Version classiqueVersion mobile

Écrire pour parler : Los Tradinaires

 | 
Alain Viaut

Choix de textes des tradinaires

Textes de création

Texte intégral

portraits

"Bolon"

1Petits, quand quitàviem l'escòla pac a cinc òras, nos arribava d'anar trunc a la plaça de la glèisa. Quauques borganèirs amurgats nos demandaven ce que vinièm har: hadìèm come las sansòtas: nos rendièm au bruèit. sovent, aquò èra "Bolon" que nos esgaiava.

2"Bolon", petit òme traput a la granda barba blanca, braconèir, vivè de caça, de pusca... e de vin! Emb d'un aute acolite, Lucàs, s'arralhaven a se har das escarnis que viraven mau quand avèn trop cargat...

3Donc, aqueth desseir, avièm trobat "Bolon" tombat a tèrra que s'esgarrichava* entre la pompa e la banca de pèira sus la quau "Copichet", lo dimeishe, se cricava pre bàter lo tamborn. Podè pas se reluvar, avè lo cap que tirava huc. Coneishè mon frair e ie dishut:

4- Bebèrt, aida-me a me reluvar! Ei de qué te pagar. Cade còp que me metràs debot, te balharèi cinc sòs!

5Tanlèu nòste òme mastat, metut la man a la pòcha e balhèt los sòs. Hit quauques pas e retombèt. Encara reluvat e totjorn bòn paganèir. Aqueth jòc se prosigut encara dus o tres còps e vingut un moment que dishut a mon frair:

6-"Bebèrt", quita-me ant sèi, n'èi pas mèi de qué te pagar!

7Lenga trabada, podè pas mèi desténder. Sens mèi har nat compte de nosautes, s'endromit sus plaça...

8Dens la desseirada, un chic realichat*, sau camin, en se rendens a son ostau, hit la còrna de bruma: "Oh! oh! oh!". Las gents que l'entendèn se didèn:

9- "Bolon" a encara pintat!

  • 1 Dans la commune de Vendays-Montalivet.

10As Palhòts1, manacèt de venir a Postali mès, totun las, virèt de bòrn e se'n angut dens la bòna direction.

11N'èra pas malerús, trapava de que minjar e ne'n hadè tanben profilar las gents qu'estimava. Tots los tres mes, a la Pòsta, anava tocar sos sòs. Se avè bòna idèia, ne'n portava una partida a l'apoticaire, aqueth èren recaptats. Didè qu'aquò èra sa cacha. Lo rèste, l'en.hondava dens sa pòcha pre buure. Sabi qu'a l'ostau, un jorn que n'èra pas a jun, volè pagar quauquarren que pensava diure, mès mas gents ne'n volèn pas.

12- Se los voletz pas, dishut "Bolon", los fati au huc!

13Tanlèu dit, tanlèu hèit. Meitat raumits, los quauques sòs que mon pair sauvèt, los remetut a "Bolon". Qué credetz que hit? Emb d’un bilhet rotlat corne una alumeta, alumèt tranquillamens sa cigareta... Aquò èra una figura, "Bolon"!

14S. Allard, 24/02/1987

De las gents d'autes còps

  • 2 Le terme classique segaria est également employé en Médoc.
  • 3 Petite scierie mobile à vapeur.

15Alidà e Berri, mandats dempuèi pausa, damoraven au Sòc, sau camin de Hortin, a tocar Jagòrd, pas lonh dau borg. Berri ave una petita siria2 que hadè marchar una locomobila a vapurt3. Cade matin, falè alucar lo huc e comptar una òra pre que la pression montèsse. Berri didè a sa hema:

16- Mèt bòis, hèi montar la pression, vauc au borg buure un veire de vin blanc e me'n torni segar.

17Quand'ribava, la pression avè baishat.

18- Remet bòis, Alida, cargo, cargo, aquò me balha lo lesir d'anar buure un aute còp! Mès ne hauc qu'anar e venir!

19Sa jornada de segaire bauchava d'aquera façon. Fau tanben que vos didi que fumava la pipa, mès una pipa tan gròssa que, dens lo hornèu, emb tres borradas, lo paquet de tabat èra acabat.

20Las mishantas lengas contaven que ne segava pas mèi d'una sheissantena de planchas pre jorn. Après las venduunhas hadè tanben lo pressaire. Tanlèu escolat, las gents lo demandaven. Berri'ribava emb sa pressa tirada pr'un chivau restiu. Pre l'aidar a desmarrar, ie caquetava* come a una persona:

21- Fau pas que restes pausa sus plaça, senon vauc mancar de tabat!

22Lo chivau ne'n hadè nat compte.

23- Vas hurejar* encara pausa? La nuèit va nos gahar!

24Lo chivau restava claverat. Sivant ant èra quand Berri podè raspalhar un coble de panolhas e las har guilhar au chivau, alavetz desmarrava. Berri èra coneishut de lonh. Un jorn dens una petita selha, ie portèren quauquas pibalas. Las aiutava! Dishut a sa hema:

  • Vauc de rang las netejar e vas me las har cuèire mas pibalas!
  • N'èi pas de padèra, respondut, era.
  • Prau segond còp, Alidà, te lo demandi, vas me las har cuèire mas pibalas?
  • Te didi que non! N'èi pas de padèra!

25Esmalit, mon Berri gahèt selha e tot e las roflèt* a travès la pòrta.

  • Sès content? dishut Alidà, as cassai lo darnèir carrèu de vitra! E adara que vas har?
  • Nom de Dié! respondut Berri, vauc descaperar Tostali!

26S. Allard, 23/02/1988

La velila Clemença

27La velha Clemença èra nòsta vesina; son ostau e lo nòste èren mitoièns. Lo son totjorn, mès dempuèi que Clemença ie es pas mèi, son ostati a sanjat de pareissença*.

  • 4 Dans la commune de Vendays-Montalivet.

