Version classiqueVersion mobile

Écrire pour parler : Los Tradinaires

 | 
Alain Viaut

Choix de textes des tradinaires

Traduction (français / occitan) et texte réalisés en groupe

Texte intégral

récit à contenu ethnographique

Lo pair turbot1

  • 1 Texte d’origine, en français régional (cf. Annexes, p. 312-313), gravé sur disque 78 tours en 1956 (...)

1Un ante còp puscàviem a la trèina* e rencontrèrent aqueth turbot. Lo patron puscaire butèt sus quauquarren de mofle come un marmoc*. Crochet un camarada come aquò: -Tenetz-me, tenetz-me!

2Pensàviem qu'avè mau d'estomac. Me baishèri pre me rénder compte sus que èra montat. Tastavi emb los dits pr'assajar de lo préner a braçat sens poder trobar los costats. Après aier trobat los cròs de las aurelhas, lo rosseguèrem pre lo remontar sau terròu*. Los camaradas me siguèn. Lo pausèri, "plof", sau sable. Aquò èra un gros turbot que hadè sheissanta quinze centimètres, vòi pas mentir, metem quate vint centimètres. Emb la coa, hadè bien un mètre : gros come un cuu de barrica. Era lo pair turbòt. Mès pre lo har cuèire ! Era un bèth afar. A l'otèl Baudouin, "Maria la Caria"forbit una grand caudèira en coire, dens la quau l'òm hadè bugada e cuèire las confituras, ant tingut tot entègre.

3Un còp cuèit tota l'equipa mingèt tot son hart*, e ne'n restèt encara mèi de la meitat.

4Cadun l'avè pertant bien arrosat, èren tots ronds; cadun sap que lo peis a set. Avèn bien pimat.

  • 2 Voir texte concernant cette personne in Association des Amis de René Banneau, 30 ans d'histoire ve (...)

5D'après P. Augeau2 dit "le marin", fin 1979.

chanson

Imne das Tradinaires3 (voir transcription musicale en Annexes p. 316)

  • 3 Texte composé à partir d'une chanson traditionnelle de bal rapportée par M. Lies à laquelle nous r (...)

Refrin Hadetz portar de que har la ripalha, / bis
I a ren de tel pre parlar lo patoàs. / bis
N'em pas totjorn las mans a las pòchas.
Sèm pas fenhants quand nos fau bambochar.

1) Aquò's nosauts que sèm los Tradinaires
E sèm totjorn prèstes a nos esgaiar
Mès fadrà bien, cara sabem pas gaire,
Que nos botièm tots a parlar patoàs.

2) Luvar lo veire es nòsta desencusa,
La causa, au sòu, es de parlar patoàs.
le arribarem ben tan chic que l'om s'amurgue ;
Sèm pas aquí que pre nos arralhar.

3) Em fòrt cercat pre trobar nòsta ensenha,
Los uns volèn Taperar "L'Esquiròu",
Mès n'i avè bien una demi-dotzena
Qu’aurén aimat puslèu "Lo Rossinhòu".
23/12/1986

récit à contenu ethnographique

Le père turbot

6Une autre fois nous pêchions à la scène et nous rencontrâmes ce turbot. Le patron pêcheur buta sur quelque chose de mou comme une méduse. Il accrocha un camarade comme ça :

7- Tenez-moi, tenez-moi !

8On pensait qu'il avait la nausée. Je me baissai afin de me rendre compte sur quoi il était monté. Je tâtais avec les doigts pour essayer de le prendre avec les bras sans pouvoir trouver les côtés. Après avoir trouvé les trous des ouïes, on le traîna pour le remonter sur la dune. Les camarades me suivaient. Je le posai, "plouf", sur le sable. C'était un gros turbot qui faisait soixante quinze centimètres, je ne mens pas, mettons quatre-vingts centimètres. Avec la queue, il faisait bien un mètre : gros comme un fond de barrique. C’était le père turbot. Mais pour le faire cuire ! c'était une sacrée affaire. À l'hotel Baudouin, "Maria la Cane" fourbit une grande chaudière en cuivre, dans laquelle on faisait la lessive et cuire la confiture, où il tint tout entier.

9Une fois cuit toute l'équipe se rassasia, et il en resta encore plus de la moitié. Chacun l'avait pourtant bien arrosé, ils étaient tous ivres ; tout le monde sait que le poisson a soif. Ils avaient bien bu.

chanson

Hymne des "Tradinaires"

Refrain Faites porter de quoi faire ripaille / bis
Il n'y a rien de tel pour parler patois. / bis
On n'a pas toujours les mains dans les poches,
On n'est pas feignants quand il nous faut bambocher.

1) C'est nous qui sommes les "Tradinaires"
Et toujours prêts à nous divertir
Mais il faudra bien, car on ne sait guère,
Que nous nous mettions tous à parler patois.

2) Lever le verre est notre excuse,
L'important, au fond, c’est de parler patois.
Nous y arriverons bien si peu que l'on se réunisse ;
On n'est pas ici que pour s'amuser.

3) On a beaucoup cherché pour trouver une enseigne,
Les uns voulaient l'appeler "L'Écureuil",
Mais il y en avait bien une demi-douzaine
Qui auraient préféré "Le Rossignol".

Notes

1 Texte d’origine, en français régional (cf. Annexes, p. 312-313), gravé sur disque 78 tours en 1956 par G. Fumé. Transcription A. Viaut.

2 Voir texte concernant cette personne in Association des Amis de René Banneau, 30 ans d'histoire vendaysine d'après Les cloches de Vendays bulletin édité par R. Banneau "curé de Vendays" Août 1936-septembre 1964. Ouvrage composé de textes recueillis en hommage au pasteur et au citoyen par l'association des Amis de René Banneau 1888-1978. Vendays : Association des Amis de R. Banneau, 1988, p. 174-178.

3 Texte composé à partir d'une chanson traditionnelle de bal rapportée par M. Lies à laquelle nous renvoyons en annexe p. 314.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search