Version classiqueVersion mobile

Le péri-urbain en Aquitaine

 | 
Pierre Guillaume

III - Le péri-urbain et la société globale

Nouvelles structures psychosociales et périurbanisation

Dolorès de Bortoli, Pascal Palu et Marie-Paule Ruscassie

Texte intégral

  • 1 PLAN URBAIN.- « Connaissance des agglomérations et des facteurs de leur évolution » – MUL/MIR-1983
  • 2 ION.- « Production et pratiques sociales de l’espace du logement » – CRESAL-1974.

1Dans son discours introductif au Plan Urbain1, Monsieur QUILLIOT, alors Ministre de l’Urbanisme et du Logement2, dit :

« Les raisons économiques directes auxquelles le contexte de crise mondiale donne une résonnance particulière ne doivent pas nous faire oublier des raisons plus profondes, d’ordre social, culturel et finalement de civilisation, qui correspondent à la recherche d’un nouvel équilibre dans notre société...

Réconcilier les Français et la ville correspond à une nécessité profonde... Le développement du sentiment d’insécurité en ville comme les problèmes graves de dégradation et de violence... doivent nous rendre attentifs à la fragilité de certaines situations. Deux aspects des menaces que l’on peut déceler doivent être soulignés :

  • l’exode de certaines populations urbaines vers la maison individuelle en périphérie ne peut se poursuivre à l’infini. Il a créé, nous le découvrons aujourd’hui, autant de problèmes qu’il en a résolu. Nous ne pouvons pas courir le risqua ni supporter le coût économique et social d’un second mouvement de transfert vers les périphéries urbaines, qui conduirait beaucoup de quartiers et de villes existantes à une situation de crise aigüe ;
  • par ailleurs, le développement rapide des nouvelles technologies de transmission de l’information, comme le sentiment d’insécurité et d’autres facteurs, fait apparaître le risque à long terme de voir se développer une civilisation de « l’enfermement », conduisant à un repliement sur le domaine familial du logement, à un affaiblissement du réseau des contacts sociaux qui font la valeur de la civilisation urbaine, à une marginalisation croissante des minorités de tous ordres. « Nos maisons ne sont faites que pour en sortir » a dit Paul ELUARD.

Comment retrouver la vie conviviale à tous ? Comment utiliser le développement rapide des nouvelles technologies pour redonner un sens à cet ensemble vivant qu’est la ville, pour maîtriser son développement et son coût, pour servir de tremplin à un renouveau des contacts humains directs et de la vie économique et sociale locale au niveau de groupes de taille humaine. C’est là un des défis majeurs auxquels se trouve affrontée la civilisation occidentale et qui nous impose, au-delà de toutes les actions déjà engagées, un effort de recherche et d’expérimentation systématique ».

2Ce discours, comme celui de Monsieur CHEVENEMENT qui l’accompagne, pose clairement comme :

  • processus : la civilisation urbaine et en particulier la maison individuelle en périphérie ;
  • conséquence de ce processus : le développement d’un sentiment d’insécurité, de dégradation, de violence, la fragilité de certaines situations, la marginalisation de certaines minorités, le coût économique et social ;
  • objectifs : de réconcilier les Français et la ville, c’est-à-dire de « prévoir et de maintenir le développement de ce qui sera le cadre de vie de la grande majorité des Français » (J.P. CHEVENEMENT).

3Ce discours s’articule ensuite sur la problématique suivante :

  • l’exode de certaines populations urbaines vers la maison individuelle en périphérie ne peut se poursuivre à l’infini, car elle fait courir à court terme un risque économique et social et à long terme le risque de développement d’une société de « l’enfermement » ;
  • or la ville est un ensemble vivant qui a perdu son sens et il faut lui redonner un sens. Comment ? Par le développement rapide des nouvelles technologies, il s’agit de maîtriser le développement urbain et les coûts, de permettre un renouveau des contacts humains directs, de servir de tremplin à une vie économique et sociale à l’échelle humaine.

4On comprend dès lors très bien le sous-titre du Plan Urbain : « Appel d’idées préparatoires à la définition de programmes localisés ».

