Version classiqueVersion mobile

Écrire pour parler : Los Tradinaires

 | 
Alain Viaut

Choix de textes des tradinaires

Textes "traditionnels"

Texte intégral

contes

Contes étiologiques

La legenda dau gorlit

1Au començamens dau monde lo gorlit n'èra pas come adora, èra tot gris. Los audèths n'èren pas jeiós, èran vilèns, tots boherluts. Hadèn la mèrra* come s'avèn aiut lo pedolhet*. Avèn freid. Avèn bèth s'amurgar* au rebat, s'amainar* devath las huelhargas, 'ribaven pas a s'escaudinar. Un jorn tinguren conselh, lo pus velh das audèths dishut:

2- Aquera via pòt pas durar, fadré que l'un de nosauts volèsse devèrt lo só, tan haut que poiré, e vingusse nos portar de la calor.

3Tanlèu, lo recochòt s’avancèt:

4- Jo vauc ie anar, sèi pus liugèir que vosauts, airèi pus haut e vindrèi vos portar de la calor.

5Tots los audèths lo gaitèren s'envolar, mès l'aiuren lèu perdut de vista, en ren de tèmps estut darrèir las nuas*. Èren tots contents, n'i a dus o tres que se foturen a cantar... Cantèren pas pausa, lo recochòt retombèt sus tèrra, rostit, flambai, tot nud come lo jorn qu'espelit; avè aprochat trop près dau só. Viste los audèths corruren pertot cercar de las plumas pre lo caperar, mès lo gorlit, pre melhor l'abrigar, se sarrèt tan descontra lo recochòt que hlasinava* encara que totas sas plumas que lo toquèren devinguren rojas come dau sang. Aquò 's dempuèi alavetz que veden nòste petit gorlit tan minhon que l'òm vodré lo gahar e lo paronar.

6Mès n'aiut pas afar ad un ingrat. L'ivèrn, quand hèi freid, lo recochòt s'apròcha d'eth e ie ditz tot belamens:

7- Petit gorlit ven te cauhar a l'ostau de mon pair, i a de las buscas que son gròssas come ma cuèisha.

8M. Lies, 13/10/1987

La legenda dau cocut1

  • 1 Entendu par M. Lies de la bouche de M. Poutin, "Lo Jauset", paysan de Vendays. Il avait aussi racon (...)

9Quèi de vosauts sap a quau moment lo cocut arresta de cantar?

10Quand lo Bon Diu marchava sus la tèrra e que vinè lo moment de bar la mestiva pre rentrar lo blat dens las granjas, operava tots los audèths. Un còp donc, se renduren tots e come lo Bon Diu sabè que lo cocut èra fenhant, que podè pas selamens se bastir un nin, ie fotut duas garbas de blat sus l'esquina e los autes audèths n'avèn qu'una.

11Lo praube cocut avè bèth virar lo còth d'un bòrn, de l'aute, pre se desbarrassar de sas garbas, falut que hisse tota la mestiva, e dishut:

12- L'annada que ven, me reprend retz pas!

13Tot lo monde sap que lo sègle es bòn a segar avant lo blat e, a la premèìra punhada de segle copada, lo cocut arrestèt de cantar. Quand vingut lo moment de rentrar lo blat, lo Bon Diu pensèt pas mèi au cocut e los audèths carregèren lo blat e lo cocut èra a l'ombra que se fotè d'eths.

14M. Lies, 10/11/1987

Contes réalistes

Una familha prauba

15Autes còps las gents hadèn lur pan a l'ostau. Los que n'avèn pas de blat n'avèn pas de pan e s'acontentaven de micas. N'i avè das fòrt praubes cargats de mainatges que damoraven a L'Espi nòta e qu'aperaven los "Corrans". Enviaven las gojas ainadas maraular a cada pòrta en didens:

16- Balhatz-me un bot iti de pan, je bous prie!

17Se despleitaven pas e alassaven las gents que iese balhaven totjorn quauquarren pre se'n dehar. Alavetz l'òm hadè dau pan de segle, de blat e segle, e lo de horment. Lo fruir, cachat dens quauque cunh, atendè l'arribada de las gojas. Pre har la triga s'amatava au só, darrèir una séga. Prenè cade bot iti e, quand trobava lo pan blanc, didè:

18- Lo pan blanc craca devath la dent,
pan de mestura, lo que n'a pas endura,
pan de segle, tu la sèga sautaràs.

19J. Guidon, 25/05/1983

Lo paisan au còr de pèira

20I ave un còp, au sòu de la landa, un pair de familha qu'èra malerüs, mès malerüs come podetz pas vos har una idèia. Sa hema apuèi eth avèn bèth se descarcassar, se luvar la pèth de dessús, n’arribaven pas a sortir de la misera. Per los arrenjar, avèn una coriòla* de còishes, sabèn pas au just combien n’avèn. Das uns còps, los hadèn mèter en rang per poder los comptar, mès los petits vauriens, credens que lurs gents volèn s’arralhar emb d’eths, hadèn que córrer d'un bòrn a laute. M'avidi que n'avèn nau o dètz, mès èren tots trop petits pre trabalhar. Anaven har quauquas petitas causas as vesins: gardar las aucas, massar de l'èrba pras lapins, mès iese donaven pas grand causa pre la pena e sus la taula i avè pus sovent de las patatas bulhidas que dau polet rostit. Dens aqueth maine* los vesins mancaven pas; das paisans, mès valèn tots pus chic los uns que los auts. Un jorn pertant, lo pair decidèt d'anar ne'n trobar un pre ie demandar de laida. He ben! Podè pas pus mau tombar, aqueth èra sarrat coma una pinha verda. Après l'aier saludat ie dishut:

21- Me coneishetz, sabetz que sèi onèste, ma hema apuèi jo trabalham tant que podem mès sèm fòrt malerús, lo bolangèir nos a manaçat de pas mèi nos donar de pan. Se veni vos demandar se poirietz pas nos prestar quauques sòs, vos los tornarèi tanlèu que poirèi.

22- Mès refusi pas de te prestar quauques sòs, respondut lo paisan, selamens sèi pas mèste tot sol; fan que demandi conselh a mos amics. Vindràs emb jo deman, airem iese pausar la question, entendràs come jo ce que me diràn.

23Lo lendeman, lo pair se rendut a lostau dau paisan, partiren tots dus, s'acarèren de pos una grand aforèst e, ad un jasti que lo paisan coneishè bien, s'arrestèren e ie demandèt au pair:

24- Se te presti das sòs, me promètes de me los tornar, de me pagar segur? Nos lo promûtes? Alavetz escota bien!

25Lo paisan se metut a uchar:

26- Es bòn pagaire?

27- Pas gaire, respondut l'ecò.

28- Ie prèsti pas un sò?

29- Pas un sò, respondut encara l'ecò.

30- As entendut, dishut lo paisan, mos amies n'an pas confiença en tu, pòi pas anar a l'encontra de lur conselh.

  • 2 Selon M. Lies : "Aquò m'a estat contat a Bugadan una annoda qu'aví anat venduunhar" (Cela m'a été r (...)

31E se virèt de bòrn, se’n angut a grands pas. Lo praube òme s'entornèt en plorans, se demandons come anava har pre donar dau pan a sos mainatges e se didens que lo gros paisan, emb tot son argent, avè una pèira a la plaça dau còr.2

32M. Lies, 27/10/1987

Las tres gojas

33I avè un còp un òme qu'avè tres gojas. Bien qu'estussen velhòtas*, n'èren pas maridadas, mès damoraven pas emb lur pair. S'avèn logat cadmia un ostati e trabalhaven come l'entendèn pre ganhar lur pan. Un jorn lo pair las mandèt de venir lo veire, volè iese parlar:

34- Vauc anar bar un viatge, revindrèi que dens un an, mès avant de partir èi quauquarren a vos dire. Sabetz que n'èi que l'ostau a vos quitar, pòi pas lo partatjar en tres. Vodrí pas lo vénder, me ven de mas gents e aimarí que restèsse dens la familha. Alavetz, a partir anuèit, vos demandi de pas gaspilhar vòsta sabilha* ni vòste borri de plaça. Quand revindrèi airèi vos veire, e la qu'aurà lo mèi tingut compte de mon conselh, aquò's aquera qu'aurà l'ostau. Sètz d'acòrd?

35Totas au còp responduren:

36- Sèm d'acòrd!

37- Entendut, dishut lo pair, a reveire dens un an!

38Las gojas tornèren a lur ostau repréner lur traballi de tots los jorns. Un an estut viste passat. Après son retorn, lo pair hit saber a sas gojas que passaré las veire tau jorn, pre fin que l'atendussen. Angui a la premèira:

39- As sigut mon conselh?

40- Jo n'èi pas gaspilhat ma sabilha*, dishut la goja. Gaitatz!

41Dens un cunh de la pèça i ave una balhòta a demi piena. Lo pair se virèt de bòra sens dire un mot. Angut veire la segonda:

42- E tu, as tingut compte de mon conselh?

43- Oh, n'èi pas gaspilhat mon borri de plaça. Gaitatz!

44descontra la murralha i avè una hautèira* de saloprias, de migalhas. I ave de tot!!

45Lo pair se despechèt de se'n anar. Camin hadens, se didè:

46- Se la darnèira es come sas chòis, airèi sau còp mèter l'ostau en venda. M'atendípas end aquò.

47S'atendè pas tanben a ce que trobèt: un ostau bien tingut, davant la pòrta un casau plen de legumes e de flors e, dens un embarri*, de la bèra poralha.

48- Quau plesir me has, dishut lo pair, te demandi pas s'as sigut mon conselh, n'as pas perdut ton temps a clancanejar, n'as pas quitat pèrder la mendra migalha. Sèi content de tu e pre que tas chòis éran d’acòrd aquò’s tu qu'auràs l'ostau.

  • 3 Entendue par M. Lies de la bouche de son grand-père maternel.

49E lo pair se’n angut lo còr content.3

  • 4 Selon M. Lies : " A'stat las gojas èren velhòtas a vint ans e velhas a vint-e-cinc. Se maridaven ca (...)

50"Tots los jorns, quand boishi la plaça, possi au pilòt".4

51M. Lies, 25/08/1992

Contes d'animaux

Lo renard e la cagolha5

  • 5 Selon M. Lies : "Aquò m'estut contat pre mon pepé quand aví dètz ans e adora n'èi quatre vint dètz (...)

52I avè un còp un renard e una cagolha que s'aimaven pas. Sèi pas ce qu'avèn aiut, mès podèn pas se sentir. Un jorn la cagolha dishut au renard:

53- Tu, emb tas grandas garras, te figures que corres pus viste que jo!

54- Me lo figuri apuèi ne'n sèi solide. Se vòs, anam har a las cossas sau còp.

55- Oh, òh, pas si viste, respondut la cagolha, jo corri jamès sau pic de la calor! Mès, se vòs, deman matin devèrt nau òras, vindràs aquì, partirent dau piquet dau casau trunhas au premèir gros pin'là-bas, harem anar e venir dus còps. Sarà pro.

56Sarà pro abans, praube cagolhin, respondut lo renard en s'escaucanhans, vindrèi deman!

57A la tombada de la nuèit, la cagolha partit trobar sa comair:

58- Veni te demandar un service: èi besonh de tu. Deman hauc a las cossas emb lo renard.

59- Mès sès franc morra, ma prauba, respondut la comair!

60- Tas-te et dèisha-me fenir. Anam córrer dempuèi lo piquet dau casau truncas au premèir gros pin, 'là-bas airàs te méter darrèìr lo pin e quand lo renard arribarà, dirà: sèi ’ribat!!" Tu, diràs: "jo torni!!" Pòs bien har aquò pre jo! Harem anar e venir dus còps. Pre la pena, vindràs brostar una leituga dens lo casau ant quin damòri.

61- le ben, aquò va respondut la comair! Deman matin de bòna òra sarem au pè dau pin.

62Lo lendeman a l'òra dita, lo renard e la cagolha se trobèren au pè dau piquet dau casau.

63- Sès totjorn decidada, demandèt lo renard?

64- Totjorn, respondut la cagolha! Vauc comptar: un, dus, tres!

65Lo renard partit los quate pès au còp, esgalampava, en ren de temps estut au gros pin:

66- Sèi 'ribat!

67- Jo torni, respondut la comair!

68Encara un còp, lo renard, hardit petit, 'riha au pin:

69- Sèi 'ribat!

70- Jo torni, dishut la comair!

71Prau darnèir còp, tant que podè ne'n donar'riha au piquet desalentat:

72- Sèi 'ribat!

73- Jo t’atendi, respondut la cagolha!

74Quauquarren se passèt dens lo cap dau renard. Au petit tròt s'entornèt au gròs pin e alà trobèt la comair que s'esgaiava. La gaitèt sens dire un mòt e la prengut dens sa gola, revingut au piquet dau casau e trobèt la cagolha que ridè tant que podè. Era tròp, esmalit, hontós de veire que las cagolhas s'avèn fotut d'eth, sens mèi aténder lo renard las mingèt totas crudas!

75M. Lies, 25/04/1992

Lo lop e las crabotinas6

  • 6 Se rattache au type T. 123 de la classification de A. Aarne et S. Thompson.

76I avè un còp una craba e sas petitas crabotinas que vinguren se premenar sus la landa. Lo cunh iese agradèt e ie damorèren. A l’entorn de lur ostau ie mancava pas d'arrundras e de lèdres; n'avèn pas besonh d'anar Ioidi pre brostar. Lo lop vinè pas sovent rondelejar a l'entorn de lur ostau. Un jorn que s'avè trop aprochat, sas fèssas hiren coneishença emb las còrnas de la craba, tanben se mauhidava e restava au sespart*. Mès vaici qu'un jorn la craba se cassèt una cama, viste se tirèt la lèit e hit dau hormatge, lo metut dens lo prestili apuèi angut uchar sas crabotinas:

77- Mas petitas, veni de me cassar una canta, fau qu'angui au renjaire* me har sonhar. Anatz restar solas quauques jorns, vos èi hèit dau hormatge. Fadrà pas lo gromandejar pre que n'agetz pro pr'aténder que revengui. Vos fadrà restar embarradas, sortiretz pas, metretz bien lo varrolh e se quauqu'un ven cunhar a la pòrta, n'obriretz pas: lo lop poiré sentir que sètz solas e venir vos minjar! Quand revindrèi cunharèi tres còps a la pòrta e vos dirèi: "Obretz-me mas petitas crabotinas! Vos pòrti una tetina piena de leitina", e vos harèi veire ma pauta blanca au dessús de la pòrta.

