Version classiqueVersion mobile

Écrire pour parler : Los Tradinaires

 | 
Alain Viaut

Annexes

Texte intégral

Liste

1- no 1 : "Lou pelerinadze à Nosto-Damo" (Recardey au Bernoun)

2- no 2 : "Rencontra" (H. Laporte)

3- no 3 : "Lo marchand de hilats" (M. Vibey)

4- no 4 : Conjugaisons nord-médoquines, choix indicatif

5- no 5 : "Sauver les mots" (S. Allard)

6- no 6 : "Le père turbot" (P. Augeau)

7- no 7 : "Hadetz portar de qué har la ripalha", chanson de bal (traditionnel / M. Lies)

8- no 8 et 9 : transcriptions musicales (renseignements Aude Fortict) :

  • 1 Seront retenues ici comme références bibliographiques : AROM S., "Nouvelles perspectives dans la de (...)

9Le type de transcription choisi pour les deux pièces qui suivent à partir de documents sonores enregistrés sur le terrain obéit à certains principes1 visant à "coller" le mieux possible aux sons d'origine parmi lesquels :

  • une notation plus descriptive que prescriptive ;

  • une portée avec utilisation de signes supplémentaires ;

  • une mise à l'armure des altérations qui sont constantes dans l'enregistrement proposé ;

  • une musique notée en hauteur réelle ;

  • pour chacune des deux chansons, une tonalité est indiquée par l'armure (ici 3 b à la clé), mais ce n'est en aucun cas une tonalité absolue, les chanteurs ayant pris cette hauteur parce qu'elle convenait à leur tessiture.

10annexe no 8 : "La Malhoqueta" (A. Lambert)

11annexe no 9 : hymne "Los tradinaires" (Los Tradinaires)

Annexe no 1

Lou Pelerinadze à Nosto-Damo

12Lou batèu en beil très mas a belos petassados rebinè de la pasco à la mouluo... la bas... dens la gran ma, après Courdouan, dembert lou soucoutsan, an ya, parech, las Americos. Eno tampesto de can rautzous s'aue descheynat dempey lou matin.

13Las bagos gulauen... lou voilié, secudit coume dens en paney a salado, piagnè a cade patac d'aygo.

14Lous ornes trimoulauen de pou.

15Lou capiteno — en beil lascart a goulo coyto se hidau pas mey que tous auts.

16Apperèt a masso l’esquipadze sau pount et coume lous pe flambarts débènen deboussious quan ban bira l'eil, ye zé hit papouteya de las prèros. Mais l'esprehum aumentau... La roifo passau per dessus la masturo...

17Lou capitèno se metut a parla, au noum de touts, à Sento Mario...

18"Bierjo, nosto May... binètz a noste secous... Se nous saubats ayren touts en pelerinadze et bous bailléren en candeloun gros coumo moun pegnet..."

19Mais la ma se hadè encaro pe michanto... Lous mas carinclauen, tous courdadz.es estiulauen... La mort semblait beni.

20"Bierjo, nosto may... Lou candeloun sarà gros coume moun pugn..."

21Aco ye hadè coumé en clau dens eno mico!

22Lou batèu hadè das esgalips coume eno crabo se las sègos. Sourtè lou quiu en l'ert, plantau lou nas dens las persintos...

23Lous omes èren a quote pautos... Lou petit mousso en cocho de tredze ans bramau coume en ègle et gulau au capitèno de proumète en candeloun pe gros...

24Lou meste se remetut a prega, pre sauba tout soun fournimen:

25"Sento Bierjo... bou lou bailléren... gros coume en bras..."

26Eno bago de quinze tounèts s'esbouillèt dau coustat dau mas d'artimoun et s'escapèt en sisclants per las hendos de tribort...

27Nostes bateleys èren nipats coumo das guits.

28Lou mousso, enchantat, gulau pe rude: "Capitèno!! proumetèts lou pe gros!!"

  • 2 Normalement : "trencat".

29Lou capitèno, trancat2 e coupanat, demandau pas meillou:

30"Sento Bierjo... hadèts en miragle... et bous pourtéren en candeloun gros... tè... coumo ma quècho!!..."

31Lou miracle se hit...

32La ma se taysèt... Las bagos debingurèn platos et abinentos, coumo en cam de blat... dzus en d'en fresilloun, coumo quan la lèn das piqueys parouno la mestiu.

33Eren saubats!

34Quan ribèren au Berdoun, près de la punto, au sable, meturen l'ancre pre poude desbarqua... Caro falè ha lou pelerinadze...

35Acoustèren a la Punto de Gran... Anguren buure en cop chez lou Couzin, au coustat de la garo, pre se reha l'estoumac...

36Apey lous bala partits a discuta...

37Esturen lèu d'abis qu'en candeloun gros conine la quècho, aco diuè cousta ca...

38Qu'aco poudè ha, la grossou!

39La Sento Bierjo n'a pugn besougn de tan de candelo pre ye beyre...

