Version classiqueVersion mobile

Le péri-urbain en Aquitaine

 | 
Pierre Guillaume

II - Le péri-urbain et l'opérationnel

3 – Avenir de l’agriculture péri-urbaine

Françoise Rollan

Texte intégral

1Si le contrôle de l’espace dépend du poids qu’exercent les agriculteurs sur le marché foncier agricole et le pouvoir local par le biais des conseils municipaux, l’exploitation de l’espace agricole dépend de la population active agricole et de la valeur économique de l’agriculture péri-urbaine. Le chapitre précédent a montré la perte progressive du contrôle de l’espace péri-urbain par les agriculteurs mais qu’en est-il de l’exploitation de cet espace ? Est-ce que l’agriculture péri-urbaine est totalement condamnée ou bien peut-elle être sauvée en partie ? La réponse à ces questions est apportée par l’examen des potentialités humaines et économiques car en dépit des agressions du monde urbain celles-là conditionnent le dynamisme du milieu agricole péri-urbain.

2Dans le S.D.A.U. de Bordeaux toutes les tendances s’observent. Les communes du Haut-Médoc, Margaux, Cantenac, Labarde avec leurs vignobles de très grande qualité, établis sur des sols uniques, avec leurs structures en grands domaines capitalistes (les « châteaux »), constituent des noyaux de résistance agricole anciens. Dans les communes de Bruges, d’Eysines, de Blanquefort, le maraîchage même s’il a reculé se maintient grâce au groupe de pression qu’ont constitué les maraîchers du secteur des Jalles dans l’élaboration des politiques d’aménagement. Dans les communes de St-Jean-d’Illac, Cestas et Saucats où la S.A.U. a augmenté de 287 % depuis 1955 et où les agriculteurs se sont portés acquéreurs de 2 822 ha soit de 75 % des mutations foncières agricoles depuis 1971, une céréaliculture dynamique a pu s’implanter aux portes de Bordeaux aux dépens de la forêt, et ce parallèlement à l’urbanisation. L’Entre-Deux-Mers a vu l’agriculture reculer dramatiquement notamment dans la partie viticole ; cependant quelques noyaux d’agriculture dynamique s’y rencontrent encore.

3A priori il n’y a pas lieu de douter que l’agriculture péri-urbaine soit une activité moins rentable que l’agriculture plus lointaine car en dépit des prix fonciers élevés elle bénéficie d’un certain nombre d’avantages. Le seul handicap serait qu’elle soit pratiquée sur des surfaces trop exigües et des exploitations trop morcelées par l’éparpillement des constructions urbaines. La valeur intrinsèque du produit varie peu quelle que soit sa localisation. Les enquêtes sur le terrain prouvent que tous les types de culture présentent une valeur économique certaine chaque fois qu’un capital humain suffisant en quantité et en qualité existe et est capable de s’adapter aux nouvelles conditions économiques. Quand les surfaces sont trop réduites et que le potentiel humain est faible (trop âgé, à temps partiel seulement), il ne s’agit plus que d’agriculture résiduelle liée à des exploitations condamnées. Dans ce cas, l’agriculture n’est bien souvent qu’un complément de revenus.

4Au total il semble possible d’affirmer que même confinée sur des surfaces limitées l’agriculture péri-urbaine est promise à un certain avenir, peut-être même à de nouvelles fonctions.

1 - LES FONCTIONS DE L’AGRICULTURE PERI-URBAINE

5« Quelle est la valeur des fonctions que l’agriculture peut remplir en zone urbaine ? Défense de l’écologie, réserve foncière, espace ouvert pour promenades, production (qui pour être résiduelle n’est pas pour autant négligeable) » (Atelier de Recherche et d’Etudes d’Aménagement, 1978). La fonction de réserve foncière ne peut pas constituer, en soi, une vocation de l’agriculture puisqu’elle en est, à terme, la négation. La promotion d’un espace ouvert pour promenades porte le risque de la création d’une « nature artificielle » véhiculant une image pernicieuse du monde rural. A cette dernière fonction, ne vaudrait-il pas mieux préférer celle d’un espace agricole intégré, évitant la rupture du rural et de l’urbain ?