78Las petitas prometuren; varrolhèren bien e la craba partit se har sonhar. Mès justamens aqueth jorn lo lop avè vingut masantar* sus la landa e avè entendut tot ce que la mair avè dit a sas crabotinas e, lo lendeman, la gola en.harinada angut cunhar a la pòrta de la crabotinas:

79- Tòc, tòc, tòc! Obretz-me, mas petitas crabotinas, vos pòrti una tetina piena de leitina!

80- Oh! n'es pas nòsta mair, dishuren las crabotinas. Parla pas atau apuèi nos a dit que nos haré veire sa pauta blanca au dessús de la pòrta.

81Lo lop entendut e s'entornèt a son ostau; prengut un sac de harina e se metut a se hrochar la pauta pre qu'estusse bien blanca e dens l'après-meijorn tornèt encara sus la landa: tòc, tòc, tòc! a la pòrta e assagèt de parlar doçamens:

82- Obretz-me, mas petitas crabotinas, vos pòrti una tetina piena de leitina! Apuèi passèt sa pauta sus la pòrta.

83Las pus grandas crabotinas volèn pas obrir, mès las petitas creduren qu'èra lur mair, anguren tirar lo varrolh, lo lop se despechèt de rentrar! Erusamens que dens un cunh de l'ostau i avè una cacha e las crabotinas aiuren lèu hèit de se ie en.hornar. Lo lop èra trop gros, poscut pas rentrar. Se metut a hurestejar pertot pre veire se trobaré pas quauquarren a minjar. Sintut lo hormatge, angut au prestiti, lo gostèt, lo trobèt bòn, se metut de cap e lequèt tot!! Quand estut bien hart se cochèt dens lo prestin e s'endromit, e au bot d'un moment se metut a rondar. Quand Tentenduren, las crabotinas se despeishèren de sortir de lur cacha e corruren dehòra. Aluquèren un grand huc, meturen cauhar una caudèira d'aiga e vironèren a l'entorn en cantons:

84- Bulli, bulh, la caudèira, pr'escaudar lo lop!

85Quand l'aiga bulhit, prenguren la caudèira e, tot d'un còp, la gitèren sau lop. Possèt un brani e hit un saut truncas a la pòrta:

86- Au lop escaudat, au lop escaudat! uchaven las crabotinas.

87- Lo sèi que d'un costat, gufava lo lop en s'escapans, lo sèi que d'un costat!

88Vingut jamès mèi masantar* a l'entorn d'aqueth ostau. Quand la craba revingut, n'aiut pas besonh de cunhar a la pòrta, las crabotinas èren a l'aguèita*, corruren agaitar tur mair, se harblèren* a travès d'era, parlaven totas au còp pre ie contar ce qu'avèn hèit au lop, mès lo visturen jamès mèi e las crabotinas poscuren brostar tranquillas.

Passèri sus un prat,
Pilèri la coa daurat.
Lo rat hit tiiiit!
Valà mon conte fenit!

89M. Lies, 08/05/1992

Contes facétieux

Los vus de Marelís

  • 7 Anciens villages recouverts par l'avancée des dunes au cours des siècles passés.

90Vauc vos contar un afar que s'a passat dau tèmps qu'avè pas encara vis la dispareission de L'Estremèira nimèi d'Astrae e de Cassaci7.

91Alavetz, a Graian, lo bòsc de Baissait se donava la man emb lo de La Hila; e trunc as terròus* de la mar; aquò ne hadè qu'un.

92Dens una clarèira, restava una prauba velha hema, tota sola emb son gat.

93Aqueth dimeishe, avè bauchat come los autes jorns, nòsta hema, Mardis (aquò’s atau que l'aperaven), se'n angut’massar quauques tricots* pre har bulhir lo carròt* de sa sopa mitonada e pre s'escaudinar los pès avant d'anar sorilhar* sus son chenic*.

94Dempuèi l'òra, avè burtlat tot lo bòis sec a l'entorn, e divè s'en.hondar mèi avant dens lo bòsc pre trobar balancas secas.

95Aqueste matin, donc, nòsta hema, après ager arpantat e rondelejat òeben, òcben, aitava lèu ligar son hagòt, se va devisar a quauques pas d’alà, de quauqu'un estalongat au pè d'un cassi. Ie auré quasi tropicat. Mardis s'aprochèt e vistut qu'aquò-z-èra una hema que n'avè jamès visa, tombada sens coneishença.

96Marelís pausèt alà son hagòt e après aier espiat se alentava encara, de rang se metut a rossegar come poscut la hema, que pesava son pes! Atau la carregèt a son praube ostau pre la sonhar.

97Quand se revelhèt, pareis que de tres o quate jorns la hema cutèt pas caquetar*.

98Mès tanlèu qu’estut franc remesa, un bèth matin, dishut a Marelis:

  • 8 Prairie dans les marais de Beychevelle (commune de Saint-JulienBeychevelle), près du château du mêm (...)

99- Credi que me pòi hidar de tu. M'apèri Carabòssa. Vauc te contar ce que m'a'ribat: Quand m'as trobada, m'entornavi dau sabat das sorcièrs que se passa totjorn au Prat Lauret8. Dissabte passat, los auts, gelós, s'an mes tots amassa a travès de jo pre me fóter un torn*. Aquò’s alavetz que m'as visa, dens quau estat...e que m'as sonhada come fau. A l'òra qu'es, aqueths-alà diven estar baubes*, sabes que 'la bala retorna totjorn sau pilòt'! Adara pre coment m'as recaptada e trodinada* a ton ostali e pre te recompensar, vauc te donar a causir tres vus. Pòs demandar ce que vòs, ce que reguilhes lo mèi.

100- Sèi velila e arnada, se podi retrobar ma joenessa..., ce ditz. Marelís.

101Après quauques gestes e quauquas paraulas, vaquí Marelis revinguda a vint ans.

102- E adara, prau segond, que te haré plesir?

103- Vedetz mon velli ostau; ravassegi totjorn d'un chatòu emb tot ce que fau dedens...

104Alavetz, en marmonejans quauques mòts, Carabòssa, fòca la murralha emb sa bagueta e lo chatòu pareis.

105- Enfin, prau troasième vus, a de que as pensat?

106- Sabetz ben que sèi tota sola, me fadré una companhia: un òme de mon atge.

107Sau còp, Carabòssa tocans lo gat emb sa bagueta magica, lo valà sanjat en un bèth joene òme.

108Marelís n'en credè pas sos uèlhs de veire que n'èra pas que dens los contes qu'aquò se passava atau.

109Alavetz lo joene ome dishut:

110- Aquò’s adara, Marelis, que vas te repentir de m’aier hèit crestar!

111A. Bret, 12/02/1991

La promessa dau patron puscaire

112Aqueth matin, a Punta-de-Grava, lo batèu Nòsta-Dauna èra parut pre partir a la pusca. Los matelots èren a lurs postes, i avè mèmes un mossalhon, Joèl, embarcat pre la campanha a bòrn dau Nòsta-Dauna. Tanben èra content. La patron puscaire, Germèn, donava lo darnèir còp d'uèlh, pre veire se tot èra en plaça, se ren ne clochava. Donèt lo sinhau dau depart, e lo batèu, tot belamens, sortit dau pòrt pre ganhar lo large. Lo tèmps èra bèth. Tots pensaven que la pasca saré bòna. Quand ganhèren la hauta mar gitèren los hilats. Lo peis se dishava préner, tot anava bien. Dempuèi un moment, lo patron gaitava au lonh un punt negre que ie didè ren de bòn. Fenit pre dire a sos òmes:

113- Mos amics, i a un mishant tèmps que se prepara, viste fau luvar los hilats, sèi pas se poirem'ribar au pòrt avant l'auratge.

114Aubaïren au pus viste e manobrèren pre virar de bòrn. Lo batèu filava tant que podè mès los nuatges anaven pus viste encara e vingut lo moment ant l'auratge esclatèt au dessús de lurs caps. Èren au mitan de la tempèsta, la mar èra desmontada, i avè de las lamas d'una hautor! Lo petit batèu èra secudit come un tèst de nòtz. Se vedèn perduts. Lo patron se metut a pregar:

115- Nòsta-Dauna, Nòsta Mair, veneti a nòste secors, se nos sauvant, vos prometem de portar a la basilica de Solac un cièrge gròs come lo braç!

116Nòsta-Dauna restèt sorda, e lo mishant tèmps continuèt encara pus rude, los pets d'auratge, la grèla! Los matelots pensaven a lurs hemas, a lurs mainatges que veirén benlèu pas mèi. Lo petit Joèl èra mòrt de páur. Germèn recomencèt a pregar:

117- Nòsta-Dauna, Nòsta Mair, sauvatz-nos, sens vos, sem perduts. Vos prometem de vos portar un cièrge gròs, té, come la cuèisha!

118E valà que las nuas* s'esparraquèren, l'auratge se’n angut au lonh, èren sauvats, la mar s'espacièt mès avèn aiut páur e lo batèu poscut anar repréner sa plaça a Punta-de-Grava.

119Lo lendeman, Germèn e son esquipatge anguren a Solac e, après aier passat au marchand de cierges, se renduren a la basilica. Marchèren trunc a Vantar e, alà, lo patron dishut a Nòsta-Dauna:

120- Come vos l'avièm promés vos portam un cièrge gròs come lo braç.

121Una petita voàs que vinè de l'autar se hit enténder:

122- L'aviètz promés gròs come la cuèisha!

123Germèn reprengut pus rude:

124- Nòsta-Dauna, come vos l'avièm promés, vos portant un cièrge gros come lo braç!

125La petita voàs clishut encara:

126- L'aviètz promés come la cuèisha!

127Alavetz Germèn s'esmalit:

128- Voletz vos taisar petit mishant subgeit, n'ètz qu'a tetar sens ren dire, n’es pas a vos que parli, aquò's a vòsta mair!

129Se coneishetz la basilica de Solac, sabetz que l'òm pòt har lo torn de l'autar, e lo mossalhon pas content de veire que lo capitène tinè pas bien sa promessa, s'avè plaçat darrèir l'autar, aquò’s eth qu'avè respondut.

130M. Lies, 23/04/1983

"Capet" e lo lop9

  • 9 Écrit à partir d'une version orale entendue de la bouche de Mme Élise Mèges (village de Mayan à Ven (...)

131I ave un còp un drollaud que s’aperava "Capet". N'èra pas das pus fins. Un jorn, sa mair, la "Titona", l'envièt a la hèira achetar un landès*. L'achetèt e ie dishut:

132- Tu, as tres pès, jo n’èi que dus, vindràs bien tot sol!

133E se’n angut. Sa mair ie demandèt:

134- Qu'as hèit dau landès*?

135- Eth a tres pès, jo n'èi que dus: n'avè qu'a marchar!

136Un ante còp, sa mair l'envièt achetar un pòt de grèish. En revinens, passèt dens las tèrras e, vedens que i avè de las hendas pertot, las farcit emb sa grèissa. Voitèt lo pòt.

137Sa mair ie ditz:

138- Qu'as hèit de la grèissa?

139- Ei passat sus la diga e come èra piena de crebassas que divèn ie har mau, iese èi mes de la grèissa pre las har secar.

140Un aute jorn "Titona" l'envièt achetar un tesson a L'Esparra. Achetèt lo tesson e ie dishut:

141- As quate camas, jo n'èi que duas. Vindràs bien tot sol.

142E s'entornèt a son ostau. Sa mair ie demandèt:

143- N'as pas achetat de tesson.

144- Sifèt, mès lo tesson a quate camas, jo n'èi que duas; n'avè qu'a marchar!

145- Mon praube petit, saràs morre tant qu'auràs pas trapat lo lop pre la coa.

146"Capet" se metut dens una barrica e atendut. E quand lo lop passèt, lo trapèt pre la coa e dempuèi aqueth jorn, n''estut pas mèi morre.

Passèt sus un prat,
Pilèt la coa dau rat,
Lo rat hit "tit".
Valà lo conte de "Capet" fenit.

147M. Lies, 09/11/1983

Un grand messongèir

  • 10 Village de la commune de Bégadan.

148Voletz que vos conti las gròssas messonjas de Irèm de Corbian10?

149Mon pair as repàs de familha los contava sovent:

150"Un matin que mordissè a pèira hénder las cagolhas cracaven devath mas galòchas, anavi a la chanau lavar mas bornhas*.

151M'entornèri donc emb d'un bèth fricò d'anguilas e de peis e emb d'un cent de cagolhas.

152Un aute jorn, en siguens lo bòrn de la granda canau visturi de l'aute costat una bèra auca sauvatja blaçada. Preni mon lanç, mès au mitan visturi qu'aquò èra trop large. Un còp de rens pre me recapvirar e revinguri d'ant èri partit.

153Un desseir, a la caça a la lèbre, en hadens las regas de vinha, aví oblidat lo plomb pre mon fusilh a piston. Un bèth cerisèir èra dens la vinha...carguèri emb das peròcs*. Un moment après, la lèbre me partit. Tirèri donc mès la manquèri.

154Un an après, au mème endreit, l'aiuri emb dau plomb. Mès ne'n tombèri de cuu: un petit cerisèir avè possat sus son esquina.

