Version classiqueVersion mobile

Écrire pour parler : Los Tradinaires

 | 
Alain Viaut

Los Tradinaires

Texte intégral

1Comme ailleurs dans le domaine linguistique occitan, la langue héritée, qui fait ici partie de la variante gasconne, est ainsi en train de disparaître en Médoc de l'usage quotidien. La connaissance et même la compétence intellective de l'occitan y sont de plus en plus résiduelles, réduites aux personnes les plus âgées. Cependant, nous nous trouvons confrontés ici au cas d'un groupe de personnes dont l'objectif a été de retrouver et de revitaliser cette langue dans sa variété locale, le seul cadre institutionnel ayant été, par convenance matérielle entre autres jusqu'à 1997, l'association du troisième âge de la commune "Amitié et loisirs", fondée en 1979, c'est-à-dire l'année où les premiers futurs membres du groupe dont il sera question ici se rencontrèrent. Ce lien a pu paraître logique dans la mesure où le groupe avait lui-même démarré à l'initiative de personnes âgées ou tout au moins déjà à la retraite. Il était clair pour eux que la langue traditionnelle n'était encore perceptible que dans ces tranches d'âge.

2Nous le rappelons, la base géographique concernée est une partie du Médoc, le Bas-Médoc ou Nord-Médoc, au nord-ouest de Bordeaux, dans le contexte rural de la commune de Vendays-Montalivet, à l'intérieur de la partie océanique ou landaise de la péninsule médoquine et du canton de Lesparre. Cette commune est aussi connue pour son activité touristique, balnéaire et naturiste. Montalivet a ainsi vu naître en 1949 le célèbre Centre Hélio-Marin, à l'initiative du mouvement naturiste (cf. Albert Lecoq) et de la municipalité.

  • 1 Expression employée dans le compte-rendu non signé du journal Sud-Ouest en pages locales du 18 jui (...)

3À partir de 1980 et grâce aussi à la participation, dès le début, de personnes telle que Pierre André Delbeau, alors connu comme chanteur occitan, qui accompagna le groupe pendant quatre ans, d'André Lambert, infatigable coordinateur, ou, plus récemment, d'Alix Bret, arrivé en 1983 dans l'équipe et animateur de cette dernière au cours des dernières années jusqu'à son décès survenu en 1996, un certain nombre de personnes de cette région de Vendays, originaires en majorité de cette dernière commune, se réunirent par conséquent autour du thème de la langue locale. Il convient là de préciser qu'avant le lancement de ce groupement d'individus intéressés par la langue traditionnelle du Médoc, A. Lambert et P.A. Delbeau se connaissaient depuis 1965 à Lacanau. Or, Dans le cadre de l'association de propriétaires de Montalivet qu'A. Lambert présida pendant deux ans dans les années 1970, ce dernier fit inviter P.A. Delbeau, "le solitaire de la lande"1, à venir animer une veillée "occitane" à la Maison des jeunes de Montalivet (commune de Vendays) à la mi-juillet 1970. Dans l'histoire du groupe occitan, ce petit événement est cité pour être à l'origine d'un début de prise de conscience qui resta en mémoire durant les années qui suivirent, jusqu'à ce que l'occasion fût trouvée en 1979 de commencer à mobiliser quelques personnes autour d'un projet "occitan". C'est alors qu'à l'initiative d'A. Lambert, il fut fait appel à P.A. Delbeau et qu'il lui fut proposé de s'y associer. S'il y eut un lien avec l'occitanisme de l'époque, ce fut ainsi uniquement au niveau de relations personnelles, aucun lien institutionnel, direct ou indirect, n'a existé entre le groupe, d'ailleurs non déclaré en association autonome jusqu'à présent où il est en train d'effectuer cette démarche, et une structure de type félibréen ou occitaniste.

  • 2 G. Fumé était alors secrétaire du Syndicat National des Instituteurs pour le département de la Gir (...)
  • 3 Cf. CHARUA-DAVRINCHE A., "Montalivet les bains 1856-1986". Les Cahiers méduliens, no 7, juin 1987, (...)
  • 4 Témoignage fourni par A. Lambert (enquête enregistrée, A. Viaut, Vendays-Montalivet, 19/11/1993).

4De fait, si la motivation majeure de ce projet était le désir de retrouver la langue des "origines", on doit aussi rappeler l'intérêt porté à ce que l'on nomme communément les "racines", ou ce que l’on pourrait plus simplement identifier comme étant un ensemble de points de repère inscrivant l'individu dans un système de pratiques socio-culturelles et de références communes à ces dernières, dont les limites sont représentatives d'une société aux dimensions du local, de la commune au canton et, au-delà, à quelques communes de cantons voisins, et dont une raison d'être fondamentale est le sentiment de connivence. C'est, à notre sens, dans cet esprit qu'il faut entendre le retour, non univoque d'ailleurs, ainsi que nous le verrons, sur le passé et, par voie de conséquence, un attrait pour la description des façons de faire anciennes, ce que nous retrouverons sous l'étiquette "récit" à "contenu ethnographique", dans le corpus que nous présenterons plus loin. Ce n'est peut-être pas un hasard si le premier travail d'écriture, réellement collectif en l'occurrence, consista en la traduction en occitan de deux récits "d'autrefois", "La pusca a la pinassa" (La pêche à la pinasse) et "Lo pair Turbot" (Le père Turbot) de Augeau le Marin, recueillis par George Fumé, président du syndicat d'initiative de Vendays-Montalivet, par ailleurs militant laïc et syndicaliste connu en Bordelais2. Ce dernier eut l'idée en 1956, lors du centenaire de la création de la station balnéaire de Montalivet3, d'enregistrer sur trois disques 78 tours des souvenirs racontés par des anciens de la commune au sujet des premiers temps de cette plage. L'idée de G. Fumé alors, telle qu'elle est restée gravée dans le souvenir de témoins de l’époque, futurs membres du groupe occitan, était bien celle d’archiver une mémoire en train de disparaître4. Ce souci ethnographique spontané, suscité par un événement touristique, ne fut pas exploité dans le cadre de la promotion de Montalivet. L’enregistrement demeura unique et n’en entraîna pas d’autres. Il laissa néanmoins une trace puisque la naissance du Groupe occitan en 1979-80 fut l'occasion pour son promoteur, A. Lambert, d’en rappeler le souvenir et l’idée de type "patrimonialiste" qui avait présidé à la réalisation de ces enregistrements se retrouvera comme une des bases de cette démarche.

5La dignité de la langue avec P.A. Delbeau sur scène en 1970, l’intérêt pour l’histoire et la culture propres, celles des humbles avec G. Fumé en 1956, auront incontestablement été des éléments qui ont influencé de l’extérieur les raisons d’être et d’œuvrer de ce groupement.

  • 5 Ibidem.
  • 6 Ibidem.
  • 7 Ibidem.

6Cette association informelle, qui s’était d’abord réunie pour "parler patois ou d’autrefois"5, apprit rapidement, au contact, recherché, de P.A. Delbeau que "le patois" c'était "la langue occitane"6 et qu’elle pouvait s'écrire. À partir de là le groupe orienta son activité vers l'écriture en occitan local pour aboutir, au fil des ans, à un volume significatif de textes et à une expérience de l'écrit que nous présentons dans le présent ouvrage. Après avoir été tentée par le sigle c.o.c.q. (Cercle Occitan Communal de Quinzaine)7, la dénomination de "Groupe occitan" qu’elle prit dès les premiers temps de son émergence découle en partie au moins de cette prise de conscience. Par la suite, le groupe prit à partir du 25 mai 1983 le nom de "Los Tradinaires" qu’il a conservé jusqu'à présent. Le terme même de "tradinaire" demande plus qu'une simple traduction. Il s'agit d'un néologisme inventé par les membres du Groupe occitan en songeant à l’analogie qu’il pouvait y avoir entre leur tâche et l'idée d’eau qui chemine souterrainement. Le mot dérive de "tradin", dont il existe en Médoc aussi le synonyme " charrin", qui a le sens d"'eau souterraine". De fait, cela désigne dans cette région côtière des eaux qui traversent le cordon de dunes littorales pour resurgir parmi une végétation de roseaux et de ligneul sur la plage océane. Seul le dérivé verbal "tradinar" (syn. : charrinar) existe dans la langue courante avec le sens de cheminer sous terre en pensant à un filet d'eau.

implantation

  • 8 Au départ les membres du groupe occitan étaient domiciliés à Vendays-Montalivet. La première perso (...)

7L'épicentre de cette activité allait demeurer Vendays, lieu d'où était partie l'initiative8. Les réunions du groupe se sont ainsi toujours tenues dans cette commune, dans un local municipal. Ce fait, ainsi que d'autres, tels que la participation assidue de différents maires qui se sont succédé à la tête de la commune au repas de fin de cycle annuel des réunions des Tradinaires en juin, le soutien dont a fait récemment montre la municipalité dans l'organisation, conjointement avec le groupe, d'une journée occitane le 20 septembre 1997 en collaboration avec l'association Comité girondin pour la langue occitane et la culture gasconne (cf. infra, p. 79), signifient une implantation réussie dans le paysage communal en même temps qu'une preuve de socialisation. Le fait d'avoir su attirer des personnes d'autres communes médoquines proches en constitue une autre. Si, comme nous venons de l'évoquer, la base géographique du groupe a conservé son ancrage vendaysin jusqu'à présent avec une bonne moitié de ses membres originaires ou citoyens de Vendays-Montalivet, celle-ci s'est élargie, surtout à partir de 1983-84, pour devenir représentative d’un ensemble significatif de communes du Nord-Médoc, en ajoutant celle de Hourtin qui dépend du canton, central, de Saint-Laurent-Médoc (voir carte 1, p. 23). Ainsi, pour cette partie nord de la presqu'île, les communes de Gaillan-en-Médoc, Grayan-et-L’Hôpital, Lesparre-Médoc, Naujac-sur-Mer, Ordonnac, Saint-Vivien-de-Médoc, Valeyrac et Vensac ont été régulièrement représentées. D'autres communes, parce qu'elles apparaissent plus ponctuellement ou parce qu'elles sont identifiables comme des lieux privilégiés de l’enfance et parfois aussi de la jeunesse de certains des Tradinaires, paraissent devoir être signalées. Il s'agit de Couquèques, Jau-Dignac-Loirac, Pauillac, Queyrac, Saint-Julien-Beychevelle. Afin de compléter cette liste, il conviendrait de tenir compte aussi des communes de Carcans et Saint-Laurent-Médoc, la première car P.A. Delbeau y était domicilié et la seconde car j'en suis moi-même issu. La participation de ces deux personnes n’a jamais été complètement extérieure, soit dans le rôle d'actif animateur que fut Delbeau à l'époque où le groupe s'est lancé, soit dans mon rôle d'"observateur-participant", tantôt occupé à noter des renseignements sur le déroulement des séances et la vie de cette association de fait, et à répondre aux sollicitations de ses membres au sujet de leur langue, en particulier pour les aider à appliquer au mieux l'orthographe occitane classique au parler local, tantôt occupé à profiter de leurs connaissances pour telle vérification d'ordre linguistique ou telle enquête lexicographique ponctuelle. La fréquentation du groupe par ces deux personnes lui aura en outre fourni l'opportunité de se frotter à d'autres formes linguistiques de la presqu'île participant toutes deux du Haut-Médoc.

  • 9 Mmes Jeannette et Jeanne dite Sœurette Allard, Marga Bréchou, Andrée Charua, Paulette Coutreau, Od (...)
  • 10 Mmes Jeannette et Jeanne dite Sœurette Allard, Marga Bréchou, Andrée Charua, Paulette Coutreau, Je (...)
  • 11 Mmes Jeannette et Jeanne dite Sœurette Allard, Marga Bréchou, Ginette Capdupuy, Andrée Charua, Chr (...)
  • 12 Mmes Jeannette et Jeanne dite Sœurette Allard, Josette Barbin, Ginette Capdupuy, Andrée Charua, Ch (...)
  • 13 Mmes Jeanne dite Sœurette Allard, Josette Barbin, Ginette Capdupuy, Andrée Charua, Christiane Cost (...)

8Le groupe, qui prit ainsi forme au fil des années, a oscillé d'une dizaine de membres au début à une vingtaine pour 1997-98. Si nous suivons l'évolution de la composition du groupe à travers quelques années comprises entre 1980 et 1996 (et. graphique 1, p. 25), nous pouvons noter une croissance régulière durant les premières années, suivie d’une tendance à la stabilité, autour de vingt personnes, ce chiffre pouvant être d'ailleurs interprété comme allant dans le sens d'une adéquation entre une structure souple et légère et un type d'activité majoritairement tournée vers l'écriture. Cela correspond en tout cas à une impression diffuse que nous avons pu constater à l'intérieur du groupe, celui-ci demeurant par ailleurs également ouvert par principe à d'autres pôles d'intérêt ainsi qu'à d'autres membres éventuels. À travers les repères que constituent les années 1980, 1982, 1988, 1994 et 1997 (cf. carte 2, p. 24), choisies en fonction d'une répartition censée être équilibrée entre les années de lancement et celle d’aboutissement actuel, il apparaît que l'équipe des Tradinaires se composait, à ses débuts, courant 1980, d'une dizaine de membres tous domiciliés à Vendays-Montalivet9. En 1982, sur les 12 participants réguliers, 11 sont toujours de Vendays-Montalivet et un de Hourtin10. En 1988, sur les 19 Tradinaires habituels, 13 habitent Vendays-Montalivet, deux la commune de Saint-Vivien-de-Médoc, un celle de Grayan-LHôpital, un celle de Hourtin, un celle de Soulac et un celle de Valeyrac11. En 1994, sur 21 membres réguliers12, 10 sont de Vendays-Montalivet, 2 sont de Gaillan-en-Médoc, 2 de Grayan-et-L'Hôpital, 2 de Hourtin, 1 de Lesparre-Médoc, 1 de Naujac-sur-Mer, 1 d'Ordonnac, 1 de Saint-Viviende-Médoc et 1 de Soulac. Enfin, pour prendre l'exemple du premier trimestre de 1997, qui illustre à peu près cette décennie en train de s'écouler en même temps qu’il en représente la tendance la plus positive du point de vue qui nous occupe, nous notons que le groupe, comme en 1996, rassemble 20 adhérents13 qui se répartissent ainsi : 10 sont domiciliés à Vendays-Montalivet et 10 autres sont répartis dans les communes voisines de Gaillan-en-Médoc, Grayan-et-L'Hôpital, Hourtin, Lesparre-Médoc, Naujac-sur-Mer, Ordonnac, Saint-Vivien-de-Médoc et Vensac (cf. carte 2, p. 24). Au résultat, nous constatons que le groupe a exercé un certain pouvoir d'attraction, essentiellement grâce au bouche à oreille selon les Tradinaires eux-mêmes, preuve de réussite, en intégrant progressivement des participants venant de communes voisines tout en conservant un nombre à peu près stable, autour d’une dizaine, de personnes domiciliées à Vendays-Montalivet (cf. carte 2, p. 24). Par rapport au groupe initial, à travers la configuration que nous en avons retenue pour 1980 au moins, 3 personnes, J. S. Allard, A. Charua et A. Lambert, se retrouvent dans la composition qui apparaît en 1997. Des Tradinaires qui ont été des participants réguliers depuis les premières années ne se tiennent éloignés, à partir d’un certain moment, de l'activité habituelle du groupe que pour des raisons de santé sans que pour autant leur lien avec celui-ci ait complètement disparu. C'est le cas en particulier pour Mmes L. Laporte et M. Lies que nous ne retrouvons pas dans notre liste de 1997 mais qui furent elles aussi présentes depuis l'année de fondation du groupe occitan, jusqu'à 1996 pour la première et jusqu'à 1994 pour la seconde.

9Afin de compléter cette première approche, nous retiendrons que dans l'évolution du groupe des Tradinaires un moment-clef peut être retenu, celui de 1984-85, qui consacre l'ouverture réussie du groupe vers l'extérieur de la base vendaysine, et une étape significative de croissance, puisque les réunions de groupe commencent, à partir de là, à rassembler régulièrement de quinze à vingt personnes (cf. graphique 1, p. 25).

10Nous pouvons par ailleurs délimiter quatre périodes dans l'activité des Tradinaires. La première, que nous nommerons "de formation", s'étend de 1980 à 1984, la seconde "d'identification", commence en 1985 et va jusqu'à 1989, la troisième, "d'expansion", suit jusqu’à 1997. La fin de l'année 1997 voit enfin s'initier une période que nous qualifierons "de recentrage", puisqu'elle est marquée par des démarches des Tradinaires visant à se constituer en association propre selon la loi de 1901. Comme nous le verrons plus avant, ce découpage, ponctué par des moments de croissance ou d'interrogation, pourra aussi se lire à travers les différentes phases de productivité (cf. infra p. 47-49).

Carte 1 - Communes du Médoc représentées au sein des Tradinaires

Carte 1 - Communes du Médoc représentées au sein des Tradinaires

Carte 2 - Domiciliation des membres des Tradinaires pour les années 1980, 1982,1 988, 1994, 1997

Carte 2 - Domiciliation des membres des Tradinaires pour les années 1980, 1982,1 988, 1994, 1997

Graphique 1 - Évolution des effectifs totaux des Tradinaires

Graphique 1 - Évolution des effectifs totaux des Tradinaires

11Le cycle annuel des réunions se situe d'octobre à juin à raison d'une séance le mercredi, les premières années, puis le mardi, dans l'après-midi de 14h30 à 17h tous les quinze jours en dehors des vacances scolaires. Le choix de ce rythme suscité au début par la participation de P.A. Delbeau, professeur dans l'enseignement secondaire puis directeur de collège, à l'animation du groupe contribua, dès le départ, à donner une identité à ce qui allait devenir "Los Tradinaires" avec cette influence provenant d'une activité pédagogique formelle.

12Outre son identification quant au lieu et à la zone géographique de référence, quant à son allure didactique aussi, ainsi que nous venons d'y faire allusion, le groupe s'est également caractérisé, jusqu'à présent tout au moins, par l'âge de ses membres. Ces derniers, de la même façon que lors des premières années, continuent à être des personnes âgées de plus de soixante ans sauf une, de moins de cinquante ans qui figure parmi les plus actives du groupe. Un des principaux soucis des Tradinaires est d'ailleurs d'offrir, à travers leur constitution en association autonome, un cadre plus neutre de ce point de vue et ouvert à des adhérents plus jeunes. Parmi les préoccupations du groupe celle de la transmission de la langue et de sa possible revitalisation est ainsi de plus en plus à l'ordre du jour comme une suite logique au désir de retrouver ses propres facultés linguistiques.

13Une réflexion de fond émerge ainsi peu à peu depuis ces dernières années, en témoigne cette remarque d'un Tradinaire communiquée au groupe en 1992 :

  • 14 Témoignage fourni par R. Rebès (enquête enregistrée par A. Viaut auprès du groupe des Tradinaires,(...)

"J'en suis à me demander si dans tous les clubs de troisième âge on devrait pas diffuser ce message (retrouver l'occitan local), pour attirer davantage de gens, et surtout de jeunes, parce que qu'est-ce que vous voulez... il n'y a qu'à nous regarder : nous sommes tous des anciens... Aucun jeune ne s'intéresse à ça. et ça c'est lamentable ! J'ai pas dit "les vieux", j'ai dit "les anciens"14.

14Plusieurs choses ressortent de cette opinion "à chaud". Si le lien qui fut entretenu jusque-là avec l'association de troisième âge "Amitié et loisirs" de Vendays-Montalivet se situait dans une logique bien perçue de contact avec une sorte de vivier d'anciens potentiellement détenteurs des dernières compétences en langue héritée, d'une part cette appréhension a persisté quitte, même, à déboucher sur une attitude de prosélytisme, d'autre part, il serait attendu de cette structure qu'elle servît de relais pour sensibiliser des personnes jeunes. Mais le constat principal est bien celui d'un risque d'échec si le type d'activité développé par les Tradinaires en l'occurrence demeure le fait des "anciens". Il faudra retenir ici le sens culturel de ce terme, d'ailleurs opposé à "vieux", dont la signification est perçue au premier degré c'est-à-dire physiologique, non seulement par souci de dignité mais aussi dans l'idée, de plus en plus diffuse depuis cette période, que ces "anciens" prennent conscience de leur responsabilité dans la transmission d'un savoir. Du point de vue de l'"exemple" donné par les Tradinaires, celui-ci a dépassé le strict cadre vendaysin et son insertion au sein du club de troisième âge de la commune allait se révéler peu à peu inadaptée à un groupe dont le tiers, puis la moitié, des membres réguliers allaient provenir de communes voisines. Le passage par l'association "Amitié et loisirs" n'aura pourtant pas seulement été de pure forme, son influence au sein de l'association s'est au moins signalée par le fait que la chorale de l'association a intégré dans son répertoire trois chants en occitan : "Nòsta tòrta nhanqueta" (Notre boiteuse "gnanquette"), composé dans le cadre des Tradinaires (paroles de S. Allard et musique d'A. Bret), et les deux classiques "Aqueras montanhas" et "Bèth cèu de Pau", tous deux adaptés à la modalité linguistique médoquine. Maintenant, si l'actuelle autonomisation du groupe sous une forme associative propre continue à justifier le rôle leader de Vendays-Montalivet dans cette entreprise, elle n'en atteste pas moins sa socialisation à une échelle plus large, concernant à tout le moins le Nord-Médoc.

composition

15Le groupe se compose de personnes qui sont en grande majorité issues d'un milieu rural et sont très majoritairement originaires du Médoc. Si certaines, avant d'être maintenant à la retraite, ont exercé des professions sans lien direct avec le monde agricole, presque toutes, à tout le moins, ont été en contact étroit avec la ruralité. Si nous prenons le cas de l'année 1994, à partir d'une enquête réalisée auprès de dix-neuf participants régulièrement présents lors des réunions des Tradinaires, nous aboutissons à la répartition socio-professionnelle suivante selon les dénominations de l'insee :

  • agriculteurs exploitants : 5
  • instituteurs et assimilés : 3
  • employés administratifs d'entreprise : 2
  • professions intermédiaires administratives de la fonction publique : 2
  • sans professions : 2
  • artisans : 1
  • commerçants et assimilés : 1
  • ouvriers agricoles : 1
  • policiers et militaires : 1
  • professions libérales : 1

16Précisons qu’une de ces personnes, d'abord agriculteur exploitant et comptabilisée ci-dessus comme telle, entra ensuite dans la catégorie des commerçants et assimilés, et qu'une autre, retenue ici au sein des ouvriers agricoles, ce qu'elle était au début de sa vie professionnelle, intégra dans un deuxième temps la catégorie des personnels des services directs aux particuliers. Si cette prédominance de la ruralité autochtone constitue une caractéristique du groupe, elle doit être complétée par une autre qui est celle de l'attrait identitaire éprouvé tant par le retraité qui retourne au pays que par celui qui s'y installe en cherchant à s'y intégrer pleinement. Six personnes sont ainsi concernées. Mais dans le cas des ruraux comme dans celui de ceux qui ne l'ont pas été, on retrouvera le besoin de ressentir le pays à travers sa langue comme pour combler le sentiment d'un manque ou pour assouvir une curiosité estimée nécessaire.

17Le groupe par lui-même se déclare ouvert, au-delà de la classe d'âge qui le compose dans sa grande majorité, au-delà de ses références rurales par ailleurs évidentes et cultivées. Il se veut avant tout culturel, le plus possible tranversal socialement, même si, de toute évidence, il concerne principalement certaines catégories sociales susceptibles d'exprimer un intérêt pour l'occitan, d'abord appréhendé sous l'angle du terroir et du souvenir avant d'être envisagé en termes de réactualisation, sinon de projet.

organisation et coordination

18Jusqu'à présent donc, le groupe a fonctionné sans grand formalisme ni autonomie, étant maintenant en train de faire les démarches nécessaires pour se constituer en association indépendante. Des personnes, dès le début, ont toutefois assumé des fonctions de coordination et d'animation. Ainsi, sommes-nous amenés à revenir sur le rôle joué, depuis l'origine, par A. Lambert qui a continué jusqu'à aujourd'hui à rassembler les énergies et à organiser la vie du groupe. A. Bret, qui partagea ce rôle avec lui durant les années 1990 jusqu'à son décès survenu en février 1996, s'occupa d'animer, dès avant cette période, le travail des Tradinaires. Par rapport à ce rôle directionnel plutôt assumé par les hommes, deux autres personnes, des femmes dans ce cas, J. S. Allard et Chr. Costas, en plus de leur participation au travail de création, prennent une part importante à l'organisation des séances et de la convivialité qui les entourent.

  • 15 L'association selon la loi de 1901 "Los Tradinaires" a été déclarée le 20 avril 1998 (JO des lois (...)
  • 16 Les hommes : A. Lambert (président), R. Bordonneau (vice-président), G. Mongay (secrétaire-adjoint (...)

19L'organigramme du premier bureau de l'association naissante "Los Tradinaires", officielle depuis le mois d'avril 199815, va dans le sens d'un équilibre quantitatif et qualitatif des responsabilités entre les deux sexes16.

