Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tournant numérique des sciences humaines et sociales

 | 
Valérie Carayol
, 
Franck Morandi

Dariah (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities) : une initiative européenne pour créer de nouvelles dynamiques de recherche1

Sophie David

Résumé

Dariah (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities) est une infrastructure de recherche européenne visant à développer et soutenir la recherche dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, qui travaillent sur des objets numériques, tels que le texte, le son, l’image et la vidéo. De par son organisation (structure distribuée), les choix qu’elle promeut (formats standard, open access, etc.) et le réseau tissé avec les autres infrastructures et les projets européens, elle est à même de créer de nouvelles dynamiques de recherche et de répondre aux questions posées par l’utilisation (massive) du numérique dans les disciplines des sciences humaines et sociales.

Dariah (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities) is a European research infrastructure, the aim of which is to develop and to enhance research in all the disciplines of human and social sciences which work on digital objects, such as texts, sound, images, and video. Due to its organisation (a distributed structure), the choices which it promotes (standards, open access, etc.), and its involvement in a network made up of other infrastructures and scientific projects, Dariah is in a position to foster new research dynamics and to answer the questions raised by the (large-scale) use of digital methods in the human and social sciences.

Entrées d'index

Mots clés :

politique scientifique

Texte intégral

  • 1 Je remercie Jean-Luc Minel et Anne Joly pour leur relecture et leurs commentaires.
  • 2 À compter de 2008, seuls cinq des six projets en SHS ont continué de figurer sur la feuille de rou (...)
  • 3 Le statut d’ERIC, en français Consortium pour une infrastructure de recherche européenne, est entr (...)

1Le European Strategy Forum on Research Infrastructures (ESFRI), qui a été créé en 2002 par le Conseil européen, s’est donné pour mission de faire émerger, dans une période de 10 à 20 ans, des infrastructures de recherche de dimension européenne. Le Forum a publié sa première feuille de route en 2006 : trente-cinq projets y figuraient, dont six projets pour les Sciences humaines et sociales (SHS)2, parmi lesquels Dariah (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities - www.dariah.eu), un projet qui avait été initié par le CNRS, la Max Planck Gesellschaft (Allemagne), le Centre Arts and Humanities Data Service (Royaume-Uni) et le Centre Data Archiving and Networked Services (Pays-Bas). Entre 2006 et 2008, le projet a rapidement agrégé de nombreux autres acteurs européens, puis a reçu, entre septembre 2008 et février 2011, un financement européen, lui permettant d’élaborer son futur programme scientifique, de même que ses statuts. Les projets ESFRI ont été en effet fortement incités à se constituer en organisation internationale de recherche, pourvue d’un statut juridique appelé ERIC (European Research Infrastructure Consortium)3.

2Mon objectif sera ici de présenter cette initiative sous ses différents angles, scientifique, juridique, financier et institutionnel. Je montrerai tout au long de cette présentation en quoi son modèle d’organisation (structure distribuée), les critères promus (formats standardisés, open access, etc.), le réseau tissé avec les autres infrastructures et les projets européens créent les conditions pour lancer de nouvelles dynamiques de recherche mais aussi pour explorer de nouvelles pistes permettant de répondre aux questions posées par l’utilisation (massive) du numérique dans les disciplines des sciences humaines et sociales.

Le projet scientifique

Objectifs

  • 4 Sont a priori exclues de son périmètre les données quantitatives.

3Dariah est une infrastructure visant à promouvoir, développer et soutenir la recherche dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, qui travaillent avec le numérique. Sont ici privilégiés les types de données tels que les textes, les images, les sons, les vidéos4, pour lesquels la collecte, les traitements, la diffusion, l’archivage, etc. mettent en jeu les technologies de l’information et de la communication. Plus précisément, il s’agit :

  • de mettre en commun des infrastructures nationales, notamment les savoirs sur lesquels elles reposent (infrastructure distribuée) ;
  • de développer leur utilisation ;
  • de mettre à disposition les matériaux de la recherche, y compris les matériaux issus de l’héritage culturel européen ;
  • et d’aider les pays qui le souhaitent à bâtir leurs propres infrastructures.