28De tan lonh que me soveni, la vedi sheitada de cuu plat sus son selhau. Era totjorn vestida de negre, coifada d'un calhon, negre tanben, se lo nodava sau temp e ie descendè truncas a las ussas. Damorava sola mès avè tres mainatges. Avèn tots das jqfres. Lo pus velh, Jantí, l'aperaven "Lo Marron", restava a la Paludeta, èra mandat. Aqueth trabalhava sovent sas camins a la jornada emb la cantonèir Laurent. Era tanben vialonaire. Quand i avè de las batisalhas o de las hèstas anava tocar dau vialon pre har dançar la joenessa. Lo segond, Loís, son jafre èra "Lo Negre". Aqueth èra sansotaire. Lo vedí passar emb son sacòt e son pau que ie servè a clapar l'aiga pre har venir las sansòtas. Damorava un chic pus lonh a Chaviron4. Quand estui mòrt, aquò’s "Lo Canaulet" qu'achetèt son ostau. Lo darnèir, Cherí, aqueth èra quasi mossur a l'egard das auts. Restava au borg ant quin es adara lo bochèir Ephrem. L'aperaven "Chandelle", copava lo peu, de tèmps en tèmps vinè passar uèit jorns emb sa mair. Las gents didèn que vinè quand n'avè pas de sòs pre pagar sas tretas. A cade còp, Clemença me demandava d'anar ie cercar de la sangnòda pre har la tisana a son Cherì qu'èra malaut. Anava ie'n massar. Anatz me demandar:

  • E la Clemença, qué deven dens tot aquò?
  • Vauc vos lo dire!

29Pre se desplaçar, la Clemença se rosse gava sas janolhs, s'avè hèit de las janolhèiras espessas e lòngas, las estacava emb de las ligas, un bot au-dessus dau janolh, Vaut bot a mitan cama e se rossegava atau a l'entorn de son ostau en s'aidans d'un pau come d'una cana.

30Las gents n'avèn pas de voaturas ni de bicicletas end aqueth tèmps. Las hemas qu'anaven au borg passaven a pè. La Clemença ne'n uchava totjorn quauque d'una:

31- Venetz me pudar una selha d'aiga pre l'amor dau Bon Dius!

32Las hemas s'apitoaiaven e vinèn ie pudar de l'aiga.

33Matin e desseir, totjorn sheitada sau selhau, minjava de la sopa a la lèit dens un paderon qu'avè lo dedens autan negre que lo cuu. Darrèir son ostau, i avè un chai, se l'òm podè aperar aquò un chai. I avè pas de carpento, i avè que de las murralhas. Mos chais apuèi jo, nos cricàviem das còps sus de las pèiras pre gaitar dens lo chai de Clemença. Un jorn, la vistúrem que marchava tota dreita come tot lo monde, s'aviètz vist aqueth tablèu! Son cotilhon ie vinè as janolhs e, das janolhs a sas caucetas, èra garras nudas. Nosauts devarèrem de nòstas pèiras sens har de bruèit e, un moment après, quand aiut représ sa plaça sau selhau, nos despechèrem de ie dire que l'avièm visa marchar. Me soven pas ce que nos dishut mès se fachèt, nos engulèt bien en nos manaçans emb son pau.

34E la via continuèt parelh pre la velha Clemença. Dempuèi tan pausa que las gents la vedèn, parlaven pas d'era. N'èi jamès sabut pre de qué avè passat sa via a se rossegar de la sòrta.

35M. Lies, 10/02/1982

Adelina

36- L'etz pas coneishut Adelina?

37- Ah plan! Aquò's la que se tinè emh " Cagolhèir" a la cubana dau Barralh. Vendè de las porraganas. L'òm l'aperava "La Negressa" pre coment ne se desbarbolhava jamès. I ave que devath la canau de sas ploras qu'aquò èra net. Prauba Adelina!

38Son òme la batè come piastre en gulans: "crida, crida, pisharàs pas tant!" N'èra pas tendre "Cagolhèir". Surtot los jorns de piena luna quand tombava dau mau.

39Un jorn que que n'avè pro d'enténder braulhar Adelina, que ne ie bèi pas? Comença pre la har hartar a blòc, apuèi va quèrre una capelèira* que barra en clau, mèt Adelaina dedens, una bòna còrda au torn dau colís, apuèi una etiqueta prau depòst de Bordèu. Atela son use, carga lo paquet e lo carreja au comissionèra:

40- Port payé, ce ditz, c'est pressé!

41Mès vaquí pas qu'a meitat cumin, lo Juntó, que menava lo camion, entend braulhar:

42- Qu'es aquò, un can? Un gat?

43Pòs creire, èra Adelina que s'avè des.hartat. E aquò's que començava ad estofar, la praubassa. Alavetz, lo Jantó vira cap sus coa. Van quèrre los gendarmas. E los gendarmas, pardi,... ne sabèn pas trop come har. Mès, emb d'eths i avè de las gents que coneishèn Adelina e que coneishèn tanben Sèt-Sòs: aquò èra un brave òme que hadè dau bòis a ligòt e qu'aperaven Sèt-Sòs pre coment avè quauquas esconomias...

44Aqueras gents se meturen tots amassa pre ie dire:

45- Adelina, escota Adelina! Fau pas mèi que tomes emb "Cagolhèir", que sès oblijada de cercar porraganas se ne vòs pas minjar que de las cagolhas e que te fot tant de branladas a cada luna que te marà un jorn! Venes pas te plànher, l'auràs volut. N'as qu'a te tenir emb "Sèt-Sòs". Te rendrà pas malerusa. le es pas de la jornada. N'auràs pas mèi besonh d'anar te gelar a las porraganas. Poiràs te descaperar, lo putz es contra. Aquò's pas come l'aute qu'es a dus cents pas!

46Atau dit, atau hèit. L''Adelina lavada, sanjada, se carrava adara sus son selhau. N'avè pas mèi besonh de trabalhar. N'avè mèi qu'ad escotar son pòt de sopas rondar sus las buscas de "Sèt-Sòs". Pertant, quand las gents passaven en ie didens:

47- Eh ben, Adelina, sès erusa adara, te pausas, minjas ton pan tranquilla e ne sès pas mèi tanada.

48Ne respondè pas.

49- Come? Ne sès pas erusa emb Sèt-Sòs que ne sap pas que har pre te har plesir; que ie harés coar un tilde!

50- Eh ben òc, sopirava Adelina, mès... se sabiètz come avè das bons retorns...

51Come que, l'òm ne pòt jamès har lo bonurt das auts a lur plaça!

52B. Saintout, 26/06/1985 (traduction A. Bret)

poésies en vers

Un chicòt de paria*

Sheitats sus una banca, "Justinòt" e "Portilha"
Hadèn l'après-meijorn un chicòt de paria*.
Parlaven dau velh temps, de lurs joenas annadas,
Que s'arralhaven bien: " Aquò’s pas come adara,
Didè lo "Justinòt", saben pas mèi qué har."
Ah! Se n'avièm aiut selament la meitat!...

"Èren devath un cassi que tocava a l'ostau,
Quand lo sorelh rajava, vinèn cercar frescura.
Avèn estat vesins, puèi s'avèn amainat,
Lo caduti aient patir de la solituda.
"Portilha " ie hadè pas trop mau la codina,
Coma èra fort gromand se'n lecava las bobinas.