20Au résultat, nous devons constater que, si les socialisations institutionnelle et géographique ont plutôt réussi, celle par l'âge sur une base élargie demeure encore en retrait et constitue incontestablement un des défis à venir pour le groupe.

  • 17 Cf. au sujet de cette notion, l'ouvrage collectif : Écritures ordinaires, sous la direction de Dan (...)

21Le but des Tradinaires a été de chercher à redonner localement du sens à l'occitan en faisant remonter à la surface un besoin de communication orale à travers lui. Comme nous le verrons plus loin, le moyen prit vite le pas sur le but pour des raisons sociolinguistiques, mais aussi, sans doute, pour des raisons d'investissement personnel. En effet, le choix d'écrire fut le fait de non-écrivains, voire de non-auteurs au départ, non marqués, même, par une pratique "ordinaire" d'écriture17 en français ou, encore moins, en occitan. La notation écrite, employée pour fixer la mémoire linguistique impliqua alors l'apprentissage d’une orthographe. Sans préjugé, comprenant que l'idée de norme était liée à celle d'orthographe, dès le début les conventions établies par Louis Alibert (1874-1959) et l'Institut d'Études Occitanes furent ainsi diffusées au sein du groupe grâce à la réponse apportée à cette question par P. A. Delbeau, lui-même proche des réalités linguistiques proprement médoquines pour avoir vécu à Lacanau puis à Carcans. Dans le rôle que j'ai moi-même joué au sein du groupe à sa suite, mon origine saint-laurentaise était également propre à favoriser ces possibilités d'adaptation d'un code graphique général à la langue du lieu et, probablement, à en faciliter l'acceptation et l'apprentissage par les Tradinaires qui, dès le départ de toute façon, développèrent envers cette orthographe une attitude positive. Après une période préliminaire de quelques mois, où les textes résultant de cette fixation par écrit étaient d'abord présentés en français et, par la suite seulement, traduits en occitan, une deuxième période, qui s'est poursuivie jusqu'à présent, vit l'apparition d'une longue série de textes rédigés directement dans cette dernière langue.

  • 18 Témoignage fourni par A. Bret (enquête enregistrée par A. Viaut, Grayan-L'Hôpital, 19/10/1993).

22Le rapport à la langue avec P.A. Delbeau comporta quelques contraintes acceptées, voire attendues de la part du groupe. L'incitation à employer en réunion le plus exclusivement possible l'occitan était ainsi forte durant cette période, elle diminua ensuite, les nouveaux arrivants ayant en outre des compétences de moins en moins affirmées. De même, l'emploi exclusif de l'orthographe normalisée marqua cette période au point de devenir le seul moyen envisagé par les membres du groupe pour noter leur langue. Les Tradinaires les plus anciens retirent de cette époque que c'est celle où ils ont acquis grâce à ce suivi assuré par P.A. Delbeau, des bases solides pour écrire, dans tous les cas les réflexes de base grâce auxquels le groupe a continué par la suite à avoir exclusivement recours à cette graphie classique18. Avec le recul, le rôle de P.A. Delbeau peut être perçu comme fondateur dans l'histoire des Tradinaires. Ainsi, pour une des anciennes du groupe évoquant, d'une façon certes personnelle, ce temps des débuts, qui correspond à notre première période, celle que nous avons qualifiée "de formation" (cf. supra) :

  • 19 Témoignage fourni par M. Lies (enquête enregistrée par A. Viaut, Gaillanen-Médoc, 15/12/1993).

"Si Delbeau n'était pas venu pour apprendre à lire et à écrire, ça n'existerait pas ce groupe. Il n'y aurait pas de groupe occitan."19

approche sociolinguistique

23Le fait, pour ces personnes, de s'intéresser à l'occitan, outre la curiosité, la nostalgie ou le désir de communiquer dans une langue après tout encore familière, au moins pour certaines d'entre elles, laissait supposer de leur part un minimum de capacités dans ce domaine. Le fait qu'une partie d'entre elles se soient assez rapidement mises à écrire le montre assez, même si ce fut de façon assistée au début, grâce à l'aide de P.A. Delbeau. Par la suite, le groupe put utiliser ses propres ressources à cet effet, guidé par A. Lambert et — ces dernières années aussi — par A. Bret, ainsi qu’en ayant recours sur des points précis à moi-même.

24Le but admis par tous était donc bien de recouvrer la langue qui leur semblait être en train de se perdre. La démarche d'écriture s'inscrit dans cette logique d'archivage du vestige dans un but de percevoir à nouveau, à travers des signes tangibles, une réalité de la propre langue. La remarque suivante du leader "historique" du groupe illustra cela :

  • 20 Témoignage fourni par A. Lambert (enquête enregistrée auprès des Tradinaires, A. Viaut, Vendays, 1 (...)

"Au départ on s'est dit : "nous, nous sommes les derniers à avoir entendu parler une langue qui s'est transmise jusqu'à maintenant oralement ; Si on ne se dépêche pas — tant qu'il y a des gens qui connaissent le patois et qui le parlent — de transcrire la langue qui a été pratiquée ici depuis l'origine, après ça, ça sera fichu. Alors, c'était en fait un héritage que l'on voulait préserver, sans aucune prétention ! ! Il fallait vite consigner tout cela. Il n'y aura qu'à voir après toutes ces personnes qui nous ont apporté quelque chose et qui n'y sont plus"20.

  • 21 Cf. au sujet de cette notion : GUMPERZ J.J., Sociolinguistique interactionnelle : une approche int (...)
  • 22 Forme locale pour "parler d'autrefois". "Parladura d'autes còps", qui a le même sens, peut égaleme (...)

25Cette citation renvoie à un état général de la langue en Médoc. D'un point de vue sociolinguistique son usage réel, quotidien, même à des niveaux restreints et bien informels de la communication, a diminué jusqu'à n'être presque plus rien, ou réduits à des manifestations symboliques, rares séquences dans des productions marquées d'alternances codiques21. Guère de conversations suivies peuvent être entendues, tout au plus retiendrons-nous la démonstration d'une compétence encore manifeste dans la langue mais sous réserve d'un passage seulement symbolique, même s'il est voulu, à la performance. La condition de réalisation de la langue héritée ne rencontre plus de quoi répondre à un besoin spontané et ce dernier ne se manifestera que par hasard ou comme un événement par définition hors normes. Ainsi, l'idée d'inventer un nouveau lieu de communication où la langue d'origine serait employée vint alors de ce constat en s'accompagnant d'une prise de conscience de la nécessité de dépasser le caractère artificiel de la nouvelle situation qui en résulterait. On pensa par ce moyen se réaccoutumer à la "caquetadura d'a'stat"22. Une opinion partagée par l'ensemble des Tradinaires a d'ailleurs été que le parler local serait retrouvé grâce aux réunions du groupe, comme si celui-ci constituait une sorte de refuge pour une langue naufragée.

  • 23 Bien que la dénomination "patois" semble être en diminution ces dernières années par rapport à "oc (...)

26Partant de là, et on le notera à l'emploi du signifiant traditionnel "patois" dans le passage de l’entretien reporté ci-dessus, alors même que l’autre désignant, "occitan", est aussi couramment employé, ce qui est recherché c'est la langue du lieu : l'occitan oui, mais sous réserve qu'il soit bien celui du Médoc, voire même dans ses particularismes de cette partie septentrionale de la presqu'île. Le patois, c'est-à-dire "notre occitan" ou l'inverse. En même temps, au-delà du choix orthographique, l'attitude normativiste a intégré le souci de retrouver une langue débarrassée des gallicismes les plus évidents et récents, cela s'alliant à un sentiment de prestige dont la dénomination "occitan" était censée être porteuse aux yeux des Tradinaires. Mais il y a également eu l'idée que le "patois", langue du petit peuple, était ainsi honoré. De cette façon, cette dénomination, dont on connaît le succès depuis la fin du xviiie siècle et qui est encore majoritairement employée de nos jours — les résultats de l'enquête du Conseil régional d'Aquitaine de 1997 le montrent23 — n'a pas été abandonnée. Elle a simplement été comme resémantisée et c'est volontairement qu'elle est employée dans l'hymne du groupe (cf. infra, p. 252-255), alors même que le lien est clairement fait au sein du groupe avec la dénomination "occitan" utilisée désormais aussi. Ce statut du "patois" transfiguré apparaît bien dans le poème de S. Allard "Sauvar los mòts" (Sauver les mots) (cf. infra, p. 242-243). La dénomination "parlar" (parler) y est d'ailleurs utilisée et non celle de "patois", mais, dans l'idée, il s'agit de la même chose pour l'avoir vérifié avec l'auteur. Nous citerons ainsi que la dernière strophe de "Sauvar los mots", où sont évoqués ces mots du "patois" que l'on veut faire accéder à un autre statut :

Sauva-los, sauvam-los, escotam-los que criden,
Tiram-los dau hanhís ant tombèren un jorn
E ant son mantinguts, redevinem trobadors.
Lo harem tots amassa, quite a n'estar gloriós.
(Sauve-les. Sauvons-les. Ecoutons-les qui crient,
Sortons-les de la boue où ils tombèrent un jour
Et où ils sont maintenus, renaissons troubadours,
Nous le ferons tous ensemble, quitte à en être fiers).

  • 24 CHARPENTIER J.-M., "Approche ethnolinguistique d'un parler poitevin". Cahiers ethnologiques "Langu (...)

27Au-delà de l'identification géolinguistique le besoin est ressenti de renouer avec une langue que, de l'avis des Tradinaires, l'on peut difficilement traduire tant elle correspond à un monde disparu fait de ruralité et de proximités maintenant supplanté par une façon de vivre qui a accompagné la généralisation du français standard. Et si des mots du lieu, issus de l'occitan local, ont pu survivre à l'intérieur du français régional ou allolectal médoquin c'est parce que justement leur maintien signe ce décalage où certaines activités et pratiques culturelles encore en vigueur, communément qualifiées de traditionnelles, ne trouvent pas d'équivalents dans le français pour rendre des sens équivalents à ceux qu'ils expriment. Des lacunes sémantiques continuent de la sorte à devoir être encore suppléées. D’où l'impression de devoir faire œuvre de transposition plus que de traduction, tant le retour à la langue originelle peut impliquer un difficile labeur d'adaptation et de redéfinition. Face à cette situation sociolinguistique, due en bonne partie à ce décalage décrit avec précision par J.-M. Charpentier au sujet de la relation existant entre le contexte sémio-culturel du français courant et un parler poitevin en l'occurrence24, dans la représentation que peuvent s'en faire des locuteurs tels que les Tradinaires à propos de leur propre parler, ces derniers en viennent nécessairement à se poser la question de l'actualisation de leur occitan. Le constat de sa possible transposition à des fonctions de communication au présent est tout autant fait que les limites de celle-ci. Le temps passé par les Tradinaires depuis ces dernières années à noter le lexique courant et spécialisé qu'ils connaissent, sur lequel nous reviendrons plus loin, répond implicitement à ce souci. Outre que les définitions retenues fournissent l'occasion de retrouver avec quelque précision le contexte sémio-culturel du parler, elles permettent également de valider, au cas par cas, comme transposables ou non à un aujourd'hui de la langue les contenus sémantiques finalement retenus pour chaque mot.

28Si l'on se réfère à l'enquête que nous avons effectuée en 1994 (cf. supra p. 27) à partir d'un questionnaire imprimé dont l'essentiel portait sur la compétence linguistique des Tradinaires, auquel dix-neuf d'entre eux répondirent, on devra tenir compte du fait qu'à part la faculté d'intellection et de locution, celle d'écriture n'existait pas au départ, en 1980. En revanche, elle paraissait acquise pour un nombre intéressant (cf. infra) de membres au moment de l'enquête. Ce questionnaire permet ainsi de donner une idée des compétences linguistiques des Tradinaires en occitan. Précisons d'abord que dix-sept membres du groupe étaient à ce moment originaires du Médoc et huit d’entre eux vivaient dans la commune de Vendays-Montalivet. Sur les deux "extérieurs", l'un est originaire de Gujan-Mestras, dans le même département et toujours à l'intérieur de la zone gasconne, et l'autre, d'origine picarde et parisienne, a acquis une bonne compétence intellective et d'écriture en occitan local. À la première question "Quelle(s) langue(s) parlez-vous ?", 84 % des personnes répondirent "un peu" sous occitan gascon. À la deuxième, "Quelle(s) langue(s) entendez-vous parler autour de vous ?", outre que tous dirent entendre parler uniquement ou en majorité en français, 78 % déclarèrent entendre "un peu" l'occitan en précisant parfois que c'était lors des réunions des Tradinaires ou de la bouche de parents ou voisins âgés. À "Quelle(s) langue(s) comprenez-vous ?", 63 % répondirent "couramment" sous occitan gascon du Médoc tandis que 26 % notèrent "un peu" au sujet de cette même langue. Ensuite, la moitié, 52 % des membres du groupe, indiqua qu'elle lisait couramment l'occitan local, et 26 % déclarèrent savoir écrire couramment. Enfin, en réponse à la question "Langue(s) entendue(s) pendant l'enfance et la jeunesse ?", 42 % des interrogés dirent avoir entendu l'occitan en majorité ou à égalité avec le français.

29Ces résultats sont bien sûr atypiques et sont forcément positifs par rapport à ceux que nous fournit l'enquête sociolinguistique Pratiques et représentations de la langue occitane (cf. supra) réalisée en Région Aquitaine en novembre 1997 à la demande du Conseil régional auprès d'un échantillon de 1 300 personnes. Celle-ci nous révèle que si la Gironde est le département où la langue s'est le moins bien maintenue par rapport aux autres départements, en dehors même de l'agglomération bordelaise, 7,67 % de la population déclare parler bien ou être capable de tenir une conversation simple. Si l'on inclut ceux qui disent savoir "un peu parler", ce pourcentage passe à 13 % (contre 34 % pour la Dordogne ou 22 % pour les Pyrénées-Atlantiques par exemple). De fait, les différents résultats de cette enquête confirment que si l'occitan s'estompe moins rapidement que l'on aurait pu le penser, les attentes par rapport à cette langue sont significatives et vont dans le même sens, positif, que celui qu'explorent à leur façon, depuis plusieurs années, les Tradinaires. En cela, ces derniers illustrent une tendance générale (par exemple, entre 51 % et 66 % des personnes interrogées, y compris dans l'agglomération bordelaise, déclarent qu'elles aimeraient ou auraient aimé que leurs enfants puissent suivre un enseignement concernant l'occitan) en allant, dans leur cas, au-delà de la simple déclaration d'intention. On y apprend au passage que cette pratique de la langue en groupe avec des personnes qui la connaissent surtout par héritage et qui ne se posent que depuis peu la question de sa transmission par apprentissage, l'essentiel de leur activité étant, aussi, orienté vers d'autres buts, correspond à une réalité de l'occitan révélée par cette enquête : à la question "Avec qui avez-vous appris l'occitan principalement ?", 91 % des enquêtés répondirent "famille-entourage", 6 % "amis", 2 % "École primaire", 2 % "Lycée", 1 % collègues et relations de travail" et 1 % "Autres". La langue héritée demeure prédominante, alors qu'elle disparaît vite et que la langue apprise par le système scolaire est très minoritaire.

30Cet échantillon se compose de cinq catégories ou classes d'âge que nous regrouperons en trois ensembles :

ensemble A
0-> 49 ans : 1 personne
ensemble B
1) 60-> 69 ans : 7 personnes
2) 70-> 79 ans : 8 personnes
ensemble C
1) 80-> 89 ans : 2 personnes
2) 90-> : 1 personne.

  • 25 Cf. VIAUT A., Flor de vinha, paroles d'oc en Médoc à Saint-Estèphe. Bordeaux : Maison des Sciences (...)
  • 26 Se pose pour cette période la question de la masse critique d'offre de français en même temps que (...)
  • 27 Témoignage fourni par M. Lies (enquête enregistrée, A. Viaut, Gaillan-en-Médoc, 15/12/1993).

31Dans cette répartition, nous distinguons donc l'ensemble B de personnes dont les âges vont de soixante à soixante-dix neuf ans qui regroupe deux catégories et représente le gros de la troupe, soit plus des trois quarts de celle-ci. Cet ensemble est flanqué d'un côté par la classe d'âge des plus jeunes, symboliquement représentée par une personne, soit l'ensemble A, et, d'un autre côté, par l'ensemble C de trois personnes appartenant aux classes d'âge de quatre-vingt à quatre-vingt-neuf ans et de quatre-vingt-dix ans et plus, soit deux catégories. Cette répartition fait apparaître à nos yeux trois paliers de compétence en occitan largement déterminés par le type de transmission linguistique intrafamiliale et, plus secondairement, par celui qui est lié aux contacts de voisinage. Tout d'abord nous tiendrons compte d'une observation de fond qui confirme celle que nous avions déjà faite lors de notre enquête monographique dans la commune de Saint-Estèphe en Médoc viticole, à savoir qu'une coupure s'est opérée à la charnière du xixe et du xxe siècles25 : en milieu populaire traditionnellement occitanophone, les parents se sont efforcés d'utiliser le français appris et régional qu'ils connaissaient, avec leurs enfants nés après 1900. À se poser la question de savoir quelle part cette date aurait prise dans la justification de cette attitude : symbole prégnant du passage à la modernité marquée entre autres choses du sceau de l'efficacité et du prestige linguistique du français et, corrélativement, de l'abandon de l'attitude de loyauté à l'égard de la langue traditionnelle26 ? De cette façon, pour notre période de référence de 1980 à 1996, nos enquêtes non directives ont confirmé qu'aucun des Tradinaires n'a reçu l'occitan pour première langue maternelle exclusive alors même que grands-parents entre eux et parents entre eux aussi pouvaient parler habituellement en oc. Des nuances doivent toutefois être apportées. Ainsi, telle personne, née en 1911 à Vendays en milieu rural, témoigne que ses parents lui ont parlé autant en occitan qu'en français. Les parents de la personne la plus âgée du groupe, née en 1901, se sont adressés à elle en français les premières années alors qu'ils avaient utilisé dans le même contexte l'occitan avec deux enfants plus âgés, nés avant 190027. Néanmoins, pendant ce temps, ce membre des Tradinaires a également acquis une compétence similaire en occitan par l'intermédiaire des grands-parents et par contact avec le voisinage ou durant l'adolescence sur le lieu de travail en milieu rural, à tel point que l'occitan put ensuite être employé entre elle et ses parents :

  • 28 Ibidem.

"Toute petite, on me parlait français [mes parents], mais j'ai appris comme ça [grands-parents, voisinage,...], alors quand ils ont compris, quand ils ont vu que je comprenais tout, ils me parlaient patois comme à mon frère et à ma sœur"28.

32Dans ce même ensemble C, la catégorie 1 présente la même physionomie que la précédente, à savoir que l'emploi du français par les parents avec leurs enfants nés après 1900 est contrebalancé par la transmission de l'occitan par les grands-parents ainsi qu'assez largement par l'environnement rural qui restait alors, durant la première moitié du siècle, d'autant plus imprégné par le gascon que l'on touchait aux travaux agricoles, d'élevage ou forestiers au sens large. C'est donc là que se trouvent les occitanophones les plus spontanés et compétents du groupe. Dans le sous-ensemble B qui concerne des personnes nées à partir des années 1920, la transmission de l'occitan par les grands-parents fait place à des usages bilingues assymétriques de leur part où le français domine de plus en plus fortement. Il paraît ressortir que, de façon très majoritaire, ce contexte sociolinguistique n'a pu être suffisamment efficace pour générer des compétences actives en occitan. Durant les années d'enfance et de jeunesse des personnes composant ce sous-ensemble où se produisit l'acquisition linguistique, un occitanophone unilingue constituait déjà un phénomène exceptionnel, le français, y compris dans ce milieu rural médoquin de l'extrémité de la presqu'île, pouvait couvrir tous les champs de la communication, même si, par ailleurs, il n'était pas encore employé spontanément par une majorité de gens. La jeune génération d'alors avançait néanmoins avec cette dernière langue. Le résultat observable chez les Tradinaires de ce sous-ensemble B est ainsi une bonne connaissance passive de la langue dont le corollaire est une difficulté à passer à la parole, à la performance. La réflexion suivante est de nature à illustrer cela :

  • 29 Témoignage fourni par S. Allard (enquête enregistrée, A. Viaut, Vendays-Montalivet, 21/12/1993).

"C'est dur de se mettre à parler, parce qu'on n'a jamais parlé. On a toujours entendu"29.

  • 30 Ibidem.
  • 31 Témoignage fourni par S. Allard (enquête enregistrée auprès des Tradinaires, A. Viaut, Vendays-Mon (...)

33C'est également l'idée selon laquelle la langue se retrouve à travers le mot ou l'expression dont on se souvient. Leurs significations sont d'autant plus perceptibles qu'un recours au souvenir des gestes et des attitudes qui les accompagnaient, selon l'expression même d'un des auteurs tradinaires30, est possible. C'est en outre cette génération qui paraît exprimer le plus un sentiment de la dignité, voire du prestige conféré par l’écrit à la langue locale : "On parle 'patois' et on écrit occitan"31.

34Au-delà, de la classe d'âge de cinquante à cinquante-neuf ans, non représentée ici, et en-deçà, où nous n'avons qu'une personne (cf. supra), la référence à la langue locale est de plus en plus ténue et devient même insuffisante pour assurer une capacité de compréhension même moyenne. Les points de repère seront donc des items tels que des mots, des phrases ou tronçons de phrases issus du langage de la vie quotidienne, celui qui aura encore été entendu de la bouche des plus âgés au moment où l'oreille était jeune et plus réceptive.

  • 32 Terminologie employée pour décrire les situations de diglossie (cf. FERGUSON C.A., "Diglossia". Wo (...)

35La relation diglossique entre le français et l'occitan est vécue comme un souvenir du temps des anciens où seuls les "mossurs" et ceux qui tentaient de les imiter pouvaient user plus ou moins aisément du français. Des textes de tradition orale rendent compte dans le domaine occitan de cette période. Les Tradinaires en ont ainsi consigné quelques-uns par écrit, ils sont signalés par la notation abrégée "di" (textes de tradition orale mettant en scène la diglossie franco-occitane) dans la nomenclature des genres apparaissant dans le corpus de leurs textes que nous présentons plus avant (cf. infra p. 39-46). Ressortent de là, à travers des interprétations burlesques, un motif général de l'incompréhension entre locuteurs des deux langues en présence connaissant entre elles une relation de type diglossique, le français étant en position de langue haute et l'occitan gascon local en position subalterne de langue basse32. Ce motif se décline dans notre corpus en trois sous-motifs qui correspondent aux trois textes produits par les Tradinaires (cf. infra p. 164-169) : celui du locuteur monolingue en occitan qui comprend le français de travers, celui du locuteur bilingue déséquilibré au détriment du français qui n'a pas assimilé des expressions idiomatiques propres à cette dernière langue, et, enfin, celui du locuteur en français, réellement monolingue ou monolingue "administratif" qui, dans l’exercice d'une fonction de pouvoir, en l'occurrence ici, de jugé, ne peut (ou ne doit) comprendre la langue non officielle. Par rapport au vécu des Tradinaires eux-mêmes, si les souvenirs, classiques, d'interdiction de l'emploi de la langue régionale à l'école sont une réalité, d'autres faisant état d’instituteurs compréhensifs ou intégrant la connaissance du "patois" à une pédagogie de l'apprentissage du français existent également. Au-delà de ces rappels, le français est clairement valorisé par les Tradinaires comme une langue qui est leur, désormais normale et naturelle, mais cette intégration s'accompagne du regret de la perte de la langue originelle et du sentiment que cet abandon a été autant conditionné par un contexte diffus défavorable que par des mesures concrètement contraires, voire hostiles, dans l'enseignement, d'où, peut-être aussi cette sorte de revanche didactique qu'ils s'efforcent eux-mêmes d'assumer à leur échelle afin de tenter de renouer avec ce pan d’une culture qui leur est propre.