4C’est en effet l’une des lignes de force de cette initiative que de partir des savoirs et des infrastructures existantes (approche ascendante ou bottomup), en d’autres termes de partir des réalités technologiques, linguistiques et culturelles de chaque pays, pour faire en sorte que le numérique progresse dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales.

5Dans ce cadre, le développement de réseaux (rassemblant chercheurs et ingénieurs), au sein desquels les échanges d’informations, d’expertises, de savoirs, de méthodologies et de données sont accrus, et les recherches collaboratives facilitées, est l’un des leviers essentiels pour atteindre ces objectifs.

6Le travail effectué dans ces réseaux doit s’inscrire dans les choix technologiques, scientifiques et politiques que Dariah promeut, parmi lesquels on peut retenir :

  • une mise à disposition gratuite et la plus large possible5 des matériaux de la recherche (données, publications, etc.) ;
  • l’utilisation d’entrepôts de données, dont on peut garantir la fiabilité ;
  • la production de programmes open source ;
  • le développement de l’interopérabilité ;
  • l’identification des ressources par des identifiants pérennes ;
  • le développement de l’archivage à long terme des données ;
  • l’utilisation de formats standardisés ou normalisés ;
  • la constitution et le respect de bonnes pratiques.

7Ces choix constituent un premier ensemble de réponses aux différentes questions que ne manque pas de poser l’utilisation du numérique dans les sciences humaines et sociales : comment maintenir l’accès à des quantités (inédites) de données ? Comment garantir leur intégrité ? Comment faciliter leur préservation sur le long terme (en particulier quand nombre d’entre elles sont devenues nativement numériques) ? Comment garantir leur origine et leur contexte de production ? Comment faciliter leur utilisation et leur réutilisation ? Comment inciter les chercheurs à utiliser des formats standardisés ? Comment penser l’interopérabilité quand ont émergé de nombreux formats standardisés ? Mais aussi que faire quand il n’existe pas encore de formats ouverts et standardisés ? Comment protéger le respect de la vie privée quand les données engagent des individus ? Comment garantir la propriété intellectuelle ? Avec quels systèmes de licences ? Comment intégrer ou favoriser de nouvelles pratiques de recherche ? Et quelles formations mettre en place pour assurer la transmission des enjeux et des compétences ? Comment s’adapter à un contexte technologique (Internet) toujours en mouvement ?

  • 6 Voir le rapport Riding the wave. How Europe can gain from the rising tide of scientific data, octo (...)

8Autant de questions dont les réponses ne peuvent pas être construites de manière isolée (nationale), mais doivent l’être de manière collective6, car les technologies de l’Internet sont justement sans frontière. Des infrastructures de recherche, telles que Dariah, de par leur dimension d’emblée collective et européenne, peuvent alors constituer des espaces de travail pour (re)penser ces questions, apporter des réponses ou bien encore explorer de nouvelles pistes.

Les Centres virtuels de compétence

9Au sein de Dariah, les centres virtuels de compétence (Virtual Competency Centres ou encore VCC) rassemblent des grandes thématiques de travail, et demeurent les lieux où s’inscrivent les contributions en nature des partenaires de Dariah (cf. ci-dessous) :

  • le VCC « e-infrastructure » s’attache à l’ensemble des questions techniques ;
  • le VCC « Recherche et enseignement » réfléchit aux questions portant sur le renouvellement des savoirs, sur l’appropriation des méthodes numériques et sur ce qui a trait à l’enseignement et à la formation ;
  • le VCC « Gestion des contenus » s’attache à la représentation et au management des contenus (de la collecte à l’archivage à long terme) ;
  • le VCC « Relations institutionnelles » s’attache à tout ce qui garantit/garantira l’existence de Dariah : relations avec les partenaires politiques (européens), institutionnels et scientifiques, construction d’indicateurs.
  • 7 La structuration des groupes de travail (working group) de l’organisation Research Data Alliance ( (...)

10Si, au départ, ces centres étaient structurés par des tâches et des activités, déterminées par le projet scientifique initial, la réflexion menée en 2014 a conduit à privilégier une approche bottom-up. Ils rassemblent désormais des groupes de travail7, dont le périmètre, les contenus, le déroulé, les résultats attendus, etc. sont proposés par les partenaires de Dariah. Les contraintes de création, d’évaluation et de renouvellement se veulent souples et minimales, de telle sorte que leur productivité soit favorisée (création au fil de l’eau, évaluation dans le cadre décidé par l’Assemblée générale, regroupement de partenaires issues d’institutions de pays différents, etc.).