La botelha a la man e de l'auta lo veire,
Uchava a cade còp que ie passava quauqu'un
Una bòna paratila, un còp d'uèlh a cadun.
"Justinòt" revivè se la hema èra bèra,
Sas mostachas de vin montaven trunc au nas.
Se tirans de l'empach, "Portilha" boishava los veires.
S. Allard, 12/12/1984

La nuèit

Ei escotat la nuèit.
La luna afreidolida
S'estorlinga de bruma.
Lo grand vènt que se lèva
Hèi s'estrementir los horrats
Secudís los pins balancuts.

Los uèlhs das gats caçaires
Hlasinen * dens las rundras.
La nuèit acossa l'auba,
La romiga as tremècs.
Lo jon ven a grands harbles,
Descapèra los bòscs.

Lo só que se lèva roge
Va balhar sa color
A tota la natura.
Sus las flors e las huèlhas,
Lo seren de la nuèit
A voitat sa rosada.
S. Allard, 1985

Nòsta tòrta nhanqueta5

  • 5 Transcription musicale A. Bret in : Jeux floraux en Médoc 1989-1990. s.l. : Association Abbé Baure (...)

Refrin Era bien acotrada
Nòsta tòrta nhanqueta,
Mèi heissuda que gincha.
Au braç de son galant
Restava dens sa ledor,
De fort lonh la pus bèra,
Tant la jòia la rendè
liugèira en dançans.

1) Arribava en cantons,
Un chic eslauriscada*,
N'èra briga pauruga
E se hadè guilhar.
L'emperurt dau Crohòt,
En ie contans la causa,
La hadè cascalhar.

  • 6 Cf. note 2 in Los renjaires de Graian, p. 154.

2) Dens la leda6 sivant
A ont sos pas la menaven,
L'òm siguè tots sos tralhs
A l'olenta sentor.
Los cornons florissents
Verdejaven gelós
Se los vedèn amassa.

3) Lurs jastis de repaus
Se podèn reconéisher:
Èren terretejats*
Sus una grand longor.
Esparats au sorelh,
En se rajans las garnis,
Cantaven lurs amors.
S. Allard, mars 1989

Sauvar los mòts7

  • 7 Adaptation à partir d'un texte conçu au départ en français auquel nous renvoyons en annexe (voir p (...)

As quitat escapar los mòts que coneishièm!
S'a balhat a la driva dempuèi pas mau de temps
Lo parlar das pus velhs dont se carraventant...
Mès bòn, qu'atendes donc pre los tirar de rang?

Tots los mòts narriós qu'acheten las amors
Das mossurs que se'n vanten en se reaprestans,
Lèu atinats en taula: fan ben tenir son rang
Dens la nuèit de bambòcha que muèr au punt dau jorn.

Quiòc, que se'n tornaràn encara escliquerats
Los mòts que l'òm parona que caqueten d'a'stat,
S'amainaràn* au " francés"pre nos rénder urús
Devindràn cantanèirs, mès que l'òm seie dus.

Aqueths mòts ribetats que nos han tant de ben
Ne’n parlari nuèit e jorn sens préner nat repaus,
Aimarì los recaptar au sec dedens l'ostau
Pre poder los cantar trunc a ne'n pèrder len.

Das mòts cargats de reive, carrejans la musica
Que bèi colar las ploras d'un trop plen de doçor,
Vindràn amiardar*, tau una bèrci hema,
Pre milhor desvestir ce qu'èi au sòu de jo.

Sauva-los, sauvam-los, escotam-los que criden,
Tiram-los dau hanhís ant tombèren un jorn
E ant son mantinguts, redevinemtrobadors.
Lo harem tots amassa, quite a n'estar gloriós.
S. Allard, 07/12/93

récits concernant les animaux

Las petitas rancis

53Credi pas qu'aquò este la calor de Pestili qu'a hèit espelir totas aqueras petitas rancis, pertant n'em pertot as alentorns e dens lo quite ostau. Au mend re punt d'aiga son alà que han lo nhau.

54Un desseir que passavi mon temps a gaitar lo pòste, vedi a moments passar davant mos uèlhs de las tacas. Divièm, dens la setmana que siguè, anar veire l'oculista e me prometuri de ie parlar d'aquò. Pus tard, dens la desseirada, vauc pas donc me devisar d'una petita rana un chic pus gròssa qu'un vola-didau cricada sau haut d'un fautulh. Aquò-z-èra una petita belenia* que sautava de l'un a l'aute, e pertot dens la pèça tau una perligóstia. Come podí pas la gallar, obriri las portas en grand e se'n angut quand volut. Passat l'estiu, son pas tan paurucas, las tròbi dens las flors que son en pòt, mès lo pus sovent devath las sietas platas que sèrven a recaptar l'aiga, quand rifòla pas, das geraniums e autas plantas. N'èi comptat trunc a sheis amassa.

55Un d'aqueths matins que i a quasi mordit, èi chagrinat de saber ant podèn s’abrigar dau freid; m’es avís que lo putz n'es pas lonh, qu'es caperat de lèdre e que iese fau pas grand causa pre se mèter au rebat. Hiren pas lonh dens la jornada a revenir se rajar au sorelh. Son pus finas que l'òm crei.

56I a dijara pas mau d'annadas, n'avièm duas qu'èren aprivadas. Las em gardadas un coble d'ans. Las vedièm cade jorn e a força de iese parlar, de las amiardar*, podí las paronar, n'escapaven pas mèi. Un desseir dau mes d'agost que sopàviem dehòra emb das amics, ne'n visturi una que se premenava sus una potra au dessus de nòste cap. En ie parlons come a l'acostumada, aubaïssenta, descendut... Los joenes que minjaven emb nosauts n''esturen estomacats.

57Pre fenir, vauc vos dire qu’en barrons una croasèia aquò’s jo que las èi escapochidas*. S'avèn amurgat lo long dau montant e de dedens podí pas las veire; me'n devisè ri pus tard en netejans los bòis. Aquò me'n sabut mau, pausa.

58S. Allard, 24/10/1995

Istòrias de bèstias

59Ce que va seguir es vrai. De las tres istòrias, l'una m'a estat contado, las duas autas las èi visas.

60Un desseir que rentrava de son trabalh, un òme vistut sau trotoart venir de cara ad eth un petit can que marchava sus tres pautas, l'auta pendilhava cassada. N'èra pas lonh de son ostau e lo pus bèth, èra chirurgien! Gahèt lo canhòt, lo prengut devath lo braç e rentrèt ches eth. Lo lendeman matin, sonhat, emb das petits bocins de bòis que ie tinèn la cama regla, bien ensissonat* lo remetut anquin l'avè trobat, sau trotoart. Nòste mossur partit har sa jornada e, quand revingut lo desseir aiut la surprisa de trobar davant sa pòrta lo petit can qu'avè sonhat en companhia d'un aute can qu'avè tanben una pauta cassada. E se los cans se parlaven entre eths?