36En outre, comme nous l'avons déjà évoqué, c'est le fait de venir, ou de revenir, à l'occitan qui a suscité l'écriture, le passage à la création en français ayant pu se faire en réalité en parallèle ou après. Ce cas constitue d'ailleurs une exception et ne concerne véritablement qu'une personne, Soeurette J. Allard (cf. infra, p. 40) qui, à côté de sa production en occitan, compose également des poèmes en français. À ce niveau, certes individuel mais qui s'explique aussi par l’histoire des Tradinaires, on assiste à un retournement, même s'il n'est que symbolique, de la diglossie où le passage à l'écrit s'est effectué par l'intermédiaire de la langue minorée alors que l'écriture en langue majoritaire, peut-être parce qu'elle est devenue banale ou parce qu'elle ne saurait autant exprimer ce sujet-là écrivant, devient ainsi plus familière dans sa quotidienneté et moins originale. Dans le cas que nous évoquons, il n'apparaît pas de différence de contenu entre les textes participant d'un même genre écrits en français ou en occitan. Simplement, ce sont des poésies qui sont écrites en français, à classer dans la troisième catégorie de textes dits "de création" (cf. infra p. 45) que nous avons déterminée tandis que l'occitan est employé pour une palette de textes plus étendue. Ce cas particulier révèle que, dans ce registre de l'intimité, pour un bilingue plus ou moins équilibré que peut être un Tradinaire, le français peut y aller autant que l'occitan, signe de sa complète intégration voire de son intériorisation, alors que des textes exprimant un rapport au lieu et à une sociabilité en relation avec lui, même s'il est vrai que cela peut aussi passer par un rapport au passé, trouveront à s'exprimer à travers une effective diversité de genres.

production des tradinaires

37Au résultat de cette activité des Tradinaires nous retenons ainsi un corpus de 160 textes élaborés, appartenant à différents genres et de longueurs diverses communiqués entre 1980 et 1996 par dix-huit personnes. Ces années présentent une régularité utile à l'appréhension de notre objet. Notre étude de cette production ayant principalement pris place courant 1997, nous n'avons pas intégré les textes écrits au cours de cette dernière année. Quoique l'activité d'écriture ait continué dans son principe comme auparavant (7 textes comme l'année précédente), celle-ci s'est un peu vue concurrencée par la préparation de la journée Gironde terre occitane de Vendays-Montalivet du 20 septembre 1997 (cf. infra p. 11) dans laquelle le groupe s'est beaucoup investi.

38Parmi les 18 auteurs réguliers ou occasionnels qui, pendant une durée plus ou moins longue, se sont manifestés au sein du groupe et dont 5 (M. Bréchou, A. Bret, J. Guidon, H. Laporte et G. Saintout) sont d'ailleurs décédés à ce jour, nous distinguerons 3 sous-groupes : un premier comprend 3 auteurs et totalise 96 productions, soit 60 % de l'ensemble ; un second groupe composé de 4 autres personnes avec 34 textes, soit 21 % de l'ensemble ; un troisième enfin représentant les 11 personnes, réparties en trois sous-groupes, qui restent avec un total de 23 textes, soit 14 % de l'ensemble. Nous ajouterons à cela 7 traductions et textes réalisés en groupe, de même que quelques cartes postales dont la plupart, du fait de leur longueur, furent intégrées au corpus des 160 textes. Par rapport à l'ensemble du corpus, par conséquent, 153 textes furent d’abord écrits individuellement avant d’être présentés au groupe et ensuite revus dans le détail en commun. Nous en extrairons 3 qui sont des traductions réalisées individuellement à partir de textes imprimés en français pour aboutir à 150 textes qui relèvent au départ de démarches personnelles de création.

39La liste qui suit est établie selon la chronologie des productions et par ordre alphabétique des noms d'auteur à l'intérieur de chaque groupe et sous-groupe et avec le nom de la commune de domiciliation. Chaque titre de texte figure avec sa traduction en français et les derniers chiffres de l’année où il fut communiqué, il est précédé en outre d'une notation abrégée ci-dessous précisée, indiquant le genre que nous avons déterminé et assigné de façon parfois empirique au vu d'une orientation estimée être majoritaire dans l'écrit concerné :

an : récit concernant des animaux
bil : texte bilingue oc/français (mise en scène dialoguée du
schéma diglossique)
bur : récit burlesque de tradition orale
cha : chanson (littérature orale)
chas : histoire de chasse
co : conte
cp : carte postale
cui : texte basé sur une recette de cuisine
di : texte de tradition orale mettant en scène la diglossie franco-occitane
eth : récit à contenu ethnographique
lég : légende
méd : médecine populaire
op : texte d'opinion
po : poésie en vers
por : portrait
rad : texte d'émission radiophonique
re : revue
rp : récit personnalisé
sor : récit de sorcellerie
vi : récit de la vie courante

Production des Tradinaires (liste chronologique et par auteur)

- Premier groupe

40Sœurette-J. ALLARD / Vendays-Montalivet

  • por / Enviatz pus gros ! (Envoyez plus gros !) / fin 79-printemps 80
  • po / Apuèi repréner len (Et reprendre son souffle) / 82
  • rp / Dens un rai de só (Dans un rayon de soleil) / 84
  • bur / La cossa d'un homard (La course d'un homard) / 84
  • po / Un chicot de paria (Un petit peu de compagnie) / 84
  • po / La nuèit (La nuit) / 85
  • po / Lo vin dau Medòc (Le vin du Médoc) / 86
  • por / "Bolon " ("Boulon") / 87
  • por-eth / Los carbonèirs (Les charbonniers) / 87
  • cui / Recèptas medoquinas (Recettes médoquines) / 87
  • por / De las gents d'autes còps (Des gens d'autrefois) / 88
  • po / Nòsta tòrta nhanqueta (Notre boiteuse "gnanquette") / 88 (musique A. Bret)
  • bur / Los dus compairs (Les deux compères) / 88
  • po / L'audèth d'amor (L'oiseau d'amour) / 89
  • po / Te veire (Te voir) / 89 (musique A. Bret)
  • po / Ma pregària (Ma prière) / 89 (musique A. Bret)
  • po / La mar (La mer) / 90
  • po / Lo velh ostau (La vieille maison) / 91
  • po / Mos mèste s (Mes maîtres) / 91
  • po-cui / Lo cort-bolhon d'anguilas (Le court-bouillon d'anguilles) / 91
  • eth / Lo marchand de cançons (Le marchand de chansons) / 92
  • rp / Lo retorn de la leda (Le retour de la "lède") / 93
  • po / Sauvar los mots (Sauver les mots) / 93
  • op / Una fin d'annada (Une fin d'année) / 93
  • rp-eth / Nòste bòn pan (Notre bon pain) / 94
  • po / Los manilhaires (Les joueurs de manille) / 95
  • an / Las petitas ranas (Les petites rainettes) / 95
  • co / Istòrias de ríder (histoires à rire) / 95
  • cui-rp / Lo radimat (le raisiné) / 95
  • bur / "Vous avez le temps ?" / 95
  • an / Istòrias de bèstias (Histoires d'animaux) / 96
  • po / Lo tèmps que cor (Le temps qui court) / 96
  • rp / Só luvat (Au lever du soleil) / 96
  • op / Parlati d'un afar ! (Vous parlez d'une histoire !) / 96

41Danielle BARON / Hourtin

  • bur / De las lunetas pre legir (Des lunettes pour lire) / 81
  • bur / Lo tiquet dau Jantòt (Le tiquet de Jeantot) / 81
  • chas / Lo grand passatge (Le grand passage) / 81
  • bur / Dus còps non (Deux fois non) / 82
  • bur / La bòna aiga (La bonne eau) / 82
  • bur / Lo garda-caça e lo rosinèir (Le garde-chasse et le gemmeur) / 82
  • bur / Come a l'ostau (Comme à la maison) / 83
  • bur / L'emploiat de gara cruiós (L'employé de gare curieux) / 83
  • co / Rimòlas (Blagues) / 83
  • sor / Una bòna medecina (Une bonne médecine) / 83
  • di / Un bocin de vedèth (Un morceau de veau) / 84
  • bur / A quèi lo pòt ? (À qui le pot ?) / 84
  • bur / Los Bordalés son maupolits (Les Bordelais sont malpolis) / 84
  • di / Boisha-te los pès (Essuie-toi les pieds) / 84
  • por / A bicicleta (À bicyclette) / 85
  • bur / Gaita ant quin te sheitas (Regarde où tu t'assois) / 85
  • eth / L'aucat de las patatas (La fête des pommes de terre) / 87
  • eth / La mongeta de Cairac (Les haricots de Queyrac) / 88
  • bur / Falè ie pensar (Il fallait y penser) / 88
  • eth / Lo petit borg d'a'stat (Le petit bourg d'autrefois) / 88
  • eth / Quand l'òm despeluchava (Quand on épluchait le maïs) / 89
  • bur / Ce que pòt 'ribar quand hèi caud (Ce qui peut arriver quand il fait chaud) / 90
  • méd / Velhas medecinas (Vieilles médecines) / 90
  • eth / Lac soven-te (Lac souviens-toi) / 90
  • eth / La semblada (La fête patronale) / 90
  • eth / Los jafres (Les sobriquets) / 91
  • cui / La sopa de paladèra (La soupe de patiences) / 91
  • por / Mon chai (Mon frère) / 92
  • cui / Lo torrin a l'alh (Le "tourin" à l'ail) / 92
  • cui / La saussa de cagolhas (La sauce d'escargots) / 92
  • eth / Sovenirs bordalés (Souvenirs bordelais) / 93
  • eth-por / Susana la marchanda (Susanne la marchande) / 93
  • cui-eth / Las pibalas (Les pibales) / 94
  • por / La cigareta (La cigarette) / 94
  • rp / Mainatges d'a’stat (Enfants d'autrefois) / 94
  • por / Melania (Mélanie) / 95
  • eth / En ravassejans / (En rêvant) 96

42Marcelle LIES / Vendays-Montalivet

  • rp / Sovenirs d'una matinada au Grand Teatre (Souvenirs d'une matinée au Grand Théâtre) / 81
  • por / La velha Clemença (La vieille Clémence) / 82
  • eth / Una jornada dens un prat (Une journée dans un pré) / 82
  • sor / Jaquemèn lo pauruc (Jacquemin le peureux) / 82
  • sor / Lo can sorcièr (Le chien sorcier) / 82
  • co / La promessa dau patron puscaire (La promesse du patron pêcheur) / 83
  • bur / Lo pus bòn repàs dau petit Froncés (Le meilleur repas du petit François) / 83
  • co / "Capet" e lo lop ("Capet" et le loup) / 83
  • bur / Fou pas secudir la velha (Il ne faut pas secouer la vieille) / 84
  • bur / Lo peis d'abriu (Le poisson d'avril) / 84
  • co / La legenda dau gorlit (La légende du rouge-gorge) / 87
  • co / Lo peisan au còr de pèira (Le paysan au cœur de pierre) / 87
  • co / La legenda dau cocut (La légende du coucou) / 87
  • co / Geròmi e la mesura (Gérôme et la mesure) / 88
  • rp / Sovenirs d'escolèirs (Souvenirs d'écoliers) / 88
  • eth / Las bònas crespas (Les bonnes crêpes) / 88
  • vi / Fau pas renviar a deman (Il ne faut pas renvoyer à demain) / 91
  • co / Lo renard e la cagolha (Le renard et l'escargot) / 92
  • co / Lo lop e las crabotinas (Le loup et les biquettes) / 92
  • co / Las tres gojas (Les trois filles) / 92
  • an / Viçat come un ase (Vicieux comme un âne) / 92
  • co / I a còp d'uelh e còp d'uèlh (Il y a coup d'œil et coup d'œil) / 94
  • rp / Vòli har corne " L'òm pòt" (Je veux faire comme "L'on peut") / 95

43traductions

  • co / Lo fifraire (Le joueur de fifre) / 93 traduction libre, après audition d'une cassette audio, de la traduction en français du pifraire recueilli par F. Arnaudin (cf. infra note no 37).
  • co / La mair dau vènt (La mère du vent) / 94 traduction libre après audition, à partir d'une cassette audio, de la traduction en français de La mair deu vent, cf. F. Arnaudin (cf. infra note 37).

- Deuxième groupe

44Alix BRET / Grayan-et-L'Hôpital

  • bur / Gara as escopits (Gare aux éclaboussures) / 83
  • bur / Lo calaçon nèu (Le caleçon neuf) / 85
  • lég / Los renjaires de Graian (Les rebouteux de Grayan) / 89
  • co / Los vus de Mardis (Les vœux de Marélis) / 91
  • cp / Carta postala Caute rets (Carte postale Cauterets) / 91
  • cp / Carta postala Cauterets (Carte postale Cauterets) / 93
  • méd / Lo poder de las èrbas (Le pouvoir des herbes) / 94
  • op / Adara n'i a pro (Maintenant il y en a assez) / 95

45traduction

46- co / Un velh conte (Un vieux conte) / 89

47Ginette CAPDUPUY / Vendays-Montalivet

  • eth / Los shermentèirs (Les meules de fagots de sarments) / 89
  • eth / Una desseirada d'ivèrn (Une soirée d'hiver) / 92
  • cui / Los malles de venduunhas as verjús (Les mulets des vendanges aux grappillons) / 92
  • eth / La guelhaira (La chiffonnière) / 92
  • rp / Sovenirs d'una frutada a l'alh (Souvenirs dune frottée à l'ail) / 94
  • re / La revista das Tradinaires (La revue des Tradinaires) / 94
  • po / Nòste amic (Notre ami) / 96

48Henri LAPORTE / Grayan-et-L’Hôpital

  • an / L'ase de Bosquilhòt (L’âne de Bousquillot) / 90
  • eth / Escarnis d'autes temps (Blagues d'autrefois) / 90
  • an / Lo can perdut (Le chien perdu) / 90
  • po / Marcela / 90
  • an-rp / Lo ladèrt e la sèrp (Le lézard vert et le serpent) / 90
  • eth / Lo hòs (Le trou pour abreuver) / 91
  • po-an / Mon amic (Mon ami) / 91
  • chas / La leda de Graian autes còps (La "lède" de Grayan autrefois) / 91
  • cui / Lo lebraud a la brocha (Le levraut à la broche) / 92
  • eth / La ròsta (La "roste") / 92
  • rad / Rencontra (Rencontre) / 92
  • rp / La jornada d'un escolèir (La journée d'un écolier) / 93
  • rp / La còha d'iranha (La toile d'araignée) / 94

49Gabriel MONGAY / Lesparre-Médoc

  • cui / La recepta dau milhàs (La recette du millas) / 91
  • eth / Los Polards (Les Poulards) / 93
  • co / Un grand messongèir (Un grand menteur) / 95
  • eth / Lo haure (Le forgeron) / 95
  • eth / La façon de har las patatas (La façon de cultiver les pommes de terre) / 96

- Troisième groupe

501)

51Jeannette ALLARD / Vendays-Montalivet

  • por-eth / Los dus frairs (Les deux frères) / 81
  • eth / La velhada (La veillée) / 82
  • co / Lo peisan, l'ase e lo matelot (Le paysan, l'âne et le matelot) / 86

52Denise ARDILLEY / Gaillan-en-Médoc

  • sor / La berna qu'avè hame la nuèit (La femme qui avait faim la nuit) / 90
  • rp / Lo cauha-pè (La chaufferette) / 90
  • vi / Las higas de mon nebot (Les figues de mon neveu) / 91

53François BARRÉ / Lesparre-Médoc

  • eth / La talha dau bruc (La coupe de la bruyère) / 87
  • bil / Don Camillo / 88
  • eth-rp / Mos amics (Mes amis) / 91

54Bernadette SAINTOUT / Pauillac

  • por / L'Adelina (Adeline) / 85 (traduction A. Bret)
  • co / L'aliança (L'alliance) / 86 (traduction Tradinaires)
  • co / Quau hilh ? (Quel fils ?) / 86 / (traduction A. Bret)

552).

56Julienne GUIDON / Vendays-Montalivet

  • di / Lo pair Nòire (Le père Noire) / 83
  • co / Una familha prauba (Une famille pauvre) / 83

57André LAMBERT / Vendays-Montalivet

  • cha / La Malhoqueta (La "Maillouquette") / 84
  • cp / Carta postala Espanda (Carte postale Espagne) / 92

58Pierre LANNEAU / Saint-Vivien-de-Médoc

  • chas / La caça a la lèbre (La chasse au lièvre) / 92
  • bur / Aquera pasca a la ribèba (Cette pêche à la rivière) / 95

59Raoul REBÈS / Ordonnac

  • sor / Lo pair Lotà (Le père Lota) / 91
  • eth / Lo carrei dau vin (Le charroi du vin) / 94

603)

61Marga BRECHOU / Vendays-Montalivet

62- bur / Lo pepé caunèir (Le grand-père chaufournier) / 86

63Andrée CHARUA / Vendays-Montalivet

64- cui / La codina de las chalòtas (La cuisine aux échalotes) / 91

65Lucienne UNTERSEH / Vendays-Montalivet

66- eth / Los anguilons d'a'stat (Les grosses anguilles d'autrefois) / 87

67– Traductions communes (français> occitan) de textes hors groupe

  • eth / La pasca a la pinassa (La pêche à la pinasse) / Pierre Augeau / 79-80
  • eth / Lo pair turbòt (Le père turbot) / Pierre Augeau le marin / 79-80
  • cha / Los Tradinaires - imne (Les Tradinaires - hymne) / M. Lies - S. Allard -... / 86
  • cha / Bèth cèu de Pau (Beau ciel de Pau) / 91
  • por-eth / Lo Caïfà (Caïfa) / 93 / traduction en commun d'un texte proposé par Mme Baron" (23 / 11 / 93) et tiré de : BOUTET G., Les gagne-misère. Tome II : Les racines retrouvées. Paris : France Loisirs, 1993, p. 223 (histoire de Maurice Echard, colporteur de café de la marque Caïfa, à Romorantin, 94 ans)
  • co / Lo jornalèir (Le journalier) / 94 / proposé par Chr. Costas, à partir de la version française d'un conte recueilli par F. Arnaudin (cf. infra note 37)
  • cp / Mos amics (carta postala) (Mes amis (carte postale)) / 94 (traduit du texte d'une carte rédigée en français par R. Bordonneau).

68Le total de 160 occurrences obtenu au moyen du codage par genre signale, par rapport aux 150 textes individuels annoncés plus haut, que 9 productions furent classées volontairement à l'intérieur de deux rubriques chacune. Sont ainsi concernés 5 récits ethnographiques, 4 récits personnalisés, 3 recettes de cuisine, 2 poésies, 2 portraits et 2 histoires d’animaux. Ainsi, sur ces 160 occurrences, nous proposons de ventiler les genres pratiqués en trois catégories ou classes : une qui s'inspire globalement de la tradition orale et de ses propres genres : celle des textes "traditionnels", une autre, plus innovatrice, de récits à caractère informatif, une troisième enfin, représentant la part la plus personnalisée et créatrice de cette écriture : celle des textes de création :

69- I] textes "traditionnels" ; total : 54

  • bur / récits burlesques de tradition orale : 22
  • co / contes : 18
  • sor / récits de sorcellerie : 5
  • di / textes de tradition orale mettant en scène la diglossie franco-occitane : 3
  • chas / histoires de chasse : 3
  • lég / légende : 1
  • cha / chanson (littérature orale) : 1
  • re / revue : 1

70- Il] textes à caractère informatif ; total : 44

  • eth / récits à contenu ethnographique : 31
  • cui / textes basés sur des recettes de cuisine : 11
  • méd / médecine populaire : 2

71- III] textes de création ; total : 62

  • po / poésies en vers : 18 (dont 3 mises en musique et 1 concernant la cuisine (cf. supra)
  • rp / récits personnalisés : 15
  • por / portraits : 12
  • an / récits concernant des animaux : 7
  • op / textes d'opinion : 3
  • cp / cartes postales : 3
  • vi / récits de la vie courante : 2
  • bil / texte bilingue oc / français (mise en scène dialoguée du schéma diglossique) : 1
  • rad / texte d'émission radiophonique : 1
  • 33 Cf. GENETTE G., Figures III. Paris : Le Seuil, 1972, p. 229.

72La première catégorie, assez spécifique du fait de son rattachement aux catégories de la tradition littéraire orale, quant à la temporalité narrative, se rattache majoritairement au passé, même si par nature certains schémas textuels tels que le récit burlesque, l'histoire de chasse ou la revue peuvent être investis d'une référence à un vécu récent. De fait, cela apparaît dans notre corpus avec l'exemple de la revue qui met en scène les différents membres du groupe, selon une structure traditionnellement identifiée. Si les trois catégories obéissent majoritairement au mode narratif du récit, c'est dans les catégories II et III que le narrateur s'investira progressivement, dans les textes à contenu ethnographique, particulièrement, puis dans les textes dits de création où le récit peut être hétérodiégétique (narrateur parlant d'autres personnes), homodiégétique (narrateur témoin) ou autodiégétique (narrateur protagoniste). À travers cette terminologie que nous empruntons à G. Genette33, cette façon d'être dans le texte, même si elle ne relève pas aussi des canons formels habituels de la littérature, peut tout autant être interprétée comme la marque d'une acquisition progressive d'une capacité de création que comme celle d'une maîtrise du temps de la langue. Actualisation virtuelle de ce dernier à travers le récit, voire le discours, minoritairement, pour les "textes d'opinion”, dans nos catégories II et III où l'emploi du présent aoristique, précisément dans ce type de production où la relation au présent "réel" est moins fictive que dans les productions inscrites dans la première catégorie, ne relèverait pas seulement d'un effet de style, envisageable dans ces productions autant en occitan qu'en français, mais renverrait aussi à l'impression produite par la langue en action au présent, telle une reproduction de ce qu'elle était et pourrait être, telle une affirmation en même temps, involontaire ? de sa présence au présent. Sa capacité de dire ainsi prouvée est en fait de nature à conforter le choix initial du groupe de se tourner vers elle. Une remarque doit être ajoutée en ce qui concerne aussi certains des textes des catégories II et III qui participent du récit autobiographique ou du récit de vie construit par les auteurs eux-mêmes dans ce cas et non comme résultat, médiatisé par un enquêteur, d'une suite d'interviews. Dans les deux configurations toutefois, ainsi que le fait remarquer Edmond Marc :

  • 34 MARC E., "Le récit de vie ou la culture vivante". Pratiques, no 45, 1985, p. 46.

"Le récit [de vie] paraît donc se situer dans une polarité entre l'expressivité littéraire et l’authenticité du vécu. Il puise sa force de conviction dans les valeurs de l'oralité : la vérité du témoignage, la sincérité sans détour, l’absence d'artifices. Mais d'autre part, l’expérience vécue n'accède au sens qu'à travers le langage et le passé ne peut se dire qu'en se coulant dans des formes narratives qui appartiennent irrémédiablement à Tordre du discours"34.

73Nous admettrons ainsi que nos catégories sont traversées par plusieurs vecteurs. Un vecteur horizontal du narratif voisine avec un autre que nous qualifierons d"'autonomisation du littéraire" dont la particularité serait d'être progressif de la première catégorie vers la troisième. À côté de cela existe aussi un vecteur de l'oralité, bien présent dans nos trois catégories comme nous venons de le voir à travers le récit de vie, représenté dans différents types de textes des catégories II et III, mais qui aurait, lui, tendance à décroître quelque peu, de la première catégorie vers la troisième. En quelque sorte, le poids du papier ferait son œuvre, ou pour reprendre encore E. Marc :

  • 35 Ibidem, p. 50.

"Car si le sujet locuteur et le sujet biographique ont la même identité, ils sont en fait séparés par une altérité radicale : d’un côté le sujet vivant qui parle et s'exprime, de l’autre un être de papier que le discours constitue progressivement"35.

  • 36 Genre pour lequel nous avons proposé des contours in VIAUT A., "La literatura populara coma expres (...)

74Par rapport aux 160 textes répertoriés une fois chacun ou deux fois pour certains d’entre eux ainsi que nous venons de le voir, la première catégorie regroupe ainsi 54 textes ou 34 % du total, la seconde, 44 textes ou 27 % de l'ensemble, la dernière, enfin, 62 textes ou 39 % du tout. Ces chiffres ne sont qu'indicatifs, le découpage que nous proposons étant par certains côtés arbitraire. Par exemple, tous ces textes, quel que soit le groupe auquel nous les ayons rattachés, sont plus ou moins de création. C'est donc par rapport à leur degré d'autonomie face à leur matériau de base que certains d'entre eux ont été classés dans la troisième catégorie. Ainsi, dans le premier groupe de textes, la part du matériau est surdéterminante par rapport à celle de l'élaboration. La littérature orale, plus ou moins fixe selon les genres, fournit déjà une trame pour la mise en écrit. Le récit burlesque ou l'histoire de chasse, sans être aussi codés au départ sous leur forme orale que le conte, n'en possèdent pas moins des éléments structurants ou quelques motifs centraux autour desquels l'écriture d'un texte peut s'organiser avec quelque facilité. Le cas de la revue36, genre que nous avions déjà abordé à l'occasion d'une étude monographique à partir d'exemples médoquins, présente un cas un peu particulier. Ce n'est pas tant par son matériau de base qu'elle va participer de ces formes offertes par une tradition orale plus ou moins littérarisée que par sa structure énumératrice.

  • 37 Pour les deux traductions de M. Lies ("Lo fifraire" et "La mair dau vènt"), voir Le Joueur de fifr (...)

75Les 7 traductions et textes réalisés en commun que nous avons signalés plus haut participent de façon à peu près équilibrée de nos trois catégories. Il convient enfin de revenir spécialement sur ces traductions. Réunies à celles qui ont été réalisées individuellement, soit trois (cf. supra), cela représente un total de dix textes. 11 est significatif de constater que quatre d'entre eux sont des contes dont trois partent de versions en français de contes de la Grande-Lande relevés en gascon à l'origine par F. Arnaudin37. Précisons en outre que, même s'ils ne sont pas comptabilisés ici, les textes d'un des auteurs du groupe, B. Saintout. furent en réalité traduits en occitan avec sa participation à partir d'une version en français par A. Bret (cas de "L'Adelina" et "Quau hilh ?") ou par l'ensemble des Tradinaires (cas de "L'aliança)".

