Version classiqueVersion mobile

Le péri-urbain en Aquitaine

 | 
Pierre Guillaume

I - Le péri-urbain et l'aquitaine

Les espaces péri-urbains en Aquitaine spécificité régionale ou problématique générale de la dynamique spatiale ?

Claude Lacour

Texte intégral

1Dans le Cahier des charges des contrats péri-urbains en Aquitaine, était lancé un appel d’offres « dans le but de préciser le phénomène péri-urbain et son développement en Aquitaine. Les études porteront sur les villes suivantes : PERIGUEUX, DAX, MONT DE MARSAN, AGEN, BAYONNE, ANGLET, BIARRITZ, PAU et l’agglomération de Bordeaux ». L’objectif était d’arriver, d’une part à « la présentation d’une méthodologie qui facilitera l’étude des sept villes agglomérées » et d’autre part, « à une définition des zones prioritaires : critères, éléments essentiels d’homogénéité, proposition cartographique » (p. 4). La méthodologie qui devait définir et préparer la politique contractuelle des péri-urbains en Aquitaine, devait prendre en compte « l’identification des problèmes de la banlieue... » et « proposer des orientations en matière de gestion de l’espace urbain ». In fine, on devait ainsi déboucher sur une « simulation de contrats péri-urbains sur une des sept agglomérations. zones homogènes et problèmes prioritaires » (p. 7).

2L’exposé des motifs (février 1981) précisait trois points :

3 les objectifs : « maîtriser l’évolution socio-économique et organiser harmonieusement le cadre de vie de l’espace péri-urbain entourant les grandes agglomérations d’Aquitaine ».

4« assurer une meilleure harmonie entre l’espace naturel et le développement péri-urbain toujours grandissant ».

5« équilibrer les périphéries par rapport au centre en leur assurant une véritable identité ».

6 les phénomènes péri-urbains globalement synthétisés autour de quelques traits saillants :

  • extension spatiale et poussée démographique des « communes périphériques ».

  • dispersion spatiale favorisée par l’habitat individuel et l’usage de la voiture.

  • difficultés nouvelles multiples entraînées par la généralisation de l’espace péri-urbain.

  • problèmes des déplacements dans les agglomérations.

  • conflits éventuels sur les usages des terres.

  • déstabilisation voire ségrégation sociale accrue...

7Cette présentation soulignait alors que « les franges péri-urbaines doivent découvrir leur identité propre : il n’est pas question de les mettre en conformité avec les modèles de la ville ancienne ». (Cahier des charges p. 7).

8 enfin une définition : « est considéré comme espace péri-urbain, tout groupement de communes situées dans l’aire du S.D.A.U. entourant partiellement ou totalement le centre ancien d’une des six villes moyennes nationales ayant un S.D.A.U. en cours d’étude et de l’agglomération bordelaise ». (p. 9).

9A la page suivante, cependant, l’espace péri-urbain des sept agglomérations d’Aquitaine était appréhendé par une autre approche : « la zone de faible densité qui s’est développée autour des centres anciens sous la pression de l’exode rural ». On ajoutait (plus judicieusement) que « cet espace est un tout, son étude ne doit pas être divisée en communes seules, mais considérée le plus possible par secteurs homogènes ».

10Concrètement, le document précisait les périmètres retenus, la liste des communes, des cartes des péri-urbains et les communes exclues.

11Etait ainsi hors champ des travaux :

  • les communes ayant bénéficié d’un contrat de ville moyenne régionale ;

  • les communes (villes centres ou satellites) dont la population dépassait 20 000 habitants en 1975,

  • les 27 communes de la C.U.B.

12* Notre propos dans ces pages, cherchera à réfléchir, sur les fondements explicites et implicites de la logique des contrats péri-urbains en Aquitaine (1). Il ne s’agira pas d’établir un jugement d’ensemble sur les procédures, les comportements et les résultats, mais de tenter, à partir de cette expérience, de mieux saisir les éléments essentiels des phénomènes péri-urbains dans une démarche théorisée, et de faire apparaître les difficultés inévitables de ce type de démarches confrontées à une interrogation immédiate et immanente de la Région : que faire – et où, dans les péri-urbains ?

13C’est d’une certaine manière à un dépassement et à un déplacement de logiques que nous aimerions répondre : comment une approche théorique peut-elle – si elle le peut – aider à la prise de décision et en retour comment des contraintes explicitées par un cahier des charges peuvent-elles guider des interrogations plus générales et induire des réponses opérationnelles ?

  • 1 C. LACOUR. - Aménagement du territoire et politique contractuelle - Rapport de la Commission au Pla (...)

14L’auteur de cette note ne refuse pas cette difficulté de ce type de recherche, il en mesure bien les ambiguïtés1. Il refuse de les percevoir seulement en termes contradictoires.

15– A cette première préoccupation s’en ajoute une seconde : l’examen du péri-urbain en Aquitaine est doublement opportun :

    • 2 Ainsi renvoie-t-on à J. LAJUGIE, P. DELFAUD, C. LACOUR. - Espace Régional et Aménagement du Territo (...)

    d’un côté, il peut permettre une meilleure connaissance directe du phénomène péri-urbain en Aquitaine, tout au moins plus précise que ce qu’en disait le rapport Mayoux, classant le Sud-Ouest dans le deuxième groupe (« Z.P.I.U. où le peuplement péri-urbain est encore faible en 1975... mais où le développement péri-urbain a été important entre 1968 et 1975 ».). En bref, y-a-t-il un péri-urbain aquitain, ou plus modestement, comment rendre compte de particularités qui font que à la limite, aucun péri-urbain (en le supposant défini) n’est comparable : que peuvent avoir en effet en commun le péri-urbain bordelais défini hors C.U.B. (on y reviendra) et celui de Mont-de-Marsan où l’on montrera que le péri-urbain est quasiment dans la ville-centre ? Comment tenir compte de spécificités géographiques et topologiques, qui entraînent du seul fait de leur existence (vallée, zones inondables) une structuration particulière de l’espace ? Mais finalement, ces questions sont celles de toute réflexion localisée, et de la Science Régionale2.

