Version classiqueVersion mobile

Le péri-urbain en Aquitaine

 | 
Pierre Guillaume

III - Le péri-urbain et la société globale

Emploi et périurbanisation

Michèle Baratra et Danièle Leymarie

Texte intégral

  • 1 P. AYDALOT : « L’entreprise dans l’espace urbain », Economica, 1979.

1Les analyses faites de l’évolution péri-urbaine ont toujours très largement privilégié les aspects résidentiels et les conséquences de la demande de logements spécifiques à ces zones : tensions foncières, augmentation des dépenses publiques locales, nouveaux équipements à réaliser... (Rapport MAYOUX). Il est vrai que les espaces suburbains sont marqués de manière particulièrement visible par leurs formes d’habitat, mais ne voir dans cette évolution qu’une logique résidentielle des ménages serait ignorer l’articulation de ces aires à la totalité urbaine, la ville, « matérialisation des stratégies d’entreprises et outil à leur service »1, ne pouvant être saisie, dans son évolution, sans référence à la division technique et sociale du travail.

2La compréhension du phénomène péri-urbain ne peut pas faire l’économie de l’analyse de ses relations à la dynamique de structuration économique de l’espace urbain : les caractéristiques propres à chaque espace différencié n’ont de sens qu’à partir de sa relation aux autres espaces et à la structure globale.

  • 2 SESAME/DATAR : « Péri-urbanisation et aménagement du territoire », Novembre 1979.

3Dans l’espace français, comme le souligne le rapport SESAME/DATAR « Péri-urbanisation et aménagement du territoire »2 les trois pôles de développement péri-urbain majeurs entre 1968 et 1975 sont des zones à nette augmentation de la population active industrielle. Ces zones ont bénéficié entre 1962 et 1975 soit de décentralisation, soit du desserrement des activités de la région parisienne pour la région Ile de France, soit enfin d’un dynamisme industriel régional. Il est ici remarquable de trouver associées étroitement dynamique industrielle et péri-urbanisation avec tout de même une antériorité de l’une par rapport à l’autre.

4Si croissance économique et urbanisation paraissent assez étroitement liées, les formes urbaines produites ne se peuvent plus résumer en une simple opposition urbain productif – urbain résidentiel se matérialisant dans l’opposition spatiale centre-banlieue.

  • 3 Cf. H. COING : « La ville, marché de l’emploi », Presses Universitaires de Grenoble, 1982.

5La croissance urbaine extensive a généré des sous-espaces entre lesquels sont apparus des rapports nouveaux, la centralité de plus en plus distante ne pouvant plus justifier la recherche d’une cohésion dans l’organisation spatiale. Des logiques spatiales s’opposent et se conjuguent pour donner son visage à l’agglomération urbaine. La connaissance de ces nouveaux rapports et la recherche des logiques spatiales qui ont présidé à la diffusion progressive de l’urbanisation devraient nous permettre d’aller plus à fond dans l’analyse de la périurbanisation et son devenir. Si la recherche urbaine de ces dernières années a découvert les politiques d’entreprises comme facteur fondamental de l’organisation urbaine (Aydalot, Bleitrach, Castells, Coing, Lojkine) il reste à approfondir le rapport des phénomènes d’emploi au fonctionnement urbain3.

6Les études sur le « marché du travail local » restent pour la plupart peu « urbaines », alors que de son côté la recherche urbaine a mis l’accent sur les conditions de reproduction de la force de travail, mais n’a pas attaché la même importance aux mécanismes de son allocation ou aux modalités de mobilisation.

7Les activités se déplacent dans l’espace urbain, les structures industrielles se transforment en liaison avec les formes nouvelles de fonctionnement des entreprises (division du travail, processus de déqualification, éclatement des fonctions de l’entreprise, spécialisation des établissements, mais aussi concentration liée aux novations techniques qui ont permis la standardisation). Comment s’inscrivent dans l’espace les stratégies d’entreprises qui s’adaptent et produisent des différenciations spatiales structurant l’ensemble urbain ? Comment les localisations des activités mettent ainsi en route des processus de mobilité résidentielle ?

8Telles sont quelques questions pour lesquelles nous souhaitons ébaucher ici des éléments de réponse sans qu’il soit possible dès maintenant de proposer une synthèse des interrelations activités-habitat.

9L’important est pour nous de montrer combien l’évolution urbaine et par là même la péri-urbanisation est dépendante des structures économiques et de la division du travail.

10Nous présenterons ici quelques points de réflexion issus de notre démarche de recherche appliquée à l’Aquitaine à travers une approche d’une part de la redistribution spatiale des activités, d’autre part de la relation habitat/emploi.

1 - UNE REDISTRIBUTION DES ACTIVITES DANS L’ESPACE URBAIN

  • 4 Que ce soit en France :
    Dans les travaux de P. AYDALOT, sur le thème « Mouvements d’activités dans (...)