61Em aiut una canha de caça a la becada qu'aperàviem "Kanie", meitat braque, meitat pointer. Ave hèit una portada de sheis petits. Emb sos canhòts èra embarrada dens una petita cort cimentada. Sus la clotura aví pausat un velli hilat de pusca. De lonh en lonh, quauquas bolas de veire entramalhadas* pendilhaven pre bar garnitura. Avièm hèit una granda nicha bien borrada de pallia emb d'una descenta en taulet, de la nicha au ciment, pras canhòts. Quand aiuren pac a cinc setmanas, que bauchèren a se gipohar*, s'arralhaven a tironhar lo hilat qu'èra derramat. Feniren pre har tombar una bola que se cassèt. Eri a mèmes d'esperucar de la salada darrèir las vitras quand entenduri lo bruèit, e visturi seança tinenta la canha préner dau bot de las dents en trossans sas babinas los bocins de veire e los montar au sòu de la nicha. Estomacada, sorti ri de rang e l'aperceburi que possava emb lo mus de la pallia sau veire pre lo caperar: Come se ren s'ie avè passat los canhòts continuèren a se harblar* après la clotura, e era a los gaitar cabirolar.

62Es totjorn emb la mèma canha que mon òme a la caça tuèt un jorn una becada qu'avè aiut l'òs de la punta dreita, just a la gintura, cassat pr'un plomb. L'òm ne pòt que creire qu'aquò’s era sola que se hit la ligatura de son membre. La cama èra regia, avè un bronhòc* dur end aqueth endreit qu'avè estorlingat de hilassa, d'èrbas secas e lòngas. Tot aquò èra fort bien hèit mès la pauta èra ressodada a l'envès... Era totun bien grassa quand la plumèri e, s'avè sofèrt, aquò n'èra pas mèi de conéisher.

63S. Allard, 02/02/96

texte d'opinion

Adora n'i a pro

64Se sèm un chic a l'escota dau monde a travès la ràdio o en gaitans la television, nos devisant que la guèrra armada es pertot sus nòsta pianeta blua. Aquò’s citati que, pas lonh de nosauts, tropinhen* dens una hanha politica a ont s'en.honden un chic mèi cade jorn mès saré ren se n'i avè pas autant de mòrts.

65Quora auguri a l'escòla aprenguri que l'istòria de la França n'èra hèita que de guèrras las unas après las autas. Alavetz, l'òm caquetava* fòrt sovent de la guèrra de catòrze, la "Granda", que lommaven* tanben la "der des ders". e sens fòrt me trompar, pòi dire qu'èra un subjeit preferat de tots los vielhs de Graian que l'avèn hèita.

66Un chic pus tard, devèrt la fin de las annadas trenta, vistúrem venir de lonh la " Dròla de guèrra", fruèita dau tractat de Versalhas, au moment que lo dictaturt german aviava son velem!

67Mon praube pair, cinc ans preisonèir en Alemanha, visait fort de causas pas bèras qu'a jamès volut me contar.

68- La guèrra es preparada e declarada pra's que la han pas, ce didè mon praube pin.

  • 8 Prononcé [brai*t].

69- Es lo produit de la morretat* das òmes e n'i a pro d'aquò, ce didè eth. Adara qu'em parcorrut la pus g randa partida de nòsta encamada de via e que nos sovinem dau passat, sèm pas gloriós dau caminamens de l'umanitat. Es vrai8, se de tots tèmps i a aiut guèrras e gaunhèras* de totas sòrtas entre los òmes, d'aquò n'èm aprés nada leiçon e lo nivèu de civilizacion es lonh d'estar come diuré: revingut ad un chic mèi de cèrt. Alavetz, quora gaitam viure lo monde, em enveja de dire:

70- Adara n'i a pro!

71Pertant, prati moment, sèm morres de cara la television, nos conten ce que vòlen de la politica. Mès se l'òm sabè tot ce que se ie passa darrèir tot aquò, bilhèu las gents aurén pas tant de hida.

72Nos tenen apèrts end aqueras eleccions a se pavanar e a sonhar lur imatge puslèu que de se sanjar de las bònas idèas pre menar lo peïs. Come han pre pas veire que n'em pro?

73Es vrai que davant lo quitar-anar de los que son au Poder mondial, aquò sent come una audor de politica sens nom.

74Alavetz, as mossurs los poderós dau monde libre, fau pas aier pâtir de iese dire haut e rude:

75- Adara, n'i a mèi que pro!

76A. Bret, 11/04/1995

récit personnalisé

Au só luvat

77Voletz que vos conti que pr'aier estat en delesir dau matin, èi quasi vis lo sorelli se luvar.

78N'èra pas bien haut, ne'n sèi solida, mès avè totun en.hucat una partida dau cèu e trasit la negrèira.

79Me valà donc sheitada devath la marquisa. Visturi los rais dau só travessar come podèn la landa pr'abotir trunc a jo.

80Escantissèn los pès das pins pre melhor rajar sus la ajaugas, los boishons de bruna e los petits cassiòts. End aqueth moment lo sorelli me semblèt estar una sòrta de grand parapluèja ubèrt qu'auré aiut pre centenas de las balenas de lutz que partèn de tots los bòrns.

81Aví tanben a portada de man, just davant mos uèlhs, bien hèita, penduda as potèus dau cunh, una tela d'iranha tenduda, tau un hilat a l'espéra pre gallar la pitança, sus la quau la frescura de la nuèit hadè pendilhar de las perlas de rosada que lusejaven avant de hónder dens la calor.

82M'èi dit alavetz que nat pintre ne dive bar un pus bèth tablèu.

83Pendent un bòn moment, nat bruèit ne vingut me destorbar.

84Bien pus tard, das òmes a bicicleta passèren au camin, las ròdas hiren botir* quauques petits calhaus.

85Se’n revinguren leu, una micha devath lo braç.

86Totjorn sau camin - s'avèn mèmes entrecrotzat - un ligòt de joenas hemas, bien charpantadas, hadens a la cosso, bilhèu pre demingar, bohaven come das ladèrts.

87Lo trunte de la mar, briga a l'estreit, cunhava rude au sud pre venir enfin s'esclatar sus las murralhas das ostaus d'alentorn.

