Version classiqueVersion mobile

Écrire pour parler : Los Tradinaires

 | 
Alain Viaut

Lexiques

Texte intégral

1Ainsi que cela a été annoncé au début de cet ouvrage, suivent deux lexiques de mots utilisés dans le corpus des textes des Tradinaires. Cette solution a été finalement préférée à celles des notes lexicographiques infrapaginales ou en fin de chapitre, de façon à mieux identifier l'apport lexical original de l'ensemble de ces écrits. Il ne s'agit pas de l'édition du lexique des textes fournis ici mais plus exactement de la liste des mots rares ou peu connus avec le sens qu'ils peuvent contenir.

2Une première liste concerne ceux dont on peut constater l'emploi dans les textes de l’anthologie précédemment présentée. Ce sera le lexique no l. Les entrées renvoient aux textes simplement identifiés par le nom de l’auteur et le titre de l'écrit dans lequel le mot concerné aura été repéré par un astérisque. La seconde rend compte de mots relevés dans les productions du reste de ce corpus non retenues dans le présent ouvrage. Ce sera le lexique no 2. Dans ce cas-là, la définition sera suivie d'une citation extraite d’une production où ce terme figure précédée du nom de l'auteur, du titre du texte et de l'année où il a été écrit.

  • 1 PALAY S., Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes. Paris : CNRS, 1991, 1053 p.
  • 2 VIAUT A., Flor de vinha : en Médoc paroles d'oc du vignoble à Saint-Estèphe. Bordeaux : Maison des (...)
  • 3 Cf. sur cette question, les enquêtes que nous avons nous-mêmes réalisées et qui ont été évoquées p (...)

3Ces deux lexiques sont censés définir des mots qui n'apparaîtraient pas ou dont les définitions seraient incomplètes dans les dictionnaires ou lexiques de la langue moderne publiés à ce jour, y compris l'Atlas Linguistique et Ethnographique de la Gascogne, ou ceux qui peuvent concerner directement le Médoc tel que l'ouvrage Flor de vinha1 sur la terminologie viticole. Certains de ces termes pourront en particulier se retrouver dans le Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes de S. Palay2. Le critère pour les faire figurer ici à nouveau a donc obéi aux mêmes que ceux que nous venons d'évoquer. En particulier pour ce dictionnaire, le constat a pu être fait de transcriptions ou de définitions manifestement erronées ou trop floues pour ce qui touche le Médoc3. Par ailleurs, certains mots ont également été inscrits ci-dessous alors qu'ils peuvent aussi être connus dans d'autres régions mais avec des sens différents de ceux qui sont en vigueur en Médoc, par exemple acampar (cf. infra). En revanche, nous retiendrons certaines définitions qui pourraient se retrouver dans le lexique manuscrit médoquin-français de Fr. Conord (cf. supra, p. 95) dans la mesure où il est inédit et où ses gloses nous ont paru suffisamment explicites. Selon les cas, nous nous en sommes contenté ou nous les avons complétées.

4Abréviations employées :

5ant. : antonyme

6Co. : Fr. Conord

7dér. : dérivé

8dim. : diminutif

9expr. : expression

10ext. : extension

11f. : féminin

12fam. : familier

13fig. : figuré

14i. : intransitif

15I. adv. locution adverbiale

161. n. : locution nominale

17l.v. : locution verbale

18m. : masculin

19pron. : pronominal

20rem. : remarque

21s. : substantif

22syn. : synonyme

23t. : transitif

24var. : variante

LEXIQUE N° 1

— A —

abilhar, v. t. [aβi'ʎa]

dépouiller, enlever la peau (anguille, lapin).

- H. Laporte, Lo hòs.

abracar, v.t. [abra'ka]

casser, démolir.

- A. Bret, Los renjaires de Graian.

acampar, v. t. [akãm'pa]

1) Co. : "courir derrière quelqu'un ou quelque chose, chercher, cueillir", suivre, parcourir ; aller d'un endroit à un autre, courir la campagne.

- A. Bret, Lo poder de las èrbas ; D. Baron, La bòna aiga ; H. Laporte, Lo hòs.

adoniu, -va, a. [aðu'niŭ]

charmant, -e, avenant, -e, beau, belle, mignon, -ne.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

agaitar, v.t. [aɣaImage'ta]

Co : "aller à la rencontre de quelqu'un, rejoindre", attendre.

- Baron, Los jafres ; M. Lies, Lo lop e las crabotinas.

aguèita, s.m. [a'ɣeImagetu]

dans la 1. v. estar a l'aguèita : être à l'affût, guetter.

- M. Lies, Lo lop e las crabotinas.

aholatit, -da, a. [ahula'tit]

puissant, déchaîné, en parlant du vent.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

amadocar, v.t. [amaðu'ka]

mettre le foin en piles sur le pré après l'avoir fané en attendant de le charger. Var. : amedocar (Grayan-L'Hôpital, St-Vivien-en-Médoc), amatocar (Haut-Médoc).

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

amainar, v.t. [amaImage'na]

Co. : "amasser, rassembler".

- S. Allard, Sauvar los mòts ; A. Bret, Los renjaires de Graian ; M. Lies, La legenda dau gorlit, Una jornada dens un prat.

amiardar, v.t. [amjar'ða]

faire des amitiés, cajoler

Syn. : cocolar, amilhotar.

- S. Allard, Las petitas ranas, Sauvar los mots.

amurgar (s'), v.pron. [amyr'ga]

Co. : "assembler (s'), réunir (se)".

- M. Lies, La legenda dau gorlit, Una jornada dens un prat.

andalha, s.f. [ãn'ðaʎu]

Co. : "andain, vague de la mer".

1) Andain.

2) Vague.

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

arribalha, s. f. [arri'βaʎu]

menu débris végétal, brindille.

- D. Baron, La mongeta de Cairac, Las pibalas.

astada, s. f. [asta'ðu]

Co. : "brochette de bois pour faire la cuisine au pique-nique".

Brochette, longue brochette en bois de bruyère arborescente (env. de 60 à 75 cm) pointue des deux bouts, aplanie à une extrémité, l'autre servant à l'enfoncer en terre, oblique par rapport à un brasier.

Cf. aussi astòt : petite brochette à poser sur un gril.

- H. Laporte, La ròsta.

avarèc, s. m. [aβa'rεk]

1) Bris de naufrage, épave.

- A. Bret, Los renjaires de Graian.

2) Co. : "engin, attirail".

Objet insolite ; ensemble hétéroclite d'objets.

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

3) Grande quantité (animaux, plantes, objets, intempéries, etc.) (fam.).

— B —

babeluisha, s.f. [baβe'lʃu] débris végétal volatile, bale.

- D. Baron, La mongeta de Cairac.

balustra, s.f. [ba'lystru]

balance en filet pour pêcher les crevettes ou les crabes dans les eaux de l'embouchure.

- D. Baron, L'aucat de las patatas.

barradèu, s.m. [barra'ðεŭ]

Co. : "barrage".

Batardeau, barrage.

- J. Allard, Los dus frairs.

barralh, s.m. [ba'rraʎ]

Co. : "prairie de palu ou de mattes close par des fossés ou des haies de tamaris".

Prairie de palud en général

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

baren, s.m. [ba'rẽn]

Co. : baren : bas-fond dans la lande où le fond est mouvant".

Bas-fond humide.

- J. Allard, Los dus frairs ; H. Laporte, Lo hòs.

baube, -a, a. [baŭβe]

faible, anémié, -e, asthénique, souffreteux, -euse. S'emploie pour les humains, les animaux ou les végétaux.

- A. Bret, Los vus de Marelís.

belenia, s.f. [bele'niju]

1) Co. : "chose de rien".

Petit débris ; chose insignifiante.

- S. Allard, Las ranas ; D. Baron, La mongeta de Cairac.

2) Sexe des garçonnets (fam.).

bigòta, s.f. [bi'ɣɔtu]

Co. : "outil à couper la bruyère".

Outil emmanché et tranchant servant à couper la bruyère sur la lande ou en sous-bois afin d'en faire de la litière pour le bétail.

- Fr. Barré, La talha dau bruc.

bohemessa, s.f. [buhe'mesu]

1) Co. : "tourbillon".

Grand coup de vent, vent qui souffle en tornade.

- A. Bret, Los renjaires de Graian ; M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

2) Tourbillon d'air chaud.

Syn. : sorcièra.

boirica, s.f. (buImage'riku]

Co. : "nasse".

Nasse en osier ou en ronce fendue. Sert notamment à attraper les anguilles.

- J. Allard, Los dus frairs.

boisha, s.f. [’buʃu]

touffe de végétal, buisson.

- L. Unterseh, Los anguilons d'a'stat.

bornejar, v.t. [burne'ja]

se rapprocher de, ressembler.

- S. Allard, Lo marchand de cançons.

bornha, s.f. [burɲu]

nasse.

Syn. : boirica*

- G. Mongay, Un grand messongèir.

borri, s.m.[burri]

Co. : "ordure, bourier, litière".

Balayures, ordures ménagères ; litière faite de débris de sous-bois (mousse, plantes de sous-bois, feuilles mortes, aiguilles de pin), par ext. litière (gén.).

- D. Baron, L'aucat de las patatas ; Fr. Barré, La talha dau bruc ; M. Lies, Las tres gojas.

botir, V.t. i. [bu'ti]

Co. : "éclabousser".

Rejaillir, projeter.

- S. Allard, Au só luvat ; G. Capdupuy, Una desseirada d'ivèrn.

brisòt, s.m. [bri'zɔt]

boisson rafraîchissante qui se boit l'été, à base de vin coupé d'eau et sucré dans lequel on fait tremper des morceaux de pain.

Dim. de brisa (même sens).