11Le desserrement des activités dans l’ensemble urbain est un des phénomènes qui ont modifié depuis une vingtaine d’années, la structure de la ville et la vie quotidienne de ses habitants par l’éclatement des zones d’emplois. Toutes les observations4 concordent pour affirmer que le glissement vers la périphérie des activités industrielles, notamment, n’est aucunement un phénomène marginal et qu’il s’agit d’évolutions qui en quelques années modifient fondamentalement les structures urbaines. Il est par ailleurs certain que le desserrement des activités industrielles entre à part entière dans les processus qui stimulent la croissance périphérique, comme l’ont montré les travaux réalisés par J.P. Laborie dans le cadre de « L’enjeu péri-urbain ».

1.1. - Qu’en est-il de la réalité du phénomène dans les villes aquitaines ?

12Bien qu’il n’existe pas de données plus récentes que celles issues du recensement de 1975, l’observation de l’évolution des structures d’emplois par grands secteurs dans les agglomérations d’étude du péri-urbain vient confirmer immédiatement la désindustrialisation des centres (Tableau 1 - Voir page suivante).

13Toutes les communes centres ont connu entre 1962 et 1975 une augmentation du nombre d’emplois offerts, mais la variation est très différente suivant les cas : très marquée pour Pau (et Mont de Marsan où elle semble s’expliquer par une croissance des effectifs employés par l’armée), encore nette pour Dax, Bayonne, Agen (les « villes moyennes » du littoral et de la vallée de la Garonne), elle est bien moindre à Périgueux et à Bordeaux, où ce ralentissement semble accompagner la diminution de la population résidente.

14On est ici tenté de rapprocher ces différentes évolutions des différents stades de la vie de l’agglomération autour de la commune centre.

15Dans les communes centrales, on assiste par contre entre 1962 et 1975 à une transformation de la structure des emplois offerts, par une tendance générale à la baisse des emplois industriels et à la montée des emplois tertiaires. La diminution des emplois industriels est sérieuse à Agen, Bordeaux et Périgueux, moindre à Dax et Bayonne, quasiment nulle à Pau. Les plus fortes poussées tertiaires se remarquent à Pau, Dax, Agen et Bayonne, elles sont de moindre amplitude à Bordeaux et Périgueux.

TABLEAU I. LA DESINDUSTRIALISATION DES CENTRES

TABLEAU I. LA DESINDUSTRIALISATION DES CENTRES

Source : Recensements population INSEE 1962-1975

16Les évolutions respectives des emplois industriels et tertiaires dans les centres des agglomérations sont d’autant plus remarquables que sur la même période (62-75), l’emploi industriel a progressé d’environ 15 % dans la région Aquitaine, dans le même temps le tertiaire augmentait de 38 %. On a donc assisté sur cette période à une redistribution à partir des communes-centres des emplois du secteur secondaire vers l’extérieur alors que les emplois de services y progressaient en suivant une tendance régionale modulée par les spécificités communales.

17Ces déplacements d’activités à l’intérieur de l’espace urbain se conjuguent à un accueil privilégié des emplois supplémentaires dans les communes périphériques. Bien qu’il soit difficile de suivre les structures d’emplois à travers l’évolution des définitions d’agglomération retenues par l’I.N.S.E.E. pour collecter l’information, il apparaît clairement (cf. tableau 1 et 2 que la part des actifs de la commune centre dans l’ensemble de l’agglomération va diminuant. Pour ne prendre que l’exemple de l’agglomération bordelaise alors qu’elle a accueilli entre 1968 et 1975, 32 500 emplois nouveaux, 2000 seulement se sont installés à Bordeaux.

TABLEAU II. PART DES ACTIFS DE LA COMMUNE-CENTRE DANS L’ENSEMBLE DES COMMUNES DE L’AGGLOMERATION

TABLEAU II. PART DES ACTIFS DE LA COMMUNE-CENTRE DANS L’ENSEMBLE DES COMMUNES DE L’AGGLOMERATION

Source : données INSEE R.P. 1962 et R.P. 1975.

Carte 1. LA DECROISSANCE DE LA PART DES ACTIFS SECONDAIRES DANS LA COMMUNE CENTRE DES AGGLOMERATIONS EN 1962 ET 1975

Carte 1. LA DECROISSANCE DE LA PART DES ACTIFS SECONDAIRES DANS LA COMMUNE CENTRE DES AGGLOMERATIONS EN 1962 ET 1975

Source : I.E.R.S.O. M.B. 1983

Carte 2. LA DECROISSANCE DE LA PART DES ACTIFS SECONDAIRES DANS LA COMMUNE CENTRE

Carte 2. LA DECROISSANCE DE LA PART DES ACTIFS SECONDAIRES DANS LA COMMUNE CENTRE

Source : I.E.R.S.O. M.B. 1983

18Ce sont donc deux mécanismes qui se confortent pour modifier la structure d’activités de l’ensemble urbain et donner une dimension économique aux espaces suburbains. L’approche détaillée du mouvement des entreprises industrielles dans l’agglomération bordelaise permet de mieux saisir la dimension temporelle, les activités et les espaces concernés par cette évolution.