    • 3 Cf. La contribution de l’IERSO à l’étude du changement social, Cahiers de l’OCS-Vol. 12,1982.

    de l’autre, plus fondamentalement, ce qui nous semble en cause, à travers et au sujet du péri-urbain aquitain c’est finalement la dynamique spatiale et la croissance urbaine ; c’est peut-être une réflexion générale et épistémologique sur le domaine de l’économie et de la planification des villes, des agglomérations, confortée positivement ou négativement par les références aux ensembles que nous connaissons mieux. Les expériences étudiées de l’Aquitaine seraient ainsi, en même temps, des lieux privilégiés d’observation et d’action – répondant alors aux besoins des décideurs régionaux, et des lieux révélateurs de principes d’analyse et d’enjeux théoriques3 débouchant cette fois sur des interrogations d’ordre général. Elle nous conduit sur une double orientation :

    • comment le péri-urbain aquitain s’insère-t-il dans les analyses de la croissance urbaine ?

    • comment le péri-urbain aquitain s’insère-t-il dans les modèles de politique et d’aménagement urbain ?

16Nos réponses pourraient alors s’orienter dans deux directions :

  • le péri-urbain aquitain : une vision amputée de la croissance urbaine.

  • le péri-urbain aquitain : une vision éclatée des politiques urbaines.

1 - LE PERI-URBAIN EN AQUITAINE : UNE VISION AMPUTEE DE LA CROISSANCE URBAINE

  • 4 C. LACOUR.- Aménagement du territoire et développement régional - Memento Dalloz, juillet 1983.

17Sans doute dans péri-urbain, il y a péri ; mais il y a aussi, et pour nous, davantage urbain. Et notre conviction développée antérieurement est que la dynamique urbaine est fondamentalement une dynamique spatiale dont différentes formes révèlent à la fois l’autonomie relative de ce que nous appelons les espaces pertinents et l’emboîtement de ces espaces4.

18En ce sens, la réflexion sur les péri-urbains en Aquitaine conduit à trois séries de remarques :

1.1. - Les péri-urbains en Aquitaine, nouvel enjeu pour l’analyse urbaine ?

19Sans reprendre ici des débats connus sur la spécificité, voire pour certains, la validité ou l’existence d’une Economie urbaine, il est frappant de voir que les travaux engagés à l’occasion du Péri-urbain font ressurgir indirectement les questions que se posent régulièrement les spécialistes de l’Analyse urbaine : peut-on parler d’un concept de péri-urbain, étant entendu que ce concept, si on peut le définir, prendra des formes différentes, territorialisées qu’on appellerait alors les péri-urbains ?

  • 5 P. AVDALOT - C. GECOSTER - J. HENRARD. - Critique de l’économie urbaine - TEM 1976.– N. et S. FAINS (...)

20– Faut-il plutôt déterminer le phénomène du Péri-urbain, non par une conceptualisation théorique mais par un inventaire des problèmes qui s’y posent, par exemple soit de façon (relativement) originale : Le pavillonnaire ; soit de manière quelque peu différenciée, tel le foncier. De façon brutale, on retrouve alors bien vite des lectures qui parlent de la ville et celles qui se situent dans la ville5.

21Sans doute, relève-t-on des problèmes qui se posent prioritairement ou se rencontrent dans les péri-urbains. Mais là encore quelle est la nature dominante de cette « existence » ? Peut-on affirmer clairement qu’on remarque ces préoccupations parce qu’elles y apparaissent avec plus d’évidence, plus d’acuité, ou les prend-on en compte parce que véritablement, elles s’y présentent seulement là ?

1.1.1. - Les Péri-urbains en Aquitaine et le concept de Péri-urbain.

22Cette quête d’une définition convenable et acceptée par tous du Péri-urbain ne relève pas uniquement du goût parfois morbide qu’ont les spécialistes de se pourfendre au nom de la sémantique. Elle conditionne souvent, sans le dire, les conceptions théoriques sous-jacentes et peut orienter implicitement des choix opérationnels : là encore se repose et se reposera la banale et ultime question : comment définir la ville, l’urbain, la région. Cette réflexion épistémologique se retrouve donc naturellement au sujet du Péri-urbain. Question banale puisqu’aussi bien, il faudra quand même accepter une règle du jeu, ambition ultime qui conditionne des orientations et des choix. Face à cette alternative fondamentale et en même temps dérisoire, là souvent, comme en Analyse Spatiale et en Science Régionale, on tente de concilier plusieurs approches :

  • certaines du type définition-inventaire des phénomènes perçus dans le péri-urbain,

    • 6 Sesame - DATAR - Périurbanisation et Aménagement du territoire, novembre 1979, p. 3.

    d’autres du genre approche-renvoi : « le développement péri-urbain est une composante du développement urbain »6 (qui se rapproche de notre conception « faute de mieux »...). ;

  • d’autres encore qui relèvent de la définition-question : la croissance péri-urbaine se caractériserait alors par « l’ouverture de vastes zones à des formes nouvelles d’urbanisation, traduisant des aspirations toujours plus marquées à un autre cadre de vie » MAYOUX. On sent bien en effet que des « espaces sont en question »..., mais pourquoi et dans quelles perspectives.

  • d’autres enfin, considérant les précédentes approches, sinon inutiles du moins bien vagues, disent plus simplement que le péri-urbain commence ici et s’arrête là : on pourrait parler d’une conception technico-administrative, ou d’une définition par le contenu, posé-imposé, par le maître du jeu, ici, la Région.

23 L’expérience des contrats périurbains en Aquitaine serait-elle alors un miroir déformant de l’Analyse Urbaine et des pratiques de recherche ? A l’évidence, absolument pas. Deux traits seulement montreront que nous avons été – et restons – confrontés à cette interrogation sémantique.

24* Si l’on repart des propositions émises par la Région à travers le cahier des charges, les ambiguïtés inévitables s’y retrouvent :

  • est évoquée l’identification des problèmes de La banlieue, notion qui caractérise essentiellement tel espace d’une grande agglomération, Bordeaux par exemple, mais qui n’est guère fondée pour Mont-de-Marsan et Dax ; elle renvoie ici à un péri-urbain ancien de type industriel et urbanisé relativement ancien comme le souligne l’analyse de J. DUMAS.

  • une conception géographique : ce qui entoure les grandes agglomérations d’Aquitaine ;

  • une approche du type inventaire par les problèmes rencontrés ;

  • une proposition juridico-administrative : « tout groupement de communes situé dans l’axe du SDAU entourant... le centre ancien ». Cette « définition » se complète d’une liste restrictive prévoyant les agglomérations à retenir et celles à exclure. Des documents venaient illustrer ces propositions ;

  • une vision technico-historique : zone de faible densité qui s’est développée... sous la pression de l’exode rural...