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

bronhòc, s.m. [bru'ɲɔk]

renflement irrégulier ou disgracieux, cal.

Dér. de bronha : bosse.

- S. Allard, Istòrias de bèstias.

— C —

calandra, s.f. [ka'lãndru]

balançoire.

Syn. : calina.

- D. Baron, La semblada.

calandrar, v. [kalãn'dra]

1) Co. : "bercer".

Balancer.

Syn. : calinar.

2) Chanceler, tanguer.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

calhon, s.m. [ka'ʎũn]

foulard de tête pour les femmes.

- M. Lies, La velha Clemença.

camisa shermentanèira, s.f. [ka'mizu ʃermẽnta nεImageru]

tablier de grosse toile aux manches longues mis par les femmes qui ramassent les bois de tailles en hiver à la vigne.

Syn. : camisassa.

- D. Baron, Quand l'òm despeluchava.

cantina, s.f. [kãn'tinu]

Co. : "bonbonne".

- D. Baron, L'aucat de las patatas ; H. Laporte, La ròsta, Lo hòs.

capelèira, caperèira, s.f. [kape'lεImageru]

malle, coffre de voyage fermant à clef.

- B. Saintout, L'Adelina.

caquetar, v.i. [kake'ta]

Co. : "caqueter, bavarder".

Converser ; parler.

- S. Allard, De las gents d'autes còps ; D. Baron, Lo petit borg d'a'stat, La semblada ; A. Bret, Adara n'i a pro, Los vus de Marelís ; H. Laporte, Lo hòs ; M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

carmenar, v.t. [karme'na]

1) carder, pour la laine, avant de la filer.

2) Co. : "effilocher".

3) Tirer les cheveux, rosser, secouer.

4) Action exprimant le mouvement des mains d'une personne à l'agonie.

- D. Baron, Quand l'òm despeluchava.

carròscle, s.m. [ka'rrɔskle]

tige desséchée de maïs. Une fois dépouillée des épis, on la destinait à servir de fourrage, voire de litière, l'hiver, pour les vaches principalement.

- D. Baron, Quand l'òm despeluchava.

carròt, s.m. [ka'rrɔt]

Co. : "pichet".

Pot, de terre ou de grès ; pot à résine.

- A. Bret, Los vus de Marelís.

carròta, s.f. [ka'rrɔtu]

Co. : "pot de grès pour la graisse, le confit".

Pot de grès (plus gros que le carròt*) pour la graisse ou le confit.

- H. Laporte, La ròsta.

chalabauda, s.f. [ʃala'βaŭðu]

flambée.

Syn. : halhada.

- G. Capdupuy, Una desseirada d'ivèrn.

champolhada, s.f. [Imageãmpu'ʎaðu]

action de barboter, de patauger.

Dér. de champolhar : patauger.

- D. Baron, L'aucat de las patatas.

chenic, s.m. [ʃe'nik]

1) Co. : "niche à chien".

2) Paillasse.

- A. Bret, Los vus de Marelís.

clanca, s.f. ['klãn'ku]

1) mye (mya arenaria).

Se dit également pitòrre en Haut-Médoc.

2) Valve de gros coquillage (type lutraria lutrarid) et, par extension, sébile qui, autrefois, était peut-être confectionnée avec une telle valve. Les gardeurs (vaches, moutons) s'en servaient également pour s'abreuver aux charrias (résurgences d'eau au pied des dunes littorales) sur la côte océane ; d'où l'expression heure a la clanca (boire à l'aide d'un coquillage).

- B. Saintout, L'aliança.

cleuja, s.f. [kleŭImageu]

fente, interstice.

- J. Allard, Los dus frairs ; M. Lies, Lo can sorcier.

coishard, s.m. [ku'ʃart]

préadolescent, entre douze et quinze ans.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

coison, s.f. [kuImage'zũn]

cuisson.

- G. Mongay, Los Polards.

colant, s.m. [ku'lãn]

fossé collecteur, qui peut drainer plusieurs petits ruisseaux, plus petit que la chanau [ʃa'naŭ].

- L. Unterseh, Los anguilons d'a'stat.

conduar, v.t. [kũndy'a]

Co. : "faire gonfler le bois des récipients à vendange. Ma cuba es conduada : ma cuve est étanche".

Faire gonfler le bois des récipients destinés à recevoir la vendange ou du vin.

- D. Baron, L'aucat de las patatas.

coriòla, s.f. [ku'rjɔlu]

Co. : "suite, kyrielle".

Bande, file.

- M. Lies, Lo peisan au còr de pèira.

cortiulau, s.f. [kurtiŭ'laŭ]

espace situé devant les bâtiment d'exploitation et réservé à recevoir le fumier excédentaire de l'étable, généralement mélangé de détritus divers et de terreau. Par ext., cour qui s'étend devant ces mêmes bâtiments, basse-cour.

- P. Lanneau, La caça a la lèbre.

cotòia, s.f. [ku'tɔju]

Lavignon (scrobicularia plana). Coquillage bivalve plat, de forme ovale régulière, à coquille fragile, que l'on ramasse sur les bords vaseux de l'estuaire.

- G. Capdupuy, La guelhaira.

cruquet, s.m. [kry'ket]

haut du crâne.

Dim. de cruc (crâne).

- D. Baron, Lo petit borg d'a'stat.

— D —

desbertocar, v.t. [desbertu'ka]

desobstruer, déboucher.

Dér. de bertòc, m. : bouchon, tampon végétal ou d’étoffe.

- A. Bret, Lo poder de las èrbas.

descauceironar, v.t. [deskaŭseImageru'na]

1) épamprer (sens courant en Médoc dans les cantons de Lesparre, Pauillac et Saint-Laurent).

2) Désagatter (localement, dans le canton de Saint-Vivien), couper les rejetons du porte-greffe d'un cep de vigne. Pouvait se faire avant la taille d’hiver ou, également, vers la fin mars, après la taille et le premier labour de déchaussement.

- G. Capdupuy, Una desseirada d'ivèrn ; H. Laporte, La ròsta.

desenclichar, v.t. [dezẽncli'Imagea]

décoincer, dégager.

Ant. de enclichar*.

- J. Allard, Los dus frairs.

desenlassar, v.t. [dezẽnla'sa]

délasser, détendre, reposer en distrayant

- H. Laporte, La ròsta.

deslincrar, v.t. [deslImagen'kra]

enlever l'enduit visqueux des poissons, des anguilles en particulier, débarrasser d'un enduit gluant.

Dér. de lincra, f. : enduit visqueux des poisson.

- S. Allard, Lo cort-bolhon d'anguilas.

desnadilhat, -da, a. [desnaði'ʎat]

Co. : "démoli".

Désarticulé, -e, démis, -e pour un membre.

- A.Bret Los renjaires de Graian.

despeluchar, v.t. [despely'ʃa]

dépouiller les épis de maïs de leurs bractées après la récolte. Cette opération se faisait généralement en hiver au cours de veillées réunissant la famille, la domesticité ou le voisinage.

- D. Baron, L'aucat de las patatas, Quand l'òm despeluchava.

desténder, v. [des'tẽnðe]

1) détendre.

2) Émettre, articuler un son (fam.).

- S. Allard, "Bolon".

dreitan, -a, a. [dreImage'tãn]

droitier, -ère.

Syn. : dreitèir, -a.

- H. Laporte, Lo hòs.

drindent, -ta, a. [drin'dẽn]

Co. : "tintant, qui sonne clair et fort".

Qui résonne, produit des sons clairs et réguliers.

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

— E —

embarri, s.m. [ẽm'barri]

Co. : "lieu clos".

Enclos.

- M. Lies, Las tres gojas.

emploitar, v.i. [ẽmpluImage'ta]

Co. : "avancer dans son travail".

Effectuer un travail de façon efficace et rapide.

- D. Baron, Quand l'òm despeluchava.

enclichar, v.t. [ẽnkli'Imagea]

insérer, enchâsser, incruster.

Ant. : desenclichar*.

- J. Allard, Los dus frairs.

en.hant, s.m. [e'hãn]

enfant, garçon ou fille dans l'âge de l'enfance.

- S. Allard, Los carbonèirs.

ensequerit, -da, a. [ẽnseke'rit]

1) desséché, -e.

2) Assoifé, -e, altéré, -e.

- D. Baron, La bòna aiga.

ensissonar, v.t. [ẽnsisu'na]

panser, envelopper d'un pansement.

- S. Allard, Istòrias de bèstias.

enshimalhar, v. [ẽnʃima'ʎa]

emmêler, enchevêtrer, empêtrer.

Syn. : entramalhar*.

- G. Capdupuy, Una desseirada d'ivèrn.

entramalhar, v. [ẽntrama'ʎa]

emmêler, enchevêtrer, empêtrer.

Syn. : enshimalhar*.

- S. Allard, Istòrias de bèstias, M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

esbargir, v.t. [esbar'ӡi]

dissiper, faire disparaître ; chasser au loin, jeter au loin.

- A. Bret, Lo poder de las èrbas.

escalar, v.t. [eska'la]

Co. : "vider un trou de son eau, vider un un puits".

- H. Laporte, Lo hòs.

escapochir, v.t. [eskapu'Imagei]

Co. : "écraser en bouillie".

- S. Allard, Las petitas ranas.

escliquerat, -da, a. [esklike'rat]

alerte, fringant, -e, guilleret, -ette, vif, -ve.

- S. Allard, Sauvar los mots.

escrotilh, s.m. [eskru'tiʎ]

râle d'eau (rallus aquaticus).

- J. Allard, Los dus frairs.

esgaubejar, v.i. [esɣaŭβe'ja]

1) tituber, vaciller, louvoyer, dévier.

2) Fig. :

a) divaguer ;

b) exagérer, dépasser les bornes.

