-campagne. A l'orée des petites villes - Oloron-Sainte-Marie et Orthez-, nous n'avons, et pour cause, pas réellement distingué urbanisation et péri-urbanisation, tant à cette échelle l'unité des processus de croissance éclate au grand jour et rend vain le débat sur de subtiles distinctions génétiques à l'intérieur d'un mouvement unique et synthétique aux formes différenciées : la croissance périphérique... Grâce au rétrécissement spatial que nous procure la petite ville, c'est en définitive l'étonnante globalité de la croissance urbaine qui se dévoile. Dès lors, on ne saurait expliquer le dynamisme ou la paresse de la péri-urbanisation, la sélection des espaces à laquelle elle procède, les tris sociaux qu'elle effectue, les recompositions fonctionnelles qu'elle suscite, voire la concurrence qu'elle oppose à la croissance interne - rénovation, réhabilitation, urbanisation interstitielle... - des villes, sans se référer à l'organisation de la formation socio-spatiale locale, de son infrastructure géoéconomique à sa superstructure idéologique et politique, ainsi qu'aux rapports qu'elle entretient avec la formation sociale nationale : la part plus ou moins cruciale des effets exogènes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 606k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search