40Apey... adaro que l'oun èro saubats, y auè mey rè a crégne. Entenduren que gros coume lou pegnet, aco poudè bien ha l'affa... et que, ma foy, pré das praubes bougres de puscayres, fallè pas demanda mey.

41Mais lou mousso entende tout et n'éro pas maney d'entende marcandeya aques estaffiès sau mi ragie de la Sento Mario... Et se didè qu'au cop que ben la Bierjo lous foutrè en plan et lous quitrè trempa dens la grondo gardalo, coume las goussos dens lou tourin blanquit...

42tres dzouns après, en lu candeloun houndut chez en épiciè dau bourc, partirèn touts, pès nuts, dau Berdoun, pr'ana accoumpli lu vu à Soulac, au pè de Nosto-Damo-de-la-Fin-de-las-Terros. Trauhessèren las Utos, Lou Rouyanès, Lou Sablèu... et, trempats de sedous, dessenduren dens la Baselico...

43Mais lou mousso, au lonc dau camin, s'auè escapat a trauès lous pins de Moussu Lahens... et, auhan lu arribado, s'auhè catsat d'arrey lauta...

44Lou capitèno et lous puscayres auhansèren per la grondo alèyo et se méturen a dzenouils a la taulo de commenioun.

45"Sento Bièrjo, nosto may.., se dichut et, nous èts saubat la bio! Bous èn proumès en candeloun gros coume lou pegnet.

46Binèn bou lou pourta pre bous remercia..."

47Tout d'en cop, eno petito bois de maynadze lou coupèt...

48"Tayso té, bougre de messoundzey!!! L'auès proumés gros coume ta quècho!!!

49Aco èro lou mousso que boulè ye ha pou.

50Lou capitèno querdut qu'aco èro lou petit Jésus que la statugo pourtau sau bras...

51Se metut au gayta, en frounsants las ussos et tout esmalit ye gulèt dens lou recuillemen de la beillo gleyzo:

52"Didèn doun, bous, petit michan sudzeyt, mes abis qu'es pas a bous que parli... acos a bosto May...

53N'ets qu'a teta sens rè dire... "

54Pausèt soun candeloun...

  • 3 Paraît être une coquille pour "en", "un" [ẽn] en graphie classique.

55Et tan que s'en anauen butirre eu3 cop de bin blanc pré reprene couradze, lou capitèno ye ze didè, en trementants soun cousiot:

56"Ets bis aquet mourmèc? S'aco hey pas suda!!! Sey pas ant anan! Gn'a pas mey de maynadzes!!!"

57Et se bouchèt lou tèn, d'en rebès de man, parso qué... toutun... sudau... en se demandants se la may n'auè pas entendut...

58Recardey au Bernoun (paru dans la graphie de l'auteur in: L'Echo cantonal de St-Vivien-de-Médoc (journal paroissial), déc. 1929, p. 810)

Le pèlerinage à Notre-Dame4

  • 4 Cf. supra, définition p. 131, note 1.

59Le bateau — un vieux trois-mâts à voile raccommodées — revenait de la pêche à la morue... là-bas... en plein océan, au-delà de Cordouan, vers l'est, où sont paraît-il, les Amériques. Une tempête aussi mauvaise qu'un chien enragé s’était déchaînée depuis le matin.

60Les vagues gueulaient... le voilier, secoué comme dans un panier à salade, jetait des plaintes à chaque paquet d'eau de mer.

61Les hommes tremblaient de peur.

62Le capitaine — un vieux lascar au visage buriné — n'était pas plus rassuré que les autres.

63Il convoqua tout l'équipage sur le pont et comme les plus intrépides deviennent pieux quand ils vont tourner de l'œil, il leur fit marmonner des prières, mais le vacarme prenait de l'ampleur... l'écume passait par-dessus la mâture...

64Le capitaine se mit à en parler, au nom de tous, à Sainte Marie...

65- Vierge, notre mère... Venez à notre secours... Si vous nous sauvez nous irons tous en pèlerinage et vous offrirons un cierge gros comme mon poignet...

66Mais la mer se faisait encore plus dure... Les mâts grinçaient, les cordages sifflaient... La mort paraissait venir.

67- Vierge, notre mère... Le cierge sera gros comme mon poing...

68Cela y faisait comme un clou dans une "mique" !

69Le bateau faisait des sauts comme une chèvre sur des haies. Il sortait le derrière en l’air, il piquait du nez dans le creux des vagues...

70Les hommes étaient à quatre pattes... Le petit mousse — un gamin de treize ans — pleurait comme un aigle et gueulait au capitaine de promettre un cierge plus gros...

71Le maître se remit à prier, en vue de sauver tout son fourniment :

72- Sainte Vierge... on vous en donnera un... gros comme le bras...

73Une vague de quinze tonneaux s'écrasa du côté du mât d'artimon et se dissipa en poussant des cris stridents par les écoutilles de tribord...

74Nos marins étaient trempés comme des canards.