1.2. - Le desserrement industriel dans l’agglomération bordelaise

19L’étude du phénomène à partir du fichier de la C.C.I. concernant les activités industrielles de plus de 10 salariés localisées au début de 1980 dans l’agglomération permet d’appréhender l’ampleur du mouvement. L’analyse exhaustive par un retour aux fiches manuelles individuelles où sont répertoriés les évènements ayant constitué l’histoire de chaque entreprise, fait ressortir que 40 % des entreprises implantées en 1980 dans les communes périphériques sont issus de délocalisation ayant affecté la commune centre ou de vieilles communes de banlieue telles que Bègles, Talence ou Le Bouscat (cf. tableau III). Ces délocalisations ont commencé dès le début des années soixante à un rythme régulier pour s’accélérer à partir de 1972 et passer par un maximum en 76 (21 changements de localisations), la tendance à partir de cette année semblant être à l’amortissement (cf. graphique). Il est cependant difficile d’en conclure que le mouvement est en voie d’extinction avant d’avoir vérifié si le report ne s’effectue pas dans des franges urbaines plus lointaines, même si toutes les études sur le thème ont montré que le changement de localisation est souvent associé à un dynamisme économique pour lequel la période présente est peu favorable. L’effet du ralentissement de l’activité économique peut rester négligeable au regard des mouvements impulsés par les profondes restructurations que connaît l’appareil productif liées à l’accentuation de la division du travail, dont les effets se manifestent par la mobilité, générant et intégrant des spécialisations de l’espace urbain.

Desserement des entreprises industrielles dans les communes périphériques de de l’agglomération bordelaise

Desserement des entreprises industrielles dans les communes périphériques de de l’agglomération bordelaise

Source : Exploitation du fichier de Chambre de Commerce et d’Industrie DL 1980

20Les principales communes d’accueil ont été, par ordre décroissant, Mérignac qui a reçu près du quart des entreprises sorties de Bordeaux, Pessac (18 %) puis Artigues, Bègles et Blanquefort qui reçoivent respectivement environ 8 % des délocalisations. Les autres mouvements s’éparpillent dans un grand nombre de communes périphériques comme le montre le tableau ci-après. Le desserrement apparaît donc comme un phénomène qui, s’il touche de façon privilégiée certaines zones (la zone Sud-Ouest accueille plus de la moitié des délocalisations) concerne l’ensemble urbain aggloméré dans sa quasi totalité.

TABLEAU III. PROFIL INDUSTRIEL DES COMMUNES D’ACCUEIL D’ENTREPRISES DECENTRALISEES (EN 1980)

TABLEAU III. PROFIL INDUSTRIEL DES COMMUNES D’ACCUEIL D’ENTREPRISES DECENTRALISEES (EN 1980)

Source : Exploitation du fichier Chambre de Commerce et d’industrie DL 1980

21On est tenté ici de rapprocher l’inscription dans le temps et l’ampleur du mouvement de desserrement de la croissance démographique récente observée dans les espaces péri-urbains limitrophes. Il nous semble remarquable en effet que les cantons ayant connu la plus forte croissance entre 1975 et 1982 aux franges de l’agglomération bordelaise soient ceux de Mérignac (partie rurale) avec+ 113 %, de Gradignan+35,7 % et Blanquefort+32,2 % au regard de l’importance du desserrement dans cette partie de l’agglomération de la fin des années soixante jusqu’aux années 1975-1976. On ne peut donc affirmer une relation simple de cause à effet entre les deux phénomènes mais les observations viennent confirmer la forte interdépendance entre mobilité des activités et croissance de l’habitat dans le péri-urbain.

22C’est à essayer de mieux comprendre les dynamiques liant lieux d’habitat et lieux d’emploi à travers les stratégies de localisation, les politiques de mobilisation de la main-d’œuvre présidant à l’intégration progressive des marges urbaines dans l’agglomération, que vont s’attacher les réflexions qui suivent.

2 - RELATIONS LIEUX D’HABITAT, LIEUX D’EMPLOI ET DYNAMIQUE D’INTEGRATION

  • 5 in « Enjeu périurbain », D.A.T.A.R. op. cit. supra.

23Chaque changement de localisation d’une entreprise suppose une modification des rapports spatiaux entre les emplois offerts et la force de travail qui les occupe. Analyser l’évolution de ces rapports pose tous les problèmes de l’urbanisation définie comme l’articulation entre les éléments localisés de la sphère productive et de la sphère de reproduction5. S’il n’est pas question de réduire ici les articulations entre la mobilité des entreprises et la mobilité des individus au seul domaine des logiques d’entreprise, il s’agit de mieux comprendre l’interdépendance de l’une et de l’autre afin de mieux saisir la dynamique d’urbanisation.