25* D’un autre point de vue, les équipes confrontées aux terrains, à partir de leur lecture et de leur discipline, ont réagi en privilégiant tel ou tel élément :

  • certains, par exemple, ont estimé que les communes proposées pour constituer la zone péri-urbaine devraient être modifiées, généralement en ajoutant d’autres collectivités : ainsi sur Mont-de-Marsan et Pau par exemple ;

  • d’autres, tentant d’appliquer le modèle général conçu à la fois abstraitement et en référence aux grandes agglomérations Bordeaux, Pau constataient que les enjeux ne se manifestaient pas de manière impérative en termes de transports collectifs ou en termes d’équipement ;

  • plusieurs évoquèrent divers effets de coupure de nature variée – base aérienne, voie ferrée, ou des contraintes naturelles (zones inondables) pour insister pour une conception plus englobante et moins localisée...

26Cet inventaire non exhautif et qui ne se veut pas jugement - nous-mêmes fûmes partie prenante, suffit à souligner l’extraordinaire complexité des péri-urbains en Aquitaine, même dans leur conception juridico-administrative ou dans leur prédilection fonctionnelle – habitat-polarisation des équipements. Mais aussi et surtout à partir et à travers eux, on voit bien ce que les péri-urbains en Aquitaine posent comme interrogation à la Science Régionale et à l’Analyse Urbaine : ils nous permettent d’en tirer pour le moment deux conclusions qui nous paraissent essentielles :

  • le Péri-urbain ne peut pas être seulement compris comme espace spécifique de la ville ni dans la ville, il ne se réduit pas non plus à une définition territoriale : la ou les communes, même s’il faut souvent raisonner pratiquement à partir d’informations de cette nature.

  • le Péri-urbain doit être appréhendé par référence à la croissance urbaine.

1.1.2. - Les péri-urbains en Aquitaine et la réflexion sur la croissance urbaine

27La croissance urbaine et l’urbanisation ne se réduisent pas à une augmentation de la densité ni même à une augmentation de la population dans une agglomération. La croissance urbaine en réalité, est beaucoup plus complexe même si trop souvent on en retient une vision étriquée et fragmentaire. Progressivement, les résultats des recensements et l’enrichissement des analyses ont fait apparaître plusieurs traits saillants que les politiques d’aménagement du territoire ont tenté de prendre en compte : c’est ainsi qu’en quelques vingt années, ont émergé la crise des centres des grandes villes (on oubliait les autres), l’étalement urbain, l’augmentation importante des communes limitrophes à la grande ville, – « la première couronne » –, l’idéologie des villes moyennes qu’on présentait alors comme relativement homogènes, puis la nécessaire reprise de certains quartiers de la ville-centre, et plus récemment les banlieues et le péri-urbain, les quartiers, et sans doute bientôt, à nouveau, les centres des grandes villes...

  • 7 Comité d’Expansion Aquitaine.- Evolution de la population et de l’emploi dans la CUB - Eléments d’E (...)
  • 8 Il s’agit des propositions faites par la Région dans le cahier des charges.

28Les données tirées du recensement de 1982 apportent de nouveaux traits à la croissance urbaine entendue de cette façon polymorphe : ralentissement du déclin des grandes villes, notamment pour Bordeaux qui, il est vrai, avait enregistré de fortes pertes précédemment7, mais faible accroissement et stabilité pour Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Dax, déclin pour Agen et Périgueux. La C.U.B. même qui avait considérablement augmenté, tend à se stabiliser. Les péri-urbains au sens du cahier des charges, donc dans une acception réduite, augmentent mais là encore avec des taux de croissance singulièrement ralentis par rapport au rythme antérieur, sauf celui d’Agen qui augmente très légèrement. Mais par exemple, toujours en prenant ce que nous appellerons les péri-urbains officiels (P.U.O.)8, celui de Mont-de-Marsan, de Dax, et de Bordeaux, enregistrent des ralentissements de tendance marqués, respectivement un taux de variation annuel de 4,3 % à Mont-de-Marsan entre 1968-1975 pour 1,3 entre la dernière période interurbaine.

29Plus nouveau assurément, des communes que l’on citait comme exemple de croissance urbaine accélérée dans les années soixante-dix, se retrouvent en situation de régression : ainsi, de Billères et Bizanos, qui se trouvent être dans l’agglomération de Pau, ce que Talence, Mérignac, le Bouscat sont dans celle de Bordeaux.

30Les communes limitrophes qui avaient souvent gagné du déclin des villes-centres, enregistrent des effets négatifs, pendant que les communes plus éloignées, « au-delà » du P.U.O., elles, au contraire, bénéficient en termes démographiques, de hausse généralisée et souvent spectaculaire : l’extension et l’expansion urbaine se confirment. Bref, la croissance urbaine produit de nouveaux effets, en même temps qu’elle diversifie encore ses aspects. Parfois certaines transformations sont le résultat de politiques conduites, notamment dans la reconquête des centres, dans d’autres espaces se diffusent les phénomènes d’étalement plus ou moins anarchiques, dans certaines zones encore, se rencontrent des aires d’urbanisation plus ou moins denses, conséquences de lotissements collectifs ou de constructions individuelles accroissant le déclin de quelques centres-bourgs.

31Les péri-urbains observés permettent ainsi d’affiner les réflexions sur la théorie de la croissance urbaine et c’est bien dans cette perspective qu’il nous parait utile de procéder. Cette rencontre théorie urbaine des péri-urbains en Aquitaine, nous semble pouvoir souligner deux traits peut-être insuffisamment retenus.

  • une certaine lecture « décentrée » des péri-urbains en Aquitaine ;

  • une certaine lecture périphérique des péri-urbains en Aquitaine.

1.2. - Une lecture décentrée des péri-urbains

32On a peut-être trop oublié que l’analyse des péri-urbains devait se caler, se fondre dans une approche intégrée centre-périphérie.

  • 9 C. LACOUR, M. BARATRA, D. LEYMARIE.-Croissance urbaine - mobilité et desserte des zones périphériqu (...)

33Certes, souvent, le recours à ce genre de lecture est source d’énormes confusions, dans la mesure où la terminologie là aussi est susceptible de multiples interprétations, certaines mécanistes, d’autres idéologiques9.

34Pour nous, nous gardons en tête quelques lignes directrices théoriques développées dans l’A.T.P. « Mobilité et desserte par les transports collectifs dans les zones périphériques », que nous rappelons ici brièvement :

  • 10 Equipe d’Economie Urbaine de l’IERSO.- Dynamique d’un Espace Urbain, BORDEAUX, Bière 1980.