75Le mousse, effrayé, gueulait plus fort :

76- Capitaine ! ! promettez-le plus gros ! !

77Le capitaine, épuisé et découragé, ne demandait pas mieux :

78- Sainte Vierge... faites un miracle... et nous vous apporterons un cierge gros... tiens... comme ma cuisse ! !...

79Le miracle se fit...

80La mer se tut... Les vagues se firent plus planes et avenantes, comme un champ de blé... juste avec un frémissement, comme lorsque l'haleine des dunes caresse la moisson.

81Ils étaient sauvés !

82Quand ils arrivèrent au Verdon, près de la pointe, et du sable, ils s'ancrèrent pour pouvoir débarquer... Car il fallait faire le pèlerinage...

83Ils accostèrent à la Pointe-de-Grave... ils allèrent boire un coup chez "Lou Couzin", à côté de la gare, pour se refaire l'estomac...

84Puis les voilà partis à discuter...

85Ils furent vite d'avis qu'un cierge gros comme la cuisse, cela devait coûter cher... Qu'est-ce que ça pouvait faire, la grosseur !

86La Sainte Vierge n'a point besoin de tant de cierge pour y voir...

87Et puis... maintenant que l'on était sauvés, il n'y avait plus rien à craindre. Ils se dirent que gros comme le poignet, cela pouvait bien faire l'affaire... et que, ma foi, pour des pauvres bougres de pêcheurs, il ne fallait pas demander plus.

  • 5 Soupe à l'ail blanchie.

88Mais le mousse entendait tout et il n'était pas enchanté d'entendre ces gredins marchander le miracle de Sainte Marie... Et il se disait que la prochaine fois la Vierge les laisseraient en panne et les laisseraient patauger dans la grande bassine, comme les gousses dans le "tourin"5 blanchi...

89Trois jours après, avec leur cierge fondu chez un épicier du bourg, ils partirent tous, pieds nus, depuis Le Verdon, pour aller accomplir leur vœu à Soulac, au pied de Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres.

  • 6 La basilique de Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres de Soulac fut désensablée au siècle dernier, néanmo (...)

90Ils traversèrent Les Huttes, Le Royannais, Le Sablèu... et, inondés de sueur, ils descendirent dans la Basilique6...

91Mais le mousse, en cours de route, s'était échappé à travers les pins de Monsieur Lahens... et, avant qu'ils arrivent, il s'était caché derrière l'autel...

92Le capitaine et les pêcheurs avancèrent par la grande allée et se mirent à genoux devant la table de communion.

93- Sainte Vierge, notre mère..., dit-il, vous nous avez sauvé la vie ! Nous vous avons promis un cierge gros comme le poignet.

94Nous venons vous l'apporter pour vous remercier...

95Tout à coup, une petite voix enfantine le coupa...

96- Tais-toi, bougre de menteur ! ! ! Tu l'avais promis gros comme ta cuisse ! ! ! C'était le mousse qui voulait lui faire peur.

97Le capitaine crut que c'était le petit Jésus que la statue portait sur le bras...

98Il se mit à le regarder, en fronçant les sourcils et en colère il lui cria, rompant le recueillement de la vieille église :

99- Dites donc, vous, mauvais petit sujet, il me semble que ce n'est pas à vous que je parle... c'est à votre Mère...

100Vous n'avez qu'à téter sans rien dire...

101Il déposa son cierge...

102Et tandis qu'ils allaient boire un coup de vin blanc pour reprendre courage, le capitaine leur dit, en triturant son béret :

103- Vous avez vu ce morveux ? Si ça fait pas suer ! ! ! Je me demande où on va ! Il n'y a plus d'enfants ! ! !

104Et il s'essuya le front, du revers de la main, parce que... quand même... il suait... en se demandant si la mère n'avait pas entendu...

Annexe no 2

Rencontra

105Henri - Aditi, Raymond, come va la santat dempuei l'ora que t'èi pas vis ?

106Raymond - Te, Henri ! Aquò va atau come atau...mès tu ? M'an dit qu'avès estat malaut.

107H. - Oh sabes, aquò’s sovent que sèi a la clanquèira, mès tant que l'òm pòt se rossegar, fan pas se plànher.

108R. - Apuèi emb d'aqueth temps, l'òm a pus sovent lo nas sau carmalh que enveja de se premenar sus la plaja de Montalivet. Mès ditz donc, vòli te demandar : pareis qu'a Vendais n'i auré da's que s'amurguen pre caquetar lo patoàs. As sabut aquò tu ?

109H. - Non selamens n'èi entendut parlar mès aquò hèi quatre ans que, lo dimarts après meijorn, me ie rendi. Sèm pac a una vintemi que vinem de pertot : òtre de Vendais, de Hortin, de Naujac, de Borgueiraud, de Sent-Vivian*, de Solac, de Valeirac, de Sent-Arlòdi e de Graian.

110R. - Hm ! Diu pas mèi n'i aier fort da's que caqueten en patoàs ! Vodrί bien saber come aquò se passa...