24La présentation de l’impact spatial d’une entreprise délocalisée dans une commune péri-urbaine de l’agglomération bordelaise ne peut constituer à elle seule une démonstration. Mais, partant de l’entreprise, l’information permet de mieux mettre en évidence le rôle de celle-ci dans la dynamique d’urbanisation.

2.1. - Les effets spatiaux de la délocalisation d’une entreprise en péri-urbain

25L’entreprise a été choisie pour observer les relations existant entre lieux d’habitat et lieux d’emploi pour trois raisons principales :

26– C’est un établissement qui a changé de localisation depuis moins de 10 ans, qui occupe une majorité de main-d’œuvre féminine, et dont le nombre de salariés est suffisamment grand (de 200 à 500 personnes) pour rendre fiable les observations collectées.

27Les conclusions que nous présentons ici ont pu être établies grâce à la participation du directeur de l’entreprise qui nous a retracé dans ses grandes lignes l’historique de la délocalisation et nous a autorisé à consulter, avec l’aide de la responsable, les fichiers du personnel en 1974 et 1982.

28Bref historique :

29L’usine établie autrefois à Bègles comptait en 1972 environ 200 salariés, habitant pour la plupart (65 %) Bègles, Villenave d’Ornon, Talence et Bordeaux. C’était un établissement secondaire dépendant d’une direction située à Paris (et Paris gérait alors les dossiers de personnel, ce qui explique l’absence de fichier et nous a interdit d’établir très exactement le bassin d’emploi à cette date).

30La décentralisation de cette unité de fabrication de la branche agro-alimentaire correspond aux besoins d’expansion puisque l’ancienne usine installée dans une zone de vieille urbanisation et traditionnellement industrielle va voir plus que doubler ses effectifs dans un cadre entièrement rural (cf. photos de la « lande » de Gazinet en 1972), la seule référence bâtie étant à l’époque le bourg ancien de Gazinet.

31Les raisons du choix de l’implantation avancées par le directeur sont significatives de la stratégie de l’entreprise : le terrain devait être :

  • au « Sud » de Bordeaux,
  • à proximité de l’aéroport pour une plus grande facilité d’accès, ajoutons qu’il était facilement raccordable à la voie ferrée Bordeaux-Hendaye, à proximité de ce qui allait devenir l’autoroute d’Arcachon-Bayonne (ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les deux premières sorties de cette autoroute correspondent à deux zones d’activité industrielle « Pessac-Bersol ». Z.l. de Pessac et « Cestas-Gazinet »).

32Ce choix certes guidé par les avantages de situation du terrain, l’a aussi été par le réservoir de main-d’œuvre, même si ce n’est pas exprimé en termes aussi précis : « Il fallait rester au Sud de Bordeaux, à cause de la localisation de l’ancienne usine », « il vaut mieux embaucher des gens de la commune, c’est plus pratique pour les personnels qui travaillent en 2/8 », « d’ailleurs les embauches actuelles privilégient Cestas et Pessac ». L’année de son implantation, l’entreprise a ainsi puisé systématiquement pour le recrutement de sa main-d’œuvre non qualifiée dans le bassin d’emploi constitué par la commune de localisation et les communes limitrophes. En témoigne le fort turn-over (essentiellement des femmes jeunes) observé durant l’année 1973, environ 5 personnes recrutées pour un emploi, nombreuses étaient les personnes qui ne restaient que quelques jours dans l’entreprise.

33Pour mieux drainer ce bassin de main-d’œuvre, l’entreprise a par ailleurs mis sur pied deux services de ramassage par bus : un à proximité de la première implantation (Bègles, Villenave, Talence) réservé aux salariés de l’ancienne usine, l’autre dans les communes proches, déjà bien urbanisées et avec certains quartiers à dominante populaire : Mérignac, Pessac.

34Le bassin d’emploi de l’entreprise, 10 ans après son changement de localisation, repéré par le domicile du personnel salarié (420 personnes, à prédominance féminine : 64 % de femmes), montre bien l’ancrage de l’entreprise dans l’espace environnant. La figuration (carte 3) pour laquelle ont été délimitées trois zones de résidence, « proximité immédiate », « 5 kms maximum », « 10 kms maximum », fait apparaître la répartition suivante :

  • habitent à proximité immédiate de l’usine de Gazinet (moins de deux kilomètres) 15 % du personnel (zone I) ;
  • habitent dans une zone de 2 à 5 kms au Sud et à l’Est de l’usine, 59 % du personnel. Cette zone II comprend les communes de Pessac (partie anciennement urbanisée et quartiers neufs à l’Ouest), Mérignac, Cestas, et Canéjan, en cours d’urbanisation ;
  • enfin, une zone III, située de 5 à 10 kms à l’Est, compte 25 % de personnel, habitant Bègles, Talence, Villenave d’Ornon, Bordeaux.

35La plupart (80 %) sont localisés autour d’un axe reliant l’ancien établissement de Bègles au nouvel établissement de Gazinet (environ 10 kms à vol d’oiseau). Le figuré sur la carte de l’ancien bassin d’emploi de l’usine de Bègles permet d’apprécier le déplacement qui s’est effectué vers l’Ouest à la suite de la délocalisation de l’entreprise.

