Version classiqueVersion mobile

Le péri-urbain en Aquitaine

 | 
Pierre Guillaume

III - Le péri-urbain et la société globale

Le cas des propriétaires de maison individuelle à la ZAC du Perlic à Lons

Raymond Badel et Monique Bourguet

Texte intégral

INTRODUCTION

1Nous avons entrepris, dans le cadre de l’équipe de recherche associée « Impact socio-spatial de l’aménagement », une recherche sur Espace et Quotidienneté. Pour ce faire, nous avons réalisé une enquête auprès des propriétaires de maison individuelle à la zone d’aménagement concerté (ZAC) du Perlic sur la commune de Lons près de Pau. D’emblée nous vous prévenons que nous ne sommes pas en mesure de vous faire partager les résultats de cette enquête, car celle-ci est en cours de traitement.

2Il nous a paru judicieux, pour traiter des problèmes d’espace et quotidienneté, d’enquêter auprès des propriétaires de maison individuelle parce que la rénovation des centres villes et l’urbanisation péri-urbaine nous apparaissent comme deux phénomènes contemporains majeurs, toutes choses égales par ailleurs.

3Notre exposé se divisera en trois parties :

  1. Nous rappellerons différents éléments de travaux qui permettent de situer notre travail, c’est-à-dire :
    – le rappel de la critique faite du cadre bâti par Henri Lefebre ;
    – la place que tient le pavillonnaire dans les mises en chantier de logement neuf ;
    – le rang de la France dans un ensemble de 26 pays quant à sa politique de mise en chantier ;
    – l’espace de l’habitant ;
    – le concept d’habitus développé par P. Bourdieu et M. Pinçon.

  2. L’intérêt de l’étude des pratiques pour les aménageurs à partir de deux exemples :
    – les chronologies d’achat ;
    –le budget temps de l’espace.

  3. Enfin, nous essaierons de cerner quelques questions sur le thème aménagement et quotidienneté.

1 - PRATIQUES ET APPROPRIATIONS DE L’ESPACE QUOTIDIEN

1.1. - Critique de la construction collective et développement de l’habitat individuel

1.1.1. - Promotion de l’habitat individuel ou négation de l’habitat collectif ?

  • 1 Henri LEFEBVRE La révolution urbaine – Paris, Gallimard. Idées 1970.

4A l’ouest de Paris, dans des résidences bourgeoises de Parly 2, des familles différentes ont acheté des appartements. Elles ont meublé ces salles de séjour. On constate que le poids de l’architecture (la place des portes, des fenêtres, les angles, les prises de courant) tellement contraignant, le poids de la culture commune qui détermine le choix des meubles et des signes, la nécessaire présence du récepteur de télévision entraînent des résidents a priori différents (couples « modernes », familles nombreuses) à vivre de la même manière dans des appartements analogues. Ils ne se sont pas concertés, ils ne se connaissent probablement pas, mais la télévision, la banquette et le téléphone, la trop grande table se retrouvent au même endroit. Le béton a gagné. Les aménageurs imposent par leurs immeubles un cadre de vie, une subculture nivelante, une idéologie. Comme dit H. Lefebvre : « L’urbanisme ne cherche pas à modeler l’espace comme une œuvre d’art ni selon des raisons techniques comme il prétend, c’est un espace politique qu’il façonne »1.

1.1.2. - Evolution de la part des maisons individuelles dans les mises en chantier en France

5Si la période 1955-1965 a été celle de la construction d’immeubles collectifs, ceux-ci ont vu régulièrement leur part diminuer dans l’ensemble des mises en chantier annuelles depuis 1966. La part de la maison individuelle, qui était restée inférieure à 38 % jusque vers 1970, n’a cessé d’augmenter rapidement pour atteindre 63 % en 1979. Le volume global des logements neufs n’atteignant toutefois en 1980 que la valeur qu’il avait en 1966. Ce volume est monté régulièrement de 1966 à 1972 pour baisser régulièrement par la suite (cf. tableau I).