- H. Laporte, Lo hòs.

esgarrichar (s'), v. pr. [esgarri'Imagea]

Co. : "gigoter".

- S. Allard, Bolon, Lo marchand de cançons.

eslauriscat, -da, a. [eslaŭris'kat]

Co. : "dévergondé".

Déluré, -e, aguicheur, -euse ; excité, -e.

- S. Allard, Nòsta tòrta nhanqueta.

espaciar, v. [espa’sja]

apaiser, calmer.

- A. Bret, Lo poder de las èrbas, M. Lies, Una jornada dens un prat.

espebrinar, v.t. [espebri'na]

1) émietter, réduire en miettes, répandre en petits morceaux.

- A. Bret, Los renjaires de Graian.

2) Dépenser beaucoup d'argent, dilapider.

espèc, s.m. [es'pεk]

écharde, bout de branche brisé.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

esperucat, -da, a. [espry'kat]

soigné, -e, coquet, -ette.

Dér. : de esperucar [espry'ka] : éplucher.

- S. Allard, Los carbonèirs.

esquira, s.f. [es'kiru]

crevette blanche de la Gironde (palaemon longirostris) et aussi, localement, en Nord-Médoc, petite crevette lagunaire (palaemonetes varions).

- D. Baron, La guelhaira, L'aucat de las patatas.

estehenat, -da, a. [estee'nat]

Co. : "exténué".

Très fatigué, -e, éreinté, -e.

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

estromblejat, -da, a. [estrũmble'jat]

troublé, -e, effaré, -e, hagard, -e. ébranlé, -e, sonné, -e.

- D. Baron, Un bocin de vedèth.

— F —

fóter un torn, l.v. [Tute ẽn turn]

envoûter, jeter un sort.

Syn : engerminar, ensorcierar.

- M. Lies, Lo can sorcier.

— G —

gabòrra, S.f. [ga'βɔrru]

anguille adulte de grosse taille, d’un kilogramme et plus. Se pêche surtout en période automnale lors des crues dans les marais.

Syn. : morganh (employé dans la partie orientale de la presqu'île).

- L. Unterseh, Los anguilons d'a'stat.

gaisha, s.f. [gaʃu]

grain de maïs éclaté sur une plaque chaude, pop-corn. On réservait habituellement les épis dont les grains étaient rouges pour cela.

Syn. : damisela (canton de Lesparre).

- D. Baron, Quand l'òm despeluchava ; G. Capdupuy, Una desseirada d'ivèrn.

galipaud, -a, s. [gali'paŭt]

galopin, garnement. Par ext., adolescent, jeune homme, entre 15 et 20 ans.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

gauchan, -a, a. [gaŭ'ʃãn]

gaucher, -ère.

Syn. : gauchèir, -a.

- H. Laporte, Lo hòs.

gaunhèra, s.f. [gaŭ'ɲεru]

brouille, mésentente.

Dans la 1. v. e star de gaunhèras : être fâché, de mauvaise humeur.

- S. Allard, Los carbonèirs ; A. Bret, Adora n'i a pro.

gaverèir, s.m. [gaβe'rεImage]

sillon dans lequel on rassemblait les javelles de céréales avant de les réunir en gerbes dans la culture de ces denrées en ligne ; sillon où l'on rassemble les pommes de terre ou d’autres produits cultivés que l'on extrait du sol ou de sa surface.

- G. Mongay, La façon de har las patatas.

gipohar, v.t. [ӡipu'a]

culbuter, chahuter. Souvent employé à la forme pronominale.

- S. Allard, Istòrias de bèstias.

greisson, s.m. [greImage'sũn]

cresson de fontaine.

Var. : greishon, greisheron.

- A. Bret, Lo poder de las èrbas.

— H —

hait, s.m. [haImage], [haImaget]

dans la l.n. còp de hait : effort intense, coup de collier.

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

harbear (se), v. pron. [har'bla]

Co. : "se dresser, se cabrer".

- S. Allard, Istòrias de bèstias ; M. Lies, Lo lop e las crabotinas.

harble, s.m. ['harble]

enjambée.

Syn : recamada.

Dér. : se harblar* : se dresser, se cabrer.

- S. Allard, Los carbonèirs.

hart, -a. s.m. [hart]

nourriture consommée à satiété, fait d’être rassasié, pitance. Précédé d'un possessif dans l'expr. minjar son kart : assouvir sa faim, se repaître.

- Augeau, Lo pair turbot.

haut-jornèir, -a., a. [haŭImageu'nεImage]

en retard le matin, qui se lève tard.

Ant. : matinèir, -a.

- D. Baron, L'aucat de las patatas.

hautèira, s.f. [haŭ'tεImageru]

monceau, tas.

- M. Lies, Las tres gojas.

hlasinar, v.i. [lazi'na]

étinceler, faire des étincelles, briller.

Dér. de hlasina : étincelle.

- S. Allard, La nuèit.

hodalhar, v. [huða'ʎa]

donner des hauts le cœur, avoir la nausée, vomir.

Cf. godalhar* : même sens, forme propre à la région de Grayan.

- H. Laporte, Lo hòs.

horir, v.t. [hu'ri]

pétrir, malaxer.

- P. Lanneau, La caça a la lèbre.

hremar, v.i. [rre'ma]

Co. : "rester tranquille".

- A. Bret, Los renjaires de Graian.

hurejar, v.i. [hyre'ja]

Co. : "attendre, longtemps, errer, bailler aux corneilles".

- S. Allard, De las gents d'aute s còps.

— I —

istòea, S.f. [is'tɔlu]

étole.

- A. Bret, Los renjaires de Graian.

— J —

jargaud, s.m. [Imagear'gaŭt]

flaque d'eau.

Dér. de jarga : flaque (St-Vivien-de-Médoc).

Syn. : champòt, chapòt (gén. en Médoc), jabaud, jabarlaud, en Haut-Médoc.

- G. Capdupuy, Una desseirada d’ivèrn.

— L —

laire, s.m. [’laImagere]

étendue d'eau de la dimension d'un petit étang.

- H. Laporte, Lo hòs.

landes, s.m. [lãn'ðεs]

trépied métallique de cheminée destiné à réchauffer ou à faire mijoter de la nourriture dans des pots de terre ou de fer.

- M. Lies, Capet e lo lop.

ligador, s.m. [liɣa’ðu]

sorcier pratiquant des envoûtements. Employé seul ou associé à sorcier : sorcier ligador.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

gommar, v.t. [lu'ma]

nommer, appeler.

- A. Bret, Adora n'i a pro.

luvar redoga, l.v. [ly'a rre'ðuɣu]

refaire à la houe à main les chaintres afin qu'ils soient au niveau des dérayures. La terre ainsi rassemblée était ensuite transportée à l'intérieur de la parcelle cultivée. Se faisait surtout dans les vignes.

25- H. Laporte, La ròsta.

— M —

maine, s.m. ['maImagene]

hameau, village.

Syn. : village.

- J. Allard, Los dus frairs ; D. Baron, La semblada, Las pibalas, Lo petit borg d'a'stat, Los jafres ; H. Laporte, Escarnis d'autes temps, La ròsta ; M. Lies, Lo can sorcier, Lo peisan au còr de pèira.

manòt, s.m. [ma’nɔt]

1) petit brochet.

2) petit poisson de rivière (St-Vivien).

- H. Laporte, La ròsta.

marmoc, s.m. [mar'muk]

méduse.

Var. : marmolh, au sud de Vendays.

- P. Augeau, Lo pair turbòt.

martalina, , s.f. [marta'linu]

vanneau huppé (Vanellus vanellus).

Var. : martinèla, en Haut-Médoc.

- H. Laporte, Lo hòs.

masantar, v.i. [mazãn'ta]

1) errer.

- M. Lies, Lo lop e las crabotinas.

2) Fureter, fouiner.

- A. Bret, Los renjaires de Graian.

merinar, v.i. [meri'na]

faire la méridienne, chômer, en parlant du bétail qui arrête de paître et se regroupe près d'un point d'eau ou sous le couvert d'une ramée.

Syn. : ahogar (Gaillan-en-Médoc, St-Laurent-Médoc).

- H. Laporte, Lo hòs.

mèrra, s.f. [’mεrru]

dans la l.v. har la mèrra : être amoindri, paraître souffreteux, -euse, égrotant, -e.

- M. Lies, La legenda dau gorlit.

mesurau, s.m. [meze'rau]

1) mesure de capacité employée pour les grains autrefois d'une valeur de 12, 5 1, la moitié d'une mesura. La valeur d'un panier (bassiòt) pour mesurer les pommes de terre que l'on ensachait dans des sacs d'un hectolitre (boishèth) ; récipient d'une capacité de 12, 5 1 pour mesurer les grains.

- D. Baron, La mongeta de Cairac ; G. Mongay, Los Polards.

mèter en primadon, loc. v. ['mεtẽn prima'ðũn]

biner, effectuer un labour léger permettant d'ameublir la terre et de la désherber.

- G. Mongay, La façon de har las patatas.

miard, -a, a. [mjart]

aimable, avenant, -e, gentil, -ille.

- A. Bret, Los renjaires de Graian.

morrejar, v.i. [murre'ja]

Co. : "faire le sot".

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

morretat, s.f. [murre’tat]

Co. : "sottise".

Bêtise, stupidité.

- S. Allard, Los carbonèirs ; D. Baron, Lo petit borg d'a'stat ; A. Bret, Adara n’i a pro.

— N —

nua, s.f. ['nyu]

nuage.

- M. Lies, La lengenda dau gorlit, La promessa dau patron puscaire, Una jornada dens un prat.

— P —

palaviret, s.m. [palaβi'ret]

gifle.