36Il nous faut souligner ici que la qualification dans l’emploi et le sexe (les deux étant d’ailleurs très fortement interdépendants) apparaissent discriminants quant à l’éloignement du lieu de résidence.

37La main-d’œuvre non qualifiée (manœuvres et ouvriers spécialisés) se trouve sur place (72 % à moins de 5 kms, 21 % entre 5 et 10 kms) alors que le lieu de résidence du personnel qualifié est plus dispersé, notamment concernant les catégories de techniciens et cadres (65 % entre 2 et 5 kms et 30 % de 5 à 10 kms). Ces écarts se trouvent renforcés selon le sexe des personnels : les femmes non qualifiées se déplacent moins que les hommes non qualifiés, alors qu’avec une qualification dans l’emploi s’observe le phénomène inverse.

CARTE No 3. 1982 REPARTITION DES SALARIES SUIVANT LEUR COMMUNE DE RESIDENCE

CARTE No 3. 1982 REPARTITION DES SALARIES SUIVANT LEUR COMMUNE DE RESIDENCE

Source IERSO M. B. 1982

  • 6 Cf. BOUFFARTIGUE : « Espace urbain, transports et classe ouvrière », thèse 3ème cycle, Aix en Prov (...)

38Il est évident que la nature banale des emplois non qualifiés permet aux entreprises de trouver la main-d’œuvre nécessaire à proximité dans le même temps où elle amène les salariés à se contenter des emplois les moins éloignés6, ceci étant d’autant plus vrai que les emplois sont occupés par des travailleurs « captifs » du système des transports, notamment en zone péri-urbaine. Il y a ainsi intégration par l’entreprise, dans sa délocalisation, des caractéristiques spatiales du marché local de la force de travail générées par l’urbanisation.

39Mais dans le même temps, ce desserrement va rétroagir sur l’urbanisation, modifiant à la fois les caractéristiques des espaces émetteur (ancienne localisation) et récepteur (nouvelle localisation). C’est un des aspects que feront ressortir les changements de résidence observés après le déplacement de l’entreprise.

40Dix ans après le changement de localisation plus de la moitié des salariés de l’ancien établissement est encore présente, permanence organisée par l’entreprise puisqu’un ramassage de personnel est assuré dans les communes constituant l’ancien bassin d’emploi, dont sont exclues les personnes nouvellement recrutées. Mais le desserrement a généré deux types de réactions de la part de la main-d’œuvre.

  • L’un résulte de l’abandon des postes de travail quelques mois après l’installation en péri-urbain par des salariés résidant dans la proximité immédiate de l’ancienne implantation et dans les quartiers péri-centraux de Bordeaux la jouxtant7. Il aura à l’évidence une incidence sur le marché du travail local ajouté à la disparition d’emplois liée au départ de l’établissement.
  • L’autre se manifeste dans le changement de résidence des salariés ayant suivis l’entreprise en 1973 et encore présents au moment de l’enquête. L’observation des mouvements (figurés sur la carte 4) qui concernent pour les deux tiers la main-d’œuvre qualifiée fait apparaître un net déplacement au domicile vers l’ouest sur :
    • le quartier d’implantation de l’usine : Gazinet ;
    • les communes très proches : Pessac, bourg de Cestas, Canéjan.

41(La moitié des déménagements observés pour les ouvriers qualifiés avaient ces quatres communes comme destination).

42L’effet d’attraction exercé par la nouvelle localisation sur la résidence des salariés est donc ici manifeste. Il est toutefois modéré par l’organisation de transport d’entreprise, notamment pour ce qui concerne le personnel peu qualifié essentiellement féminin dont la captivité bien connue est une limite à la mobilité. Ce sont donc des mécanismes complexes qui opèrent entre espace résidentiel et localisation des activités. Il apparaît certain que l’influence du desserrement ajoute aux incitations à la croissance péri-urbaine dans le même temps où il participe à la dépression des tissus agglomérés anciens sous l’effet conjugué de la croissance de la demande de travail locale et de l’attraction exercée sur les résidences. La dispersion des pôles d’emploi ne modifie cependant pas de façon simple la distribution quantitative des populations, le jeu des rapports entre offre d’emploi et conditions de fonctionnement du marché de l’emploi, remodèle l’espace urbain et organise de nouvelles relations d’interdépendances entre sous-espaces résidentiels et de travail.

CARTE No 4. LES CHANGEMENTS DE DOMICILE ENTRE 1974 ET 1982 POUR LES PERSONNELS TRAVAILLANT AVANT 1974 À BÈGLES ET A PARTIR DE 1974 A GAZINET

CARTE No 4. LES CHANGEMENTS DE DOMICILE ENTRE 1974 ET 1982 POUR LES PERSONNELS TRAVAILLANT AVANT 1974 À BÈGLES ET A PARTIR DE 1974 A GAZINET

Source IERSO M.B. 1982

2.2. - Relations espace résidentiel, espace de travail et mutation urbaine

  • 8 Les données concernant le recensement de 1982, ont été obtenues par un traitement spécifique effec (...)