1.1.3. - Comparaison de la France par rapport aux autres pays pour la part de maisons individuelles

6L’inversion de tendance a eu lieu dans plusieurs pays mais de manière inégale.

7Sur 26 pays recensés dans le tableau no 2, 9 pays voient baisser leur pourcentage de maisons individuelles construites par rapport aux logements mis en chantier sur la période 1970-1976. Ce sont la Yougoslavie, l’Islande, le Luxembourg, la Hongrie, la Grèce, la Turquie, la Pologne, la Finlande et la Bulgarie.

Tableau 1. LA PRODUCTION DES LOGEMENTS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS EN France DEPUIS 1965 (mises en chantier)

ANNEE

INDIVIDUELS

COLLECTIFS

TOTAL

% INDIVIDUELS

1965

137 900

307 000

444 900

31

1966

131 700

293 000

424 700

31

1967

135 100

300 700

435 800

31

1968

148 576

299 700

448 276

32

1969

159 933

304 100

464 033

39

1970

175 539

298 300

473 839

38

1971

181 137

310 700

491 837

38

1972

224 538

315 700

540 238

43,3

1973

200 700

310 300

511 000

44

1974

212 600

302 200

514 000

44,9

1975

236 400

277 400

514 200

46,2

1976

251 200

241 200

493 400

52,1

1977

273 000

202 000

475 000

57,5

1978

277 000

161 000

438 000

63,2

1979

280 000

170 000

450 000

63,3

(1980)

280 000

150 000

430 000

(65)

Source : M.C. Jaillet : Les pavillonneurs. Ed. du CNRS 1983.

8Dans le tableau II, page suivante, les pays sont classés selon leur rang en 1976. A cette date, la France occupe donc le 14ème rang.

9Après avoir établi les rangs pour 1970 nous avons trois groupes de pays suivant leur variation de rang entre 1970 et 1976.

10A - Les pays sans changement de rang

Irlande 1er

R.D.A. 25ème

Espagne 26ème

B - Les pays dont le rang régresse (classés du plus fort écart de rang au plus faible).

1970

1976

Hongrie

8e

16e

Bulgarie

18e

24e

Yougoslavie

5e

11e

Turquie

15e

20e

Grèce

13e

17e

Grande-Bretagne

3e

6e

Pays-Bas

2e

4e

Belgique

6e

8e

Islande

10e

12e

Finlande

21e

23e

Luxembourg

12e

13e

Pologne

20e

21e

Norvège

4e

3e

C - Les pays dont le rang progresse (classés du plus fort écart de rang au plus faible).

1970

1976

Suède

19e

7e

USA

9e

2e

Danemark

7e

3e

RFA

14e

10e

Tchécoslovaquie

22e

18e

Italie

23e

19e

Canada

11e

9e

France

16e

14e

Autriche

17e

15e

Suisse

24e

22e

Tableau 2. POURCENTAGE DES MAISONS INDIVIDUELLES CONSTRUITES PAR RAPPORT AU TOTAL DES LOGEMENTS REALISES

Tableau 2. POURCENTAGE DES MAISONS INDIVIDUELLES CONSTRUITES PAR RAPPORT AU TOTAL DES LOGEMENTS REALISES

Source : Bulletin annuel des statistiques du logement et de la construction pour l’Europe des Nations-Unies.

11Que signifie ce phénomène de multiplication de mises en chantier de maisons individuelles, le double en 1980 par rapport à 1965 ?

12Le chercheur peut s’interroger sur les motivations des habitants qui préfèrent l’un ou l’autre mode d’habiter. Il peut aussi observer les structures de production du bâti et leurs modifications, il peut aussi analyser les nouvelles techniques de leurs mises en œuvre.

13Pour notre part, nous préférons nous intéresser à l’usage de l’espace produit.

1.2. - Territoire de la vie quotidienne et habitus

14Pour bien comprendre notre démarche, nous rappellerons deux auteurs dont nous nous sommes inspirés : Jean-Paul Ferrier et Michel Pinçon.

1.2.1. - Le territoire de l’habitant et la structuration de l’espace.