11Ces groupes de travail peuvent s’orienter sur des activités diverses : production d’un événement, maintenance d’une base de données, structuration d’une communauté disciplinaire, réalisation d’inventaires, structuration d’expertises, mise en place de certification, etc.

12Il faut ici souligner l’importance du VCC « Recherche et enseignement », qui permet de penser les échanges et la formation à l’intérieur d’une même discipline ou entre disciplines, et qui garantit que les développements techniques ne seront pas dissociés des problématiques de recherche. C’est aussi le VCC auquel peuvent être associés nombre de projets affiliés (pluri) disciplinaires.

Le réseau interne de Dariah

13Le réseau interne de Dariah est constitué des différents laboratoires, institutions, universités, qui ont manifesté leur intérêt à participer à l’initiative. Du fait du nombre de pays impliqués, ce réseau a d’ores et déjà une surface importante. Globalement, toutes les disciplines des Humanités numériques y sont représentées.

  • 8 On peut ainsi signaler la collaboration entre Huma-Num et DANS (Data Archiving and Networked Servi (...)

14À partir de ce réseau, il est désormais possible de tisser un ensemble de collaborations bilatérales, trilatérales, etc., qui permettent d’échanger des ressources entre partenaires ou bien encore de tisser des ponts entre ses ressources8.

Les relations de Dariah avec les projets (pluri) disciplinaires et les autres infrastructures de recherche

15Dariah ne constitue pas une initiative isolée. Elle opère dans un écosystème, qui, ces dernières années, s’est densifié et complexifié. Il a donc paru important de spécifier le type de relations que l’infrastructure pouvait entretenir avec des projets (pluri)disciplinaires et les autres infrastructures de recherche.

16Les « projets affiliés » à Dariah sont des projets financés sur le plan national ou sur le plan européen, dont l’activité est étroitement dépendante des aspects techniques (mais aussi éventuellement politiques) mis en avant par Dariah. L’intérêt de ces collaborations se situe sur plusieurs plans : a) la dimension disciplinaire ou pluridisciplinaire de certains de ces projets intéresse tout particulièrement le VCC « Recherche et enseignement » ; b) Dariah peut offrir à ces projets son expertise en matière technique, voire construire des solutions techniques appropriées ; c) Dariah peut offrir à ces projets des solutions permettant de garantir l’accès à leurs résultats au-delà de leur échéance en matière de financement ; d) en retour, les acteurs de Dariah peuvent disposer d’accès privilégiés aux réseaux de ces projets. Tout ou partie de ces projets peut aussi constituer des contributions en nature (voir ci-dessous). On peut ici citer Ehri (www.ehri-project.eu), Cendari (www.cendari.eu), Ariadne (www.ariadne-infrastructure.eu), ou encore NeDiMAH (www.nedimah.eu).

17Les projets dans les domaines culturels et patrimoniaux partagent eux aussi beaucoup des intérêts de Dariah (utilisation de standards, respect des bonnes pratiques, développement de l’interopérabilité entre les entrepôts de données, archivage à long terme, etc.). Par ailleurs, les données ici considérées constituent, pour un certain nombre de disciplines, leurs données de base. Parmi les projets importants, il faut ici citer Europeana (www.europeana.eu) ou encore DCH-RP (www.dch-rp.eu).

18Dariah entretient aussi d’étroites relations avec des initiatives similaires, travaillant elles aussi sur des données qualitatives, et étant productrices ou utilisatrices de standards. On peut ici citer le consortium TEI (www.tei-c.org), ou bien encore l’ERIC CLARIN (Common Language Resources and Technology Initiative - www.clarin.eu). Un groupe de travail sur les standards, qui rassemblera des partenaires de Dariah et de CLARIN est même en train de se mettre en place.

19Les relations avec les autres infrastructures européennes SHS, qui s’attachent aux données quantitatives, telles que CESSDA (Council of European Social Science Data Archives - www.cessda.org), ESS (European Social Survey - www.europeansocialsurvey.org) et SHARE (Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe - share-dev.mpisoc.mpg.de), sont encore à développer.