351.2.1. - La dynamique de l’espace est une dynamique globale relative à des espaces pertinents10 (par rapport à un moment, et à un problème) et emboîtés. S’il convient de connaître cette pertinence, et ce que nous avions appelé de manière provocante « autonomie », la compréhension des phénomènes spatiaux – et sociaux, nécessite une appréhension globale. Retenir ainsi le péri-urbain comme entité soit conceptuelle, soit spatiale, nous paraît être une erreur nous conduisant à une impasse.

36* Un espace périphérique n’a pas d’existence spécifique, il n’existe qu’en relation avec un centre.

37Le péri-urbain aura sans doute des caractères spatiaux au sens élémentaire du terme (localisation, distance...), mais il est le produit – comme il traduit) d’une division technique, sociale, culturelle d’un espace plus général.

38* Un espace périphérique n’est périphérique qu’à une certaine période, il doit être resitué dans un processus dynamique où les formes d’une urbanisation – elles-mêmes repères, descripteurs, enjeux, produisent nécessairement, mais les détruisent aussi inexorablement les espaces périphériques.

39* Ce qui doit être expliqué c’est donc cette dialectique création-intégration des espaces, créatrice de valorisation et de dévalorisation de zones.

40Cette problématique générale souligne ainsi les points suivants :

  • dans une analyse de la croissance urbaine au sens large, il faut donc prendre en compte les agglomérations, même s’il convient de définir clairement les caractères et l’histoire des éléments la composant (les espaces pertinents) ;

    • 11 D. PUMAIN.- La dynamique des villes – Economica 1983.

    il convient de réfléchir sur les périphéries à partir de la ville-centre de l’agglomération11 ;

  • cette ville-centre doit elle-même être étudiée en distinguant le centre ville de la ville-centre de l’agglomération, puisque aussi bien des espaces de nature hétérogène, à fonctionnements différents, existent, mais le modifient là encore suivant plusieurs modalités que nous avions résumées :

    • les espaces à assimilation positive ;

    • les espaces en voie de marginalisation ;

    • les espaces de transition.

411.2.2. - L’étude des contrats péri-urbains en Aquitaine excluait par définition les villes-centres, et même la C.U.B. Les raisons présentées étaient en elles-mêmes justifiées : dans la recherche de principes devant fonder une nouvelle génération de contrats, – les contrats péri-urbains, étaient exclues les villes ayant déjà bénéficié de la pratique contractuelle. Plus ou moins explicitement, apparaissait aussi l’idée de favoriser une conscience accrue des solidarités communales des communes péri-urbaines. Même si quelques difficultés purent apparaître – notamment pour l’exclusion de la C.U.B. – et au contraire pour la prise en compte de Saint-Paul et de Saint-Pierre-du-Mont dont on pouvait soutenir qu’elles avaient figuré dans les contrats de villes moyennes, cette règle du jeu proposait que les zones périphériques retenues « officiellement » pourraient être repensées.

42. Elles le furent, essentiellement dans cette reconnaissance implicitement partagée que les réalités locales, les logiques territoriales doivent être déterminantes en matière de compréhension du péri-urbain.

43Ainsi, par exemple, sur la zone de Mont-de-Marsan, nous avons intégré Haut Mauco, la Glorieuse, Saint-Perdon, Uchacq-Parentis, ce qui en termes de population ne faisait guère que 2000 habitants en plus, mais permettait par contre une meilleure approche de la réalité péri-urbaine montoise. Autre exemple, à la définition initiale retenue pour Pau, (8 communes) certains ont estimé nécessaire d’en retenir deux autres, Gan et Morlaas.

44L’idée directrice doit donc être de retenir aujourd’hui comme zone péri-urbaine, celle qui présente des caractères de zones « périphériques » par rapport à un centre et qui constitue de ce fait une aire ayant un certain faciès, une certaine homogénéité par rapport à ce centre, même, si chaque espace est lui-même différent d’un autre péri-urbain. Ce principe conduit alors à affiner davantage l’analyse en soulignant quelques caractères dominants que l’« exclusion » des centres a pu conduire à faire oublier.

  • 12 S. PUISSANT.- Le Périurbain de Mont-de-Marsan : Originalité de l’agglomération montoise ou paradoxe (...)

45. Plus essentiel en effet, apparaît ce que nous appelons peut-être de manière rapide et provocante, le péri-urbain dans la ville-centre, un péri-urbain central en quelque sorte, dont le modèle nous est apparu par exemple à Mont-de-Marsan. Compte tenu de la nature de l’agglomération montoise, de la politique urbaine conduite, celle des Castors, notamment, le péri-urbain semble être situé dans la ville-centre. On a noté les mêmes tendances à Pau même, où une partie du nord de la ville présente les traits dont on veut bien admettre qu’il qualifie le péri-urbain. Ainsi S. PUISSANT12 peut-elle, à juste titre, parler de zone péri-urbaine très centrale qui prend naissance dans la ville-centre et d’un péri-urbain « bicéphale ». Elle relève pour l’agglomération, l’existence de zones péri-urbaines dans la ville-centre, et dans les communes péri-urbaines, ce que nous reprenons plus loin, dans la lecture « périphérique » des péri-urbains.

. Le péri-urbain-péricentral

  • 13 et nous avions aussi retenu une définition administrative.

46Les quartiers péricentraux avaient été définis dans un travail mené conjointement dans la ville de Bordeaux par le CESURB et l’IERSO. Il s’agissait de quartiers situés entre les cours et les boulevards où nous avions montré « des particularités »13. D’une certaine façon, à l’inverse de celui rencontré à Mont-de-Marsan et à Pau, le phénomène de banlieue, de friches industrielles, d’espaces dortoirs peuvent se trouver ainsi dans les villes-centres, et à l’évidence dans la C.U.B.. Même si l’étalement urbain est caractéristique du péri-urbain, il faudrait alors ici parler d’un péri-urbain nouveau, celui des années soixante-dix, même si le péri-urbain ancien, antérieur à ces époques, souvent figé depuis le début du siècle, de nature péricentrale, ne peut être totalement exclu. Du moins permet-il d’enrichir les modèles des formes urbaines et de souligner la non automaticité, la non mécanicité de ce qu’on entend souvent rapidement aujourd’hui par péri-urbain.