15La fragmentation de l’espace géographique en zones urbaines, péri-urbaines, rurales a-t-elle du sens pour le chercheur, pour l’aménageur, pour l’usager ? Correspond-elle à autre chose qu’un découpage administratif ? En ce qui nous concerne, nous souhaitons échapper au déterminisme des espaces prédécoupés et mettre en valeur des espaces qui aient du sens, c’est pourquoi avec J.P. Ferrier nous nous sommes intéressés aux problèmes d’échelle. Quel est l’espace qui correspond le mieux au travail du géographe et de l’aménageur ? En effet, le résident d’une commune dortoir ne vit pas le changement de circonscription administrative –toutes choses égales par ailleurs– qu’il effectue en se rendant à son travail. Par contre, il sait le temps que dure son trajet, le ou les moyens de locomotion qu’il utilise, les changements qu’il opère et les attentes qu’il subit.

  • 2 Géopoint 1982. Groupe Dupont, Université de Genève, de Lausanne. « Les territoires de la vie quotid (...)

16J.P. Ferrier2 propose un choix de niveau optimal pour l’analyse de l’espace, c’est celui de l’espace quotidien. Parmi l’ensemble des territoires et des portions de surface terrestre que l’aménageur peut prendre en compte, celui qui garantit la plénitude du travail de l’aménageur est le territoire défini par le corps même de l’homme, celui qui s’étend du module au quartier.

  1. le module (partie de la pièce) 10-6 km2 soit 1m2

  2. la pièce d’habitation correspondant à 10-5 km2 soit 10m2

  3. le logement (cellule) 10-4 km2 soit 100 m2

  4. la parcelle 103 km2 soit 1000 m2

  5. l’ilot 10-2 à 100 km2 soit 10 000 m2 ou 1 ha à 1 km2

  6. le quartier de 101 à 102 km2 soit 10 km2 à 100 km2

17Ces six structures spatiales doivent être considérées comme les véritables constituants structuraux de l’espace. Ce territoire de la vie quotidienne auquel correspond le référentiel habitant désigne à la fois l’homme conçu comme un être particulier dans un rapport au monde et l’ensemble des relations qu’il entretient avec les enveloppes du territoire où se déroule sa vie. En effet, le référentiel habitant permet de prendre en compte tous les phénomènes relationnels (social et milieu physique) qui rendent possible la lecture territoriale. Ce qui n’a pas de sens pour la vie quotidienne de l’habitant sur le territoire, se trouve exclu. Les unités territoriales élémentaires, du module à la parcelle, considérées selon leurs composantes et leurs combinaisons sont les véritables structures de l’aménagement. C’est sur ces territoires durablement organisés que fonctionnent par exemple les dichotomies fondamentales public/privé, intérieur/extérieur, local/global en liaison avec le niveau primordial de socialisation qu’est ou n’est pas le ménage.

18La lecture de l’espace quotidien et la prise en considération de l’usage des objets qui ont un sens pour l’homme saisi dans la plénitude de sa vie quotidienne nous permettent d’échapper à la surdétermination des unités élémentaires utilisées pour la cartographie, pour la photo aérienne, pour les recensements et de ne pas tomber dans le piège de la discontinuité spatiale. Question hautement importante en ce qui concerne le péri-urbain dans sa définition et ses limites.

19En effet, c’est une combinaison de structures spatiales et de structures fonctionnelles que traduit l’espace. L’espace n’est pas une structure d’éléments en relation mais une structure de structures en relation entre elles.

20Malgré les apparences, il y a peu de structures différentes de l’espace quotidien, du module au quartier. Le local est bien l’universel. Si le quotidien prend des apparences différentes d’un individu à l’autre, il relève d’un nombre fini et faible de structures spatiales de la même façon que leurs structurations en territoires plus vastes révèlent des régulations durables à l’intérieur des permanences. « L’interrogation des signes les plus familiers n’est jamais très éloignée d’une lecture de la terre entière toujours en recommencement. L’éphémère permet de reconnaître le durable. Les signes qui nous entourent de si près livrent le sens de l’universel si nous savons les observer ».