- P. Lanneau, La caça a la lèbre.

palena, s.f. [pa lenu]

brachypode des forêts (Brachypodium sylvaticum (Hudson) P.B.).

- Fr. Barré, La talha dau bruc.

paleta, s.f. [pa'letu |

1) Co. : "cosse de pois, de haricot".

- D. Baron, La mongeta de Cairac.

2) Haricot mange-tout, haricot vert.

pareissença, s.f. [pareImage'sẽnsu]

1) apparence, allure, aspect.

- M. Lies, La velha Clemença.

2) Prévision de récolte, en particulier pour parler de l'aspect des baies de la vigne après la floraison des inflorescences.

paria, s.f. [pa'riju]

Co. : "compagnie".

Réunion amicale où l'on discute, compagnie ; veillée.

S'emploie avec estar en (être en) et har (faire).

- S. Allard, Los carbonèirs, Un chicòt de paria ; G. Capdupuy, Una desseirada d'ivèrn.

pebrièr, s.m. [pe'βrje]

pluvier argenté (Pluvialis squatarola).

- H. Laporte, Lo hòs.

pedolhet, s.m. [peðu'ʎet]

1) pou des volatiles, des galinacées en particulier ; nom donné à l'état maladif qui résulte d'une attaque de ces poux.

Syn. : cimic (Haut-Médoc).

- M. Lies, La legenda dau gorlit.

2) Puceron.

pelassa, s.f. [pe'lasu]

motte de gazon coupée, grand carré de gazon intentionnellement enlevé et destiné à entrer dans la composition de compost ou pour divers types de retenues de terre.

- H. Laporte, Lo hòs.

pempena, s.f. [pẽm'penu]

1) œstre, insecte diptère dont la présence et le bourdonnement, au printemps et en été, généralement par temps orageux, ont la réputation d'asffoler le bétail. Paraît être identifié en Médoc pour désigner principalement l’hypoderme du bœuf et l'œstre du cheval (gastrophilus ou oestrus equi).

Rem. : La larve de l'hypoderme du bœuf, le varon, appelée tanèth en Nord-Médoc ou canèth en Haut-Médoc, se développe en parasitant la peau des bovins. Pour celle de l'œstre du cheval, qui se développe dans l'estomac des équidés avant de transiter par le système digestif, le mot marròna a été relevé en Nord-Médoc (L. Renon. Lesparre 26/5/1995). Celui de morena, dont le sens couramment admis en Médoc, comme ailleurs en oc, est pourtant celui d’hémorroïde pour les animaux, lui est également appliqué (Grayan, Lesparre, Vendays), peut-être par analogie, car ces larves de 1 cm à 1, 5 cm de long restent généralement accrochées pendant un certain temps à l'anus interne.

- H. Laporte, Lo hòs.

2) Amoureuse empressée.

penha, s.f. [’peɲu]

peigne.

- D. Baron, Los jafre s.

peròc, s.m. Ipe rɔk]

1)noyau.

G. Mongay, Un grand messongèir.

2) Épis de maïs très petit ou mal conformé et disposant de peu de grains. On les mettait généralement de côté pour les donner tels quels à manger aux poules ou aux lapins.

- D. Baron, Quand l'òm despeluchava ; G. Capdupuy, Una desseirada d'ivèrn ;

pessòu, s.m. [pe'sɔŭ]

1) partie inférieure d'un contenu (fond de sac...) ou d’un tas de quelque chose ; couche inférieure tassée, d'une meule de fumier, de paille ou d'autres végétaux utilisés pour la litière des animaux domestiques.

- Fr. Barré, La talha dau bruc.

2) Fig. : nourriture intentionnellement ingérée avant l'absorption de vin ou autres boissons alcoolisées.

picassa, s.f. [pi'kasu]

couperet, hachoir.

- R Lanneau, La caça a la lèbre.

pinchon, s.m. [pin'Imageũn]

1) partie pointue d'un instrument.

2) Poinçon en bois dur (chêne, acacia) d'une seule pièce, semblable à une cheville, utilisé pour dépouiller les épis de maïs de leurs spathes.

- D. Baron, Quand l'òm despeluchava.

plàplia, S.f. ['plapi]

guimauve officinale (Althaea officinalis L.).

- A. Bret, Lo poder de las èrbas.

plora, s.f. [pluru]

pleur, larme.

- S. Allard, Sauvar los mòts.

pojòu, s.m. [pu'jɔu]

éminence, petite colline,

- H. Laporte, Lo hòs.

porsebir, v.t.i. [purse'βi]

1) t. : pousser (le feu, en cuisine).

2) i. : être vif (pour le feu, en cuisine).

- S. Allard, Lo cort-bolhon d'anguilas.

primar, v.t. [prima]

désherber des cultures à bras.

- Fr. Barré, La talha dau bruc ; G. Mongay, La façon de bar las patatas.

— R —

racha, s.f. ['rraʃu]

Co. : "dépot d'un liquide".

Mousse ou écume gluante ou épaisse qui provient d'un milieu de consistance liquide ; résidu de cuisson flottant ou en suspension (pot-au-feu, confiture).

- S. Allard, Lo cort-bolhon d'anguilas.

rap, s.m. [rap]

Co. : "ses rap de planei, ses rap de pabat".

Dans l'expr. sus rap de : à même, sur. Par exemple, sus rap de prat : à même le pré.

- S. Allard, Los carbonèirs.

rasteriu, s.m. [raste'riŭ]

barre transversale de râteau sur laquelle sont fixées les dents.

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

realichar, v.t. [reali'Imagea]

revivifier, ranimer, ragaillardir, requinquer.

Syn. : rebichonar.

- S. Allard, Bolon.

rebalèir, s.m. [reβa'lεImage]

Co. : "inondation".

Montée des eaux, crue, inondation.

- S. Allard, Lo cort-bolhon d'anguilas ; L. Unterseh, Los anguilons d’a’stat.

rebòrn, s.m. [rre'βɔrn]

rebord, bordure.

- H. Laporte, Lo hòs ; M. Lies, Lo can sorcièr.

recopar, v.t. [rreku'pa]

effectuer un deuxième labour. Se fait en hiver et consiste à fendre les billons formés lors du premier labourage automnal.

- G. Mongay, La façon de har las patatas.

recoraduèir, S.M. [rrekura'ðεImage]

charrue à chausser à deux versoirs traditionnellement utilisée pour effectuer un premier labour de désherbage dans les cultures des céréalières en lignes (recórer*).

- G. Mongay, Los Polards.

recórer, v.t. [rre'kure]

butter les céréales en recreusant les sillons, dans le cas de cultures en lignes sur sol léger, à l'aide d'un buttoir en bois (recoradueir) à deux petits versoirs symétriques. Se faisait généralement au mois de mars après avoir passé un râteau (rasteradueir, rastèth a rasterar blat) sur les billons pour dégager un peu la terre entre les pousses de céréales. On parachevait aussitôt après à la main le buttage de ces billons céréaliers à l'aide d'un rable (cascaduèir).

- H. Laporte, La ròsta.

renard, s.m. [rre'nart]

1) renard.

2) Verveux.

Syn. : vertaud.

- J. Allard : Los dus frairs.

renjaire, s.m. [rrẽn'Imageaire]

Co. : "rebouteux".

- A. Bret, Los renjaires de Graian.

renjar, v.t. [rrẽn'dza]

rebouter, réduire une fracture ou remettre en place un membre démis.

- A. Bret, Los renjaires de Graian.

repichar (se), v. pron. [rrepi'Imagea]

faire des efforts, se démener, s'arcbouter.

Syn. : repiar (se) (t. ou pron. en Haut-Médoc)

- H. Laporte, Escarnis d'autes tèmps.

replegar, v.t. [rreple'ɣa]

herser ; effectuer un hersage léger sur billon de culture juste avant que la plante sorte de terre. Une herse plus légère que celle qui servait à déchaumer était alors utilisée.

- G. Mongay, La façon de har las patatas.

repocha, s.f. [rre'puImageu]

Co. : "piège à oiseaux".

Sorte de collet à plusieurs crins tressés pour gibier à plume, notamment, du type bécasse, par exemple. Le collet avec son nœud coulant prolonge une branche flexible (saule, par ex.) plantée solidement en terre du bout le plus gros, recourbée et à peine retenue de l'extrémité la plus fine par un morceau de bois. Celui-ci rend sensible à la moindre pression la branche prête à se détendre entraînant sa proie grâce au lacet préalablement disposé à son voisinage. Désigne également tout type de piège confectionné selon ce principe, même pour du gros gibier à poil. Rem. : l.v. har repocha : faire ressort, se détendre.

- J. Allard, Los dus frairs.

rescut (de), adv. [res'kyt]

Co. : "soudain, avec rapidité".

Var. : rasclut (de) en Haut-Médoc.

- D. Baron, Un bocin de vedèth ; M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

roflar, v.t. [rru'fla]

lancer à la volée, jeter avec force.

- S. Allard, De las gents d'autes còps ; H. Laporte, Lo hòs.

roptèc, s.m. [rru'tek]

Co. : "piste, petite route étroite".

Sentier.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc ; H. Laporte, Lo hòs.

ròsta, S.f. ['rrɔstu]

Co. : "pique-nique".

Repas de détente pris en plein air (partie de pêche, par exemple) où des aliments (poisson, volaille, gibier ou viande) sont grillés ou cuits sur de longues broches en brande plantées dans le sol à l'oblique d'un feu.

- D. Baron, L'aucat de las patatas ; H. Laporte, La ròsta.

S —

sabilha, s.f. [sa'βiʎu]

salive.

- M. Lies, Las tres gojas.

salin, s.m. [sa'lin]

foëne à dents plates.