155La darnèira! Un matin vauc quèrre ma cavala au prat, me'n visturi pre la gahar: n'avè pas mèi de trabas. Un abuuraduèir prehond, ant lo chivau buvè, èra plen de brochets. Quauquas annadas après ne'n gahèri un long come ma cana. En lo voitans alavetz las trobèri. Eri bien content!"

156Vedetz que los Medoquins saben contar de las rimòlas aussi gròssas que las de Marselha.

157G. Mongay, 07/02/95

Conte de fantômes

L'aliança11

  • 11 Recueilli par B. Saintout en français auprès de Mme Baumann, St-Christoly. S'apparente au conte "La (...)

158Aquò se passava vèrt 1900 dens la parròpia de Sent-Cristòli, dens la nuèit dau premèir au dus de novembre. Una bolangèira revinè, pac a mejanuèit de har son coisheron. Entendut las clochas que sonaven la messa das mòrts e, briga estonada de l'òra, entrèt dens la glèisa a ont l'aufice èra dijara començat. Fòrt de gents èren alà, a l'entorn dau curè d'abans e das enfants de curs que hadèn una cruiosa assemblada, qu'èran mòrts dempuèi mèi o mens pausa. Era una messa bassa, sens predio, dens lo reculhiment lo mèi complet. Quand vingut lo moment de la quèsta, l'enfant de curs passèt la clanca* e nòsta bolangèira, tota confusa, regretèt de ne pas aier de moneda. Pre har come los auts, pensèt a balhar son aliança.

159Lo lendeman, contèt la causa as sòns que riduren, pensans qu'avè ravassejat. Totun podè pas lo creire, n'avè pas mèi son aliança au dit. Pre n'aier lo còr net, tornèt a la glèisa ont cerquèt lo mendre tralh de sa nueitada apuèi se'n angut a la sacristia. Alà tanben, trobèt arren, a part que sus la taula, au ras de la clanca* volta, un anèth d'òrt lusejava sus un plat.

160B. Saintout, 05/02/1986 (traduction en oc par les Tradinaires)

légende

Los renjaires* de Graian12

  • 12 Pour l'identification de certains noms de lieux cités dans le texte, se reporter à la carte 5, p. 1 (...)

161I a pausa d'aquò, Graian e las autas comunas a l'entorn, lonh das senhurts, n'inhoraven ni la praubetat ni la misèra. Los pelegrins gorjats qu'avèn travessat la ribèira pr'anar a Sent-Jaques de Compostèla, ben s'arrestaven a l'Espitau de Graian: mès come n'avèn quasi ren, aqueras praubas gents quitaven quauques ardits mès gaire d'escuts as Espitalèirs.

162Las gents vivèn de ce que se hadèn venir dens lur tèrra negra.

163De tèmps a aute una bòna fortuna arribava: un batèu, trompat pras hucs das mairaus alucats sas terròus*, o possats pras vènts de galèrna o quauqua bohemessa*, escadè de tombar a la còsta cap au Crohòt dau Gurp.

164Los Graianèirs, contents d'aquò, pilhaven e partatjaven tot ce que podèn trobar. Pareis qu'aquò èra un dreit feodau coneishut sau nom d"'avarèc"* que, ce didèn, balhava a las gents d'aquí lo dreit a ce que la mar gitava a la còsta.

165Vaquí qu'un dimeishe de janvièr, pendent la grand messa, come la velha glèisa que se trobava alavetz au costat dau cemetèri èra piena de bònas gents que pregaven lo Bon Dius pre la fin de lur misèra, un brani se hit enténder davant la pòrta:

166- A l'avarèc*/A l'avarèc*!

  • 13 Sorte de vallée entre deux cordons dunaires du littoral.

167Tots entenduren. Sau còp, la glèisa se voitèt, las gents sortiren e marchèren a lurs ostaus atelar beus, ases o chivaus as bròs, carretas, rossègas. Das uns possaven broetas, d'autes, cricats sus de las jancas corrèn tan viste que podèn devèrt la mar a travès la leda13.

168Dens la glèisa, lo velh curè, mossur l'abé Godinèu, restava: sord come un pòt, n'avè pas entendut la sortida das "goilans" enfidèles. Se recapvirans pre dire un "dominus vobiscum", estut, podetz creire, santrasit de veire sa glèisa voita: pas mèi d'òmes, pas mèi de hemas, pas mèì de quites enfants de curt.

169Vedens aquò, l'abé s'esmaguèt:

170- Qué se ie passa donc?

171Lo mande, Charles Laporte, qu'èra restat tot sol emb lo curè, ie gulèt:

172- A l'avarèc*, mossur lo cure, a lavarèc*!

173- A l'avarèc*! ce dishut tanben lo praube curè.

174En se virans de bòrn, acabèt viste sos oremus, se desvestit e se metut a córrer sas tralhs das auts pr'aier, eth tanben, sa part.

175Lo mande pleguèt chusabla e istòla*, sarrèt calici e cibòri, bohèt las candelas e, son dever acomplit, sigut lo movement de pos a la mar.

176Lo camiti èra rude, lo praubet ave pena a se rossegar emb sas galòchas dens lo sable das terròus*, tant que, quand’ribèt a la mar dreit lo Terròu Blanc, l'afar èra hèit.

177Ce que vistut alavetz? Los debrís d'un naviu espebrinats* pertot sau linhòu dempuèi lo Terròu Blanc trunc au Crohòt dau Gurp.

178Lo cadun avè esparat sau sable ce qu'avè poscut amainar*, e arreganhaven los que vinèn rondelejar a Tentoni das pilots; n'avèn pas l'èrt miards*!

179Hardas, barricas, mòbles, cordèus, sacs de harina, òli, bòis, de la grondas placas d'euja, de las quitus candelas de siu, tot aquò prèste a cargar.

180Tot ce que Charles vedè ie hadè gai. Trist e malerus, lo mande se metut a masantar* au mitan das debrís que soluvava emb son pau herrat, au cas que das mèi lèstes qu'eth aiussen quitat quauquarren que poscusse ie servir.

181Au bot d'un moment trobèt pertant, au silh de l'aiga, devath de las èrbas, un crucefic de bòis tot abracat*, comas e braç cassats que pendilhaven de la crotz.

182Emb fòrt de sonh, Charles se metut a ajustar los membres come poscut, emb de la còrda fina que hadè totjorn seguir a la pòcha emb son cotèth. Quand aiut fenit, se'n tornèt tot revurt de pos a Valadas a ont damorava. Lo vènt de mar bollava de pus rude, lo sorelli baishava, las lamas blanquejaven de lonh. Lo praube mande, las de sa lònga cossa, s'arrestèt dreit lo Baren de la Dama pre se pausar e repréner len: se seitèt au rebat d'un boishon d'ajauga e sortit lo crucefic de sa pòcha pre gaitar sa trobalha.

183Tot d'un còp, una auba Tenvironèt. Credut veire, vistut, una fòrma blanca se inastar davant eth e una voàs piena de doçor ie dishut:

184- Pre coment as aiut pitié de ma simpla imatge mutilada, pre coment as volut ajustar mos òs brisats, pre ta recompensa e pre que l'òm se'n sovene, vauc te balhar a tu e a tos descendents, pre totjorn e tant que lo monde sarà monde, lo poder de renjar* los membres cassats o desnadilhats* de tots los malerus que vindràn te lo demandar. A puèi la vision dispareishut.

185Lo sorelh adora se cachava tot roge dens la mar. Charles, credens aier ravassejat, se remetut en camin cap au Piquèir de Martinhan. Quand lo mande estut 'ribat dens son praube ostau, piüsamens, pendilhèt la crotz au cap de son lèit.

186Tot aquò èra quasi oblidat quand, un bèth jorn, son petit dròlle se cassèt un braç en tombons d'un bròç cargat de hen.

187Lo grand-péra, inhorent de la medecina, mès se sovinens de la promessa hèita lo jorn de l'avarèc*, rajustèt autanlèu los òs de son còisho e lo garit.

188Combien vinguren dempuèi ie demandar son aida? Los solatjava e los garissè. Sa renommada bauchèt e s’estendut dens tot lo Medòc e encara pus lonh. Passèt sa via a renjar* braç e camas.

189Quand morit lo 2 de martz 1873 a 88ans, Charles Laporta, que l'òm operava puslèu "Grand Pièrre", avè dijara donat a son rehilh Romèn son poder bien.hadent. Aquò's eth, alavetz, que devingut lo renjaire* de Graian.

190Jan Romèn Laporte avè pre jafre "Braç de fèrt" a causa qu'èra grand e hòrt come un Ercule. Avè vadut lo 6 d'abriu 1847 a Valadas. L'ostau se trobava ant es adora lo casau de Jan Pigotèu. Lo putz es totjorn alà.

191"Braç de Fèrt" estut encara mèi coneishut que l'aute pre coment avè eretat de sa renommada. Sa façon de har n'èra pas la mèmes, emb la força qu'avè dens las mans. Quand quauqu'un vinè emb dima canta estorçuda que s'avè garit de travès, recassava l'òs, l'adreitissè apuèi le sfocava. Mès pra'u cassar, falè que das òmes l'aidèssen. Sovent vinèn quèrre mon praube grand-pèra Cheti Bref que damorava pas lonh, a la Petita Leda, e se metèn a tres o quate pre tenir lo pacient que hremava* briga.

192Sèi pas se credetz que divè gular, lo praube garce!

193Aquò se dishut, alavetz, que "Braç de Fèrt" estut mandat a Bordèu pras grands medecins, e que divut remèter en plaça tots los òs d'una esqueleta.

194Quand aiut fenit iese dishut que mancava un petit òs dau pè... Aquò èra vrai!

195Atau passèt sa via, devoat as auts. Son ostau se trobava alavetz a las Èiras, un chic pus près dau Borg, a tocar lo dau cositi Shanhèu.

196Lo renjaire* estut vebde de Maria Roy, sa premèira hema "Roieta" en1886, mès en1901 se remaridèt emb Maria Luceyran que l'òm operava " Ròsa ". N'aiut pas de còishos.

197Quand vingut la fin, sus son lèit de mòrt, lo darnèir jorn demandèt:

198- Viste, una man, ce dishut, donatz-me una man!

199Mès come n'i avè que de las hemas a l'entorn, poscutpas balhar son don a diguns: podè lo donar qu'ad un òme...

200Se passava, aquò, un jorn de marcat de Sent-Vivian, lo dimècres 29 d'octobre 1913.

201A. Bret, juin 1989

chanson (littérature orale)

La Malhoqueta14 (voir transcription musicale en Annexes p. 315)

  • 14 La Malhoqueta : chanson entendue de la bouche de J. Pigout, de Vendays-Montalivet, dans les années (...)

Èi tocat lo pè
de la Malhoqueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben.

Èi tocat la cama
de la Malhoqueta
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat lo janolh
de la Malhoqueta
lo janolh tot rond
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat la cuèisha
de la Malhoqueta
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat Pierrot
de la Malhoqueta
Pierrot tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat lo ventre
de la Malhoqueta
lo ventre pelat (/ l'estomac tot plat)
Pierrot tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat las popas
de la Malhoqueta
las popas leitosas
lo ventre pelat (/l'estomac tot plat)
Pierrot tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la coma longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat lo còth
de la Malhoqueta
lo còth eslongat (lo còth estorçut)
las popas leitosas
lo ventre pelat (l'estomac tot plat)
Pierrot tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la coma longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat lo menton
de la Malhoqueta
lo menton pinchut
lo còth eslongat (lo còth estorçut)
las popas leitosas
lo ventre pelat (l'estomac tot plat)
Pierròt tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la canta longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat la gola
de la Malhoqueta
la gola bavosa (la gola pudenta)
lo menton pinchut
lo còth eslongat (lo còth estorçut)
las popas leitosas
lo ventre pelat (l'estomac tot plat)
Pierrot tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat lo nas
de la Malhoqueta
lo nas crosterós (lo nas mormerós)
la gola bavosa (la gola pudenta)
lo menton pinchut
lo còth eslongat (lo còth estorçut)
las popas leitosas
lo ventre pelat (l'estomac tot plat)
Pierrot tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat los uèlhs
de la Malhoqueta
los uèlhs laganhós
lo nas crosterós (lo nas mormerós)
la gola bavosa (la gola pudenta)
lo menton pinchut
lo còth eslongat (lo còth estorçut)
las popas leitosas
lo ventre pelat (l'estomac tot plat)
Pierrot tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat lo temp
de la Malhoqueta
lo temp tot trencut*
los uèlhs laganhós
lo nas crosterós (lo nas mormerós)
la gola bavosa (la gola pudenta)
lo menton pinchut
lo còth eslongat (lo còth estorçut)
las popas leitosas
lo ventre pelat (l'estomac tot plat)
Pierrot tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben

Èi tocat lo peu
de la Malhoqueta
lo peu tot trolhat
lo temp tot trencut*
los uèlhs laganhós
lo nas crosterós (lo nas mormerós)
la gola bavosa (la gola pudenta)
lo menton pinchut
lo còth eslongat (lo còth estorçut)
las popas leitosas
lo ventre pelat (l'estomac tot plat)
Pierrot tot frisat
la cuèisha blanqueta
lo janolh tot rond
la cama longueta
lo pè de façon minhon (lo pè de façon dondena)
la façon dau pè tanben
A. Lambert, 28/11/1984

textes de tradition orale mettant en scene la diglossie franco-occitane

Un bocin de vedèth

  • 15 Cf. note 2 in Los renjaires de Graian, p. 154.

202Loïsa restava au Desertat, au sòu de la leda15. N'avè que setze ans. Dempuèi pausa, avè quitat l'escòla sens aier poscut apréner a escriure e a legir, tanben gardava sus las lescas las olhas de son pair. Tots los dimeishes anava a la messa.

203Aqueth matin, avant que se'n angue, sa mair ie dishut:

204- Après l'aufice, airàs au bochèir quèrre un bocin de vedèth pre nòste vrespar.