  • 7 Cf. définition supra, p. 279.

111H. - Aquò se passa que lo cadun se soven e conta come a coneishut la via d'autes còps, o escriu quauquarren sus la vinha, sau vin, sus la mar, sus la ribèira ; tanben una partida de pasca, una partida de caça, una ròsta7 e bien d'autes subjeits d'alavetz. Apuèi, sau marcat, i a totjorn quauquas colhonadas. N'i a tanben que han de las cançons. La nòsta cançon pòrta lo nom dau grop "Los Tradinaires". Aquò hèi que, sovent, ne'n possam una tots amassa.

112R. - Vedi que vos hadetz pas de mishant sang !

113H. - Pòs creire ! Aquò me hèi bèn... Quand m'entorni a l'ostau m'es avίs qu'èi cinquanta ans de mens d'aier caquetat d'afars de nòste joene temps...

114R. - Me has quasi reguilhar d'aitar veire come aquò se passa.

115H. - E ben, farçurt apuèi vas veire que saràs recebut abèca plesir. Ce que dives n'aier, tu, tanben, das afars a contar. Vòs que t'ameni dimartz que ven ?

116R. - N'as que passar a Tostali.

117H. - Vindrèi te quèrre a duas òras.

118R. - Sarèi prèste.

119H. - A reveire, bòna setmana.

120R. - Adiu, Henri.

121H. Laporte (diffusé par La Vague Médoc le 07/12/1992)

Rencontre

122Henri - Adieu, Raymond, comment vas-tu depuis le temps que je ne t’ai pas vu ?

123Raymond - Ca va comme ci comme ça... mais toi ? On m’a dit que tu avais été malade.

124H. - Oh tu sais, c'est souvent que je suis mal en point, mais tant que l'on peut se traîner, il ne faut pas se plaindre.

125R. - Et puis avec ce temps, on a plus souvent le nez sur la crémaillère qu'envie de se promener sur la plage de Montalivet. Mais dis donc, je veux te demander : il paraît qu'à Vendays il y aurait des gens qui se réunissent pour parler patois. Tu as été au courant ?

126H. - Non seulement j'en ai entendu parler mais cela fait quatre ans que, le mardi après-midi, je m'y rends. On est environ une vingtaine qui viennent de partout : mis à part Vendays, de Hourtin, de Naujac, de Bourgueyraud, de Sent-Vivien, de Soulac, de Valeyrac, de Saint-Trélody et de Grayan.

127R. - Hm ! Il ne doit pas y en avoir beaucoup qui parlent patois ! Je voudrais bien savoir comment cela se passe...

128H. - Ca se passe que chacun se souvient et raconte comment il a connu la vie d’autrefois, ou il écrit quelque chose sur la vigne, sur le vin, la mer, la rivière ; une partie de pêche aussi, de chasse, une "roste" et bien d'autre sujets d'antan. Et puis, en plus, il y a toujours quelques blagues. Il y en a aussi qui font des chansons. La nôtre porte le nom du groupe "Los Tradinaires". Ça fait que souvent, on en pousse une ensemble.

129R. - Je vois que vous ne vous en faites pas !

130H. - Eh bien, farceur, et puis tu vas voir que tu seras reçu avec plaisir. C'est que tu dois en avoir, toi, des choses à raconter. Tu veux que je t'amènes mardi prochain ?

131R. - Tu n'as qu'à passer chez moi.

132H. - Je viendrai te chercher à deux heures.

133R. - Je serai prêt.

134H. - Au revoir, bonne semaine.

135R. - Adieu, Henri.

Annexe no 3

Lo marchand de hilats

  • 8 Sobriquet signifiant : "le frère".

136Mon vesin dive anar a Vendais veire "Lo Chai”8 pre ie quèrre das tremelhs.

137- Pre coment ie vauc dens la setmanaveire mon hofrair, ie dishuri, m'arrestarèi e te los comandarèi.

138Quote o cinc jorns après, arrihi au "Chai" :

139- Bonjort mossur.

140- Bonjort mossur.

141- Vodrί un coble de tremelhs pre mon vesin.

142- Ah fotre, i a dau peis a Gradui ?

143- E òc, èi dit, n'es pas pre jo, aquò’s prau vesin.

144Hadè das hilats pre de las pantas de tortres. Comptava sas malhas : "un, dus, très, quate, cinc,... ", e discutava en mêmes tèmps. A la pòrta ia avè un can cochat que dromè, una pola emb dus o tres polets. Alavetz, jo ie didi :

145- La coadon n'es pas tròp gròssa, n'a que dus o très...

146- Oh, mès fotre, ce que n'i avè mèi qu'aquò, mès los auts an dispareissut, an fotut lo camp.

147- E come ? An crebat ?

148- Que non, que n'an pas crebat. Aquò’s un bohon que ven me los quèrre.

149- Ah bòn, mès fau lo tuar lo bohon.

