Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le péri-urbain en Aquitaine

 | 
Pierre Guillaume

I - Le péri-urbain et l'aquitaine

Les espaces péri-urbains en Aquitaine, modèles sociaux et politiques d’aménagement

Jean Dumas

Texte intégral

1Le fait qu’une équipe nombreuse et diversifiée de chercheurs se soit intéressée aux agglomérations aquitaines peut être riche d’enseignement quant à la structure de la réflexion qu’elle a été amenée à conduire. Elle avait une commande bien précise ou, plutôt, bien localisée, les sept unités urbaines principales de la région. Mais elle était forte aussi de toutes les représentations et tous les jugements portés sur la « ville » en général, sa croissance et ses problèmes de fonctionnement. A ce sujet se pose alors une question majeure : si, au regard de la comparaison statistique cette région apparaît comme assez modestement urbanisée, n’y-a-t-il pas un glissement dans le fait d’y appliquer, implicitement des modèles sociaux généraux et abstraits ? Autrement dit, plus que d’une approche des spécificités, la nécessité d’user des outils de présentation le plus couramment disponibles dans la littérature scientifique ne conduit-elle pas au contraire à une sorte de normalisation urbaine, les modestes agglomérations aquitaines étant jugées à l’aune méthodologique des grandes conurbations du Nord-Ouest de l’Europe ?

2La question ainsi posée est bien d’ordre pratique puisqu’elle conduit à se demander si les outils d’aménagement proposés correspondent bien à des traits locaux particuliers, ou s’il ne s’agit pas de justifier concrètement de la pertinence d’approches déjà largement expérimentées. En cette matière la responsabilité du chercheur est à la fois importante et limitée. Importante, puisque de ses investigations découle un produit argumenté et écrit qui peut engager des justifications à l’action concrète ; limitée, car soucieux de ne pas se perdre dans la juxtaposition de monographies particulières, il est conduit à user de clefs d’exposition qui, prises dans des débats antérieurs, permettent de sortir du fait particulier, en le privant, d’une certaine manière, de certains de ses caractères contingents.

3Aussi, le véritable propos que l’on peut s’efforcer de tenir est-il, plutôt que de se demander quelle est la spécificité pour les agglomérations aquitaines, de voir en quoi un travail important, marqué par un souci de pluri-displinarité, conduit à une utilisation particulière des idées généralement développées autour de la question urbaine. Apprécier ce tri éventuel, ces distorsions logiques, c’est penser que l’univers abstrait de la représentation sociale se trouve modifié de manière significative par son utilisation systématique et collective dans un travail particulier. C’est ainsi décider que le repérage de ces transferts plus ou moins réducteurs au regard de la généralité constitue un indice convenable des caractères locaux recherchés qui, s’ils n’apparaissent pas totalement spécifiques, pourront au moins être perçus comme autant de traits de différenciation.

1 - LA RE-DECOUVERTE DE LA VILLE OU SA DEFENSE ?

4Le constat effectué plus encore que les propositions est porteur d’une représentation de la ville. Elle sert de référence, plus ou moins explicite selon les contributions, et conduit les éléments du diagnostic. Mais cette référence, à la fois sociale et politique, est suffisamment implicite pour être considérée par le lecteur comme allant de soi... et pourtant ?

1.1.- De la dénonciation du « centrifuge » à l’exaltation du « centripète »

5L’efficacité pédagogique du raisonnement analogique conduit les rédacteurs à utiliser un modèle tourbillonnaire afin de rendre compte des rapports entre dynamique sociale et organisation spatiale. Ainsi, les agglomérations deviennent-elles une quasi-nébuleuse agitée par des mouvements qui participeraient à son expansion... en même temps, sans aucun doute, qu’à son affaiblissement.

6Toutes les analyses urbaines soulignent ceci, et le « préambule » du dossier qui reprend les idées-forces des travaux, le reprend avec vigueur :

« Deux types de force se sont, jusqu’en 1978/1979 conjuguées, pour favoriser la croissance péri-urbaine proprement dite :

  • les forces de croissance globale des agglomérations ;

  • des forces centrifuges puissantes, dont on peut dire qu’elles profitaient globalement des conditions de concurrence inégales entre centre et périphérie. Ces forces centrifuges ont conduit à évacuer une partie de l’habitat et des activités industrielles des zones centrales des agglomérations, tout en y maintenant une forte population des activités tertiaires ».
    Eléments d’une charte contractuelle... p. 1

7Le modèle se trouve ici exprimé en totalité : une montée en puissance économique dont les effets spatiaux sont l’étalement dans le desserrement. A cette dynamique de processus correspond une statique plus analytique ; elle conduit toutes les descriptions à distinguer un « noyau » central, assimilé à la ville-centre qui se trouve être le principe vital de l’organisme considéré, puis une zone péri-urbaine « interne », enfin une zone « externe » dont on souligne la discontinuité, les déchirures, l’absence d’éléments de contact et de proximité.