5Voilà bien une démarche, on ne peut plus classique, de l’institution politique et dans laquelle s’inscrit, il faut le garder présent à l’esprit, la recherche sur l’environnement péri-urbain dans l’agglomération paloise.

6Ceci nous amène à la nécessité de comprendre dans quelle logique on nous demande plus ou moins de nous situer.

1 - QU’ATTEND-ON DE NOUS ?

7Il faut pour cela nous resituer tout d’abord dans la logique historique qui a donné naissance au présent dans lequel nous évoluons.

1.1. - De la « société rurale » à la « société post-industrielle »

  • 3 GRANOU.- « Capitalisme et mode de vie » – CERF - 1974.
  • 4 TOURAINE. - « La société post-industrielle » – DENOEL-GONTHIER - 1969.

8Tout commence par le passage de la société dite « rurale » à la société dite « industrielle »34.

9Cette dernière est fondée sur la production de « richesse » sur la base de l’exploitation de la force de travail (cf. MARX). Pour y parvenir, il faut délocaliser la société existante afin d’avoir un contrôle plus efficace de la force de travail. Par la ville, c’est-à-dire par l’agglomération des hommes sur le lieu de production, on aboutit à un processus de déculturation/acculturation de la société « rurale ».

10Les conséquences d’une telle évolution sont nombreuses. Par l’urbanisation, l’idéologie industrielle remplace progressivement les genres de vie par les niveaux de vie (20).

« Le déclin des milieux et des genres de vie traditionnels, des classes sociales en tant qu’entités culturelles est un aspect de la formation d’une civilisation industrielle dont chaque élément est défini, non plus par son histoire et son essence propres, mais par sa place dans un système. Ce n’est plus la nature sociale qui est au centre des préoccupations du pouvoir, mais l’action sociale » (20).

11Le centre de vie n’est plus la communauté villageoise, ce doit être, c’est essentiellement la communauté au travail.

12Or, à partir des années 1920 aux USA jusqu’en 1945-1950 en Europe, ce système effectue une mutation, car la « grande crise » a révélé que la production de « richesse » sur la seule base de la force de travail ne suffit plus. Le système industriel s’organise dès lors sur le mode de la production de masse. Pour cela, il s’agit d’orchestrer non plus la seule force de travail mais aussi sa reproduction, car c’est d’elle que peut venir désormais la production de « richesse ».

13Pour ce faire, on assiste progressivement à une interpénétration avant tout idéologique mais aussi économique du Capitalisme et de l’Etat : la société « post-industrielle » est née.

  • 5 LASCH.-« Le complexe de Narcisse » – LAFONT-1980.

14Elle se caractérise, au niveau décisionnel, par la naissance de la technocratie, symbiose entre le vouloir faire capitaliste et le vouloir faire étatique ; au niveau organisationnel, par le déplacement des rapports de domination de l’usine vers le bureau, la bureaucratie, seule entité capable de contrôler à la fois la sphère du travail et de sa reproduction5 ; au niveau idéologique, par la promotion de l’individualisme, tant dans les comportements que dans la parcellisation des temps et des espaces (travail, hors-travail par exemple).

  • 6 TRASHMAN. - « Mass-media et pratiques urbaines » – ESPACE ET SOCIETE - 1972.

15De la ville intra-muros comme agglomération des hommes afin de contrôler la force de travail, on passe à l’extension des périmètres urbains, à la péri-urbanisation, comme champ de contrôle possible de la reproduction de la force de travail. Enfin, pour pouvoir, dans ce champ, promouvoir sans cesse de nouveaux besoins pour créer de nouvelles sources de profit, l’institution ajoute à ces appareils économique et étatique, l’appareil des medias6.

16C’est dans le droit fil de cette évolution que sont peu à peu produites un certain nombre de procédures :

  • d’abord, l’aménagement du territoire consiste à découper le territoire national en entités régionales centrées autour de métropoles dites « d’équilibre »7 ;
  • puis la loi d’orientation foncière descend d’un échelon en organisant la prévision et le découpage des territoires communaux (SDAU, POS,...) ;
  • par ailleurs, afin de pallier les carences de « l’équilibrisme » régional, des « contrats de pays » sont mis en place ;
  • on descend ensuite un nouveau cran en promulgant des interventions de plus en plus fines : Plan d’Action Prioritaire (P.A.P.), Aide Personnalisée au Logement (A.P.L.), etc...
  • enfin dernièrement, on « décentralise ».
  • 8 REMY.- « Structure spatiale et structure sociale » – CSO - 1974.
  • 9 SANSOT.- « L’espace et son double » – CHAMP URBAIN-1978.