Le projet d’un point de vue juridique, budgétaire et institutionnel

Aspects juridiques

20Sur le plan juridique, Dariah a été constituée en ERIC. Les principales caractéristiques de ce nouveau statut sont les suivantes :

  • il permet d’établir des organisations internationales de recherche, auxquelles adhèrent des pays (et non des institutions) ;
  • on peut y adhérer soit comme membre (avec droit de vote), soit comme observateur (sans droit de vote) ;
  • chaque ERIC prévoit dans ses statuts la présence d’une Assemblée générale, où siègent les représentants des pays membres ou observateurs ;
  • l’Assemblée générale est l’organe décisionnaire souverain ;
  • enfin, il est prévu, dans certaines conditions, que les activités de l’ERIC puissent bénéficier d’une exemption de TVA.
  • 9 Au nombre desquelles on peut citer l’obtention d’une décision politique de haut niveau (il s’agit (...)
  • 10 L’ERIC DARIAH a ainsi été créé pour 20 ans, et la structure peut être renouvelée sur décision de l (...)

21Malgré les difficultés à monter des infrastructures dans un cadre ERIC9, l’intérêt d’adopter un tel régime est de garantir l’existence de la structure sur le moyen/long terme10 en la dotant d’un cadre juridique dédié, et de la poser comme un nouvel interlocuteur pour l’obtention de financements européens.

Aspects budgétaires

22Le modèle budgétaire sur lequel repose Dariah spécifie, pour chaque pays, une contribution constituée d’une partie en liquide et d’une partie en nature. La contribution en liquide sert à financer la coordination administrative et financière de l’ERIC. La contribution en nature représente tout ou partie de l’investissement d’un pays dans son infrastructure nationale et constitue une partie de l’infrastructure Dariah. Le montant de la contribution est fonction du PIB de chaque pays.

  • 11 Voir notamment le programme « Infrastructures » d’Horizon 2020.

23Ce qui importe ici de souligner est que Dariah n’est pas une agence de financement. Les développements, y compris techniques, restent à la charge des pays ou doivent être financés dans d’autres cadres. En revanche, Dariah, en tant qu’organisation internationale de recherche, est susceptible de répondre à des appels d’offres prévus dans le cadre d’Horizon 202011, ce qui constituera pour Dariah, mais aussi et surtout pour les institutions impliquées dans les réponses à ces appels d’offres, de nouvelles sources de financement.

Gouvernance

24Les différentes instances de Dariah sont les suivantes (voir aussi l’organigramme ci-dessous) :

  • l’Assemblée générale, où siègent les représentants des pays membres et observateurs. C’est l’assemblée décisionnaire souveraine ;
  • le Conseil d’administration (Board of Directors), constitué de 3 personnes à temps partiel, est chargé de la direction, du contrôle et de la mise en œuvre de l’ERIC Dariah. Il en est son représentant légal ;
  • l’Equipe de direction (Senior Management Team), organe consulté par le Conseil d’administration, est constitué du président et du viceprésident du Comité de coordination nationale, et du président et du du Comité de recherche conjoint ;
  • le Comité de coordination nationale (National Coordinator Committee) rassemble les coordinateurs nationaux, qui sont chargés de collecter les contributions en nature nationales. Le Comité produit une synthèse des feuilles de route nationales ;
  • le Comité de recherche conjoint (Joint Research Committee) rassemble les différents responsables de VCC. Ils fournissent une première évaluation sur les contributions en nature du point de vue de leur contenu et sont responsables de l’animation du travail dans leur VCC respectif.

25À ces instances, il faut ajouter :

  • le Conseil scientifique (Scientific Board), qui, à travers son rapport annuel, fera un certain nombre de recommandations sur l’évolution souhaitable de la structure ;
  • le Bureau de coordination de DARIAH-EU (Dariah Coordination Office ou DCO) assure quant à lui le travail administratif, juridique et financier.

Organigramme de Dariah

Organigramme de Dariah

Source : http://www.dariah.fr/​content/​structure-et-organisation

Aspects institutionnels pour la France

26Parmi les objectifs de l’ESFRI, il y avait celui de mettre en place un programme permettant d’établir des infrastructures de recherche de dimension européenne, mais aussi celui d’inciter les pays à produire leur propre feuille de route, en explicitant leur politique en matière d’infrastructures de recherche. Certaines infrastructures à caractère national pourraient être ainsi associées aux infrastructures de dimension internationale.