- H. Laporte, La ròsta.

salinaire, s.m. [sali'naImagere]

pêcheur à la foëne à dents plates.

- H. Laporte, La ròsta.

saunèir, s.m. [saŭ'nεImage]

coffre à sel ; boîte à sel en bois ou métal émaillé.

Ailleurs en Médoc : salinèir.

- G. Capdupuy, La guelhaira.

sespart, s.m. [ses'part]

écart.

Dans la 1. adv. au sespart : à l'écart, à part.

- M. Lies, Lo lop e las crabotinas.

sobalar, v. t. [suβa'la]

Co. : "balancer, secouer".

- S. Allard, Lo marchand de cançons.

sorilhar, v.i. [suri'ʎa]

chercher son sommeil, être dans un état insomniaque, somnoler.

- A. Bret, Los vus de Marelís.

— T —

terretejar, v.t. [terrete'ja]

se vautrer par terre ; s'ébrouer dans la terre, pour les gallinacés.

- S. Allard, Nòsta tòrta nhanqueta.

terròu, s.m. [te rrɔŭ]

1) Co. : "butte, monticule, tertre".

2) Dune côtière.

- P. Augeau, Lo pair turbot.

tompelh, s.m. [tũm'peʎ]

Co. : "touffe".

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

trehle negre, s.m. ['trele negre]

luzerne tachée (Medicago arabica (L))

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

trèina, s.f. [trεImagenu]

senne, filet de 200 à 300 mètres de long pour la pêche sur la côte océane, tiré par une des extrémités, pour les plus longs, à l'aide d'une pinasse à rames.

- P. Augeau, Lo pair turbot.

trencar, v.t.i. [trẽn'ka]

1) trancher (plutôt usité vers le sud du Médoc).

2) Co. : "transir, exténuer".

Couper le souffle, accabler, annihiler.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

trencat, -da, a. [trẽn'kat]

à bout, à bout de fatigue.

- M. Lies, Una jornada dens un prat.

trencut, -da, a. [trẽn'kyt]

Co. : "osseux, qui a les os saillants".

- A. Lambert, La Malhoqueta.

tricòt, s.m. [tri'kɔt]

petit bout de bois, morceau de bois d'une quinzaine de centimètres.

- J. Allard, Los dus frairs ; A. Bret, Los vus de Mardis.

trinchon, s.m. [trin'Imageũn]

Co. : "planche à hacher".

- S. Allard, lo cort-bolhon d'anguilas ; P. Lanneau, La caça à la lèbre.

trodinar, v. t. [truSi'na]

prendre soin de, s'occuper de, choyer, soigner.

- A. Bret, Los vus de Mardis.

tropinhar, v.t.i. [trupi'ɲa]

1) Co. : "patauger, piaffer".

- A. Bret, Adara n'i a pro.

2) malaxer, écraser avec les mains.

Var. : traupinhar (Haut-Médoc).

trusa, s.f. ['tryzu]

sorte de truble ou de petit haveneau démontable à pousser.

- H. Laporte, La ròsta.

— V —

vacat, s.m. [ba'kat]

troupeau de vaches.

- Fr. Barré, La talha dau bruc.

vedog, s.m [beðuImage]

vouge, serpe à long manche servant à émonder.

- M. Lies, Jaquemèn lo pauruc.

LEXIQUE N° 2

— A —

acertenat, -da, a. [aserte'nat]

raisonnable, sérieux, -se

- M. Lies, I a còp d'uelh e còp d'uelh 1994 : "[...] vodrí pas confiar mon ligòt ad un coishard, me fadré un mairau acertenat, ..." ([...] je ne voudrais pas confier mon troupeau à un gamin, il me faudrait un jeune vacher sérieux).

agrunar, v.t. [agry'na]

nourrir de grains, donner du grain à manger.

- S. Allard, L'audèth d'amor, 1989 : "Das audèths que agruni / Nat ne me sembla estar / Lo que s'apèra atau" (Des oiseaux que je nourris de grains / Aucun ne me paraît être / Celui qui s'appelle ainsi).

arralhaduèir, s.m. [arraʎa'ðεImage]

1) amusement, jeu.

2) Histoire, récit pour rire, blague

- S. Allard, Enviatz pus gròs, 1980 : " Camile èra lo frair de mon oncle dont veni de vos contar arralhaduèir" (Camile était le frère de mon oncle dont je viens de vous raconter la blague).

assart, adv. [a'sart]

à l'étroit

- M. Lies, Sovenirs d'una matinada au Grand Teatre, 1981 : "Èrièm sheitadas dens das bèths fautulhs roges, mes èriem puslèu assart" (Nous étions assises dans de beaux fauteuils rouges, mais nous étions plutôt à l'étroit).

asseitaduèir, s.m. [aseImageta'ðεImage]

siège, endroit où l'on s'assoit.

- H. Laporte Mon amic, 1991 : "Mon canhòt m'atendut / Pendent un mes passat / Davant l'asseitaduèir / Ant èri claverat" (Mon chien m'attendit / Pendant plus d'un mois / Devant le siège / sur lequel j’étais cloué).

aubesc, s. m. [aũ'βes]

molinie bleue (molinia caerulea (L.) Moench)

- D. Baron, Lac soven-te, 1990 : "Ant las gents adara se han cueire au sorelh, a'stat dens los aubecs, los raus, los juncs, qu'au estat darrigats, los canards, las copias, los biganons, tots los audèths de maresc nidejavan" (Là où les gens maintenant se font cuire au soleil, autrefois dans la molinie, les roseaux, les joncs, qui ont été arrachés, les canards, les foulques macroules, les sarcelles, tous les oiseaux de marais nichaient).

— B —

bale, s.m. [bale]

Co. : "baquet fait d'une vieille bordelaise sciée en deux. Sert à transporter la vendange dans les petites propriétés".

Cf. le dicton : " tres bales de venduunha han la barrica" (trois "baies" de vendange font la barrique).

Syn. : balha, f.

- G. Mongay, Lo haure, 1995 : " A l'entorn, la gròssa encluma, lo bale plen d'aiga a ont trempaven las pinças pre tenir los fèrts que falè refreidir..." (Autour, la grosse enclume, le baquet plein d’eau où trempaient les pinces pour tenir les fers qu'il fallait faire refroidir).

barba, s.f. [barβu]

1) barbe.

2) Barbe des épis de maïs.

3) Co. : "barba de pin : aiguillettes de pin".

Aiguilles de conifère, de pin maritime.

- S. Allard, Apuèi repréner len 1982 : " M'entorni vèrt l'ostau en lurjans sus las barbas" (Je reviens vers ma maison en glissant sur les aiguilles de pin).

barrambalh, s.m. [barrãm'baʎ]

Co. : "grand train, course folle".

- H. Laporte, L'ase de Bosquilhòt, 1990 : "Tau un cibòt, virèt cap sus coa e direccion L'Espitau... au grand barrambalh, los quate fèrts au còp" (Comme une toupie, il fit un tête à queue et direction L'Hôpital... au grand galop, les quatre fers à la fois).

behèc, s.m. [be'hεk]

branche épineuse, rameau garni d'épines.

- H. Laporte, L'ase de Bosquilhòt, 1990 : "Un jorn, Bosquilhòt l'avè atelat pre se rénder au borg, mès aqueth jorn lo temps n'èra pas bèth e l'ase pas tranquille, l'òm auré dit que tropinhava sus das behècs" (Un jour, Bousquillot l'avait attelé [l'âne] pour se rendre au bourg, mais ce jour-là il ne faisait pas beau et l'âne n'était pas tranquille, on aurait dit qu'il trépignait sur des branches épineuses).

bolharc, s.m. [bu'ʎark] Co. : "averse, grain".

Augm. : bolhargada.

- G. Capdupuy, Los shermentèirs 1989 : "[...] t'èi rossegat sas cumins, un jorn de pluèja o de bolharc, ven me veire" ([...] Je t'ai traîné par les chemins, les jours de pluie ou d'averse, viens me voir).

bonicòt, -A, a. [buni'kɔt]

bon, -ne, généreux, -euse (fam.).

- D. Ardilley, Las higas de mon nebot, 1991 : "Mon nebot èra briga bonicòt…" (Mon neveu n'était pas du tout généreux...).

borcanèir, -A, s. [burka'nεImage]

habitant du bourg dans une commune.

- D. Baron, A cuèi lo pòt ?, 1984 : " Quauques envessats de catàrie o quinze ans, que passaven lur temps a har l'envès, se devisèren un jorn de jogar un torn as borcanèirs" (Quelques malappris de quatorze ou quinze ans, qui passaient leur temps à faire des bêtises, eurent un jour l'idée de jouer un tour aux habitants du bourg).

borrishat, -da, a. [burri'ʃat]

ébouriffé, -e, échevelé, -e.

Syn. : esborrishat, esborriflat.

- M. Lies, Fau pas secudir la velha, 1984 : "[...] e, dens la cubèrta, une prauba velha tota camisòta e borrishada, que secudissèn tant que podèn" ([...] et, dans la couverture, une malheureuse vieille en chemise et ébouriffée, qu'ils secouaient tant qu'ils pouvaient).

— C —

cadòis, s.m. [ka'ðɔImages]

Co. : "tête de maïs, maïs vert".

1) Partie supérieure de la tige de maïs au-dessus du dernier épis. Se coupait lorsqu'elle était encore verte, vers août-septembre, quand la barbe des épis commence à noircir, afin de favoriser la croissance de ces derniers, et pour être donnée comme fourrage aux animaux domestiques, vaches et chevaux. On pouvait également attacher ces bouts de tige pour les faire sécher jusqu'à l'hiver en vue de les utiliser comme fourrage.