. Le péri-urbain, interstice de deux centres

47C’est là encore un modèle particulier dont il faut parler qui pourrait prendre naturellement Anglet comme exemple, espace résidentiel essentiellement des deux pôles que sont Bayonne et Biarritz, déjà distendu par cette double influence, coupé de surcroît presque en son milieu par la grande voie rapide. Péri-urbain curieux quand même, non que Anglet augmente seule des trois communes, mais parce que la population dépasse celle de Biarritz.

48D’un autre point de vue, et à la limite, ne pourrait-on parler d’un certain péri urbain du type « central » pour Pau, qui se produirait à la suite d’une part de la reconquête du vieux centre ville et d’autre part, de la conquête du centre nouveau ?

. Le péri urbain de « gemellité »

  • 14 P. DELFAUD - C. LACOUR.- Edit, Economie des Landes, Bière 1982, notamment notre analyse de l’urbani (...)

49Les deux villes de Mont-de-Marsan et de Dax, outre la vieille querelle de savoir laquelle doit être considérée comme métropole, ont en commun ce que nous avons appelé les villes doublement jumelles14 : d’un côté, leur permanente volonté d’être la première en population, avec de nombreuses alternances, mais surtout, de l’autre, celle d’avoir chacune une commune jumelle, Saint-Paul pour Dax, Saint-Pierre-du-Mont pour Mont-de-Marsan. Même si ces deux villes ne sont pas strictement identiques, Saint-Paul cherchant à devenir un centre d’activité renouvelé par l’extension du thermalisme, elles ont en commun d’être d’une certaine façon des prolongements directs de leur « ainée », donc presque plus des quartiers de la ville-centre que de véritables espaces péri-urbains comme peuvent l’être par exemple Bretagne de Marsan et Saint-Perdon. Et pourtant, elles sont aussi des cités péri-urbaines au sens nouveau, représentant même pour les deux agglomérations, l’essentiel quantitatif des péri-urbains : un peu plus des deux tiers pour Saint-Pierre, un peu moins pour Saint-Paul. Cet exemple souligne, s’il en était besoin, qu’on ne peut, en aucun cas, considérer seulement Saint-Pierre et Saint-Paul comme faisant partie du péri-urbain, sans les resituer dans leurs relations à leur ville-centre, qu’elles prolongent, qu’elles complètent ou qu’elles rivalisent.

50Ces réflexions, issues concrètement de l’observation des travaux conduits par les équipes, confortent le thèse que le Péri-urbain avec des formes péri-urbaines complexes, polymorphes, est à comprendre dans la morphogénèse, et dans la fonctionnalité des systèmes urbains locaux, marqués par le ou les centres dont ils dépendent. Cette affirmation ne nie pas les spécificités locales, faites aussi bien des caractères géographiques, que des relations des différents élus entre eux. Pour mieux saisir éventuellement les particularités de tel ou tel espace, pour donner aux décideurs des modalités de compréhension et leur permettre de mieux se dé terminer en fonction de leurs souhaits, il est nécessaire de passer par une lecture en termes de dynamique spatiale des systèmes urbains.

1.3. - Une lecture périphérique des péri-urbains

51Là encore, la formule manque sans doute de nuance ! Elle veut seulement souligner le danger de percevoir le péri-urbain comme un étalement périphérique (aux limites géologiques et aux P.O.S. près) progressif, qui part du centre, puis gagne une couronne, puis la seconde. Elle voudrait au contraire insister sur les déstructurations entraînées par le phénomène péri-urbain.

52Deux traits sont importants et qui ont souvent été relevés :

  • d’une part, l’affaiblissement courant des centres des bourgs ou des petites communes, au profit d’autres espaces. On peut faire la généralisation suivante : plus la commune est petite par rapport à la ville-centre, moins l’espace est urbanisé, plus les centres déclineront ; ainsi on trouve des logements vacants, souvent anciens, répondant peu aux normes actuelles dans les petits bourgs. Les communes périclitent d’autant plus que dans ces communes, les grandes surfaces viennent s’installer ;

  • d’autre part, les constructions individuelles neuves se font sur les marges des communes adjacentes à la ville-centre (ou adjacente à des communes plus importantes), créant ainsi souvent un prolongement de la ville-centre et un éclatement plus grand encore entre ces espaces qui s’urbanisent et celui du centre du bourg. En réalité, les espacesA1 etB1 sont davantage intégrés à la commune-centre qu’à leurs communes d’appartenance légale, qui sont ainsi destructurés par des effets de coupure.

53Le péri-urbain voit sa place s’accroître géographiquement par « ondes de choc de la croissance urbaine » qui touchent ainsi la première couronne (peut-être des espaces péricentraux), puis ensuite la seconde : le constat correspond à l’agglomération bordelaise qui gagne surtout sur la rive droite, le sud-ouest de l’agglomération et le Médoc, au-delà du canton de Saint-Médard qui avait été touché antérieurement.

54Mais à cette représentation d’ensemble, doivent se préciser les localisations des nouvelles zones conquises par la péri-urbanisation : elles procèdent souvent par seuil, par saut, aggravant du même coup le fonctionnement des communes A et B, qui doivent cependant assurer un minimum de services à des coûts souvent très élevés, dont les origines sont généralement d’ordre et d’habitudes urbains : l’exemple classique est bien entendu celui des ordures ménagères.

55Cela conduit à revoir rapidement la vieille théorie du dépérissement des centres. En fait, des centres des villes-centres ! Aujourd’hui, des efforts ont été faits sur Mériadeck, Pau Nord, Dax, Périgueux, à travers différentes procédures, dont les contrats de ville moyenne furent une des plus utilisées. L’un des grands problèmes des péri-urbains est justement que leurs propres centres se vident, vieillissent ; les activités s’en vont, l’urbanisation globalement diffuse a lieu cependant sur des zones qui banalisent progressivement péri-centre, périurbain et qui isolent davantage les centres des communes péri-urbaines : en même temps, se produisent ce que nous appelons l’intégration et a désintégration des espaces péri-urbains, ou encore leur structuration-destructuration.

56Ces observations conduisent à deux conclusions d’étape :

  • les schémas théoriques demeurent en même temps trop généraux et trop ponctuels :

    • trop généraux, car la présentation des phénomènes en ondes de choc, en étapes ou en phases, pour correcte globalement qu’elle soit, ignore la dynamique intégration/désintégration, demeure essentiellement statique.

    • trop ponctuel car on tend à conceptualiser le péri-urbain comme catégorie propre, autonome, alors qu’il n’a de sens que resitué dans la problématique théorique de la croissance urbaine.