21N’est-il pas vrai qu’il y a des problèmes de délimitation du périurbain ? Pour notre part nous nous interrogeons sur les structures de celui-ci. Est-il une structure de structures originale ou encore quels sont les seuils de la structure de structures du dit urbain comme du dit rural ? Mais encore la structure péri-urbaine caractérisée par chaque chose à sa place, chacun à sa place et chacun comme chaque chose à sa fonction dans le cadre d’une division technique de l’espace n’est-elle pas la structure de structures très lisible dans le procès de restructuration de l’espace quotidien que l’on rencontre à l’identique dans le néourbain comme dans le néorural. N’est-ce pas là les enjeux de l’espace et de la société post industriels ?

22La structuration de l’espace péri-urbain nous renvoie à la structuration de l’homme péri-urbain, à l’homme dans son environnement tant social que biophysique.

1.2.2. - Les pratiques de l’habitant révélatrices de la structuration sociale

  • 3 Michel PINCON.- Besoins et habitus. Critique de la notion de besoin et théorie de la pratique. C.S. (...)

23Nous rappellerons brièvement le concept d’habitus travaillé par exemple par Pierre Bourdieu et Michel Pinçon3.

24Ce concept a été mis en valeur pour tenter d’avancer dans les problèmes de besoins dits « sociaux » et pour éclairer les disfonctionnements apparents dans les comportements sociaux.

25Comment les animaux sociaux que nous sommes fonctionnent-ils ?

26Pour ces auteurs l’habitus est comme une sorte de boîte noire. L’habitus n’est pas une somme de prédispositions naturelles mais bien au contraire une organisation structurée de potentialités de pratiques qui est l’aboutissement du choc interactif entre les différentes composantes de la relation sociale, ou encore l’intériorisation de l’extériorité.

  • 4 Mon oncle d’Amérique. Film d’Alain Resnais, 1980.
    H. LABO RIT.- L’homme et la ville – Paris Flammari (...)

27Pour notre part, nous trouvons dans « Mon oncle d’Amérique » un bel exemple du procès d’habitus4.

28Il va de soi que la place dans le procès de production est bien un constituant de l’habitus et l’on peut parler de l’habitus de classe quoiqu’encore la place dans le procès de production ne soit pas toujours la même au cours d’une vie. Mais pour nous le milieu et les relations sociales de la reproduction de la force de travail sont toutes aussi déterminantes et ont autant de poids que la place dans le procès de production. Nous sommes convaincus avec M. Pinçon qu’il n’y a pas deux sphères, celle du travail et celle de la reproduction de la sphère de travail. Peut-être pour la simple raison qu’on ne peut compartimenter les hommes en différents sous-ensembles. Le milieu et les relations sociales qu’il vit imposent à l’individu des schèmes de pratiques. Ces schèmes de pratiques s’extériorisent d’une manière ou d’une autre suivant les possibilités offertes aussi bien dans les relations sociales que dans le milieu. Nous ne soulignerons peut-être jamais assez par rapport à P. Bourdieu l’importance du milieu et si grosso modo l’individu qui travaille par exemple passe environ huit heures par jour au travail il ne faut pas oublier l’importance des deux autres tiers de jour qu’il passe ailleurs. Nous noterons aussi d’emblée une difficulté supplémentaire car si l’on peut parler de l’habitus de classe de l’individu appartenant à la classe ouvrière, que peut-on dire au niveau du ménage ?

29Définir la classe du ménage par la place dans le procès de production du chef de ménage nous apparaît comme abusif. Ne risque-t-on pas en usant de la même notion de classe moyenne d’en faire un fourre tout qui regrouperait en fait 90 % de la population.