6Il faut cependant se garder de jeter sur les « fonctions de l’agriculture péri-urbaines » un regard univoque. En fait, ces fonctions doivent être considérées selon l’objectif de deux acteurs.

7– Les agriculteurs d’abord pour qui les fonctions de l’agriculture péri-urbaine se ramènent à deux cas d’espèce :

  • le productivisme
  • ou la survie, étayée par le revenu d’un emploi à temps partiel

8Encore ne tient-on pas compte du propriétaire foncier, déjà retiré de l’activité agricole, pour qui la terre se confond désormais avec un moyen de spéculation.

9 Les citadins ensuite qui visent pour l’essentiel une « appropriation » de l’espace péri-urbain : qu’ils recherchent une résidence, ou un lieu d’agrément.

10Entre ces intérêts discordants, la décision finale revient à deux arbitrages :

  • celui des promoteurs privés (Capital) pour ce qui concerne la définition d’une valeur sociale du sol (sol marchandise).
  • celui de la puissance publique pour ce qui a trait aux grandes affectations de l’espace (habitation, équipements etc...).

11Ainsi dans le cas d’Agen la construction d’un complexe hospitalier par la puissance publique a développé autour de lui une zone urbaine.

12A contrario la présence de l’aérodrome militaire de Mont-de-Marsan a stérilisé, au nord-ouest de la ville, l’urbanisation de la commune de Campet.

13Les experts de l’O.C.D.E. ont défini trois types principaux d’agriculture péri-urbaine :

14... « Une agriculture de transition, qui exploite pour une durée limitée des terres qui, à une échéance plus ou moins lointaine, seront transférées à des usages urbaniques ; une agriculture d’environnement, qui est en principe la plus assurée de sa pérennité puisque son objectif est justement d’opposer une coupure définitive à l’expansion urbaine, mais dont la viabilité est limitée pour toute une série de contraintes que la ville lui impose pour qu’elle puisse remplir son rôle d’environnement, et enfin, à distance plus lointaine de la ville, une agriculture certes toujours sous l’effet des influences urbaines, mais progressivement libérée des incertitudes liées au transfert possible du sol à d’autres secteurs », (O.C.D.E., 1979).

15Ces trois types d’agriculture correspondent à trois fonctions de l’agriculture péri urbaine :

  • la mise à disposition de sol au profit des autres secteurs économiques ;
  • une contribution à la qualité de l’environnement ;
  • la production agricole (O.C.D.E., 1979).

16En tout cas, une des principales conclusions des experts de l’O.C.D.E. est que :

17« L’agriculture et pas seulement en tant que principal fournisseur de terre est appelée à apporter une contribution positive aux aires péri-urbaines ».

18La fonction capitale en dehors de la production est sans doute sa contribution à la qualité de l’environnement ; cette fonction est retenue dans les P.O.S. Lorsque les options d’urbanisation sont décidées dans une commune, des coupures vertes sont ménagées entre les flots d’habitat nouveau et la zone agglomérée. Ces coupures vertes sont soit des zones naturelles comme les bois, soit des zones rurales constituées d’exploitations agricoles. Si l’agriculture ne peut être sauvée parce que sa production n’est pas rentable soit à cause des structures, soit à cause des sols ou encore des types de culture, les terres sont alors cédées aux autres activités économiques, lesquelles quittent le centre des grandes villes pour s’installer en périphérie.

19Mais quelle agriculture ?

20Trop intensifiée, trop industrielle (multiplication des serres de silos, des élevages hors sol) l’agriculture rebute le citadin. Abandonnés à la friche, les champs deviennent des terrains vagues que refuse le citadin.

21Entre ces deux évolutions, le rapport de l’O.C.D.E. préconise un agriculteur péri-urbain veilleur ou gardien du paysage subventionné par la collectivité. A vrai dire rien de tel ne se dessine autour de nos villes aquitaines : on arrache la vigne autour de Bordeaux, tandis que l’on maintient les derniers vignobles devenus récréatifs autour de Vienne (Autriche).