88Mèi lo só èra haut, mèi los grics cantaven, esbocinans las òras.

89En mèmes tèmps que la marèia, lo vènt se luvèt; las balancas das pins bauchèren a se secudir e los aubres pus petits, tot come las flors, a trimolar.

90Rentrèri har mos afars, mes aquera jornada estut lonh d'estar come las autas.

91S. Allard, 18/08/96

portraits

"Boulon"

92Enfants, quand nous quittions l'école vers cinq heures, il nous arrivait d'aller jusqu'à la place de l'église. Quelques habitants du bourg rassemblés là nous demandaient ce que nous venions faire : on faisait comme les sangsues : on se rendait au bruit. Souvent, c'était "Boulon" qui nous distrayait.

93"Boulon", petit homme trapu à la grande barbe blanche, braconnier, vivait de chasse, de pêche,... et de vin ! Avec un autre acolyte, Lucas, ils s'amusaient à se faire des niches qui tournaient mal quand ils avaient trop bu...

94Donc, ce soir-là, nous avions trouvé "Boulon" étendu par terre qui agitait ses jambes entre la pompe et le banc de pierre sur lequel "Copichet", le dimanche, se hissait pour battre le tambour. Il ne pouvait pas se relever, il avait le visage congestionné. Il connaissait mon frère et il lui dit :

95- "Béber", aide-moi à me relever ! J'ai de quoi te payer. Chaque fois que tu me remettras debout, je te donnerai cinq sous !

96Sitôt notre homme redressé, il mit la main à la poche et donna les sous. Il fit quelques pas et retomba. Encore relevé et toujours bon payeur. Ce jeu se renouvela encore deux ou trois fois et le moment vint où il dit à mon frère :

97- "Béber", laisse-moi où je suis, je n'ai plus de quoi te payer !

98Langue entravée, il ne pouvait plus articuler. Ne tenant plus du tout compte de nous, il s'endormit sur place...

99Dans la soirée, un peu requinqué, en chemin vers chez lui, il fit la corne de brume : "oh, oh, oh !". Les gens qui l'entendaient se disaient :

100- "Boulon" a encore picolé !

101Aux Paillots, il menaça de venir chez nous mais, fatigué malgré tout, il obliqua et prit la bonne direction.

102Il n’était pas malheureux, il trouvait de quoi manger et en faisait également profiter les personnes qu’il estimait. Tous les trois mois, il allait toucher son argent à la Poste. S'il était bien luné, il en apportait une partie chez le pharmacien, celui-là était sauvé. Il disait que c'était sa cachette. Le reste, il l'enfonçait dans sa poche pour boire.

103Je sais que chez nous, un jour où il n'était pas à jeun, il voulait rembourser quelque chose qu'il pensait devoir, mais mes parents n’en voulaient pas.

104- Si vous ne les voulez pas, je les flanque au feu !

105Sitôt dit, sitôt fait. Moitié brûlés, les quelques sous que mon père sauva, il les remit à "Boulon". Que pensez-vous qu'il fit ? Avec un billet roulé comme une allumette, il alluma tranquillement sa cigarette... C’était une figure, "Boulon" !

Des gens d'autrefois

106Alida et Berri, mariés depuis longtemps, habitaient au Soc, sur la route de Hourtin, près de chez Jagord, pas loin du bourg. Berri avait une petite scierie qui faisait marcher une "locomobile" à vapeur. Chaque matin, il fallait allumer le feu et compter une heure pour que la pression monte. Berri disait à sa femme :

107- Met du bois, fait monter la pression, je vais au bourg boire un verre de vin blanc et je reviens scier.

108Quand il arrivait, la pression avait baissé.

109- Remet du bois, Alida, charge, charge ! Ça me laisse le temps d'aller boire un autre coup ! Mais je reviens aussitôt !

110Sa journée de scieur commençait ainsi. Il faut aussi que je vous dise qu'il fumait la pipe, mais une pipe si grosse que dans le fourneau, avec trois pincées, le paquet de tabac était vidé.

111Les mauvaises langues racontaient qu'il ne sciait plus qu'une soixantaine de planches par jour. Après les vendanges il passait aussi avec son pressoir. Sitôt après le décuvage, les gens le demandaient. Berri arrivait avec son pressoir tiré par un cheval rétif. Pour l'aider à démarrer, il lui parlait comme à une personne :

112- Il ne faut pas que tu restes longtemps sans avancer, sinon je vais manquer de tabac !

113Le cheval n'en tenait aucun compte.

114- Tu vas attendre encore longtemps ? La nuit va nous surprendre !

115Le cheval restait cloué. Selon l'endroit où il se trouvait quand Berri pouvait grappiller une paire d'épis de maïs et les faire guigner par le cheval, alors il démarrait. Berri était connu de loin. Un jour, dans un petit seau, on lui apporta des pibales. Il les aimait ! Il dit à sa femme :

  • Je vais tout de suite les nettoyer et tu vas me les faire cuire mes pibales !
  • Je n'ai pas de poêle, répondit-elle.
  • Pour la seconde fois, Alida, je te le demande, vas-tu faire cuire mes pibales ?
  • Je te dis que non ! Je n'ai pas de poêle !

116Furieux, mon Berri saisit le seau et les jeta contre la porte.

  • Tu es content ? dit Alida, tu as cassé le dernier carreau de vitre ! Et maintenant que vas-tu faire ?
  • Nom de Dieu ! Répondit Berri, je vais découvrir la maison !

La vieille Clémence

117La vieille Clémence était notre voisine ; sa maison et la nôtre étaient mitoyennes. Elles le sont toujours, mais depuis que Clémence n'y est plus, sa maison a changé de physionomie.

118D'aussi loin que je remonte dans le temps, je la vois assise à même son seuil. Elle était toujours vêtue de noir, coiffée d'un foulard, noir également, elle le nouait sur le front et il lui descendait jusqu'aux sourcils. Elle vivait seule mais avait trois enfants. Ils avaient tous des surnoms. Le plus âgé, Janti, on l'appelait "Le Marron", il habitait à la Paludette et était marié. Il travaillait souvent à la journée sur les routes avec le cantonnier Lurent. Il était aussi violonneux. Lorsqu'il y avait un baptême ou un mariage il allait jouer du violon pour faire danser les jeunes. Le second, Louis, son surnom était "Le Nègre". Celui-là était pêcheur de sangsues. Je le voyais passer avec son sac et son bâton qui lui servait à frapper l'eau pour attirer les sangsues. Il habitait un peu plus loin à Chabiron. Après sa mort, c'est le "Canaulet" qui acheta sa maison. Le dernier, Chéri, celui-là était presque un "monsieur" par rapport aux autres. Il habitait dans le bourg là où il y a maintenant la boucherie Ephrem. On l’appelait "Chandelle", il coupait les cheveux, de temps en temps il venait passer une huitaine de jours avec sa mère. Les gens disaient qu’il venait quand il n'avait pas d'argent pour payer ses traites. À chaque fois, Clémence me demandait d'aller lui chercher de la renouée pour faire de la tisane à son Chéri qui était malade. J'allais lui en ramasser. Vous allez me demander :

  • Et Clémence, que devient-elle dans tout ça ?
  • Je vais vous le dire !