205Nòsta gojata se'n angut prau sendèir que'ribava a son ostau.’Quò èra au printemps: ajaugas e ginèstras en flor, sintens aulent. Cantava sau camin. Pac au borg s'arrestèt de rescut*:

206- Dau vedetti, dau vedetti, come aquò se ditz en francés?

207Se didè "dau vedetti, las gents van se fóter de jo", e la valà tota estromblejada*.

208A l'aufïce, ie pensava puslèu que de pregar. Lo Bon Dius, divut ie enviar sa lutz. Au darnèir Evangile, avè trobat. Au sortir de la glèisa, se'n angut au bochèir Quora'ribèt son torn, aquò's sens páur que dishut:

209- Balhatz-me un morceau de bedeau pre la grilha.

210Comprengut pas pre coment lo bochèir ridut tant en ie balhans son bocin de vedèth.

211D. Baron, 08/02/1984

Boisha-te los pès

212Antonin avè mau dens una espatla, tan mau que podè pas quasi se virar de bòrn dens lo lèit. Sa hema ie dishut:

213- Va-te’n donc veire lo medecin, anuèit ie plèu, perdràs pas de tèmps.

214Après vrespar se'n angut au borg, emb son grand parapluèja blu. Lo cambi èra destrempat, aiut viste de la hanha trunc as cavilhars.

215Un còp’ribat au medecin, vistut sus la pòrta un mòt d'escriut: "Essuyez vos pieds avant d'entrer". Aquò l'estonèt un chic, mes los medecins son pas de las gents come las autas, han ren que se lavar las mans quand van as ostaus.

216Nòste òme, aubaïssent, se sheitèt sau selhau, tirèt sos solièrs, sas caucetas, prengut dens sa pocha son mochòre a carrèus e se boishèt los pès, e tanlèu se recaucèt.

217Content d'eth, obrit la pòrta e s'entornèt dens un colidòrt ont, sus un bèth tapis roge, sos solièrs hanhós tralhaven a cade pas.

218D. Baron, 19/12/1984

Lo pair Noire

219Avè un petit ostati bien tingut e, a tres metres de son selhau, i avè la passa de Maine Moniti a Peiriguèirs qu'èra comunala, mès pas fort entretinguda. I avè de las arrundras, de las ajaugas e totas sòrtas d'èrbas; avè decidat de ie botar lo huc.

220Mès aqueth jorn ventava dau meijorn. Lo huc ie escapèt e burtlèt quauques aubres au bòsc dau Sablon.

221Lo mèste sadit lo jutge de pès, lo quau mandèt lo pair Nòire. Lo jutge ie pausèt quauquas questions, respondut totjorn tot belamens mès en patoàs. Lo jutge, esmalit, ie dishut:

222- Répondez-moi en français!

223Nòste òme respondut en soridens, mès totjorn en patoàs:

224- Alavetz sètz pus morre que jo! Vos compreni e vos, ne comprenetz pas ce que didi.

225J. Guidon, 10/03/1983

récits de sorcellerie

La hema qu’avè hame la nuèit

226Dempuèi pas mau de tèmps, la hema de JantUhòt èra malauda, ne podè pas minjar lo jorn, n'avè hame que la nuèit.

227Una nuèit que Jantlhòt ie preparava son repàs, entendut dau bruèit dens son prat, obrit doçamens los contravènts e que vistut au rai de la luna? Dus petits cans blancs que s'amusaven, se corrèn darrèir, s'atrapaven a braçats e recomençaven lur cossa.

228Jantilhòt prengut doçamens son fusilli e tiret alà dedens. End aqueth moment entendut:

229- Oi, oi, m'as tuat!

230Quauques jorns pus tard, son vesin morit l'òm n'a jamès sabut de qué.

231Dempuèi aqueth jorn la hema de Jantilhòt n'estut pas mèi malauda e aiut jamès mèi hame la nuèit.

232D. Ardilley, 20/02/90

Jaquemèn lo pauruc

233Un desseir de la setmana passada, mon pair m'envièt tornar lo vedog* dau Cadishon que ie avè maluvat dempuèi quauques jorns.

234- Apuèi t'arralhes pas trop, ce dishut-ith, sabes que dens lo bòsc, la nuèit, i a das mauhadents!

235E òc, apuèi pre lo travessar, i avè just un roptèc* e n'èri qu'un coishard*. Partiri en chiulans, lo vedog* sus l'espatla. Me soveni que ie hadè,aqueth dessein un grand vènt aholatit*, ie vinè d'aqueras bohemessas* que me hadèn calandrar*.

236Quand'ribèri a l'ostau dau Cadishon, ie hadè horbalha. Sa hema, la Marineta, avè hèit de las crespas, falut ne’n minjar, apuèi falut trincar. En caquetans*, lo temps passava. Quand voluri partir, hadè grand nuèit. Lo Cadishon me dishut:

237- Vòs qu'angui emb tu un chicòt de camin? N’auràs pas páur?

238- Voletz rider! Ei lèu quinze ans, emb los autes galipauds* comenci a vironar a l'entorn de las gojatas, sari adoniu*/Se fotrén ben de jo se lo sabèn! Merda, me'n vauc.

239Cadishon barrèt la pòrta. En sortens de la lutz, ie hadè encara pus negre. Me valà partit. En aprechans dau bòsc, la páur me trencava*, entendí brossalhar dens lo hossat. M'avèn talamens parlat das sorcièrs que ne'n vedípertot! M'avèn dit que n'i avè que marchaven tots penuds sus las sègas d'abredas, das auts que se sanjaven en cans e qu'anaven a las dorgas das vesins e carrejaven das hagòts de hen sus l'esquina. Ren que de ie sonjar, mos peus se hicaven sau cap.

  • 16 Erica scoparia L.

240Me despechavi tant que podi; entendi brossalhar de mèi en mèi pertot. Avi bèth me reboterar, vedi ren. D'un còp me baishèri de rescut*, trapèri mos esclòps a la man apuèi esgalampèri tant que poscuri, m'entravalhavi dens las arrundras, m'en.hastavi sas espècs* de branas16. Entendi lo sorcièr bohar dens mon esquina come un taure esmalit! Corri totjorn! Quand'ribèri a l'ostau, n'avípas mèi un peu de sec! Podi pas mèi bohar, m'apogèri descontra la murralha pre repréner len.

241Credé que mas gents se hadèn dau mishant sang en m'atendens, e ben non! Quand obriri la pòrta, los visturi entaulats tots dus, l'un de cara a l'auta, vinens de minjar la sopa apuèi hadèn tovina:

242- Vès, me dishut mon pair, t'atendem, n'as pas aiut páur?

243Me santrasit que poscuri pas respónder, m’anguri jacar sens sopar. Me sovindrèi d'aqueth còp e sèi solide qu'èra un sorcièr que m'avè acampat e benlèu un sorcièr ligador*. L'escapèri bèra!

244M. Lies, 02/07/1982

Lo can sorcièr

245A Maian, autes còps, i avè quasi autant de sorcièrs que de gents. Hadèn que se fóter das torns* los uns as auts e lo curè n'avè totjorn quauque d'un pendilhat a sa sotana pre que lo deliguèsse.

246Lo Firmili tanben, falut qu'angusse trobar lo cure. Era un bòn paisan, lo Firmili, ave un grand ligòt de vacas. Pre bot de sa pargau ave una bèra dorga de hen. Un matin se devisèt que son ben demingava rude.

247- Ah, ah! dishut-ith, va faler que haishi cas!

248Dens la nuèit, una idèia ie disbut de se luvar. Obrit sa binèstra e manquèt s'estalongar de garras en l'èrt. Se gahèt au rebòrn* de la croasèia en trimolans: ce que vede ie copava braç e comas. La luna rajava, ie hadè dar come en plen jorn e, sau treuch, un grand canbàs que se'n aliava emb d'un hagòt de ben sus l'esquina. Firmili auré volut uchar, mès podè pas, la páur lo droblava e lo rendè muc. En se rossegans come poscut, tornèt se codiar, mès clavut pas l'uèlh de la nuèit.

249A la punta dau jorn, mon Firmin angut trobar lo curè e ie contèt son afar. Lo curè ie benedit dau plomb e ie dishut:

250- N'oblides pas de tenir ton fusilh la cròça en avant, veiràs que lo mancaràs pas.

251A la tombada de la nuèit, Firmin s'angut cachar dens la pargau e hadè lo nhau prima cleuja*.

252Era alà dempuèi un moment, va te veire'ribar lo can, tot belamens hit son hagòt, lo carguèt sus son esquina e lo valà partit. Tanlèu que lo can estut pro Ioidi

253- Firmin volè pas totun lo tuar, ie fotut un còp de fusilh, come ie avè dit lo curè, en tinens la cròça en avant, e ie tardava de saber come l'afar s'anava acabar.

254N’atendut pas pausa. Lo lendeman, de bòna òra, valà un petit còishe que 'riba:

255- Mon pair pòt pas venir trabalhar anuèit.

256- Ab! dishut Firmin, qu'es aquò qu'a? Es malaut?

257- Non, n'es pas malaut, mès sèi pas ce qu'a gahat, ma mair ie sòrt das plombs de las camas. Pòt pas marchar.

258Aquò ie hit un còp au Firmin d'apréner qu'avè tots los jorns un sorcièr dens son ostau. Estut un tròç de tèmps estalabordit.

259Adara los Maianèirs dròmen tranquilles, i a pas mèi un sorcièr dens tot lo maine*.

260M. Lies, décembre 1982

récits burlesques de tradition orale

"Vous avez le temps?"17

  • 17 Entendu par S. Allard de la bouche de son frère.

261Cricat sus son carret, mossur Aimé aimava que l'òm l'aperèsse atau se rendè de Montalivet a son ostau. Pre la magror tot èra a l'avinens, mèstes e chivau, e l'òm podè comptar las còstas das cans e de las crabas estacats au pè de la granja.

262Era lèu rendut pac a la passa de Malassis quand vistut sau camin,’ribans de cara ad eth, una hema que marchava d'un bòn pas. Quand estut a son autò, l'arrestèt e montrans lo punhet ie demandèt:

263- Pardon monsieur, vous avez le temps?

264Sau còp respondut pas, vistut que la coneishè pas, un chic embarrassat, se gratèt los peus en soluvans son capèth e ie dishut:

265- Oh! èi lo temps, nom de Dius, mès quèi me gardarà lo chivau?

266Nòsta hema, una Anglesa que se rendè au camp naturista, comprengut pas sa responso, pas mèi qu'eth n'ave sesit que ie demandava selamens l'òra...

267S. Allard, 10/12/95

La bòna aiga

268Dens lo temps, Bernardin avè davant son ostati au ras dau camin un putz emb son nauc. Devath los aubres l'aiga èra fresca e bòna. Lo bestiar dau vesinatge lo sabè ben quora Martin passava emb son ligòt d'olhas. Francés, emb sas vacas o tot paisan emb son chivau o son ase, i avè totjorn una pausa a l'entorn dau nauc dau Bernardin. Un jorn d'estiu lo guelhaire que acampava* tots los ostaus dau vilatge pre trocar sa pacotilha (bòlas, sietas, veires) descontra pèths de lapin o sacas de guèlhas, s'arrestèt ensequerit* au putz dau Bernardin e ie demandèt se son aiga èra bòna a buure e se podè ne'n préner.

269- S'es bòna! dishut l'òme, ah! Podetz ne'n préner tranquille, té! Totas las bèstias que passen s'arrèsten pre ne'n buure!

270D. Baron, 24/02/1982

histoires de chasse

La caça a la lèbre

271Lo temps de las venduunhas passat e l'escolatge fenit, dens lo petit matin ensorelhat e brumós, entendièm, cap au bòsc, lo "Titon" e lo "Pechin" har córrer lurs cans au tralh de la lèbre que passava dens la sèga dau casau a dreit de l'ostau. Mès valà qu'aquera-aquí vingut dreit a la clida de la cortiulau* e se cunhèt, come après un palaviret*, cabirolèt dens lo caban ant ma comair horissè* lo potin dau tesson. Quitans lo caudeiron, la gaha pre l'esquina e ucha sa goja:

272- Pòrta viste un cotèth e la bòla!

273Tanlèu la lèbre estut sagnada, abilhada, estripada, esparada sau petit gambalòt, entenduri lo "Titon " au revès dau casau, que didè:

274- Mon can l'a visa e l'a siguda, mès valà que reven. A'nt a donc passat? Puèi entenduri pas mèi los compairs de caça. La lèbre fenissè de secar devath un noguèir. Lo lendeman, trapèri lo trinchon* e la picassa*. Abocinada, la bèstia dispareissut dens la marinada abèca pebre, laurèir, erbicha, anhons, alh, caròtas, espècias, vin roge "de devath los hagòts " e òli.

275Cap au dijaus, dens la grand coquèla, au bòrn dau hoguèir, la lèbre cuedè belamens trunc au dimeishe. Revinièm de la messa, la lèbre, que s'escaudinava sau braset, sintè dempuèi lo camiti. Quau bòn vrespar anàviem bar! End aqueth moment, rencontrèrent "Titon" e "Pechin" que paronaven lurs cans, nos dishuren:

276- Credi bien qu'anuèit veirem pas nòsta lèbre. Que ne'n pensati?

277- Ah si ben, vos a pas atendut!

278Au Ioidi, "Contilha" uchava "Titon":

279- La panada es prèsta, ven viste vrespar!

280P. Lanneau, 07/04/1992

La leda18 de Graian autes còps

  • 18 Cf. note 2 in Los renjaires de Graian, p. 154.

281Autes còps dens la leda de Graian, i avè una bòna dotzena d'olhèirs, e arribava mante còp que se retrobaven amassa. Mancaven nuda aucasion de se har dus escarnis.

282N'i avè qu'èren caçaires e alavetz n'existava que das fusilhs a piston. La cargo partè pas totjorn quand l'amorça s'alumava.