17A travers cette succession de textes visant à gérer l’urbanisme, force est de constater un net mouvement vers le local, l’humain, l’individu. Mais derrière ces lois, il faut bien voir qu’il y a constamment la production d’espaces supposés mono-fonctionnels8 et la tentative perpétuelle de fixation de l’espace social9.

18Aussi, tandis que dans la société industrielle, l’essentiel des conflits opposait le Capital au Travail, dans la société post-industrielle, la confusion de l’Etatique, de l’Economie et des Medias font que de plus en plus de conflits opposent décideurs et individus ou groupes d’individus (20).

19En quoi le présent s’inscrit dans cette logique historique ?

1.2. - Logique et Idéologie

20L’idéologie maitresse repose sur le postulat que de l’utilisation d’un objet nait nécessairement une satisfaction. Or, d’une part, la valeur d’usage d’un produit constitue en réalité le support d’une production de valeur d’échange (7), d’autre part la logique de l’individualisme est une logique de pouvoir (12). Dans son introduction à la Critique de l’Economie politique, Marx avait bien souligné que :

« ce n’est pas seulement l’objet de la consommation, mais aussi le mode de consommation qui est produit par la production et ceci non seulement d’une manière objective mais aussi subjective ».

  • 10 JALABERT, JAILLET.- « La production de l’espace urbain périphérique » – Colloque de Lille - 1981.

21Nous sommes actuellement dans une phase d’extension des rapports marchands à toute la sphère du hors-travail. Et la péri-urbanisation, entendons par là la dilution de l’urbain sous forme de maison individuelle en périphérie, est un des principaux supports de cette idéologie, présentée comme une autonomisation d’une fraction spécifique de l’espace urbain10.

  • 11 RAPOPORT. - « Pour une anthropologie de la maison » – DUNOD-1979.
  • 12 ION.- « Détermination historique et sociale des pratiques d’habitat » – Colloque de Montpellier - (...)

22Cette maison individuelle est proposée comme un espace distinct, support d’une pratique autonome (en particulier de la sphère du travail), comme le tremplin d’une possible réussite sociale : « L’intimité est en train de devenir un des symboles du statut social »11. Parce qu’elle est à la fois valeur d’échange et valeur d’usage, elle est institutionnellement chargée de symboles : histoire, individu, famille, territoire, nature, loisir, convivialité, modernité... Tous ceux-ci prétendent que la vie en société peut être indépendante des rapports de domination. Or nous savons que, sur l’essentiel, la logique économique tend de fait à envahir la sphère du privé12.

23Mais elle se heurte à un certain nombre d’écueils.

1.3. - Les limites

24Nous venons de voir que le moteur de la société post-industrielle dans laquelle nous vivons est fondée sur la « course aux objets », sur la société dite « de consommation ». Elle assujettit en fait la possession à l’apparence de la possession (12). Cette société « médiatisée » exaspère au bout du compte les frustrations, induisant par là un nombre croissant de demandes de « prise en charge ».

  • 13 DUPUY, ROBERT.- « La trahison de l’opulence » –PUF - 1976.

25Un premier danger est que « l’individu s’en remette de plus en plus aux institutions pour produire à sa place des relations qui sont normalement de son propre ressort »13. Le fantastique essor du travail social ces dernières années, de même que la croissance continue des dépenses de santé dans un pays comme le nôtre, peuvent en être des signes.

26Sur un autre plan, celui de l’économie, apparaît ici un second problème de taille, par l’exaspération des coûts sociaux induits, la demande de prise en charge constitue un contre-sens de plus en plus lourd pour la logique économique.