150- Òh non, emb lo fusilli, fau pas lo mancar lo bohon apuèi pas tuar la pola nimèi los polets o tuar lo can. Aquò’s de las bèstias que son pas mauhadentas. Mès lo mèi que me hèi cagar n'es pas lo bohon, ce que minja los polets, se harta bien, mès minja tanben lo bla'spanha. Aqueth l'acheti. Aquò's pr'aquò que sèm pas copèns, mès briga !

151- Fau lo tuar lo bohon.

152- Que non, la prauba bèstia, fau ben que minge.

153- Mès lo bla'spanila ?

154- Eh ben, vauc lo lecar au bohon, vauc pas mèi achetar de bla'spanila, vauc donar los polets e minjarèi la pola.

155- Òc, mès lo can ? Qué n'anatz har ?

156- Ah lo can, vauc pas o minjar. Vauc lo gargar. Aquò’s mon sol companhon.

157M. Vibey, Grayan, 02/05/1994

Le marchand de filets

158Mon voisin devait aller à Vendays voir "Lou Tsay" pour chercher des tramails.

159- Puisque je vais dans la semaine voir mon beau-frère, lui dis-je, je m'arrêterai et je te les commanderai.

160- Quatre ou cinq jours après, j'arrive chez "Lo Chai” :

161- Bonjour monsieur.

162- Bonjour monsieur.

163- Je voudrais deux tramails pour mon voisin.

164- Ah fichtre, il y a du poisson à Grayan ?

165- Et oui, j'ai dit, ce n'est pas pour moi, c'est pour mon voisin.

  • 9 Voir définition in DUCLOUX Cl., Le bordelais tel qu'on le parle. Lexique de bordeluche. Bordeaux : (...)

166Il faisait des filets pour des "pantes"9 à tourterelles. Il comptait ses mailles : "Un, deux, trois, quatre, cinq,..." et il discutait en même temps. À la porte il y avait un chien qui dormait, une poule avec deux ou trois poussins. Alors je lui dis :

167- La couvée n'est pas trop grosse., il n'y a que deux ou trois...

168- Oh, mais fichtre, c'est qu'il y en avait plus que cela, mais les autres ont disparu, ils ont fichu le camp.

169- Et comment ? Ils ont crevé ?

170- Mais non ils n'ont pas crevé. C’est un rat qui vient me les prendre.

171- Ah bon, mais il faut le tuer le rat.

172- Oh non, avec le fusil, il ne faut pas le manquer et puis ne pas tuer la poule ni les poussins ou tuer le chien. Ce sont des bêtes qui ne sont pas malfaisantes. Mais ce qui me fait le plus ch..., ce n'est pas le rat s'il mange les poussins, il se goinfre bien, mais il mange aussi le maïs. Celui-là, je l'achète. C'est pour cela qu'on n'est pas copains, mais pas du tout.

173- Il faut tuer le rat.

174- Mais non, la pauvre bête, il faut bien qu'il mange.

175- Mais le maïs ?

176- Eh bien, je vais lui jouer un tour au rat, je ne vais plus acheter de maïs, je vais donner les poussins et je mangerai la poule.

177- Oui, mais le chien ? Qu'allez-vous en faire ?

178- Ah le chien, je ne vais pas le manger, je vais le garder. C'est mon seul compagnon.

Annexe no 4

179cantar
indicatif présent (IP) : canti, cantes, canta, cantam, cantati, canten
subjonctif présent (SP) : canti, cantes, caute, cantièm, cantiètz, canten
impératif (IM) ; canta, cantam, cantati
indicatif imparfait (IIMP) ; cantavi, cantaves, cantava, cantàviem, cantàvietz, cantaven
prétérit (PT) : cantèri, cautères, cantèt, cantèrem, cantèretz, cantèren
subjonctif imparfait (SIMP) ; cantèssi, cantèsses, contèsse, cantèssiem, cantèssietz, cantèssen
futur (F) : cantarèi, cantaràs, cantarci, cantarem, cantaretz, cantaràn
conditionnel (C) ;
cantari, cantarés, cantaré, cantarièm, cantariètz, cantarén
gérondif (G) : cantons
participe passé (P) ; cantat, cantada

180bàter
IP :
bàti, bates, bat, batem, batetz, baten
SP :
bati, bates, bate, batièm, batiètz, baten
IM :
bat, batèm, batètz
IIMP : batὶ, batès, batè, batièm, batiètz, batèn
PT : baturi, batures, batut, batúrem, batúretz, baturen
SIMP : batussi, batusses, batusse, batússiem, batússietz, batussen
F : batrèi, batràs, batrà, batrem, batretz, batràn
C : batri, batrés, batré, batrièm, batriètz, batrén
G ; batens
P :
batut, batuda