  • 1 CHALINE (C.) - La dynamique urbaine.– PUF, Paris 1980, et surtout l’intéressante mise au point de B (...)

8Toutefois on doit souligner que l’on ne trouve pas d’utilisation des concepts utilisés couramment dans l’analyse urbaine des grandes aires urbanisées. « Exurbanisation », « suburbanisation » qui dérivent de l’utilisation du concept anglo-saxon d’« overspill » c’est-à-dire de déversement urbain, ne sont pas utilisés, et cela conduit à une réflexion sur une spécificité, tout au moins sur un caractère observé. Tout se passe comme si le mécanisme majeur dans la réorganisation aquitaine était constitué par un desserrement suscité par une intensification des échanges et une multiplication des habitants et non par un déversement qui implique un trop-plein, une certaine exubérance des activités élargissant mais aussi enrichissant. La distinction sémantique, on le voit, est loin d’être mineure car elle montre un usage finalement raisonné et modéré des modèles de l’expansion territoriale des villes1.

9De façon conséquente, la politique proposée tend au resserrement de l’espace aggloméré ce qui est la manière de gérer à la fois des ressources économiques qui ne s’accroissent plus guère et de mieux occuper l’espace. On parle ainsi d’un scénario de rapatriement et de consolidation, de freiner la centrifugation des activités secondaires, donc de mener des actions centripètes. Il ne s’agit pas à proprement parler de repli organisé, mais plutôt d’une meilleure organisation spatiale afin de réduire les déséconomies et les nuisances entraînées par les trop grandes distances, les discontinuités territoriales, l’absence d’organisation de la seconde périphérie, sinon de la première. Tout cela amène à poser la question du modèle urbain sous-jacent et de la symbolique politique qu’il comprend.

1.2. - Retour au « modèle latin » : la ville et son centre

  • 2 Demain l’espace, l’habitat individuel péri-urbain.– Rapport de la mission d’étude présidée par Jacq (...)

10Les travaux des Aquitains ne rejoignent guère, c’est l’évidence, les extrapolations lyriques du Rapport Mayoux sur la ville-parc accordée au rurbain par une continuité sociale et économique2. Nulle réflexion sur l’aménagement pour celui qui aime la ville, tout au moins son environnement et ses services, ni pour celui qui ne l’aime pas tout en y travaillant (Mayoux, 1979, p. 42). Au contraire, si la vie dans le péri-urbain se trouve bien évoquée, elle l’est toujours en référence à la centralité, à la densité. La preuve en est fournie par la nature des propositions : toutes se réfèrent à l’organisation d’une polarité urbaine incontestée, même pour Pau où l’on souhaite une organisation des « centralités secondaires », donc dépendantes.

11En suivant la méthode proposée, ne se trouverait-on pas là devant la possibilité de faire un deuxième constat pour l’ensemble du péri-urbain aquitain ? Sa dimension est telle, la nature de ses fonctions est suffisamment hétérogène pour que l’on ne puisse envisager une semi-indépendance d’organisation sociale, même pour ce qui est de l’auréole bordelaise. Mais aussi, la présence de la ville-centre est, partant, suffisamment forte pour que l’on ne songe à la contester pour la remplacer par une quelconque zone périphérique de convivialité. Le marquage historique du « clocher », l’adhésion symbolique qu’il entraîne n’est pas remise en cause, au contraire ils constituent un thème fort de justification.

12Autant dire que c’est l’idéal-type de la « Ville latine » qui sert de référence aux propositions, même si celles-ci tiennent compte des modulations liées aux inégales densités. En ce sens on peut en reprendre les caractères :

« ...ce qui caractérise la ville latine, c’est son unité. Certes, il est possible d’y distinguer des parties et de leur reconnaître des fonctions dominantes, mais les frontières sont presque toujours indécises et les spécialisations rarement absolues. Tous les quartiers de la ville abritent à des degrés divers l’habitat, l’échange, la production, l’enseignement, la culture. La ville latine est, par excellence, le Heu d’existence et d’exercice d’une fonction urbaine synthétique appuyée sur un espace urbain unique (regroupant toutes les activités humaines) ».
Mayoux, 1979, p. 35.