27Dernier écueil que nous aborderons ici et non des moindres : cette logique institutionnelle se heurte de plus en plus à des réactions qu’elle qualifie de marginalisation ou d’enfermement ou de comportements d’assistés. Et il est bien évident, du point de vue de l’institution, qu’il faut y remédier.

28Devant ces éceuils, face à cette crise de civilisation qualifiée de « recherche d’un nouvel équilibre dans notre société » d’une part, étant donné d’autre part que les formes de contrôle social que sont l’urbanisme et le travail social se révèlent non seulement insuffisants mais qui plus est producteurs de contre-logique, il faut aujourd’hui faire le point sur le pourquoi et le comment ; et la recherche est peut-être ce recours pour y voir clair, surtout à un niveau fin, pour dire le pourquoi faire et le comment faire.

29En regard de ce qu’on attend de nous, que nous proposons-nous de faire ? Notre objet de recherche est le champ social. Qu’entendons-nous par là ?

2 - LE CHAMP SOCIAL

  • 14 MAFFESOLI.- « La conquête du présent » – PUF-1979.
  • 15 GODARD.- « Demande sociale et silence des besoins » – Colloque de Montpellier-1978.
  • 16 GODARD.- « A propos des pratiques familiales » CERF - 1974.

30Il faut d’abord commencer par dire que l’idéologie dans laquelle nous baignons propose « une métaphysique de l’unité qui entend dépasser, voire dénier l’ambivalence dont est pétri l’individu et plus généralement le social »14. En effet, la vie concrète des individus et leurs problèmes réels d’existence ne sauraient se réduire aux problèmes des modalités de leur usage productif, aux seules formes individualisées de consommation1516. A ce titre, les pratiques sociales ne peuvent se résumer au seul espace de la sphère privée.

31Car le social est « un complexe où s’expriment des conflits de valeurs » (13). Toute structuration sociale passe par le jeu de la différence, « la socialité » (13). Pour s’exprimer, celle-ci a besoin de théâtres permettant une incarnation des représentations sociales, elle a besoin d’espaces.

32Nous touchons ici, à travers cette notion d’espace, une part importante du discours institutionnel, à savoir le local, l’échelle humaine. Derrière ces termes se profilent en fait les concepts de territoire et d’autonomie.

2.1. - Territoire, autonomie et institution

  • 17 BAILLY.- « Territorialité urbaine : réalité ou mythe des sociétés productivistes » – GEOPOINT-1982

33Comme le note Bonneville17, jusque dans les années 1970, la notion de territoire, et avec elle celle d’autonomie, était quasiment absente du vocabulaire des Sciences Sociales. Celles-ci portaient essentiellement leur attention sur le « macro » (structuralisme, systémisme, fonctionnalisme) et le général prétendait rendre compte du particulier.

34Aujourd’hui, le « micro » est à la mode.

35Il faut d’abord souligner que cet intérêt pour l’échelle humaine est bien en phase avec l’extension des rapports marchands à la sphère du privé et avec la sanctification idéologique de l’individualité.

36Ensuite, cet intérêt pour le local contient un certain nombre de dangers, outre celui de tomber dans l’excès inverse de la phase « macro » (expliquer le général par le particulier). Un des plus évidents est de parer le local de vertus exceptionnelles, d’en faire un monde en soi. Car dès lors, on tombe sous le sens de l’idéologie de l’enfermement contenue dans le discours de M. QUILLIOT. Or, ne faut-il pas penser que :

« Ce qui est risque d’enfermement aux yeux du politique est en réalité un scepticisme justifié à l’égard d’un système où le mensonge public est devenu endémique » (12) ; « ces réactions ne signifient-elles pas plus que les individus cherchent à maintenir le sens de leur vie personnelle, ces luttes ne traduisent-elles pas plus l’opposition de la vie privée à la pseudo-rationnalité derrière laquelle s’abrite le pouvoir ? » (20).

37Par ailleurs, les discours politiques de tous bords parlent aujourd’hui de crise, même de crise de civilisation. Or manifestement ceux qui détiennent les pouvoirs ne cherchent pas les moyens d’y remédier mais de lui survivre. Comment ? Grâce aux nouvelles technologies, par une meilleure connaissance de soi, par une meilleure maîtrise de son corps, c’est-à-dire par l’individualisation de l’économique, du spirituel et du corporel. Or si l’habileté à gérer les crises est aujourd’hui largement reconnue comme l’essence de l’art de gouverner, ne peuton pas cependant penser qu’on « cherche à instiller aussi un sens chronique de crise afin de justifier l’extension du pouvoir » (12).