181dromir
IP :
dròmi, dròmes dròm, dromem, drometz, dròmen
SP :
dròmi, dròmes, dròme, dromièm, dromiètz, dròmen
IM :
dròm, dromem, drometz
IIMP : dromi, dromès, dromè, dromièm, dromiètz, dromèn
PT : dromiri, dromires, dromit, dromirem, dromiretz, dromiren
SIMP : dromissi, dromissis, dromisse, dromissiem, dromissietz,

182dromissen
F : dromirèi, dromiràs, dromirà, dromirem, dromiretz, dromiràn
C : dromiri, dromirés dromiré, dromirièm, dromiriètz, dromiren
G : dromens
P : dromit

183aier

184IP : èi, as, a, em, etz, an

185SP : agi, ages, age, agièm, agiètz, agen

186IM ; age, agièm, agiètz

187IIMP : avi, avès, avè, avièm, aviètz, avèn

188PT : aiuri, aiures, aiut, aiúrem, aiúretz, càuren

189SIMP : aiussi, aiusses, aiusse, aiûssiem, aiússietz, aiussen

190F : aurei, auràs, aura, aurem, auretz, auràn

191C ; auri, aurés, auré, aurièm, auriètz, aurén

192G ; aiens

193P : aiut, aiuda

194estar
IP ; sèi, sès, es, sèni, sètz, son
SP : seii/esti, seies/estes, seie/este, saièm/estièm, saiètz/estièm, saien/esten
IM : seies/estes, saièm/estièm, saiètz/estiètz,
IIMP : èri, ères, èra, èriem, èrietz, èren
PT : esturi, estures, estut, esturem, estúretz, esturen
SIMP : estussi, estusses, estusse, estûssiem, estüssietz, estussen
F ; sarei, sarés, saré, sarem, saretz, saràn
C : sari, sarés, saré, sarièm, sariètz, sarén
G : estans
P : estât, estada

195anar
IP : vauc, vas, va, anam, anatz, van
SP ; angui, angues, angue, anguièm, anguiètz, anguen
IM : va, anam, anatz
IIMP : anavi, anaves, anava, anàviem, anàvietz, anaven
PT : anguri, augures, angut, angúrem, angûretz, anguren
SIMP ; angussi, angusses, angusse, angussiem, angússietz, angussen
F : ai rèi, airàs, airà, airem, airetz, airàn
C : ain airés, airé, airièm, airiètz, airén
G : anans
P :
anat, anada

196har
IP :
hauc, has, hèi, hadem, hadetz, han
SP :
haishi, haishes, haishe, haishièm, haishiètz, haishen
IM :
hèi, hadem, hadetz
IIMP :
had, hadès, hadè, hadièm, hadiètz, hadèn
PT :
hiri, hires, hit, hrem, hretz, hiren
SP : hissi, hisses, hisse, hὶssiem, hὶssietz, hissen
F : harèi, haràs, hard, harem, haretz, haràn
C : harὶ, harés, haré, harièm, hariètz, harén
G ; hadens
P : hèit, hèita

197poder
IP ; pòi/pòdi, pòs/pòdes, pòt, podem, podetz, pòden
SP : puèsqui, puèsques, puèsque, puesquièm, puesquiètz, puèsquen
IM : inusité
IIMP ; podi, podè, podès, podè, podièm, podiètz, podèn
PT ; poscuri, poscures, poscut, poscúriem, poscúrietz, poscuren
SIMP ; posais si, poscusses, posais se, poscússiem, poscússietz, poscussen
F : poirèi, poiràs, poirà, poirem, poiretz, poiràn
C ; poirὶ, poirés, poiré, poirièm, poiriètz, poirén
G : podens
P ; poscut, poscuda

198veire
IP ; vedi, vedes, vei, vederti, vedetz, veden
SP : vedi/vegi, vedes/veges, vede/vege, vedièm/vegièm, vediètz/vegiètz, veden/vegen
IM :
vei, vegièm, vegiètz
IIMP ;
vedi, vedès, vede, vedièm, vediètz, vedèn
PT ; vistimi, vistures, vistut, vistúrem, vistúretz, visturen
SIMP : vistussi, vistusses, vistasse, vistússiem, vistussietz, vistussen
F ; veirèi, veiràs, veirà, veirem, veiretz, veiràn
C : veiri, veirés, veiré, veirièm, veiriètz, veirén
G : vedens
P : vis, visa

199venir
IP : veni, venes, ven, vinem, vinetz, veneri
SP ; vengui, vengues, vengue, vingièm, vinguiètz, venguen
IM : ven, vinem, vinetz
IIMP ; vinὶ, vinès, vinè, vinièm, viniètz, vinèn
PT : vinguri, vingures, vingut, vingúrem, vingúretz, vinguren
SIMP : vingussi, vingusses, vingusse, vingüssiem, vingüssietz, vingussen
F : vindrèi, vindràs, vindrà, vindrem, vindretz, vindràn
C : vindri, vindrés, vindré, vindrièm, vindriètz, vindrén
G : vinens
P : vingut, vinguda

Annexe no 5

Sauver les mots

Ami que reste-t-il des mots que tu connais
Ils courent au néant ceux qu'on a exilés
Du langage des jours où ils se complaisaient.
Mais toi, tu peux peut-être encore les sauver

De cette bacchanale qui meurt au point du jour
Quand les mots orduriers achètent de l'amour,
Dont se targuent les snobs dès qu'ils sortent des bouges
Pour se désaltérer à l'abreuvoir des foules.