- Fr. Barré, Mos amics, 1991 : " Un hagòt de cadòis prau chivau, ..." (Un fagot de tiges de maïs pour le cheval...).

2) Pour certains, la tige verte entière du maïs, avant la formation des épis. Var. : cadois (Haut-Médoc).

crabardejar (se), v. pron. [kraβarðe'ja]

monter le plus haut possible, se percher en haut de (employé avec : a travès, sus).

- A. Bret, Un velh conte, 1989 : "[...] l'òme a hèit lo torn de la tèrra, a tornat, a virat, a carculat a ont poiré anar se crabardejar, a plonjat, a crosat, ... " ([...] l'homme a fait le tour de la terre, il a tourné, il a viré, il a calculé où il pourrait aller se percher, il a plongé, il a creusé, ...)..

chinhar, v.i. [Imagei'ɲa]

Co. : "ricaner".

Rire à demi ou sourire par dérision ; faire un sourire entendu, de connivence.

- S. Allard, Nòste bon pan, 1994 : "Quand hadièm de las crespas de pan, copav' de las lèchas tan finas que nos en vedièm pre las mèter dens la padèra un còp trempadas dens la pasta. Chinhava (mon pair) de contentamens" (Quand nous faisions des crêpes de pain, il faisait des

tranches fines que nous avions des difficultés à mettre dans la poêle une fois trempées dans la pâte).

chipa-chapa, s.f. ['Imageipu Imageapu]

faim (fam.), fringale. Dans la l.v. aier la chipa-chapa : avoir la fringale.

- M. Lies, Lo pus bòn repàs dau petit Froncés, 1983 : "[...] s'entornava a son ostau sens trasir la mendra bocada. Quand'ribava as Abredons avè la chipa-chapa" ([...] il revenait chez lui sans avaler la moindre bouchée. Quand il arrivait aux Abrédons il avait la fringale..

clanquèira, s.f. [klãn'kεImageru]

Co. : "être malade, mal en point", dans l'expr. estar a la clanquèira.

Syn. : cièca (estar a la).

- H. Laporte, Rencontra, 1992 : aquò's sovent que sèi a la clanquèira, mès tant que l'òm pòt se rossegar, fau pas se plànher" ([...], C'est souvent que je suis malade, mais tant que l'on peut se traîner, il ne faut pas se plaindre).

clapar, v. [kla'pa]

1) frapper, tapper.

- M. Lies, Las bònas crespas, 1988 : "[...] e se foturen a se clapar la figura emb lur crespa los uns as auts... " (et ils se fichèrent à se frapper le visage avec leur crêpe les uns aux autres).

2) être par routes et par chemins, courir les maisons, voir du monde.

- M. Lies, Las bònas crespas, 1988 : "Las gojas n'anavan pas clapar solas la nueit come adara" (Les jeunes filles n'allaient pas courir seules la nuit comme maintenant).

3) jacasser, parler à tort et à travers.

costiu, s.m. [kus'tiŭ]

coutil.

- M. Lies, Fau pas renviar a deman, 1991 : "[...] a partir d'aqueth jorn dromiré sus una cochinèira de costiu hringant nèu" ([...] à partir de ce jour il dormirait sur une taie au coutil flambant neuf).

crassar, s.m. [kra'sa]

gisement naturel d'huîtres.

- S. Allard, Mos mèstes, 1991 : " Quand parava la malina / Nos rendièm sau crossar / Emb lo panèir au braç / Marchàviem dens la vasa..." (Quand une forte marée parait / Nous nous rendions sur le gisement d'huîtres / Le panier au bras / Nous marchions dans la vase...).

— D —

desarmalhar, v.t. [dezarma'ʎa]

sortir des mailles d'un filet, dépêtrer.

- S. Allard, La mar, 1990 : " Das còps, dens los hilats / Que tenden los puscaires / Has pendilhar lo peis / Tingut pre las garganças. / Se an los dits mordits / Penen a's desarmalhar" (Parfois, dans les filets / Que tendent les pêcheurs / Tu fais pendre le poisson / Tenu par les ouïes. /Si leurs doigts sont engourdis par le froid/Ils peinent à le sortir des mailles).

despleitiu, -iva, a. [despleImage'tiŭ]

découragé, -e, rebuté, -e

- S. Allard, Dens un rai de só, 1984 : "Vodrí me'n desbarrassar mes, briga despleitiu, continua [lo can] de se hrochar a mon esquina" (Je voudrais m'en débarrasser mais, pas du tout rebuté, il continue [le chien] à se frotter à mon dos).

destralh, s.m. [des'traʎ]

trace.

Syn. : tralh.

- M. Lies, Sovenirs d'una matinada au Grand Teatre, 1981 : "Nosauts lo siguièm au destralh dens tot aqueth monde" (Nous autres le suivions à la trace au milieu de tous ce monde).

destrencar, v.t. [destrẽn'ka]

soulager ; étancher la soif.

- S. Allard, L'audèth d'amor, 1989 : "Fadré bien que l'amor / Vène me destrencar" (Il faudrait bien que l'amour / Vienne étancher ma soif).

ditòre, s.m. [di'tɔrre]

Dicton, sentence.

Syn. : diton.

- M. Lies, Viçat corne un use, 1992 : "Lo ditòre "viçat come un ase" es totjorn vrai" (Le dicton "vicieux comme un âne" est toujours vrai).

droblar, v. [dru'bla]

accabler, inhiber, annihiler, terrasser.

- B. Saintout, Quau hilh ?, 1986 : "La pâur lo droblava. Lo mainatge n'ausava pas s'arrestar" (La peur le terrassait. L'enfant n'osait pas s'arrêter).

— E —

esbruèit, s.m. [es'brεImaget]

Co. : "bruit qui court"

Rumeur.

- H. Laporte, Marcela, 1990 : "As esbruèit ne prestarli pas l'aurelha / Quitam passar lo temps" (Aux rumeurs nous ne prêtons pas l'oreille / Nous laissons passer le temps).).

escarpin, s.m. [eskar'pin]

Co. : "chausson".

- S. Allard, Enviatz pus gròs !, 1980 : "Èra fort adreit de sos dits : arribava a har das quites escarpins pre mèter dens sas galòchas" (Il était très habile de ses doigts : il arrivait même à se faire des chaussons pour mettre dans ses sabots).

escopit, s.m. [esku'pit]

1) postillon.

2) Co. : "éclaboussure".

- A. Bret, Gara as escopits, 1983 : "[...] èri totjorn a l'entorn d'eth e sovent un chic a l'empach. Me mauhidavi pas totjorn das escopits" ([...] j'étais toujours autour de lui et souvent un peu à l'embarras. Je ne me méfiais pas toujours des éclaboussures).

3) Fig. au pl. escopits : restes (repas).

Dér. de escopir : éclabousser.

esferlingar, v.t. [esferlin'ɣa]

effilocher, effranger.

Pron. : se dissiper, s'estomper, disparaître.

- S. Allard, La mar, 1990 : "Quand la nuèit s'esferlinga / Se lo sòme es fenit / Que just l'òm pòt groar, / Ton trunte hèi paria" (Quand la nuit se dissipe / Si le sommeil s'est achevé / que l'on peut juste somnoler, / Ton bruit sourd tient compagnie).

esgasar (s'), v.pron. [esga'za]

s'ébouler, glisser, pour la terre.

- M. Lies, Viçat come un ase, 1992 : "[...] dempuèi lo tèmps la tèrra s'avè esgasat e lo passatge s'avè eslargit e alongat" ([...] depuis le temps la terre avait glissé et le passage s'était élargi et allongé).

esplelT, s.m. [es'pleImaget]

emploi, usage.

- S. Allard, Lo velh ostau, 1991 : " Vaquí tot ce qu'èi vis ! / Das cabirons liugèirs / Qu'auràn hèit de l'espleit, ..." (Voici tout ce que j'ai vu ! / Des chevrons légers / Qui auront fait de l'usage).

esporrotar, v.t. [espurru'ta]

érafler, entamer (la peau, la chair), corroder, ronger.

- S. Allard, Ma pregària, 1989 : "Mas mans esporrotadas / Pre te pregar se junten" (Mes mains rongées / Pour te prier se joignent).

estar de L'avant, l.v. [es'ta de la'wãn]

être en avance dans ses travaux, être à jour.

- M. Lies, Geròmi e la mesura, 1988 : "Fot pas un pic de tota Tannada. Diu pas estar bien de l'avant" (Il ne fait rien de toute l'année. Il ne doit pas être bien à jour).

estromblejar, v.i. [estrũmble ja]

1) tituber, chanceler.

2) Pron. : estromblejar (s') : s'émouvoir, paniquer, se troubler.

- S. Allard, Apuèi repréner len, 1982 : "Quand mon cap s'estrombleja, acampi los cumins" (Quand ma tête se trouble, je pars sur les chemins).

— G —

gilada, s.f. [Imagei'laðu]

I) jaillissement, giclée.

2) Gorgée.

Dér. de gilar : jaillir, gicler (cf. gisclar en Haut-Médoc, également).

- S. Allard, La cossa d'un homard, 1984 : "[...] ie hiren buure una gilada d'aiga de via pre lo remontar" (On lui fit boire une gorgée d'eau de vie pour le remonter).

godalhar, v.i [guða'ʎa]

avoir la nausée, vomir.

Syn. : hodalhar* (Grayan-et-L'Hôpital).

- S. Allard, Los dus compairs, 1988 : "[...] hadè das esprehums, trimolar las matraças, e tossisse a se har godalhar" (Il faisait des grands gestes, il agitait les macettes, et il toussait à se faire vomir).

graupir, v.t. [graŭ'pi]

agripper.

S'emploie fréquemment aussi à la forme pron., graupir (se) : s'agripper, s'accrocher.