22Bien que les pouvoirs publics n’aient pas encore proposé grand chose de neuf concernant l’Aquitaine, il n’est pas interdit d’imaginer quelques solutions, surtout adaptées aux aires agricoles péri-urbaines de Pau, de Mont-de-Marsan, voire de Bordeaux et d’Agen où le monde agricole conserve une indéniable vigueur. La règle générale consistant à réaliser une conciliation de l’urbain et du rural autour des villes.

23Cette conciliation/intégration se vérifierait à deux niveaux : le niveau spatial, le niveau social.

  • Au niveau spatial, elle passerait par une ouverture mutation de l’espace agricole actuel qui donnerait naissance à de nouvelles aires d’intégration et de rencontre du type musée des traditions et de la vie rurale, ferme pilote d’expérimentation, centres de formation et d’information sur les activités agricoles ainsi qu’à de nouvelles formules (publiques ou privées) d’entreprises agricoles.
  • Au niveau social cette conciliation/intégration passerait par trois stades complémentaires.

24Elle favoriserait d’abord une fréquentation accrue du domaine agricole péri-urbain par la population urbaine. L’attrait étant renforcé par la fourniture d’information, de formation et de loisirs.

25Elle apporterait aux citadins comme aux agriculteurs de nouvelles possibilités d’emplois (agriculture, tourisme, gestion etc...).

26Elle harmoniserait des modes de vie et des cultures jusqu’alors distincts sinon antagonistes.

2 - L’AVENIR DE L’AGRICULTURE DANS LES AIRES PERI URBAINES DE L’AQUITAINE

27L’avenir de l’agriculture péri-urbaine résulte de l’affrontement de deux séries de force :

  • d’une part « l’agressivité urbaine » qui dépend de la taille et de la vitalité de la croissance de la ville ;
  • d’autre part de la « résistance de l’agriculture » qui est fonction de son dynamisme.

2.1. - Aires péri-urbaines et dynamiques du secteur agricole

28Ce constat nous conduit à proposer une double typologie des aires péri-urbaines en Aquitaine. Une première typologie fondée sur le principe de l’agressivité urbaine, une seconde typologie fondée sur la résistance des activités agricoles.

29La 1ère typologie distingue trois catégories d’aires péri-urbaines :

  1. Les aires péri-urbaines qui font l’objet d’une active conquête de la ville, cas de Bordeaux, Pau et Bayonne ;
  2. Les aires péri-urbaines où l’agriculture recule devant les attaques timides d’une urbanisation anarchique ; cas de Périgueux en particulier.
  3. Les aires péri-urbaines où la demande urbaine, déjà satisfaite sur l’espace communal, dans les zones interstitielles du tissu ancien, ne s’exerce que marginalement ; cas de Dax, Agen et Mont-de-Marsan.

30La 2ème typologie isole deux cas différents :

  1. Les aires péri-urbaines où le dynamisme de l’agriculture oppose une résistance à l’expansion des villes. C’est le cas d’Agen, de Pau, et dans une certaine mesure de Bordeaux (notamment dans les zones du vignoble).
  2. Les aires péri-urbaines où l’agriculture s’oppose mal à l’avancée urbaine : Mont-de-Marsan, Périgueux, Bayonne. Dax constituant le cas typique de la ville à fonction thermale, tournée sur elle-même, indifférente à la conquête de la pinède environnante.

2.2.- Avenir de l’agriculture dans le S.D.A.U. de Bordeaux (F. ROLLAN : 1983)

31Il faut tenter de formuler des hypothèses sur ce que peut être l’avenir de l’activité agricole dans le S.D.A.U. de Bordeaux. Où et dans quelles conditions de production l’agriculture peut-elle résister à l’urbanisation ?