  • il vaut mieux décidément parler des péri-urbains en Aquitaine que des péri urbains aquitains ! Par contre, ces péri-urbains en Aquitaine nous renseignent de manière très riche et sur la théorie urbaine et sur l’Aquitaine dont le système urbain, diversifié, souligne mieux encore les modalités variées du phénomène péri-urbain. C’est ce que J. DUMAS développe dans sa communication.

Dynamique spatiale et espaces péri-urbains

2 - LE PERI-URBAIN EN AQUITAINE : UNE VISION ECLATEE DES POLITIQUES URBAINES

  • 15 Ce que J. DUMAS et moi appelons « une homothétie négative ».

57Si l’analyse des agglomérations retenues nous paraît conduire à une réflexion sur la croissance urbaine, elle permet aussi une lecture des politiques urbaines menées en général depuis vingt-trente ans en France. Là encore, par conséquent, les agglomérations constituent pour nous un terrain privilégié de travail, parce qu’elles relèvent des conceptions et mentalités qui ont guidé les Politiques Nationales. Bien souvent, avec quelques décalages dans le temps, et des adaptations ponctuelles, les autorités locales les reprenaient, les considérant sinon comme des modèles intransigeants, du moins comme des normes implicites de référence, d’autant plus contraignantes qu’elles entraînaient des dotations financières. Ainsi pour aller vite, les contrats de villes moyennes nationales traduisaient bien d’abord une vision nationale du rôle des villes moyennes, globalement décalquée de celle des métropoles d’équilibre transposée vers le bas15 : le rôle de la ville centre d’une aire d’attraction et d’animation y était consacré officiellement, alors que les pratiques concrètes se traduisirent bien souvent par la prise en compte du seul centre ville. Comment parler de P.A.R. et des premiers contrats de pays en disant, encore pour aller vite, que les premiers étaient des études sans moyens, pendant que les seconds eurent des moyens, mais oublièrent les études ?

58La première génération des villes moyennes régionales fut aussi marquée par les exemples des villes moyennes nationales, et donna lieu à équipements plus ou moins adaptés, souvent dépourvus de logique d’ensemble, tant sur le plan fonctionnel que sur celui des solidarités territoriales. Le récent colloque sur la politique contractuelle des pays, organisée à l’initiative du Conseil Régional de Bordeaux (8 et 9 novembre 1983) en a porté témoignage comme le soulignait par ailleurs notre rapport sur l’Aménagement du Territoire et la Politique contractuelle présentée à la Commission Régionale de la Planification (juillet 1982).

59Les orientations retenues doivent viser « une politique volontariste et soutenue de nature contractuelle : souplesse dans les modalités, fermeté dans l’application », orientée sur trois principes :

  • une politique contractuelle au service d’une politique d’aménagement du territoire cohérente ;

  • des contrats fondés sur une dynamique essentiellement économique ;

  • des contrats largement ouverts à tous les acteurs de la vie économique, sociale, régionale et locale.

60Ces rappels permettent alors de mieux comprendre, ne serait-ce qu’en creux, en négatif, comment furent conduites les politiques urbaines nationales qui, encore une fois, servirent de référence localement. Ces politiques avec les conceptions de la croissance urbaine, elle aussi comprise comme étant monolithique, homogène, plus ou moins identique partout, expliquent bien souvent la nature des espaces péri-urbains aujourd’hui et la difficulté de les définir et surtout de les gérer.

61Deux traits nous semblent pouvoir être retenus :

  • une lecture fonctionnelle privilégiée des politiques urbaines ;

  • une lecture territoriale insuffisante.

2.1. - Une lecture fonctionnelle privilégiée

62Ce n’est pas la même chose, pensons-nous, de faire un bilan thématique des problèmes et d’en tirer ensuite des lignes directrices strictement sectorielles, comme si on segmentait les questions que rencontrent la politique urbaine et celle relative aux préoccupations péri-urbaines.

632.1.1. - Il faut faire l’inventaire des difficultés dans les périurbains, même si celles-ci ne peuvent être facilement regroupées autour de quelques indications, compte tenu des particularismes locaux. Pourtant, certaines préoccupations se retrouvent quasiment partout :

64– ainsi si la rareté du foncier peut être invoquée dans la C.U.B., et encore faudrait-il la qualifier et mieux la localiser, (la rareté), elle ne se rencontre guère à Mont-de-Marsan, même Pau. Par contre, compte tenu de la structure de la ville, elle est présente à Périgueux, et d’une autre manière encore dans le B.A.B. Ce qui semble un peu en contradiction avec la remarque précédente, c’est le phénomène courant et général relevé un peu partout en France, et plus spécialement dans les grandes agglomérations, des opportunités foncières, non réductibles uniquement au thème de la rareté. C’est ainsi que se joue souvent, une sorte de ballet entre investisseurs potentiels et agriculteurs, chacun essayant d’anticiper les comportements de l’autre, pour étendre les ensembles urbains sur les communes environnantes d’une ville dont le manque de terrain, assurément, commande l’implantation des zones industrielles, commerciales, voire de certains lotissements, sur des zones agricoles de qualité variable. Les enjeux ainsi qui se portent sur le foncier non bâti, mais que l’on espère constructible, sont déterminants. Le rapport sur le foncier, présenté à cette Table Ronde, en témoigne.

  • 16 C. LACOUR, BARATRA, LEYMARIE, op. cit.

65On a souligné les relations entre l’urbanisation et les grands modes de transport. On connaît le poids des infrastructures ferroviaires dans certaines agglomérations, mais le péri-urbain est incontestablement un produit de l’automobile. Nous avions montré16 comment avant l’avènement généralisé de l’automobile, l’urbanisation restait liée grosso-modo aux réseaux de transport collectif. Depuis les années soixante, l’effet de dilution spatiale et d’étalement urbain – péri-urbain de la voiture n’est plus à reprendre : il est plus que connu, vécu régulièrement par chacun d’entre nous. Le phénomène automobile produit ainsi des extensions des zones urbaines qui pour être parties des centres villes, ont gagné progressivement les banlieues, et même les seconde et troisième couronnes. Ces espaces s’organisent ainsi suivant une double logique qui aboutit quasi-systématiquement à désintégrer davantage les espaces péri-urbains, à en faire des zones dont les logiques de fonctionnement (formation, développement, organisation interne) sont extérieures à ces zones. Les espaces péri-urbains sont d’abord des espaces dépendants, dominés par le centre ou les centres. Réalité et généralité indiscutables qui donnent peut être une signification à la notion de Péri-urbain, mais dont les zones concrètes, les délais de réponse, les temps d’adaptation (future intégration à l’agglomération) produisent des péri-urbains concrets fort diversifiés.