43L’analyse de l’évolution de la population active8 de 5 communes choisies pour leur place spécifique dans l’urbanisation de l’agglomération bordelaise fait ressortir des évolutions contrastées sur les quinze dernières années et un renforcement des tendances précédentes pour les communes d’urbanisation récente (Artigues, Blanquefort, Cestas).

44– Une seule commune Bègles, connaît une décroissance de sa population active, au même rythme pendant les deux périodes alors que s’accentue la dépopulation. Quant à Mérignac, elle atteint un palier entre 1975-1982 alors qu’elle enregistrait encore des augmentations notables de population active et de population totale dans les années 1968-1975.

45On peut nettement dissocier l’évolution de ces communes d’urbanisation ancienne comptant entre 25 000 et 50 000 habitants en 1968, et s’insérant de longue date dans le tissu de l’agglomération bordelaise et les 3 communes de la périphérie plus lointaine : Artigues, Blanquefort, Cestas.

46Ces dernières encore faiblement urbanisées en 1968 (entre 1000 et 4500 habitants) sont toutes affectées par un mouvement de croissance des populations totale et active d’amplitude diverse.

47A Blanquefort, la population active en croissance modérée, se renforce pendant la période récente alors que la population totale augmente régulièrement (+ 48 % de 68 à 75, + 44 % de 75 à 82).

48– Cestas connaît les croissances les plus élevées, la population active résidente augmentant plus vite que la population totale, ce qui permet à cette commune de « rattraper » en 1982 les taux d’activité de Bègles et Mérignac alors qu’elle était la plus faiblement active en 1968.

49– Artigues, au contraire voit sa population totale s’accroître plus vite que sa population active sur la période récente, malgré une forte progression des emplois offerts par la commune durant la période intercensitaire précédente comme il ressort du tableau suivant :

Tableau V. EMPLOIS ET POPULATION ACTIVE RESIDENTE DANS LES COMMUNES

Tableau V. EMPLOIS ET POPULATION ACTIVE RESIDENTE DANS LES COMMUNES

50Ces évolutions différenciées des populations actives communales, parfois contradictoires au regard des évolutions d’emploi, renvoient à la place respective de chacune des communes dans l’ensemble urbain métropolitain ainsi qu’à l’intégration des actifs dans les structures économiques de l’espace environnant.

  • 9 Actifs arrivés dans la commune pendant la période intercensitaire 75-82.

51L’analyse des mouvements touchant la population active montre des flux importants dans toutes les communes. Ainsi parmi les actifs recensés, les nouveaux résidents9 sont :

5256 % à Artigues

5329 % à Bègles

5456 % à Blanquefort

5564 % à Cestas

5642 % à Mérignac

57Si ces pourcentages sont le reflet à l’évidence des dynamismes communaux pour les communes d’urbanisation récente, ils soulignent combien les soldes observés masquent les entrées et sorties affectant l’espace communal, sur une période intercensitaire.

  • 10 Cf. M. LORANT, in urbanotropismes essai d’interprétation des statistiques migratoires des villes. (...)

58Ainsi la mobilité interne10 immigration-émigration, apparait considérable dans les deux communes d’urbanisation ancienne (30 % à Bègles et plus de 40 % à Mérignac des actifs sont des immigrés récents). Les échanges de population y sont donc importants malgré une apparente stabilité ou même régression. A contrario, les communes qui s’urbanisent sont très attractives (l’immigration y est forte), mais la population installée y apparaît stable si on rapproche les taux de croissance de la population active du pourcentage des nouveaux résidents.

59La même opposition entre communes se retrouve lorsqu’on analyse l’origine des nouveaux habitants.

Tableau VI. ORIGINE DES NOUVEAUX RESIDENTS ACTIFS

Tableau VI. ORIGINE DES NOUVEAUX RESIDENTS ACTIFS

En pourcentage du total de la population active ayant changé de commune entre 1975 et 1982.

60Les apports de population originaire de communes extérieures au SDAU sont importants à Mérignac (61 %), Bègles (42 %) mais aussi Blanquefort (39 %) dont la situation particulière peut s’expliquer tant par sa proximité de Bordeaux que par la rapide mutation de ses activités depuis 1972 (implantation de la plus grande entreprise de l’agglomération). Par contre Cestas et Artigues émergent manifestement du SDAU pour plus de 60 % de leurs actifs. Ces deux communes se construisent de façon privilégiée à partir d’apport de populations arrivant des communes limitrophes ou avoisinantes.