2.2.1. - L’évaluation de l’avenir de l’agriculture dans le S.D.A.U. de Bordeaux

32Mises à part les communes de la zone maraîchère protégée Bruges, Eysines, Blanquefort, le Taillan, les autres communes autour de Bordeaux dans un rayon de 15 kms sur la rive gauche, voient leurs activités agricoles condamnées. L’élevage peut cependant se poursuivre au sud à Cadaujac, au nord à Blanquefort, Parempuyre, Ludon, Macau, communes qui disposent de vastes espaces très humides (prairies plus ou moins marécageuses) en bordure de la Garonne. Lorsque ces terres alluviales sont bien drainées la grande céréaliculture a sa place à côté de l’élevage comme à Blanquefort, Ludon, Macau.

33Dans le Haut Médoc, le vignoble peut se maintenir sans problème (à Soussans, Margaux, Cantenac, Labarde). Dans les Landes du Médoc, l’urbanisation a déjà fortement oblitéré les structures agraires fragiles d’un milieu naturel peu favorable. Avensan et Arsac devraient conserver un système de polyculture et Salaunes se concentrer sur la céréaliculture et l’élevage.

34Les Grandes Landes se sont déjà orientées vers la grande céréaliculture après défrichement de la forêt. Léognan et Martillac devraient garder leur vignoble de Graves très réputé, tandis que Pessac, Canéjan, St-Médard d’Eyrans, Labrède, St-Selve traversées par de grands axes routiers ou trop proches de Bordeaux sont définitivement perdues pour l’agriculture. Martillac, Ayguemorte-les-Graves, Beautiran doivent continuer le maraîchage de plein-champ. Dans la région agricole des Graves seule Portets peut garder son vignoble.

35Sur la rive droite, dans la région des Côtes du Bordelais Lestiac, Quinsac, Camblanes-et-Meynac ont déjà trop subi la pression urbaine pour sauver leur agriculture.

36La région Ouest-Entre-Deux-Mers peut être divisée en trois secteurs : les communes en bordure de la Garonne et le long de l’axe D 136 jusqu’à Bonnetan ont été destructurées par l’urbanisation plus ou moins dense ainsi que la commune de Créon et sont définitivement perdues pour l’agriculture. La partie sud-est doit maintenir une polyculture et le secteur centre-est une polyculture à élevage dominant. Le centre de l’Entre-Deux-Mers viticole ne peut pas conserver une activité agricole mais les communes du marais Ambès, St-Louis de Montferrand et St-Vincent de Paul doivent allier céréaliculture et élevage et St-Loubès, St-Sulpice-et-Cameyrac, Beychac-et-Caillau, viticulture et élevage.

37Sur la rive droite de la Dordogne, St-André-de-Cubzac et St-Antoine sont condamnées à abandonner l’activité agricole. Ailleurs la viticulture soit seule comme à St-Gervais, Lalande-de-Fronsac et Cadillac, soit associée à l’élevage telle qu’à Cubzac-les-ponts et St-Romain-la-Virvée et la céréaliculture associée à l’élevage comme Asques ont toutes les chances de bien résister.

2.2.2. - Les prévisions face aux orientations d’aménagement proposées

38Il reste à comparer les prévisions ainsi déterminées aux orientations d’aménagement proposées en 1971 par le CERAFER dans l’étude sur « l’espace péri-urbain de Bordeaux ».

39En 1971 les grandes options de l’urbanisation sont pratiquement engagées. Par contre du point de vue agricole des revirements de situation se sont faits jour. Ainsi quelques communes assez proches de Bordeaux disposant de grands espaces non urbanisables parce que relativement humides ou parce que « gelés » pour l’extension du port autonome de Bordeaux ont vu se développer de grandes exploitations céréalières, alors qu’en 1971 l’agriculture y semblait condamnée du fait de structures dépassées et d’une population vieillie. Il faut dire que l’impulsion a été donnée par l’installation d’agriculteurs modernistes parfois extérieurs à la région comme à Blanquefort ou dans les Grandes Landes.

40Dans l’Entre-Deux-Mers les directives sommaires d’aménagement semblent se réaliser où l’agriculture se maintient au sud et à l’est, tout en ménageant une certaine place à l’urbanisation. Par contre pour la partie centre-ouest de l’Entre-Deux-Mers si des espaces libres ont réussi à subsister face à la forte poussée de l’urbanisation, il n’est pas certain qu’ils résistent bien longtemps encore.