Oui, ils vont resurgir nous donnant de la joie
Ces mots que l’on courtise, qui parlent "l'autrefois"
Que l'on mélange un peu au français quelquefois
Et qui chantent si bien s’ils sont dits en patois ;

Ceux mots jaunis qui nous font tant de bien
J'en parlerais jour et nuit sans prendre aucun repos
J'aimerais les recueillir au sec chez moi
Pour pouvoir les chanter jusqu'à en perdre haleine.

Mots si pleins de rêves épousant la musique
Pour des souvenirs tendres, mélancoliques,
Nous caressant aussi telle une jolie femme
Qui déshabillerait jusqu'au plus loin nos âmes ;

Sauve-les. Sauvons-les. Ecoutons-les, ils crient,
Sortons-les prestement du cloaque des jours
Où nous les maintenons, renaissons troubadours,
Avant que de tomber souillés sous leur mépris.
(28/03/1993, version en français de l'auteur, antérieure à la traduction en occitan).

Annexe no 6

Le père turbot10

  • 10 Texte d'origine, gravé sur disque 78 tours en 1956 par G. Fumé. Transcription A. Viaut.
  • 11 Prononcé [tur'βᴐt].

200Un beau jour nous pêchions à la senne et nous avons rencontré ce turbot11 et monsieur le chef de la... comment je veux dire... de l'équipe de la senne, quoi, il a buté comme... sous ses pieds.

201-G. Fumé : il savait sur quoi il marchait. Comme s'il avait marché sur une grosse méduse ou quelque chose.

202- Oui mais qu'est-ce qu'il y a, qu'est-ce qu'il y a sous mes pieds ?

  • 12 A le sens de "mou" en gascon médoquin.

203Alors il a vu que c'était "moufle"12 comme il disait, il s'est croché à un camarade qui était à côté :

204- Tiens moi, tiens moi !

205Parce qu'il penchait d'un côté, et puis il voulait pas le lâcher pour le voir. Alors, il se croche à son camarade et puis il reste dessus. Alors moi :

206- Mais l'estomac te fait mal ?

207Je croyais que...

208- Mais qu'est-ce que... ?

209- Mais tiens moi, tiens-moi !

210On s'attendait pas qu'il avait ça sous les pieds. On voit de tout. Voyez, comme dans la marine ! Alors, on l'a tenu et puis alors, j'ai commencé, moi, à voir avec les bras. J'ai allongé mes bras pour voir ce que c'était. Mais je trouvais pas les côtés. Je buttais à quelque chose. Alors :

211- Mès aquò’s un gros turbot, enfin quauquarren. Mes tinetz-me, tinetzme ! [Mais c'est un gros turbot, enfin quelque chose. Mais tenez-moi, tenez-moi !].

212Alors je voulais l'embarrasser, mais le machin, il voulait échapper. Il faisait comme ça (gestes), il foutait des coups de queue. Alors une vague nfarrivait, mais je tenais le poisson, moi, pour l'embarrasser, que,... il m'échappe pas ; Mais les vagues qui arrivaient et puis me foutaient sur la tête... Elles me passaient sur la tête. Imaginez ! Je pouvais pas parler parce que j’avais les vagues sur la tête. Mais c'est pas de la blague. Alors, on a fini avec mes camarades de le tenir. Alors, quand j'ai pu passer les mains dans la tête, dans le chose, le vide [...], ici. J'étais pas loin du bord, alors j'ai pris la course. Je m’en vais jusque un peu plus loin, sur le sable. Les autres me suivaient en cas de tomber. Et puis alors j'ai fait comme ça : "Oh, hep !", sur le sable. Enfin, il avait toujours soixante-quinze, oui, je veux pas mentir, mettons quatre-vingt centimètres, de rond.

213- G. Fumé : De diamètre, comme le cul d'une barrique, quoi !

214Oui, là, ils ont un bout de queue qu’on pourrait mettre peut-être mettre un mètre.

215- G. Fumé : Vous l'aviez pesé ?

216Je m'en rappelle pas.

217- G. Fumé : Mais il devait avoir de beaux filets.

218- Oh, il était épais comme ça.

219Et alors nous arrivons à Montalivet,... comme c'était un poisson extraordinaire : il n'y a qu'une chose à taire. Pour bien le partager, n'y a qu'à le faire cuire avant de s'en aller et puis chacun en prendra sa part.

220Et bien sûr [...], c'est entendu ! Nous allons le faire.

221Mais comment le faire cuire ? Alors il y avait une vieille madame de Montalivet, d'Allard. D’autre temps il y avait l'hôtel Allard. On appelait sa femme La Canne. Et puis La Canne me dit :

222- Je vois rien autre chose que de fourbir une chaudière que j’ai large.