30En général, la recherche et les aménageurs se sont beaucoup penchés, toutes choses égales par ailleurs, avec plus ou moins de bonheur sur les constituants de l’habitus tant d’un point de vue de la place dans le procès de production que du point de vue de leur place dans le milieu. Les travailleurs sociaux par exemple sont très fiers de leurs études de milieu tant social que physique. Pour notre part nous proposons d’inverser la démarche et d’étudier les effects de l’habitus à savoir les pratiques. Celles-ci sont comprises comme des outputs des habitus et révélatrices de ceux-ci. Nous pensons, dans ce sens, que nous pourrons, en poursuivant notre démarche, réaliser quelques apports aux problèmes des classes sociales anciennes ou nouvelles, c’est donc à partir d’un milieu physique, le pavillonnaire péri-urbain, que nous amorçons notre approche.

2 - DES PRATIQUES DE L’ESPACE QUOTIDIEN AU PERI-URBAIN

31Etudier les pratiques c’est étudier la mise en application de la formule chère aux existentialistes « faire et en se faisant ce faire ». Les espaces usés par l’habitant sont les espaces de l’habitant.

32Comment ces espaces se combinent-ils, s’agencent-ils ?

33Les pratiques de l’habitant autorévèlent l’aménagement dans un système cybernétique où l’habitant est tout à la fois aménageur et aménagé, où les milieux tant physiques que sociaux sont interactivement et alternativement aménageants.

34L’espace de l’habitant nous donne l’échelle spatiale pour travailler du m2 modulaire à la centaine de km2 du quartier (nomenclature supra).

35Les vingt quatre heures du jour et de la nuit nous donnent l’échelle de temps précise et universelle.

36Le problème principal reste et demeure celui des données à recueillir et à traiter. Quelles données significatives ?

37Pour notre part nous avons retenu deux types de pratiques qui correspondent à deux types d’espaces :

  1. comportements d’achats de produits, essentiellement pour appréhender le module,

  2. usage des lieux pour étudier les espaces de la pièce au quartier, en distinguant tout particulièrement l’ilôt (nomenclature de J.P. Ferrier) qui correspond à la ZAC.

2.1. - Formation de l’espace modulaire : chronologie d’achats

38L’entrée dans la maison individuelle est, toutes choses égales par ailleurs, un acte important dans la vie de l’habitant. Si de surcroît cet emménagement est lié à l’accession à la propriété, on peut présupposer que c’est un acte engageant et signe du comportement avec le milieu tant physique que social. C’est dans ce sens que nous avons élaboré une batterie de questions sur la manière de se procurer des produits et la fréquence de leurs usages.

39Pour le ménage nous avons relevé : l’ordre chronologique d’acquisition d’objets ou d’exécution de certains travaux en distinguant les acquisitions nouvelles et les renouvellements :

  • équipements de la cuisine ;

  • équipements des pièces ;

  • aménagement du jardin ;

  • modification dans la maison ou à l’extérieur ;

  • achat d’automobiles ;

  • équipement en matériel de bricolage.

40Il ne s’agit pas seulement d’effectuer le comptage différentiel des aménagements réalisés suivant différents critères tels que l’ancienneté dans le logement, le revenu du ménage... etc, mais surtout de mesurer la proximité temporelle de ceux-ci. Comment s’agence l’équipement du logement neuf ? Quelles sont les constantes ? Y-a-t-il à logement neuf équipement neuf ? Peut-on parler de standardisation ?

41Pour les individus (l’homme et la femme), nous avons tenté de cerner l’usage de l’équipement de la maison individuelle par une série de questions sur les fréquences (jamais, un peu, moyennement, beaucoup). Quelles places sont faites au travail domestique, à l’autoproduction, au bricolage, au « faites le vous-mêmes ». De quoi est composé l’espace modulaire et quelles sont les différenciations sociales, sexuelles, économiques... etc.

42Ce nouvel espace donné engendre-t-il un nouveau faire dans l’utilisation de l’espace (stockage), dans les relations sociales, dans les comportements d’achat, dans la gestion de son temps et de ses activités... etc.

43Enfin, nous avons interrogé les individus sur leurs projets. Quelles sont les réalisations qu’ils comptent effectuer au cours des cinq prochaines années. Il s’agit ici de repérer les priorités tant au niveau d’achats de produits matériels (télévision, voiture) que d’aménagements (revêtements de sols, aménagement de combles, terrasse) que de loisirs (voyage vacances, ski, cinéma...) sans tenir compte de la valeur d’échange de ces produits. La priorité constitue la mesure. Quels sont les constituants des espaces modulaires retenus comme prioritaires par les hommes, par les femmes, par exemple ?