2.2.3. - Conclusion sur l’avenir de l’agriculture dans le S.D.A.U. de Bordeaux

41Si l’agriculture est condamnée au cœur de l’aire du S.D.A.U. de Bordeaux, les conditions les plus favorables à son maintien-production de grande valeur et/ou structures d’exploitation largement supérieures à la moyenne en taille d’exploitation et en qualité de main-d’œuvre sont réalisées au nord de Bordeaux en bordure de la vallée de la Garonne et sur le pourtour du S.D.A.U. soit à l’ouest et au sud-ouest sur le plateau landais, soit sur toute la partie Est de l’Entre-Deux-Mers. Ce n’est que là que l’expansionnisme urbain peut être contenu dans les limites actuelles et cela d’autant mieux que les agriculteurs de ces secteurs ont pris conscience du danger en modernisant leur exploitation et en prenant le contrôle de l’espace.

2.3. - Confrontation de l’agriculture et de l’urbanisation dans l’agglomération paloise

2.3.1. - Résistance de l’espace agricole

42La superficie totale des 37 communes de l’agglomération paloise, définie au sens large, représente 40 193 ha.

  • 14 896 pour les dix communes centrales
  • 25 297 pour les vingt sept communes périphériques

43Sur ce total, la surface des zones urbanisées occupe de 16 % (cas de Lescar) à 57 % (cas de Pau) de la surface communale totale dans les communes centrales. On peut estimer que la moyenne se situe entre 35 et 40 %.

44Pour ce qui a trait aux communes périphériques (27 communes de la ceinture), les zones urbaines, dans tous les cas, sauf à Gan et à Morlaas, représentent moins de 15 % de la superficie communale totale.

45Ces quelques données montrent de toute évidence les limites du phénomène de péri-urbanisation autour de Pau.

46Depuis trente ans, Pau impulse dans son environnement rural une transformation de l’agriculture traditionnelle qui se traduit par le passage de la vieille polyculture à des spéculations nouvelles du type monoculture du maïs ou élevage bovin. Initiatrice de la révolution agricole, la ville n’a pas assumé en profondeur la transformation du monde rural, laissant le soin aux campagnes de s’adapter plus ou moins spontanément aux nouvelles conditions de l’économie. Les conséquences foncières de ce processus se matérialisent par la recherche, au niveau de chaque exploitation, d’une superficie agricole économiquement viable, c’est-à-dire de l’ordre d’une trentaine ou d’une cinquantaine d’hectares.

47Dans ces conditions, les agriculteurs en situation péri-urbaine dans l’agglomération paloise recherchent en premier lieu la sauvegarde ou la constitution d’exploitations concentrées dans l’espace, atteignant cette taille optimum. Pour parvenir à cet objectif et renforcer dans ce sens leurs positions foncières, les agriculteurs sont prêts à abandonner (vendre) un certain nombre et un certain type de parcelles.

  • Celles qui sont trop isolées du centre de l’exploitation ou en sont séparées par des obstacles majeurs : voie ferrée, axes routiers et bientôt autoroutier etc...
  • Celles qui se situent sur des zones constructibles (Zones U) ou sur des zones NA (réserves d’urbanisation), à condition d’en tirer un profit convenable, en vue, souvent, d’une restructuration de leur exploitation.
  • Celles ou parties de celles qui sont valorisées par la réalisation d’une infrastructure de transport ou d’assainissement. Dans ce cas, les agriculteurs demandent souvent le classement en zone urbaine de leurs terres ainsi valorisées.

48Au-delà de ces quelques principes, une contradiction engendrée par la nature propre de l’espace péri-urbain caractérise l’attitude des propriétaires fonciers. Ils sont pris entre le souci de constituer des exploitations de bonne taille et celui, non moins vif, de profiter de la pénétration urbaine pour réaliser une rente différentielle.

2.3.2. - Vers un nouvel espace péri-urbain

49Il ne peut y avoir, autour de Pau, une évaluation et une destinée uniforme de l’agriculture. On définira dans l’agglomération deux catégories de communes.