76Par rapport à tous ces textes, dont la part individuelle est première et primordiale, ceux qui ont vraiment été réalisés en commun ne représentent qu'un pourcentage de 4,4 %. cela est évidemment faible mais rend compte de la cohérence du groupe, de sa capacité à réfléchir en commun, non seulement de façon sporadique sur tel ou tel texte individuel, mais aussi sur une production complète, particulièrement à l'occasion de traductions. Cette pratique collective est symbolique à deux titres très différents, d'abord parce qu’elle représente effectivement peu mais aussi parce qu’elle a pu intervenir en des occasios significatives. Elle fut ainsi signe de cohésion au départ — les premiers textes, "La pusca a la pinassa" (La pêche à la pinasse) et "Lo pair turbot" (Le père turbot), turent traduits à plusieurs en réunion à partir du français régional —, et l'hymne des Tradinaires, important pour sa valeur symbolique par rapport à la convivialité du groupe, peut lui-même être mis au crédit d'une pratique plurielle dans la mesure où les apports, principaux il est vrai, de deux personnes, M. Lies d’abord et S. Allard, se firent dans un cadre débattu. Enfin, ce travail en commun fournit des opportunités pour l'acquisition linguistique recherchée par les plus jeunes ou, en tout cas, les moins imprégnés par l'occitan.

77Quant à savoir si certains genres sont apparus prégnants dès le début ou bien si d’autres, au contraire, sont plutôt apparus dans le courant ou vers la fin de cette période de dix-sept années que nous examinons, nous relèverons simplement que, durant la première période, les récits burlesques et de sorcellerie, de même que les contes, apparaissent et continuent à être produits au cours des deux périodes suivantes alors que des genres tels que les récits personnalisés, les récits concernant des animaux et les textes d'opinion, apparaissent, quant à eux, au cours de la troisième période. Dans le premier cas, il s'agit plutôt des textes qualifiés de "traditionnels" de notre première catégorie (cf. supra p. 45), dans le second cas, de textes dits de "création" appartenant cette fois à notre troisième catégorie (cf. supra p. 45-46). Il pourrait alors y avoir un lien entre l'acquisition d'une certaine habitude de l'écriture et un accès à des genres relevant davantage d'une créativité individuelle, en ce sens peut-être plus "autonomes" sur le plan littéraire.

  • 38 Cf. FABRE D., "Introduction. Seize terrains d'écriture". In Par écrit : ethnologie des écritures q (...)

78Si nous nous référons au classement proposé par Daniel Fabre dans l'ouvrage qu'il a dirigé, Par écrit où il indique que "trois formes principales de discours se partagent l'écrit local. La première faisant du lieu le sujet d'une célébration ; la seconde le convertissant en un ensemble de savoir ; la troisième en un territoire de la mémoire"38, nous pouvons voir que, dans notre corpus, outre le premier groupe de textes où la célébration du lieu paraît être la plus évidente, ce dernier est également mis en avant dans les deux autres catégories. Notre deuxième groupe de textes correspond à la deuxième forme de discours que propose D. Fabre, et notre troisième catégorie, que nous verrons en fait comme un territoire de mémoire en construction, nous paraît néanmoins proche de sa troisième catégorie.

écriture féminine ou masculine ?

  • 39 Cf. à ce sujet LAHIRE B., "Masculin-féminin : l'écriture domestique". In Par écrit : ethnologie de (...)
  • 40 Nous ajouterons un texte de tradition orale, la chanson "La Malhoqueta", transmis par M. A. Lamber (...)

79Nous ne nous étonnerons pas de remarquer que, sur les 150 textes individuels, 115 furent produites par des femmes, soit 76 % ou les trois quarts de la production, situation qui atteste une fois de plus la maîtrise de l'écriture par le sexe féminin, réalité due au cours du xxe siècle, en bonne partie au moins, à la scolarisation comme moyen efficace de reconnaissance sociale. Si cela s'accompagna d'une valorisation du français général au détriment des variétés linguistiques locales, cela signifia aussi un accès à l'écrit, la découverte du moi écrivant à travers l'écriture domestique et, au-delà, un nouveau visage, dynamique, de l'identité féminine39. Cette importance de la participation féminine à l'entreprise des Tradinaires est encore plus évidente si l'on tient compte du fait que notre premier groupe de textes (cf. supra), le plus important, a trois femmes pour auteurs (D. Baron, S. Allard, M. Lies). Par rapport à une moyenne globale de production de 8,82 textes par an pour l'ensemble du groupe (cf. graphique 2, p. 51), les femmes, au nombre de 11, en ont apporté une moyenne de 6,76/an contre 2,06/an pour les hommes, au nombre de 7, soit moins d'un tiers (cf. graphique 3, p. 51). Cet écart important pourra évidemment être mis en rapport avec celui, inverse — même s'il faut en prendre la mesure et le nuancer — qui a existé jusqu'à présent dans les fonctions de direction plutôt assumées par les hommes (cf. supra). Il est toutefois modulé par un autre qui résulte de la comparaison des productivités respectives, entre le nombre moyen de textes écrits par femme-auteur pour l'ensemble de la période des dix-sept années observées, soit 10,45, et la même chose par homme-auteur, soit 5, la moitié cette fois-ci, par conséquent, la moyenne générale des hommes et des femmes ensemble étant de 8,33 textes par an. Mis à part quelques textes isolés, œuvre principalement d'A. Bret40 en 1983 et 1985, qui fut pionnier en cela durant cette deuxième période, les hommes n'ont vraiment commencé à s'investir dans l'écrit qu'à partir de 1990 (cf. graphique 3, p. 51), année charnière pour la croissance du groupe, ainsi que nous l'avons noté plus haut. Là, leur production représentera en moyenne 34 % de l'ensemble sur les 7 années qui iront de 1990 à 1996 incluse, avec 3 années à environ 40 % : 1990, 1991 et 1995. Ainsi, la place du groupe masculin, pour se situer sans doute à un niveau qualitatif et d'activité globale comparable à celui du groupe féminin, reste néanmoins en retrait quant à la production écrite, sur les 17 années de vie du groupe retenues ici.

80Afin de fournir un autre point de repère récent en liaison avec cette question, nous pouvons observer qu'au printemps 1997, le groupe qui se composait alors de 20 inscrits (cf. supra), comprenait 11 femmes (55 %) et neuf hommes (45 %), répartis de façon à peu près équilibrée entre les Vendaysins (6 femmes et 4 hommes) et les "extérieurs" (5 femmes et 5 hommes). Sans vouloir tirer une conclusion de cela, nous remarquerons simplement que, depuis 1990 notamment, la participation globale à l’activité des Tradinaires a plutôt tendance à s'approcher de l'équilibre entre hommes et femmes, même si le nombre des premiers est parti de bas pour progressivement monter jusqu'à ce niveau. Il apparaît ainsi qu'au cours des années 1980, 1982, 1984, 1986, 1988, 1990, 1992, 1994 et 1996 (v. graphique 4, p. 52), la proportion des hommes par rapport à celle des femmes à l'intérieur du groupe est allée de 10 % à 45 % en suivant une évolution régulière avec un palier en 1990 où l'on est passé d'environ 21 % en 1988 à 33 % (7 sur un total de 21) à ce moment-là. Cette augmentation de la proportion des hommes, due d'abord à une croissance de leur nombre, provient également, à partir de 1990 aussi, d'une baisse de celui des femmes qui aura tendance à se stabiliser ensuite, cela n'impliquant pas une diminution corrélative de leur production ainsi que nous avons pu l'observer (cf. supra). L'année 1990, rappelons-le, est enfin celle où la production masculine commence à décoller (cf. supra).

Graphique 2 - Évolution globale du nombre de textes de 1980 à 1996

Graphique 2 - Évolution globale du nombre de textes de 1980 à 1996

Graphique 3 - Évolution comparée du nombre d'auteurs selon le sexe de 1980 à 1996

Graphique 3 - Évolution comparée du nombre d'auteurs selon le sexe de 1980 à 1996

Graphique 4 - Évolution des effectifs des hommes et des femmes du groupe des Tradinaires

Graphique 4 - Évolution des effectifs des hommes et des femmes du groupe des Tradinaires

81Ainsi, la répartition de ces textes, comptabilisés en fonction des occurrences des genres dont ils sont représentatifs, selon qu'ils ont été écrits par des femmes ou des hommes, s'établit comme suit, en utilisant les désignations abrégées précisées précédemment :

- 122 textes classés ainsi pour le groupe féminin :

I] textes "traditionnels" ; total : 44--> 36 % du total de la production féminine
bur : 19
co : 16
sor : 4
di : 3
chas : 1
rev : 1

II] textes à caractère informatif ; total : 32--> 26 % du total de la production féminine
eth : 22
cui : 9
méd : 1

III] textes de création ; total : 46--> 38 % du total de la production féminine
po : 16
por : 12
rp : 11
an : 3
op : 2
vi : 2

- 38 textes classés ainsi pour le groupe masculin :

I] textes "traditionnels" ; total : 10--> 26 % du total de la production masculine
bur : 3
chas : 2
co : 2
lég : 1
cha : 1
sor : 1

II] textes à caractère informatif ; total : 12--> 31 % du total de la production masculine
eth : 9
cui : 2
méd : 1

III] textes de création ; total : 16 —> 42 % du total de la production masculinean : 4
an : 4
rp : 4
cp : 3
po : 2
rad : 1
op : 1
bil : 1

82On remarquera que la proportion des textes "traditionnels" est sensiblement plus importante chez les femmes que chez les hommes : 36 % des productions du groupe féminin contre 26 % de ceux du groupe masculin, ce qui constitue le plus gros écart entre catégories de textes de chacun des groupes. Par ailleurs, si c'est la catégorie des textes de création qui vient en tête dans les deux groupes, c'est dans celui des hommes qu'ils présentent la proportion la plus élevée par rapport aux autres types d'écrit.

83La deuxième catégorie présente à la base une moins grande diversité de genres possibles que les deux autres grands ensembles de textes et, autant chez les hommes que chez les femmes, le genre dominant est le récit à contenu ethnographique. Quant à savoir s'il y a une spécificité des orientations d'écriture en fonction des auteurs hommes ou femmes, à part les récits burlesques et les contes, dans la première catégorie, ainsi que la poésie, les portraits et les récits personnalisés, dans la catégorie des textes de création, qui se détachent dans le groupe féminin, la sensible infériorité en quantité brute des textes issus du groupe masculin et leur répartition sur un nombre relativement important de genres, n'indique pas d’écarts significatifs, si ce n'est pour les récits à contenu ethnographique déjà signalés. Tout au plus pourra-ton noter que les récits personnalisés et les récits concernant les animaux viennent en tête à égalité chez les hommes, dans le troisième groupe des textes dits de création, se plaçant ainsi en deuxième position après les récits à contenu ethnographique par rapport à l'ensemble des genres pratiqués par le groupe masculin. Bien sûr, on ne saurait retenir de ces remarques que des indications très générales de tendance tant l'émergence de tel chiffre ou le caractère peu significatif de tel autre peuvent dépendre de paramètres personnels et / ou conjoncturels.

84Ces paramètres personnels apparaissent par exemple pour la poésie ou le conte dans le groupe féminin, dont le nombre élevé de 16 occurrences pour chacun d’eux tient en fait à des pratiques individuelles : S. Allard, dans le premier cas, avec 15 textes notés "poésies", et M. Lies, dans le second cas, avec 10 des 16 textes notés "contes", à comparer aussi aux 18 occurrences globales, hommes et femmes réunies (cf. supra) pour chacun de ces deux genres. Certaines personnes apparaissent ainsi comme étant plutôt spécialisées dans tel ou tel genre. Après ces deux cas les plus évidents, il conviendra de retenir celui de D. Baron pour les récits burlesques (groupe I) et les récits à contenu ethnographique (groupe II) avec, respectivement, 12 textes sur 22 et 11 autres sur 31 (cf. supra).

85Les paramètres conjoncturels peuvent également être retenus dans le cas de l'arrivée ou du départ d'auteurs du groupe. Ainsi, l'arrivée d'Henri Laporte en 1990 dans le groupe des Tradinaires s'est traduite par une augmentation sensible du nombre total de textes produits et a tout au moins accompagné le véritable "démarrage" de l'écriture masculine (cf. graphique 5, p. 56). La cécité croissante de M. Lies, notamment à partir de 1992, l'a incitée à faire un travail de mémoire plus important que par le passé dans ses choix d'écriture en privilégiant encore plus le conte d'origine orale sur les textes "de création". Ceux-ci parurent plus faciles à concevoir, grâce en particulier à leurs formules stéréotypées et répétitives, avant d'être directement fixés, d'un trait, sur le papier, sans avoir à les retravailler sur ce support. Dans un deuxième temps, dès 1993, la pression exercée sur elle par un grand âge et l'apparition d'autres incapacités a coïncidé avec une baisse de la courbe de production des Tradinaires (cf. graphique 2, p. 51).

thématique

  • 41 Dans le sens développé in MOUCHENBLED R., Culture populaire et culture des élites. Paris : Flammar (...)

86La thématique de ces textes est principalement rurale au sens large pour les trois catégories que nous avons mises en évidence. Rurale car se référant à des pratiques socio-culturelles et socio-économiques en relation avec le monde de la campagne. Le thème de la nature ressort aussi, en liaison étroite avec les pratiques évoquées ci-dessus ou de façon autonome, en particulier dans la poésie, certains récits personnalisés ou d'autres concernant des animaux. Ces thématiques sont également populaires en ce sens qu’elles rendent compte de pratiques qui relèvent traditionnellement de la culture populaire41 dans cette région, ainsi que nous venons de le voir, d'abord rurale dans son appartenance et ses références. À côté de cela, nous croyons déceler également une tendance, plus ou moins nette selon les auteurs, à s’affranchir d'un marquage sociologique, pour proposer une écriture qui, à travers certains textes n'appartenant pas forcément à notre troisième catégorie, présente un recul et une neutralité de l’écrivant. Cela est propre à déboucher sur un récit allant au-delà de la transcription spontanée d'une mémoire du réel. Le thème contextuel peut alors être concurrencé par le thème personnel.

  • 42 Cf. GENETTE G., Fiction et diction. Paris : Le Seuil, 1991, p. 1l-40.
  • 43 Ibidem, p. 37-40.

87Nous ne nous poserons la question de la littérarité constitutive (la littérature) ou conditionnelle (sans visée esthétique préalable mais néanmoins investie d'une intention de ce type) dans le sens que lui donne G. Genette42 au sujet des composantes d'un tel corpus que pour convenir que toutes, à des degrés divers aussi — il y a de la poésie d'un côté et des recettes de cuisine de l’autre — portent une marque de littérarité du fait qu'elles sont toutes plus ou moins investies par leurs auteurs d'une "intention esthétique"43. Cette "intention", répétons-le, est déterminée au départ par une autre attention, sociolinguistique celle-là. Il s'agit de retrouver la langue par un exercice de style. Si cette "intention" n'est pas a priori celle de ce qu'il convient spontanément de nommer "littérature" selon les canons socio-culturels dominants, il n'en demeure pas moins qu'elle existe en tant que volonté et que projet. Cela se manifeste à travers des réflexes liés à une pratique de création, tels que les relectures, les corrections de détail et les modifications apportées non seulement par le groupe en tant que tel mais aussi, par la suite, une fois franchie cette étape, par certains tout au moins des auteurs concernés qui retournent à leurs textes. Cette littérature, populaire de fait, hors courant et hors critiques, nous paraît de toute façon devoir être abordée comme du texte esthétique car telle est son intention. Cet esthétisme-là ne procède pas d'un choix clairement défini au départ, il est le produit d'une pratique d'écriture qui s'est instaurée puis développée, il est en même temps conditionné par un espace particulier, un contexte sociologique dont nous avons perçu les principales caractéristiques et une histoire que nous avons évoquée. C'est donc dans ce contexte global qu'il convient de le percevoir et, s'il peut faire montre d'une autonomie, voire d'une originalité, il assure en même temps une fonction sociolinguistique de mise en valeur ou de "dignification" de la langue subalterne.

Graphique 5 - Évolution comparée de la production de textes par les femmes et les hommes de 1980 à 1996

Graphique 5 - Évolution comparée de la production de textes par les femmes et les hommes de 1980 à 1996

88Parallèlement à ce niveau d'appréhension, nous nous proposons de reconnaître un trait commun aux différentes composantes de ce corpus : celui d'être un double discours sur le temps et l’espace. Si cela n'est peut-être pas original en soi, nous conviendrons que cela peut revêtir ici un sens particulier dans la mesure où cette production est apparue dans le but de retrouver des repères par rapport à ces deux réalités. Ces repères, que l'on a pris l'habitude de désigner de ces mots désormais de notre époque tels que identité, mémoire, territoire, ont une langue pour cible. De cible, celle-ci devient aussi une trame pour l’écrit et un moyen de création.

89Si les discours apparaissent dans leur ensemble porteurs des thèmes évoqués ci-dessus, deux vecteurs, ceux du temps et de l'espace donc, orientent leur trajectoire. Le temps, c’est celui auquel renvoie la langue originelle, c’est un peu un temps des origines, mythique ou tout au moins mythifié, celui d’une convivialité d’antan, d'une bonne humeur transcendant les éventuelles difficultés socio-économiques. L'espace, c'est celui à l'intérieur duquel est inscrite la langue, à savoir le territoire proche, à portée de voisinage mais aussi à portée de mémoire pourrait-on dire. On parle et on écrit, surtout, au sujet d'une époque et d'un espace qui servent de références implicites dans une majorité de textes. Pour autant, les textes dits d"'opinion" ou les cartes postales, qui collent de fait au présent, certains récits personnalisés qui ne sont pas tous des souvenirs, rapportent aussi le présent même si c'est de façon minoritaire. Il en est ainsi chez S. Allard de la plupart de ses poèmes et de deux de ses productions en prose : "Dens un rai de só" (Dans un rayon de soleil) et "Au só luvat" (Au lever de soleil) — cette dernière figurant dans notre choix de textes des Tradinaires (cf. infra p. 248-251) — et d'une de H. Laporte : "La còha d'iranha" (la toile d’araignée). Entre les deux, des textes sont assez intemporels tels que des recettes de cuisine, des récits concernant la médecine populaire, des poésies. Ces différents écrits, les "actuels" et les "intemporels", appartiennent à nos catégories II et III. Un texte de la catégorie I, une revue en l'occurrence, "La revista das Tradinaires" (La revue des Tradinaires) (cf. supra p. 43), écrite par G. Capdupuy, se rapporte au présent par son contenu qui concerne les Tradinaires. Relater l’actuel pose la question de son adéquation à la langue que l'on emploie. Aussi, au-delà des tentatives et d'une volonté affichée de faire fonctionner l'occitan en toutes circonstances, le sentiment d'une difficulté à passer dans l'écriture à la relation du présent est évident et l'opinion suivante peut l'illustrer :

  • 44 Témoignage fourni par D. Baron (enquête enregistrée. A. Viaut, Hourtin, 14/12/1993).

"Pour des textes sur la vie de maintenant il faudrait intégrer des mots qui n’existent pas en patois,... donc je parle [dans mes textes] de choses qui se faisaient autrefois. Mais maintenant, parlez donc du "dépeluchage" (action de dépouiller les épis de maïs de leurs bractées),... je vais en parler à n'importe qui, on va me demander ce que c'est"44.

  • 45 En nous référant à l'analyse de Robert Lafont dans son article : "Sus la cultura : practica de la (...)

90Aussi bien que dans la littérature d'écrivain en occitan, là encore, le rapport au réel et la communication au présent sont difficiles à gérer par l'auteur tradinaire. Celui-ci n'est pas assez auteur — cela n'a pas été son objectif — pour contourner cet obstacle par le biais de la fiction dont il ne répercute que les formes traditionnelles (cf. les textes de notre première catégorie), peut-être parce qu'elles offrent au moins un rapport avec une réalité, celle du souvenir de la pratique effective de la langue. Cela paraît être aussi le cas de la plus grande partie des textes de notre deuxième catégorie, au moins les récits à contenu ethnographique. L'inexistence, par ailleurs et par conséquent, de la fiction signe au moins, dans ce contexte, une valeur de témoignage sur la réalité de possibilités créatrices de la langue pour dire le présent et son propre présent comme outil de communication dans ce contexte sociolinguistique. Les textes du présent — même s'il en existe peu — sont donc ceux du je se mettant en représentation ou s'analysant : poésies, récits personnalisés ; du je discourant : textes d'opinion, texte d'émission radiophonique ; du je décrivant : récits concernant des animaux, cartes postales. Ces textes sont individuels et n'ont rien de dialogique, hormis le texte d'émission radiophonique dont la fonction affichée est de faire "comme si"45. Le dialogue impliquant une représentation de la communication dans la langue dominée en l'occurrence, cela correspond trop peu à une situation actuelle de cette dernière dans ce contexte. La restriction de l'écrit au seul "je" peut trouver là une explication dans cette difficulté à construire un texte du présent qui témoigne d'une réalité suffisamment significative de la communication en occitan. Les récits dits "de la vie courante en 1'espèce se rapportent au passé, quant au texte classé "bilingue" (cf. supra, p. 43), le sujet en est le statut de la langue et il est dialogué entre un Don Camillo défenseur de l'occitan local devenu fataliste face à un Dieu qui s'en remet aux hommes pour l'avenir de cet idiome.

91Or, même si ces textes sont conçus par leurs auteurs pour "se faire plaisir", ils sont également faits pour être communiqués au présent et dans un espace qui, de local qu’il est conçu et privilégié au départ, devient ensuite plus ample, ne serait-ce que par les occasions de publication qui peuvent s'offrir à eux. D'évocations d'un temps et d'un espace d'alors, ils deviennent question posée au présent et au futur au sujet de leur propre validité comme réponse à un besoin de nostalgie ou comme manifestation d'un prolongement du passé vers une utilisation au présent. Ces textes correspondent à un aujourd'hui si l'on admet ce besoin de nostalgie et si l’on y voit l'expression d'un manque : celui qui tient à une attente de clarté dans l'appréhension de ce temps et de cet espace. Or un lien explicatif, spontanément identifié comme tel, entre ce temps et cet espace, est assuré par la langue d'origine, d’où sa centralité et le relief qu'elle prend nécessairement. L'intérêt qui est développé en sa faveur n'est alors pas seulement motivé par cette double référence à un temps et à un espace d’avant qu'elle facilite mais aussi pour ce qu'elle est. Plus qu'un moyen, elle a tendance à devenir une finalité en soi, avec ce travail collectif d'écriture qui sert aussi à retrouver symboliquement une sociabilité de la langue minorisée.

sources d'inspiration et intertexualité

  • 46 Marcelle Durous, âgée de 87 ans au moment où nous l'avons rencontrée en 1994 (enquête enregistrée, (...)
  • 47 Cf. VIAUT A., "L'"Escòla medoquina" ou l'influence félibréenne en Médoc". Garona, Cahiers du CECAE (...)
  • 48 Cf., entre autres ouvrages, plutôt dithyrambiques, consacrés à l'abbé Bergey : HILAIRE-DARRIGRAND (...)
  • 49 BERGEY abbé D.M., Ché lous praoubes (estudos dé ché nous aouts). Chez les pauvres (études de chez (...)
  • 50 Cf. VIAUT A., "Prêtres gasconnisants du Bordelais (fin xixe-début du xxe siècle)". In Actes du qua (...)
  • 51 Même si les choix graphiques retenus pour ce texte, daté de 1929, diffèrent un peu de ceux qui son (...)
  • 52 PÉPIN D’ESCURAC A., "Une légende du Bas-Médoc". Revue catholique de Bordeaux, 1881, p. 295-305, 33 (...)
  • 53 Cf. VIAUT A., Récits et contes populaires du Bordelais / Le Médoc. Paris : Gallimard, 1981, p. 90- (...)