27C’est ce qu’a fait le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. En 2008, la première feuille de route qu’il a produite a notamment conduit à la reconnaissance du TGE Adonis comme Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR), auquel a été confiée la coordination française de Dariah. Cette mission a été reconduite à plusieurs reprises, y compris en 2013, suite à la fusion du TGE Adonis et de Corpus-IR. Huma-Num (UMS 3598, www.huma-num.fr), la structure issue de cette fusion, continue d’assurer la coordination de la participation française à Dariah.

28Le porteur principal de la participation française dans Dariah est le CNRS. À ses côtés, on trouve l’Inria et l’ABES (Agence bibliographique de l’Enseignement supérieur), signataires d’une lettre d’engagement, mais aussi d’autres institutions et nombre d’universités qui ont manifesté leur intérêt à participer.

  • 12 Voir la page www.dariah.fr/comite-de-coordination (consultée le 17/10/2014).

29Huma-Num est l’institution nationale coordinatrice, et le Coordinateur national, qui est membre du National Coordinator Committee, en est issu. Il s’entoure d’un Comité de coordination12, qui est notamment chargé de faire le lien entre les communautés de recherche nationales et les communautés de recherche européennes. Enfin, la France s’est engagée à accueillir le siège social de l’ERIC DARIAH, et à assurer la coresponsabilité du VCC « Gestion des contenus » avec les Pays-Bas.

Les pays

30En juin 2010, six pays avaient manifesté leur intérêt à devenir membres de Dariah : l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la France, l’Irlande et les Pays-Bas. Depuis, l’intérêt n’a cessé de croître. Le 15 août 2014, au moment de la création de l’ERIC, Dariah compte quinze pays membres : la Belgique, la Croatie, Chypre, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, Malte, la Serbie et la Slovénie ont rejoint le Consortium.

Participer à Dariah

31Qui peut participer à Dariah ? Et que cela signifie-t-il concrètement ? À quels bénéfices peut s’attendre le contributeur ? Répondre à ces questions permettra d’identifier différents principes sur lesquels repose la participation des contributeurs français.

32Peut devenir partenaire de Dariah, tout laboratoire, consortium, institution, etc. qui a une activité de recherche impliquant le numérique et qui s’inscrit dans une ou plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales.

  • 13 Mais cette contribution peut être reconduite dans les années suivantes.
  • 14 Voir la page www.dariah.fr/comment-contribuer (consultée le 17/10/2014). C’est aussi l’un des rôle (...)

33Le partenaire établit une contribution pour un an13. Elle doit s’inscrire dans un VCC et constitue un certain « type de contribution ». Elle est chiffrée et entre alors dans le calcul du montant de la contribution en nature que doit fournir la France à Dariah. Elle est validée par les instances européennes de Dariah et fait l’objet d’une contractualisation14.

  • 15 Pour plus de détails, voir le fichier « type-of-in-kind-contribution.pdf », www.dariah.fr/document (...)
  • 16 Portant, par exemple, sur l’utilisation de formats standardisés, sur la mise à disposition de docu (...)

34Qu’entend-on par « type de contribution » ? Il s’agit de circonscrire un service, entendu au sens le plus large, qui a trait aux matériaux (données, publications, etc.) et aux outils que l’on souhaite mettre à disposition des communautés de recherche européennes. On a ainsi distingué 12 types de contribution15 : Accès, Expertise, Interopérabilité, Accueil de contenus, Outils et Logiciels, Evénement, Enseignement, École d’été, Collaboration, Ressources pédagogiques, Numérisation, et Coordination. Le service proposé doit être gratuit et répondre à un certain nombre de critères16.

35Participer à Dariah revient, dans un premier temps, à proposer au niveau européen un ou plusieurs types de contributions. Quand la contribution nécessite des développements ou des aménagements, le partenaire s’engage à réaliser le travail qui aura été annoncé.

  • 17 Voir la page www.dariah.fr/rencontres-dariah (consultée le 17/10/2014).