66La première logique, dominante est celle d’intéractions lieux d’habitat-lieux d’emploi, qui produit une certaine intégration des comportements et une désarticulation des espaces, à des degrés plus ou moins denses, suivant la nature des agglomérations : à peine ressenties à Dax, Mont-de-Marsan, cette intégration des comportements et cette désarticulation des espaces, deviennent par contre vivement marquées sur Pau, Bordeaux, un peu moins sans doute dans le B.A.B., et sur Périgueux. L’ampleur des déplacements, la réalité plus ou moins avancée de la journée continue, le nombre de personnes travaillant dans le ménage, déterminent plus le caractère ressenti de vivre en périurbain, que l’éloignement géographique stricto sensu.

67La seconde logique, liée à la première, rendue déterminante par la généralisation des déplacements individuels, consiste en la facilité quantitative et qualitative de l’accessibilité au centre ville, offreur encore de la majorité des emplois et des services. Ainsi se renforce ou s’est renforcée la nécessité de meilleurs voies d’accès au centre. On va ainsi progressivement s’intéresser essentiellement à des problèmes de gestion de flux, de construction de parkings au centre, par une préoccupation prioritaire accordée à la voirie. On favorise aussi des structures rapides qui répondent à ces besoins et qui ont souvent pour résultat de relier mieux le péri-urbain au centre ville, au prix d’une destructuration accrue de ce péri-urbain : c’est le cas par exemple dans le B.A.B. et dans l’agglomération montoise. On crée ou on renforce des zones de transition et non des zones homogènes.

68Il faudrait encore citer le phénomène de vieillissement des logements, allant de pair avec un vieillissement des habitants des bourgs du périurbain qui là encore, accélère et renforce les coupures intra-communales d’une commune péri-urbaine : les lotissements nouveaux dont les habitants ont des modes de vie très « urbanisés » et font leurs achats aux grands centres commerciaux, sont en symbiose avec le cœur de l’agglomération et favorisent le dépérissement des centres des bourgs.

692.1.2. - Il y a bien, qui le nierait, des phénomènes marqués qui « définissent » ou précisent les caractères du péri-urbain, même si notre thèse est qu’ils sont liés aux différentes composantes spatiales et sociales de la croissance urbaine. Ils se retrouveraient souvent dans l’analyse des résidences secondaires appartenant à des urbains, situées en pleine zone rurale, là on ne parle pas – encore – de péri-urbain. Il n’est donc pas question de refuser cette élémentaire évidence que des problèmes originaux ( ?) ou du moins plus visibles et plus amples, se posent dans les aires péri-urbaines. Il faut par contre, souligner qu’on a trop voulu répondre à ces questions par des solutions techniques, les séparant mieux pour pouvoir tenter de les résoudre une par une, cas par cas, sans voir qu’elles ne sont que les différentes manifestations d’une même réalité.

70Les exemples seraient nombreux et traduiraient plus une certaine vision des politiques dites d’Aménagement du territoire que les décisions prises par telle institution ou telles catégories d’acteurs.

  • Les opportunités foncières ? Elles sont trop prises au coup par coup, souvent sans projet futur cohérent, sans dessein organisé. Même les P.O.S. ne peuvent garantir l’existence d’une véritable stratégie de développement.

  • Les logements ? Les schémas d’aménagement spatial par les P.O.S. et les S.D.A.U. manquent encore trop de souplesse dans les interprétations, mais restent trop rigides sur des avenirs mal dessinés, insuffisamment révélés. Les zones définissent mal les grandes vocations spatiales.

  • Les équipements ? Ils ont moins visé la polarisation globale que des réponses aléatoires à un problème ponctuel, localisé, se faisant d’ailleurs sur des normes mentales et techniques banalisées. On a dit que les schémas de transport avaient eu pour objectif immédiat, de gérer les flux, les encombrements et non de structurer des agencements emboîtés d’espaces complémentaires.

71Ainsi au lieu de polarisations plus pensées en termes d’agglomération, ce qu’on constate, ce sont des équipements qui favorisent l’éclatement, la balkanization des zones, équipements mal adaptés et éventuellement couteux pour les collectivités.

2.2. - Une lecture territoriale insuffisante

72Assez curieusement, par un détour de la pensée et de l’action, l’espace péri-urbain qui doit être conçu dans une perspective globale spatiale, en termes – au moins – d’agglomérations incluant évidemment la ville centre et son centre, a trop souvent été appréhendé de deux manières qui nient relativement la notion de territoire.

732.2.1. - On en fait trop un espace particulier, spécifique, presque homogène par ses caractères, alors qu’il devrait être davantage compris comme un moment, une partie d’un ensemble spatial. Il nous semble qu’il doit être analysé – au moins comme produit de la croissance urbaine, comme résultat des politiques urbaines, et non comme une excroissance originale dont le grand jeu serait seulement de compter les communes qui en font partie ! Comme si on posait sans le dire que le péri-urbain existe en soi, qu’on n’a donc qu’à le « trouver » pour le traiter per se, avec une pharmacopée adaptée. Ainsi on semble faire comme si le péri-urbain était bien une sorte d’espace nouveau sans aller au fond et tenter de déterminer de quels territoires il est composé, il est le produit, et aussi le nouveau générateur. Si le terme est récent, à quelles réalités historiques ne renvoit-il pas ! ! !

74Beaucoup l’ont relevé dans cette étude Aquitaine, moins que le nombre de communes à retenir – question assurément non négligeable, ce sont les effets de coupure qui sont essentiels, qu’il s’agisse de coupures naturelles, ferroviaires, routières. Ce sont les diversifications des zones à ondes de choc de la croissance urbaine et des politiques de développement local qui jouent des fonctions déterminantes dans le façonnage des péri-urbains. Ainsi, certains ont pu parlé de quatre types de péri-urbains sur l’agglomération du B.A.B., d’autres ont souligné la croissance par cadran à Périgueux.