  • 3 CLAVAL (R.) - La logique des villes.– Litec, Paris 1981, en particulier p. 538 et ss.

13Au lieu d’être vilipendé comme dans le rapport Mayoux on conçoit combien ce modèle s’accorde admirablement avec la priorité donnée au recentrage et aux forces centripètes. Unificateur, il est socialement justifié et politiquement acceptable car il repose sur l’idée que chaque agglomération aquitaine est susceptible de constituer un tout, bien identifiable, autrement dit de participer à cette culture urbaine si fortement enracinée dans le sud de la France. Chaque texte peut ainsi être relu à travers une telle grille qui, dans l’utopie mobilisatrice privilégiée nettement Camillo Sitte sur Ebenezer Howard3 : on n’est pas urbain parce que producteur et acteur économique, on l’est par situation dans un milieu spécifique qui ne prend tout son sens que dans une perspective de développement historique et d’adhésion politique.

14Tenant compte, de manière réaliste, des contraintes économiques actuelles, l’étude sur le péri-urbain constitue une défense de la ville conçue en son unité symbolique et pratique. Passée la grande période de la diffusion par extension et enrichissement, les auteurs proposent un recentrage fondé sur la rareté des ressources collectives et particulières, l’enrichissement qualitatif lié aux effets de proximité l’emportant sur la consommation brutale d’espace et de temps. Mais tout cela suppose une référence plus politique permettant d’argumenter la démarche en terme de répartition des profits et des coûts.

2 - L’ACTION URBAINE, VERS QUELLE JUSTICE ?

15Telle est bien la problématique : une fois proposée une certaine lecture de la ville, il faut l’articuler avec un projet politique d’intervention qui, dépassant le modélage du territoire, soit susceptible d’être mobilisateur et justificateur pour l’action publique qu’elle prétend susciter. Le passage du modèle urbain au modèle social se fait par la ségrégation :

« Ces mécanismes (croissance globale et forces centrifuges) ont donc produit une ségrégation accrue urbaine, fruit de la logique du marché, appuyée, il faut bien le dire, par la majeure partie des politiques urbaines publiques ».
Eléments d’une charte... p. 1

16L’éclatement accentue les différences, il est créateur de séparations donc d’inégalités et le souci de toute action publique est bien de rapprocher à la fois physiquement et socialement afin de réduire ces coupures inacceptables.

2.1. - Projet de quartier et justice spatiale : la dialectique proximité-centralité

  • 4 Au sens où le concept est défini et utilisé successivement par :
    HARVEY (D.) - Social justice and th (...)

17L’étude assume le glissement de la théorisation spatiale à l’action publique : le but recherché est l’équité sociale ce qui renvoie clairement à une réflexion en terme de justice socio-spatiale4. En effet, si l’on considère que le desserrement est inégalitaire, cela a été montré dans les études portant surtout sur les agglomérations majeures (Bordeaux et Pau) et si on l’assimile à une dilution territoriale de la force urbaine, on assure le relais entre l’espace d’une part et la distribution sociale de l’autre.

18Le modèle urbain retenu est aquitain, fondé sur l’imaginaire de la cité homogène susceptible d’offrir à tous les mêmes possibilités d’usage. Mettre en œuvre une politique d’équité spatiale c’est aussi utiliser le paradigme centre-périphérie, mais avec une centralité ambigüe car tout à la fois spatiale et fonctionnelle ; on retrouve l’analogie avec la nébuleuse signalée au début, le centre est à la fois une position identifiée mais aussi le principe actif (par analogie, le « cœur »). Une politique du péri-urbain peut donc se ramener à résoudre la double question de l’homogénéisation de la périphérie et de l’accessibilité urbaine, la première conditionnant la seconde dès lors qu’elle suppose dépasse les blocages nés de l’hétérogénéisation d’occupation.

19Ainsi voit-on diagnostics et propositions insister sur les éléments d’action susceptibles de modifier les comportements hérités, donc capables d’obtenir une moindre opacité du marché foncier (sinon une meilleure transparence), une plus grande efficacité dans les relations intra-agglomérations, une moindre mobilité périphérique des activités productives dans leur redéploiement actuel. L’équité mise en œuvre c’est l’objectif créateur de meilleures relations, d’enrichissement mutuel par la plus grande densité des informations et des contacts, c’est la modification de l’environnement.