119Pour se déplacer, Clémence se traînait sur les genoux. Elle s'était fait des genouillères longues et épaisses, elle les attachait avec des lies, un bout au-dessus du genou, l'autre à mi-jambe et elle se traînait ainsi autour de chez elle en s'aidant d'un bâton comme d'une canne.

120Les gens n'avaient pas de voitures ni de bicyclettes en ce temps-là. Les femmes qui allaient au bourg passaient à pied. Clémence en hélait toujours quelqu'une :

121- Venez me puiser un seau d'eau pour l'amour du bon Dieu !

122Les femmes s'apitoyaient et venaient lui puiser de l'eau.

123Matin et soir, toujours assise sur son seuil, elle mangeait de la soupe au lait dans un poêlon dont l'intérieur était aussi noir que le fond. Derrière sa maison se trouvait un chai, si l'on pouvait appeler cela un chai. Il n'y avait pas de charpente, il n'y avait que les murs. Mes frères et moi, nous nous hissions parfois sur des pierres pour regarder dans le chai de Clémence. Un jour, nous la vîmes qui marchait toute droite comme tout le monde, si vous aviez vu ce tableau ! Son jupon lui arrivait aux genoux et, des genoux aux chaussettes, elle était jambes nues. Nous descendîmes de nos pierres sans faire de bruit et, un moment après, quand elle eut repris sa place sur le seuil, nous nous dépêchâmes de lui dire que nous l'avions vue marcher ! Je ne me souviens pas de ce qu'elle nous dit mais elle se fâcha, elle nous engueula en nous menaçant avec son bâton.

124Et la vie continua comme avant pour la vieille Clémence. Depuis si longtemps que les gens la voyaient, ils n'y faisaient pas attention. Je n'ai jamais su pourquoi elle avait passé sa vie à se traîner de la sorte.

Adeline

125Vous n'avez pas connu Adeline ?

126- Ah si ! C'est celle qui vivait à la colle avec "Cagouilley" à la cabane. Elle vendait des poireaux sauvages. On l'appelait "La Négresse" parce qu'elle ne se débarbouillait jamais. Il n'y avait que sous le sillon de ses larmes que c'était propre. Pauvre Adeline !

127Son compagnon la battait comme plâtre en gueulant : "crie, crie, tu ne pisseras pas tant !" Il n'était pas tendre "Cagouilley". Surtout les jours de pleine lune quand il avait des crises d'épilepsie. Un jour où il en avait assez d'entendre Adeline brailler, que ne lui fait-il pas ? Il commence par la faire soûler complètement, puis il va chercher un coffre de voyage qui ferme à clef, il met Adeline dedans, une bonne corde autour du colis, puis une étiquette pour le dépôt de Bordeaux. Il attelle son âne, charge le paquet et le transporte jusqu'au commissionnaire :

128- Port payé, dit-il, c'est pressé !

129Mais ne voilà-t'il pas que, à mi-chemin, "Jantou", qui conduisait le camion, entend crier :

130- Qu'est-ce que c'est, un chien ? Un chat ?

131Pardi, c'était Adeline qui avait dessoûlé. Elle commençait à s'étouffer, la malheureuse. Alors, Jantou fait demi-tour. On va chercher les gendarmes. Et les gendarmes, pardi,... ne savaient pas comment faire. Mais, avec eux, il y avait des gens qui connaissaient Adeline et aussi "Sept-Sous" : c'était un brave homme qui coupait du bois pour en faire des fagots et que l'on appelait "Sept-sous" parce qu'il avait quelques économies...

132Ces personnes lui dirent toutes ensemble :

133- Adeline, écoute Adeline ! Il ne faut plus que tu reviennes avec "Cagouilley", puisque tu es obligée de chercher des poireaux sauvages si tu ne veux pas manger que des escargots et qu'il te flanque tant de volées à chaque lune qu'un jour il te tuera ! Tu n'as qu'à vivre avec "Sept-Sous". Il ne te rendra pas malheureuse. Il s'absente de chez lui toute la journée. Tu n'auras plus besoin d'aller te geler à ramasser des poireaux sauvages. Tu pourras te changer, le puits est tout près. C'est pas comme l'autre qui est à deux cents pas !

134Sitôt dit, sitôt fait. Adeline lavée, changée, était fière maintenant sur son seuil. Elle n'avait plus besoin de travailler. Elle n'avait plus qu'à écouter son pot de soupe ronfler sur les bûches de "Sept-Sous". Malgré tout, quand les gens passaient en lui disant :

135- Eh bien, Adeline, tu es heureuse maintenant, tu te reposes, tu manges ton pain tranquillement et tu n'es plus battue.

136Elle ne répondait pas.

137- Comment ? Tu n'es pas heureuse avec "Sept-Sous" qui ne sait pas quoi faire pour te faire plaisir ; tu lui ferais couver une tuile !

138- Eh bien oui, soupirait Adeline, mais... si vous saviez comme il avait de bons retours...

139Comme quoi, on ne peut jamais faire le bonheur des autres à leur place !

poésies en vers

Un peu de compagnie

Assis sur un banc, "Justinot" et "Pourtille"
Faisaient l'après-midi un brin de causette.
Ils parlaient du temps jadis, de leurs jeunes années,
Où ils s'amusaient bien : "Ce n’est pas comme maintenant,
Disait "Justinot", ils ne savent plus que faire".
Ah ! S'ils en avaient seulement eu la moitié !...

Ils étaient sous un chêne près de la maison,
Quand le soleil dardait, ils venaient chercher de la fraîcheur.
Ils avaient été voisins puis avaient décidé de vivre ensemble,
Ils avaient tous deux peur de la solitude.
"Pourtille" lui faisait pas trop mal la cuisine,
Comme il était très gourmand il s'en léchait les babines.

La bouteille d'une main et le verre de l'autre,
Il criait à tous ceux qui passaient
Une bonne parole, avec un coup d’œil pour chacun ;
"Justinot" revivait si la femme était belle,
Ses moustaches de vin lui montaient jusqu'au nez.
Se tenant à l'écart, "Pourtille" essuyait les verres.