61L’analyse des changements de résidence des actifs fait aussi ressortir deux phénomènes importants pour la compréhension de la dynamique d’urbanisation :

  • Les « vieilles » communes de banlieue de la première couronne, si elles connaissent une stagnation de leur population, n’en jouent pas moins un rôle d’échangeur déterminant, en étant le lieu privilégié d’accueil des immigrants arrivant de l’extérieur de l’aire métropolitaine.
  • En opposition, les communes en cours d’urbanisation aux limites de l’espace aggloméré se forment essentiellement par un glissement des résidences d’une population appartenant déjà à l’agglomération urbaine et plus particulièrement aux communes avoisinantes. Les résidents actifs de ces communes apparaissent par ailleurs beaucoup plus stables. Cette stabilité est à rapprocher du statut d’occupation du logement, s’y trouve en effet un fort taux de propriétaires occupants (80 % à Artigues, 83 % Cestas), mais la question reste posée de la place tenue par la relation résidence, lieu de travail.

62 L’espace de travail autour des communes

  • 11 N’ont été retenues dans un premier temps que les communes accueillant au moins 2 % d’actifs pour u (...)

63La déformation des zones d’emploi (cf. tableau en annexe) analysée sur une période de 15 années (1968, 1975, 1982) suffisamment ample et riche d’évolutions pour que les ajustements survenus ne soient plus des phénomènes marginaux mais intègrent le processus d’urbanisation dans toute sa complexité fait ressortir11 :

  • Une extension de faible amplitude pour les communes de vieille urbanisation dont la zone d’emploi est traditionnelle et en quelque sorte consolidée.
  • Une diffusion importante vers les communes avoisinantes des zones d’emploi initiales pour les communes qui s’urbanisent (sur Blanquefort, St-Médard, Bruges, Eysines et sur Cestas, Talence, Canéjan). Les déformations de l’espace de travail d’Artigues sont plus complexes, à la diffusion sur les communes proches se conjugue l’intégration de communes de la rive gauche. Malgré ces oppositions, on observe dans tous les cas une décroissance continue de la part des emplois offerts par la commune support à ses habitants actifs. Cette évolution paraît compensée à la fois par un renforcement de l’attraction du centre et des communes ayant connu de fortes progressions d’emplois, et par un éparpillement des lieux de travail dans l’espace de proximité. Elle peut être largement attribuée à l’effet de la localisation des lieux de travail des nouveaux résidents. Dans les communes suburbaines, si on exclut les spécificités manifestes liées aux catégories socio-professionnelles, le lieu de travail des nouveaux résidents périphériques apparaît être d’abord la ville centre, ensuite et quasi-exclusivement la commune de résidence et les communes avoisinantes bien dotées en emplois. Semblent ainsi se conjuguer pour organiser la croissance péri-urbaine le desserrement résidentiel et le desserrement des activités créant des zones périphériques d’interdépendance emploi-habitat, n’excluant pas un rapport centre-périphérie encore intense mais diminuant avec la distance au centre.

CONCLUSION

64Toutes les analyses qui viennent d’être développées, et qui doivent être considérées avant tout comme des points de repère, tant la complexité des phénomènes en jeu liée à la difficulté de maîtriser les informations rend ardue la progression dans la connaissance, affirment la nécessité qu’il y a de ne pas dissocier la dynamique résidentielle des villes (dans laquelle s’insère le péri-urbain) de celle de la structure économique urbaine.

  • 12 Le rapport SESAME/DATAR, « Péri-urbanisation et aménagement du territoire », Novembre 1979, fait u (...)

65Le thème « emploi et péri-urbanisation » n’a pas été abordé, de façon délibérée, sous l’angle d’une typologie des emplois péri-urbains12, c’eût été choisir de rétrécir notre champ de recherche et dans le même temps négliger son insertion dans une dynamique globale d’urbanisation. L’évolution économique de l’espace péri-urbain ne peut se comprendre qu’en référence à la hiérarchisation de l’espace productif liée à la division du travail.

  • 13 J.P. LABORIE, in Enjeu péri urbain, opus cit., p. 240.

66Il faut se garder ainsi de raisonner en terme de bassin d’emploi unique couvrant l’aire métropolitaine. Ce concept perd de sa réalité avec l’extension urbaine et ne renvoie qu’au rôle joué par le centre négligeant la structuration qui se fait pour des zones périphériques à l’intérieur desquelles se multiplient les déplacements quotidiens pour le travail, mais aussi les glissements résidentiels. La croissance urbaine modifie la structure du marché du travail et son fonctionnement. « Au marché du travail unique succèdent des micro-bassins d’emploi dont il serait faux de croire que les entreprises ne tiennent aucun compte : elles les utilisent comme elles participent à leur segmentation »13. Une politique visant à structurer les aires péri-urbaines pourrait, s’appuyant sur l’existence de ces zones, favoriser une réelle complémentarité entre localisation d’emplois, offre d’habitat et de services. Elle suppose cependant une réflexion à l’échelle des agglomérations et une cohérence dans les modalités d’attribution des différentes aides si on veut éviter la mise en concurrence d’espaces qui se devraient d’être complémentaires.