  • 5 Pour un état de la réflexion sur l’usage de la notion de « quartier », voir la toute récente mise a (...)

20Très naturellement le passage obligé se trouve être le quartier, ou mieux encore le projet de quartier, présenté en terme de produit spatial et de comportement politique. Produit spatial tout d’abord puiqu’il suppose que la densification des espaces périphériques doit tendre à la création d’unités de voisinage fondées sur l’usage de services, de commerces et sur le rapprochement des lieux d’emploi. A l’urbanisation différentielle en grandes plaques fonctionnelles on souhaite substituer une série de noyaux constituant autant de sous-ensembles fondés sur l’usage et l’échange quotidiens. Tout se passe comme si le quartier, retrouvé et re-visité, constituait l’outil de gestion du « redéploiement » industriel actuel, donc d’une meilleure utilisation des potentialités manufacturières locales en insistant sur les conditions de leur insertion5.

21Mais on doit observer que dans les différentes recherches monographiques, et tout particulièrement à Dax, Pau et Périgueux, la référence au système d’organisation de proximité se fait dans une perspective plus politique, de reconnaissance d’une citoyenneté locale d’expression et de participation. Le quartier justifie le resserrement dès lors qu’il permet de rapprocher les citoyens les uns des autres en les associant à la gestion ou à l’usage des équipements qui font leur vie, qu’il s’agisse du commerce par l’organisation des consommateurs, de l’école par celle des parents ou encore des équipements collectifs par la diversité de la vie associative. Or, dans ces textes, le glissement se fait entre ce souci et l’appui sur les noyaux villageois existant déjà qui seraient susceptibles d’offrir cet accrochage à une idée collective d’appartenance.

22Assimiler projet de quartier et préservation des identités communales périphériques permet de déboucher encore une fois sur des particularités aquitaines. Exception faite pour la périphérie bordelaise (et seulement pour les communes les plus grandes), le péri-urbain ré-organisé peut être confondu avec l’utilisation des noyaux existants en tant que centres d’ancrage : au sein d’une agglomération re-centrée, le quartier devient alors le village préservé dans son identité mais inséré dans une solidarité socio-économique plus vaste, en quelque sorte un canton devenu plus actif et beaucoup plus dense mais où l’accord naïf de la nécessité de mettre en œuvre les complémentarités.

2.2. - Défense des activités économiques et équilibre urbain : la volonté d’une conciliation.

« Il parait opportun de considérer la politique contractuelle d’agglomération comme un complément territorialisé des politiques régionales sectorielles : la politique contractuelle doit voler au secours des orientations du plan, en développer les effets, en assurer la cohérence sur un territoire donné ».
Eléments d’une charte... p. 5

23Si la recherche de l’équité sociale est à la base de la politique péri-urbaine, ce but ne peut être séparé des conditions de sa mise en œuvre. Pour tous les chercheurs il est clair que le remodelage de l’espace ne prend toute son efficacité que par l’action sur les activités économiques. Il en est à la fois dépendant mais, aussi, en constitue une des conditions, ce que rappelle fortement les quelques lignes citées extraites du préambule. Autrement dit on souhaite passer de la recherche de l’équité spatiale à celle de l’équité sociale. Mais qu’est-ce que cela entraîne-t-il dans le système des décisions ?

24Alors que l’aménagement territorial, l’urbanisme au sens le plus restrictif du terme, est affaire de la commune utilisant les règles générales de l’état, l’action économique est affaire de la région qui exerce là une de ses principales compétences. Aussi, s’engager dans une prise en compte des politiques régionales sectorielles c’est souhaiter l’ouverture du système local de décisions à un intervenant nouveau, susceptible d’agir selon une logique autre, l’établissement public régional fort des outils de planification définis, négociés et légitimés dans le cadre du contrat Etat-Région. Faire référence à cet acteur extérieur c’est se poser la question des articulations entre les niveaux de décision : il ne suffit pas d’affirmer que « la politique contractuelle doit voler au secours des orientations du plan », encore faut-il établir comment.