  • Dix communes centrales (soit les neuf communes du S.D.A.U. : Pau, Billère, Bizanos, Idron, Mazères-Lezons, Gelos, Jurançon, Lescar, Lons, plus Serres-Castet situées au cœur des intéractions directes espace urbain/espace rural. C’est sur le territoire de ces communes que s’opère la matérialité la plus visible du contact ville-campagne.
  • 27 communes périphériques à dominante rurale à l’intérieur desquelles les phénomènes de péri-urbanisation sont plus diffus et moins visibles.

50A chacune de ces deux zones peut correspondre, dans l’avenir, une destinée spécifique de l’agriculture.

51Dans la couronne externe des 27 communes, l’espace rural a déjà connu une révolution agricole marquée par le passage de la polyculture à une spécialisation mais/élevage sur des exploitations de taille moyenne.

52Au niveau des communes centrales l’espace agricole résiduel se mêle étroitement à l’espace bâti. Quel avenir peut-on imaginer pour cette agriculture originale ?

  • L’une des options les plus réalistes consisterait à la livrer aux appétits des constructeurs. Cette solution qui va dans le sens de la rationalité du capital ne répond pas forcément à l’intérêt social.
  • Une autre option s’efforcerait de définir pour cette zone une nouvelle agriculture. Elle devrait obéir à plusieur impératifs :
    • favoriser la rencontre sociale des deux cultures (rurale et urbaine) ;
    • compléter le quotidien de la vie urbaine par l’expérience de la vie rurale promouvoir une nouvelle qualité de l’environnement en ménageant des coulées de nature entre les zones urbaines ;
    • offrir de nouvelles possibilités d’emploi à la population
    • renforcer à la périphérie urbaine les fonctions de service (éducation, formation, animation culturelle, artisanale et sportive).

2.4. - Quelle place pour l’agriculture dans la zone péri urbaine de Mont-de-Marsan ?

53Il peut paraître ici bien prétentieux de traiter un tel problème, d’autant que la connaissance des structures et des problèmes agricoles locaux reste sommaire, et nécessiterait des enquêtes plus approfondies auprès des agriculteurs eux-mêmes. En l’état actuel, ce que l’on peut dire c’est :

54– Qu’à la différence d’autres agglomérations, sans parler du cas bordelais, l’agriculture et la forêt représentent dans le cas montois, non seulement des éléments de « paysage », mais constituent directement et indirectement des bases importantes de la vie économique locale (tant en termes d’emplois, que de revenus). Il y a donc là des faits qui doivent être pris en considération, si l’on veut éviter le déclin de l’agriculture péri-urbaine. Nous avons noté en particulier que les mutations engendrées par la croissance péri-urbaine, se réalisaient, de facto, sur des terres agricoles : il y aurait peut-être lieu d’améliorer la connaissance en la matière, et savoir comment et par quels mécanismes, se font les libéralisations de terrains. Nous disposons ainsi d’exemples communaux illustrant ces difficultés et... les « antagonismes » D.D.E. D.D.A. pour les classements ou reclassements des terres III NA en zones I NC.

55Au-delà de ces « conflits », au demeurant peu originaux, et des ambigüités de certains comportements (propriétaires exploitants membres des conseils municipaux), ce qu’il faudrait, c’est arriver à définir des critères clairs dans la détermination de la valeur agricole des terres (problème de rentabilité, évaluée comment ?) et qui justifieraient plus « objectivement » le classement des terrains. Choisir certes les terres les moins « pénalisantes », faire prendre conscience aux municipalités de la fragilité mais aussi des « atouts » des entreprises agricoles, c’est tout un ensemble de solidarités agricoles (et urbaines) qui mériterait d’être ainsi retrouvé. On éviterait, ou au moins on limiterait l’urbanisation en bandes des communes péri-urbaines à partir de Mont-de-Marsan, qui accroît le dépérissement et l’isolement de leur centre.