92Des thèmes liés à la vie rurale ou, plus largement, au contexte local, dominent dans les trois catégories. En outre, nous avons déjà vu dans la diversité de ces productions que les sources d'inspiration pouvaient être recherchées du côté de la tradition orale pour celles de la première catégorie. Il convient en effet d'évoquer les inévitables liens existant entre les contes, ainsi que la plupart des autres types de productions composant notre première catégorie dite de textes "traditionnels", fournis par certains auteurs, et les autres versions de ces derniers que peut offrir la tradition orale en Médoc. Dans les cas qui nous occupent ici, soit particulièrement les dix-huit contes, une légende et une chanson, nous avons retenu deux cas concrets de textes pouvant être mis en relation évidente avec des publications antérieures sans qu'il y ait apparemment eu une influence directe. Il s'agit du conte La promessa dau patron puscaire" (La promesse du patron pêcheur) (cf. infra p. 142-145) et de la légende "Los renjaires de Graian" (Les rebouteux de Grayan) (cf. infra p. 150-155). Dans le premier cas, entre la version imprimée que nous avons repérée et la version tradinaire est apparu un produit intermédiaire, oralisé. C'est ce dernier que M. Lies avait entendu raconter de la bouche d'une voisine de Vendays46, qui avait lu mais avait perdu une version imprimée originelle, elle-même peut-être établie à partir d'un authentique conte traditionnel. Il nous est ensuite apparu, à l'occasion de dépouillements de presse locale, que le conte intitulé "Lous pelerinadze à Nosto-Damo", signé Titoun, Recardey au Beinomi (voir texte in Annexes, p. 300-303), qui avait été publié dans le numéro de décembre 1929 du journal paroissial de Saint-Vivien-deMédoc, L'Echo cantonal de Saint-Vivien-de-Médoc, à la suite de la chronique de Soulac, était bien à l'origine de la version devenue orale à partir de laquelle M. Lies avait écrit ce conte. De toute évidence, Titoun n'est autre que l'abbé Daniel-Michel Bergey (1881-1950), lequel signa également d'autres pseudonymes, surtout Cyrano de Massatet47. Personnage politique d'envergure régionale et nationale48, auteur du recueil Ma garbetto49 en gascon médoquin et familier de prêches dans cette même langue50, il fit partie des personnages en vue qui contribuèrent à donner aux yeux de quelques-uns une image positive et légitimante de l'occitan local. La graphie et le langage employés sont bien les siens51, le ton d'édification religieuse lié à un ton familier, voire burlesque, aussi. La légende des "renjaires de Graian" renvoie quant à elle à un texte en français publié à la fin du siècle dernier dans la Revue catholique de Bordeaux intitulé, "Une légende du Bas-Médoc"52, signé Pépin d'Escurac, où l'histoire est incluse dans une fresque historique du Médoc. La légende, qui paraît avoir eu un fond de vérité dont atteste l'article publié dans la Revue catholique de Bordeaux, était passée dans la tradition orale. Une version en a ainsi été publiée ces dernières années53. Le texte d'A. Bret en constitue une autre.

  • 54 Cf. à ce sujet : GARDY Ph., Donner sa langue au Diable. Vie, mort et transfiguration d'Antoine Ver (...)
  • 55 Cf. BERTHAUD P.L., "Gric de Prat et la littérature gasconne du Bordelais". Bulletin de la Société (...)
  • 56 Ainsi pouvons-nous citer : Mèste Verdié. Òbras gasconas. Bordeaux : Ostau occitan, A Tots, Per nos (...)

93Dans ces deux exemples, nous avons affaire à une intertextualité involontaire du point de vue des auteurs. Si les textes à caractère informatif de notre deuxième catégorie ne sont pas a priori marqués d'intertextualité, ceux de la troisième, plus proches de la création littéraire en général, le sont plus naturellement. Les textes à caractère descriptif entendus, lus ou pratiqués à l'occasion de dictées durant la scolarisation, aussi bien par les élèves que par les enseignants, fournissent une des bases de l'intertextualité de certains récits personnalisés et portraits. La lecture de romans, nouvelles et poésies en français offrent d'autres sources d’inspiration implicites pour cette catégorie de textes. De fait, à côté de ces pistes qu'il conviendrait d'explorer de façon plus approfondie à la suite de l'édition du choix de textes des Tradinaires qui figure dans cet ouvrage, il n'apparaît pas que la lecture d'œuvres littéraires en occitan quel qu'en soit le registre puisse être vraiment retenue ici. Des noms, plus que des écrits, émergent : Frédéric Mistral, à une échelle panoccitane, Mèste Verdié (1779-1820)54 de Bordeaux, Gric de Prat (1886-1938), pseudonyme du docteur Roger Romefort, du Taillan-Médoc, auteur de pièces de théâtre et de monologues55, et l'abbé D.-M. Bergey (cf. supra), pour le Bordelais et le Médoc. Au-delà de réminiscences telles que des bribes de passages de pièces de Gric de Prat entendues par certains des Tradinaires au cours de leur enfance à Soulac lors de manifestations telles que la fête de la terre et des paysans du 11 août 1929 ou la fête du vin du 16 août 1936, on ne peut donc parler d'une influence ou d'échos même si leur participation au groupe a incité certains des Tradinaires a acquérir des ouvrages en occitan56.

  • 57 Notion proposée in VIAUT A., "La literatura populara coma expression de l'identitat locala e vilat (...)

94Chercher à déterminer la part d'intertextualité dans un tel corpus n'a peut-être de sens que si on se pose la question, toute sociolinguistique, du terreau à partir duquel ces productions, aussi spontanées, voire modestes ou plus élaborées soient-elles, ont émergé en l'absence d'un public possible évident. Or, on le devine, rien dans les soubassements de cette écriture ne permet de déterminer des possibilités étendues d'intertextualité. Une fois la part faite des réminiscences de littérature orale qui ont débouché pour l'occasion sur des mises en écrit, le reste des textes nous paraît essentiellement traversé par ce besoin déjà signalé de fixer la langue avant qu'elle n'échappe, de la prendre dans les mailles d'une écriture que l'on s'autorisera à qualifier de littéraire au sens large. Car il s'agit de construire du texte autour d'une trame qui évolue, au fil de nos trois catégorie, du récit vers le discours, en passant par un récit où le "je" est présent, en position intermédiaire entre narration et discours, avec pour but de mettre en valeur les mots de la langue et des situations ou des "prétextes"57 qui lui correspondent, eussent-ils pour référence Pavant", l’intimité ou l'incursion, forcément marginale et quantitativement minoritaire, dans le présent. Si ces situations et "prétextes" s'inscrivent dans des registres diglossiques de la langue basse, ils n'en servent pas moins de matériau à un questionnement sur la validité de cette même langue comme code de communication, aussi les regarderons-nous autant comme les pourvoyeurs attendus d'éléments objectifs que comme des inducteurs de sens : situations et "prétextes" de niveau low ou B certainement, mais aussi écrit autonome et interrogation sous-jacente sur le rapport entre l'individu et sa langue d'appartenance, réelle ou désirée. De là, le français, passé d'un statut de langue de référence à celui de langue d'appartenance, apparaîtra peut-être davantage, tout au moins pour les Tradinaires, comme une langue de fait, fonctionnelle, à côté de laquelle le "patois", revêtu un peu tard aux yeux de ses locuteurs de base du nom de langue, n'en finit pas de chercher sa raison d'être et de se prouver sa propre réalité, le sentiment de prestige qui peut en découler étant propre à susciter des attitudes de loyauté linguistique, l'activité même du groupe étant d'ailleurs à mettre à ce crédit

  • 58 Notion développée in Tradition orale et identité culturelle : problèmes et méthodes, sous la direc (...)

95De tout cela se dégage l’impression d'une écriture neuve et inventée à partir d'une masse réduite de références en particulier du fait d'une intertextualité somme toute limitée. En même temps, l'ensemble de ces textes, en plus de constituer un corpus de littérature intermédiaire en langue occitane, entre des registres populaires traditionnels et d'autres, proches d'une littérarité plus autonome, représente aussi un corpus d'ethnotextes58, riche en informations ethnologiques et ethnolinguistiques utiles à l'appréhension du profil culturel de cette partie du Médoc.

diffusion

96Si les écrits des Tradinaires ont eu, dès le début, vocation à circuler en lieu clos et à usage interne, certains d'entre eux, en réponse à des sollicitations proches ou au hasard de demandes extérieures ont été primés, voire publiés. Cela a ainsi débouché sur la participation, de 1985 à 1992, aux Jeux floraux annuels du Médoc où les remises de prix fournirent des occasions de faire connaître la production des membres du groupe et ce dernier en tant que tel à travers des récompenses attribuées avec une référence explicite faite aux Tradinaires selon que les compétiteurs l'avaient expressément indiqué au départ ou non. Parmi les titres reportés ci-dessous qui ont ainsi été retenus on notera encore une présence féminine supérieure en nombre — quatre personnes pour sept prix — par rapport à une seule personne du côté des hommes totalisant néanmoins cinq récompenses, ce qui permet d'ajouter foi à l'hypothèse d'une homogénéité qualitative globale de l'ensemble des productions féminines et masculines. La mention entre parenthèses "Tradinaires" figurant après les noms de certains des auteurs de textes primés rappellera, comme nous venons de l'indiquer, que cette appartenance au groupe avait été précisée lors du concours et retenu par le jury. Dans tous les cas, qu'elles furent plus ou moins individualisées ou non ces candidatures s'effectuèrent dans un esprit de communication à l'intérieur de l'équipe des Tradinaires :

  • ALLARD, Jeanne Sœurette : Nòsta tòrta nhanqueta / 1989 / prix de langue d'oc (1er prix) aux Jeux Floraux du Médoc 1989.
  • BARON, Danielle (Tradinaires)  : A cuei lo pòt ? / 1984 / prix de langue d'oc (1er prix) humoristique aux Jeux Floraux du Médoc 1985.
  • BARON, Danielle (Tradinaires)  : Lo garda-caça e lo rosinèir / 1982) / prix de langue d'oc (coupe Vendays) aux Jeux Floraux du Médoc 1988.
  • BARON, Danielle (Tradinaires)  : Lac soven-te / 1990) / prix de langue d'oc (2ème prix de prose, coupe Conseil général) aux Jeux Floraux du Médoc 1991.
  • CAPDUPUY, G. (Tradinaires)  : Una desseirada d'ivèrn / 1992 / prix de langue d'oc (1er prix de prose) aux Jeux Floraux du Médoc 1992.
  • LAPORTE, H. : Lou ladèrt e la sère [sic] / 1990 / prix (2ème prix de prose) de langue d'oc aux Jeux Floraux du Médoc 1990.
  • LAPORTE, H. : L'ase de Bosquilhòt / 1990 / prix de langue d'oc aux Jeux Floraux du Médoc 1991
  • LAPORTE, H. : Mon amic / 1991 / prix de langue d'oc (2ème prix de poésie) aux Jeux Floraux du Médoc 1991.
  • LAPORTE, H. : La ròsta / 1992 / prix de langue d'oc (2ème prix de prose, coupe Pauillac) aux Jeux Floraux du Médoc 1993.
  • LAPORTE, H. : Lo hòs / 1991 / prix de langue d'oc (premier grand prix) aux Jeux Floraux du Médoc 1994.
  • LIES, M. : Lo can sorcièr / 1982) / prix de langue d'oc (coupe de Cissac) aux Jeux Floraux du Médoc 1987.
  • LIES, M. : La legenda dau gorlit / 1987 / prix de langue d'oc (prose) aux Jeux Floraux du Médoc 1989.
  • 59 Revue éditée en Belgique, éditée par le Comité roman du Comité belge du Bureau Européen pour les l (...)

97À travers les recueils édités à la suite de ces Jeux floraux ou bien dans le cadre de quelques revues, Micromania59 notamment, certains de ces textes ainsi que d'autres purent être communiqués à l'extérieur du Médoc. Ont ainsi été publiés, le plus souvent avec une traduction en français, les titres suivants, écrits presque essentiellement par des femmes dans ce cas :

  • ALLARD, S. "Nòsta tòrta nhanqueta (Notre boiteuse "Nhanquète")" (prix langue d'oc 1989). In Jeux floraux en Médoc 1989-1990. s. 1. : Association Abbé Baurein, 1991, p. 30-33.
  • ALLARD, S. " Apuèi repréner len (Et reprendre haleine)". Micromania, 1994, no 3, p. 15.
  • ALLARD, S. "La mar (La mer)". Micromania, 1995, no 1, p. 25.
  • ALLARD, S. "Un chicòt de paria (Un peu de compagnie)". Micromania, 1995, no 3, p. 18-19.
  • BARON, D. "Lo garda-caça e lo rosinèir" (prix langue d'oc 1988). In Jeux floraux en Médoc 1987-1988. s. 1. : Association Abbé Baurein, 1990, p. 50.
  • LAPORTE, H. "Lou ladert et la sere [sic]" (prix langue d'oc 1990). In Jeux floraux en Médoc 1989-1990. s. 1. : Association Abbé Baurein, 1991, p. 76-78.
  • LIES, M. "Capet e lo lop", présenté par A. Viaut in "Capet e lo lop". Contes : l'imaginari gascon. Numéro spécial de la revue Reclams. 1987, no 7-12, p. 237-239.
  • LIES, M. "Lo can sorcier" (prix langue d'oc 1987). In Jeux floraux en Médoc 1987-1988. s. 1. : Association Abbé Baurein, 1990, p. 28.
  • LIES, M. "La legenda dau gorlit" (prix langue d’oc 1989). In Jeux floraux en Médoc 1989-1990. s. 1. : Association Abbé Baurein, 1991, p. 29.
  • LIES, M. "La legenda dau cocut" (La légende du coucou). Micromania, 1994, no 4, p. 42.
  • LIES, M. "Fau pas secudir la velha" (Il ne faut pas secouer la vieille). Micromania, 1996, no 4, p. 10-11.
  • SAINTOUT, B. "L'anereta" (avec traduction en wallon de Châtelet). El bourdon, 1994, no 469, p. 22.

98Ce dernier texte, "L'anereta", est le même que "L'aliança", du même auteur.

99Par rapport à d'inévitables fluctuations, sur ces dix-sept années d'exercice auxquelles nous nous référons plus particulièrement, le groupe, faisant peut-être en cela la preuve de son efficacité et aussi qu'il avait atteint un seuil de masse critique, a pu faire état d'éléments stables dans la production de textes à travers les personnalités de S. Allard et D. Baron qui ont créé de façon continue, au cours de cette période. Cette stabilité a également existé avec M. Lies jusqu'à rencontrer les limites que nous avons indiquées ; elle fait toutefois partie de notre premier groupe d’auteurs (cf. infra p. 41-42). Le second groupe a aussi présenté un intéressant potentiel de stabilité, à travers H. Laporte et A. Bret, sur des périodes plus courtes dues à leur adhésion plus tardive aux Tradinaires et à leur disparition, en 1995 pour le premier, et en 1996 pour le second. A ces périodes longues et stables d'écriture, liées à tel ou tel nom d'auteur, ainsi qu'à d'autres moins importantes qui ont incontestablement contribué à structurer dans la durée l’activité d'un tel groupe, d'autres, plus éphémères ont pu s'ajouter et profiter de cette dynamique. La question est évidemment de savoir si ce type de fonctionnement, avec des "locomotives" qui peuvent jouer un rôle d'entraînement pour les autres, peut continuer de la sorte alors que ces "producteurs" ayant exercé sur une longue durée peuvent s'arrêter d'écrire pour différentes raisons, en particulier du fait de l'âge. D'autres personnes ont pu ou peuvent, momentanément au moins, prendre le relais dans une classe des auteurs "réguliers" ou habituels où nous pouvons faire figurer les deux premiers groupes des Tradinaires (cf. supra p. 40-44). La spécificité de l’activité des Tradinaires telle qu'elle a été développée jusque-là dépend pour l'avenir de cette possibilité de relais.

  • 60 Los Tradinaires Groupe occitan de Vendays. Précis de grammaire du gascon du Bas-Médoc. Vendays : L (...)
  • 61 L'ouvrage dont s'est inspiré le précis grammatical médoquin est le suivant : DARRIGRAND R., et GRO (...)
  • 62 PALAY S., Dictionnaire du béarnais et du gascon moderne. Paris : CNRS, 1991, 1053 p. Les données p (...)
  • 63 Au cours de la recherche sur la toponymie du canton de Lesparre-Médoc réalisée par Mme Bénédicte B (...)
  • 64 Enquêtes effectuées auprès du groupe des Tradinaires en 1994 par M. Guy Dussaussois, botaniste, en (...)

100Il convient aussi de tenir compte de l'éventualité d'une diversification de cette action. Le souci de codifier la langue doit en particulier être évoqué ici. Ainsi en a-t-il été de la mise au point collective par les Tradinaires en 1990 d'un précis de grammaire médoquinet60 sur le modèle de ce qui fut réalisé à une échelle plus grande pour le sud du domaine gascon61. Ce précis grammatical fut jusqu'à présent simplement communiqué à l'intérieur du groupe. Son édition destinée à un public plus large demeure toutefois en projet. Nous rappellerons que, dans le domaine du lexique, a été entreprise à partir de 1990, sous l'égide d'A. Bret, la réalisation d'un lexique occitan-français de la langue locale à partir des connaissances des membres du groupe. Des séances de travail réunissant en moyenne quatre à cinq membres des Tradinaires se sont ainsi déroulées à cet effet, parallèlement aux séances régulières du groupe jusqu'à 1994. Un travail de relecture et de vérification a ensuite été entrepris toujours avec A. Bret. Celui-ci continue à être mené dans le cadre des séances habituelles. En liaison également avec la lexicographie, le groupe s’est prêté de 1988 à 1995, à ma demande, à un examen critique des données médoquines du Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes de Simin Palay62. Il a pu répondre d'autres fois, plus ponctuellement, à des demandes provenant de l'extérieur sur la toponymie communale63, le lexique botanique local64. Actuellement, certains de ses membres estiment nécessaire de développer une activité didactique aussi bien interne en faveur du groupe que proposée à de nouveaux adhérents. De plus en plus, du fait du recul de la langue, cette demande pourrait devenir significative, sous réserve que l'occitan puisse jouir d'une image plus dynamique, donnant envie de le parler ou signifiant que cela peut avoir quelque utilité. Ce serait une réponse concrète apportée à la quête d’une oralité renouvelée recherchée depuis le début par les membres du groupe.

la quêté : de l'oralité

  • 65 ROBINE N., "Les relations de la lecture et de l'écriture entre psychologie et sociologie : représe (...)
  • 66 Ibidem, p. 181.
  • 67 Ibidem, p. 182.

101La seconde moitié des années 1970 fut une période où se développa un intérêt pour la mémoire, les "racines", l'identité culturelle. L'enquête orale, le récit de vie, prirent un élan nouveau. Comme le remarque Nicole Robine : "lire, écrire, sont d'abord des confrontations avec soi-même"65. Si, ainsi qu'elle le rappelle, l'acte d'écrire est souvent difficile et comme emprisonné par les contraintes de la commande, d'un autre côté, l'angoisse ne l'accompagne pas forcément puisque l'écriture participe du plaisir de la quête de soi. Ainsi, "L'angoisse n'accompagne pas nécessairement l’effort d'écrire, un effet cathartique se joint au processus heuristique de l'écriture"66. L'effet cathartique résultera de la prise de conscience linguistique et de son issue recherchée, ici aussi, dans l'écriture. Ce qui est attendu de celle-ci étant par conséquent de retrouver la pièce perdue de l'identité et, en même temps, grâce à l'effort d'analyse que cela entraîne, de trouver les raisons de cette perte. De fait, il s'agit, comme le dit encore N. Robine, d'assumer "son environnement social antérieur"67 en se découvrant à travers l’écriture.

102Si le rapport à l'écrit passa d'abord par l'école avec l'apport obligé, historiquement, d'une autre langue, justement différente, en plus d'être celle du signe médiatisé, celle-ci consacra ainsi la subordination de la langue "antérieure", celle de l'oralité originelle. Néanmoins, c'est bien par une phase de désaliénation de l'écrit, avec son appareil formel, l'orthographe en particulier ici, que va se dérouler cette procédure grâce à laquelle on va renouer avec la langue.

103Le fait d'écrire en occitan au cours de ces derniers siècles incline à poser la question du rapport entre langue orale et langue écrite comme si celui-ci n'avait toujours pas encore été résolu. Sans doute, le statut de l'écrit, le réflexe de l'écriture, n'ont-ils passé un seuil de masse critique que pour une partie plus que réduite de la population concernée. Nous sommes confrontés à une telle situation pour l'occitan où même la place que tient l'oralité, à travers sa pratique héritée et ses espaces symboliques de nouvelles mises en circulation, est plus évidente en potentialités qu'en réalisations effectives.

104Si l'acte d’écrire implique, à côté bien sûr d'un système de notation, alphabétique dans notre cas, un choix de conventions graphiques et une référence à une capacité de lecture déjà acquise auparavant ou simultanément et, surtout, à une expérience minimale de formulation par écrit d'un vécu, il signifie d'abord l'expression d'une volonté, soit instrumentale soit subjective. Dans le premier cas, c'est l'expression d'un besoin qui apparaît, commandé par la nécessité, les contraintes de la vie quotidienne. Nous nous trouvons plutôt placés ici dans le second cas.

  • 68 BOYER H., "Les temps dans la mise en scène du vécu : le récit de vie comme écriture". Pratiques, n(...)
  • 69 Ibidem.
  • 70 ABASTADO Cl., "Les récits de vie comme objet sémiotique". Revue des sciences humaines, 1983-3, no  (...)

105Afin de mieux situer les choses nous justifierons l'emploi du mot-concept "écriture" en nous référant à ce que dit Henri Boyer au sujet de la différence qu'il discerne entre ce dernier et celui de "scription"68. Le second, très dénotatif et formel et qui correspondra à cet aspect instrumental auquel nous avons fait allusion plus haut, ne possède pas cette charge connotative nécessaire au premier qui apparaît ainsi comme la rencontre d'une faculté de faire et d'une capacité de mise en forme d'une expérience ou d'une imagination. Il s'y lit, toujours selon H. Boyer, "des pulsions, des conflits, des positions et en définitive l'acte d'énonciation"69. Si la littérature est à l'évidence le lieu privilégié de cette expression, le récit de vie y participe aussi pour H. Boyer. Ce type de récit, mis en forme par écrit, soit directement, soit de façon allusive, est un acte illocutoire pour Cl. Abastado : "se raconter est un acte illocutoire ; il s'agit moins de retrouver le passé que de faire exister ce qu'on affirme pour se donner une identité ? Narro, ergo sum"70. Le récit de vie, ainsi que nous l'avons déjà évoqué, participe déjà en lui-même de l'oralité, quel que soit le degré de formalisation écrite qui l'accompagne. Le retour à la langue participe bien de cette vue des choses. La quête du passé, cela existe clairement et représente une réelle part de la motivation initiale, proférée ou sous-entendue. Et en même temps, l'objectif est de faire revivre une parole en train de disparaître. Le choix de cette parole vient de la prise de conscience du lien entre ce bien collectif et l'inventaire des composantes de la personnalité individuelle. Un manque est perçu, même un déséquilibre, et la quête spontanée de l'élément qui s'efface trouve les jalons de son cheminement dans la relation entre culture collective et identification personnelle. Certes, la référence à cette parole peut être plus ou moins visible selon l'importance de la trace qu'elle a laissée et, bien sûr, l'idée que s'en fait la personne concernée.

106La création écrite, postérieure ou simultanée à la construction du texte qui aura pu être orale au départ, suppose un savoir-faire qui rend possible la réalisation du projet. L'écriture, instrumentale ou non, sera donc aussi bien motivée par des besoins objectifs ou affectifs que par d'autres qui dépendent de l'identification d’une personne appartenant à tel ou tel groupe socio-culturel et / ou, plus simplement, comme individualité originale. La construction de l'œuvre, marque individuelle, répondra en fait à ces deux possibilités.

  • 71 GARDY Ph., "Tradition occitane et passage à l'écriture : l'obsession de l'oralité". In Kalevala et (...)
  • 72 Ibidem, p. 518.

107Nous savons que le statut de l'écrit en soi participe de l'institution de la langue. De cette façon son lien avec l'oralité pourra toujours être frappé d'une hiérarchisation dont les nuances s'organisent dans le sens d'une codification où apparaissent des attitudes typiques qui sont déterminées par des fonctionnements de type diglossique. La nature de cet écrit, telle qu'elle est voulue ou perçue, montre cependant que sa vocation fondamentale est placée face à un éventail d'issues. Celles-ci peuvent aller du cas où l'écriture contribue clairement à instituer la langue jusqu'au cas inverse où elle est "recourbée vers sa source orale"71. La notion d'"oraliture", proposée par Philippe Gardy72, va pouvoir être appliquée chaque fois que le passage à l'écrit dénotera une prise de position sur le statut de la langue, déjà à travers la matérialité du choix orthographique, même lorsqu'un "non-choix" de cette sorte est mis en évidence. La valorisation corrélative de l'oralité, avec le privilège accordé à la sonorité, caractérise le processus d'idéalisation à l'envers de la langue minorée.