ANNEXE : ESPACE DU TRAVAIL AUTOUR DES COMMUNES

ANNEXE : ESPACE DU TRAVAIL AUTOUR DES COMMUNES

Source : IERSO - Traitement des recensements de population 1968-1975-1982

Notes

1 P. AYDALOT : « L’entreprise dans l’espace urbain », Economica, 1979.

2 SESAME/DATAR : « Péri-urbanisation et aménagement du territoire », Novembre 1979.

3 Cf. H. COING : « La ville, marché de l’emploi », Presses Universitaires de Grenoble, 1982.

4 Que ce soit en France :
Dans les travaux de P. AYDALOT, sur le thème « Mouvements d’activités dans l’espace urbain » pour l’A.T.P. « Croissance urbaine » du C.N.R.S., ou dans les travaux de la D.A.T.A.R. publiés sous le titre « Enjeu péri-urbain », en 1981.
Dans d’autres pays occidentaux : cf. notamment les publications de JM. TOWROE, « Industrial Movement – Experience in the US and the UK » 1979, et G. ORTONA et W. SANTAGATA « industrial mobility in the Turin Metropolitan Area, 1961-1977 » in Urban Studies Feb. 83.

5 in « Enjeu périurbain », D.A.T.A.R. op. cit. supra.

6 Cf. BOUFFARTIGUE : « Espace urbain, transports et classe ouvrière », thèse 3ème cycle, Aix en Provence, 1981.

7 Au nombre de 25 dont : 8 habitant Bordeaux, 8 Pont de la Maye, Villenave Chambéry, Cadaujac, 3 Bègles, 1 Talence.

8 Les données concernant le recensement de 1982, ont été obtenues par un traitement spécifique effectué par l’I.E.R.S.O., des renseignements contenus dans les bulletins individuels.

9 Actifs arrivés dans la commune pendant la période intercensitaire 75-82.

10 Cf. M. LORANT, in urbanotropismes essai d’interprétation des statistiques migratoires des villes. TEM Espace no 12, éditions CUJAS, 1977 p. 19.

11 N’ont été retenues dans un premier temps que les communes accueillant au moins 2 % d’actifs pour une meilleure lisibilité.

12 Le rapport SESAME/DATAR, « Péri-urbanisation et aménagement du territoire », Novembre 1979, fait une analyse des emplois péri-urbains prévisibles, et en dresse une liste.

13 J.P. LABORIE, in Enjeu péri urbain, opus cit., p. 240.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. LA DESINDUSTRIALISATION DES CENTRES
Légende Source : Recensements population INSEE 1962-1975
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre TABLEAU II. PART DES ACTIFS DE LA COMMUNE-CENTRE DANS L’ENSEMBLE DES COMMUNES DE L’AGGLOMERATION
Légende Source : données INSEE R.P. 1962 et R.P. 1975.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carte 1. LA DECROISSANCE DE LA PART DES ACTIFS SECONDAIRES DANS LA COMMUNE CENTRE DES AGGLOMERATIONS EN 1962 ET 1975
Légende Source : I.E.R.S.O. M.B. 1983
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Carte 2. LA DECROISSANCE DE LA PART DES ACTIFS SECONDAIRES DANS LA COMMUNE CENTRE
Légende Source : I.E.R.S.O. M.B. 1983
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Desserement des entreprises industrielles dans les communes périphériques de de l’agglomération bordelaise
Légende Source : Exploitation du fichier de Chambre de Commerce et d’Industrie DL 1980
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre TABLEAU III. PROFIL INDUSTRIEL DES COMMUNES D’ACCUEIL D’ENTREPRISES DECENTRALISEES (EN 1980)
Légende Source : Exploitation du fichier Chambre de Commerce et d’industrie DL 1980
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre CARTE No 3. 1982 REPARTITION DES SALARIES SUIVANT LEUR COMMUNE DE RESIDENCE
Légende Source IERSO M. B. 1982
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre CARTE No 4. LES CHANGEMENTS DE DOMICILE ENTRE 1974 ET 1982 POUR LES PERSONNELS TRAVAILLANT AVANT 1974 À BÈGLES ET A PARTIR DE 1974 A GAZINET
Légende Source IERSO M.B. 1982
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau IV
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau V. EMPLOIS ET POPULATION ACTIVE RESIDENTE DANS LES COMMUNES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Tableau VI. ORIGINE DES NOUVEAUX RESIDENTS ACTIFS
Légende En pourcentage du total de la population active ayant changé de commune entre 1975 et 1982.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre ANNEXE : ESPACE DU TRAVAIL AUTOUR DES COMMUNES
Légende Source : IERSO - Traitement des recensements de population 1968-1975-1982
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14967/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

Auteurs

Collaboratrice technique C.N.R.S. Bordeaux, Institut d’Economie Régionale du Sud-Ouest (IERSO) Equipe de Recherche Associée au C.N.R.S. 72

Collaboratrice technique C.N.R.S. Bordeaux, Institut d’Economie Régionale du Sud-Ouest (IERSO) Equipe de Recherche Associée au C.N.R.S. 72

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search