38Face à cette praxis, c’est-à-dire face à cette opposition à la connaissance et à l’être, que pouvons-nous immédiatement répondre ?

  • D’abord que l’individu que le système de société actuel classe en rationnel ou irrationnel n’a en fait que la rationalité ou l’irrationalité que veulent bien lui porter ses théoriciens.
  • Ensuite que le sentiment d’insécurité, leitmotiv des discours politiques, ne sauraient être un pur produit de la psychologie individuelle car nous savons depuis longtemps que toute psychose est l’aboutissement de tout ce qui est inachevé et pervers dans le fonctionnement social tel qu’il est institutionnellement produit et organisé.
  • Ensuite que le loisir, en tant que mode, que spectacle, c’est-à-dire en tant que produit commercialisé et calcul rationnel et économique ne saurait être du loisir, car c’est à partir du moment où il « devient une forme d’évasion qu’il perd le pouvoir de la donner » (12).
  • Enfin que la désignation, le découpage fonctionnel et univoque de l’espace (le péri-urbain par exemple), apparemment cohérente, est irrationnelle, pour le vécu et la maison individuelle, présentée comme une entité appropriable et appropriée, ne saurait à elle seule signifier le territoire.

2.2. - Territoire, autonomie et social

39Essayons maintenant de préciser ce qu’est notre objet de recherche, compte-tenu du cadre que nous venons d’exposer.

  • 18 MOLES.- « Micro-psychologie et vie quotidienne » – DENOEL GONTHIER - 1976.

40Tout d’abord, « tout événement est situé dans le temps et l’espace »18 et c’est cet ensemble événement/temps/espace qui constitue l’environnement.

41Dans celui-ci, il faut parvenir à distinguer (et non séparer) ce qui procède de l’institutionnel de ce qui procède des individus et/ou des groupes sociaux en tant que vécu identitaire. Pourquoi ? Les événements produits, dans le temps et l’espace, par l’institution sont le produit d’une logique rationnelle, fonctionnelle et univoque. Face à « cette gestion de l’existence avant tout linéaire, planifiée, l’individu introduit la duplicité », c’est-à-dire « le moyen de mettre à distance les diverses idéologies du devoir-être », « de transformer son conditionnement extérieur pour le rendre vivable » (13).

42Face au découpage en tranches par le système institutionnel (politique, économique et média) du temps, de l’espace et des événements qui s’y déroulent, les individus et les groupes opposent la multiplicité et la pluralité. Ainsi, être autonome c’est jouer sur plusieurs temps et plusieurs espaces à la fois, jouer au sens de mettre en scène la différence.

  • 19 LAING.- « La politique de l’expérience » – STOCK-1969.
  • 20 BURLEN.- « La réalisation spatiale du désir et l’image spatialisée du besoin » – Espace et Société (...)

43Pour ce faire, « l’imaginaire », « le symbolique » constituent des modes d’expérimentation essentiels pour pouvoir « transformer le champ du donné en champ d’intention et d’action »19. Car c’est bien « l’espace symbolique qui articule l’espace réel, celui des pratiques »20.

44Le territoire social est donc fait de matières et d’images : celles que l’on s’en fait, celles que l’on donne aux autres. C’est « une multiplicité de points d’ancrage qui ne sont pas équivalents dans le temps et dans l’espace » (19). A titre d’exemple, dans sa « recherche du temps perdu et retrouvé », Proust nous montre combien « son » territoire est une coexistence de temps et d’espaces non point chronologiques et fonctionnels mais phénoménologiques et existentiels.

45Ces divers temps et espaces sont contrôlés ou à contrôler par le pouvoir, mais dans ceux-ci et hors de ceux-ci au besoin, « l’individu introduit l’incertitude et le pluriel là où le principal affirme le rationnel et l’univoque » (19). Le concept de territoire s’oppose donc à celui de code parce qu’il est

« quelque chose que nous fabriquons en partie, que nous subissons pour une autre partie, que nous phantasmons pour une troisième partie » (3).