108Ce type de pratique que nous nous proposons d'envisager ici participe de cette écriture problématique en langue minoritaire — en occitan dans notre cas — avec un accent mis également sur l'oral, ce dernier apparaissant en même temps comme point de départ et comme point d'arrivée, affirmé en toute conscience. L'écrit, de projet qu'il aurait pu être conçu au départ par les Tradinaires apparaît plutôt avoir été imaginé comme moyen. Si, dans la création occitane en situation de diglossie, à partir du xvie siècle essentiellement, cette mise en exergue de la sonorité et de l'oralité, présentées comme étant liées au côté maternel de la langue ainsi survalorisée, constitue une caractéristique qui demeurera à la base d'adhésions comme de rejets souvent peu nuancés, la production que nous évoquons ici entre tout à la fois dans le champ délimité par cette dualité et, selon nous, s'en dégage pour cause de non-implication. L'objectif étant en fait, au-delà d'une mise en représentation de la langue, l'éloignement de son support naturel et premier afin de la faire apparaître comme un objet en vue de la mieux connaître. Le but est ainsi de renouer avec la connaissance d'une langue qui se délite. De là l'idée de s'assurer d'abord qu'elle est encore conservée en mémoire, l'idée aussi que le passage par l'écriture pour la retrouver est comme un fil d'Ariane, le suivre impliquant nécessairement un "enchaînement" de langue, avec ses mots, sa grammaire, sa pensée. En écrivant, le développement de l'"histoire" suscite la mémoire de telle sorte qu'elle ne soit pas interrompue en chemin. Ainsi, "histoire" ou, au-delà, texte de création et écriture sont utilisés comme des aides ou des outils, choisis pour leur validité attendue dans ce processus. La rencontre à travers un groupe qui se réunit en vertu d'une même volonté commune est un élément supplémentaire de la mise au point d'une procédure de récupération linguistique. À côté de la reconstitution symbolique d’un espace de communication propice à l’emploi de la langue héritée, l’existence même du groupe complète la procédure orientée vers la récupération. Cette présence collective fournit l’occasion d'augmenter l'apport de structures textuelles comme autant de filets grâce auxquels la langue pourrait être "attrapée", retrouvée. Les échanges et les discussions qui vont de pair avec cette façon de faire, outre qu'ils contribuent à faire gonfler la masse de la matière linguistique, favorisent en fin de compte la vérification et, plus encore, l'authentification de tel ou tel aspect de la langue. Ce fonctionnement confirme son caractère opérationnel grâce à la convivialité qui l'accompagne. Le désir de parler à nouveau, pour quelques-uns, de se mettre à parler une langue entendue et seulement comprise auparavant, passe par la nécessité d'écrire — c'est un choix de fond dans cette procédure — qui devient ainsi un exercice plaisant.

109Il va alors apparaître patent que le signe écrit dépend de la présence simultanée ou, au moins, repérable, d'un son. Retrouver et imaginer un code linguistique comme vivant tandis qu'il était en train de disparaître en tant que système d'articulation de sons veut dire réinventer le son comme si on redonnait souffle, physiquement, à la langue. Le signe oral peut se maintenir sans le signe écrit tandis que le contraire n'est vrai qu'au prix pour le premier de sa non-validité en tant qu'instrument spontané de communication. La langue devient alors symbole ou objet, code médiat de communication.

  • 73 BLOOMFIELD L„ Language. New York : Holt, Rinehart & Winston, 1933, p. 21, trad. fr. : Le langage. (...)

110Le fait de réaliser cela, plus ou moins consciemment, face à la dilution et à la disparition du son, révèle que le système linguistique d'appartenance primaire se réduit de plus en plus à des traces. Si nous acceptons l'assertion de L. Bloomfield selon laquelle l'écrit est "une façon de garder des traces visibles de la langue"73, nous ne devons pas oublier cette contradiction qui existe entre un écrit supplétif de la mémoire et, par conséquent, de l'oral, et la fonction positive qu'il exerce sur cette même oralité qu'il peut contribuer à rappeler.

  • 74 GOODY J., La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage. Paris : Les Editions de Min (...)

111Si, à la suite de Jack Goody, nous pouvons dire que l'écriture est bien un lieu de passage de l'oreille à l'œil, de la voix à la main74, nous verrons que là, sans que cela ait été envisagé au départ, c'est bien après avoir constaté la perte en cours du son proféré et entendu que l’idée du recours, substitutif, à la médiatisation visuelle s'est imposée. L'intérêt, sinon, de la méthode va être de concevoir ce passage comme quelque chose de provisoire assorti de l'objectif de demeurer dans le champ de l'oralité, référence connue et recherchée telle un monde perdu que l'on veut retrouver. Ce qui faisait partie de la complétude initiale, celle de la jeunesse la plupart du temps, est identifié à travers l'absence de l'oral. Cette défaillance, si l’on en juge par la réaction positive que son constat suscite, n'est pas uniquement négative du moment qu'elle peut entraîner l'apparition d'une activité organisée autour d'un projet de reconstruction de la parole. Il s'agira alors de saisir les ombres et les traces de vie que cette parole aurait laissées derrière elle pour en réaffirmer les contours, la forme. Les Tradinaires pensèrent ainsi préciser à nouveau signifié et signifiant, la deuxième articulation du langage concerné étant considérée comme connue, même si celui-ci n'est plus, ou presque, prononcé. C'est à partir de ce stade de la réflexion que l'étape, intermédiaire par définition, devenue moyen, prend de l’importance. Ce niveau correspond à la première articulation de la langue, disons ici son aspect formel, et son franchissement en même temps que sa maîtrise servent à retrouver, derrière, le but et le fond de cette quête qui sont le langage comme code vivant de communication. On pourra alors noter l'inflation de la place prise par l'étape sans que cela aboutisse à la réalisation de l’objectif, tout au moins jusqu'à présent, et même si ce dernier a été régulièrement rappelé. L'attitude incitative de P.A. Delbeau en faveur de l'utilisation de l'occitan comme langue de communication en cours de réunion ne put tenir, avec difficulté que lors des premières années d'existence du groupe dans la mesure où la proportion de ceux qui étaient suffisamment performants pour cela ne pouvait que diminuer au fil des ans.

  • 75 DOSSIN I., "Écrire c'est se faire entendre : l'écriture en langue maternelle". Aquitaine, revue de (...)

112L'attachement émotionnel à la langue comme globalité et comme objectif, à travers le choix de ce processus pour la retrouver, va provoquer en fait un attachement à cette méthode d'appropriation. Sachant que celle-ci n'est attrayante que parce qu'elle est justifiée par son but, le fait d'écrire est alors valorisé, il devient une nouvelle valeur qui n'était pas programmée au départ, pas plus que les produits qui en découlent, dans leur diversité. Ainsi, comme le dit Isabelle Dossin au sujet de ses recherches sur la littérature populaire en poitevin-saintongeais : "L'écriture a ceci d'étrange dans la tradition orale, c'est ce qu'il y a de plus intime ; on l'utilise comme un support de l'oralité, de la mémoire et aussi comme vecteur de transmission, de diffusion"75.

113Le rapport à la propre langue, dans ce cas, peut donc être vécu comme particulier si nous comparons à ce qu'il peut être en français, langue dont le statut est situé a mi-chemin entre la référence et l'appartenance du fait qu'elle recouvre désormais la presque totalité du champ de la communication. Nous renvoyons ici à la remarque faite par l'écrivain occitan actuel Max Rouquette dans le journal Le Monde du 23 mai 1997, au sujet de la différence entre langue "abstraite" et langue "concrète" en se référant du récit de Jean-Yves Casanova L'òrle dei matins / L'ambre :

"Ainsi les mots occitans ne sont pas devenus de simples signes, tels ceux de l'algèbre. Ils sont restés le support fortement engagé dans la chose qu'ils expriment. Et à ce point mêlés à elle qu'ils en portent avec eux la charge affective avec tous les arrière-plans que la chose, dans sa réalité comporte comme possibles, et qui peuvent, dans l'imaginaire, irradier songe et magies, en ondes successives. [...] L'écriture, finalement, comme seule réalité d'une vie plus songée que vécue".

  • 76 FERNÀNDEZ Mc CLINTOCK J., "Campos léxicos : desplazamiento semántica y movimiento regionalista". L (...)
  • 77 Ibidem.

114Cette vision dichotomique entre langue de raison et langue du cœur est certes classique et régulièrement rappelée depuis longtemps avec, chaque fois, de nouvelles nuances. Pourtant, au-delà d'une approche par trop habituelle en termes de diglossie de ce face à face linguistique, nous conviendrons de l'intérêt de revenir dessus. Sans être assuré que la langue de superstructure se réduise à l'"usure" des siècles d'abstraction", ni que la langue dominée soit forcément celle du concret, nous conviendrons que l'expression en une langue d'abord perçue comme orale impliquera une faculté de "synthèse immédiate et concrète de contextes", pour traduire J. Fernandez Mac Clintock qui émet cette opinion à propos de l'asturien76. De là, sans doute pourra-t-on opposer la langue, d'oc en l'occurrence, qui est encore perçue comme propre, soit langue 1, à la langue apprise, soit langue 2, ou vécue ainsi car, du fait d'un processus d'apprentissage qui aura pu se produire une ou deux générations déjà auparavant, elle demeure donc encore mémorisée comme une tradition orale finalement récente. Mais ce moment, étant donné le contexte sociolinguistique, a tout pour être transitoire. La langue 1 apparaît de plus en plus au niveau de la représentation — représentation plus ou moins médiatisée de la parole, même—, référence d'une propriété culturelle qui s'éloigne, plutôt qu'à celui de l'attachement non médiatisé. La langue 2, acquise à la base au moyen d'un procédé de type analytique, en garde cette image de langue-outil liée aux variétés normées dont elle est issue, tandis qu'elle finit peu à peu par prendre aussi la place de la langue 1 comme langue de l'immédiateté dans la représentation que peut s'en faire le locuteur intermédiaire, familier des deux codes, D'une part, la variété référentielle ne provient pas de l'aire linguistique de la langue 1, ce qui institue un écart supplémentaire devant être assumée dans le travail d'acceptation et d'intériorisation du double rôle de la langue 2, comme langue objective et comme langue subjective. D'autre part, nous nous trouvons placés face au cas où l'impression de pouvoir exprimer directement une totalité "sans le faire par abstraction", pour reprendre J. Fernandez Mac Clintock77, est encore réelle, au moins pour des personnes appartenant à la génération la plus âgée. Nous pourrions résumer en indiquant que, jusqu'à un groupe d'âge de 31 à 40 ans, où il n'y aura plus que des traces de compétence dans un français plus ou moins régional ou allolectal, il y a encore en mémoire un paysage linguistique qui atteste la diglossie entre les deux langues et leurs différentes fonctionnalités.

115C'est dans cette perspective que doit prendre place l'écrit. Associé à la langue 2, le choix de son emploi en langue 1 peut, pour nous, se faire selon trois modalités : celle que Philippe Gardy a identifiée avec la notion d'"oraliture" (cf. supra) ; celle qui, sur un mode volontariste et inverse de l’attitude mimétique souvent développée en faveur de la langue standard, rejette le schéma diglossique traditionnel pour se situer dans une position théorique et symbolique d'usage, potentiellement similaire à celle qui va habituellement de pair avec la langue de superstructure (voir note 45 : la littérature du "comme si" pour R. Lafont) ; une troisième, intermédiaire et de questionnement sur l'espace envisageable pour cet écrit, qui peut s'en tenir autant à la réalité d'une connaissance qu'à une attitude d'interrogation sur les limites d'une pratique prospective. L'usage vendaysin nous paraît entrer dans cette troisième catégorie, dans sa prudence comme dans ses essais, sachant bien qu'il s'agit d'un espace ample où l'on peut également rencontrer une partie de la création littéraire occitane actuelle, sans lien nécessaire avec des thématiques populaires. Dans le cas des Tradinaires, plusieurs repères pourraient être retenus pour renforcer le choix de cette catégorie. La diversité non contrôlée, voire l'hétérogénéité, des genres pratiqués, l'absence, par ailleurs, du style "galéjade" — les récits burlesques représentant un type particulier de textes de tradition orale où le sujet est bien tel personnage ou telle situation et non les mêmes parce que colorés par l'emploi de la langue 1 — aussi bien que l'influence d'un modèle français du récit descriptif véhiculé entre autre par l'enseignement à travers l'exercice de la dictée déjà évoqué, en particulier dans les textes informatifs et dans certains autres textes dits de création dans notre classification (cf. supra, p. 45-46) comme certains portraits ou récits personnalisés, sont autant d'éléments qui font montre d'une quête de la maîtrise de l’écriture, avec l'aide d'outils et de méthodes disponibles sur le moment, dans une langue dont on a cru identifier avec un certain réalisme le champ socio-culturel et que l'on emploie et retrouve sans esprit de hiérarchisation.

atelier d'écriture ?

  • 78 BLANES E., "Et pourtant ils écrivent". Bulletin des Bibliothèques de France, t. 37, 1992, p. 33.

116Si une des caractéristiques de ce que l'on nomme "atelier d'écriture" n'est pas tant de considérer le fait d'écrire comme un moyen d'insertion ou de réinsertion sociale que, plutôt, en suivant l'opinion d'E. Blanes78, comme un moyen de mettre en œuvre une pratique de l'écrit pour soi, ce travail implique à la fois de le faire descendre de sa position hautement symbolique tel un signe de pouvoir et de réussite sociale et de le valoriser pour ce qu'il est en dehors de sa participation à la hiérarchisation de la société. L'acte d'écrire prend alors tout son sens d'outil dont la maîtrise est synonyme d'accomplissement personnel. La satisfaction qui peut en découler peut venir de l’interaction établie entre le fait de retrouver la langue 1 et la découverte, seulement effective pour une partie de ceux qui composent le groupe, d’une capacité pour écrire presque jamais imaginée auparavant dans notre cas. Ainsi en est-il de l'accès à la création, écrit élaboré donc par rapport à la plus grande spontanéité de l'oral.

  • 79 Cf. HALTÉ J.-Fr., "Savoir écrire, savoir faire". Ateliers d'écriture. Pratiques, no 61, mars 1989, (...)

117Dans le cas vendaysin, l'intermédiaire habituel de l'atelier d'écriture, l'"expert", ainsi que le présente J.-Fr. Halté dans le numéro 61 de la revue Pratiques de 1989 consacré au sujet79, est une personne dont l'état a un peu varié dans le temps. Il semble qu'au début P.A. Delbeau ait joué un rôle directif, ou tout au moins structurant, correspondant assez à celui de l'"expert" évoqué ci-dessus. Avec le recul, le rôle de P.A. Delbeau peut même être perçu par certains comme fondateur dans l'histoire des Tradinaires. Ainsi pour une des anciennes du groupe évoquant ce temps des débuts, qui correspond à notre première période, celle dite "de formation" :

  • 80 Témoignage fourni par M. Lies (enquête enregistrée, A. Viaut, Gaillan-en Médoc, 15/12/1993).

"Si Delbeau n'était pas venu pour apprendre à lire et à écrire, ça n'existerait pas ce groupe. Il n'y aurait pas de groupe occitan"80.

  • 81 P.A. Delbeau a effectivement été professeur, d'anglais en l'occurrence, puis directeur de collège. (...)

118Par la suite, l"'expert" que j'ai pu moi-même être a plutôt été un observateur-participant, nommé parfois "professeur"81 par les Tradinaires, en référence d'ailleurs à ce qu'était davantage P.A. Delbeau de par sa profession et son fonctionnement au sein du groupe. J'ai ainsi été amené à répondre à des demandes ponctuelles d'aide, plus dans une position de membre — intérieur et extérieur — du groupe que dans celle d'animateur et de coordinateur de ce dernier. En outre, tant d'un point de vue formel que dans la réalité des faits, la fonction de coordination a toujours été remplie par un participant régulier, ayant sa place à l'intérieur du groupe. En marge de cette nuance sans doute importante, nous pourrons dire que les Tradinaires constituent un atelier d'écriture sans le savoir mais qui paraît bien répondre aux caractéristiques proposées dans ce cas.

  • 82 Ainsi présentées : "les phases successives d'activités et leur minutage approximatif ; la formulat (...)

119Ainsi, l'utilisation d'un lieu à usage collectif avec la finalité principale de produire des textes est bien ce qu'est devenue l'activité des Tradinaires même si l'objectif de départ était de ne s'exercer à cela que comme un moyen, comme nous l'avons déjà dit, destiné à favoriser une quête d'oralité en langue régionale. Or c'est là que se situe l'atelier comme lieu de production. On peut également reconnaître que le procès de fabrication du produit l'emporte sur la quête de qualité même si cette dernière est un élément important dont on ne parle pas ouvertement, ne serait-ce que pas pudeur. En outre, la variété des genres pratiqués contribue à cacher l'approche qualitative, chaque auteur pouvant s'orienter vers ce qui lui plaît tandis que très peu de personnes pourront faire montre de talents diversifiés à travers plusieurs types d'écriture. L'aspect "pratique sociale d'écriture" est aussi une réalité dans notre exemple. L'inspiration, déjà, peut s'alimenter de l'existence même des rencontres et de leur fréquence. En dehors de cela, nous ne pouvons pas vraiment nous référer à une procédure très formelle qui se distribuerait en une série d’étapes comme celle que décrit Cl. Garcia-Debanc dans ce même numéro de la revue Pratiques mentionné précédemment82. Tout se fait sans réelle prévision, sans autre logique qu'une volonté générale d'avancer dans la connaissance de la langue traditionnelle à travers l'enchaînement des textes. Les "inducteurs" peuvent venir tant de l'intérieur du groupe — et cela fut largement le cas au moins au début des activités — mais aussi de l'extérieur, par l'intermédiaire du "professeur" (cf. supra), ainsi que, ponctuellement, d'autres personnes non membres du groupe, qui proposent ou suggèrent des thèmes ou des activités qui compléteront les premières. Il faut d’ailleurs préciser que seulement une partie du groupe écrit, peu ou prou, dans une proportion qui varie selon les années, entre le quart et la moitié d'un ensemble de dix à vingt personnes (voir graphique 6, p. 77), les autres adhérents participant à l'activité générale en apportant des informations d'ordre linguistique et socioculturel. La mise en regard, sur le graphique 7 (cf. p. 77), des renseignements fournis par le graphique 1 (cf. p. 25) avec ceux du 6 montre la lente augmentation du nombre des auteurs qui peut avoir maintenant tendance à baisser pour des raisons d'âge ou sociolinguistiques, dues, dans ce dernier cas, à la radicalisation de la situation substitutive dans laquelle se trouve l'occitan.

  • 83 TOCHON Fr., "L’atelier d’écriture : du projet aux organisateurs didactiques". Ateliers d'écriture. (...)

120À côté de cela, la succession des tâches pratiques de l'atelier, telle que la décrit Lr. Tochon dans le no 61 de Pratiques83, peut se retrouver chez les Tradinaires : la présentation d'un programme, toujours souple, certaines années, par le "responsable" — ici le "professeur", simplement en participation avec les membres du groupe dans notre configuration, la mise à exécution, essentiellement individuelle, des différentes opérations suggérées (l'écriture de textes), l’examen collectif de tout cela et, ensuite, de nouvelles orientations d’activité qui pourraient en découler, toutes choses qui donnent l'idée du mouvement cyclique dont parle Fr. Tochon.

Graphique 6 - Évolution du nombre total d'auteurs de 1980 à 1996

Graphique 6 - Évolution du nombre total d'auteurs de 1980 à 1996

Graphique 7 - Évolution du nombre total d'auteurs par rapport aux effectifs totaux des Tradinaires de 1980 à 1996

Graphique 7 - Évolution du nombre total d'auteurs par rapport aux effectifs totaux des Tradinaires de 1980 à 1996
  • 84 Couvre l'ensemble de la presqu'île médoquine sur 96.2 MHz.

121Au-delà, la socialisation des écrits n’existe pas de façon organisée et fixe. Il y a d’abord une socialisation interne par la lecture, le recopiage en réunion de groupe et la photocopie en liaison plus étroite avec l’activité régulière du groupe. À côté de cela et en relation avec une socialisation plus large, nous rappellerons la publication de textes, principalement dans la revue Micromania avec l’aide du "professeur". Ici, la socialisation s'avère être surtout symbolique et de nature à conférer de la légitimité à la production du groupe dans la mesure où cette revue n'est pas diffusée au niveau régional ou même local. Le fait de constater la possibilité de publication sur un support reconnu donne de la valeur à l'activité choisie. Ainsi que nous l'avons indiqué plus haut (cf. supra p. 64-65), la participation des Tradinaires, de 1985 à 1992, aux Jeux floraux annuels du Médoc a pu leur offrir l'occasion d'une scène locale ainsi que la possibilité de publier quelques textes. La mise au point collective et la diffusion restreinte d'un abrégé de grammaire médoquine (cf. supra p. 66) participa aussi de cette projection du groupe vers l'extérieur. À côté de cette participation aux Jeux floraux et de la publication de certains textes, deux autres lieux de mise en représentation se sont jusqu'à présent concrétisés à un niveau local : la radio locale La Vague Médoc84 et les repas de fin de sessions annuelles.

122Ainsi des interventions sur les ondes de la radio associative locale La Vague Médoc ont-elles pu permettre de faire passer des informations concernant l'activité du groupe. Nous pouvons ainsi mentionner comme premier exemple significatif de ce type d'intervention le texte en occitan "Rencontra" (voir texte en annexe p. 304-305), rédigé par H. Laporte à cet effet. Ce dialogue enregistré avec les voix de l'auteur et d'A. Bret, fut enregistré puis radiodiffusé quelques jours après, le 21 décembre 1992. Cette émission fut l'occasion de présenter les Tradinaires au public de la Vague Médoc et "Rencontra” fut suivie d'autres textes issus de la production du groupe : "Mon amic", poésie dite par son auteur H. Laporte, "Lo renard e la cagolha" conte traditionnel noté et dit par M. Lies, "La mar”, poème de S. Allard dit par A. Bret. Le tout fut clôturé par l’hymne des Tradinaires. La " Rencontra", partie intégrante du corpus du groupe au même titre que les autres textes, fut ensuite revue et notée collectivement par les Tradinaires le 9 mars de l'année suivante. Il s'agit d'un texte d'appel, sous la forme d'un dialogue destiné à inciter les gens à venir renforcer les rangs du groupe. Une autre émission du même genre fut également réalisée et diffusée par cette radio avec les Tradinaires le 15 février 1995. Plusieurs membres du groupe A. Bret, A. Lambert et S. Allard, avec la participation téléphonique d'A. Viaut, s'y prêtèrent : l'historique du groupe et les occupations qu'il développe furent évoqués et deux textes furent, l'un lu en occitan et en français, "Sauvar los mòts", de S. Allard, et l'autre, chanté par A. Bret, "La tòrta nhanqueta" de S. Allard aussi. Dans un autre registre, le décès d'A. Bret, animateur du groupe dans les années 1990, survenu le 9 février 1996, fut annoncé et commenté sur les ondes de cette même radio. Pour autant, ces contacts n'ont pas débouché jusqu'à présent sur une série d'émissions régulières. Dans le même ordre d’idées, les différents contacts établis durant les années quatre-vingt-dix avec des enseignants sensibilisés à l’occitan dans le premier degré ou au lycée Odilon Redon de Pauillac, n'ont pu non plus être à l'origine de collaborations régulières, en grande partie faute de moyens de part et d'autre, l'offre d'enseignement étant de tout de façon seulement symbolique en Médoc comme ailleurs, globalement, en Gironde tout au moins.

  • 85 Nom courant donné par exemple à la fête de fin des vendanges dans tout le Médoc. "Aucat" semble êt (...)

123Autre scène, différente des autres par son caractère traditionnel et sa régularité : l'" aucat"85, repas de fête de fin des travaux dans son principe, traditionnel en Médoc. Tous les ans, à la fin du mois de juin, suivant le rythme des fins d'année scolaire, les Tradinaires se réunissent ainsi en invitant des membres de leurs familles respectives et des amis. L'"aucat" est alors une occasion d'autocélébration en même temps que la scène où sont habituellement chantées des chansons du groupe, l'hymne des Tradinaires mais aussi des chants traditionnels de l'ensemble de faire gasconne ou, au-delà, occitane, tels "Bèth cèu de Pau" ou "Aqueras montanhas", et où sont déclamés des textes en gascon des membres du groupe, composés pour la circonstance ou non.

  • 86 Littéralement "ceux qui mettent de côté, qui rangent". La transcription, quoique se servant de l'o (...)

124Récemment enfin, sur la proposition du Comité girondin de la langue occitane et de la culture gasconne et de la municipalité de Vendays-Montalivet, le groupe des Tradinaires a apporté un soutien très actif à l'organisation et au déroulement de la cinquième Journée de Gironde terre occitane qui s'est déroulée le samedi 20 septembre 1997 dans cette commune. Signalons au passage que cette période fut aussi celle de la création à Vendays, au début du même mois, d'une association nommée à l'occitane "Los Recataires"86, où l'on retrouve certains membres des Tradinaires et dont le but est de rassembler des collectionneurs, aussi bien de choses anciennes et locales que plus actuelles. Enfin, le présent ouvrage, censé présenter l'œuvre des Tradinaires, pourra donc s'inscrire dans cette perspective de socialisation élargie.

  • 87 VANOYE Fr., "Aux sources de l'écriture". Ateliers d'écriture. Pratiques, no 61, mars 1989, p. 57-6 (...)

125À côté de cela, nous pouvons nous référer à une autre approche de la notion d'atelier d'écriture, celle de Fr. Vanoye87, qui insiste sur le fait que rien, dans l'activité observée, n'est obligatoire, que le travail s'y fait au rythme de chacun, sans effort particulier et que les textes sont partagés selon le principe de l'''écoute positive". Parmi les sources de l'écrit qu'il retient, l'expérience passée et présente (cf. les récits personnalisés des Tradinaires), l'imaginaire (cf. poésies, portraits), le savoir (cf. les descriptions et les récits à contenu ethnographique, dans notre cas), le langage (cf. par exemple les traductions en commun, mais aussi ce labeur périphérique de recherche proprement linguistique dont un des buts est de pouvoir disposer d'une meilleure langue littéraire pour écrire), peuvent s'appliquer à la production de notre groupe.