56– Cependant, et à l’inverse, il ne faut pas méconnaître non plus une évolution, en quelque sorte inévitable de certaines exploitations, vers un déclin certain. On l’a vu, quelques secteurs de la zone péri-urbaine se caractérisent soit par des structures archaïques, soit par des structures de propriété telles que toute action de modernisation paraît peu probable.

57Même dans cette hypothèse, on peut toutefois envisager de « canaliser » ces évolutions en maîtrisant les excès (on pense ici par exemple aux reprises de métaieries et bâtiments agricoles en résidences secondaires, ne peut-on envisager d’en faire autre chose ?) ou les insuffisances (assistance dans la reconversion des agriculteurs).

58– Enfin, et ce sera une de nos dernières réflexions sur ces problèmes agricoles : s’il apparaît souhaitable de poursuivre des actions de sauvegarde ou de bonification agricole, on soulignera les dangers, dans un contexte d’urbanisation rampante, de voir précisément ces actions détournées de leurs objectifs initiaux en faveur de l’agriculture. Nous pensons ici, à titre d’exemple, à l’action d’assainissement menée par la C.A.R.A. intervention destinée à renforcer les structures agricoles, mais dont le but initial, dans certains cas, a été détourné : les terrains bonifiés passant à l’urbanisation.

59Ce que l’on devra garder en mémoire, c’est que finalement lorsque les agriculteurs adhérent à ce type d’action de renforcement des structures agricoles (par la lourdeur des investissements qu’elles impliquent, c’est le cas des actions d’irrigation par exemple), on dispose alors d’indicateurs suffisamment fiables d’une volonté de maintenir la vocation agricole des sols et de développer l’exploitation. C’est le cas des communes de Benquet, La Glorieuse. Le phénomène est beaucoup moins net pour d’autres, témoignant du caractère bien engagé de la « péri-urbanisation » (Mazerolles). Il reste alors à envisager des actions, qui :

  • ne présenteront pas le risque d’un détournement de leur objectif agricole et rural ;
  • seront suffisamment « impliquantes » (pas seulement en termes financiers pour maintenir et développer ce secteur important de la vie économique locale.

3 - CONCLUSION

60En conclusion, il nous faut mettre l’accent, au-delà de quelques règles générales permettant une grossière classification des aires péri-urbaines de l’Aquitaine, sur le poids des caractères spécifiques à chaque ville. Il n’y a pas un péri-urbain ou un espace agricole péri-urbain aquitain, mais il y en a presqu’autant que de villes pour les commander. Nous avons vu que les effets de taille – métropole, villes moyennes... – déterminent en partie les configurations du péri-urbain. Cependant l’effet de taille ne peut éclipser à lui seul l’héritage ou l’actualité de rapports ville/campagne plus ou moins dynamiques.

61Il faudrait aussi se garder en matière de réflexion sur l’avenir des agricultures péri-urbaines d’une vision trop urbano-centriste qui a suscité à ce jour plus de problèmes (invasion du béton, dégradation des sites, marginalisations sociales...) qu’elle n’en a réglés. Dès lors, il convient d’adopter une optique plus neutraliste partant du rapport rural/urbain et non pas de l’un ou de l’autre des deux termes. C’est en tout cas l’attitude que nous avons choisie dans notre analyse de l’évolution possible de l’agriculture paloise.

62Pour la plupart des experts (cf. travaux de l’O.C.D.E.) l’agriculture péri-urbaine peut subsister à condition de s’adapter rapidement. Cette adaptation vise cependant essentiellement des objectifs économiques vides de tout contenu social. Une démarche complémentaire consisterait à considérer l’espace agricole péri-urbain comme un espace de rencontre sociale. Cette perspective ouvrira seule de nouvelles voies pour cette agriculture.

Auteur

Bordeaux, Centre d’Etudes des Espaces Urbains (CESURB). Equipe de Recherche Associée au C.N.R.S. 635 avec la collaboration de Guy DI MEO et Raul GUERRERO, Pau, Laboratoire de Recherches Industrielles et Urbaines. Equipe de Recherche Associée au C.N.R.S. 930.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search