46Ainsi, vu du point de vue social et non plus institutionnel, la société de l’enfermement dont nous sommes menacés n’est en bonne part qu’une production idéologique, bien évidemment chargée de négatif, tendent à masquer la vitalité du social face à une civilisation du « devoir-être ». Le repli sur soi n’est peut-être qu’une des formes de réponse du social pour résister à une logique d’enfermement, bien réelle celle-là, de la société par l’idéologique.

47La ville est vivante, dit M. QUILLOT, mais elle a perdu son sens. N’est-ce point plutôt le processus dans lequel nous sommes engagés qui n’en a pas, ou plus exactement qui est pauvre de sens. Je veux dire par là qu’il n’a pas de sens social mais seulement un sens économique, oubliant par là que l’économique ne saurait être l’essence de l’individu et des groupes.

2.3. - Le champ social

  • 21 PALMADE.- « Significations socio-culturelles de l’habitat comme structuration des pratiques et du (...)

« Il devient urgent de dépasser les considérations impressionistes sur la quotidienneté21 et de bien comprendre comment les agents sociaux organisent leurs propres conditions d’existence. Quels rapports subjectifs ils entretiennent avec elles, comment ils tentent de donner un sens à leur vie » (6).

48Nous sommes à la « recherche d’un nouvel équilibre de notre société » énonce le Plan Urbain (16) et de préciser que ce déséquilibre se traduit par un affaiblissement du réseau des contacts sociaux, par une marginalisation croissante des groupes, par un repli sur la sphère familiale. Voilà bien des considérations impressionnistes ! Car qui dit que ne sortons pas de nos maisons, qui dit que le réseau des contacts sociaux s’affaiblit, qui dit que de plus en plus ses groupes se marginalisent, qui dit que notre vie se réduit à la famille ? Le social ou l’institution ? Où est le déséquilibre ? Qui est à la recherche d’un nouvel équilibre ?

« La norme fonde la résistance au même titre que la résistance, fut-elle passive, fonde la norme en la refusant » (19).

49Dans ce dialogue de sourds entre le social et l’institution, affirmer un déséquilibre de la société ne sert-il pas plus à masquer un vide, que certains qualifient de social, d’autres de normatif, entre l’institution et le social.

50Toute vie sociale prend corps et sens dans la dialectique de trois pôles, dialectique au sens hegelien, c’est-à-dire dynamisme de la réalité qui évolue sans cesse de la même manière que la pensée.

51Le premier de ces pôles est constitué par le patrimoine social, c’est-à-dire par le capital culturel, symbolique et historique de la société ; le second par l’institutionnel dont la fonction est de prétendre organiser la société en se servant de certains éléments du patrimoine social ; le troisième enfin contient l’expérience sociale des individus et des groupes qui, à la fois, puisent de leur côté dans le patrimoine social et sont l’objet de messages produit par l’institutionnel.

52L’expression sociale qui en résulte conjugue, dans ses pratiques d’espaces, message social, message institutionnel et message individuel. C’est cette conjugaison complexe, exprimée socialement, qui constitue ce que nous appelons le champ social et qui est l’objet de notre recherche.

53La difficulté dès lors, c’est d’arriver non seulement à faire la part des différents messages mais aussi de voir comment ils s’articulent au sein de l’individu, dans le temps et l’espace, pour produire du social.

54Pour ce faire, nous avons, dans un premier temps, tenté d’aborder cette difficulté en étudiant la vie sociale au sein d’un ensemble collectif palois, L’Ousse du Bois. Puis nous avons progressé dans cette démarche en étudiant un domaine social plus étendu et plus complexe, celui des jeunes à l’échelle d’une ville, celle de Tarbes. Aujourd’hui nous essayons de progresser encore en prenant pour terrain de recherche la maison individuelle.