  • 88 REUTER Y., "Enseignement de l'écriture. Histoire et problématique". Ateliers d'écriture. Pratiques (...)

126Nous retiendrons également, à la suite de Y. Reuter, l'importance du principe de "réécriture"88, consubstantiel à l'examen en commun d'un produit créé individuellement au départ, même si les substitutions ou les corrections qui en découlent ne sont jamais nombreuses.

  • 89 BRICE HEATH Sh., "Tradition orale et tradition écrite". Revue internationale des Sciences Sociales (...)
  • 90 Cf. GOODY J. Op. cit., 275 p.

127À l'issue de cette démarche, peut-être pourrons-nous dire, à l'instar de Shirley Brice Heath, que "la maîtrise de l'écrit complète ou remplace les habitudes linguistiques orales"89. Nous savons en même temps que le passage par la forme écrite transforme les procédures d'acquisition de la connaissance. Même l'appréhension de la langue s'en trouve modifiée, ou changée ou complétée. La différence avec l'oralité totale, traditionnelle et populaire, peut être constatée. De là, la quête de la spontanéité, propre à l'oralité héritée, qui correspond à un modèle identifié auquel on cherche à adhérer de nouveau, rencontre, par conséquent, une pratique analytique et la développe, s'y habitue de telle manière que celle-ci prend la place de l'objectif initial. Sans doute cela signale-t-il un accès à la "raison graphique"90, le remplacement de l'expérience directe de l'oralité par l'emploi de la "médiation abstraite", pour reprendre M. Dabène :

  • 91 DABENE M., "Compétences scripturales et pratiques d'écritures". In L'"'illettrisme" en question, s (...)

"L’apprentissage de l'écrit induit une acculturation jusqu'à des modes d'accès à la connaissance qui se caractérisent par une médiation abstraite par rapport à l'expérience directe où à la transmission orale"91.

128D'un autre côté, il nous faut apporter quelques nuances. Ainsi, de façon prévue et comme programmée depuis les débuts du groupe avec P.A. Delbeau, la réception collective du texte, après la phase de création au niveau individuel, passe par sa lecture soit par son auteur, soit par un autre membre du groupe. Cette oralisation a même pu être plus importante ces dernières années. En effet, sur la proposition d'A. Bret, qui animait l'activité d'écriture du groupe, la procédure suivante fut adoptée : lecture par l'auteur, écriture du texte sur un tableau, discussion au sujet de ce qui doit être arrangé ou précisé quant à la langue et à sa graphie, lecture par chaque membre du groupe d'une séquence du texte selon sa progression narrative. Le texte apparaîtra, à ce stade de son utilisation, pour l'ultime phase de cette procédure, comme une suite d'items dont la fonction sera d'abord didactique. Nous noterons, à partir de là, la prégnance d'un passage en deux sens, de l'oralité, saisie à travers des traces mémorisées, vers la textualité. Cette dernière peut être perçue comme un moyen propre à restituer le son ou devenir un but en soi même si l'oralité demeure l'objectif de départ, comme idéalisé. Le procédé imaginé, dans sa simplicité, résultera d'une approche analytique, à savoir la reconstruction du son par l'intermédiaire de la lecture, en attendant de cela une multiplication de l'offre sonore. À partir de là, l’objectif pourrait se cantonner à la nostalgie de la phonie mais celle-ci peut aussi dire plus que cela, ce qui paraît être le cas avec les Tradinaires, à savoir une faculté de communiquer, au moins virtuelle, entretenue par le renvoi au temps — jadis ! certes — de la communication, quitte à tenter de la renouveler, de l'actualiser. De fait, cette démarche prend donc un tour littéraire puisque l'écrit la fige en croyant la raviver, à moins que ce ne soit pour mieux l'appréhender, la saisir, comme pour pouvoir la maîtriser encore.

  • 92 Témoignage de S. Allard (enq. A. Viaut, Vendays-Montalivet, 28/05/1997).

129Impressions relevées au cours d'enquêtes auprès des membres du groupe qui illustrent leur praxis écrivante : d'une part la nostalgie du temps où l'on parlait dans la langue traditionnelle et qui était en même temps celui de la jeunesse et d'une relation d’affectivité avec les "vieux" qui utilisaient naturellement la langue. En liaison avec cela, nous évoquerons la remarque selon laquelle, en écrivant, on voit les mots à travers les gestes et les attitudes des anciens dont on se souvient, ou on perçoit les gens dans leur cadre de vie et leurs habitudes92. Cette opinion, diffuse dans le groupe, s'accompagne, pour certains de la conviction de devoir faire de très gros efforts en vue de retrouver la langue originelle, la "bonne" langue, celle d"'autrefois", avant tout, et en vue, ensuite, de s'en servir pour créer par écrit. Néanmoins, pour ceux qui ont appris à parler durant leur enfance, la première difficulté — retrouver la langue originelle — pose moins de problèmes puisque ce sont plutôt ceux qui disent créer d'abord oralement avant de passer à l'écrit.

  • 93 Mme A. Charua qui est l’auteur d'études historiques sur cette partie du Médoc : Une bourgade du Ba (...)

130Également à partir d'un entretien avec un des membres d'origine non médoquine du groupe93, qui nous proposa un point de vue "distancié" sur ces pratiques d'écriture, nous distinguerons trois phases. Au début, avec ce désir de retrouver la langue perdue, beaucoup plus entendue d'ailleurs que véritablement parlée (pas plus de trois personnes l'ont effectivement parlée) comme langue de l'enfance, ainsi que nous l'avons vu plus haut, l'accent fut mis sur les souvenirs des années de jeunesse, au contact d'une vie villageoise, avec ses fêtes, ses personnages typiques, les récits transmis oralement sur un mode transgénérationnel et, logiquement, des contes. À la faveur, peut-être, d'une accoutumance à l'écriture, le je commença à prendre une place avec la poésie, tandis que la pratique des différents genres évoquée ci-dessus continuait. La phase plus récente serait "didactique" pour la même source. Il est ainsi vrai, d'une part, que la majorité des textes est axée sur le passé — cette tendance est pour ainsi dire évidente —, orientée vers la nostalgie de la langue d'autrefois que l'on n'en finit pas de poursuivre sans pouvoir la saisir dans sa trame orale, outil de communication et, donc, de faire, difficile à concevoir aujourd'hui. D'autre part, surtout à partir de ces années quatre-vingt-dix, le sentiment est apparu que cette production méritait d'être connue avec l'idée de faire connaître la langue locale et la vie rurale d'une civilisation disparue ou presque. En réalité, il pouvait également s'agir de justifier cette nostalgie. Le travail de la langue ressemble ainsi à un travail de deuil. La quête du son, justement, lié aussi à celle de la jeunesse qu'il symbolise, participe de cela. Quoiqu'il en soit, si le texte de tradition orale, qui représente une partie significative de ce corpus, à travers contes et récits, apparaît comme un miroir d'une société qui n'existe plus, il est aussi un outil pédagogique qui contribue virtuellement à en ranimer un aspect culturel de fond.

  • 94 Voir, pour ce type d'approche, par exemple : CASANOVA B., "Psychanalyse et langue maternelle". Lan (...)
  • 95 Avancèir, ou davancèir, a le sens d'"ancêtre" en Médoc.

131Dans ce retour cyclique imaginé pour l'occitan local, repéré comme étant oral et lié au passé, qui reviendrait à son oralité première en passant par la maîtrise de l’écrit, la justification de ce travail, investissement aléatoire, vient, pour une grande part, d’une perception subjective et affective de ce que peut être la langue dans l'identité personnelle et qui se rapproche de la langue lacanienne94. Le souci de la langue des "avancèirs"95, pour les locuteurs réels ou qui s'identifient à cette langue première, nous paraît participer de cette problématique à travers l'intérêt développé pour le "vrai" mot, en particulier de la part de ceux qui écrivent en se basant sur une connaissance plus intellective que locutrice de l'occitan gascon local. De cette façon, la mise en concurrence de la langue maternelle avec une langue haute, clairement distincte, rendra d'autant plus évident le côté compensatoire de l'évaluation de la langue première et de ses possibilités expressives — ce qui justement entre dans le champ de la langue — dont la maîtrise sera difficile même si elle reste possible. La réalité vécue d'un lien ou non avec cette langue 1 deviendra alors déterminante dans tout cela. Au-delà, l'imaginaire autour de cette langue pourra aller jusqu'à se réduire à la curiosité ou à l'intérêt lié à l'attachement pour le pays sans que le désir d'appropriation ou de réappropriation de la langue du lieu ou des anciens soit forcément primordial. Le simple fonctionnement du groupe avec, pour son aspect formel, sa convivialité naturelle, constitue déjà en soi un élément attractif qui ne peut être négligé.

l'apport des tradinaires

  • 96 Tel est le cas, ainsi, d'Eliette Dupouy à Belin-Beliet (33) dont un recueil de textes vient d’être (...)

132Après cette présentation de l'activité des Tradinaires, la question qui vient naturellement à l'esprit est celle de l'originalité d'une telle démarche. Ce type d'écriture populaire, hors des circuits cultes de la création, n'a rien de nouveau si ce n'est peut-être le fait de fonctionner en groupe, ce qui, nous venons de le voir, peut l'apparenter aux ateliers d’écriture. Pour rester dans le domaine occitan, sans s'arrêter à des cas d'écritures uniquement individuelles autour des mêmes thèmes que ceux que nous avons pu observer dans le groupe étudié ici96, nous avons cru bon de retenir quatre cas qui, par certains côtés, se rapprochent de la configuration vendaysine.

133Il convient avant tout de mentionner l'expérience tentée à l'initiative d'A. Bret de faire également fonctionner un groupe occitan dans une commune voisine de Vendays-Montalivet, à Grayan-L'Hôpital, en s'inspirant du précédant vendaysin. Malgré une mobilisation conjointe d'A. Bret et de quelques habitués de Vendays, prêts à favoriser ce lancement, entre autres en s'efforçant d’habituer les intéressés aux règles orthographiques de base, et de la municipalité de la commune concernée, cette expérience, qui dura de 1993 à 1995 et rassembla une dizaine de personnes, ne put finalement déboucher sur une activité suffisamment structurée autour de la langue locale sur le modèle de ce qui se faisait à Vendays-Montalivet. Peut-être l'importation d'un modèle de fonctionnement était-elle trop ambitieuse, l'investissement apparaissant en outre disproportionné entre la personne qui tenta d'animer le groupe et les membres de ce dernier finalement trop peu motivés au départ pour suivre la voie proposée. Durant cette période néanmoins une douzaine de textes purent être notés, nous en donnons un à titre d'illustration, en annexe (voir p. 306-307), de Michel Vibey, "Lo marchand de hilats". Pour finir, suite aussi au décès d'A. Bref en 1996, précédé et suivi de ceux de deux membres actifs de ce groupe en 1995 et 1997, Henri Laporte, qui faisait également partie des Tradinaires, et Michel Vibey, qui alla rejoindre ces derniers à partir de 1995, l'idée n'a pas encore été reprise.

  • 97 Renseignements communiqués par M. G. Dulau le 28/02/1998.
  • 98 Dates de parution des Chroniques bazadaises : 1987, 1988, 1989, 1992, 1995, 1996, 1997. Principe d (...)
  • 99 BIBES J.E. ; CAZAUVIEILH B. ; DESPUJOLS J.E. ; DULAU G. ; MARTIN H. ; TRESARIEU B., Dictionnaire d (...)
  • 100 Renseignements communiqués par M. G. Dulau le 28/02/1998.

134Ensuite, et parce que cela renvoie à la fois à une expérience géographiquement non éloignée puisque dans le même département, en Bazadais, nous mentionnerons l'activité, sous l'impulsion en particulier de Guy Dulau, de la commission "Langue gasconne", de l'association "Bazas Art Culture Tradition", devenue Groupe de langue et culture gasconnes de la même association récemment rebaptisée "Bazas culture". Selon une procédure qui présente quelques similitudes avec celle qui a présidé au travail des Tradinaires, cette commission rassemble environ une fois par mois entre quinze et trente personnes97. Là, des textes écrits par des membres du groupe sont lus et discutés en commun. Périodiquement, un choix de ces derniers fait l'objet d’une publication dans la revue du groupe intitulée Chroniques bazadaises gascon-français dont le rythme de parution depuis 198798 a été d'environ une livraison bisannuelle tirée à trois cents exemplaires et à diffusion locale. Deux orthographes y sont employées : une graphie francisée côtoie l'orthographe classique occitane proposée par l'animateur de la commission G. Dulau et appliquée par principe aux textes à publier à côté de la première. Ce groupe bazadais, qui s'est réuni autour de la langue locale à partir des années 1980, s'est d'abord préoccupé de noter le gascon local à travers son lexique. Deux glossaires français-gascon furent ainsi publiés, en 1983 et 199499. Le passage à la création est intervenu, lui, à la fin des années 1980, les genres pratiqués étant de même nature que ceux auxquels se sont essayés les Tradinaires, avec, selon G. Dulau100, une dominante pour les scènes de la vie courante, les histoires burlesques et la poésie. De ce point de vue, les textes que nous avons nommé les "récits personnalisés" ainsi que les contes de tradition orale, soit deux types de textes situés à des pôles opposés, l'un traditionnel et dépendant d'un matériau déjà existant, et l'autre, par essence plus imaginatif, seraient plus présents dans la production du groupe de Vendays. Par rapport à cela, la production des Tradinaires offre peut-être une plus grande diversité, le groupe ayant exprimé, précocement par rapport à celui de Bazas, justement, ce besoin d'écriture du fait peut-être d'un contact moins évident, au départ, avec une oralité traditionnelle en Médoc qu’en Bazadais. Le groupe médoquin a lui aussi développé un intérêt pour le parler local en tant que tel, non préalablement à l'écriture comme à Bazas mais plutôt comme un accompagnement de celle-ci. Alors que les Tradinaires se sont spécialisés dès le début dans l’occitan local et la création de textes et que l’association en train d’être créée maintenant consacre cette spécialisation, le groupe bazadais, intégré dans une structure à vocation culturelle plus polyvalente, a toutefois mieux réussi dans la diffusion de sa production en occitan gascon que les Tradinaires qui ne se sont pas vraiment souciés jusqu'à présent de se faire connaître par ce moyen, hormis par la parution évoquée précédemment de quelques productions. Cela nécessite aussi un minimum de moyens auxquels ils auront plus facilement accès à partir de maintenant du fait de leur passage à un statut associatif autonome.

135Également en Gironde, mais relevant d'une mise en pratique plus récente, nous mentionnerons le cas du groupe gascon de Gujan-Mestras. Plus exactement, ce groupe, composé d'une dizaine de personnes constitue un des ateliers, "gascon" en l’occurrence, de l'association Arts et Tradition de Gujan-Mestras (a.t.g.m.). Autour de Hugues Tessier qui coordonne cet atelier conjointement à celui des "Vieux gréements", les réunions autour du gascon ont acquis une régularité depuis 1995 à raison d’une séance par semaine le vendredi après-midi. Comme à Bazas, l'accent a été particulièrement mis dès le départ sur le lexique local et un dictionnaire thématique préparé par Yolande Vidal est en voie d'être publié. Dans ce cas de figure, c'est parallèlement à une activité déployée en faveur du vocabulaire de la langue que, là aussi, on désire retrouver, "rassembler" et transmettre, que des textes sont produits, essentiellement jusqu'à présent par Jean-Marcel Castaing, directement en occitan gascon ou traduits du français autour de thèmes locaux. La présentation de ces textes, voire les discussions qu'ils sont censés provoquer, rencontrent là, comme à Vendays ou à Bazas, une pratique de groupe liée à l’écriture en langue régionale. Comme à Bazas également, nous trouvons un emploi conjoint de deux systèmes graphiques : jusqu'à présent, des textes notés à l'aide de graphies personnelles et francisées et une élaboration du dictionnaire effectué sur la base de l'orthographe normalisée de l'occitan.

  • 101 Le Dictionnaire occitan-français d'après les parlers languedociens de L. Alibert (Toulouse : Insti (...)
  • 102 BODON J., Lo libre de Catòia. s.l. : Lo Libre occitan, 1966, 190 p. et BODON J., La grava sul cami (...)
  • 103 LAUS C., La coa de la cabra. Valderiès : Vent terrai, 1978, 231 p.
  • 104 RIUCROS M. de, Racontes apecilhats. Albi : Lo Sened, 1990, 156 p.

136Nous avons également retenu, à titre de comparaison l'atelier d'occitan Lo Sened101 de l'association "La Maison pour tous", animé à partir de 1976 par Christian Laux à Albi. Cet atelier réunit tous les quinze jours une quinzaine de personnes qui, dans leur majorité font partie du troisième âge, bien qu'il y ait aussi des personnes plus jeunes, et sa fonction première affichée a été l'enseignement de l'occitan destiné à tous publics. Il a dans ce cadre, intégré une activité de lecture. Un livre choisi en commun, lu et décortiqué au cours de l'année sert d'illustration à un travail de perfectionnement en occitan, entre autres par la maîtrise de l'orthographe normalisée. Cela a débouché en 1990, après la lecture en groupe de deux romans de Joan Bodon, La grava sul camin et Lo libre de Catòia102, mais aussi, de façon plus déterminante, du recueil de C. Laux, La coa de la cabrai103, sur l'initiative d'un membre du groupe, Maria Emile, d'écrire un recueil de souvenirs personnel en occitan local : Racontes apecilhats104. Cet ouvrage fut ensuite lu en groupe et c'est d'ailleurs cette personne qui, depuis ces dernières années, a pris la suite de Chr. Laux pour animer l'activité de cet atelier.

  • 105 COHEN I., "Lo bichard e la lenga : images de la langue occitane dans La Faraça". Lengas revue de s (...)

137Le cas de La Faraça, qui fit l’objet d'une présentation de la part d'Isabelle Cohen dans la revue Lengas en 1992105, a également attiré notre attention. La Faraça, publication périodique de quatre pages, est née en 1972, paraît, depuis cette époque, huit fois par an au rythme des réunions du groupe occitan des Vans, en Ardèche. Cet aboutissement de l'activité d’un groupe culturel autour de l’occitan a commencé à se manifester sous cette forme quatre années après les débuts du groupe en 1968. Quant au contenu :

  • 106 Ibidem, p. 102.

"globalement le contenu des 105 premiers numéros ronéotés est le suivant : la liste de vocabulaire d’un thème, jusqu'au numéro 42 un texte de Julh Froment [animateur du groupe au début], puis un texte d’autres "écrivants" locaux, tels P. Clapas et G. Prat, parfois une chanson, un texte écrit par un collégien, une blague, un peu d'histoire du pays, assez souvent un texte compte rendu d’activités ou genre "éditorial"106.

138Par rapport aux Tradinaires, le groupe occitan des Vans présente une antériorité d’une décennie, constitue une référence sans doute plus évidente quant à la diffusion de l’écrit. Un peu comme à Bazas, un intérêt pour le lexique, la désignation du monde environnant et de ses composantes naturelles, socio-culturelles et économiques en occitan local a été à la base d’un écrit de plus en plus autonome, délibérément axé sur les particularités et la tradition :

  • 107 Ibidem, p. 101.

"Cette recherche prendra insensiblement, puis volontairement pour le groupe, l’aspect d'un véritable travail, dont on trouve les traces dans chaque numéro du journal, sous forme de listes de vocabulaire [...] Le premier thème fut le CHATAIGNIER et tout le monde, se rappelle un participant, se mit à parler à la fois, cela jaillissait de partout, des mots, des histoires, des proverbes, retrouvailles et partage. Et pendant ce temps-là, l'abbé Froment notait tout sur un cahier, puis il se mit à écrire au TABLEAU NOIR..."107.

  • 108 La Faraça, Groupe occitan des Vans. En cò nòstre : parler et coutumes du Pays des Vans et des régi (...)

139Témoigne également de cette production l'ouvrage somme paru en 1991 : En cò nòstre : parler et coutumes du Pays des Vans et des régions environnantes108. L'integration des adhérents de La Faraça au réseau associatif occitaniste affilié à l'Institut d’Études Occitanes à partir de 1977 paraît être un trait original par rapport aux autres expériences évoquées ici. L'idée occitane, porteuse d'une conception actualisée du renouveau de la langue, n'est pourtant pas absente dans les autres groupes, elle est probablement au moins tout aussi présente, simplement l'initiative, pas plus que pour La Faraça en fait dans ses premières années, n'est pas partie de ce secteur associatif-là mais plus diffusément et de façon moins connotée, d'une assise sociale plus large.

  • 109 COHEN I. Op. cit., p. 96.

140Dans ces différents cas, à partir d'un certain moment, il y a eu écriture de textes en occitan. L'origine en a été individuelle mais, dans le circuit qu'ils parcourent, ces textes passent ensuite par l'intermédiaire d'un collectif qui contribue à leur donner une forme définitive, ce qui peut être de nature à conférer à ces différents groupes des allures d'atelier d'écriture. Ce passage d'un échelon individuel à un autre, collectif, n'a pas pour seule fonction de justifier l'existence du groupe dans sa convivialité, il répond déjà, à ce stade, à un objectif que se sont assignés ces associations dès le début de leur existence qui est, ainsi que nous l'avons vu pour les Tradinaires et que l'énonce I. Cohen, "de se 'retrouver' pour REPARLER la langue"109. Le groupe du Bazadais a rencontré l'écrit après en être passé d'abord par un intérêt pour le lexique. Même si un intérêt pour le texte existe conjointement à celui qui est développé en faveur du lexique dans le groupe gascon de Gujan-Mestras, c'est cette deuxième activité qui demeure la plus importante et la plus visible jusqu'à présent. Le groupe du Sened est venu au texte jusqu'à ce jour à travers un cas, à partir de l'enseignement et de la lecture d'ouvrages littéraires en occitan. Celui de Vans s’est attaché à faire vivre une revue à partir de sa quatrième année d'existence et cela a continué jusqu'à ce jour.

141Du point de vue de la socialisation de ces pratiques qui, globalement, tournent autour d'une redécouverte de la langue d'oc à travers un écrit relativement spontané et populaire, c'est sans doute le groupe ardéchois qui a le mieux réussi avec La Faraça. C'est peut-être le groupe langue et culture gasconnes de Bazas que nous pourrions le plus rapprocher des Tradinaires, par la régularité et la nature des textes produits depuis la fin des années 1980. En revanche, le groupe qui s'occupe de La Faraça peut être rapproché de celui des Tradinaires en ce qui concerne la durée d'une action orientée vers l'écriture.

142Par ailleurs, le fonctionnement de ces trois groupes, le nombre de leurs membres (d'une quinzaine à une trentaine) et leurs caractéristiques internes (grande majorité de personnes âgées au moins pour les trois premiers, importance de l'ancrage rural, ostréicole dans le cas du groupe de Gujan-Mestras), correspondent globalement à ceux qui caractérisent les Tradinaires.

  • 110 Cf. BIBES J.E. ; CAZAUVIEILH B. ; DESPUJOLS J.E. ; DULAU G. ; MARTIN H. ; TRESARIEU B., Dictionnai (...)
  • 111 Cf. DULAU G., Lexique alphabétique français-gascon (Bazadais), à partir des premiers travaux de la (...)

143Un autre des points communs qui se détachent de ces cinq pratiques, celle des Tradinaires incluse, est une attitude similaire à l'égard de l'occitan. Il est perçu comme la langue originelle, liée au temps de la jeunesse. C’est aussi celle que l'on veut retrouver et reparler. L'écrit, qui est appelé à la rescousse dans ce but, finit par prendre une place importante dans un rapport variable entre la production de lexique et celle de textes et sans que cela débouche obligatoirement sur une diffusion éditoriale programmée ou notoire. En même temps, dans tous les cas observés ici, sans qu'ils aient forcément une valeur exemplaire, nous retiendrons que le choix d'utiliser exclusivement ou de façon évidente l'orthographe normalisée de l'occitan est allé de soi. Dans les cas où une graphie francisée est également utilisée, il apparaît que celle-ci finit par occuper une place d'appoint ou intermédiaire, justifiée par un souci d'accessibilité, voire pédagogique. C'est ainsi le cas du groupe bazadais où l'emploi d’une graphie francisée passe devant celle de la graphie alibertine-Institut d'Études Occitanes dans les Chroniques bazadaises ou dans le lexique français-gascon publié en 1983, cela étant argumenté par le récurrent "souci d'être lu" et non par un ordre de préséance110. Pourtant, dans le second glossaire qui a été publié plus récemment en 1994, cet ordre est inversé et l'emploi, en second, de la graphie francisée, d'ailleurs notée de façon secondaire en italique, y est présentée comme un appoint seulement censé aider la lecture en retrouvant plus aisément la prononciation habituelle à partir de la connaissance de l’orthographe française111. Si le groupe de Gujan-Mestras en passe également par des graphies phonétisantes basées sur les graphèmes du français, sa graphie de référence, celle qui est choisie pour sa production destinée à être publiée est bien aussi la normalisée, dans un souci affiché d'être accessible au-delà d'un cercle trop réduit et local de lecteurs.

