Version classiqueVersion mobile

Le péri-urbain en Aquitaine

 | 
Pierre Guillaume

II - Le péri-urbain et l'opérationnel

Introduction

Sylvette Puissant

Texte intégral

1 - HISTORIQUE ET ACTUALITE DU SUJET

1Qu’il s’agisse des réflexions conduites sur la base du rapport Mayoux, ou de l’approche des spécificités du phénomène péri-urbain en Aquitaine, se confirme l’idée, au demeurant attendue, d’une grande complexité des espaces péri-urbains ! C’est qu’en effet, si l’on définit les zones péri-urbaines comme résultats de la diffusion de la croissance urbaine repérables en termes démographiques ou en termes de superficies urbanisées, il faut aussi prendre en considération des phénomènes d’accompagnement, conjoints de cette expansion urbaine, et représentés par les profondes mutations des milieux ruraux environnants. Espaces naturels, agricoles et espaces urbains d’une part, société urbaine et société agricole et rurale d’autre part, l’histoire de leur contact révèle souvent des rapports difficiles et mouvants (F. Rollan, 1983). Très brièvement résumée, on a pu dire que cette histoire illustrée par trois périodes est celle « d’une domination dans l’interdépendance » (M.E. Chassagne, 1980).

  • de 1830 à 1950 : globalement le développement industriel et urbain structure le milieu rural périphérique, les relations d’interdépendance restent favorables à l’agriculture.

  • de 1950 à 1970 : c’est l’éclatement des structures traditionnelles. La croissance urbaine s’accélère et se diversifie, on assiste à des bouleversements des technologies agricoles : « l’économie industrielle et urbaine structure désormais tout l’espace national et destructure l’espace péri-urbain » (M.E. Chassagne, 1980).

  • à partir des années 1970 s’ouvre une période de crise conduisant à une relecture de la croissance et à la définition de nouveaux besoins : « la campagne péri-urbaine devient le grand réservoir à chlorophylle... le paradis retrouvé ». Actuellement, et par rapport à ce contexte, on semble assister à une redécouverte des liens « urbain-rural » traditionnels, sous des formes encore marginales (vogue des produits naturels fermiers, recyclage des déchets urbains).

2Il résulte de ces évolutions, encore une fois bien sommairement rappelées que ces espaces péri-urbains ont été, et sont, les témoins d’affrontement et d’enjeux extrêmement importants, la question foncière illustrant sans doute, l’aspect le plus aigu de ces luttes (Sésame Datar, 1979). Les perspectives ouvertes par les lois de décentralisation et de transfert des compétences ne manqueront pas de leur donner un jour nouveau.

3En effet, ces zones péri-urbaines sont porteuses de potentialités d’espaces, que nous rappellerons rapidement dans cette introduction à partir de quelques cas aquitains, avant d’en développer les aspects conflictuels, objets de cet exposé.

2 - RAPPELS SUR LES POTENTIALITES D’ESPACES DANS QUELQUES ZONES PERI-URBAINES DE LA REGION AQUITAINE

4Une appréhension fine et exhaustive des potentialités d’espaces dans les zones péri-urbaines, aurait nécessité le recours aux relevés cadastraux. Pour des motifs matériels (moyens et délais que les responsables universitaires de ces recherches n’ont pas eus) cette voie a été abandonnée, et plus modestement nous nous sommes orientés vers des estimations de ces potentialités d’espaces, à travers les documents d’urbanisme existants et accessibles (essentiellement les P.O.S.).

5A partir des grandes orientations de zonages que l’on trouve dans ces documents, on obtient une estimation, encore une fois bien schématique, des données foncières en zones péri-urbaines. Cependant, au-delà du caractère global (zonage par grandes catégories : NA, NB, NC, ND) et incomplet des documents (toutes les communes n’ayant pas de P.O.S. approuvé à l’époque), apparaissent quelques éléments de comparaison. Avant de présenter ceux-ci, nous ferons une remarque : il est bien entendu, que compte tenu des grandes différences existantes entre les superficies communales en termes absolus,

6Exemples :

  • zone péri-urbaine de Mont-de-Marsan : 28 050 ha

  • SDAU de Bordeaux : 160 667 ha

  • zone péri-urbaine de Périgueux : 15 084 ha

7nous raisonnerons ici en termes relatifs (pourcentages) pour distinguer les zones d’habitat peu ou faiblement denses (globalement zones NA et NB), les zones d’interdiction de bâtir avec dérogations (zones agricoles et sylvicoles NC) et les zones de protection (zones ND).

8Quelles sont donc les potentialités d’espaces en milieu péri-urbain aquitain ?

9– Zones NA d’urbanisation future : une extrême diversité selon chaque ville, avec des objectifs recherchés tout aussi variables

10D’un point de vue quantitatif, on constate des situations à la limite difficilement comparables : la part de la superficie communale réservée à une urbanisation future varie selon les communes de moins de 1 % à 25 % ! Toutefois, et à partir des données dont on dispose, on peut distinguer des zones péri-urbaines où le pourcentage des superficies NA est relativement important (17,7 % pour la C.U.B. en moyenne mais avec des écarts de 5 à 25 % ; 15,7 % pour la zone péri-urbaine de Bayonne, écarts de 2 à 25 % et d’autres régions où ces pourcentages sont nettement inférieurs (2,8 % pour la zone de Périgueux en moyenne, id. pour Mont-de-Marsan). On peut interpréter la faiblesse de ces chiffres comme la traduction : – soit d’une absence de terrains – soit d’une volonté politique d’aménagement (carte de protection des sites, respect d’un SDAU) – ou bien encore ces chiffres peuvent exprimer un environnement particulier principalement agricole et rural.

11Grande diversité également dans la localisation des zones NA : – soit à proximité des bourgs existants, soit le long des axes de communication, soit dans des quartiers en mutation.

12– Zones NB d’habitat diffus, de mitage : généralement, une part faible leur est accordée

13Dans les zones étudiées, le pourcentage varie de 1 à 3 % des superficies communales. Toutefois à l’intérieur d’une même zone péri-urbaine, on peut constater des écarts relativement importants entre communes (exemple : dans la zone péri-urbaine de Périgueux, la commune d’Atur réserve 0,6 % en zones NB, celle de Chancelade 15,3 %).

14– Zones NC agricoles et forestières : un péri-urbain « rural » pour beaucoup de communes Aquitaine

15On observe ici une très nette opposition entre les communes péri-urbaines bordelaises de la C.U.B. et les autres communes étudiées. Dans le premier cas, c’est moins de 1 % des superficies communales qui sont réservées à l’agriculture et à la forêt (0,23 % en moyenne pour la C.U.B) alors que dans les autres villes (ou les communes du SDAU, hors CUB) les pourcentages peuvent atteindre 40 à 80 % de la surface communale (les communes péri-urbaines landaises dont parfois, pratiquement l’intégralité de leur territoire est en forêt constituent des exemples quasi « caricaturaux » de ce phénomène). C’est en ce sens que pour ces communes, nous parlons de péri-urbain essentiellement rural.

Auteur

Collaboratrice technique C.N.R.S. Bordeaux. Institut d’Economie Régionale du Sud-Ouest (IERSO). Equipe de Recherche Associée au C.N.R.S. 072.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search