283Un jorn, tant que vrespaven, iese passèt sau cap un ligòt d'aucas. L'un d'entre eths iese fotut dus còps de fusilli. Coma n'ie'n tombèt nuda, los auts se foturen d'eth. Emb d'un grand calme, iese respondut:

284- Atendetz encara un chic avant de ríder, tots los plombs son pas benlèu encara arribats.

285H. Laporte, 21/05/1991

contes

Contes étiologiques

La légende du rouge-gorge

286Au commencement du monde, le rouge-gorge n'était pas comme maintenant, il était tout gris. Les oiseaux n'étaient pas gais, ils étaient vilains, tous ébouriffés. Ils étaient rabougris comme s'ils avaient été couverts de poux. Ils avaient froid. Ils avaient beau se mettre à l'abri, se blottir sous les feuillages, ils n'arrivaient pas à se réchauffer. Un jour ils tinrent conseil, le plus vieux des oiseaux dit :

287- Cette vie ne peut plus durer, il faudrait que l'un d'entre nous s'envole vers le soleil, aussi haut qu'il pourrait, et revienne nous apporter de la chaleur.

288Aussitôt le roitelet s'avança :

289- Moi je vais y aller, je suis plus léger que vous, j'irai plus haut et je vous apporterai de la chaleur.

290Tous les oiseaux le regardèrent s'envoler, mais ils l'eurent vite perdu de vue. En rien de temps il fut derrière les nuages. Ils étaient tout contents, deux ou trois se mirent à chanter... Pas longtemps, le roitelet retomba sur terre, rôti, flambé, aussi nu que le jour où il était né ; il s'était approché trop près du soleil. Les oiseaux coururent vite partout chercher des plumes pour le couvrir, mais le rouge-gorge, afin de mieux l’abriter, se serra tellement contre le roitelet qui rougeoyait encore, que toutes ses plumes qui le touchèrent devinrent rouge comme du sang. C'est depuis lors que l'on voit notre petit rouge-gorge si joli que l'on voudrait l'attraper et le caresser.

291Mais il n'eut pas affaire à un ingrat. L'hiver, lorsqu'il fait froid, le roitelet s'approche de lui et lui dit tout doucement :

292- Petit rouge-gorge vient te chauffer dans la maison de mon père, il y a des bûches qui sont grosses comme ma cuisse.

La légende du coucou

293Qui de vous sait à quel moment le coucou arrête de chanter ?

294Lorsque le Bon Dieu avait à faire sur terre et que venait l'époque de moissonner pour rentrer le blé dans les granges, il convoquait tous les oiseaux. Une fois donc, ils se rendirent tous et le Bon Dieu savait que le coucou était fainéant, qu'il ne pouvait même pas se construire un nid : il lui flanqua deux gerbes de blé sur le dos pendant que les autres oiseaux n'en avaient qu'une.

295Le malheureux coucou avait beau tourner la tête d'un côté, de l'autre, pour se débarrasser de ses gerbes, il dut faire toute la moisson et il dit :

296- l'année prochaine, vous ne m'aurez pas !

297Tout le monde sait que le seigle est bon à couper avant le blé et, à la première poignée de seigle coupée, le coucou arrêta de chanter. Quand arriva le moment de rentrer le blé, le Bon Dieu ne pensa plus au coucou et les oiseaux charroyèrent le blé. Mais le coucou était à l'ombre en train de se moquer d'eux.

Contes réalistes

Une famille pauvre

  • 19 Voir définition in BOISGONTIER J., Dictionnaire du français régional des Pays Aquitains. Paris : Éd (...)

298Autrefois les gens faisaient leur pain chez eux. Ceux qui n'avaient pas de blé n'avaient pas de pain et se contentaient de "miques"19. Il y en avait qui étaient très pauvres, avec beaucoup d'enfants, qui habitaient à L'Espinote et que l'on appelait les "Courran". Ils envoyaient les filles aînées mendier à toutes les portes en disant :

299- Donnez-moi un morceau de pain, je vous prie !

300Elles ne se décourageaient pas et lassaient les gens qui leur donnaient toujours quelque chose pour s'en débarrasser. On faisait alors le pain de seigle, celui de blé et de seigle, et celui de blé seul. Le frère, caché dans quelque coin, attendait l'arrivée des filles. Afin de faire le tri, il s'accroupissait au soleil, derrière une haie. Il prenait morceau après morceau et, quand il trouvait du pain blanc, il disait :

301- Le pain blanc craque sous la dent,
pain de méture, celui qui n'en a pas endure,
Pain de seigle, toi tu passeras par-dessus la haie.

Le paysan au cœur de pierre

302Il était une fois, au fin fond de la lande, une père de famille qui était malheureux, mais malheureux comme on ne peut pas s'en faire une idée. Lui et sa femme avaient beau se décarcasser, se démener, ils n'arrivaient pas à sortir de la misère. Pour arranger le tout, ils avaient une quantité d'enfants, ils ne savaient au juste combien. Parfois, il les faisaient mettre en rang pour pouvoir les compter, mais les petits vauriens, croyant que leurs parents voulaient jouer avec eux, ne faisaient que courir de tous côtés. Je crois qu'ils en avaient neuf ou dix, mais ils étaient trop petits pour travailler. Ils faisaient quelques menus travaux chez les voisins : garder les oies, ramasser de l'herbe pour les lapins, mais ils ne recevaient pas grand chose pour leur peine et, sur la table, il y avait plus souvent des pommes de terre bouillies que du poulet rôti. Les voisins ne manquaient pas dans ce hameau ; des paysans, mais qui ne valaient pas plus cher les uns que les autres. Un jour cependant, le père décida d'aller en trouver un pour lui demander de l'aide. Eh bien ! Il ne pouvait pas tomber plus mal, celui-là était pingre comme une pomme de pin verte. Après l'avoir salué il lui dit :

303- Vous me connaissez, vous savez que je suis honnête, ma femme et moi travaillons tant que nous pouvons mais nous sommes très malheureux, le boulanger nous a menacé de ne plus nous fournir de pain. Si je viens vous demander de bien vouloir nous prêter quelques sous c'est que je vous les rendrai dès que je pourrai.

304- Mais je ne refuse pas de te prêter quelques sous, répondit le paysan, toutefois je ne suis pas seul à décider ; je dois demander conseil à mes amis. Tu viendras avec moi demain, nous irons leur poser la question, tu entendras comme moi ce qu'ils me diront.

305Le lendemain, le père se rendit chez le paysan, ils partirent tous deux en direction d'une grande forêt et, à un endroit que le paysan connaissait bien, ils s'arrêtèrent et il demanda au père :

306- Si je te prête de l'argent, promets-tu de me les rendre, de me rembourser à coup sûr ? Nous le promets-tu ? Alors écoute bien !

307Le paysan se mit à crier :

308- Es bòn pagaire ? (ce qui veut dire : Est-il bon payeur ?)

309- Pas gaire (pas du tout), répondit l'écho.

310- Je ne lui prête pas un sou ?

311- Pas un sou, répondit encore l'écho.

312- Tu as entendu, dit le paysan, mes amis n'ont pas confiance en toi, je ne peux pas aller à l'encontre de leur conseil.

313Et il se retourna et s'en alla à grands pas. Le pauvre homme s'en revint en pleurant, en se demandant comment il allait faire pour donner du pain à ses enfants et en se disant que le gros paysan, avec tout son argent, avait une pierre à la place du cœur.

Les trois filles

314Il était une fois un homme qui avait trois filles. Bien qu'elles fussent un peu avancées en âge, elles n'étaient pas mariées mais ne vivaient pas avec leur père. Elles avaient loué chacune une maison et travaillaient comme elles l'entendaient pour gagner leur pain. Un jour leur père exigea qu'elles viennent le voir, il voulait leur parler :

315- Je vais aller faire un voyage, je ne reviendrai que dans un an, mais avant de partir je dois vous dire quelque chose. Vous savez que je n’ai que la maison à vous léguer, je ne peux pas la partager en trois. Je ne voudrais pas la vendre, elle vient de ma famille et j'aimerais qu'elle y reste. Alors, à partir d'aujourd'hui, je vous demande de ne pas gaspiller votre salive ni vos balayures. Lorsque je reviendrai j'irai vous voir, et celle qui aura le mieux tenu compte de mon conseil héritera de la maison. Vous êtes d'accord ?

316Elles répondirent toutes à la fois :

317- Nous sommes d'accord !

318- Entendu, dit le père, nous nous reverrons dans un an !

319Les filles retournèrent chez elles reprendre leurs travaux quotidiens. Un an fut vite passé. Après son retour, le père fit savoir à ses filles qu'il passerait les voir tel jour afin qu'elles l'attendent. Il alla chez la première :

320- As-tu suivi mon conseil ?

321- Moi je n'ai pas gaspillé ma salive, dit la fille. Regardez !

322Dans un coin de la pièce il y avait un baquet à demi plein. Le père se retourna sans dire mot. Il alla voir la seconde :

323- Et toi, as-tu tenu compte de mon conseil ?

324- Oh moi je n'ai pas gaspillé mes balayures. Regardez !

325Contre le mur se trouvait un tas de déchets, de miettes. Il y avait de tout ! Le père se dépêcha de partir. Chemin faisant, il se disait :

326- Si la dernière est comme ses sœurs, j’irai de ce pas mettre la maison en vente. Je ne m'attendais pas à cela.

327Il ne s’attendait pas non plus à ce qu'il trouva : une maison bien tenue, devant la porte un jardin plein de légumes et de fleurs et, dans un enclos, de la belle volaille.

328- Quel plaisir tu me fais, dit le père, je ne te demande pas si tu as suivi mon conseil, tu n’as pas perdu ton temps à cancaner, tu n’as pas laissé perdre la moindre miette. Je suis content de toi et puisque tes sœurs étaient d'accord c'est toi qui aura la maison.

329Et le père s'en alla le cœur content.

330"Tous les jours, quand je balaie par terre, je pousse vers le tas de balayures".

Contes d'animaux

Le renard et l'escargot

331Il était une fois un renard et un escargot qui ne s'aimaient pas. Je ne sais pas ce qu'il y avait entre eux mais ils ne pouvaient pas se sentir. Un jour l'escargot dit au renard :

332- Toi, avec tes grandes jambes, tu te figures courir plus vite que moi !

333- Je me le figure et puis j'en suis sûr. Si tu veux, nous allons faire la course de suite.

334- Oh, oh, pas si vite, répondit l'escargot, moi je ne cours jamais au pic de la chaleur ! Mais, si tu veux, demain matin vers neuf heures, tu viendras ici, nous partirons du piquet du jardin jusqu'au premier gros pin, là-bas, on fera aller et retour deux fois. Ca suffira.

335- Ca suffira avant, misérable escargot, répondit le renard en s'esclaffant, je viendrai demain !

336À la tombée de la nuit, l'escargot alla trouver son compère :

337- Je viens te demander un service : j'ai besoin de toi. Demain je fais la course avec le renard.

338- Mais tu es complètement fou, malheureux, répondit le compère !

339- Tais-toi et laisse-moi finir. On va courir depuis le piquet du jardin jusqu’au premier gros pin, là-bas. Tu iras te mettre derrière le pin et quand le renard arrivera, il dira : "je suis arrivé ! !" Toi, tu diras : "moi je reviens ! !" Tu peux bien faire ça pour moi ! On fera aller et retour deux fois. Pour la peine, tu viendras brouter une laitue dans le jardin où j'habite.

340- Eh bien, ça va, répondit le compère ! Demain matin tôt je serai au pied du pin. Le lendemain à l'heure dite, le renard et l'escargot se retrouvèrent au pied du piquet du jardin.

341- Tu es toujours décidé, demanda le renard ?

342- Toujours, répondit l'escargot ! Je vais compter : un, deux, trois !

343Le renard partit les quatre pieds à la fois, il filait, en rien de temps il fut au gros pin :

344- Je suis arrivé !

345- Moi je reviens, répondit le compère escargot !

346Encore une fois, le renard, hardi petit ! arrive au pin :

347- Je suis arrivé !

348- Moi je reviens, dit le compère !

349Pour la dernière fois, lancé à fond de train, il arrive au piquet hors d'haleine.

350- Je suis arrivé !

351- Moi je t'attends, répondit l'escargot !

352Il se passa quelque chose dans la tête du renard. Il revint au petit trot vers le gros pin et là trouva le compère escargot qui se réjouissait. Il le regarda sans dire un mot et le prit dans sa gueule, il revint au piquet du jardin et trouva l’autre escargot qui riait tant qu'il pouvait. C'en était trop, en colère, fâché de voir que les escargots s’étaient moqués de lui, sans plus attendre le renard les mangea tout crus !

Le loup et les biquettes

353Il était une fois une chèvre et ses petites biquettes qui vinrent se promener sur la lande. Le coin leur plut et elles y restèrent. Autour de leur maison il ne manquait pas de ronces ni de lierre. Elles n’avaient pas besoin d’aller loin pour brouter. Le loup ne venait pas souvent rôder à cet endroit. Une fois où il s’était approché de trop près, ses fesses firent la connaissance avec les cornes de la chèvre, aussi se méfiait-il et restait-il à l'écart. Mais voilà qu'un jour la chèvre se casse une jambe, elle se trait du lait et en fait du fromage, elle le met dans la maie, et elle s'en va appeler ses biquettes :

354- Mes petites, je viens de me casser une jambe, il faut que j'aille chez le rebouteux me faire soigner. Vous serez seules pendant deux ou trois jours, je vous ai fait du fromage. Je l'ai mis dans la maie. Ne le gaspillez pas afin de pouvoir tenir jusqu'à ce que je revienne. Tant que vous serez seules, vous resterez enfermées. Vous ne sortirez pas. Vous pousserez le verrou et, si quelqu'un vient frapper à la porte, vous n’ouvrirez pas. Quand je reviendrai je frapperai trois coups à la porte et vous dirai : "Ouvrez-moi, mes petites biquettes ! Je vous apporte un pis plein de bon lait", et je vous montrerai ma patte blanche par-dessus de la porte.