- H. Laporte, L'ase de Bosquilhòt, 1990 : "Lo praube Bosquilhòt, de garras en l'èrt dens son carret, avè bèth se graupir a las ranchas, ne posent jamès se remèter sus la banca" (Le malheureux Bosquillot, les jambes en l'air sur sa voiture, avait beau s'agripper aux ridelles, il ne put jamais se rasseoir sur le banc).

— H —

hatalha, s.f. [ha'taʎu]

1) creux de la chemise, intérieur de la chemise.

- M. Lies, La mair dau vènt, 1994 "[...] "Titona" angui au cabinet, prengut servieta e canard e Cadet, bien content, los metut dens sa hatalha abans d'arrestar la cròça" ("Titoune" alla à l'armoire, prit serviette et canard et Cadet, bien content, les mit dans le creux de sa chemise avant d'arrêter la béquille).

2) Fig. : poitrine opulente.

hrejolit, -da, a. [rreImageu'lit]

refroidi, -e, qui a pris froid, atteint, -e d'un refroidissement passager.

- S. Allard, Lo tèmps que cor, 1996 : "Se sèm còp a còp hrejolits, / Mes pertant gaire afreidolits, / 'Quò's la fauta a la camisa / La vestissadura minça..." (Si l'on est parfois refroidis, / Mais pourtant guère frileux, / C'est la faute à la chemise / le vêtement léger...).

hringant, a. [rrin'ɣãn]

Co. : "ringan nèu : bien habillé").

S'emploie dans la l.n. hringant nèu : flambant neuf, tout neuf.

- M. Lies, Fau pas renviar a deman, 1991 : "[...] a partir d'aqueth jorn dromiré sus una cochinèira de costiu hringant nèu" ([...] à partir de ce jour il dormirait sur une taie au coutil flambant neuf).

hurestejar, v. i. [hyresteja]

Co. : "fureter".

Fouiller.

- G. Mongay, Lo haure, 1995 : quand lo credièm partit, anàviem hurestejar dens sa hotica" ([...], quand on croyait qu'il était parti, on allait fureter dans sa boutique).

— J —

jota, s.f. [Imageutu]

bette ou poirée (Beta vulgaris cv. Cicla).

- B. Saintout, Quau hilh ?, 1986 : "[...] gaitava, gloriós, sas fragas e sos pesèus... apuèi las jotas e los chicons que n'avèn jamès estat tan galhèirs" ([...] il regardait, fier, ses fraises et ses petits pois... et puis les bettes et les chicons qui n'avaient jamais été aussi beaux).

juncasa, prép. [Imageỹnkuz a]

jusqu'à.

Syn. : trunc a, trunhas a, dine a, trecί.

- Fr. Barré, Mos amics, 1991 : "...aquò’ra la hèsta juncas a la nueit" ([...] c'était la fête jusqu'à la nuit).

— L —

luvar estolh, l.v. [ly'a es'tuʎ]

enlever les chaumes à l’automne à l'aide d'une herse, déchaumer.

- D. Baron, De las lunetas pre legir, 1981 : "'Titonet', que se'n anava luvar estolhs, arrestèt sa rossèga a l'ostau dau Chéri..." ("Titounet", qui s'en allait déchaumer, arrêta sa carriole devant la maison de Chéri).

— M —

maderèir, s.m. [maðe'rεImage]

madrier.

- M. Lies, Viçat come un ase, 1992 : "Au jasti lo pus estreit de la crosta i avè un gros maderèir pre traversar" (À l'endroit le plus étroit du ruisseau il y avait un madrier pour traverser).

marganh, s.m. [mar'ɣaɲ]

1) point de tricot ou de couture mal exécuté,

2) Erreur, bévue, bêtise.

Var. pour 1) et 2) dans le canton de Lesparre et en Haut-Médoc : marganha.

- A. Bret, Carta postala Cauteret, 1991 : "Pre bauchar, fadré puslèu quitar de har marganhs... " (Pour commencer, il faudrait plutôt arrêter de faire des bêtises...).

3) Pie-grièche mâle selon Co. (Lanius collurio mâle ?), dans le canton de Lesparre.

maridat, -da, a. s. [mari'ðat]

1) marié, -e

2) Se dit des escargots lorsque le rebord de leur coquille est dur et les rend ainsi propres à la consommation.

Syn. : bornat, -da.

- D. Baron, La saussa de cagolhas, 1992 : "Préner un cent de cagolhas qu’au junat uèit o dètz jorns dens la harina ; las causir maridadas..." (Prendre un cent d'escargots qui ont jeuné pendant huit ou dix jours dans la farine ; les choisir avec la coquille dure).

mesura, s.f. [me'zyru]

mesure de capacité employée pour les grains autrefois d'une valeur de 25 litres ; récipient d'une capacité de 25 1 pour mesurer les grains.

- M. Lies, Geròmi e la mesura, 1988 : "Tròbes pas loche, tut, que Gemmi aja vingut maluvar la mesura ? Après lo sequèir de l'estiu, diu pas aier pro de mongetas e vòu n'achetar" (Tu ne trouves pas louche, toi, que Géromi soit venu emprunter la mesure ? Après la sécheresse de l'été, il ne doit pas avoir assez de haricots et il veut en acheter).

michut, uda, a. [miImageyt]

bossu, -e.

dér. de micha : bosse

Syn. : boçut, -da.

- J. Allard, Lo peisan, l'ase e lo matelot, 1986 : "Lo paisan ridut come un michut..." (Le paysan rit comme un bossu...).

milhòca, s.f. [mi'ʎɔku]

1) sorgho à balai.

2) Petite lentille d'eau (lemna minor L.). Se donnait à manger aux canards de basse-cour.

Var. : milhòrga (Haut-Médoc).

- D. Baron, Mon chai, 1992 : "Quand 'ribava l'estiu, que los hossats èren quasimens secs, dens los cròs ant i avè encara de la milhòca, anàviem puscar los grasacs" (Quand l'été arrivait, que les fossés étaient presque secs, dans les trous où il y avait encore des lentilles d'eau, on allait pêcher les grenouilles).

mirautejar, v.i. [miraŭte ja]

miroiter, scintiller.

- D. Baron, Lac soven-te, 1990 : "[...] lo cèu es blu come l'aiga que mirauteja e que bèi mau as uelhs" ([...] le ciel est bleu comme l'eau qui scintille et fait mal aux yeux).

mosca vermenèira, s.f. ['musku berme'neImagerul

mouche bleue de la viande ou carnaire (calliphora).

- H. Laporte, Lo lebraud a la brocha, 1992 : "[...] lo quitar degotar (lo lebraud) un moment en hadens bien atencion que las moscas vermenèiras n'anguen pas lo caperar de saleirons" ([...] le laisser dégoutter (le lièvre) un moment en faisant bien attention que les mouches bleues n'aillent pas le couvrir de vers).

— N —

necèira, s.f. [ne seImageru]

nécessité, besoin. Dans l'expr. (ne) passar pas necèira de : n'avoir de cesse de, ne pas arrêter de, passer son temps à.

- A. Bret, Carta de Cauterets, 1991 : "Prau moment, passi pas necèira de me champolhar e de me renciar tant que pòi" (Pour le moment, je n'ai de cesse de me tremper et de me rincer tant que je peux).

nueitèir, -A, a. [neImage'tεImage]

Co. : "en retard, qui rentre tard le soir".

- M. Lies, La mair dau vent, 1994 : "Sès nueitèir, praube orne, dishut Melici. Te l'avί dit que damorava lonh la Mair dau vènt" (Tu es en retard, malheureux, dit Mélie. Je t'avais dit qu’elle habitait loin la mère du vent).

— O —

òtre, adv. ['ɔtre]

sauf, excepté, outre

Òtre que : à moins que.

- S. Allard, Nòste bòn pan, 1994 : "En taula mon pair copriva lo pan, podièm ne'n minjar tant que volièm mès falè pas har das crostets, òtre pre trempar la sopa lo desseir" (À table mon père coupait le pain, nous pouvions en manger autant que nous voulions mais il ne fallait pas laisser des croûtons, excepté pour tremper dans la soupe le soir).

— P —

paleté, s.m. [pale'te]

ancienne danse attestée en Nord-Médoc (Vendays-Montalivet, Grayanet-L'Hôpital) que l'on pratiquait face à face avec des mouvements de pointe-talon alternativement d'un pied à l'autre, volte-face et frappement du sol (enquête auprès d'A. Bret, Grayan, 18 / 05 / 1995). Elle y aurait été pratiquée jusqu'aux années trente. Partant de renseignements fournis par M. J. Fr. Miniot pour le Poitou et par le Conservatoire occitan de Toulouse, nous sommes tenté par une hypothèse selon laquelle ce mot pourrait être une déformation de "pas d'été" qui a désigné en français un pas entrant dans la composition d'une des figures du quadrille. Cette désignation, connue jusqu'à la frontière sud de l'Hexagone, recouvre en fait des modalités différentes selon les lieux (cf. enquêtes J. Fr. Miniot en Poitou et Conservatoire occitan de Toulouse). L’apparition du mot "palété" et du ou des pas qui lui correspondaient pourrait peut-être résulter, dans cette partie du Médoc, de contacts avec l’ensemble culturel poitevin-saintongeais où il s’était particulièrement popularisé au cours des xixe et xxe siècles, comme de l'influence des maîtres de danse de l'armée qui, de retour dans leur région d'origine, purent également diffuser ce type de pas ainsi qu'ils le firent dans d'autres contrées telle que le Pays Basque ou le Languedoc, par exemple.