36Dans un deuxième temps, cela signifie animer des groupes de travail, ou bien simplement y prendre part, ou encore participer aux rencontres organisées par les partenaires : qu’il s’agisse des General VCC meetings, qui sont des rencontres annuelles rassemblant les différents partenaires de Dariah, ou bien encore des rencontres orchestrées par les responsables de groupes de travail. Les journées DARIAH-FR sont quant à elles organisées par le Comité de coordination français et choisissent pour thématiques des questions faisant l’enjeu de débats au niveau européen17.

37De cette participation, le partenaire peut attendre différents bénéfices :

  • accroître la visibilité de sa production scientifique SHS au niveau européen (corpus, bases de données, publications ; de manière générale, toutes ses réalisations) ;
  • être au cœur d’un réseau d’experts, réfléchissant sur des thématiques discutées actuellement dans les Humanités numériques (standards, interopérabilité, modèles économiques de l’open access, partage de bonnes pratiques, etc.) ;
  • bénéficier des ressources des partenaires ;
  • établir de nouvelles collaborations, via les réseaux construits par Dariah, mais aussi via les projets européens.

38La participation française à Dariah s’est finalement structurée autour d’un principe d’ouverture à l’ensemble des communautés de recherche, sans exclusive sur la discipline, sur le contenu ou sur la « dimension » de la contribution. En revanche, les critères Dariah, mis en place à travers les types de contribution en nature, doivent être respectés. Un autre aspect important aura été de travailler à rendre les considérations administratives aussi légères que possibles. Enfin, la notion de volontariat demeure essentielle. Comme Dariah n’est pas une agence de financement, la contribution d’un partenaire ne sera véritablement solide du point de vue de l’infrastructure que si le partenaire est intéressé, au-delà de toute considération de financement. Il faut ici admettre que cet intérêt puisse évoluer : il devra donc être réévalué périodiquement.

Conclusion

39On peut faire l’hypothèse que le caractère distribué de Dariah, associé à un principe de fonctionnement bottom-up et à un ensemble de choix technologico-scientifiques, rend l’infrastructure mieux à même de tenir compte des réalités technologiques, linguistiques et culturelles des différents pays qui participent à Dariah.

40C’est, d’un côté, la seule voie possible quand il s’agit de concevoir une infrastructure de recherche pour les SHS qui soit véritablement européenne. Avec son caractère distribué, et plus précisément décentralisé, personne n’a de place a priori prépondérante et la diversité de quelque nature qu’elle soit a droit de cité. Ce qui devient alors central, ce sont les interactions entre les infrastructures (nationales). Et l’on retrouve ici la question de l’utilisation de technologies standardisées et ouvertes, qui sont à même de rendre ces interactions possibles.

41De l’autre, cette approche est un pari. Elle a à inventer et innover à partir de réalités complexes et mouvantes, qui demandent de travailler avec des données de différentes langues, d’accueillir l’ensemble des disciplines (y compris des théories concurrentes dans un même domaine disciplinaire), de traiter d’objets numériques très différents, de lisser certaines différences (il est illusoire de penser que toutes pourront l’être), de reconnaître la part des politiques nationales dans les choix technologiques, d’accepter que les pays aient des investissements différenciés, de tenir compte des évolutions techniques, de suggérer des formes collaboratives de travail adéquates entre chercheurs et ingénieurs, etc.

42L’infrastructure Dariah s’est inscrite dans la réflexion menée depuis plus de dix ans sur l’usage du numérique, réflexion qui a cherché à spécifier quels pourraient être les bénéfices de l’ouverture des matériaux de la recherche (notamment quand on traite de grandes masses de données). Cette réflexion peut être résumée par les affirmations suivantes. L’ouverture des données va :

  • permettre de nouvelles avancées sur le plan scientifique (nouveaux objets de recherches, nouvelles problématiques, nouvelles méthodes) ;
  • permettre de traiter autrement d’anciennes questions ;
  • favoriser les recherches interdisciplinaires ;
  • améliorer la compréhension des modes d’obtention des résultats ;
  • augmenter la transparence dans la qualité de la recherche ;
  • favoriser la confirmation/infirmation des résultats.

43Il importe, toutefois, de considérer ces affirmations comme des hypothèses, que l’on va pouvoir désormais documenter de manière plus précise, en particulier si l’on considère ces nouvelles infrastructures de recherche, comme des dispositifs observables et analysables. Dans ce cadre, Dariah, en ce qu’elle accueille un large éventail de matériaux et de disciplines, devrait constituer un terrain de choix.