La nuit

J'ai écouté la nuit.
La lune frileuse
s'enveloppe de brume.
le grand vent qui se lève
fait tressaillir les fourrés
secoue les pins branchus.

Les yeux des chats en chasse
luisent dans les ronces.
la nuit poursuit l'aube,
lui mordille les chevilles.
Le jour arrive à grandes enjambées,
découvre les bois.

Le soleil qui se lève rouge
va donner sa couleur
à toute la nature.
Sur les fleurs et les feuilles,
le serein de la nuit
a versé sa rosée.

Notre boiteuse "gnanquette"

Refrain Elle était bien accoutrée
Notre boiteuse "gnanquette"
Plus voûtée que louchon.
Au bras de son galant
Elle restait dans sa laideur,
De très loin la plus belle
Tant la joie la rendait
Légère en dansant.

1) Elle arrivait en chantant,
Un peu effrontée,
Elle n'avait pas peur
Et se faisait reluquer.
L'Empereur du Crohot,
En lui contant la chose,
La faisait s'esclaffer.

2) Dans la "lède" selon
L'endroit où ses pas la menaient,
On suivait toutes ses traces
Aux agréables senteurs.
Les chèvrefeuilles en fleur
En verdissaient de jalousie
S'ils les voyaient ensemble.

3) Leur lieux de repos
Etaient reconnaissables :
Ils étaient retournés
Sur une grande surface.
Etalés au soleil,
En se chauffant les jambes au soleil
Ils chantaient leurs amours.

Sauver les mots

Tu as laissé échapper les mots que nous connaissions !
Il s'est laisser aller à la dérive depuis pas mal de temps
Le parler des plus anciens dont ils étaient si fiers...
Mais bon, qu'attends-tu donc pour les sortir de suite ?

Tous les mots sales qu'achètent les amours
Des messieurs qui s'en vantent en se réajustant,
Vite alignés à table : il faut bien tenir son rang
Dans la nuit de bamboche qui meurt au point du jour.

Oui, ils reviendront encore bien apprêtés
Les mots que l'on caresse qui parlent d'autrefois,
Ils s’allieront au "français" pour nous rendre heureux,
Ils deviendront chantants, mais que l'on soit deux.

Ces mots jaunis qui nous font tant de bien
J'en parlerais nuit et jour sans prendre aucun repos,
J'aimerais les recueillir au sec chez moi
Pour pouvoir les chanter jusqu'à en perdre haleine.

Des mots chargés de rêve, transportant la musique
Qui fait couler les larmes d'une trop grande douceur,
Ils viendront caresser, telle une belle femme,
Pour mieux dévêtir ce que j'ai au fond de moi.

Sauve-les. Sauvons-les. Ecoutons-les qui crient,
Sortons-les de la boue où ils tombèrent un jour
Et où ils sont maintenus, renaissons troubadours.
Nous le ferons tous ensemble, quitte à en être fiers.

récits concernant les animaux

Les petites rainettes

140Je ne crois pas que ce soit la chaleur de l’été qui a fait surgir toutes ces petites rainettes, pourtant nous en avons partout autour et jusque dans la maison. Au moindre point d'eau elles sont là à l'affût.

141Un soir où je passais mon temps à regarder le poste, je voyais par moments comme des taches passer devant mes yeux. On devait la semaine suivante aller chez l’oculiste et je me promis de lui parler de ça. Plus tard, dans la soirée, ne vais-je donc pas distinguer une petite rainette un peu plus grosse qu'une coccinelle perchée sur un fauteuil. C'était une petite chose insignifiante qui sautait d'un fauteuil à l'autre, et partout dans la pièce comme une sauterelle. Comme je ne pouvais pas l'attraper, j'ouvris les portes en grand et elle partit quand elle voulut. Passé l'été elles ne sont pas aussi craintives, je les trouve dans les fleurs qui sont en pot, mais le plus souvent sous les assiettes plates qui servent à retenir l'eau, quand elle ne déborde pas, des géraniums et autres plantes. J'en ai compté jusqu'à six au même endroit.

142Un de ces matins où il gèle presque, je me suis bien demandé où elles pouvaient se protéger du froid ; m'est avis que le puits n'est pas loin, qu'il est recouvert de lierre et qu'il ne leur faut pas grand chose pour se mettre à l'abri. Il ne leur a pas fallu longtemps dans la journée pour revenir se chauffer au soleil. Elles sont plus malignes que l'on croit.

143Il y a déjà pas mal d'années, nous en avions deux qui étaient apprivoisées. Nous les avons gardées pendant deux ans. On les voyait tous les jours et à force de leur parler, de les cajoler, je pouvais les caresser, elles ne s'échappaient plus. Un soir d'août où nous dînions dehors avec des amis, j'en vis une qui se promenait sur une poutre au-dessus de nos têtes. En lui parlant comme à l'accoutumée, obéissante, elle descendit... Les jeunes qui mangeaient avec nous en furent estomaqués.

144Pour finir, je vais vous dire qu'en fermant une fenêtre c'est moi qui les ai écrasées. Elles s'étaient rassemblées le long du montant et de dedans je ne pouvais pas les voir ; je m'en aperçus plus tard en nettoyant la boiserie. Cela me chagrina longtemps.

Histoires de bêtes

145Ce qui suit est vrai. Des trois histoires, l'une m'a été racontée et j'ai été témoin des deux autres.

146Un soir où il rentrait de son travail, un homme vit venir face à lui, sur le trottoir, un petit chien qui marchait sur trois pattes, la quatrième pendillait cassée. Il n'était pas loin de chez lui et le plus beau, il était chirurgien ! Il attrapa le petit chien, le prit sous son bras et rentra chez lui. Le lendemain matin, une fois soigné à l'aide de petits morceaux de bois qui lui tenaient la jambe raide, bien pansé il le ramena là où il l'avait trouvé, sur le trottoir. Notre homme repartit vers ses occupations et, lorsqu'il revint le soir, il eut la surprise de trouver devant sa porte le petit chien qu'il avait soigné en compagnie d'un autre chien qui avait aussi une patte cassée. Et si les chiens se parlaient entre eux ?