355Les biquettes promirent ; elles verrouillèrent bien et la mère partit se faire soigner. Mais justement ce jour le loup était venu errer sur la lande et avait entendu tout ce que la mère avait dit à ses petites. Aussi, le lendemain, la gueule enduite de farine il s'en vint frapper à la porte : toc, toc, toc !,

356- Ouvrez-moi, mes petites biquettes, je vous apporte un pis plein de bon lait !

357- Oh ! dirent les biquettes, ce n'est pas notre mère ! Elle ne parle pas comme ça et puis elle nous a dit qu'elle nous montrerait sa patte blanche par-dessus la porte.

358Le loup entendit, revint chez lui ; il saisit un sac de farine et se met à s'enduire la patte, et frotte, frotte ! pour qu’elle soit bien blanche et, dans l'après-midi, il revint encore à la maison des chèvres : toc, toc, toc ! à la porte, puis il essaya de parler tout doucement :

359- Ouvrez-moi, mes petites biquettes, je vous apporte un pis plein de bon lait ! puis il passa sa patte par-dessus la porte.

360Les plus grandes ne voulaient pas ouvrir, mais les petites crurent que c'était leur mère. Elles allèrent tirer le verrou, le loup n'attendait que cela pour rentrer. Heureusement qu'au fond du logis il y avait une cache et les biquettes eurent tôt fait de s'y engouffrer. Le loup était trop gros, il ne put pas passer. Il se mit à fouiner partout pour voir s'il ne trouverait pas quelque chose à manger. Il sentit le fromage, alla vers le pétrin, le goûta et le trouva bon. Il s'installa en face et avala tout ! ! Quand il fut bien rassasié, il se coucha dans la maie et s'endormit. Au bout d'un moment les biquettes l'entendirent ronfler. Elles se dépêchèrent de sortir de leur cachette et coururent dehors. Elles allumèrent un grand feu, mirent une marmite d'eau à chauffer et tournèrent autour en chantant :

361- Bout, bout, la marmite, pour ébouillanter le loup !

362Lorsque l'eau se mit à bouillir, elles saisirent la marmite et, d'un coup, la jetèrent sur le loup. Il poussa un cri et fit un saut jusqu'à la porte :

363- Au loup échaudé ! au loup échaudé ! hurlaient les biquettes.

364- Je ne le suis que d'un côté, criait le loup en s'échappant, je ne le suis que d'un côté !

365Lorsque la chèvre revint, elle n'eut pas besoin de frapper à la porte, les biquettes étaient à l'affût, elles s'élancèrent au devant de leur mère, elles sautaient, se dressaient vers elle. Elles parlaient toutes en même temps pour lui raconter ce qu'elles avaient fait au loup qui ne vint plus rôder sur la lande et les biquettes purent brouter tranquillement.

Je suis passé sur un pré,
j'ai marché sur la queue du rat,
Le rat a fait tiit !
Voilà mon conte fini !

Contes facétieux

Les vœux de Marélis

366Je vais vous raconter une histoire qui s'est passée à l'époque où L'Extrémeyre et Astrac et Cassac n'avaient pas encore disparu.

367À cette époque, à Grayan, le bois de Baissan rejoignait celui de Lahille ; et jusqu'aux dunes de la côte, cela ne faisait qu'un.

368Dans une clairière, habitait une pauvre vieille femme, toute seule avec son chat.

369Ce dimanche-là, elle avait commencé à vaquer à ses occupations comme les autres jours, notre femme. Marélis (c'est ainsi qu'on l’appelait) partit ramasser quelques branchages pour faire bouillir le pot pour sa soupe mitonnée et pour se réchauffer les pieds avant d'aller somnoler sur sa paillasse.

370Depuis le temps, elle avait fait brûler tout le bois sec des environs, et elle devait s'enfoncer plus profond dans la forêt pour trouver des branches sèches.

371Ce matin-ci, donc, notre femme, après avoir arpenté et fouillé partout bien comme il faut, allait vite lier son fagot lorsqu'elle aperçut, à quelques pas de là, quelqu'un qui était allongé au pied d'un chêne. Elle aurait presque trébuché contre. Marélis s'approcha et vit que c'était une femme qu'elle n'avait jamais vue, tombée sans connaissance.

372Marélis déposa son fagot par là et, après avoir regardé si elle respirait encore, aussitôt elle se mit à traîner comme elle put cette femme, qui pesait son poids ! Elle la transporta ainsi jusqu'à sa pauvre maison pour la soigner. Quand elle se réveilla, il paraît que durant trois au quatre jours la femme ne put parler.

373Mais sitôt qu'elle fut bien remise sur pied, un beau matin, elle dit à Marélis :

374- Je crois que je peux te faire confiance. Je m'appelle Carabosse. Je vais te raconter ce qu'il m'est arrivé : quand tu m'as trouvée, je revenais du sabbat des sorciers qui a lieu au Prat Lauret. Samedi dernier, les autres, jaloux, se sont tous acharnés après moi pour me jeter un sort. C'est alors que tu m'as vue, dans quel état... et que tu m'as soignée comme il faut. A l'heure qu'il est, ces derniers doivent être éreintés, tu sais que la balle revient toujours à l'envoyeur ! Maintenant puisque tu m'as recueillie et choyée chez toi, et pour te récompenser, je vais te donner trois vœux à choisir. Tu peux demander ce que tu veux, ce dont tu as le plus envie.

375- Je suis vieille et mitée, si je pouvais retrouver ma jeunesse..., dit Marélis.

376Après quelques gestes et quelques paroles, voici Marélis revenue à ses vingt ans.

377- Et maintenant, pour le second, qu'est-ce qui te ferait plaisir ?

378- Vous voyez ma vieille maison ; je rêve toujours d'un château avec tout ce qu'il faut dedans...

379Alors, en marmonnant quelques mots, Carabosse touche le mur avec sa baguette et le château apparaît.

380- Enfin, pour le troisième vœu, à quoi as-tu pensé ?

381- Vous savez que je suis toute seule, il me faudrait une compagnie : un homme de mon âge.

382Aussitôt, Carabosse touchant le chat avec sa baguette magique, le voilà changé en un beau jeune homme.

383Marélis n'en croyait pas ses yeux de voir qu'il n'y avait pas que dans les contes que ça se passait comme ça.

384C'est alors que le jeune homme lui dit :

385- C'est le moment, Marélis, de te repentir de m’avoir fait châtrer !

La promesse du patron-pêcheur

386Ce matin-là, à la Pointe-de-Grave, le bateau Notre-Dame était prêt à partir pour la pêche. Les matelots étaient à leurs postes, il y avait même un mousse, Joël, embarqué pour la campagne à bord du Notre-Dame. Aussi était-il content. Le patron pêcheur, Germain, jetait un dernier coup d'œil pour voir si tout était en ordre, si rien ne clochait. Il donna le signal du départ, et le bateau, tout doucement, sortit du port pour gagner le large. le temps était beau. Tous pensaient que la pêche serait bonne. Quand ils gagnèrent le large ils jetèrent les filets à l'eau. Le poisson se laissait prendre, tout allait bien. Depuis un moment, le patron regardait au loin un point noir qui ne lui disait rien de bon. Il finit par dire à ses hommes :

387- Mes amis, il y a du mauvais temps qui se prépare, il faut vite relever les filets, je ne sais pas si nous pourrons arriver au port avant l'orage.

388Ils obéirent aussitôt et manœuvrèrent pour virer de bord. Le bateau filait tant qu'il pouvait mais les nuages allaient encore plus vite et vint le moment où l’orage éclata au-dessus de leurs têtes. Ils étaient au milieu de la tempête, l’océan était démonté, il y avait des vagues d'une hauteur ! Le petit bateau était secoué comme une coque de noix. Ils se voyaient perdus. Le patron se mit à prier :

389- Notre-Dame, Notre Mère, sauvez-nous, venez à notre secours, si nous nous sauvons, nous vous promettons d'apporter un cierge gros comme le bras à la basilique de Soulac !

390Notre-Dame resta sourde, et le mauvais temps continua encore plus fort, les coups d'orage, la grêle. Les matelots pensaient à leurs femmes, à leurs enfants qu'ils ne verraient peut-être plus. Le petit Joël était mort de peur. Germain recommença à prier :

391- Notre-Dame, Notre Mère, sauvez-nous, sans vous, nous sommes perdus. Nous vous promettons de vous apporter un cierge gros, tiens, comme la cuisse !

392Et voilà que les nuages se déchirèrent, l'orage s'en alla au loin, ils étaient sauvés, la mer s'apaisa mais ils avaient eu peur et le bateau put aller reprendre sa place à la Pointe-de-Grave.

393Le lendemain, Germain et son équipage allèrent à Soulac et, après être passés chez le marchand de cierges, ils se rendirent à la basilique. Us marchèrent jusqu'à l'autel et, là, le patron dit à Notre-Dame :

394- Comme nous vous l'avions promis nous vous apportons un cierge gros comme le bras.

395Une petite voix qui venait de l'autel se fit entendre :

396- Vous l'aviez promis gros comme la cuisse !

397Germain se mit alors en colère :

398- Voulez-vous vous taire petit mauvais sujet, vous n'avez qu'à téter sans rien dire, ce n'est pas à vous que je parle, c'est à votre mère !

399Si vous connaissez la basilique de Soulac, vous avez que l'on peut faire le tour de l'autel, et le mousse, mécontent de voir que le capitaine ne tenait pas bien sa promesse, s'était placé derrière l'autel et c'est lui qui avait répondu.

"Capet" et le loup

400Il était une fois un garçon qui s'appelait "Capet". Il n'était pas des plus avisés. Un jour, sa mère, la "Titoune", l'envoya à la foire afin d'y acheter un trépied de cheminée. Il l'acheta et s'adressa à lui :

401- Toi, tu as trois pieds, moi, je n’en ai que deux, tu viendras bien tout seul !

402Et il s'en alla. Sa mère lui demanda :

403- Qu'as-tu fait du trépied ?

404- Il a trois pieds et moi seulement deux : il n'avait qu'à marcher !

405Une autre fois, sa mère l'envoya acheter un pot de saindoux. En revenant, il coupa à travers champs, voyant qu'il y avait des fentes partout, il les farcit de graisse. Il vida le pot.

406Sa mère lui dit :

407- Qu'as-tu fait de la graisse ?

408- Je suis passé sur la digue et comme elle était pleine de gerçures qui devaient lui faire mal, je les ai enduites de graisse pour les faire sécher. Un autre jour "Titoune" l'envoya acheter un cochon à Lesparre. Il acheta le cochon et s'adressa à lui :

409- Tu as quatre pattes, moi je n'ai que deux. Tu viendras bien tout seul.

410Et il retourna chez lui. Sa mère lui demanda :

411- Tu n'as pas acheté de cochon ?

412- Que si ! mais le cochon a quatre pattes, moi je n'en ai que deux ; il n'avait qu'à marcher !

413- Mon pauvre enfant, tu seras toujours un sot tant que tu n'auras pas attrapé le loup par la queue.

414Alors "Capet" se mit dans une barrique et attendit. Et lorsque le loup passa, il l'attrapa par la queue et, depuis ce jour-là, il cessa d'être un imbécile.

Il est passé dans un pré,
Il a marché sur la queue du rat
Le rat a fait "tit".

Un grand menteur

415Vous voulez que je vous raconte les gros mensonges de Irem de Courbian ? Mon père les racontait souvent lors de repas de famille :

416"Un matin où il gelait à pierre fendre les escargots craquaient sous mes sabots, j'allais au chenal lever mes bourriches. Je m'en retournai donc avec une belle cuisinée d'anguilles et de poissons ainsi qu'avec un cent d'escargots.

417Un autre jour, en longeant le bord du grand canal je vis de l'autre côté une belle oie sauvage blessée. Je prend mon élan, mais au milieu je vis que c'était trop large. Un coup de reins pour me retourner et je revins à l'endroit d'où j'étais parti.

418Un soir, à la chasse au lièvre, en suivant les rangs de vigne, j'avais oublié le plomb pour mon fusil à piston. Il y avait un beau cerisier dans la vigne... je charge avec des noyaux. Un moment après, le lièvre détale. je tire donc mais le manque.

419Un an après, au même endroit, je l'eus avec du plomb. Mais j'en tombai à la renverse : un petit cerisier avait poussé sur son dos.

420La dernière ! Un matin, je vais chercher ma jument au pré, je m'en vis pour l'attraper : elle n’avait plus d’entraves. Un abreuvoir profond, où elle buvait, était plein de brochets. Quelques années après j'en attrapai un long comme ma canne. En le vidant c'est alors que je trouvai mes entraves. J'étais bien content !"

421Vous voyez que les Médoquins savent raconter des blagues aussi grosses que celles de Marseille.

Conte de fantômes

L'alliance

422Cela se passait vers 1900 dans la paroisse de Saint-Christoly-de-Médoc, pendant la nuit du premier au deux novembre. Une boulangère revenait, vers minuit de préparer son levain. Elle entendit les cloches qui sonnaient la messe des morts et, point surprise par l’heure, elle entra dans l'église où l'office avait déjà commencé. Il y avait beaucoup de monde autour de l'ancien curé et des enfants de choeur qui faisait une curieuse assemblée, car ils étaient morts depuis plus ou moins longtemps. C'était une messe basse, sans prêche, dans le recueillement le plus complet. Lorsqu'arriva le moment de la quête, l'enfant de choeur passa avec la corbeille et notre boulangère toute confuse regretta de ne pas avoir d'argent. Pour ne pas être en reste, elle eut l'idée de donner son alliance. Le lendemain, elle raconta son histoire chez elle où l’on rit bien en pensant qu'elle avait rêvé. Pourtant, elle n'arrivait pas à le croire : elle n'avait plus son alliance au doigt. Pour en avoir le coeur net, elle revint à l'église où elle chercha la moindre trace de sa nuitée et s'en fut à la sacristie. Là non plus, elle ne trouva rien sauf que sur la table, près de la corbeille vide, un anneau d'or brillait sur un plat.

légende

Les rebouteux de Grayan

423Il y a longtemps de cela, Grayan et les autres communes autour, loin des seigneurs, n'ignoraient ni la pauvreté ni la misère. Les pèlerins qui avaient traversé la Gironde pour aller à Saint-Jacques de Compostelle, s'arrêtaient bien à l'Hôpital de Grayan, mais ils n'avaient presque rien, ces pauvres gens laissaient quelques menues pièces mais guère d'écus aux habitants du coin.

424Les gens vivaient de ce qu'ils faisaient pousser sur leur terre noire.

425De temps à autre une bonne fortune se présentait : un bateau, trompé par les feux des vachers allumés sur les dunes, ou poussé par les vents de noroît ou quelque bourrasque, s'échouait sur la côte vers l'anse du Gurp. Les Grayanais, heureux de cela, pillaient et partageaient tout ce qu'ils pouvaient trouver. Il paraît que c'était un droit féodal connu sous le nom d'"avarèc*" qui, disait-on, donnaient aux gens d'ici un droit sur ce que la mer rejetait sur la côte.

426Voilà qu'un dimanche de janvier, pendant la grand messe, comme la vieille église qui se trouvait alors à côté de cimetière était remplie de bonnes gens priant le bon Dieu de faire cesser leur misère, un cri se fit entendre devant la porte :

427- A l’avarèc* ! a l’avarèc* !

428Tout le monde entendit. Aussitôt, l'église se vida, les gens sortirent et allèrent jusque chez eux atteler boeufs, ânes ou chevaux aux charrettes et carrioles. Certains poussaient des brouettes, d'autres, perchés sur des échasses, courraient aussi vite qu'ils pouvaient vers l'océan à travers la lède.

429Dans l'église, le vieux curé, monsieur Goudineau, restait : sourd comme un pot, il n'avait pas entendu la sortie des infidèles "goélands". Se retournant pour dire un dominus vobiscum, il fut, sachez-le, stupéfait de voir son église vide : plus d'hommes, plus de femmes, plus, même, d'enfants de chœur.

430Voyant cela, l'abbé s'informa :

431- Que se passe-t-il donc ?

432Le sacristain, Charles Laporte, qui était resté tout seul avec le curé, lui cria :

433- A l'avarèc*, monsieur le curé, a l'avarèc* !

434- A l’avarèc* !, s'écrit aussi le pauvre curé.

435Se retournant, il acheva vite ses oremus, il se changea et se mit à courir sur les traces des autres pour avoir, lui aussi, sa part.

436Le sacristain plia chasuble et étole, rangea calice et ciboire, souffla les chandelles et, son devoir accompli, suivit le mouvement en direction de l'océan.

437Le chemin était difficile, le malheureux avait de la peine à traîner ses sabots dans le sable des dunes, tellement que, quand il arriva sur la côte, en haut de la dune blanche, tout était fini.

438Que vit-il alors ? Les débris d'un navire répandus partout sur le rivage depuis Le Terròu blanc jusqu'au Crohot du Gurp. Chacun avait étalé sur le sable ce qu'il avait pu rassembler, et ils faisaient rebrousser chemin à ceux qui venaient tourner autour des tas ; ils n'avaient pas l'air faciles ! Du linge, des fûts, des meubles, des cordes, des sacs de farine, de l'huile, du bois, des plaques de liège, même des chandelles de suif, tout cela prêt à être chargé.

439Tout ce que Charles voyait lui plaisait. Triste et malheureux, le sacristain se mit à errer parmi les débris qu'il soulevait à l'aide de son bâton ferré, au cas où de plus lestes que lui auraient laissé quelque chose dont il pût se servir.

440Au bout d'un moment il trouva cependant, au fil de l'eau, sous des algues, un crucifix en bois tout cassé, bras et jambes brisés qui pendaient de la croix.

441Avec grand soin, Charles se mit à ajuster les membres comme il put, avec de la ficelle qu'il faisait toujours suivre dans sa poche à côté de son couteau. Quand il eut fini, il retourna tout songeur vers Valades où il habitait.

442Le vent d'ouest soufflait très fort, le soleil déclinait, les vagues écumaient au loin. L’infortuné sacristain, fatigué de sa longue course, s'arrêta face au Baren de la Dame afin de se reposer et de reprendre son souffle : il s'assit à l'abri d'un buisson d'ajonc et sortit le crucifix de sa poche pour contempler sa trouvaille.

443Soudain, une nuée l'enveloppa. Il eu l'impression de voir une forme blanche se dresser devant lui et une voix pleine de douceur lui dit :

444- Puisque tu as eu pitié de ma simple image mutilée, puisque tu as voulu ajuster mes os brisés, pour ta récompense et pour que l'on s'en souvienne, je vais te donner à toi et à tes descendants, pour toujours et tant que le monde sera monde, le pouvoir de réduire les fractures ou les foulures les membres cassés ou désarticulés de tous les malheureux qui viendront te le demander. Puis la vision disparut.

445Le soleil, à ce moment, se cachait, rougeoyant, dans la mer. Charles, croyant avoir rêvé, se remit en chemin vers le Piquey de Martignan. Une fois arrivé dans sa pauvre maison, pieusement il pendit la croix au chevet de son lit.

446Tout cela était pratiquement oublié quand, un beau jour, son petit petit-fils se cassa un bras en tombant d'une charrette chargée de foin.

447Le grand-père, ignorant la médecine, mais se souvenant de la promesse faite le jour de l'" avarèc*", rajusta aussitôt les os de son gamin et le guérit.

448Combien vinrent ensuite lui demander son aide ! Il les soulageait et les guérissait. Sa renommée commença et s'étendit à tout le Médoc et au-delà. Il passa sa vie à remettre en place bras et jambes.

449Lorsqu'il mourut le 2 mars 1873 à 88 ans, Charles Laporte, que l'on appelait plutôt "Grand Pierre", avait déjà transmis son pouvoir bienfaisant à son petit-fils Romain. C’est lui qui devint alors le rebouteux de Grayan.

450Jean Romain Laporte était surnommé "Bras de fer" car il était grand et fort comme un Hercule. Il était né le 6 avril 1847 à Valades. Sa maison se trouvait là où est aujourd'hui le jardin de Jean Pigoteau. Le puits est toujours là.

451"Bras de fer" fut encore plus connu que l'autre car il avait hérité de sa célébrité. Sa façon de faire n'est pas la même, avec la force qu'il avait dans les mains. Quand quelqu'un venait avec une jambe tordue qui s'était ressoudée de travers, il cassait l'os une seconde fois, le redressait et l'attachait. Mais pour le casser, il fallait que des hommes l'aident. On venait souvent chercher mon défunt grand-père Chéri Bret qui n'habitait pas loin, à la Petite Lède, et ils se mettaient à trois ou quatre pour tenir le patient qui était tout sauf calme.

452Je puis vous assurer qu'il devait crier, le pauvre malheureux !

453On dit alors que "Bras de fer" avait été convoqué à Bordeaux par les grands médecins et qu’il dut remettre en place tous les os d'un squelette. Lorsqu'il eut finit il leur dit qu'il manquait un petit os au pied... C'était vrai !

454Il passa sa vie ainsi, dévoué aux autres. Sa maison se trouvait alors aux Eyres, un peu plus près du bourg, à côté de celle du cousin Chaigneau.

455Le rebouteux fut veuf de Marie Roy, sa première femme, "Rouyette", en 1886, mais en 1901 il se remaria avec Marie Luceyran que l'on appelait "Rose". Il n'eut pas d'enfants.

456Quand vint la fin, sur son lit de mort, le dernier jour, il demanda :

457- Vite, une main, donnez-moi une main !

458Mais comme il n'y avait que des femmes autour, il ne put passer son don à personne : il ne pouvait le transmettre qu'à un homme...

459Cela se passait un jour de marché à Saint-Vivien, le mercredi 29 octobre 1913.

Carte 5. - Région de Vendays-Montalivet Grayan-et-L’Hôpital

Carte 5. - Région de Vendays-Montalivet Grayan-et-L’Hôpital

Anse du Gurp, dans la commune de Grayan-et-L'Hôpital - (cliché A. Viaut, février 1998)

chanson (littérature orale)

La "Mayouquette"

J'ai touché le pied
de la "Mayouquette"
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi.

J'ai touché la jambe
de la "Mayouquette"
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi.

J'ai touché le genou
de la Mayouquette
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi.

J'ai touché la cuisse
de la Mayouquette
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché Pierrot
de la Mayouquette
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché le ventre
de la Mayouquette
le ventre tout pelé (l'estomac tout plat)
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché les seins
de la Mayouquette
les seins laiteux
le ventre tout pelé (l'estomac tout plat)
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché le cou
de la Mayouquette
le cou allongé
les seins laiteux
le ventre tout pelé (l’estomac tout plat)
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché le menton
de la Mayouquette
le menton pointu
le cou allongé
les seins laiteux
le ventre tout pelé (l'estomac tout plat)
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché la bouche
de la Mayouquette
la bouche baveuse (la bouche puante)
le menton pointu
le cou allongé
les seins laiteux
le ventre tout pelé (l'estomac tout plat)
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché le nez
de la Mayouquette
le nez croûteux (le nez morveux)
la bouche baveuse (la bouche puante)
le menton pointu
le cou allongé
les seins laiteux
le ventre tout pelé (l'estomac tout plat)
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché les yeux
de la Mayouquette
les yeux chassieux
le nez croûteux (le nez morveux)
la bouche baveuse (la bouche puante)
le menton pointu
le cou allongé
les seins laiteux
le ventre tout pelé (l'estomac tout plat)
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché le front
de la Mayouquette
le front proéminent
les yeux chassieux
le nez croûteux (le nez morveux)
la bouche baveuse (la bouche puante)
le menton pointu
le cou allongé
les seins laiteux
le ventre tout pelé (l'estomac tout plat)
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

J'ai touché les cheveux
de la Mayouquette
les cheveux enmêlés
le front proéminent
les yeux chassieux
le nez croûteux (le nez morveux)
la bouche baveuse (la bouche puante)
le menton pointu
le cou allongé
les seins laiteux
le ventre tout pelé (l’estomac tout plat)
Pierrot tout frisé
la cuisse bien blanche
le genou tout rond
la jambe longuette
le pied de façon mignon (le pied de façon dondaine),
la façon du pied aussi

textes de tradition orale mettant en scene la diglossie franco-occitane

Un morceau de veau

460Louise habitait au Desertat, au fin fond de la lande. Elle n'avait que seize ans. Depuis longtemps, elle avait abandonné l'école sans avoir pu apprendre à écrire et à lire, aussi gardait-elle les brebis de son père sur les friches. Tous les dimanches elle allait à la messe.

461Ce matin-là, avant qu'elle s'en aille, sa mère lui dit :

462- Après l'office, tu iras chercher un morceau de veau chez le boucher pour notre déjeuner.

463Notre fille s'en alla par le sentier qui arrivait chez elle. C’était le printemps : des ajoncs et des genêts en fleur sentaient bon. Elle chantait en chemin. Vers le bourg elle s'arrêta soudain :

464- Dau vedèth, dau vedèth (du veau, du veau), comme aquò se ditz en francés (comment cela se dit en français) ?

465Elle se disait "dau vedèth, las gents van se fóter de jo" (du veau, les gens vont se foutre de moi), et la voilà toute perturbée.

466Durant la messe, elle y pensait plus qu'à prier. Le bon Dieu dut lui envoyer ses lumières. Au dernier Evangile, elle avait trouvé. En sortant de l’église, elle alla chez le boucher. Lorsque ce fut son tour, elle dit sans se troubler :

467- Balhatz-me (donnez-moi) un morceau de bedeau pre la grilha (pour le gril).

468Elle ne comprit pas pourquoi le boucher rit tant en lui donnant son morceau de veau.

Essuie-toi les pieds

469Antonin avait mal à une épaule, si mal qu'il ne pouvait presque pas se retourner dans son lit. Sa femme lui dit :

470- Va donc chez le médecin, aujourd'hui il pleut, tu ne perdras pas de temps.

471Après avoir déjeuné il partit vers le bourg avec son grand parapluie bleu. Le chemin était détrempé, il eut vite de la boue jusqu'aux chevilles.

472Une fois arrivé chez le médecin, il vit écrit sur sa porte : "Essuyez vos pieds avant d'entrer". Cela l'étonna un peu mais les médecins ne sont pas des gens comme les autres, ils ne font que se laver les mains quand ils font des visites.

473Notre homme, obéissant, s'assit sur le seuil, enleva ses souliers, ses chaussettes, prit son mouchoir à carreaux dans sa poche et essuya ses pieds, puis se rechaussa aussitôt.

474Content de lui, il ouvrit la porte et s'engouffra dans un couloir où, sur un beau tapis rouge, ses souliers laissaient des traces à chaque pas.

Le père Noire

475Il avait une petite maison bien tenue et, à trois mètres de son seuil, il y avait la passe de Mayne Mounin à Peyrigueys qui était communale mais pas bien entretenue. Il y avait des ronces, des ajoncs et toutes sortes d'herbes ; il avait décidé d'y mettre le feu.

476Mais ce jour-là il ventait du sud. Le feu lui échappa et brûla quelques arbres au bois de Sablon.

477Le propriétaire saisit le juge de paix, lequel convoqua le père Noire. Le juge lui posa quelques questions, il répondit toujours très calmement, mais en patois. Le juge, excédé, lui dit :

478- Répondez-moi en français !

479Notre homme répondit en souriant, mais toujours en patois :

480- Alors vous êtes plus bête que moi ! Je vous comprends et vous, vous ne comprenez pas ce que je dis !

récits de sorcellerie

La femme qui avait faim la nuit

481Depuis pas mal de temps, la femme de Jantillot était malade, elle ne pouvait pas manger le jour, elle n'avait faim que la nuit.

482Une nuit où Jantillot lui préparait son repas, elle entendit du bruit dans son pré, il ouvrit doucement les volets et que vit-il à la lueur de la lune ? Deux petits chiens blancs qui s'amusaient, se couraient derrière, s'attrapaient en s'enlaçant et recommençaient leur course.

483Jantillot prit doucement son fusil et tira là-dedans. À ce moment elle entendit :

484- aïe, aïe, tu m'as tué !

485Quelques jours plus tard son voisin mourut sans que l'on sache jamais de quoi.

486Depuis ce jour la femme de Jantillot ne fut plus malade et n'eut plus jamais faim la nuit.

Jacquemin le peureux

487Un soir de la semaine dernière, mon père m'envoya chez Cadichon lui rapporter sa vouge qu'il lui avait empruntée depuis quelques jours.

488- Et puis ne t'amuses pas trop, dit-il, tu sais que dans le bois, la nuit, il y a des malfaisants !

489Eh oui, et pour le traverser, il y avait juste un sentier et je n'étais qu'un gosse. Je partis en sifflant, la vouge sur l'épaule. Je me souviens qu'il faisait ce soir-là très grand vent, il y avait de ces rafales qui me faisaient chanceler.

490Quand j'arrivai chez Cadichon, il faisait presque noir. Sa femme, Marinette, avait fait des crêpes, il fallut en manger, et puis trinquer. En discutant, le temps passait. Quand je voulus partir, il faisait nuit noire. Cadichon me dit :

491- Veux-tu que je t'accompagne un petit bout de chemin ? Tu n'auras pas peur ?

492- Vous voulez rire ! Je vais bientôt avoir quinze ans, avec les autres drôles je commence à tourner autour des filles, je serais beau ! Ils se moqueraient bien de moi s'ils le savaient ! Merci, je m'en vais.

493Cadichon ferma la porte. En sortant de la lumière, il faisait encore plus noir. Me voilà parti. En approchant du bois, la peur m'oppressait, j'entendais bouger dans le fossé. On m'avait tellement parlé des sorciers que j'en voyais partout ! On m'avait dit que certains marchaient pieds nus sur les haies d'aubépine, que d'autres se changeaient en chiens qui allaient aux meules de foin des voisins et en emportaient des charges sur l'épaule. Rien que d'y songer, j'en avais les cheveux qui se dressaient sur la tête.

494Je me dépêchais autant que je pouvais ; j'entendais bruisser de plus en plus partout. J'avais beau écarquiller les yeux, je ne voyais rien. Je me baissai d'un coup, je pris mes sabots à la main et me mis à courir aussi vite que je pus, je m'entravais dans les ronces, je m'enfonçais des échardes de bruyère. J’entendais le sorcier souffler dans mon dos comme un taureau en furie ! Je courais toujours ! Quand j'arrivai chez moi, je n'avais plus un cheveu de sec ! Je ne pouvais plus respirer, je m’appuyai contre le mur pour reprendre haleine.

495Je croyais que mes parents se faisaient du souci en m'attendant, eh bien non ! Lorsque j'ouvris la porte, je les vis tous deux attablés, face à face, ils venaient de manger la soupe et faisaient chabrot :

496- Tu vois, me dit mon père, nous t'attendons, tu n'as pas eu peur ? Tellement il me suffoqua, je partis me coucher sans dîner. Je me souviendrai de cette histoire et je suis sûr que c'était un sorcier qui m'avait poursuivi, et peut-être un sorcier envoûteur. Je l'ai échappé belle !

Le chien sorcier

497Autrefois, à Mayan, il y avait presque autant de sorciers que d'habitants ; ils ne faisaient que se jeter des sorts les uns aux autres, et le curé en avait toujours un pendu à sa soutane pour se faire désenvoûter.

498Firmin aussi, il fallut qu'il aille trouver le curé. C'était un bon paysan, Firmin, il avait un gros troupeau de vaches. Il avait une belle meule de foin au bout de son parc. Un matin il s'aperçut que son foin diminuait beaucoup :

499- Ah, ah ! se dit-il, il va falloir que je fasse attention !

500Dans la nuit, une idée lui dit de se lever, il ouvrit la fenêtre et faillit tomber à la renverse, il se cramponna au rebord de la croisée en tremblant : ce qu'il voyait lui coupait bras et jambes. La lune brillait, il faisait clair comme en plein jour, et sur l'aire, un grand chien s'en allait avec une charge de foin sur le dos. Firmin aurait voulu crier, mais il ne pouvait pas, la peur le rendait muet. En se traînant comme il put, il revint se coucher, mais il ne ferma pas l'oeil de la nuit.

501À la pointe du jour, mon Firmin alla chez le curé et lui raconta son aventure. Le curé lui bénit du plomb et lui dit :

502- N'oublies pas de tenir ton fusil la crosse en avant, tu verras que tu ne le manqueras pas.

503À la tombée de la nuit, Firmin s'en fut se cacher dans le parc pour faire le guet à travers une fente.

504Il était là depuis un moment quand il vit arriver le chien. Tout doucement il roula sa charge, la mit sur son dos, et le voilà parti.

505Aussitôt que le chien fut assez loin, Firmin ne voulait quand même pas le tuer, il lui flanqua un coup de fusil, comme lui avait dit le curé, en tenant la crosse en avant, et il lui tardait de savoir comment cette histoire allait s'achever.

506Il n'attendit pas longtemps. Le lendemain, de bonne heure, voilà un petit enfant qui arrive :

507- Mon père ne peut pas venir travailler aujourd'hui.

508- Ah ! dit Firmin, qu'est-ce qu'il a ? Il est malade ?

509- Non, il n’est pas malade, je ne sais pas ce qu'il a eu ; ma mère lui sort des plombs des jambes. Il ne peut pas marcher.

510Cela fit un choc à Firmin d'apprendre qu'il avait tous les jours un sorcier dans sa maison. Il en resta sonné pendant quelque temps.

511Maintenant, les Mayannais dorment tranquilles, il n'y a plus un seul sorcier dans le village.

récits burlesques de tradition orale

"Vous avez le temps ?"

512Juché sur sa carriole, monsieur Aimé — il aimait qu'on l'appelle ainsi — se rendait de Montalivet à son domicile. Pour la maigreur tout était à l'avenant, maître et cheval, et on pouvait compter les côtes des chiens et des chèvres attachés contre la grange.

513Il était presque rendu au niveau de la passe de Malassis quand il vit sur le chemin, se dirigeant vers lui, une femme qui marchait d'un bon pas. Quand elle eut rejoint sa voiture, elle l'arrêta et montrant son poignet elle lui demanda :

514- Pardon monsieur, vous avez le temps ?

515Sur le coup, il ne répondit pas, vit qu'il ne la connaissait pas, un peu embarrassé, se gratta la tête en soulevant son chapeau et lui dit :

516- Oh ! j'ai le temps, nom de Dieu, mais qui gardera mon cheval ?

517Notre femme, une Anglaise qui se rendait au camp naturiste, ne comprit pas sa réponse, pas plus que lui n'avait saisi qu'elle lui demandait seulement l'heure.

La bonne eau

518Dans le temps Bernardin possédait devant sa maison, près du chemin, un puits avec son abreuvoir. Sous les arbres l'eau était fraîche et bonne. Le bétail du voisinage le savait bien quand Martin passait avec son troupeau de moutons, François, avec ses vaches ou tout paysan avec son cheval ou son âne : il y avait toujours une pause autour de l'abreuvoir de Bernardin. Un jour d'été le chiffonnier qui suivait toutes les maisons du village pour troquer sa pacotille (bols, assiettes, verres) contre des peaux de lapin ou des sacs de chiffons, s'arrêta assoiffé au puits de Bernardin et lui demanda si son eau était bonne à boire et s'il pouvait en prendre.

519- Si elle est bonne ! dit-il, ah ! Vous pouvez en prendre tranquille, tiens ! Toutes les bêtes qui passent s'arrêtent pour en boire !

histoires de chasse

La chasse au lièvre

520L'époque des vendanges passée et le décuvage terminé, dans le petit matin ensoleillé et brumeux, nous entendions, dans la direction du bois, "Titoun" et "Petsin" faire courir leurs chiens sur la trace du lièvre qui passait dans la haie du jardin en face de la maison. Mais voilà que celui-ci vint droit à la barrière de la cour et se cogna et, comme après une gifle, cabriola sous l'auvent où ma commère pétrissait la pâtée du cochon. Laissant le chaudron, elle l’attrape par le dos et appelle sa fille :

521- Apporte vite un couteau et le bol !

522Le lièvre fut aussitôt saigné, dépouillé, étripé, étalé sur un petit bâton, j'entendis "Titoun" derrière le jardin qui disait :

523- Mon chien l'a vu et l'a suivi, mais voilà qu'il revient. Où est-il donc passé ?

524Puis je n'entendis plus les compagnons de chasse. Le lièvre finissait de sécher sous un noyer. Le lendemain, je saisis la planche à hacher et le hachoir. Débitée en morceaux, la bête disparut dans la marinade avec poivre, laurier, thym, oignons, ail, carottes, épices, vin rouge "de derrière les fagots" et huile.

525Vers jeudi, dans la grande casserole, sur le bord du foyer, le lièvre cuisait doucement jusqu'au dimanche. Nous revenions de la messe, le lièvre, qui réchauffait sur les braises, sentait depuis la route. Quel bon déjeuner on allait faire ! À ce moment, nous rencontrâmes "Titoun" et "Petsin" qui caressaient leurs chiens, ils nous dirent :

526- Je crois bien qu’aujourd'hui nous ne verrons pas notre lièvre. Qu'en pensez-vous ?

527- Pour sûr, il ne vous a pas attendu !

528Au loin, "Countille" hélait "Titoun" :

529- Le repas est prêt, vient vite déjeuner !

La lède de Grayan autrefois

530Autrefois dans la "lède" de Grayan, il y avait une bonne douzaine de bergers qui se retrouvaient souvent ensemble. Ils ne manquaient pas les occasions de se faire des blagues.

531Certains étaient chasseurs et il n'existait alors que des fusils à piston. La charge ne partait pas toujours lorsque l'amorce s'allumait.

532Un jour, tandis qu'ils déjeunaient, un vol d'oies leur passa au-dessus. L'un d'entre eux leur flanqua deux coups de fusil. Comme il n'en tomba aucune, les autres se moquèrent de lui. Il leur répondit avec un grand calme :

533- Attendez encore un peu avant de rire, tous les plombs ne sont pas encore arrivés.

Notes

1 Entendu par M. Lies de la bouche de M. Poutin, "Lo Jauset", paysan de Vendays. Il avait aussi raconté "Lo can sorcièr” (cf. infra).

2 Selon M. Lies : "Aquò m'a estat contat a Bugadan una annoda qu'aví anat venduunhar" (Cela m'a été raconté à Bégadan une année où j'étais allée vendanger).

3 Entendue par M. Lies de la bouche de son grand-père maternel.

4 Selon M. Lies : " A'stat las gojas èren velhòtas a vint ans e velhas a vint-e-cinc. Se maridaven cap a quinze ans" (Autrefois les jeunes filles étaient un peu vieilles à vingt ans et vieilles à vingt-cinq. Elles se mariaient vers l'âge de quinze ans).

5 Selon M. Lies : "Aquò m'estut contat pre mon pepé quand aví dètz ans e adora n'èi quatre vint dètz e demi" (cela m'a été raconté par mon grand-père quand j'avais dix ans et maintenant j’en ai quatre-vingt-dix et demi). Se rattache au type T.275 de la classification de A. Aarne et S. Thompson.

6 Se rattache au type T. 123 de la classification de A. Aarne et S. Thompson.

7 Anciens villages recouverts par l'avancée des dunes au cours des siècles passés.

8 Prairie dans les marais de Beychevelle (commune de Saint-JulienBeychevelle), près du château du même nom, connu dans la tradition orale médoquine pour être un haut lieu de réunions sabbatiques.

9 Écrit à partir d'une version orale entendue de la bouche de Mme Élise Mèges (village de Mayan à Vendays-Montalivet). Se rattache au type T. 1696 B de la classification de A. Aarne et S. Thompson.

10 Village de la commune de Bégadan.

11 Recueilli par B. Saintout en français auprès de Mme Baumann, St-Christoly. S'apparente au conte "La messa de las hantaumas" (la messe des fantômes) relevé par Jean-François Bladé (cf. : BLADÈR J.-Fr., Contes de Gasconha. Segonda garba. [Nimes] : A Tots, Per Noste, 1976, p. 239-240).

12 Pour l'identification de certains noms de lieux cités dans le texte, se reporter à la carte 5, p. 156.

13 Sorte de vallée entre deux cordons dunaires du littoral.

14 La Malhoqueta : chanson entendue de la bouche de J. Pigout, de Vendays-Montalivet, dans les années cinquante. Ce texte est également un peu connu d'autres membres du groupe, d'où quelques variantes qui sont notées entre parenthèses. Cette chanson énumérative est du même type que la chanson landaise " Catrinote coum a la pé ?" (cf. ARNAUDIN F., Chants populaires de la Grande-Lande et des régions voisines. Tome I. Paris, Bordeaux : Féret & Fils, 1912, p. 153-157).

15 Cf. note 2 in Los renjaires de Graian, p. 154.

16 Erica scoparia L.

17 Entendu par S. Allard de la bouche de son frère.

18 Cf. note 2 in Los renjaires de Graian, p. 154.

19 Voir définition in BOISGONTIER J., Dictionnaire du français régional des Pays Aquitains. Paris : Éditions Bonneton, 1991, p. 96 : "Nom donné en Gascogne, Béarn et Périgord, à des boules de maïs, millet ou sarrasin, bouillies dans l'eau ou parfois dans la soupe [24, 33, 40, 64]".

Table des illustrations

Titre Carte 5. - Région de Vendays-Montalivet Grayan-et-L’Hôpital
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Anse du Gurp, dans la commune de Grayan-et-L'Hôpital - (cliché A. Viaut, février 1998)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 962k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search