44L’espace modulaire péri-urbain est-il différent des autres espaces modulaires ? Les résidents de maison individuelle en péri-urbain ont-ils des pratiques spécifiques ? L’homme péri-urbain existe-t-il ?

2.2. - Formation de l’espace quotidien, de la pièce ou quartier : budget temps

45Avec cette enquête nous avons voulu cerner les lieux de l’habitant. Où est-il ? Nous avons privilégié dans une certaine mesure la localisation de l’individu par rapport à son activité. Que fait-il ? Ainsi dans notre bordereau d’enquête sur le budget temps de l’espace, nous avons retenu quatre types de localisations :

  • la maison ;

  • la ZAC ;

  • le lieu de travail ;

  • ailleurs.

46La maison correspond aux espaces géographiques de niveaux 2 à 4 dans la nomenclature de J.P. Ferrier avec des rubriques correspondant à des localisations précises : cuisine, salle de séjour, chambre, jardin, garage, téléphone, salle de bains. Il n’y a pas eu de problèmes pour les enquêtés. La rubrique ailleurs a été très peu utilisée sauf par quelques individus (en général enseignants) qui l’ont utilisée pour la rubrique bureau.

47La ZAC correspond donc à l’ilot. Les rubriques proposées sont déjà plus fonctionnelles. Nous y trouvons le trajet école/gardienne, la promenade, le café tabac, les boutiques du centre commercial, le centre de soins, l’église.

48Le travail. Nous atteignons là les espaces de niveau 6. Nous avons retenu trois possibilités : le trajet, le lieu de travail (qui n’est pas un lieu dans le cas des travailleurs itinérants), la cantine.

49Ailleurs. A partir de là nous entrons dans les grands espaces et nous avons réalisé un compromis entre des localisations et des fonctions.

50 des items plutôt localisés :

marchand du centre
autres commerces
grandes surfaces
services administratifs et financiers
plage
montagne
campagne

51 des items correspondant plutôt à une fonction :

trajet
restaurant, cafétéria
coiffure, esthétique
soins médicaux
spectacles, loisirs
réunion
lieux de sports
chez des amis
chez des parents
en promenade

52Les enquêtés ont donc tracé pour une période de 4 fois 24 heures leur emploi du temps avec des rubriques correspondant à leurs localisations, ceci du vendredi au lundi.

53Il ne semble pas que les enquêtés aient rencontré de difficultés particulières. Sur 110 enquêtes distribuées, 85 sont rentrées et 83 sont exploitables.

54Toutefois, nous regrettons de ne pas avoir retenu pour la maison des lieux comme les dégagements, les couloirs, la lingerie, pour la ZAC les items voisins ou parents que nous avons localisés uniquement dans la rubrique ailleurs.

55Par le biais du budget temps nous avons rassemblé de nombreuses questions fastidieuses pour les enquêtés, alors que le protocole présenté a été accueilli comme un jeu.

56Notre objectif à travers l’exploitation du budget temps de l’espace quotidien est de mieux cerner les pratiques de consommation de lieux. Il s’agit d’établir une typologie des consommations corrélées à la maison individuelle située en péri urbain. Notre enquête n’est qu’une première expérimentation. Elle est certainement susceptible d’améliorations. Avec ces données nous comptons créer de nouvelles variables simples ou combinées, établies soit à partir d’un fichier « individus » soit à partir d’un fichier « ménages » dans la mesure où nous avons les protocoles pour chaque individu du couple. Par exemple nous avons créé la variable « durée » qui donnera une classification et traduira les espaces en longs et courts. La variable fréquence pour traduire les espaces de passage et les espaces de séjour ; celle des instants, pour les lieux du matin, midi, soir ; celle des successions avec les espaces ordonnés et les espaces d’impulsion ; celle de la coprésence pour les espaces de solitude et les espaces pluriel, celle de jour pour les espaces banaux et les espaces singuliers.