147Nous avons eu une chienne de chasse à la bécasse que nous appelions "Kanie", moitié braque, moitié pointer. Elle avait eu une portée de six petits. Avec ses chiots elle était enfermée dans une petite cour cimentée ; J'avais posé sur la clôture un vieux filet de pêche. De loin en loin, quelques boules en verre enchevêtrées pendaient pour faire garniture. On avait fait une grande niche bien garnie de paille munie d'une descente en planche, de la niche au sol en ciment, pour les petits chiens. Quand ils furent âgés d'environ cinq semaines, qu'ils commencèrent à chahuter, ils finirent par faire tomber une boule qui se cassa. Je m'apprêtais à nettoyer de la salade derrière le vitrage quand j'entendis le bruit, et je vis la chienne attraper, séance tenante, du bout des dents en retroussant les babines les morceaux de verre et les transporter au fond de la niche. Stupéfaite, je sortis aussitôt et l’aperçus qui poussait avec le museau de la paille sur le verre pour le recouvrir. Comme si rien ne s'était passé les chiots continuèrent à se dresser contre la clôture, et elle à les regarder faire des cabrioles.

148C'est toujours avec la même chienne que mon mari tua un jour à la chasse une bécasse qui avait eu l'os de la patte droite cassée par un plomb, juste à la jointure. Ce ne pouvait être qu'elle seule qui s'était ligaturée son membre. La jambe était raide, il y avait un cal dur à cet endroit qu’elle avait entortillé de filasse, d'herbes sèches et longues. Tout cela était très bien fait mais la patte était ressoudée à l'envers... Elle était quand même bien grasse quand je l'ai plumée et, si elle avait souffert, on ne pouvait plus s'en rendre compte.

texte d'opinion

Maintenant ça suffit !

149Si on se met un peu à l'écoute du monde à travers la radio ou en regardant la télévision, on s'aperçoit que la guerre est partout sur notre planète bleue. C'est ainsi que près de chez nous, on patauge dans une boue politique où on s'enfonce un peu plus chaque jour mais ça ne serait rien s'il n'y avait pas autant de morts.

150Quand je suis allé à l'école j'ai appris que l'histoire de France n’était faite que de guerres les unes après les autres. On parlait alors très souvent de la guerre de quatorze, la "Grande", qu’on appelait aussi la "der des ders", et sans vraiment me tromper, je puis dire que c'était un des sujets préférés de tous les vieux de Grayan qui l'avaient faite.

151Un peu plus tard, vers la fin des années trente, on vit venir de loin la "drôle de guerre", fruit du traité de Versailles, au moment où le dictateur germain lâchait son venin ! Mon défunt père, cinq ans prisonnier en Allemagne, a vécu beaucoup de choses pas belles qu'il n'a jamais voulu me raconter.

152- La guerre est préparée et déclarée par ceux qui ne la font pas, disait mon parrain.

153- C'est le produit de la bêtise des hommes et il y en a assez de cela, disait-il.

154Maintenant que nous avons parcouru la plus grande partie du trajet de notre vie et que nous nous souvenons du passé, nous ne sommes pas fiers de l'évolution de l'humanité. C'est vrai, s'il y a toujours eu des guerres et des frictions de toutes sortes entre les hommes, de cela nous n'avons appris aucune leçon et le niveau de civilisation est loin d'être ce qu'il devrait : revenu à un peu plus de raison.

155Alors, quand on regarde vivre le monde, on a envie de dire :

156- Maintenant ça suffit !

157Pourtant, en attendant, on est comme des crétins en face de la télévision, on nous raconte ce que l'on veut de la politique. Mais s'ils savaient tout ce qui se passe derrière tout ça, peut-être que les gens ne s'y fieraient pas tant.

158On nous tient en éveil avec ces élections à se pavaner et à soigner leur image plutôt que de s'échanger des bonnes idées pour gouverner le pays. Comment ne voient-ils pas que nous en avons assez ?

159C'est vrai que devant le laisser-aller de ceux qui sont au Pouvoir mondial, il se dégage comme une odeur de politique sans nom.

160Alors, aux messieurs les puissants du monde libre, il ne faut pas avoir peur de leur dire haut et fort :

161- Maintenant il y en a plus qu'assez !

récit personnalisé

Au lever du soleil9

  • 9 Version établie à partir de la traduction de l'auteur

162Voulez-vous que je vous raconte que pour avoir été désœuvrée dès le matin, j'ai presque vu le soleil se lever. Il n'était pas bien haut, j'en suis sûre, mais il avait cependant enflammé une partie du ciel et avalé la nuit. Me voilà donc assise sur la terrasse couverte. J'ai vu les rayons du soleil traverser comme ils pouvaient la lande pour arriver jusqu'à moi.

163Ils évitaient les troncs des pins pour mieux rayonner sur les ajoncs, les touffes de bruyère et les petits chênes. À ce moment-là, le soleil m'a semblé être une sorte de grand parapluie ouvert qui aurait eu par centaines des baleines de lumière qui fusaient de tous côtés.

164J’avais aussi à portée de main, juste devant mes yeux, bien faite, suspendue entre les deux poteaux de coin, une toile d'araignée tendue, tel un filet en attente de pitance, sur laquelle la fraîcheur de la nuit faisait pendre des perles de rosée qui brillaient avant de fondre dans la chaleur. Je me suis alors dit qu'aucun peintre ne pouvait faire un plus beau tableau.

165Pendant un grand moment, aucun bruit n’est venu détourner mes pensées. Bien plus tard, des hommes à bicyclette passèrent sur le chemin, les roues firent jaillir quelques petits cailloux.

166Ils revinrent très vite, un pain sous le bras.

167Toujours sur le chemin — ils s'étaient même croisés — plusieurs jeunes femmes, plantureuses, couraient, peut-être pour maigrir, soufflant comme des lézards verts.

168La plainte sourde de la mer, en liberté, cognait très fort au sud pour venir enfin s'éclater sur les murs des maisons d'alentour.

169Plus le soleil prenait de la hauteur, plus les grillons chantaient, émiettant les heures.

170En même temps que la marée, le vent s'est levé ; les branches des pins ont commencé à s'agiter et les arbres plus petits, tout comme les fleurs, à frissonner.

171Je suis allé vaquer à mes occupations, mais cette journée ne fut, loin s'en faut, pas comme les autres.

Notes

1 Dans la commune de Vendays-Montalivet.

2 Le terme classique segaria est également employé en Médoc.

3 Petite scierie mobile à vapeur.

4 Dans la commune de Vendays-Montalivet.

5 Transcription musicale A. Bret in : Jeux floraux en Médoc 1989-1990. s.l. : Association Abbé Baurein, 1990, p. 30-31.

6 Cf. note 2 in Los renjaires de Graian, p. 154.

7 Adaptation à partir d'un texte conçu au départ en français auquel nous renvoyons en annexe (voir p. 311).

8 Prononcé [brai*t].

9 Version établie à partir de la traduction de l'auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search