Version classiqueVersion mobile

Le péri-urbain en Aquitaine

 | 
Pierre Guillaume

I - Le péri-urbain et l'aquitaine

Le rapport Mayoux et l’Aquitaine

Christian Maudet

Texte intégral

1En 1977 était lancée une étude sur l’habitat individuel périurbain. Elle devait analyser les principaux problèmes créés par le développement très rapide des zones péri-urbaines, notamment sous la forme d’habitat individuel.

2Présidée par Jacques MAYOUX, inspecteur général des finances, la mission d’étude remit son rapport final le 21 mars 1979 au Ministre de l’Environnement et du Cadre de vie de l’époque, Michel d’Ornano.

3En 1981, l’Etablissement Public Régional d’Aquitaine lançait une étude sur les conditions de développement d’une politique régionale contractuelle destinée aux zones péri-urbaines de ses principales agglomérations. L’équipe d’étude constituée à cet effet rendait ses conclusions au mois d’avril 1983.

4Entre ces deux évènements, l’un national, l’autre régional, qui marquent au moins les préoccupations sinon l’embarras ou l’impuissance des responsables face au développement des agglomérations et aux formes urbaines que prend ce développement, avec toutes les conséquences économiques et sociales qui s’ensuivent, quelles relations existe-t-il ou quels éléments du rapport Mayoux expliquent, éclairent ou justifient le questionnement sur le péri-urbain en Aquitaine ?

Tout d’abord, que retenir du rapport Mayoux ?

5Il ne s’agit pas ici de présenter un résumé du rapport d’étude « Demain, l’espace » publié à la Documentation Française, mais de partir des principaux éléments de cette étude pour essayer de cerner ce que représente réellement le phénomène péri-urbain et préciser quel enjeu il représente pour l’avenir de nos agglomérations en particulier en Aquitaine, enjeu qui justifierait des actions spécifiques.

6En 1977, le péri-urbain apparaissait pour certains comme dévoreur d’espace naturel et agricole, comme gaspilleur d’énergie, comme coûteux en fonctionnement et en gestion. Il apparaissait comme un éclatement non-maîtrisé de la ville entraînant la constitution de vastes connurbations mal structutées, mal équipées, où les prix fonciers connaissaient des hausses excessives et où un déséquilibre sociologique et financier « menaçait des communes souvent rurales qui n’étaient pas préparées à une telle évolution » comme l’évoque la présentation du rapport.

7Des communes pas préparées mais aussi des responsables et des techniciens surpris par les résultats du recensement de 1975 qui illustraient et chiffraient un phénomène que tout le monde voyait « à sa porte » mais dont on n’avait pas mesuré l’ampleur et dont on prévoyait ou entrevoyait déjà certains effets, salutaires pour certains face à l’échec d’une génération de politique urbaine, néfastes pour d’autres.

En fait, de quel phénomène s’agit-il ?

  • 1 BAUER (G.), ROUX (J. M.).-La rurbanisation ou la ville éparpillée, Editions du Seuil, Paris 1976.

8Déjà en 1976, Gérard Bauer et Jean-Michel Roux1, dans un ouvrage consacré à la « rurbanisation ou la ville éparpillée », développaient une description précise du phénomène d’interpénétration d’espaces urbains et ruraux correspondant à un déploiement et à une dissémination de la ville dans l’espace. Ce phénomène, en rupture avec les mécanismes traditionnels de développement des villes qui avaient constitué les banlieues, représentait de leur point de vue la « forme la plus récente de la croissance urbaine », celle qui répondait aux exigences sociales, économiques et pourquoi pas culturelles voire politiques de la fin du XXème siècle en France.

9Pour schématiser, après la croissance urbaine du XIXème siècle, marquée par « l’agglutination », le développement « en doigt de gant » du début du XXème lié au développement des transports par voie ferrée, les villes connaissaient ainsi une croissance en deux temps après 1945 : celui de la reconstruction et de la densification puis celui de la « rurbanisation » dont le principal agent paraît être la généralisation de la motorisation individuelle qui permet « pour la première fois, (que) le territoire à l’intérieur duquel peut s’organiser sans difficulté la vie quotidienne des citadins, est considérablement plus vaste que la surface dont la ville a besoin » (1).

10En fait, cette nouvelle croissance urbaine n’est pas apparue spontanément. Elle a été permise et organisée par la politique urbaine préconisée à partir de 1968 par le Ministre de l’époque. Albin Chalandon, dans un contexte où l’on croyait avoir trouvé le moyen de maîtriser l’urbanisation après l’adoption le 31 décembre 1966 de la Loi d’Orientation Foncière, préparée et adoptée sous le mandat de ses prédécesseurs.

  • 2 GRAVIER (J.F.).- Paris et le désert français. Flammarion, Paris 1972.

11Contre-pied stratégique, développement d’une liberté d’action dans un cadre supposé régulateur, prise en compte d’un état de fait... peu importe. Il s’impose à l’observateur d’aujourd’hui que toute la mécanique foncière, opérationnelle, financière (aide à l’accession à la propriété individuelle) qui a permis le développement péri-urbain date de cette époque, et dès 1972 Jean-François Gravier, dans Paris et le désert français2, en constatait et en prévoyait les effets : « La ville apparait, chaque jour davantage, comme le quartier central d’une agglomération discontinue », disait-il.

Face à cette situation en 1977, quel était l’objectif de la mission confiée à Jacques Mayoux ?

12On est souvent surpris de l’écart entre les attendus développés pour justifier cette étude : analyse des problèmes créés par le développement péri-urbain, gaspillage d’espace, hausse excessive et généralisée des prix fonciers, déséquilibre sociologique et financier..., et les conclusions du rapport préconisant un développement intensif du péri-urbain même s’il doit s’accompagner d’une régulation de la production des terrains à bâtir, d’une planification urbaine efficace et de nouveaux moyens financiers et techniques pour les collectivités locales.

13En fait, l’objectif de l’étude était bien de fonder une nouvelle politique urbaine s’appuyant sur ce qui apparaissait comme une tendance naturelle, « une tendance lourde de la société française » dira le rapport, tout en justifiant sociologiquement et économiquement ses fondements par le recours à une critique des protagonistes ou des défenseurs de la ville « latine » et de la ville « d’après-guerre » (celle de la reconstruction et des grands ensembles) pour ainsi annoncer que « l’habitat nouveau est arrivé ».

14L’argumentaire se développe en deux temps :

15Tout d’abord, on justifie le développement péri-urbain même dans sa forme actuelle en détaillant son caractère novateur vis-à-vis d’une tradition urbaine obsolète qui ne fait que développer les raisons mêmes de son rejet.

16Ensuite, on présente, par-delà certains inconvénients considérés comme mineurs (ils le sont peut-être pour l’individu ou la famille, il en est autrement comme on le verra pour la collectivité), les conditions d’une véritable politique urbaine nouvelle fondée sur la ville-parc et l’espace rurbain.

17« Il faut... se purger d’idées reçues qui empêchent de reconnaître ce phénomène pour ce qu’il est » souligne l’auteur du rapport. Le péri-urbain n’est pas un mode d’urbanisation « dégénéré », c’est un nouveau mode d’occupation de l’espace (caractère novateur) pour la ville qui offre un mode et des conditions de vie adaptés à notre temps.

18A ce sujet, même si le développement péri-urbain est essentiellement basé sur le développement de la maison individuelle, cet aspect apparaît comme l’opportunité d’un nouveau mode d’habitat fondé sur une organisation différente de l’espace où la discontinuité est de rigueur et intègre ainsi l’alternance de zones urbanisées et de zones rurales, plutôt que comme une nécessité.

19Le succès de ce phénomène correspond à quatre causes :

  1. Le rejet de l’urbanisation récente des villes, mais en fait surtout des conditions rapides de leur urbanisation. C’est la critique d’une croissance urbaine basée sur les grands ensembles pour accueillir la dernière vague de l’exode rural (et les rapatriés d’Algérie) à un moment de croissance économique forte sans qu’il y ait possibilité d’enracinement social, culturel et même économique. Il est à ce sujet significatif de constater que ce sont les agglomérations qui ont connu une croissance forte entre 1962 et 1968 qui connaissent en général un fort développement péri-urbain.

  2. Le désir de retour vers la « nature ». Cela correspond en fait à un double problème, d’une part celui d’échapper aux pollutions et nuisances des centres urbains et d’autre part, celui plus psychologique de différencier son lieu d’habitat de son lieu de travail pour échapper à un marquage social accentué par le système des zonages et l’homogénéité des opérations d’urbanisme.

  3. Le désir de maîtrise et de personnalisation de son habitat, face à l’anonymat de la civilisation urbaine.

  4. Le souhait d’intervenir directement sur son cadre de vie (ou d’en avoir l’impression) pour retrouver une dimension plus culturelle et moins fonctionnaliste de son existence.

20En fait, derrière ces causes où n’apparaît pas la dimension économique du phénomène se situe un véritable enjeu politique du rôle de la civilisation urbaine vis-à-vis de l’individu. Le rapport Mayoux est à ce niveau très clair : « A travers le péri-urbain et la maison individuelle (sous-entendu en accession à la propriété), c’est la satisfaction d’un besoin ancestral.

21C’est la réaction saine contre le risque de perte d’identité, la légitime revanche de l’individu contre tout ce qui voudrait le nier.

22Bref, c’est l’affirmation de la liberté à tous les niveaux ». C’est en fait, pourrait-on ajouter, l’affirmation de la liberté par l’individualisme, c’est-à-dire par le rejet de toute contrainte de la société qui cherche par la ville à « englober », à « banaliser », à « socialiser ».

23A côté de ces éléments qui expliquent le succès du péri-urbain et de la maison individuelle qui constitue l’essentiel de la forme d’habitat dans ces zones, les inconvénients ou les problèmes, s’ils existent, sont imputés plutôt à une affirmation insuffisante de ce nouveau mode d’urbanisation qu’à ses caractéristiques propres. Des problèmes comme la nécessité des déplacements vis-à-vis des services, des équipements, du travail, comme la solitude et le repli sur soi, comme les charges (charges d’accession, charges de la deuxième voiture pour ce qui concerne les charges individuelles, charges d’équipement, de service pour ce qui concerne les charges collectives sans compter les charges indirectes en particulier pour l’agriculture), tous ces problèmes sont en fait imputés à la forme inorganisée et non entièrement maîtrisée du développement péri-urbain actuel, mais ne paraissent pas devoir remettre en cause le potentiel d’avenir de cette forme d’urbanisation selon les auteurs.

24Sans revenir sur l’option positiviste prise de fait à l’égard du développement péri-urbain comme « cadre de vie d’avenir », l’analyse de la dimension économique et sociale de ce phénomène, si elle reste sans effet véritable sur l’argumentaire, pose néanmoins avec clarté le véritable enjeu de ce type de développement et situe le niveau des choix qui président chez ses protagonistes.

25Dans la même démonstration, liant le développement péri-urbain à la possibilité de poursuivre la politique d’accession à la propriété, deux éléments fondamentaux éclairent ces choix :

  1. « La paix sociale suppose que la grande majorité de la population puisse accéder un jour aux signes de la réussite et du bien-être ». D’où la nécessité « à tout prix » y compris par les aides de l’Etat et la baisse de la qualité des produits de solvabiliser le maximum de ménages dans ce sens.

  2. Néanmoins, « tout le monde ne sera pas propriétaire. La sagesse implique de ne pas laisser se dégrader l’image sociale du statut de locataire et pourquoi pas, d’aider au développement de l’individuel locatif ». C’est « l’image du signe de la réussite ».

26En fait, il apparaît – bien qu’il soit dit dans le rapport que la ville latine est un modèle urbain anti-démocratique – que le développement péri-urbain lié à l’habitat individuel en accession à la propriété, ne peut concerner tout le monde et nécessite que certaines classes occupent sinon les prestigieux centres-villes historiques (qu’il faudra bien récupérer), du moins les banlieues et les grands ensembles où se situe le parc locatif qui leur est destiné... et où la collectivité a déjà fait un gros effort.

27La référence à l’agglomération comme ensemble complexe d’accueil d’une vie urbaine différenciée n’apparaît qu’en fonction d’une nécessaire complémentarité spatiale et sociale à caractère ségrégatif.

28A partir de cette situation de fait selon le rapport, à partir de cette doctrine pourrait-on dire, le poids du développement péri-urbain sur l’économie nationale pendant la période 1970-1980 va être énorme.

29Lancé et permis par la croissance des années 1965-1970, ce phénomène, lié à la croissance des agglomérations, à la croissance des revenus, à la croissance de la consommation {même si les événements de 1968 peuvent constituer pour certains une prise de conscience du risque de cette situation), va entraîner la France dans une capitalisation immobilière générale.

30Le rapport y fait référence : « ... l’endettement massif des ménages (400 milliards de francs en 1976) engage lourdement l’avenir de l’économie nationale par les contraintes qu’il fait inévitablement peser sur l’évolution de l’emploi et des revenus ».

31En fait, le développement péri-urbain a « englouti », au détriment essentiellement de l’investissement industriel, les plus values de la croissance économique des années 1960 dans la construction (d’où le développement à cette époque du secteur du bâtiment qui a néanmoins préféré avoir recours à une main-d’œuvre peu chère souvent constituée de travailleurs immigrés plutôt que d’investir dans des technologies industrielles) mais aussi dans le foncier, ce qui par nature représente l’investissement le plus stérile en matière d’activité économique et de création d’emploi.

32Mais le péri-urbain étant « l’affirmation de la liberté à tous les niveaux » et la « légitime revanche de l’individu » faut-il s’étonner de cette situation ? On peut se rappeler néanmoins à ce sujet une des premières déclarations de Roger Quilliot qui affirmait que la France, dans le contexte actuel, n’avait pas les moyens de se payer un deuxième exode, l’exode urbain après l’exode rural.

Et maintenant, QUE FAIRE ?

33Sans être le mouvement irréversible que laisserait supposer le rapport Mayoux, le péri-urbain existe (les résultats du recensement de 1982 ont même montré qu’il s’était largement développé après 1975, date référence des données du rapport Mayoux), il continue même à se développer bien qu’on puisse enregistrer probablement un ralentissement à l’heure actuelle sous l’effet conjugué d’une baisse de la construction et en particulier de l’accession à la propriété (problème de seuil de solvabilité atteint), d’une prise de conscience du coût de certaines charges de fonctionnement (en particulier de déplacement), d’un effort sur les tissus urbains existants (politique de réhabilitation des centres anciens et des grands ensembles, actions d’amélioration des conditions de vie urbaine au niveau des transports, des espaces publics, des équipements) et enfin d’un reflux de la première génération du péri-urbain en fonction de l’évolution de la structure des ménages (départ ou vieillissement des enfants, évolution des modes de vie ou des besoins en fonction de l’évolution des revenus, possibilité de mobilité après le remboursement des prêts, etc...).

34Sans hypothéquer l’avenir, le rapport Mayoux trace à ce sujet assez clairement les axes des actions à mener pour améliorer le développement péri-urbain, au moins pour le futur car les actions de récupération de l’existant par la nature même des objectifs à atteindre alors paraissent difficile à entreprendre.

35En effet, si le péri-urbain apparaît pour les auteurs le cadre de vie urbain de l’avenir dont il serait vain de toute façon de combattre le développement, il représente par la nature même de ses objectifs et de ses caractéristiques un phénomène qu’il faut organiser, sinon (et c’est en fait ce qui se passe souvent) il risque de menacer l’équilibre économique et social entre urbain et rural et il risque de menacer l’environnement naturel qu’il recherche justement. Pour organiser ce type de développement urbain, trois exigences :

  • une planification élargie ;

  • une planification centrée sur l’essentiel ;

  • une planification proche des réalités ;

36deux clefs :

  • la maîtrise des processus de production de terrains à bâtir ;

  • une meilleure répartition des charges d’urbanisation ;

37qui permettent d’envisager deux types de produit :

  • la ville parc ;

  • l’espace rurbain.

38Il n’est pas nécessaire de revenir sur une description ou sur le contenu de ces différents éléments, mais notons que ce type de développement, ainsi organisé, engendre un mode de vie – et c’est son objectif – basé sur et satisfaisant pour l’individualisme, mais qu’il ne peut néanmoins se passer :

  • ni de la ville-centre pour bénéficier du niveau de service, de l’animation, voire des ressources liées aux activités qui lui sont nécessaires ;

  • ni de la campagne pour conserver et entretenir un espace naturel envers lequel il a des exigences fonctionnelles ou culturelles.

39L’appellation même de « péri-urbain » renvoie à cette réalité. Il s’agit plus d’un type « d’escroissance » urbaine que de « croissance » urbaine. Destiné en fait à prolonger ou à permettre la croissance urbaine pendant une période où il n’y avait plus de politique urbaine, le péri-urbain répondait à deux types de demandes :

  • une demande de ménages « aisés » désirant des modes de vie différents et prêts à en assumer les conséquences sociales, culturelles et financières ;

  • une demande de ménages « déçus » par la ville telle qu’elle était gérée et « fascinés » par les « signes de la réussite et du bien-être » – pour reprendre l’expression des auteurs du rapport – que présentait le péri-urbain.

40Vis-à-vis de cette double demande qui fut en fait très importante vue les facilités réglementaires et financières qui lui furent offertes en comparaison de celles destinées aux quartiers existants, le péri-urbain tomba dans son propre piège, ce fut une suite en avant mal ou non maîtrisé au gré des opportunités foncières des surenchères municipales, des appétits des aménageurs ou des constructeurs.

41De la ville parc, de l’espace rurbain, nous possédons peu d’exemples convaincants même dans les villes nouvelles qui auraient pu être un extraordinaire champ d’expérimentation à ce sujet.

42Et alors, faut-il encore considérer le péri-urbain comme l’avenir des villes ? « Pour sauver la ville, il faut la réinventer en organisant... ce qu’il est convenu de nommer le péri-urbain » note le rapport. « Laisser se dérouler un processus incontrôlé d’urbanisation qui détruira ce rêve (il s’agit de l’espoir chez beaucoup d’accéder un jour à un habitat individuel dans un cadre naturel)... c’est préparer une réaction généralisée de rejet global de la ville ». Mais pour réussir le péri-urbain a-t-on réellement une volonté et une justification pour le faire ?

43Car en fait, regardons de plus près ce que le rapport Mayoux avance comme nécessités pour développer un véritable péri-urbain :

  • Une planification élargie : la croissance urbaine se fait hors des limites imparties, il faut faire « sauter les frontières » pour engager une planification sur les zones où se fait la croissance et non uniquement sur les zones où quelques « technocrates » voudraient qu’elle se fasse.

  • Une planification centrée sur l’essentiel : il faut se limiter aux protections essentielles (sites, paysages, espaces agricoles), aux équipements indispensables (car ce sont eux qui structureront l’espace : infrastructure de transport, pôles de commerce et de services, équipements « verts » de sport, de loisir, de détente, de liberté) et à quelques équilibres fondamentaux entre la société urbaine et la société rurale.

  • Une planification proche des réalités : une planification ambitieuse est source de conflits et n’est jamais appliquée. La planification devrait se contenter de réguler les initiatives quotidiennes des différents partenaires ou acteurs concernés, c’est-à-dire être une planification de gestion. Mais on s’aperçoit que pour mettre en œuvre cette planification au-delà des moyens fonciers et financiers nécessaires – qui ne sont en fait que de nouveaux outils – c’est tout le principe des relations et de la coopération intercommunale qui est en jeu.

44Planification large dépassant les limites administratives, politique foncière « tous azimuts » et à grande échelle, redistribution des ressources selon la vocation résidentielle tertiaire, industrielle ou autre des communes, en fait c’est tout le mode d’organisation intercommunal qu’il faudrait revoir pour avancer dans la maîtrise du péri-urbain.

45Nous arrivons en fait à une question clé du rapport Mayoux : le péri urbain = un nouveau mode de développement urbain dans quel contexte politique ?

46La conclusion du rapport se termine d’ailleurs sur cette question : « Il est clair qu’aucune planification du développement péri-urbain n’est possible sans la mise en place d’organismes de régulation et de redistribution à l’échelle de l’aire de développement et d’échanges. Au moment où l’on s’apprête à décentraliser les responsabilités de l’urbanisme au profit des collectivités locales, (il est fait ici référence au rapport Guichard sur la décentralisation), l’absence de tels organismes peut entraîner les pires désordres et déboucher paradoxalement sur un regain de centralisme, l’administration de l’Etat apparaissant alors comme la seule autorité en situation d’arbitre entre les volontés divergentes des différentes communes ».

47Quand on lit cela en 1983 on peut dire selon son opinion quel paradoxe ou quelle prémonition. Sans entrer dans ce débat on peut noter que l’esprit apparemment novateur et frondreur vis-à-vis des mécanismes d’urbanisation qui sous-tend la présentation des conditions de mise en œuvre du péri-urbain, revient vite quant aux conditions de sa mise en œuvre « rationnelle » dans la plus traditionnelle des réactions françaises : le centralisme administratif : « aucune planification du développement péri-urbain n’est possible sans mise en place d’organismes de régulation et de redistribution », en clair « sans un organisme technico-administratif que pourra investir la classe technocratique française ».

48Pourquoi cette réaction ? C’est qu’en fait les idéologues de la concentration urbaine voyaient malgré tous leurs efforts – et paradoxalement à cause d’eux – leur échapper la ville.

  • 3 JC. THOENIG et E. FRIEDBERG.- La création des directions départementales de l’équipement - CNRS - G (...)

49L’idéologie de la concentration urbaine avait été poussée à l’occasion de la reconstruction et du développement urbain des années 60-70 par les partisans du centralisme administratif, essentiellement représenté par le corps des Ponts et Chaussées qui « investissaient » par là même, la ville. Leur implantation dans l’urbanisme à cette époque fut un des moteurs de leur extraordinaire expansion dans l’appareil administratif « s’occupant » de la ville au détriment des architectes et des ingénieurs des Travaux Publics3.

50Et pourtant, la maîtrise de l’urbain, la concentration et la croissance urbaine centralisées vont être à la base de leur échec ou de leur contradiction.

51La croissance de la ville centralisée, fonctionnalisée s’est faite par la spécialisation de l’espace et par le développement d’un puissant réseau routier urbain et interurbain qui rentrait dans la vocation même de leurs attributions techniques et administratives (au détriment des transports collectifs et ceci systématiquement dans tout le territoire national). Mais c’est en fait en développant cette spécialisation urbaine (zone de travail, zone de service, zone de résidence) et le réseau routier qu’ils créèrent les conditions et les possibilités d’un éclatement de la ville et permirent ainsi le péri-urbain. C’est là que se situe pour les tenants du centralisme administratif, le paradoxe. C’est l’excès de centralisme qui permit le péri-urbain, d’abord comme phénomène marginal réservé à une « élite » comme le note le rapport Mayoux, puis comme phénomène qui devient modèle et espoir pour les insatisfaits de la concentration urbaine. Mais c’est aussi pour récupérer leur pouvoir que les tenants du centralisme administratif, par une étude et un rapport comme ceux de jacques Mayoux, développent l’idée que le péri-urbain c’est bien sûr la solution d’avenir à condition d’être planifié, d’être pris en charge par des organismes, d’être en fait re-centralisé –sinon physiquement du moins administrativement.

52Cette dimension du phénomène péri-urbain, dans le contexte des années 1976-1977, n’est pas indépendante de l’ambiguité du rapport Mayoux quant à ses conclusions et aux orientations qu’il propose.

53Qu’en est-il en 1983 après les lois sur la décentralisation et le transfert des compétences ? C’est un sujet qui mériterait sûrement une réflexion nouvelle ou du moins une observation de la redistribution réelle des pouvoirs.

Que dit le rapport Mayoux sur l’Aquitaine ?

54Pour finir, il serait intéressant de voir comment se situe le phénomène péri-urbain en Aquitaine à travers le rapport Mayoux.

55Tout d’abord revenons à la définition du péri-urbain pris en compte dans les analyses de la mission d’étude. La base de l’étude était l’évolution quantitative et qualitative des communes des ZPIU (zones de peuplement industriel ou urbain) entre les recensements de 1968 et de 1975. La totalité du développement urbain se situe dans ces ZPIU selon les critères même de leur définition selon l’INSEE. Encore fallait-il se référer aux communes qui étaient concernées par un développement péri-urbain. Après l’élimination des ZPIU « rurales » (moins de 15 000 habitants), des ZPIU « moyennes » ne présentant pas de phénomènes de développement caractéristiques, des communes centres, des banlieues anciennes, etc... 2316 communes en 1975 pouvaient selon les critères retenus, être qualifiées de communes « péri-urbaines » (cela représentait 11 millions d’habitants).

56Les critères reposaient essentiellement sur le développement des résidences principales en valeur relative ou en valeur absolue par rapport au parc existant (à noter que certaines communes ayant connu ces croissances grâce à un parc nouveau à dominante collective ont été éliminées car considérées comme des banlieues traditionnelles ce qui montre l’a priori sur la notion de développement péri-urbain vis-à-vis de la croissance des agglomérations).

57C’est ainsi qu’en Aquitaine les agglomérations suivantes étaient concernées par le phénomène péri-urbain : Bordeaux, Pau, Bayonne, Périgueux, Agen, Villeneuve-sur-Lot, Mont-de-Marsan, Dax, Bergerac, Fumel, Orthez, Oloron-Ste-Marie, Tonneins. Déjà, dans l’étude faite par Bauer et Roux sur la « rurbanisation » entre 1962 et 1968, l’Aquitaine apparaissait comme une des régions les plus touchées (elle arrivait au 5ème rang avec une croissance moyenne des communes rurales des ZPIU proche de 6 %). En fait, le phénomène n’a fait que se développer même s’il a pris une importance considérable dans l’agglomération de Bordeaux puisqu’entre 1968 et 1975 la zone péri-urbaine de Bordeaux s’était développée le 32 % et qu’elle représentait ainsi 55 % de la population de la ZPIU, ce qui est de loin le plus fort pourcentage de France pour une agglomération de cette taille (Nantes 45 %, Toulouse 33 %, Rennes 32 %). Le péri-urbain de Bordeaux, selon les critères retenus, englobait ainsi la partie sud du Bassin d’Arcachon et allait jusqu’à Libourne.

58A un degré moindre, mais également dans la catégorie des agglomérations où le développement péri-urbain est important (supérieur à 30 %) et où la part de la population péri-urbaine est supérieure à 20 %, on notait Dax. Les villes de cette catégorie étaient en général liées à un bassin d’emploi qui avait connu une expansion importante dans la même période. (La France de l’ouest était particulièrement représentée dans cette catégorie de ville).

  • Mont-de-Marsan et Oloron-Ste-Marie faisait partie d’un autre groupe de villes où le développement péri-urbain était puissant (supérieur à 30 %) mais où la part de la population péri-urbaine restait moyenne (inférieur à 20 %).

  • Orthez, Pau, Bergerac appartenaient à un troisième groupe de villes où le développement des zones péri-urbaines comme leur part dans l’agglomération restaient modérés.

  • Bayonne et Tonneins, avec des caractéristiques bien différentes (en particulier Bayonne à cause de la présence de Biarritz et d’Anglet considérées comme péri-urbaines) étaient dans la catégorie des agglomérations où le périurbain était important (plus de 25 % de l’agglomération) mais à faible croissance (moins de 25 %).

59Dans cette même catégorie mais avec un comportement moins caricatural on trouvait Agen, Périgueux et Villeneuve-sur-Lot.

60A partir de ces éléments on pouvait dire :

  1. Qu’en dehors de l’agglomération de Bordeaux (qui influe sur la moyenne de la Région) il n’y avait pas vraiment explosion du phénomène péri-urbain.

  2. Que la stagnation économique (ou son faible développement par rapport à d’autres régions de l’ouest comme la Bretagne, les pays de la Loire et Poitou-Charentes) avait sûrement limité la croissance de certaines agglomérations qui étaient « prédisposées » à un développement péri-urbain intensif (cas d’Agen et de Périgueux, de Pau à un degré moindre).

  3. Que les agglomérations de Mont-de-Marsan, d’Orthez, d’Oloron-Ste-Marie, de Tonneins, de Bergerac, de Villeneuve et de Fumel avaient un périurbain qui ne concernait en fait qu’une ou deux communes et qu’en conséquence il ne pouvait s’agir d’un véritable phénomène général d’explosion urbaine (en général dans ces agglomérations, les caractéristiques du péri-urbain : habitat individuel, urbanisation discontinue, se situaient à l’intérieur même de la commune centre).

  4. Que Bayonne et Dax pour des raisons particulières (le tourisme, le thermalisme) connaissaient un péri-urbain dont l’évolution faisait entrer en jeu les mécanismes spécifiques d’un marché du logement hypertrophié à caractère spéculatif pour résidences secondaires ou locatif saisonnier.

Pour conclure, QUE DIRE ?

61En fait, et sur la base des critères retenus par la mission Mayoux, on s’aperçoit que l’Aquitaine n’est réellement touchée en profondeur par le développement péri-urbain, dans ses caractéristiques propres, que dans l’agglomération de Bordeaux.

62Ce n’est qu’à ce niveau qu’on peut interpeler les responsables de l’aménagement en leur demandant : Que faites-vous pour maîtriser et aménager le péri-urbain ? Et si on reprend les termes des propositions mêmes du rapport Mayoux, on pourrait dire :

  1. Où en est la planification ?

  2. Quelles sont les orientations essentielles (protections des équipements, équilibres socio-économiques) ?

  3. Quels sont les mécanismes de régulation et de correction des initiatives individuelles des acteurs à l’échelle de l’aire urbaine ?

  4. Quel est le processus de maîtrise de la production des terrains à bâtir ?

  5. Quel est le système de répartition des charges de l’urbanisation, d’harmonisation des ressources fiscales et de redistribution des recettes ?

63En dehors de cette agglomération il y a des problèmes urbains... mais peut-être pas de problèmes péri-urbains. Résolvons les problèmes urbains – ceux des communes centre et de leur rôle ou de leurs rapports avec les communes périphériques – et les problèmes qui apparaissent au niveau des zones périurbaines devraient être résolus. Ce n’est de toute façon pas les éléments du rapport Mayoux qui permettent d’affirmer le contraire.

Notes

1 BAUER (G.), ROUX (J. M.).-La rurbanisation ou la ville éparpillée, Editions du Seuil, Paris 1976.

2 GRAVIER (J.F.).- Paris et le désert français. Flammarion, Paris 1972.

3 JC. THOENIG et E. FRIEDBERG.- La création des directions départementales de l’équipement - CNRS - Groupe de sociologie des organisations - 1970.

Auteur

Directeur d’Etudes au Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement de Bordeaux

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search