Version classiqueVersion mobile

Le péri-urbain en Aquitaine

 | 
Pierre Guillaume

I - Le péri-urbain et l'aquitaine

Le péri-urbain en Aquitaine

Jean Barriere

Texte intégral

1Monsieur le Doyen, Mesdames, Messieurs,

2C’est au nom du Président Philippe Madrelle que j’assume le redoutable honneur d’introduire vos travaux et débats d’aujourd’hui sur le thème du Péri-Urbain en Aquitaine.

3Honneur que vous faites à l’Institution Régionale en ma personne, en lui reconnaissant ainsi le rôle éminent que nous souhaitons qu’elle joue dans la planification et l’aménagement du territoire, compétence qu’elle détient désormais par la loi ; honneur redoutable pour un élu d’intervenir au sein de l’Assemblée d’Experts que vous êtes tous — dans le domaine des sciences sociales, sciences économiques, de l’urbanisme ou de l’Aménagement —.

4C’est donc à ce périlleux essai que je vais me livrer, en m’appuyant pour cela sur vos travaux scientifiques, que ce soit de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, du Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement ou de l’Agence d’Urbanisme de la Communauté Urbaine de Bordeaux.

5A l’instar de l’ensemble des régions françaises, l’Aquitaine est touchée par le phénomène péri-urbain et ses conséquences dans les domaines politique, économique, social et de l’environnement. Les résultats des recensements 1975 et 1982 montrent bien la vague de péri-urbanisation qui a déferlé sur nos agglomérations, en particulier sur l’agglomération bordelaise : Bordeaux a perdu 22 % de sa population durant la période intercensitaire. D’abord au profit des communes de la Communauté Urbaine, puis hors Communauté Urbaine, voire hors du périmètre du Schéma Directeur.

6La croissance globale des agglomérations, tant du point de vue de la démographie que des activités — dûe à l’industrialisation et à l’exode rural — s’est accompagnée d’une dilution spatiale des fonctions urbaines.

7Le projet urbain des années 60 a abouti à évacuer les populations des zones centrales, démanteler ou redéployer l’appareil productif, laisser le champ libre à la spéculation foncière (c’est durant cette période que 21 % du territoire de l’agglomération bordelaise a muté), et accélerer la destructuration de l’espace agricole environnant. Le centre ville n’étant plus que le siège social du pouvoir politique, du pouvoir administratif et du pouvoir économique et financier.

8Le zonage généralisé, défini dans les documents d’urbanisme (schéma directeur, plan d’occupation des sols) a assigné des espaces typés à l’habitat, aux activités industrielles, aux activités commerciales et aux loisirs.

9En quinze années, l’espace urbain a donc subi des transformations profondes qui prennent des formes visibles aujourd’hui :

10Existence de fiches industrielles dans les lieux des activités traditionnelles abandonnées ;

11Existence de véritables ghettos où résident les populations les plus déshéritées ne pouvant accéder à d’autres types d’habitat ;

12Existence des zones industrielles à la lisière des banlieues, trop souvent à vocation d’entrepôts ;

13Existence de centres tertiaires imposants à l’architecture souvent hautement symbolique. Ajoutons une mobilité généralisée des populations, favorisée par la création de voies rapides urbaines périphériques, crées sous couvert de liaisons interrégionales, voire inter-nationales.

14Le dysfonctionnement de l’espace urbain traditionnel est tel que les nouvelles implantations spatiales se justifient souvent par des choix négatifs : « retour à la nature », refus de l’entassement, refus de l’habitat vertical, décohabitation, recherche du foncier au moindre coût, etc...

15Le coût social de la gestion de cette nouvelle agglomération devient intolérable pour tous et en particulier pour les collectivités locales.

16Alors que nous sommes à l’orée d’une nouvelle révolution scientifique et industrielle, et que des mutations technologiques de grande ampleur se font jour, nous gérons un espace urbain déstabilisé.