Notes

1 Je remercie Jean-Luc Minel et Anne Joly pour leur relecture et leurs commentaires.

2 À compter de 2008, seuls cinq des six projets en SHS ont continué de figurer sur la feuille de route ESFRI.

3 Le statut d’ERIC, en français Consortium pour une infrastructure de recherche européenne, est entré en vigueur en août 2009. C’est le 15 août 2014 que la Commission européenne a reconnu officiellement Dariah comme un ERIC.

4 Sont a priori exclues de son périmètre les données quantitatives.

5 Dariah s’inscrit ainsi dans la continuité des déclarations de Budapest (2001, www.budapestopenaccessinitiative.org) et Berlin (2003, http://openaccess.inist.fr/?Declaration-de-Berlin-sur-le-Libre) sur l’open access. Ces positions ont été reprises et continuent d’être discutées au niveau européen : voir, par exemple, http://ec.europa.eu/research/sciencesociety/index.cfm?fuseaction=public.topic&id=1294&lang=1 (consulté le 17/10/2014).

6 Voir le rapport Riding the wave. How Europe can gain from the rising tide of scientific data, octobre 2010, téléchargeable à l’adresse suivante : http://cordis.europa.eu/fp7/ict/e-infrastructure/docs/hlg-sdi-report.pdf (consulté le 17/10/2014), qui, à partir d’une analyse des changements qui n’ont pas manqué et qui ne vont pas manquer de survenir, construit des propositions résolument collectives et européennes.

7 La structuration des groupes de travail (working group) de l’organisation Research Data Alliance (rassemblement international, engagement à produire des résultats dans un temps limité, etc.) a fortement influencé la constitution des groupes de travail de Dariah.

8 On peut ainsi signaler la collaboration entre Huma-Num et DANS (Data Archiving and Networked Services, Pays-Bas), qui a permis de développer l’interopérabilité entre Narcis (www.narcis.nl) et Isidore (www.rechercheisidore.fr). Cela s’est concrétisé par la mise au point du prototype ISIS (Narc-ISIS-idore, isis.tge-adonis.fr/), réalisé par Adrien Fanet.

9 Au nombre desquelles on peut citer l’obtention d’une décision politique de haut niveau (il s’agit bien d’une adhésion de pays et non d’institutions), la nouveauté du cadre juridique, le manque d’expériences des pays.

10 L’ERIC DARIAH a ainsi été créé pour 20 ans, et la structure peut être renouvelée sur décision de l’Assemblée générale. Les Statuts de Dariah (en français) sont disponibles à l’adresse suivante : http://www.dariah.fr/sites/default/files/Statuts_ERIC-DARIAH.pdf (consulté le 17/10/2014).

11 Voir notamment le programme « Infrastructures » d’Horizon 2020.

12 Voir la page www.dariah.fr/comite-de-coordination (consultée le 17/10/2014).

13 Mais cette contribution peut être reconduite dans les années suivantes.

14 Voir la page www.dariah.fr/comment-contribuer (consultée le 17/10/2014). C’est aussi l’un des rôles du Comité de coordination que d’aider les partenaires français à mettre au point leur contribution.

15 Pour plus de détails, voir le fichier « type-of-in-kind-contribution.pdf », www.dariah.fr/documents-utiles (page consultée le 17/10/2014). L’identification de ces types et les critères qui leur sont associés continuent de faire l’objet de discussions au niveau européen.

16 Portant, par exemple, sur l’utilisation de formats standardisés, sur la mise à disposition de documentations et d’interfaces multilingues, sur la disponibilité du service.

17 Voir la page www.dariah.fr/rencontres-dariah (consultée le 17/10/2014).

Table des illustrations

Titre Organigramme de Dariah
Légende Source : http://www.dariah.fr/​content/​structure-et-organisation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 345k

Auteur

Recrutée au CNRS en 1997 après une formation en linguistique et informatique. Elle a poursuivi des recherches en sémantique lexicale et en traitement automatique des langues. Elle a rejoint l’équipe d’Huma-Num (ex-TGE Adonis) en janvier 2011, où elle est responsable du Pôle international. Elle est particulièrement impliquée dans le projet Dariah (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities), en tant que coordinatrice nationale et co-responsable du VCC3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540