25Si le contrat de plan Etat-Région contient les outils principaux de l’intervention économique, ce sont les contrats entre les départements et la région qui permettent d’en saisir plus concrètement les implications territoriales. Aller au-delà c’est, à la manière des chercheurs aquitains, considérer qu’une réflexion cohérente sur l’espace et ses fonctions économiques est nécessaire. Dans ce cadre, c’est admettre qu’il n’y a de communication possible que par le biais de l’intercommunalité d’agglomération, c’est-à-dire de structures convenables de coopération prenant en compte la totalité urbaine, donc la ville et sa périphérie. Mais, si l’on revient au modèle initialement développé, il est clair que, dès lors qu’on développe une stratégie de re-concentration, la prise en compte des auréoles de la ville conduit à mener une réflexion sur le milieu rural environnant à animer, lui aussi, afin de le sortir de sa fonction (objective et pas nécessairement morale) de producteur de « délaissés » en attente de spéculation.

26L’objectif développé est tout à la fois réaliste et ambitieux. Il est réaliste car il admet, retour à la spécificité aquitaine, que la dynamique urbaine n’y est pas telle qu’elle puisse se concevoir sans une action volontariste sur le développement économique, y compris, et les difficultés actuelles du port en sont une illustration éclatante, en ce qui concerne l’agglomération bordelaise dont on ne peut concevoir le développement sans une réflexion sur son hinterland. Il est ambitieux, car il pose nettement la nécessité d’une politique globale d’aménagement du territoire comme support à l’articulation entre les compétences régionales et les niveaux locaux qui définissent des modes de vie.

27La recherche sur le péri-urbain en Aquitaine est donc riche d’enseignements sociaux et politiques. Partie d’une commande assez traditionnelle, la possibilité de mettre en œuvre des actions spécifiques en banlieue, elle débouche sur un ensemble de propos beaucoup plus suggestifs et diversifiés.

28Les études fines menées sur les agglomérations montrent à l’évidence la fragilité économique et la complexité de celles-ci. Elles montrent combien, eu égard aux tailles démographiques et à la modification récente des mécanismes du développement, toute tentative de promouvoir un modèle « éclaté » et « a-historique » d’aménagement est vaine et dangereuse. Il n’est de ville que par association inter-communale, par usage commun des avantages d’un centre, par intensification des relations de proximité. La connaissance des villes aquitaines est une contribution importante, à la fois critique et positive, à la réflexion globale sur l’urbain, elle démonte par les faits certains apports nationaux élaborés dans une vision floue et très formelle de l’évolution des villes.

29Demeure, tout de même, une dernière interrogation. Même si la ville aquitaine présente de nombreux traits communs, on ne saurait mener une politique globale en traitant chaque agglomération séparément, ce que peut entraîner une analyse localisée très fine. Chaque unité s’insère dans un réseau hiérarchisé, rend des services déterminés mais sert de relais vers la métropole aquitaine (ou même toulousaine dans certains cas) et vers les nombreux bourgs qui animent le milieu rural. Autant dire que la ville ne constitue pas une société fermée même si l’on s’efforce d’en densifier l’espace. Il serait donc utile d’ouvrir plus largement la réflexion ; la prise en compte des structures politiques de décision, département et région, y incite mais il faudrait mieux définir ces domaines d’ouverture, ou encore d’interdépendance sans lesquels toute analyse peut se replier sur la monographie.

Notes

1 CHALINE (C.) - La dynamique urbaine.– PUF, Paris 1980, et surtout l’intéressante mise au point de BRUYELLE (P.) - « Périurbanisation, réurbanisation, suburbanisation », in Actes du colloque pluridisciplinaire sur la péri-urbanisation.– Centre inter-universitaire de Recherches en Sciences humaines, Lille 1981.

2 Demain l’espace, l’habitat individuel péri-urbain.– Rapport de la mission d’étude présidée par Jacques Mayoux.– Documentation Française, Paris 1979.

3 CLAVAL (R.) - La logique des villes.– Litec, Paris 1981, en particulier p. 538 et ss.

4 Au sens où le concept est défini et utilisé successivement par :
HARVEY (D.) - Social justice and the city.– John Hopkins Press, Londres, 1973.
REYNAUD (A.) - Société, espace et justice.– PUF, Paris 1981.

5 Pour un état de la réflexion sur l’usage de la notion de « quartier », voir la toute récente mise au point :
CESURB.- Réalités et dynamique des quartiers : réflexions à propos des villes d’Aquitaine.– Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Bordeaux 1983.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter