Version classiqueVersion mobile

Écrire pour parler : Los Tradinaires

 | 
Alain Viaut

L'occitan gascon du Nord-Médoc

Texte intégral

1Quant à l'inscription, globalement, du Médoc dans l'aire de l'occitan et aux caractéristiques propres au sous-ensemble qu'il forme à l'intérieur de la variante gasconne de cette langue, nous renverrons à une documentation de base constituée des références suivantes :

  • ALLIÈRES J., "Notes sur le verbe médocain". In Actes et mémoires du IIème congrès international de langue et littérature du Midi de la France. Aix : Centre d'Études Provençales, 1958, p. 131-138.
  • Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne (ALG), 5 vol., sous la direction de Jean Séguy. Paris : CNRS, 1956-1973.
  • BOURCIEZ E., Recueil des idiomes de la région gasconne. Manuscrit, Bibliothèque Universitaire des Lettres de Bordeaux, 1895.
  • CAUDÉRAN abbé H., Dialecte bordelais, essai grammatical. Actes de l'Académie impériale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, 1861, p. 5-64.
  • CONORD Fr., Lexique médoquin-français. Manuscrit (fonds privé A. Viaut), s.l.n.d., 70 p.
  • CONORD J., Essai de grammaire et de syntaxe. Tapuscrit (fonds privé A. Viaut). s.l., 1944, 149 p.
  • LALANNE Th., "La limite nord du gascon". Le français moderne, tome 19, no 2, 1951, p. 135-152.
  • LALANNE, Th. L'indépendance des aires linguistiques en Gascogne maritime (2 vol.). St-Vincent-de-Paul : Chez l'auteur, 1949, 176 p.
  • NEYMON J., Langue gasconne. Idiome du Bas-Médoc. Essai grammatical, par ***. Manuscrit (fonds Archives municipales de Bordeaux), s.l., [1901], 68 p.
  • PALA Y S., Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes. Paris : CNRS, 1991, 1053 p.
  • RAVIER X., "Observations sur l'isoglosse [fait]/[fats] dans les parlers languedociens occidentaux : problèmes phonétiques et phonologiques". In Hommage à Jean Séguy, tome IL Via Domitia, tome XIV, 1978, p. 257-298.
  • SÉGUY J., "Le système du pronom régime en gascon du Médoc". Via Domitia, VIII, déc. 1961, p. 2-15.

le "triangle médoquin"

  • 1 Cf. pour la répartition du domaine linguistique occitan en deux grands complexus, aquitano-pyrénée (...)
  • 2 Cf. pour quelques tendances concernant le Médoc : LALANNE Th., "La limite nord du gascon". Le fran (...)
  • 3 SÉGUY J., "Le système du pronom régime en gascon du Médoc". Via Domitia, VIII, déc. 1961, p. 2-15.
  • 4 Cf. entre autres sources, les différents volumes des Archives Historiques de la Gironde et ALPHONS (...)
  • 5 Développé in BEC P., Les interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers (...)

2Le Médoc constitue la pointe nord-ouest du complexus aquitano-pyrénéen de cette langue1. Il est en même temps l'aboutissement septentrional de la Gascogne linguistique, dialecte historique de l'occitan généralement perçu comme étant singulier par rapport aux autres composantes de cette langue. Il fait face de façon brutale à l'ensemble linguistique d'oïl, situé "de lauta còsta" (sur l'autre côte) de l’estuaire de la Gironde. Cette absence d'une zone transitoire marquée d'interférences ne saurait cependant masquer la réalité d'une influence ancienne du dialecte d'oïl voisin que l'on ne saurait toutefois déceler à travers les seuls points de divergence par rapport à certains des traits les plus marquants du gascon. L'emploi du partitif, l'amuïssement, voire la disparition de certains phonèmes tels que /h/ ou /s/ du pluriel, peuvent donc affecter une partie du Médoc et être dûs à une influence du français à la fois d'oïl traditionnel mais aussi, évidemment, standard, par l'intermédiaire de Bordeaux et de la voie de communication fluviale, garonnaise et girondine2. Le système du pronom régime, ainsi que l'avait noté Jean Séguy3, est en Médoc plus proche des solutions de l'occitan commun, voire du français, que du gascon à proprement parler. Il apparaît par ailleurs que ce gascon médoquin, ainsi que plus largement bordelais, est aussi l'héritier de la langue médiévale de cette région, telle que l'on peut la repérer dans la documentation administrative et notariée ou, encore plus, littéraire, à travers cette traduction du xive-xve siècle en gascon bordelais, peut-être de la région de l'Entre-deux-Mers, des Disciplines de clergie et de moralités de Pierre Alphonse4. La notion de "Triangle médoquin5 " présentée par Pierre Bec, qui peut aussi bien correspondre à une notion un peu vague, il est vrai, de gascon bordelais. fait du Médoc l'ensemble le plus représentatif de cette aire, un peu moins marquée que le reste de la Gascogne linguistique par la spécificité gasconne. Ce "Triangle" est ainsi limité au sud par un bourrelet isoglossique allant, d'est en ouest, du sud du Bassin d'Arcachon à Pujols. Ce bourrelet comprend en particulier les isoglosses qui signalent le maintien au nord de cette limite de -n- intervocalique et du groupe nd, ces derniers passant à -Ø- et à n au sud. Deux autres isoglosses sont retenues sur la carte 3 (cf. p. 98), celle de a-prosthétique et des partitifs masculin et féminin pluriels. Elles sont placées, selon les données de l'Atlas Linguistique et ethnographique de la Gascogne au nord du bourrelet signalé plus haut et présentent un caractère moins tranché que les deux précédemment citées. En effet, certaines formes usuelles avec a- prosthétique devant rr- peuvent se retrouver jusqu'à l'extrême pointe du Médoc. Ainsi pouvons-nous citer les cas de arren (rien), concurrent de ren, arridaduèir (gros rire, rigolade), arrundra (ronce), concurrent de rundra/runda, s'arralhar (s'amuser), s’arrénder (s’en retourner), corroborant des témoins toponymiques apparaissant sur le cadastre napoléonien ou les cartes ign, tels que Les Arrecoins, Camparedon, (commune de Talais), L'Arrivau (commune de Saint-Vivien-de-Médoc), Les Arrestieux (commune de Vensac), Les Arrouquets (commune de Grayan-L’Hôpital), Larriou (commune de Gaillan-en Médoc), Belsarieu (commune de Naujac-sur-Mer), Larriou (commune de Saint-Laurent-Médoc), Les Arrivaux (commune de Lamarque). De même, si l’emploi du partitif est de règle dans la majeure partie du Médoc (cf. carte 3, p. 98), le substantif nu peut apparaître sporadiquement au-delà même de l'isoglosse passant entre les étangs de Carcans et de Lacanau, lieu d'ailleurs de passage de l’ancienne limite entre le pagus medulicus, territoire des Méduliens, prédécesseurs des Médoquins, et le pagus Boiorum, aux origines de l'actuel Pays de Buch autour du Bassin d'Arcachon. On peut ainsi constater la conservation du substantif nu à travers, il est vrai, des formules courtes telles que des proverbes, par nature figés et par conséquent plus conservateurs sur le plan linguistique que la langue quotidienne. Voici en illustration ces trois exemples :

  • Trolha-hrolha / a totjorn pro pan / espruquet se mòr de hame (celui qui qui est actif et rapide a toujours assez de pain, celui qui perd son temps à fignoler meurt de faim), courant en Médoc mais relevé récemment sous cette forme dans le canton de Lesparre (enquête Tradinaires 1998) ;
  • A estat batisat emb coga de molua (il a été baptisé avec de la queue de morue, se dit de quelqu'un qui a très soif), relevé à Listrac-Médoc (enquête A. Viaut, 1977) ;
  • Quand plèu per Carnaval i a hen / autramens n'i a pas (Quand il pleut pour Carnaval c'est une année à foin, sinon il n'y en a pas), relevé à Saint-Laurent-Médoc (enquête A. Viaut, 1978).

Carte 3 - Aires linguistiques en Bordelais

Image

3Cela peut aussi apparaître, beaucoup plus rarement, dans le langage courant, l'anthologie présentée ici nous fournissant les rares exemples suivants dans le texte "Marelís" d'A. Bref (cf. infra p. 140-143) :

"Dempuèi l'ora, avè burtlat tot lo bòis sec a l'entorn e divè s'en.hondar mèi avant dens lo bòsc pre trobar balancas secas" (depuis le temps, elle avait brûlé tout le bois sec alentour et elle devait s'enfoncer plus profond dans la forêt pour trouver des branches sèches) ;

4dans cet autre "De las gents d'autes còps", de S. Allard (cf. infra, p. 232-233) :

"- Mèt bòis, hèi montar la pression, vauc au borg buure un veire de vin blanc e me'n torni segar. [...] - Remèt bòis, Alidà, carga, carga, aquò me balha lo lesir d'anar buure un aute còp !" (Met du bois, fait monter la pression, je vais au bourg boire un verre de vin blanc et je reviens scier. [...] - Remet du bois, Alida, charge, charge, ça me laisse le temps d'aller boire un autre coup !) ;

5ainsi que dans son poème "Un chicot de paria" (cf. infra, p. 238-239) :

"Quand lo sorelh rajava, vinèn cercar frescura" (quand le soleil dardait, ils venaient chercher de la fraîcheur) ;

6ou encore dans "Adelina" de B. Saintout (cf. infra, p. 236-237), à côté de l'emploi avec partitif :

"Fau pas mèi que tomes emb Cagolhèir, que sès oblijada de cercar porraganas se ne vos pas minjar que de las cagolhas..." (il ne faut plus que tu reviennes avec "Cagolhèir", car tu es obligée de chercher des poireaux sauvages si tu ne veux pas manger que des escargots...).

7En rapport cette fois avec l'ensemble du corpus, nous renverrons au texte "Rencontra" de H. Laporte en annexe (p. 304-305), dans lequel on peut lire : "N'i a que han de las cançons" (Il y en a qui font des chansons), non loin de : "Pòs creire ! Aquò me hèi bèn..." (Crois-moi ! Cela me fait du bien...). Le contexte offert par la locution verbale "faire du bien" peut servir, il est vrai, de rempart pour la conservation d'un usage peut-être plus répandu autrefois. L'autre exemple qui suit, pris dans le contexte global de l'oralité spontanée et issu d'un enregistrement effectué récemment dans la commune de Vensac au domicile de l'un des membres des Tradinaires, est en fait ambigu. Il est de même nature que le premier exemple indiqué plus haut (Trolha-brolla / a totjorn pro pan...). Au lieu de constituer un témoignage supplémentaire, il relève plutôt d'un conservatisme particulier lié à l'emploi de l'adverbe pro (assez) qui peut se retrouver jusqu'en Provence sans partitif, cela n’ayant rien de spécifiquement gascon mais devant plutôt être rattaché à une base commune de l'ancien occitan :

  • 6 Enquête A. Viaut et S. Allard auprès de M. Debidas (Vensac, 20/11/1997).

" [...] s'avèn hèit una catana. E lo chivau, ie portaven pro hen. Cargaven la voatura e lo chivau èra estacat ad un taumarin tota la marèia, apuèi la hema apuèi l'òme puscaven." (Ils s'étaient fait une cabane. Et le cheval, ils lui amenait assez de foin. Ils chargeaient la voiture et le cheval était attaché à un tamaris le temps de la marée tandis que la femme et l'homme pêchaient''6.

la variante nord-médoquine

  • 7 Exemples de séquences notées précisément dans la commune de Saint-Laurent-du-Médoc (villages de la (...)
  • 8 Cf. RAVIER X., "Observations sur l'isoglosse [fait]/[fats] dans les parlers languedociens occident (...)
  • 9 Cf. BEC P., "Per una dinamica novèla de la lenga de referéncia...". Op. cit., et BEC P., Manuel pr (...)

Outre ces caractéristiques phonétiques propres, globalement, au "Triangle médoquin" (cf. supra), il en est d'autres qui, à l'intérieur de la Presqu’île, en particularisent la partie nord, dénommée Bas-Médoc, ou Nord-Médoc plus récemment, par rapport au Haut-Médoc au sud. Cet ensemble septentrional correspond à peu près aux deux cantons de Lesparre et de Saint-Vivien-de-Médoc. Nous voyons d'emblée deux traits originaux par rapport au reste du gascon par lesquels le Bas-Médoc s'identifie. Il s'agit tout d'abord de la réalisation [u] de /a/ final atone contre [ə] et, minoritairement [a]7, ailleurs en Médoc, en prolongement du reste de faire occidentale du gascon. L'isoglosse de réalisation de cette finale passe entre les deux communes de Naujac-sur-Mer et Lesparre et celle de Hourtin, entre celles de Saint-Germain-d'Esteuil et Cissac et celle de Saint-Laurent-du-Médoc, entre Cissac-Médoc et Saint-Sauveur et enfin entre les communes de Vertheuil et Saint-Seurin-de Cadourne et celle de Saint-Estèphe (cf. carte no 4, p. 101). Nous mentionnerons ensuite que cette pointe du Médoc constitue une zone d'affrication unique au sein du domaine gascon. Une isoglosse signalant au nord la réalisation affriquée [Image] du phonème /ӡ/, issu de yod initial du type jŏcu (jeu), de contacts avec des voyelles palatales dans ge ou gi, du type gente > gent [Imagen] (gens), dans dImage initial, du type dImageurnu> jorn [Imageurn] (manger), dans bImage, ou vĕ internes, des types *răbImagea > rauja ['rraŭImageu] (rage), rŭbĕu > roge (rouge) ['rruImagee] (rouge), ou căvĕa> cauja ['kaŭImageu] (cage), ou encore de tic, duc internes ayant abouti à <-tg> / <-tj-> et de consonne + <g> ou <j>, des types *mansiōnāticu > mainatge maImage'naImagee | (enfant), ou mandūcāre > minjar [mImage'naImagea] (manger), passe entre les communes de Naujac et Hourtin, Saint-Germain-d'Esteuil et Vertheuil, et Saint-Seurin-de-Cadourne et Saint-Estèphe (voir carte 4 p. 101). Au sud de cette isoglosse, nous retrouvons les réalisations gasconnes palatalisées courantes, [ӡ] en position initiale et [Image] après consonne dans l'aire B de notre carte 4 (voir p. 101), ou même [Image] et [j] dans ces deux cas, original par rapport au reste du nord-gascon tout au moins, dans faire C de la même carte (voir p. 101). La zone A connaît en parallèle la sourde [Image] pour/c/ contre [Image] dans les deux autres zones. Cette tendance à l'affrication qui se révèle dans cette partie nord du Médoc, avec cette présence bien nette des mi-occlusives apico-alvéolaires [Image] et [Image] où œuvrent les Tradinaires contribue à lui conférer un profil un peu atypique par rapport au reste de l'ensemble gascon et, plus largement, aquitano-pyrénéen, en nous rappelant que ce trait, décrit dans le détail de ses possibilités sur le terrain du proche languedocien par Xavier Ravier8, constitue une des tendances du complexus arverno-méditerranéenne de l'occitan9, alors qu'il y a une rupture géolinguistique notoire entre ce dernier et cette partie extrême de la Presqu'île.

Carte 4 - Aires linguistiques en Médoc

Image

  • 10 Ainsi pouvons-nous au moins attester de l'existence des formes suivantes : conéisher (connaître), (...)
  • 11 Quelques emprunts au saintongeais paraissent devoir être retenus dans cette partie du Médoc. Hormi (...)

De fait, les choses ne sont pas aussi simples puisque le son [5] se rencontre aussi en Bas-Médoc. Nous l'avons ainsi relevé de façon formelle de la bouche de plusieurs des locuteurs Tradinaires, dans les mots suivants : legir [le'ӡi] (lire), elegir [ele'ӡi] (élire), flagir [fla'ӡi] (flétrir), gingar [ӡin'ga] (folâtrer), se gipohar [se ӡipu'a] (chahuter), bajaula [ba'ӡaŭlu] (bajoue), jamès ӡa'mεs] (jamais), getrat, -da [ӡe'trat] (dans l'expression mau getrat : mal habillé), maginar, imaginar [maӡ'ina] (imaginer). Ces exemples sont de nature différente et nous invitent à nous poser quelques questions. Legir et elegir, avec gi interne < GE, ne relèvent pas de ce qui apparaît pour GE, GI > [Image] quand ces groupes sont en l'occurrence, plutôt en position initiale. Le cas de gingar, dont l'étymologie est incertaine et que l'on trouve aussi bien en occitan qu'en ancien français, peut-il être le fruit d'une influence de la prononciation du Haut-Médoc proche où le terme, dit [ӡin'ga], est également courant ? On notera aussi que [fla'ӡi] connaît un équivalent haut-médoquin assourdi [fla'ʃi], correspondant palatalisé de hlacir en gascon méridional ou de flacir en languedocien, le point de départ paraissant être un dérivé de flaccImagedu, avec -CC- devant voyelle palatale. Se gipohar connaît au sud aussi l'équivalent sémantique se shapohar [se ʃapu'a], phonétiquement proche. [ӡ] pourrait-il plutôt être un allophone voisé de /ʃ/ qu'une réalisation, atypique dans cette aire, de/ӡ/ ? Flagir ne peut avoir été emprunté au Haut-Médoc voisin, on voit mal pourquoi il aurait été voisé au passage dans la mesure où/ʃ/fait partie des phonèmes du Bas-Médoc même s'il y existe une tendance à ne pas palataliser -SC-, -X-, -SSI et- PS- latins10 au contraire de ce qui est de règle en gascon. Cette propension au voisement de [ʃ] pourrait-elle être mise en relation avec les formes janca [’Imageãnku] (échasse) et jaminèia [Imageami'nεju] (cheminée), à comparer avec les formes sourdes de chanca [Imageãnkә] et chaminèia [Imageami'nεjә], plus standard, du Haut-Médoc ? Quant à jamès, imaginar/maginar, peut-être peut-on voir dans la présence du son [ӡ] l'influence du français. Getrat paraît dériver de gètra (guêtre), lui-même peut-être issu d'une forme saintongeaise11. Enfin, de façon moins sûrement établie, nous avons également relevé auprès des Tradinaires eux-mêmes : esbargir [esbar'ӡi] (faire disparaître), grojòla [gru'ӡɔlu] (groseille à maquereau) et giula ['ziŭlu] (ânesse), provenant tous deux de la région de Vendays-Montalivet / Grayan-L'Hôpital. Au résultat, des exemples retenus ici et qui représentent peut-être la totalité des cas, les mots bajaula, elegir, gingar, jamès, legir et maginar et se prononcent comme dans la zone B de notre carte 4 (voir p. 101), les mots tels que getrat, esbargir, grojòla et giula n'ayant pas encore été constatés dans cette partie du Médoc.

  • 12 Cf. les cartes no 86 (citrouille), 923 (suie) et 421 (truie) de I'ALG.

8Parallèlement à cela, en revanche, le suffixe fréquentatif verbal - IZARE>-IDIARE (ex. : manejar [mane'ja] : faire signe de la main) a produit un yod jusqu'à une isoglosse passant à l'intérieur de la moitié méridionale du canton de Castelnau-de-Médoc (cf. carte 4, p. 101). Cela englobe donc les zones A, C et B, pour sa plus grande partie, du Médoc. De fait, cela concerne aussi l'évolution de-GE-interne (ex. : flăgellu> hlagèth [la'jεt] : fléau). À côté de cela, cuja (citrouille), suja (suie) et truèja (truie) sont prononcées avec yod sur des aires plus variables, plus restreintes de toute façon, englobant les aires A et C12 de notre carte 4, truèja, prononcé avec yod débordant en outre sur le nord de la zone B. Nous ajouterons enfin que le monosyllabe jo (moi) se prononce [ju] dans les zones A - le Bas-Médoc - et C contre [ӡu] dans la zone B (cf. carte 4, p. 101), cela correspondant aux deux types d'aires que l'on rencontre dans le domaine linguistique gascon.

  • 13 Dans les communes de Vertheuil et Saint-Estèphe. Cf. VIAUT A., Flor de vinha : en Médoc paroles du (...)

Au résultat, cette région du Bas-Médoc connaît trois sons pour les graphèmes j et 8 devant è, e et i : [Image], [ӡ] et [j]. La présence de [ӡ] paraît atypique mais concerne peu de cas. Par rapport à cela, la zone véritablement homogène de ce point de vue est la zone C avec [j] ou [Image]13.

D’une façon plus systématique alors, cette zone se caractérise aussi par la prononciation [β] de-V-intervocalique roman issu de -B- (type bImagebĕre : boire) et -V- (type vImagevĕre : vivre) latins. La carte no 2101 de I'ALG localise cette réalisation dans le canton de Saint-Vivien-de-Médoc. Il conviendra là d'évoquer la remarque étonnée d'André Haudricourt à ce sujet :

  • 14 HAUDRICOURT A. G., "Les strats aquitains et occitans en gascon". In Hommage à Jean Séguy, tome II.(...)

"[...] Les secondes [cf. cartes de l'alg tome VI] sont hétéro-gènes : 2101 (-b-) ne recouvre pas 2105 (-d-), la zone conservation est disloquée en deux taches : nord du Médoc, et Béarn-Chalosse, par poussée est-ouest, ou nord-est sud-ouest venant de la vallée de la Garonne, comme si entre le ve et le viie siècle de notre ère, il y avait eu une offensive du système à quatre (ou à deux) séries, individualisant les spirantes sonores en tant que phonèmes, repoussant le système à trois séries [occlusive sourde, occlusive relâchée, spirante sonore] : le rayonnement à partir de Bordeaux et de Toulouse explique le refuge du système à trois séries dans les régions les plus éloignées des deux métropoles. Une autre explication serait de considérer la région Béarn-Chalosse comme celle d’influence maximum du superstrat vascon, mais alors on n’explique pas le Nord-Médoc"14.

  • 15 Cf. Atlas Linguistique de la Gascogne, cartes no 1612 et 2101.

9Parmi les hypothèses qui pourraient se présenter, on ne voit pas d'éléments objectifs permettant d'évoquer un quelconque déterminisme plus marqué qu'ailleurs du substrat aquitain ou d'un superstrat vascon. Nous remarquerons simplement que, dans l'enquête Bourciez datée de 1895 (cf. supra), ce trait n’apparaît que très peu de façon systématique, essentiellement dans la commune de Vensac, et, secondairement, dans celles de Soulac-sur-Mer, Queyrac et Ordonnac pour dire traversar [traβe'sa] (traverser), dans la séquence de la parabole de l’enfant prodigue "...traversèt fort de landa..." (il traversa beaucoup de landes). Nous avons par ailleurs pu constater, à travers nos enquêtes, que cette prononciation [β] dominait largement de nos jours à Vendays-Montalivet et Grayan-L'Hôpital, la première commune étant située dans le canton de Lesparre et la deuxième dans celui de Saint-Vivien-de-Médoc. Ce trait se retrouve ensuite en domaine gascon, principalement en Béarn et autour mais aussi ne serait-ce qu'en Entre-deux-Mers en Bordelais en prolongement de la zone languedocienne15. De ce point de vue également, la zone dont les Tradinaires sont représentatifs est originale par rapport au reste du Médoc qui pratique la réalisation gasconne majoritaire [w] dans ce contexte. Ainsi que le notait Théobald Lalanne :

  • 16 LALANNE Th., L'indépendance des aires linguistiques en Gascogne maritime, 2e Atlas. St-Vincent-de- (...)

"L'extrême pointe du triangle médoquin, 548 [no du point d'enquête de Saint-Vivien-de-Médoc dans l'Atlas Linguistique de la Lrance et l'alg], maintient tous les "b". Ce peut être également un effet de francisation, on peut y voir aussi le pilier Nord de la résistance, qui regarde par dessus 200 km de forêt le pilier Sud de la Chalosse"16.

  • 17 RAVIER X., Occitan : les aires linguistiques. In Lexikon der Romanistischen Linguistik (LRL), Volu (...)

10Nous nous reporterons enfin à l'avis de Xavier Ravier qui va dans le sens de cette dernière option interprétant ce fait comme un conservatisme17.

  • 18 Cf. LALANNE Th., L'indépendance des aires linguistiques en Gascogne maritime (1er atlas). St-Vince (...)
  • 19 Voir exemples cités in LALANNE Th., op. cit (1er atlas), p. 34-35.

11Par rapport à l'aire du gascon "semi-noir" médoquin18 déterminée par Th. Lalanne, dont l'épicentre se situe dans la partie centrale du Médoc, nous trouvons néanmoins un prolongement au nord, dans la zone qui nous occupe, à travers la labialisation et la fermeture devant semi-voyelle labiale de /e/, tonique ou atone, issu de E et I latins, en diphtongue décroissante pour donner [yŭ]19. Par exemple huurèir (février), venduunha (vendange) correspondent aux formes hiurèir/heurèir et vendeunha du Haut-Médoc.

  • 20 Cf. BOURCIEZ E., Recueil des idiomes de la région gasconne. Gironde tome I. Manuscrit, Bibliothèqu (...)
  • 21 Ce type d'évolution ne se rencontre pas qu'en gascon. Une tendance similaire existe ainsi en Prove (...)

12Ce phénomène touche aussi des verbes tels que buure ['byŭre] (boire) et lu(v)ar [ly'a]/[ly'wa] (lever), à comparer avec les formes classiques beure ['beŭre] et levar [le'wa] au sud des cantons de Lesparre et de Pauillac, hormis les communes de Pauillac et Saint-Julien-Beychevelle où levar [le'wa] est attesté dans l'enquête Bourciez20. En outre, dans ces derniers cas, soit déjà au niveau de l'infinitif (cas de lu(v)ar), soit ensuite dans certains contextes phonétiques apparaissant dans les paradigmes développés par ces verbes, le contact de /e/ avec la semi-consonne labiovélaire/w/ou, davantage, pour cette zone, la labiale fricative [p], l'a labialisé et fermé en [y]21. Ce phénomène s'est accompagné en Bas-Médoc de l'effacement majoritaire de ce glide. L'enquête Bourciez, dont on acceptera avec prudence les données en particulier ici, donne cependant "luoua" (luvar [ly'wa]) pour les communes de Soulac-sur-Mer, Jau-Dignac-Loirac, Saint-Germain-d'Esteuil et Naujac-sur-Mer. Dans le reste de la zone bas-médoquine ce son ne se rencontre pas.

13Voyons dans le détail maintenant les variations phonétiques liées aux différents contextes que déterminent les conjugaisons de ces deux verbes :

buure (boire)
Indicatif Présent (IP) : 'byi 'bues byŭ by'Image by'εts 'byẽ
Subjonctif Présent (SP) :'byi byes byŭ by'jImage by'jεts 'byẽ
Impératif (IM) : byŭ by'Image by'εts
Indicatif Imparfait (IIMP) : by i by'εs by'ε by'jImage by'jεts by'Image
Prétérit (PT) : by'yri by'yres by'yt by'yrẽ by'yrets by'yrë
Subjonctif Imparfait (SIMP) : by'ysi by'yses by'yse by'ysjẽ
by'ysjets by'ysẽ
Futur (F) : byŭ'rεImage byŭ'ras byŭ'ra byŭ'rë byŭ'rets byŭ'rã
Conditionnel (C) : byŭ'ri byŭ'res byŭ're byŭ'rjἔ byŭ'rjεts
byŭ'rẽ
Gérondif (G) : by'ẽns
Participe (P) : by'yt by'yðu

lu(v)ar (lever)
IP : lεβi’lεpes lεŭ ly'ã ly'ats 'lεβẽ
SP : lεβi lẽβes 'lεβe ly'jImage ly'jεts 'lεβẽ
IM : lεŭ ly'ã ly'ats
IIMP : ly'aβi ly'aβes ly'aŭ ly'aβjẽ ly'aβjets ly'aβẽ
PT : ly'εri ly'εres ly'εt ly'εrẽ ly'εrets ly'εrẽ
SIMP : ly'εsi ly'εses ly'εse ly'εsjẽ ly'εsjets ly'εsẽ
F : lyŭ'rεImage lyŭ'ras lyŭ'ra lyŭ'rẽ lyŭ'rets lyŭ'rã
C : lyŭri lyŭ'res lyŭ're lyŭ'rjImage lyŭ'rjεts lyŭ'rẽ
G : ly'ãns
P : ly'at ly'aðu

14Pour des raisons de lisibilité et d'accord avec les applications habituelles des principes étymologisants de l'orthographe occitane classique, nous emploierons <-v-> dans les notations de ces verbes qui pourront apparaître à l’intérieur des textes écrits par les Tradinaires que nous présentons plus loin, ainsi par exemple pour lever : luvar (luvam, luvatz, ...), et boire : buure (buvi, buves, ...). Il sera simplement convenu que, dans le cadre de la phonie locale, <-v-> dans ce contexte, au contact de <u> note en principe [Ø] ou, exceptionnellement, [w].

Il apparaît, en comparant les conjugaisons de ces deux verbes, que, dans le cas de buure, E est passé à [y] à toutes les personnes de tous les temps alors que, dans celui de lu(v)ar, il s'est maintenu ouvert lorsqu’il se trouve en position tonique pour se labialiser en position prétonique en /y/. On notera que, dans le premier cas, le point de départ en latin classique est Image bref, ayant abouti à /e/ en occitan, placé près de /y/dans le triangle vocalique de cette langue. Dans le second, le point de départ est e bref en position tonique, ayant abouti à /ε/ en occitan, placé ainsi plus loin de /y/ dans cette chaîne. Un effet de contiguïté entre /e/ et /y/ a pu plus facilement jouer dans le cas de bImagebĕre > buure alors que, pour lĕvāre > lu(v)ar, l'éloignement était plus prononcé et la présence de l'accent tonique a pu contribuer à la stabilité du son originel tandis que le déplacement d’accent exerçait son action fermante sur E, le rendant ainsi plus proche de /y/ et plus sensible à l'influence de la labiovélaire /w/.

  • 22 Cf. Vers composés par Mr.*** sur le départ de François Baudouin et ses compagnons Médoquins, allan (...)
  • 23 Cf. BEC P., Manuel pratique de philologie romane, tome I. Paris : Picard, 1970, p. 455.
  • 24 Cf. attestations in DELPIT J., Glossaire des mots des divers dialectes gascons, béarnais, bordelai (...)
  • 25 Cf. attestations in LESPY V., & RAYMOND P., Dictionnaire béarnais ancien et moderne. Genève : Slat (...)
  • 26 Selon le témoignage de Xavier Ravier, auteur de l'Atlas Linguistique du Languedoc Occidental ( all (...)

15Quant à l'effacement de la semi-consonne labiovélaire [w] de lu(v)ar ou dans les conjugaisons de buure (cf. supra), nous pouvons le comparer avec les attestations apportées par le texte en gascon bas-médoquin Lou mayrau medoquin écrit au xviie ou au xviiie siècle22 "aué" aux vers 150, 362, 383 (avè : il avait), "aue" au vers 167 (aver : avoir) côtoient ”a ut” aux vers 97, 99, 163, 195, 354 (avut : il eut), et "buën" au vers 439 (buven : ils boivent). Il apparaît que, depuis cette époque, le hiatus a été évité dans le cas du verbe "avoir" par l'épenthèse du glide /j/ pour donner, peut-être dans un premier temps, aiut (il eut, eu), qui se serait propagé ensuite à l'infinitif avec la forme aier (avoir) propre au Bas-Médoc, peut-être donc depuis le xviiie siècle en supposant le caractère exemplaire de cette attestation pour l'aire basmédoquine. Cela ne s'est pas produit pour "boire" et le hiatus apparaissant entre les deux syllabes de lu(v)ar n'a pas été à l'origine de ce type d'évolution et est plutôt resté figé dans cette position ainsi que nous venons de le voir. Il convient enfin de rappeler la tendance dès le moyen âge en occitan à l'amuïssement de-B-intervocalique au contact d'une voyelle labiale, ainsi de sŭbindĕ > "soen" (sovent : souvent)23. Si cela apparaît dans la koinè des troubadours, nous le voyons clairement aussi dans le gascon médiéval du Bordelais à travers le cas, par exemple, de "noet", "noera" < novĕllu (novèth, novera : nouveau, nouvelle)24. De fait, sur l'ensemble du Médoc, ce sont les prononciations [nu'εt], [nu'εru] qui dominent, exclusivement pour novèth, novèra, et, très majoritairement, la réalisation [su'ẽ] pour sovent (souvent). Cette tendance est d'ailleurs répandue en gascon. On la retrouve jusqu'en Béarn dans l'ancienne langue tout au moins25, Elle peut aussi apparaître en languedocien pyrénéen ainsi que c'est le cas dans le département de l'Aude26.

  • 27 Cf. alg , cartes no 1686 et 1687.
  • 28 Information fournie par X. Ravier, auteur de l' alloc . Op. cit.

16Notre zone se distingue aussi du reste du Médoc et de l'ensemble gascon par la disparition du phonème désinentiel atone /a/ à la troisième personne de l'imparfait des verbes du premier groupe en -ar (par exemple cantava [kãn'taŭ] : il chantait) ainsi que des deux autres groupes en -er et -ir, dans le cas de l'emploi, peu fréquent dans les textes écrits par les Tradinaires, de la forme longue suffixée en -èvi, -èves, -va [ŭ], -èviem, -èvietz, -èven, dans la partie sud-est du Bas-Médoc27 par rapport à celle, courte, en -í, -ès, -è, -ièm, -iètz, -èn donnée en annexe p. 303-310. Dans l'économie du paradigme ce son peut s'avérer inutile, son articulation n'étant pas nécessaire à l'identification de la troisième personne. Il illustre néanmoins une évolution phonétique qui ne concerne pas seulement ce cas de morphologie verbale puisque ce phénomène se retrouve pour un verbe tel que luvar (lever) (cf. supra) qui fait lèva, prononcé [lεŭ] (il/elle lève), à la troisième personne de l’indicatif présent ainsi que nous avons pu le voir plus haut. En fait, cela va toucher tous les cas où survient en finale la succession supposée originelle des sons suivants : voyelle + labiale fricative [p| ou, éventuellement, semi-consonne labio-vélaire [w], plutôt dans la partie sud-est du Bas-Médoc, + voyelle désinentielle atone /a/. Notons que, dans ces deux cas, la voyelle supposée être en finale originellement aurait a priori été [u], soit un son labiovélaire susceptible de conditionner, comme nous l'avons vu précédemment, la disparition de l'articulation de <-v->. L'hypothèse de l'évolution suivante pourrait alors être proposée, en prenant l'exemple de cantava (il chantait) : [kãn'taβu] ou, éventuellement [kãn'tawu]> Ikãn'tau]> [kañ'taŭ], pour aboutir alors à une désyllabisation de la désinence vocalique. Par comparaison, nous indiquerons que le stade intermédiaire se rencontre en languedocien sud-occidental avec une suffixation bisyllabique exempte de la labiale intervocalique28. Rappelons que c'est à cette seule personne, troisième du singulier, que ce contact est possible avec ce type de son dans la conjugaison basmédoquine de l'indicatif imparfait (cf. supra l'iimp de luvar) ou de l'indicatif présent à travers l'exemple, retenu ici, de luvar (lever). Afin de ne pas prendre le risque que la prononciation de <-v-> intervocalique puisse être perçue comme étant [β], ce qui pourrait être le cas dans cette zone du Médoc (cf. supra), nous pourrions choisir la notation <-v'>, largement utilisée par les Tradinaires. Toutefois, dans le souci de rendre leur production plus accessible, nous nous placerons dans la même logique normativiste que pour la notation de luvar signalée plus haut. Ce phénomène, lié au contexte phonétique, ne touche pas que ce cas de morphologie verbale mais aussi tout autre mot offrant la même configuration phonétique en finale. Ainsi pouvons-nous avoir le substantif féminin inestiva, prononcé [mes'tiŭ] (moisson), et les adjectifs "agréable", normalement noté agradiu au masculin et agradiva au féminin, avec la même prononciation dans les deux cas : [aɣraðiŭ], ou "neuf, neuve", noté nèu, nèva, dits d'une seule manière : [nεŭ]. De fait, il sera ainsi convenu que la graphie <-va>, en finale après voyelle, transcrit le son [ŭ] dans cette partie du Médoc dont sont issues des illustrations du corpus des Tradinaires que nous communiquons plus avant.

  • 29 Cf. alg, carte no 1031.

Un autre trait, moins original, caractérise notre zone. Il s'agit de l'aboutissement à [ε] de O et U latins précédant un yod. Ainsi de fŏlImagea > huèlha ['hεʎu] (feuille) ou de dōlImageu > duelh [dεʎ] (cuveau de transport de vendange), plŭvia> pluèja ['plεju] (pluie), ŏcŭlu > uèlh [εʎ] (œil), nŏcte > nuèit [nεImaget] (nuit), frūctu > fruèit [frεImaget| (fruit) ou *brugitu > bruèit [brεImaget] (bruit). Cela concerne également les mots comprenant les suffixes -ōrImageu, voir par exemple fossōrImageu > hossuèir [hu'sεImage] (petite houe, fossoir), et -atōrImageu, par exemple dans lăvātōrImageu> lavaduèir (lavoir). De fait, il convient d'ajouter que, dans le cas précis de ŏcto > uèit (huit), le Bas-Médoc linguistique connaît assez largement la réalisation [ɥεImaget]. Pour référence, en Haut-Médoc, [wεImaget] est également attesté au point no 650 N, représentatif de la commune de Hourtin29.

  • 30 Cf. LALANNE Th., op. cit. (1er atlas), p. 22-23.

Par rapport à cette zone qui descend jusqu'à Hourtin dans les cas des suffixes -ōrImageu et -atōrImageu précédemment évoqués, globalement le centre du Médoc a développé dans ces mêmes conditions, la réalisation [œ], et le sud, [y], le passage d'une aire à l'autre étant sujette à interférence ainsi que l'a montré Th. Lalanne30.

  • 31 Cf. GUITER H., "Lignes de force de l'implantation gauloise en Gascogne, Languedoc et Provence". In(...)
  • 32 Cf. RAVIER X., Occitan : les aires linguistiques. In Lexikon der Romanistischen Linguistik (LRL), (...)

17Enfin, touchant une zone plus large en Médoc, puisque s'étendant jusqu'à l'intérieur du canton de Castelnau-de-Médoc, nous mentionnerons l'aboutissement de ū latin à [e] dans des mots monosyllabiques ou bien en position prétonique à l'intérieur de mots polysyllabiques. Ainsi sus (sur), pus (plus), un (un), sont prononcés [se], [pe], [ẽ]. Dans ce dernier cas, il semblerait que le phénomène se soit propagé au féminin una ['enu]. Dans les exemples de mots à plusieurs syllabes on peut voir le passage de /y/ tonique à /e/ prétonique ; ainsi en va-t-il de punh [pyɲ] (poing), à punhet [pe'ɲet] (poignet). Quant à savoir si cela pourrait être interprété comme le témoignage d'une marque substratique31 de faible celtisation ou comme la prolongation d'un processus de palatalisation de ū latin vers [e] en l'occurrence là en Médoc, voire [i], que l'on trouve en gascon bayonnais (cf. lua (lune) réalisé ['liβә]), que ce fait soit alors imputable, à l'inverse, à un substrat celte ou bien à des causes proprement structurelles, nous nous en remettons aux prudents avis de X. Ravier, pour le gascon, ainsi que de Claude Hagège et André Haudricourt au sujet du substrat dans les langues romanes32. Pour ce qui nous touche directement ici, ce phénomène, non systématique, est néanmoins le plus évident dans la partie nord du Médoc qui sert de terreau à la production des Tradinaires.

En marge des renseignements indicatifs dont nous venons de faire état, nous préciserons que les Tradinaires nous paraissent témoigner d'une bonne conservation de l’occitan gascon dans sa variété locale du Bas-Médoc, tant sur le plan de la phonétique que des autres caractéristiques linguistiques, lexicales en particulier, comme nous pourrons le constater plus avant en prenant connaissance de l'anthologie de leurs textes présentée ici. Nous préciserons simplement que, souscrivant toutefois à une tendance assez générale, alors que /r/ continue à être roulé, vibrante apico-alvéolaire [r], par les membres du groupe les plus âgés et ayant une compétence orale, sinon écrite, des plus complètes, il est prononcé à la française, fricative dorso-uvulaire sonore ou "r dévibré" [Image], par les autres.

  • 33 Certains apparaissent ainsi dans les fiches lexicales en cours de réalisation dans le cadre du gro (...)
  • 34 PALAY S., Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes. Paris : CNRS, 1991, 1053 p. Les entrées (...)
  • 35 Cf. pour une approche détaillée des particularités de la morphologie verbale en Médoc, de J. Alliè (...)

18Nous l'avons vu, cette zone bas-médoquine se singularise par certains traits phonétiques que l'on ne saurait véritablement mettre en parallèle avec un lexique ou des traits morpho-syntaxiques qui seraient originaux par rapport au reste du Médoc. À part d'inévitables termes spéciaux qu'il conviendrait de recenser33 et dont certains apparaissent dans I'ALG, dans certaines des entrées médoquines du Dictionnaire de béarnais et gascon modernes de Simin Palay34, dans le lexique manuscrit de François Conord (cf. supra p. 95) ou dans le lexique que nous donnons plus loin à la suite du choix de textes issu de la production totale des Tradinaires, une base commune transparaît clairement sur l'ensemble de cette région. Afin, toutefois, de compléter notre présentation, nous évoquerons quelques traits de morphologie verbale originaux par rapport au reste du Médoc35.

  • 36 Cf. alg : ALLIÈRES J., Le verbe, cartes no 1618 et 1619. Ainsi, à partir de cantar (chanter), pour (...)

19Nous noterons ainsi que cette partie du Médoc se distingue du reste de la presqu'île et du grand ensemble nord-occidental du gascon qui lui fait suite par sa participation au modèle téléotonique aux indicatif et subjonctif présents qui sont par ailleurs de règle dans le reste de l'occitan36. Précisément, en ce qui concerne l'IP, cette aire va au-delà du strict Bas-Médoc pour recouvrir en fait une grande moitié nord de la presqu'île. Par ailleurs, nous sélectionnerons essentiellement le vocalisme désinentiel du subjonctif présent, de l'imparfait de l'indicatif, du subjonctif imparfait et du conditionnel aux personnes 4 et 5 qui est en [jε], pour donner : <-ièm>, <-iètz> en position tonique ou <-iem>, <-ietz> en position post-tonique. Nous renverrons en annexe (voir p. 308-310) aux paradigmes complets de quelques verbes de base afin de faciliter l'accès au formes verbales employées dans les textes de l'anthologie qui suit. Seront ainsi présentées les conjugaisons des verbes suivants : cantar (chanter), bàter (battre), dromir (dormir), aier (avoir), estar (être), pour les réguliers et les auxiliaires, plus quelques irréguliers : anar (aller), har (faire), poder (pouvoir), venir (venir).

à la base d'une langue écrite

  • 37 Cf. VIAUT A., "L'Escòla dau Medòc et l'influence félibréenne en Médoc". Garona, Cahiers du CECAES (...)
  • 38 Cf. VIAUT A., Le texte occitan du Médoc : inventaire bibliographique. Bordeaux : Maison des Scienc (...)
  • 39 Cf. VIAUT A., "L'occitan dens la premsa medoquina, l'exemple de dus jornaus : Le Vigneron Médocain(...)

20Cette région, majoritairement constituée des cantons de Saint-Vivien-de-Médoc et de Lesparre-Médoc, que nous ferons correspondre à la zone A de la carte 4 (voir p. 101), est probablement constitutive d'un parler propre se distinguant du reste du Médoc, ne serait-ce qu'à travers les particularités que nous venons d'évoquer. Il est un fait qu'il a servi de base géographique aux tentatives conscientes de mettre au point un standard littéraire médoquin37. C'est incontestablement dans cette partie de la Presqu'île que, depuis l'origine, nous rencontrons le plus d’écrits en langue d'oc-38. L'emplacement de Lesparre, capitale historique du Médoc, chef-lieu de l'ancienne sirie puis d'un arrondissement et d'un canton, y est sans doute pour quelque chose, le développement autour de ce chef-lieu de la presse locale39, ouvrant ses colonnes à l'occitan, de la fin du siècle dernier au début de celui-ci, fut également de nature à favoriser ce début d'émergence, selon des modalités plus informelles que formelles, de ce qui pouvait être un sous-standard local de l'occitan gascon destiné à un usage écrit.

adaptations orthographiques

  • 40 Joseph Conord (1872-1949), tout d'abord, puis son frère, François Conord (1882-1973) à partir des (...)

21Nous rappellerons que c'est sur la base de l'orthographe dite classique de l’occitan (cf. supra p. 29) que certains des auteurs contemporains du Médoc issus de cette partie de la presqu'île exerceront leurs talents dès la fin des années vingt40. Plus près de nous, ainsi que nous l'avons déjà dit, les Tradinaires s'en tiennent à une observance assez étroite desdits principes tels qu'ils ont été modernisés par Louis Alibert et l'Institut d'Études Occitanes depuis les années cinquante. Quoique sensibles aux arguments de nature à justifier le caractère diasystématique de cette orthographe et habitués à les mettre en pratique, nous avons déjà signalé qu'ils avaient pu opter pour quelques solutions rendant compte de la phonie locale telles que la notation <-v'> (cf. supra). De même, ils ont pris l’habitude de ne pas noter <-v-> dans les différentes formes verbales de luvar (lever) ou buure (boire) (cf. supra) là où la règle est, rappelons-le, une absence de son correspondant. Ils ont tendance à orthographier spontanément <e> ce qui correspond à la prononciation de /y/ dans les cas signalés plus haut de position tonique à l'intérieur de mots monosyllabiques ou de position prétonique dans d'autres, plurisyllabiques, hormis pour l'indéfini un, una (un, une).

  • 41 Ainsi, à titre probablement non exhaustif : cruiós [kre jus] (curieux), fusilli [fe'ziʎ] (fusil), (...)

22Après avoir posé la question d'une adaptation de l'orthographe classique à des productions écrites dans l’observance stricte d'une variété locale d'occitan, nous sommes convenus de coller le plus possible à ses règles communes de base en renvoyant à certaines prononciations valables localement que avons pu préciser précédemment et que nous allons rappeler ici brièvement. Ainsi conservons-nous la notation de <-v-> étymologique en contact avec les voyelles labiales <u> et <o>, bien que, dans ce contexte, ce graphème ne corresponde à aucun son. De même, la notation <-va> en finale après voyelle, dans la conjugaison de l'indicatif imparfait (personne 3), ou dans tout substantif ou adjectif pouvant être référé à une forme masculine terminée par une diphtongue comportant [ŭ] comme élément décroissant sera préférée à la notation <-v’>, ainsi que cela a déjà été précisé, et cela renverra dans ce contexte à un son [ŭ]. Enfin, dans les cas où <u> étymologique s'est vu correspondre un son [e], ainsi que nous l’avons montré, nous garderons ce graphème <u> de référence. Nous renvoyons pour mémoire, ici même, en note41, à une liste de mots dont certains ont déjà été signalés plus haut pour décrire cette caractéristique.

  • 42 BIANCHI A. et VIAUT A., Fiches de grammaire d'occitan gascon. Volume 1. Bordeaux : Presses Univers (...)
  • 43 International Phonetic Associaton. The Principles of the International Phonetic Association, Being (...)

23Les règles orthographiques utilisées ici sont censées suivre les recommandations de l'Institut d'Études Occitanes et du Conseil de la Langue Occitane. Elles s'appuient également sur les indications des Fiches de grammaire d'occitan gascon42. Nous renvoyons au tableau suivant qui met en regard graphèmes et réalisations phonétiques. Les règles de notation phonétique sont celles que propose l'International Phonetic Association43. Nous préciserons simplement que, pour la notation des diphtongues décroissantes, nous optons pour la solution retenue pour le portugais et non pour celle qui est proposée pour le provençal. Ce tableau sera suivi d'une version simplifiée employant les graphèmes du français pour transcrire les sons qui correspondent à ceux de l'occitan en Bas-Médoc.

24- pour les voyelles et semi-voyelles

Image

25- Pour les consonnes et semi-consonnes

Image

Image

26Nous ajouterons que les digraphes bd, ht et pt notent ici les sons suivants : [d], [d] et [t], par exemple cobde [kude] (coude), dissabte [di'sade] (samedi) et recaptar [rreka'ta] (ranger). Nous avons opté, quant à nous, selon la règle catalane, pour la notation -ss- du groupe étymologique -rs-, la réalisation [s] étant très largement de règle dans tout le Médoc d'ailleurs, par exemple bossa [busu] (bourse), travès [tra'βεs] (travers).

27Les textes qui sont édités plus avant ont été relus et corrigés par mes soins selon les principes ci-dessus précisés et avec l'accord préalable des Tradinaires. Nous terminerons en donnant un résumé de quelques règles de base afin de faciliter la lecture des textes de l'anthologie qui suit.

28règles de lecture simplifiées pour la variété bas-médoquine

29Graphème occitan-> graphème français noté entre guillemets pour une valeur phonique équivalente ou approchante du son noté immédiatement après en alphabet phonétique international :

30 a, à -> "a" [a] de mastic

31 -a, en finale, seul ou suivi de s -> "ou" [u]

32 o -> "ou" [u]

33 ò -> "o" [ᴐ] de sol

34 è -> "è" [ε]

35 e -> "e" [e]

36 i -> "i" [i]

37 u-> "u" [y], "w" [ŭ] en diphtongue décroissante

38♦ v -> "b” [b], disparu en position intervocalique et en contact avec une labiale

♦ j, g (devant è, e, i), en début de mot ou après consonne-> "dz" [Image], sauf pour jo (moi) prononcé [ju], soit "you". Exception pour : jamès (jamais), gètra (guêtre), getrat, -da (guêtré, -e, dans l'expr. mau getrat : mal habillé), esbargir (faire disparaître), gingar (folâtrer), gipohar (se) (chahuter), giula (ânesse), où ces lettres ont la valeur de "j" [ӡ].

39 j, g (devant è, e, i), entre deux voyelles -> "y" [j]. Exception pour : bajaula (bajoue), elegir (élire), flagir (flétrir), grojòla (groseille à maquereau), legir (lire), maginar, imaginar (imaginer)), où ces lettres ont la valeur de "j" [ӡ].

sh, ish -> "ch" [ʃ], "ich" [Imageʃ]

ch -> "ts" [Image], ou "ch" [ʃ] français, par exemple dans chivau (cheval).

40 lh -> "li" [ʎ] de lieu

41 nh -> "gn" [ɲ]

42 -r final ne se prononce pas.

Notes

1 Cf. pour la répartition du domaine linguistique occitan en deux grands complexus, aquitano-pyrénéen et arverno-méditerranéen : BEC P., "Per una dinamica novèla de la lenga de referéncia : dialectalitat de basa e diasistèma occitan". Annales de l'Institut d'Études Occitanes, tome II, no 6, 1972, p. 42-44, et BEC P., Manuel pratique d'occitan moderne. Paris : Picard, 1973, p. 18-20.

2 Cf. pour quelques tendances concernant le Médoc : LALANNE Th., "La limite nord du gascon". Le français moderne, tome 19, no 2, 1951, p. 135-152.

3 SÉGUY J., "Le système du pronom régime en gascon du Médoc". Via Domitia, VIII, déc. 1961, p. 2-15.

4 Cf. entre autres sources, les différents volumes des Archives Historiques de la Gironde et ALPHONSE P., Disciplines de clergie et de moralités traduites en gascon girondin du xvi e- xv e siècle, publiées par Jean Ducamin. Toulouse : Librairie Édouard Privat, 1908, 304 p.

5 Développé in BEC P., Les interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Couserans. Paris : Presses Universitaires de France. 1968, p. 280-281.

6 Enquête A. Viaut et S. Allard auprès de M. Debidas (Vensac, 20/11/1997).

7 Exemples de séquences notées précisément dans la commune de Saint-Laurent-du-Médoc (villages de la partie landaise de la commune, enquêtes A. Viaut 1973-74) : la luna es novera [la 'lyna s nu'εrə] (la lune est nouvelle), la bòna Vièrge es au mei [la 'bɔna 'bjεrӡe z aŭ meImage] (la bonne Vierge est au milieu). Par ailleurs, dans le cas du toponyme Senta-Elena (Sainte-Hélène), dans le canton de Castelnau-de-Médoc, la prononciation est généralement en Haut-Médoc ['sẽnta 'lenә], avec, peut-être bien, assimilation dans ce composé au profit de <-a> final atone de Senta et non de <E-> de Elena comme cela pourrait habituellement être le cas.

8 Cf. RAVIER X., "Observations sur l'isoglosse [fait]/[fats] dans les parlers languedociens occidentaux : problèmes phonétiques et phonologiques". In Hommage à Jean Séguy, tome II. Via Domitia, tome XIV, 1978, p. 257-298..

9 Cf. BEC P., "Per una dinamica novèla de la lenga de referéncia...". Op. cit., et BEC P., Manuel pratique d'occitan moderne. Op. cit.

10 Ainsi pouvons-nous au moins attester de l'existence des formes suivantes : conéisher (connaître), enshantar (effrayer), sharpilhèira (serpillière), sheitar (asseoir), sheite (tabouret) en concurrence avec seite, sherment (sarment), shiular (siffler) en concurrence avec estiular et chiular, shugar (essuyer), alors que frèisse (frêne), paréisser (paraître), pèisser (paître), peis (poisson), sardina (sardine), sord (sourd) vont par exemple contraster avec les formes frèishe, paréisher, pèisher, peish, shardina, shord du Haut-Médoc qui, de ce point de vue, correspond davantage à la tendance générale du gascon.

11 Quelques emprunts au saintongeais paraissent devoir être retenus dans cette partie du Médoc. Hormis des mots dont les aires peuvent depuis l'origine concerner tout ou partie du Bordelais et de la Saintonge, il nous semble que les réels emprunts sont en petit nombre bien qu'une étude systématique n'ait pas encore été menée sur le sujet. En nous référant à un des lexiques de saintongeaius tels que celui de J. Jonain (Dictionnaire du patois saintongeais. Royan : chez l'auteur, 1869, 423 p.) ou au Dictionnaire des régionalismes de l'Ouest entre Loire et Gironde de P. Rézeau (s.l. : Le Cercle d'Or, 1984, 302 p.), nous pensons pouvoir signaler ici à titre d'exemples : chanau [ʃa'naŭ], s.f. chenal (cf. saintongeais "chenau") ; achalat, -da [aʃ'lat], a. : épuisé par la chaleur (cf. saintongeais "achaler" : échauffer). Un terme comme sordon [sur'dũn], s.m. : coque (coquillage) (cf. saintongeais "sourdon") constitue un autre type d'emprunt dû aux contacts entre pêcheurs de l'estuaire ou à un circuit commercial de la vente de ce coquillage traversant 1'estuaire ou passant par Bordeaux. "Sourdon" se trouve d'ailleurs aussi en français régional bordelais (cf. BOISGONTIER J., Dictionnaire du français régional des Pays aquitains : Bordelais, Agenais, Périgord, Landes, Pays basque, Béarn, Bigorre. Parts : Christine Bonneton, 1991, 157 p.

12 Cf. les cartes no 86 (citrouille), 923 (suie) et 421 (truie) de I'ALG.

13 Dans les communes de Vertheuil et Saint-Estèphe. Cf. VIAUT A., Flor de vinha : en Médoc paroles du vignoble à Saint-Estèphe. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1992, p. 38.

14 HAUDRICOURT A. G., "Les strats aquitains et occitans en gascon". In Hommage à Jean Séguy, tome II. Via Domitia, tome XIV, 1978, p. 194.

15 Cf. Atlas Linguistique de la Gascogne, cartes no 1612 et 2101.

16 LALANNE Th., L'indépendance des aires linguistiques en Gascogne maritime, 2e Atlas. St-Vincent-de-Paul, chez l'auteur, 1949, p. 31-32.

17 RAVIER X., Occitan : les aires linguistiques. In Lexikon der Romanistischen Linguistik (LRL), Volume V, 2. Tübingen : Max Niemeyer Verlag, 1991, p. 88-89.

18 Cf. LALANNE Th., L'indépendance des aires linguistiques en Gascogne maritime (1er atlas). St-Vincent-de-Paul : Chez l'auteur, 1949, p. 22-23, et VIAUT A., Flor de vinha : en Médoc paroles d'oc du vignoble à Saint-Estèphe. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1992, p. 38-39, 42.

19 Voir exemples cités in LALANNE Th., op. cit (1er atlas), p. 34-35.

20 Cf. BOURCIEZ E., Recueil des idiomes de la région gasconne. Gironde tome I. Manuscrit, Bibliothèque Universitaire des Lettres de Bordeaux, 1895.

21 Ce type d'évolution ne se rencontre pas qu'en gascon. Une tendance similaire existe ainsi en Provence, cf. : LAFONT R., L'ortografia occitana : lo provengati. Montpellier : Centre d'Estudis Occitans (Université P.-Valéry, 1972, p. 31, 37 et 42.

22 Cf. Vers composés par Mr.*** sur le départ de François Baudouin et ses compagnons Médoquins, allant à l'Armée. Arrivé l'an 1672 ou environ. Unicum, Bibliothèque municipale de Nantes, 23 p. Pour accéder à ce texte, voir : PIC, Fr. "Les Vers... médoquins retrouvés". Garona Cahiers du CECAES, no 4, 1988, p. 45-63, et VIAUT A., "Au sujet de Lou Mayrau medouquin, poème gascon anonyme du XVIIe siècle". Garona Cahiers du CECAES, no 6, 1990, p. 61-95.

23 Cf. BEC P., Manuel pratique de philologie romane, tome I. Paris : Picard, 1970, p. 455.

24 Cf. attestations in DELPIT J., Glossaire des mots des divers dialectes gascons, béarnais, bordelais, etc. employés dans les 10 premiers volumes des Archives Historiques du Département de la Gironde (ahdg). Publ. spéciale jointe aux ahdg, 1869, XI. Bordeaux : Gounouilhou, 1873.

25 Cf. attestations in LESPY V., & RAYMOND P., Dictionnaire béarnais ancien et moderne. Genève : Slatkine reprints, 1970, 440 p.

26 Selon le témoignage de Xavier Ravier, auteur de l'Atlas Linguistique du Languedoc Occidental ( alloc ) (4 tomes). Paris : CNRS, 1978-1993.

27 Cf. alg , cartes no 1686 et 1687.

28 Information fournie par X. Ravier, auteur de l' alloc . Op. cit.

29 Cf. alg, carte no 1031.

30 Cf. LALANNE Th., op. cit. (1er atlas), p. 22-23.

31 Cf. GUITER H., "Lignes de force de l'implantation gauloise en Gascogne, Languedoc et Provence". In Hommage à Jean Séguy, tome II. Via Domitia, tome XIV, 1978, p. 177-191.

32 Cf. RAVIER X., Occitan : les aires linguistiques. In Lexikon der Romanistischen Linguistik (LRL), Volume V, 2. Tübingen : Max Niemeyer Verlag, 1991, p. 85-86 ; HAGÈGE Cl. et HAUDRICOURT A., La phonologie panchronique : comment les sons changent dans les langues. Paris : Presses Universitaires de France, 1978, p. 158-170.

33 Certains apparaissent ainsi dans les fiches lexicales en cours de réalisation dans le cadre du groupe des Tradinaires depuis 1990 (cf. analyse, p. 66-67).

34 PALAY S., Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes. Paris : CNRS, 1991, 1053 p. Les entrées médoquines qui sont identifiées comme telles dans ce dictionnaire seraient dues à Pierre-Louis Berthaud (1899-1956). Des renseignements sont fournis à ce sujet in BELLY M., Genèse, élaboration et réception du dictionnaire du béarnais et du gascon modernes de Simin Palay. Thèse soutenue à l'Université Paul Valéry (Montpellier III), 1995, p. 117-121.

35 Cf. pour une approche détaillée des particularités de la morphologie verbale en Médoc, de J. Allières : Le verbe. Vol. V, fasc. 1 et 2 de l'Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne. Paris : CNRS, 1971 ; et "Notes sur le verbe médocain". In Actes et mémoires du 2ème Congrès, international de langue et littérature du Midi de la France. Aix : Centre d'Études Provençales, 1958, p. 131-138 ; ainsi que BOURCIEZ J., Recherches historiques et géographiques sur le parfait en Gascogne. Bordeaux : Féret, 1927, 251 p.

36 Cf. alg : ALLIÈRES J., Le verbe, cartes no 1618 et 1619. Ainsi, à partir de cantar (chanter), pour l'IP : canti, cantes, canta, cantam, cantati, canten (['kãnti kãntes 'kãntu kãn'tãn kãn'tats 'kãntẽn]), va s'opposer à la rhizotonie de canti, cantas, canta, càntam, càntatz, canton (['kãnti 'kãntәs 'kãntә 'kãn't әn kãntәts kãntImagen]), dans la partie sud de la Presqu'île.

37 Cf. VIAUT A., "L'Escòla dau Medòc et l'influence félibréenne en Médoc". Garona, Cahiers du CECAES (Univ. de Bordeaux III), no 11, 1994, p. 57-76.

38 Cf. VIAUT A., Le texte occitan du Médoc : inventaire bibliographique. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d’Aquitaine, 1977, p. 59-51.

39 Cf. VIAUT A., "L'occitan dens la premsa medoquina, l'exemple de dus jornaus : Le Vigneron Médocain e Le Vieux Médocain". Lengas, revue de sociolinguistique, no 6, 1979, p. 23-63.

40 Joseph Conord (1872-1949), tout d'abord, puis son frère, François Conord (1882-1973) à partir des années quarante, tous deux de Lesparre. Voir VIAUT A., " L'Escòla dau Medòc...". Op. cit., p. 70-71.

41 Ainsi, à titre probablement non exhaustif : cruiós [kre jus] (curieux), fusilli [fe'ziʎ] (fusil), mesurau (meze'raŭ] (mesure d’une capacité de 12, 5 litres), murralha [me'rraʎu] (mur), punaisa [pe'naImagezu] (punaise), punhada [pe'ɲaðu] (poignée), punhet [pe'ɲet] (poignet), pus [pe] (plus), puslèu [pe'lεŭ] (plutôt), sudor [se'ðu] (sueur), sus [se] (sur), ulheta [e'ʎetu] (entonnoir), un [ẽ] (un), una ['enu] (une), urús [e’rys] (heureux).

42 BIANCHI A. et VIAUT A., Fiches de grammaire d'occitan gascon. Volume 1. Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 1995, 156 p.

43 International Phonetic Associaton. The Principles of the International Phonetic Association, Being a Description of the Phonetic Alphabet and the Manner of Using it, Illustrateci by Texts in 51 Languages. London : University, Departement of Phonetics, 1971 (reprint de l'éd. de 1949), 56 p.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search