2.3. - Essai de traitement des données

57L’exploitation des données consistera essentiellement à décrire le type ou les types de pratiques rencontrées en mettant en évidence les corrélations existantes entre les variables quelles qu’elles soient.

58Plus qu’un repérage et une analyse des différentes pratiques, c’est leurs liaisons qui nous intéressent dans la perspective d’une analyse systémique. Les pratiques ne sont pas des éléments que l’on peut additionner dont le tout serait égal à la somme des parties. Les pratiques sont constituées de la réunion d’éléments et de leurs liaisons. Notre projet consiste non seulement à repérer les éléments mais tout autant leurs liaisons. On présuppose que l’habitus porte plus particulièrement sur les liaisons, les ordres que sur l’existence ou la non-existence de telle ou telle pratique.

59Plutôt que d’effectuer une partition dichotomique des pratiques donc des individus selon « fait, ne fait pas » ou selon le rythme (1 fois/semaine, 1 fois/mois, 1 fois/an) il nous a semblé plus pertinent pour une approche systémique de proposer aux enquêtés une échelle de fréquence ou de chronologie ou d’acquiescement (4 : tout à fait d’accord/beaucoup ; 1 : pas dut tout d’accord/jamais). Si les grandeurs ne sont plus mesurables (parce que l’unité de mesure dépend de l’observé) l’ordre demeure pour chaque individu. Pour celui-ci, ce qui est noté 4 est plus fort que celui qui est noté 1 et réciproquement. Les oppositions entre certains éléments des pratiques sont mis à jour comme les similarités. Au cours des questions l’enquêté garde le même sens à la graduation 4 comme à la graduation 1, donc toutes les pratiques notées 4 sont à reprocher comme sont éloignées celles notées 1. Nous obtenons ainsi pour chaque individu une matrice de similarité. L’analyse multidimensionnelle non métrique nous permet d’élaborer à partir des données initiales de classement de similarités, une configuration spatiale métrique en n dimensions telle que la hiérarchie des distances entre les points de la configuration respecte au mieux la hiérarchie des similarités de départ.

60Nous entrons par là dans des métriques non euclidiennes, les objets, les pratiques sont présentées aux enquêtés à des fins de classement sans qu’on leur fournisse d’attributs susceptibles de décrire ou de classer les propositions étudiées. En d’autres termes, l’objectif principal de la recherche est d’inventorier les familles de pratiques c’est-à-dire d’établir une typologie des effects des habitus à partir de données aussi peu homogènes que les variables sociodémographiques, les comportements d’achats, les pratiques spatiales. Chaque variable a une signification similaire et non sudéterminante. L’information recueillie qu’elle soit sur la profession, la taille de la famille ou l’usage du jardin n’a pas plus de sens ou de poids explicatif. Ce qu’on appelle « idéologique » est aussi significatif que ce qui est matériel ou ce qui est usage. C’est la coprésence ou non d’éléments comme les comportements, les usages, les opinions qui nous intéressent et constitueront les sources pour un canevas explicatif.

3 - QUESTIONS AUX AMENAGEURS

61« Les maisons individuelles en accession à la propriété à la ZAC du Perlic sont-elles des logements type H.L.M. mis à l’horizontal ? » comme nous l’a affirmé un résident. Le cadre de vie n’aurait-il aucune incidence sur les modes de vie (toutes choses égales par ailleurs) ? C’est à cette question que notre recherche veut tenter de répondre.

62L’espace n’est pas neutre, que ce soit l’espace modulaire ou l’espace quartier (nomenclature supra). Le milieu physique dans lequel évolue l’individu pèse tous les jours de la vie quotidienne. Peut-être l’homme d’aujourd’hui et notamment l’homme péri-urbain est surdéterminé par l’offre qui le précède. Cette offre est finie, ses possibilités ne sont peut-être pas aussi vastes qu’on voudrait nous le faire croire (cf. la surenchère à l’identique de la promotion de la maison individuelle). Et il est difficile de se loger en collectif avec une surface d’habitation équivalente à l’offre du logement individuel. Parallèlement, l’espace modulaire est agrémenté par exemple de luminaires reproduits en quantité industrielle. Là encore l’offre précède la demande. L’offre d’espace se présente comme les menus des logiciels informatiques. Les impératifs de la production industrielle ne laissent guère de place à l’imagination de l’individu pour créer son espace modulaire.