55Pourquoi ce choix ? Parce que compte-tenu de ce que nous venons de dire sur l’évolution et le présent de notre société, ce terrain nous paraît actuellement pertinent. Ceci veut dire que nous ne le considérons pas comme seul champ pertinent, car nous ne saurions confondre l’objet de recherche et l’objet de notre recherche. Mais il est pertinent parce que l’univers de la maison individuelle est porteur d’un « discours social », mais aussi théâtre d’inscription de « pratiques sociales tentant de résoudre les contradictions dans lesquelles évoluent les rapports sociaux parce que la pratique pavillonnaire correspond à « une symbolique parlée, c’est-à-dire un complexe comprenant aussi bien des modes de vie que des modes de réaction » (3).

56L’exode des populations vers la périphérie, la péri-urbanisation correspond bien à un discours idéologique qui pousse à sortir de la ville. Ce déplacement n’est en réalité qu’une translation de l’urbanité, car il n’est pas autre chose que la ville, support de l’idéologie économique et moyen de contrôle social, mais une ville présentée autrement. Puisque la ville première n’est plus adaptée à l’évolution de l’organisation de la société fondée sur l’extension des rapports marchands et qu’elle s’est révélée induire des coûts et des contradictions, une « péri-ville » parée des vertus d’une qualité de vie retrouvée est alors prônée. Pour quelles raisons les citadins se périurbanisent-ils ? En créant ou en permettant la création de cet espace supposé distinct, l’institution a-t-elle créé un nouveau produit d’ancrage possible, ouvert une nouvelle possibilité de territorialisation ou de reterritorialisation où certains groupes peuvent développer des modes de vie mais aussi des modes de « réactions » qui ne trouvaient plus de champs d’expression suffisants dans la ville de la société industrielle ?

Notes

1 PLAN URBAIN.- « Connaissance des agglomérations et des facteurs de leur évolution » – MUL/MIR-1983.

2 ION.- « Production et pratiques sociales de l’espace du logement » – CRESAL-1974.

3 GRANOU.- « Capitalisme et mode de vie » – CERF - 1974.

4 TOURAINE. - « La société post-industrielle » – DENOEL-GONTHIER - 1969.

5 LASCH.-« Le complexe de Narcisse » – LAFONT-1980.

6 TRASHMAN. - « Mass-media et pratiques urbaines » – ESPACE ET SOCIETE - 1972.

7 BAREL.- « La territorialité » – GEOPOINT - 1982.

8 REMY.- « Structure spatiale et structure sociale » – CSO - 1974.

9 SANSOT.- « L’espace et son double » – CHAMP URBAIN-1978.

10 JALABERT, JAILLET.- « La production de l’espace urbain périphérique » – Colloque de Lille - 1981.

11 RAPOPORT. - « Pour une anthropologie de la maison » – DUNOD-1979.

12 ION.- « Détermination historique et sociale des pratiques d’habitat » – Colloque de Montpellier - 1978.

13 DUPUY, ROBERT.- « La trahison de l’opulence » –PUF - 1976.

14 MAFFESOLI.- « La conquête du présent » – PUF-1979.

15 GODARD.- « Demande sociale et silence des besoins » – Colloque de Montpellier-1978.

16 GODARD.- « A propos des pratiques familiales » CERF - 1974.

17 BAILLY.- « Territorialité urbaine : réalité ou mythe des sociétés productivistes » – GEOPOINT-1982.

18 MOLES.- « Micro-psychologie et vie quotidienne » – DENOEL GONTHIER - 1976.

19 LAING.- « La politique de l’expérience » – STOCK-1969.

20 BURLEN.- « La réalisation spatiale du désir et l’image spatialisée du besoin » – Espace et Société-1972.

21 PALMADE.- « Significations socio-culturelles de l’habitat comme structuration des pratiques et du vécu de l’espace habité de la vie quotidienne » – Colloque de Montpellier-1971.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteurs

Ingénieur Université de Pau, Laboratoire de Recherches Industrielles et Urbaines. Equipe de Recherche Associée au C.N.R.S. 930. Impact socio-spatial de l’Aménagement.

Ingénieur Université de Pau, Laboratoire de Recherches Industrielles et Urbaines. Equipe de Recherche Associée au C.N.R.S. 930. Impact socio-spatial de l’Aménagement.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search