223Mais je ne vous mens pas. Elle était large comme ça de rond, pour la lessive, pour l'hôtel, pour ses affaires.

224- J'ai qu'à bien la nettoyer et le faire cuire là-dedans. Autrement, je ne comprends pas qu’à le couper en morceaux, je peux pas vous le faire cuire. Mais là, on le mettra sur la cuisinière et puis il est sûr de cuire bien, que vous le mangerez bon.

225Alors il a fallu commencer à le manger, mais pour le finir, bonsoir ! Nous en avons laissé presque la moitié, et puis tout le monde était rond.

226- G. Fumé : Parce qu'il n'y avait pas que le turbot. Vous l'aviez arrosé. Il y avait autre chose, pardi.

227- Oh vous savez, le poisson a toujours soif !

228- G. Fumé : Oui, oui, d'accord. C'est pour ça qu'il est dans l'eau d'ailleurs. Alors nous avons parti à laisser encore je sais pas combien de turbot et puis tout le monde était rond. Voilà !

Annexe no 7

Hadetz portar de qué har la ripalha

Refrin
Hadetz portar de qué har la ripalha / bis
E fricassar e dançar la polcà. / bis
N'em pas totjorn las mans a las pòchas,
Sèm pas fenhants quand nos fau bambochar.
1)
Lo dimeishe au seir gojats e gojatas
S'amurguen totjorn pre bien s'esgaiar.
Las mairs son alà sheitadas que gaiten,
An sigut las gojas pre las survelhar.

2)
Lo bal fenit las gojas se retiren
En didens : "Mos amics, vindrem encara aquí.
A dimeishe que ven, fau lo dire,
Se lo Bon Dius vòu nos reünir.
M. Lies, décembre 1986

Faites porter de quoi faire ripaille

refrain
Faites porter de quoi faire ripaille / bis
Et fricasser et danser la polka. / bis
On n'a pas toujours les mains dans les poches,
On n'est pas feignants quand il nous faut bambocher.

1)
Le dimanche soir garçons et filles
S'assemblent toujours pour bien s'égayer.
Les mères sont assises là qui regardent,
Elles ont suivi leurs filles pour les surveiller.

2)
Le bal terminé les filles se retirent
En disant : "Mes amis, nous reviendrons.
À dimanche prochain, il faut dire,
Si le bon Dieu veut nous réunir".

Annexe no 8

229"La Malhoqueta" (transcription musicale et arrangement ethnomusicologique : Aude Fortict)

230Cette chanson est une ronde énumérative, aussi en milieu de phrase ajoute-t-on des paroles et de la musique.

231Pour une meilleure compréhension, chaque phrase est découpée en trois parties nommées A, B et C. C'est dans la partie B qu'il y a un ajout de paroles, alors que A et C restent identiques.

232Il n'y a pas d'indication de mesure car le rythme est binaire, mais la structure reste libre du fait des paroles.

233- Notation particulière :

Annexe no 9

234" Imne Los Tradinaires" (transcription musicale : Cyril Dubilé ; arrangement ethnomusicologique : Aude Fortict)

235Structure de rondeau : abb', pour le refrain ; BB pour les couplets.

236La différence b et B : même musique mais paroles différentes.

237- Notation particulière :

Notes

1 Seront retenues ici comme références bibliographiques : AROM S., "Nouvelles perspectives dans la description des musiques de tradition orale. Revue de musicologie, 1.2, 1992, p. 198-212. ; BRAILOIU C., Problèmes d'ethnomusicologie. Genève : Minkhoff, 1973 ; SEEGER C., Notation prescriptive et notation descriptive". Analyse musicale, no 24, 1991, p. 6-12.

2 Normalement : "trencat".

3 Paraît être une coquille pour "en", "un" [ẽn] en graphie classique.

4 Cf. supra, définition p. 131, note 1.

5 Soupe à l'ail blanchie.

6 La basilique de Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres de Soulac fut désensablée au siècle dernier, néanmoins on ne put aller jusqu'au niveau initial. En outre, on accède à l'intérieur de l'église par un porche qui est lui-même surélevé par rapport au niveau du dallage de l'intérieur, il faut donc bel et bien descendre dans la nef.

7 Cf. définition supra, p. 279.

8 Sobriquet signifiant : "le frère".

9 Voir définition in DUCLOUX Cl., Le bordelais tel qu'on le parle. Lexique de bordeluche. Bordeaux : Gret Onyx, 1981, p. 72 : "Pante, panteau N.F. Filets tendus sur un cadre que l'on rabat sur les oiseaux que l'on veut capturer — Palombes, alouettes, etc..."

10 Texte d'origine, gravé sur disque 78 tours en 1956 par G. Fumé. Transcription A. Viaut.

11 Prononcé [tur'βᴐt].

12 A le sens de "mou" en gascon médoquin.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search