17Tout aujourd’hui milite pour un freinage de ces processus et pour tenter d’en corriger les causes.

18Redonner à la ville ses fonctions essentielles :

19Lieu de production et d’échange, lieu d’intégration sociale et culturelle. Substituer aux forces centrifuges des forces centripètes, créer les conditions pour favoriser le retour des populations vers les zones centrales des agglomérations qui semble s’amorcer (notamment dans le marché immobilier depuis 1980), stopper la délocalisation industrielle et renforcer l’appareil de production dans la ville dans des conditions d’environnement acceptables par tous.

20Ces orientations sont portées par les politiques définies au IXème Plan et au Plan Régional.

21Pour ma part, je m’en tiendrai aux axes d’interventions de la Région en ce domaine.

22La création de pôles industriels régionaux, notamment dans le secteur de l’aréonautique et l’aérospatiale, la création de l’Institut des Matériaux Composites, de l’Institut de Productique, du Centre Régional de Culture Scientifique et Technique, les aide au transfert de technologie, ne sont-ce pas là des occasions de rendre à la ville ses fonctions d’échange et de formation des hommes ?

23En matière d’urbanisme proprement dit, nous tentons d’orienter le développement de nos centres urbains d’Aquitaine dans le sens d’une planification, en particulier dans le domaine de l’action foncière, préalable à toute intervention. Les opérations décentralisées dites de « quartiers dégradés » ou les contrats de quartier peuvent devenir des instruments de revitalisation du tissu urbain existant, si elles sont bien menées.

24La planification de la construction ou de la réhabilitation de logement que nous envisageons par le biais des programmes locaux de l’habitat, le principe de « constructibilité limité » qui donne au maire les compétences d’urbanisme à condition d’élaborer un document directeur, sont l’occasion d’inciter les partenaires à réfléchir sur le projet urbain des années futures.

25Mais si ces questions doivent être posées à l’intérieur du périurbain, c’est avant tout en terme d’agglomérations et donc aussi à l’intérieur de la ville que les solutions seront trouvées.

26C’est un véritable projet de ville dont nous avons besoin.

27C’est la raison pour laquelle la Région souhaite mener une politique contractuelle avec ses agglomérations, intéressant bien sûr les zones périurbaines, mais aussi les banlieues et surtout les villes centre. Tout autre démarche risque d’être fort peu efficace, voire risque de péréniser les situations existantes, voire les renforcer. Intervention par des subventions pour relocalisation industrielle, pour action foncière en centre ville, telles peuvent être des voies à explorer, indépendamment de toute politique sectorielle.

28A cet égard, et j’en aurai terminé, la réflexion menée par la Région sur l’étude des phénomènes péri-urbains en Aquitaine, et qui a fait l’objet d’un rapport au début 1983, devra trouver des prolongements opérationnels. Il me semble malgré tout que le débat doit se poursuivre et qu’une opportunité est à saisir : je veux parler du Plan Urbain National en gestation, pendant du Plan Construction et du Plan Architecture.

29Des études, tant qualitatives que quantitatives, sont sans doute nécessaires pour nous permettre de définir des objectifs susceptibles d’être contractualisés efficacement. Notamment sur les questions de délocalisation des activités industrielles, du foncier, des interventions de quartiers dégradés etc...

30Je souhaite donc pour ma part que la Région soit porteuse de ces thèmes dans le cadre d’études préalables à la définition de sa politique contractuelle. Des propositions seront faites dans ce sens.

31Je crois inutile d’ajouter dans ces conditions que nous portons un grand intérêt à vos travaux d’aujourd’hui.

32J’en serai un auditeur particulièrement attentif.

33Nul doute que leur qualité nous permettra d’avancer dans la mise en œuvre d’une politique cohérente et la plus efficace possible.

34Par avance, je vous en remercie.

Auteur

Vice-Président du Conseil Régional d’Aquitaine Chargé de l’Urbanisme

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search