- S. Allard, Una fin d'annada, 1993 : "L'òm dança pas mèi lo quadrilh ni lo paleté" (On ne danse plus le quadrille ni le "palété").

pecic, s.m. [pe'sik]

1) ensemble des découpes, surtout secondaires, dans la préparation d'une carcasse (cochon, volaille...), pour préparer la charcuterie, par exemple. Surtout employé dans la l.v. har lo pecic : faire les découpes "charcutières" du cochon.

2) Ensemble des morceaux ainsi découpés.

3) Fig. :

a) Activité fébrile, chantier, ouvrage.

b) Par dérision, travail de faible importance.

Dér. : pecicar, v.t. 1) Mettre en pièces, déchiqueter. 2) détériorer par piétinement. 3) s'activer sans relache à de petits travaux.

- G. Capdupuy, La revista das Tradinaires, 1994 : "E sei escriut aqueths quauques mots se vos èi aidat a rίder un chic, sèi larjamens pagada d'aqueth petit pecic" (Et si j'ai écrit ces quelques mots [...], si je vous ai aidé à rire un peu, je suis largement payée de ce petit travail).

percinta, s.f. [per'sintu]

Co. : "fossé profond".

Fossé d'importance moyenne qui draine généralement les terres de palud et se déverse dans un chenal collecteur.

- D. Baron, En ravassejans, 1996 : "[...] quand l'òm tornava a l'ostau cricats sus la lorda carreta cargada de hen que calandrava dens los cròs de la diga, avièm totjorn pour que revirèsse dans la percinta" ([...] quand on revenait chez nous juchés sur la lourde charrette chargée de foin qui tanguait dans les trous de la digue, on avait toujours peur qu'elle chavire dans le fossé).

precassar (se), v. pron. [preka'sa]

Co. : "s'inquiéter, prévoir, se pourvoir, prendre ses précautions"

se préoccuper.

- M. Lies, La mair dau vent, 1994 : "N'aurem pas mèi besonh de nos precassar, dishut Cadet, minjarem a nòsta lumie, vas veire" (Nous n'aurons plus besoin de nous inquiéter, dit Cadet, nous mangerons à notre faim).

prèssa, s.f. ['prεsu]

1) roseau canne de provence (arando donax).

Syn. :canavèra.

2) Lamelles provenant des tiges de ce roseau. Fendues et séchées, elles servaient d'armature à la partie avant de la coiffe médoquine du type quichenotte.

- D. Baron, Mon chai, 1992 : "Dos uns còps, hadièm volar un cerf-volant hèit emb de las pressas hendudas e dau jornal" (Quelques fois, on faisait voler un cerf-volant fait avec du roseau fendu et du journal.

— R —

raspar, v.t. [rras'pa]

Co. : "saisir brusquement".

- Fr. Barré, Mos amics, 1991 : "Lo tipe me raspèt ma huèlha, la gaitèt un moment, me gitèt ma moneda..." (Le type saisit saisit brusquement ma feuille, la regarda un moment, me jeta la monnaie...).

recamar, v.t. [rreka'ma]

enjamber.

Dér. : recamada : parcours.

Syn. : entrecamar.

- M. Lies, Fau pas secudir la velha, 1984 : "[...] pr'anar pus viste, ... recamavan las regas de vinha, sautavan los hossats" ([...] pour aller plus vite, ... ils enjambaient les rangs de vigne, sautaient les fossés).

regon, s.m. [rre'ɣŭn]

1) ados, versant de billon.

Cf. rega : rang de culture.

2) Dune de faible hauteur et de forme allongée.

- S. Allard, Dens un rai de sa, 1984 : "En talinejans, travessi lo regon pre trapar lo garda-huc" (En prenant mon temps, je traverse la dune pour rejoindre le garde-feu).

repiar (se), v.pron. [rre'pja)

Co. : "faire effort pour sortir d'un mauvais pas".

Se démener, s'arcbouter pour se dégager d'une position inconfortable.

Dér. : repiada (repichada, dans le canton de St-Vivien) : trace, traînée sur le sol due aux efforts faits pour se dégager ou haler un objet.

Syn : repichar* (se), dans le canton de St-Vivien.

Employé avec le même sens à la forme simple en Haut-Médoc.

- D. Ardilley, Las higas de mon nebot, 1991 : "[...] podί pas aier la len, ne'n roiflavi a força de me repiar" ([...] je ne trouvais pas mon souffle, j'en écumais à force de me démener).

rutea, s.f. [rryllu]

rouleau de foin après la fauchaison ; andain de végétaux coupés ou arrachés, intentionnellement ou non. Ainsi peut-il en aller de mauvaises herbes arrachées dans un champ, de végétaux (bruyère, ...) coupés pour servir par exemple ensuite de litière, de goémon échoué sur la plage océane.

Syn. : randa.

- S. Allard, La mar, 1990 : "Se has roflar tas èrbas [mar] / [...] / Se las mètes en rutlas, / Viste, entre duas marèias / Nos fan las carrejar" (Si tu jettes tes algues [mer], / [...] / Si tu les mets en rouleau, / Vite entre deux marées / Il nous faut les charroyer).

— S —

sacar, v.t [sa'ka]

Co. : "jeter, flanquer".

- S. Allard, La cossa d'un homard, 1984 : "En virons de bòrn, los ornes avèn emb lurs avirons sacat lo grand "X" a l'aiga" (En virant de bord, les hommes avaient avec leurs avirons jeté le grand "X" à l'eau).

saleiron, s.m.[saleImage'rŭn]

asticot, larve de la mouche à viande (calliphora).

- H. Laporte, Lo lebraud a la brocha, 1992 : "[...] lo quitar degotar (lo lebraud) un moment en hadens bien atencion que las moscas vermenèiras n'anguen pas lo caperar de saleirons" ([...] le laisser dégoutter (le lièvre) un moment en faisant bien attention que les mouches bleues n'aillent pas le couvrir de vers).

serviçau, a. [serbi'saŭ]

serviable, prévenant, -te.

- M. Lies, Lo fifraire, 1993 : "Èra fort serviçau. Totjorn content, tot lo monde l'aimava" (Il était très serviable, Toujours content, tout le monde l'aimait).

sissar, v.t. [si'sa]

panser, faire un pansement.

Dér. de sissa : pansement.

- D. Baron, Velhas medecinas, 1990 : "Las crebassas as dits : mèter dau grèis e bien sissar los dits" (Les gerçures aux doigts : mettre de la graisse et faire un bon pansement aux doigts).

— T —

tamperar, v. i. [tãmpe'ra]

Co. : "supporter, patienter".

Temporiser, attendre.

- M. Lies, I a còp d'uelh e còp d'uèlh, 1994 : "Au bot d’una dotzena de jorns, s'entornèt a son ostau. Podè pas mèi tamperar" (Au bout d'une douzaine de jours, il revint chez lui. Il ne pouvait plus attendre).

tedir, v.i. [te'ði]

tiédir.

- H. Laporte, Lo lebraud a la brocha, 1992 : "Hapchar lo tot sau trinchon, après aier pres sonh de har fedir la picassa, ..." (Hacher le tout sur la planche à hacher, après avoir eu soin de faire tiédir le hachoir).

tradolhar, v. i. [traðu'ʎa]

parler vite et mal ou de façon incohérente, bafouiller, bredouiller.

- B. Saintout, Quau hilh ?, 1986 : "Papà, sèi pas recebut, ci-'shut-eth en tradolhans" (Papa, je ne suis pas reçu, dit-il en bredouillant).

trasir, v.t. [tra'zi]

avaler.

- M. Lies, Lo pus bòn repàs dau petit Françòs, 1983 : "[...] s'entornava a son ostau sens trasir la mendra bocada" ([...] il revenait chez lui sans avaler la moindre bouchée).

très-quarts, s.m. [très karts]

"trois-quarts", nom donné à un lièvre d'environ deux kilogrammes.

- H. Laporte, Lo lebraud a la brocha, 1992 : "[...] un lebraud de quote o cinc liuras que l'òm apèra un très-quarts" ([...] un levraut de quatre ou cinq livres que l'on appelle un "trois-quarts").

tropèis, s.m. [tru'peImages]

billot de maréchal-ferrand, éventuellement sur trois pieds ; grand billot de forme rectangulaire pour découper le cochon, les oies.

- M. Lies, Sovenirs d'escolèirs, 1988 : "[...] i avè l'atelièr dau maréchal. [...], un tropèis rond en bois que servè a pausar lo pè dau chivau ([...] il y avait l'atelier du maréchal ferrand. [...], un billot rond en bois qui servait à poser le pied du cheval).

— V —

viçat, -da, a. [bi'sat]

vicieux, -se, malfaisant, -te

- M. Lies. Viçat come un use, 1992 : "Mès valà, èra viçat come un ase" (Mais voilà, il était vicieux comme un âne).

vassaud, s.m. [ba'saŭt]

anémone de mer (tealia felina) dont on est friand en Médoc. (celles de l'embouchure).

- Fr. Barré, Mos amies, 1991 : "[...] l'aiga descende pro bas pre descaperar los crassars d'ustras apuèi tanben los jastis das vassauts" ([..] l'eau descendait assez bas pour découvrir les gisements naturels d'huîtres et aussi les endroits où il y avait les anémones de mer).

Notes

1 PALAY S., Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes. Paris : CNRS, 1991, 1053 p.

2 VIAUT A., Flor de vinha : en Médoc paroles d'oc du vignoble à Saint-Estèphe. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1992, 266 p.

3 Cf. sur cette question, les enquêtes que nous avons nous-mêmes réalisées et qui ont été évoquées plus haut (voir p. 67), ainsi que les recherches de Michel Belly sur la genèse du "Palay" (cf. BELLY M. "Les mots girondins dans le Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes de Simin Palay". Garona Cahiers du CECAES (Université de Bordeaux III), no 9, 1992, p. 43-69).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search