63Les possibilités sont-elles supérieures en ce qui concerne les espaces plus vastes, de la pièce à la parcelle ? Les matériaux légers utilisés dans la construction des maisons individuelles, le fait d’être maître chez soi des propriétaires sont-ils suffisants pour permettre que l’individu influe sur son environnement spatial et l’aménage selon « son bon plaisir » ?

  • 5 Ivan ILLICH.- Une société sans école – Le Seuil Paris 1971.223 p.

64Comment rendre l’aménagement aux aménagés ? Ou plutôt comment les aménagés peuvent-ils redevenir aménageurs ?5.

65Il y a de nombreuses contradictions dans l’espace de l’habitant péri-urbain. Bien souvent un meilleur cadre de vie pour les enfants sont la raison donnée pour justifier l’acquisition d’une maison individuelle et pourtant la formation du ménage dans sa composition avec des enfants n’a qu’un temps. Nous touchons là à un des paradoxes de l’aménagement : c’est-à-dire aménager une structure spatiale qui ne concorde pas forcément dans le temps avec la structure sociale.

66Dans une société de masse, comment peut-on concrétiser dans l’espace la convivialité ? Peut-on par exemple supporter d’être envahi dans sa maison par la multitude des voisins ?

67La médiation de la relation sociale par l’ouverture d’un centre social, le développement des radios locales correspond-elle au projet des habitants ?

68Le rejet des enfants des espaces ouverts (jardin et rue) pour cause de bris de rose et de tapage n’est-il que la résurgence d’un vieil habitus acquis dans un autre espace ? Le temps le dira.

69Pourquoi imposer des m2 sociaux, un pourcentage artistique à des espaces avant que les habitants aient l’initiative de réalisation ?

70Peut-on appliquer à un espace neuf des règlementations produites dans un autre temps pour d’autres lieux ?

71Comment intégrer un espace neuf dans un ensemble plus ancien : par exemple, comment a-t-on pu accepter l’ouverture de 12 salles de cinéma sur un espace de moins d’un hectare, au centre de Pau ? Peut-on envisager l’aménagement à l’intérieur seulement des frontières communales ?

72Comment concrétiser l’appropriation de l’espace par habitant ? La reterritorialisation ne peut être qu’une dynamique, une lutte, une conquête. Permettre aux individus d’être autonomes, rendre l’imagination à l’habitant exigent une autre conception du pouvoir local, un autre mode de production du cadre de vie. Les maisons individuelles à terminer, l’accession à la propriété sont-elles des étapes suffisantes vers l’autoaménagement ?

Notes

1 Henri LEFEBVRE La révolution urbaine – Paris, Gallimard. Idées 1970.

2 Géopoint 1982. Groupe Dupont, Université de Genève, de Lausanne. « Les territoires de la vie quotidienne ». 442 p. Avignon 1983.

3 Michel PINCON.- Besoins et habitus. Critique de la notion de besoin et théorie de la pratique. C.S.U. Paris 1978. 140 p.

4 Mon oncle d’Amérique. Film d’Alain Resnais, 1980.
H. LABO RIT.- L’homme et la ville – Paris Flammarion 1971.222 p.

5 Ivan ILLICH.- Une société sans école – Le Seuil Paris 1971.223 p.

Auteurs

Ingénieur C.N.R.S. Pau, Laboratoire de Recherches Industrielles et Urbaines Equipe de Recherche Associée au C.N.R.S. 930. Impact socio-spatial de l’Aménagement.

Ingénieur C.N.R.S. Pau, Laboratoire de Recherches Industrielles et Urbaines Equipe de Recherche Associée au C.N.R.S. 930. Impact socio-spatial de l’Aménagement.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search