75Il y a donc bien une logique de territoires, imbriqués les uns dans les autres, dont le découpage communal ne peut être qu’une première approche pratique, administrative et... statistique. Quand on évoque sur l’agglomération bordelaise, le péri-urbain « lointain », quand on souligne que Narosse serait plus à considérer comme quartier de Dax que comme commune autonome (peu importe ici que cette remarque soit fondée ou pas), c’est bien de la même philosophie qu’il s’agit : réfléchir et agir non en fonction d’un concept de péri-urbain, mais comme réalités territoriales couplées, intégrées et désarticulées.

762.2.2. - De ce fait même, une seconde préoccupation s’est souvent rencontrée, mais dont on reconnaît aujourd’hui les limites : il s’agit, pourrions-nous dire, d’une conception spatiale ramenée ou réduite à une préoccupation technique, on n’ose écrire... fonctionnelle. Il s’agirait dans cette interprétation du complément des remarques précédentes : si le péri-urbain se ramène à connaître les difficultés se rencontrant sur un territoire appelé péri-urbain, alors il suffit d’en proposer des remèdes adaptés. Comme globalement, les problèmes sont ressemblants, chaque territoire, bien vite transposé à chaque commune, opèrera une politique de même nature, aux limites financières près !

77D’où ce que l’on sait : des salles polyvalentes, des aires de loisirs, de petits centres commerciaux, peu ou pas adaptés aux besoins locaux : soit qu’ils soient satisfaits par les équipements de la ville centre, soit qu’il faille d’abord mieux connaître ces besoins, et surtout penser en termes de solidarités d’agglomération.

78Certes, évacuons de suite ce que le terme peut évoquer de naïveté, voire d’hypocrisie. En rencontrant les maires des villes centres et ceux des communes péri-urbaines, on sait bien ce que mutuellement, ils se reprochent. Les premiers affirment que le seconds profitent de leurs investissements de toute nature, scolaire, sportive, sociale sans vouloir les financer. Les seconds clament qu’on sert de leurs communes pour les implantations impossibles à réaliser au centre, et qu’ils doivent supporter les coûts de la croissance urbaine qu’ils n’ont pas générés. Chacun tente de réaliser dans sa commune des équipements dont l’utilité sociale, sinon électorale, reste parfois peu évidente. On aboutit à une mauvaise utilisation d’équipements dont on peut dire, en même temps qu’ils sont excessifs et insuffisants.

79Aussi faut-il relire doublement les péri-urbains en Aquitaine.

  • D’abord, on l’a suffisamment souligné, comme une application et une appréciation plus générale des phénomènes péri-urbains et à travers eux, ceux de la croissance et des politiques urbaines.

  • Ensuite, et surtout, il faut replacer les péri-urbains en Aquitaine dans une double problématique :

    • celle d’une politique d’ensemble des systèmes urbains, comprenant naturellement les centres et les éléments, variés, contradictoires : certains figés depuis plusieurs décennies, les espaces industriels à infrastructures lourdes et souvent dépassées par les normes technologiques, d’autres tout récents, dont on voit seulement les traits se dessiner par le dernier recensement, d’autres, plus flou encore, en gestation ;

    • celle d’une politique d’ensemble d’aménagement du territoire en Aquitaine. La logique des espaces péri-urbains doit être resituée dans une vision globale territoriale de la région. Elle ne saurait être seulement un « complément territorialisé des politiques régionales sectorielles ». Plus, et même autrement, elle doit s’inscrire dans une vision plus complète, plus complexe de la Dynamique spatiale : en même temps que cette vision aidera à mieux comprendre les réalités péri-urbaines, elle permettra de mieux saisir les mécanismes qui les produisent, les sous-tendent, les révèlent. Peut-être aussi, elle soulignera comment une politique prenant en compte toute la globalité de la dynamique spatiale peut s’avérer capable de gérer les espaces péri-urbains.

Notes

1 C. LACOUR. - Aménagement du territoire et politique contractuelle - Rapport de la Commission au Plan Aquitaine, juillet 1982.

2 Ainsi renvoie-t-on à J. LAJUGIE, P. DELFAUD, C. LACOUR. - Espace Régional et Aménagement du Territoire - Dalloz 1979.
P. H. DERYCKE. - Economie et Planification urbaines, PUF - Tome 1 - 1979 L’espace urbain.– Tome 2 -1982 - Théories et modèle.
et notre article Science Régionale et Analyse du Local, RERU, 1983, no 4, pp. 571-596.

3 Cf. La contribution de l’IERSO à l’étude du changement social, Cahiers de l’OCS-Vol. 12,1982.

4 C. LACOUR.- Aménagement du territoire et développement régional - Memento Dalloz, juillet 1983.

5 P. AVDALOT - C. GECOSTER - J. HENRARD. - Critique de l’économie urbaine - TEM 1976.– N. et S. FAINSTEIN.- New debates in urban planning, IJURR, 1982, no 4.
CLAVEL, FORESTER, GOLDSMITH.-
Urban and Regional Planning in an Age of Austerity, Pergamon 1981.

6 Sesame - DATAR - Périurbanisation et Aménagement du territoire, novembre 1979, p. 3.

7 Comité d’Expansion Aquitaine.- Evolution de la population et de l’emploi dans la CUB - Eléments d’Etude pour le plan quinquennal 1984-1988 – novembre 1983, notamment pp. 13-14 « La reconquête de l’espace urbain communautaire ».

8 Il s’agit des propositions faites par la Région dans le cahier des charges.

9 C. LACOUR, M. BARATRA, D. LEYMARIE.-Croissance urbaine - mobilité et desserte des zones périphériques par les transports collectifs – Editions CNRS-1981.

10 Equipe d’Economie Urbaine de l’IERSO.- Dynamique d’un Espace Urbain, BORDEAUX, Bière 1980.

11 D. PUMAIN.- La dynamique des villes – Economica 1983.

12 S. PUISSANT.- Le Périurbain de Mont-de-Marsan : Originalité de l’agglomération montoise ou paradoxes des périurbains ? RESO, 1983, no 2.

13 et nous avions aussi retenu une définition administrative.

14 P. DELFAUD - C. LACOUR.- Edit, Economie des Landes, Bière 1982, notamment notre analyse de l’urbanisation des cités landaises.

15 Ce que J. DUMAS et moi appelons « une homothétie négative ».

16 C. LACOUR, BARATRA, LEYMARIE, op. cit.

Table des illustrations

Légende Dynamique spatiale et espaces péri-urbains
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Professeur de Sciences Economiques à l’Université de Bordeaux I
Directeur de l’Institut d’Economie Régionale du Sud-Ouest (IERSO).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search