  • 112 Cela a pu être l'occasion pour certains de découvrir les recueils de littérature orale grand-landa (...)

144Parallèlement à ces deux attitudes, l'accent a été mis sur les variétés locales de l'occitan, en particulier lorsque l'écrit au sens large, du lexique et de la dictée pédagogique au texte créé, s'est affirmé comme une activité de base de ces groupes, quitte à ce que la part de création qui en découle devienne importante. Lorsque c'est la lecture qui est apparue prégnante comme le socle de l'activité commune, la perception de la langue s'est nécessairement élargie, tout au moins jusqu'à présent dans le cas du Sened, jusqu'aux limites dialectales, du languedocien en l'occurrence, à travers l'accès aux auteurs publiés, originaires de différentes parties de cet ensemble. Incontestablement, si l'on a vu que la lecture avait pu susciter le passage à l'écriture dans le cas du Sened, l'inverse est aussi vrai et, même si cela représente peu d'ouvrages acquis par le groupe en tant que tel ou individuellement par les membres le composant, les Tradinaires se sont au moins procurés certains titres en gascon bordelais par bons de commande ou à la faveur de diverses manifestations culturelles112.

  • 113 Témoignage de S. Allard (enq. A. Viaut auprès des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 10/10/1995).

145Comme nous l'avons vu, certains traits communs ressortent de ces différentes expériences. L'installation dans la durée est nécessaire afin que des choix de fonctionnement, plus ou moins spontanés au départ, deviennent peu à peu évidents et débouchent sur une activité et une productivité satisfaisantes pour les participants. La tentative de GrayanL'Hôpital dura moins de deux ans en fait, les autres groupes évoqués existent depuis plus de dix ans, hormis celui de Gujan-Mestras qui est entré dans sa quatrième année d'existence. Si ces différents cas ne sont pas vraiment comparables entre eux à cet égard, nous remarquerons simplement que le groupe de Vendays-Montalivet a connu une étape importante de son développement en 1983-84 (cf. supra p. 56), soit quatre ans environ après son lancement. Au-delà de ce qui ne peut être qu'un témoignage sur un éventuel seuil de durée comme une des conditions nécessaires au maintien, voire au développement, de tels groupes, un autre point commun réside dans cette sorte de course à la langue sous l'aspect de sa variété locale, course contre le temps puisque les derniers locuteurs en langue héritée disparaissent. Car cette démarche a souvent été motivée par le fait qu'"on a eu la chance de l’entendre (la langue)"113. De plus, ces groupes, au moins à leurs débuts ont pu bénéficier de la participation de personnes qui parlaient encore couramment et utilisaient encore réellement l’occitan ne serait-ce qu’occasionnellement, ce qui fut le cas pour les Tradinaires par exemple. Une des fonctions de ces associations, déclarées ou non, est justement de récupérer les vestiges de ces variétés traditionnelles dans l'idée affirmée de les transmettre à des jeunes locuteurs potentiels qui, dans le meilleur des cas — déjà très rares — auront acquis des bases linguistiques certes non éloignées, mais à travers des variétés plus transversales qui, sans pouvoir encore prétendre au nom de standard s'en approchent au moins dans la conception d'ensemble. Si la fonction lexicographique et, plus globalement, dialectographique peut être à l'avenir amenée à diminuer d’importance, cela ne sera pas forcément le cas, en revanche, pour d'autres fonctions telles que celles de lecture et, ici particulièrement, d'écriture. En soi, la pratique de l'écriture se situe dans la logique de la normativisation de la langue. Le fait d'avoir opté pour la graphie normée renforce ce choix implicite et va dans le sens d'une familiarisation à d'autres variétés d'occitan, plus ou moins marquées géolinguistiquement.

Notes

1 Expression employée dans le compte-rendu non signé du journal Sud-Ouest en pages locales du 18 juillet 1970.

2 G. Fumé était alors secrétaire du Syndicat National des Instituteurs pour le département de la Gironde.

3 Cf. CHARUA-DAVRINCHE A., "Montalivet les bains 1856-1986". Les Cahiers méduliens, no 7, juin 1987, p. 45-71.

4 Témoignage fourni par A. Lambert (enquête enregistrée, A. Viaut, Vendays-Montalivet, 19/11/1993).

5 Ibidem.

6 Ibidem.

7 Ibidem.

8 Au départ les membres du groupe occitan étaient domiciliés à Vendays-Montalivet. La première personne n'habitant pas cette commune à s'affilier au groupe fut Mme D. Baron, de Hourtin.

9 Mmes Jeannette et Jeanne dite Sœurette Allard, Marga Bréchou, Andrée Charua, Paulette Coutreau, Odette Equy, Françoise Lambert, Léoncia Laporte, Marcelle Lyes et M. André Lambert, tous de Vendays-Montalivet.

10 Mmes Jeannette et Jeanne dite Sœurette Allard, Marga Bréchou, Andrée Charua, Paulette Coutreau, Jeanne dite Julienne Guidon, Françoise Lambert, Léoncia Laporte, Marcelle Lyes et Josette Marcato et MM. Vivien dit René Guidon et André Lambert, de Vendays-Montalivet, et Mme Danielle Baron, de Hourtin.

11 Mmes Jeannette et Jeanne dite Sœurette Allard, Marga Bréchou, Ginette Capdupuy, Andrée Charua, Christiane Costas, Paulette Coutreau, Jeanne dite Julienne Guidon, Françoise Lambert, Léoncia Laporte, Marcelle Lyes, Josette Marcato, Lucienne Unterseh et M. André Lambert, de Vendays-Montalivet ; Mme Arlette Arnaud et M. Pierre Lanneau, de Saint-Vivien-de-Médoc ; Mme Danielle Baron, de Hourtin ; M. Robert Eyquem de Valeyrac ; M. Alix Bret de Grayan-et-L'Hôpital ; Mme Bernadette Saintout de Soulac.

12 Mmes Jeannette et Jeanne dite Sœurette Allard, Josette Barbin, Ginette Capdupuy, Andrée Charua, Christiane Costas, Léoncia Laporte, Marcelle Lyes, Lucienne Unterseh et M. André Lambert, de Vendays-Montalivet ; Mmes Denise Ardilley et Christiane Dupont de Gaillan-en-Médoc ; MM. Alix Bret et Henri Laporte, de Grayan-et-L'Hôpital ; Mme Danielle Baron et M. Roger Bordonneau, de Hourtin ; M. Pierre Lanneau, de Saint-Vivien-de-Médoc ; M. Raoul Rebès, d’Ordonnac ; Mme Bernadette Saintout de Soulac ; M. Raoul Mongay de Lesparre ; M. Pierre Lespoux de Naujac-sur-Mer.

13 Mmes Jeanne dite Sœurette Allard, Josette Barbin, Ginette Capdupuy, Andrée Charua, Christiane Costas, Lucienne Unterseh et MM. Claude Berger, André Lambert, Max Richebon et Jean-Pierre Froment, de Vendays-Montalivet ; Mmes Denise Ardilley et Christiane Dupont de Gaillan-en-Médoc ; M. Michel Vibey de Grayan-et-L'Hôpital ; Mme Danielle Baron et M. Roger Bordonneau de Hourtin ; M. Pierre Lanneau de Saint-Vivien-de-Médoc ; M. Raoul Rebès d'Ordonnac ; M. Raoul Mongay de Lesparre ; M. Pierre Lespoux de Naujac-sur-Mer, Mme Marie Debidas de Vensac.

14 Témoignage fourni par R. Rebès (enquête enregistrée par A. Viaut auprès du groupe des Tradinaires, Vendays, 14/12/1992).

15 L'association selon la loi de 1901 "Los Tradinaires" a été déclarée le 20 avril 1998 (JO des lois et décrets, no 598, p. 2255 s., 16 mai 1998). Son siège social est à la mairie de Vendays-Montalivet et son objet est le suivant : "collecte et diffusion des ressources patrimoniales de la langue et de la culture médocaines promotion de la langue occitane et de la culture gasconne sous toutes ses formes ; établissement de relations amicales entre ses membres".

16 Les hommes : A. Lambert (président), R. Bordonneau (vice-président), G. Mongay (secrétaire-adjoint), P. Lanneau (trésorier), M. Richebon (trésorier-adjoint) ; les femmes : S. Allard (vice-président), J. Barbili (secrétaire), Chr. Costas (archiviste), Fr. Benéteau (assesseur).

17 Cf. au sujet de cette notion, l'ouvrage collectif : Écritures ordinaires, sous la direction de Daniel Fabre. Paris : Bibliothèque Publique d'information, 1993, 377 p.

18 Témoignage fourni par A. Bret (enquête enregistrée par A. Viaut, Grayan-L'Hôpital, 19/10/1993).

19 Témoignage fourni par M. Lies (enquête enregistrée par A. Viaut, Gaillanen-Médoc, 15/12/1993).

20 Témoignage fourni par A. Lambert (enquête enregistrée auprès des Tradinaires, A. Viaut, Vendays, 15/02/1995).

21 Cf. au sujet de cette notion : GUMPERZ J.J., Sociolinguistique interactionnelle : une approche interprétative. Paris : L'Harmattan, 1989, p. 57-99 ; LAFONT R., '"'Code switching" et "production du sens". Lengas, no 24, 1988, p. 7-17 ; LAVAUD P., "La pratique du gascon en Bazadais aujourd'hui : remarque de terrain". Garona, Cahiers du CECAES, no 5, 1989, p. 99-117.

22 Forme locale pour "parler d'autrefois". "Parladura d'autes còps", qui a le même sens, peut également se dire.

23 Bien que la dénomination "patois" semble être en diminution ces dernières années par rapport à "occitan" en domaine d'Oc en général — c'est en tout cas ce que montre les enquêtes réalisées en Languedoc-Roussillon de 1991 et 1997 —, elle reste encore majoritaire en Aquitaine comme globalement ailleurs pour l'oc : 36 %, contre 14 % pour "occitan" (15 % en Gironde hors Bordeaux) d'après cette enquête (Conseil Régional d'Aquitaine. Pratiques et représentations de la langue occitane. Enquête réalisée par media pluriel méditerranée. Bordeaux : Conseil régional d'Aquitaine, 1997).

24 CHARPENTIER J.-M., "Approche ethnolinguistique d'un parler poitevin". Cahiers ethnologiques "Langues et langages", no 8, 1987, p. 67-68.

25 Cf. VIAUT A., Flor de vinha, paroles d'oc en Médoc à Saint-Estèphe. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1992, p. 28-31.

26 Se pose pour cette période la question de la masse critique d'offre de français en même temps que de la réception positive de cette dernière, de façon diffuse en France et, particulièrement, dans des contrées ouvertes à la communication et aux échanges de populations. Le Médoc, quoiqu'étant une presqu'île, se trouvait alors dans ce type de configuration du fait de l'attraction exercée par la zone des vignobles et de la proximité de Bordeaux. Pour des raisons inverses, les Landes ou le Périgord ont pu connaître plus tardivement ce seuil chronologique de l'arrêt de la transmission intergénérationnelle de l'occitan. Au sujet de la notion de loyauté en sociolinguistique, voir : WEINREICH U., Languages in Contact. Findings and Problems. The Hague, Paris : Mouton, 1968 [1953], p. 99-102.

27 Témoignage fourni par M. Lies (enquête enregistrée, A. Viaut, Gaillan-en-Médoc, 15/12/1993).

28 Ibidem.

29 Témoignage fourni par S. Allard (enquête enregistrée, A. Viaut, Vendays-Montalivet, 21/12/1993).

30 Ibidem.

31 Témoignage fourni par S. Allard (enquête enregistrée auprès des Tradinaires, A. Viaut, Vendays-Montalivet, 07/12/1993).

32 Terminologie employée pour décrire les situations de diglossie (cf. FERGUSON C.A., "Diglossia". World, vol. 15, p. 325-340 ; FISHMAN J.A., "Bilingualism with and without Diglossia ; Diglossia with and without Bilingualism". The Journal of Social Issues, XXXIII-2, p. 29-38 ; BOYER H., Langues en conflit : études sociolinguistiques. Paris : L'Harmattan, 1991, 274 p.

33 Cf. GENETTE G., Figures III. Paris : Le Seuil, 1972, p. 229.

34 MARC E., "Le récit de vie ou la culture vivante". Pratiques, no 45, 1985, p. 46.

35 Ibidem, p. 50.

36 Genre pour lequel nous avons proposé des contours in VIAUT A., "La literatura populara coma expression de l'identitat locala e vilatgesa : lo "revistament" en Medòc I (La Littérature populaire comme expression de l'identité locale et villageoise : la revue de village en Médoc I). Lengas, revue de sociolinguistique, no 15, 1984, p. 37-67 ; et suite II Lengas, revue de sociolinguistique, no 16, 1984, p. 51-72. Voir en particulier la partie II dans le no 16 de Lengas.

37 Pour les deux traductions de M. Lies ("Lo fifraire" et "La mair dau vènt"), voir Le Joueur de fifre / Lou Pifrayre (p. 116-123), Compère Louison et la Mère du Vent / Coumpay Louïsoun é le May dou Bén (p. 124-134) ; et pour la traduction faite en groupe ("lo jornalèir"), voir Le journalier / Lou Journalé (p. 200-201), in ARNAUDIN F., Contes populaires de la Grande-Lande (Édition établie par Jacques Boisgontier et présentée par Guy Latry avec les commentaires de Marie-Claire Latry. Bordeaux : Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne / Éditions Confluences, 1994.

38 Cf. FABRE D., "Introduction. Seize terrains d'écriture". In Par écrit : ethnologie des écritures quotidiennes. Op. cit., p. 40.

39 Cf. à ce sujet LAHIRE B., "Masculin-féminin : l'écriture domestique". In Par écrit : ethnologie des écritures quotidiennes, sous la direction de D. Fabre. Paris : Editions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1997, p. 145-161.

40 Nous ajouterons un texte de tradition orale, la chanson "La Malhoqueta", transmis par M. A. Lambert en 1984 ainsi que deux autres textes, apportés par M. François Barré en 1987 et 1988, "La talha dau bruc" et "Don Camillo".

41 Dans le sens développé in MOUCHENBLED R., Culture populaire et culture des élites. Paris : Flammarion, 1978, 398 p.

42 Cf. GENETTE G., Fiction et diction. Paris : Le Seuil, 1991, p. 1l-40.

43 Ibidem, p. 37-40.

44 Témoignage fourni par D. Baron (enquête enregistrée. A. Viaut, Hourtin, 14/12/1993).

45 En nous référant à l'analyse de Robert Lafont dans son article : "Sus la cultura : practica de la desalienacion" (Viure, revista occitana trimestrala, no 18-19, 1969, p. 2-6). De fait, nous entendons plutôt là une transposition de cette notion appliquée dans son principe à la création littéraire en occitan "qui abandonna le provincialisme et le rituel félibréen pour l'universalisme, comme on aimait le dire à cette époque, entre 1936 et 1950 à peu près. C'était la littérature souvent définie du "comme si" (traduit de l'occitan, p. 2). Dans le cas qui nous occupe, le texte est prudent quant aux allusions à l'importance d'une communication en oc, au quotidien ou, de façon plus restrictive, à l'intérieur du groupe des Tradinaires lui-même lors de ses réunions.

46 Marcelle Durous, âgée de 87 ans au moment où nous l'avons rencontrée en 1994 (enquête enregistrée, A. Viaut, Vendays-Montalivet, 24/03/1994).

47 Cf. VIAUT A., "L'"Escòla medoquina" ou l'influence félibréenne en Médoc". Garona, Cahiers du CECAES (Université de Bordeaux III) no 11 1994 p. 66.

48 Cf., entre autres ouvrages, plutôt dithyrambiques, consacrés à l'abbé Bergey : HILAIRE-DARRIGRAND H., L'abbé Bergey, héros des champs de bataille, tribun populaire législateur clairvoyant. Paris : La Colombe, 1956, 154 p.

49 BERGEY abbé D.M., Ché lous praoubes (estudos dé ché nous aouts). Chez les pauvres (études de chez nous). I : Ma Garbetto : ma petite gerbe). Récits et poésies en langue d'oc (contrée de Lesparre). Bordeaux : Éditions de La Revue Méridionale, 1923, 101 p.

50 Cf. VIAUT A., "Prêtres gasconnisants du Bordelais (fin xixe-début du xxe siècle)". In Actes du quatrième Congrès international de l'AIEO Association Internationale d'Études Occitanes. Vitoria : aieo, 1994, p. 622-626.

51 Même si les choix graphiques retenus pour ce texte, daté de 1929, diffèrent un peu de ceux qui sont à la base de Ché lous praoubes (cf. supra note 42), daté, lui, de 1923, des détails significatifs peuvent être néanmoins mis en avant pour appuyer notre dire. Certes, les sons diphtongués du type [aŭ], [εŭ], [iŭ], etc. sont notés avec <ou> du français, ils sont notés avec <u> à l'occitane en 1929 dans "Lou pelerinatze à Nosto-Damo". En revanche, l'emploi, tant en 1923 qu'en 1929, du graphème <o> du français pour noter en fait la réalisation [u] du phonème final atone [a], de même que l'emploi de la lettre <h> pour noter aouhan (cf. avant en graphie classique, français : "avant") en 1923 et auhant en 1929 constituent des détails révélateurs de ces choix propres à D.M. Bergey également confortés par une identité de langue dans les deux publications.

52 PÉPIN D’ESCURAC A., "Une légende du Bas-Médoc". Revue catholique de Bordeaux, 1881, p. 295-305, 332-342.

53 Cf. VIAUT A., Récits et contes populaires du Bordelais / Le Médoc. Paris : Gallimard, 1981, p. 90-91.

54 Cf. à ce sujet : GARDY Ph., Donner sa langue au Diable. Vie, mort et transfiguration d'Antoine Verdié, Bordelais. Suivi d'un "Essai de bibliographie des œuvres gasconnes et françaises d'Antoine Verdié". Montpellier, Eglise-Neuve-d'Issac : Section française de I'aieo, Fédérop, 1990, 268 p.

55 Cf. BERTHAUD P.L., "Gric de Prat et la littérature gasconne du Bordelais". Bulletin de la Société des Bibliophiles de Guyenne, 1939, p. 65-71 ; et VIAUT A., Le texte occitan du Médoc : inventaire bibliographique. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1977, p. 64-66.

56 Ainsi pouvons-nous citer : Mèste Verdié. Òbras gasconas. Bordeaux : Ostau occitan, A Tots, Per noste, 1979, 157 p. ; BARREYRE E., Las malinèiras. Pessac : Princi negre, 1983, 175 p. ; MORA P., Letras d'exilh. Pessac : Princi negre, ieo (sector Edicion), L'Esquiròu, 1985, 143 p.

57 Notion proposée in VIAUT A., "La literatura populara coma expression de l'identitat locala e vilatgesa : lo "revistament" en Medòc" I. Op. cit., p. 41-42.

58 Notion développée in Tradition orale et identité culturelle : problèmes et méthodes, sous la direction de J.-Cl. Bouvier. Paris : CNRS, 1980, p. 39-40 : "Enfin ce terme d'"ethnotextes", s'il désigne avant tout des documents oraux, peut s'appliquer aussi à un certain type de documents écrits que nous voulons recueillir et analyser. Cela peut apparaître surprenant de réintroduire ainsi l'écrit dans une recherche consacrée aux richesses orales de la culture populaire ! Mais, on l’a déjà entrevu en parlant de la littérature orale, l'interférence entre l'écrit et l'oral est constante dans la tradition orale du conte ou de la chanson. 11 importe donc de connaître les recueils imprimés ou non, les feuilles volantes qui ont pu être lues par les habitants du lieu d'enquête et ainsi servir de relais dans la transmission de ces œuvres, mais il y a aussi les cahiers sur lesquels on a recopié des chansons, des complaintes, des contes, qu'on a entendus ou qu'on a dits soi-même, et que l'on a souhaité fixer par écrit pour les soustraire à l'oubli. La confrontation entre ces documents et les résultats des enquêtes sur le terrain est évidemment d'un grand intérêt pour le chercheur. Mais cela vaut aussi — et même à plus forte raison — pour les textes oraux "non-littéraires". Il peut exister, ici ou là, des journaux intimes, des livres de raison, ou tout simplement des lettres, des cartes postales, dans lesquels les habitants d'une commune ont noté certains usages ou coutumes locaux, certains événements de portée locale ou nationale, etc. tels qu'ils les percevaient eux-mêmes. Dans certains cas ces documents peuvent être plus élaborés et même plus officiels : ce seront par exemple des monographies faites par l'instituteur ou le curé de la commune ou du quartier. Mais, quelle que soit la nature et l'importance de ces textes, ils doivent être recensés et analysés par le chercheur. Car présentant les données de la culture régionale sous un autre éclairage, et dans un autre style, ils sont le complément indispensable de l'enquête orale".

59 Revue éditée en Belgique, éditée par le Comité roman du Comité belge du Bureau Européen pour les langues les moins répandues et qui publie des textes littéraires en langues romanes de moindre expansion.

60 Los Tradinaires Groupe occitan de Vendays. Précis de grammaire du gascon du Bas-Médoc. Vendays : Los Tradinaires, s.d., 36 p.

61 L'ouvrage dont s'est inspiré le précis grammatical médoquin est le suivant : DARRIGRAND R., et GROSCLAUDE M., Grammaire abrégée du gascon Béarn, sud Gascogne. Orthez : Per Noste, 1976, 39 p.

62 PALAY S., Dictionnaire du béarnais et du gascon moderne. Paris : CNRS, 1991, 1053 p. Les données proprement médoquines de ce dictionnaire, notées "Méd.", auraient été fournies par Pierre-Louis Berthaud (1899-1956), originaire de Gaillan-en-Médoc, bibliographe et occitaniste, auteur d'ouvrages et d'études spécialisés sur la littérature occitane du Bordelais, en particulier une Bibliographie gasconne du Bordelais (Bordeaux : Taffard, 1942, 89 p.) et La littérature gasconne du Bordelais (Paris : Les Belles-Lettres, 1953, 123 p.)

63 Au cours de la recherche sur la toponymie du canton de Lesparre-Médoc réalisée par Mme Bénédicte Boirie-Fénié en 1986, le groupe fut ponctuellement sollicité en ce qui concerne particulièrement la commune de Vendays-Montalivet.

64 Enquêtes effectuées auprès du groupe des Tradinaires en 1994 par M. Guy Dussaussois, botaniste, en vue de la réalisation d'une Flore occitane et gavache de la Gironde. Les données apportées par les Tradinaires sont en particulier représentatives de la partie nord-ouest du Médoc.

65 ROBINE N., "Les relations de la lecture et de l'écriture entre psychologie et sociologie : représentations et investissements". In Les interactions lecture-écriture. Actes du colloque organisé par l'équipe Théodile-Crel (22-24/1 1/1993) réunis et présentés par X. Reuter, Bern : P. Lang, 1994, p. 178.

66 Ibidem, p. 181.

67 Ibidem, p. 182.

68 BOYER H., "Les temps dans la mise en scène du vécu : le récit de vie comme écriture". Pratiques, no 45, mars 1995, p. 52.

69 Ibidem.

70 ABASTADO Cl., "Les récits de vie comme objet sémiotique". Revue des sciences humaines, 1983-3, no 191, p. 8, cité par BOYER H. Op. cit., p. 53.

71 GARDY Ph., "Tradition occitane et passage à l'écriture : l'obsession de l'oralité". In Kalevala et traditions orales du monde. Colloques internationaux du CNRS. Paris : Éditions du CNRS, 1987, p. 516.

72 Ibidem, p. 518.

73 BLOOMFIELD L„ Language. New York : Holt, Rinehart & Winston, 1933, p. 21, trad. fr. : Le langage. Paris : Payot, 1970. Repris in FERREIRO E., "Psycholinguistique et conceptualisation de l'écrit". In L'"illettrisme" en question, sous la direction de J.-M. Besse. Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 1992, p. 89.

74 GOODY J., La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage. Paris : Les Editions de Minuit, 1979, p. 97.

75 DOSSIN I., "Écrire c'est se faire entendre : l'écriture en langue maternelle". Aquitaine, revue de la SEFCO, t. XXVI, p. 14).

76 FERNÀNDEZ Mc CLINTOCK J., "Campos léxicos : desplazamiento semántica y movimiento regionalista". Lletres asturianes, 18, 1985, p. 62 : "Es el bable el que tiene más fuerza en la síntesis inmediata y concreta de contextos. totaliza sin hacerlo por abstracción".

77 Ibidem.

78 BLANES E., "Et pourtant ils écrivent". Bulletin des Bibliothèques de France, t. 37, 1992, p. 33.

79 Cf. HALTÉ J.-Fr., "Savoir écrire, savoir faire". Ateliers d'écriture. Pratiques, no 61, mars 1989, p. 35.

80 Témoignage fourni par M. Lies (enquête enregistrée, A. Viaut, Gaillan-en Médoc, 15/12/1993).

81 P.A. Delbeau a effectivement été professeur, d'anglais en l'occurrence, puis directeur de collège. Le pli fut ainsi pris à l'époque où il intervenait à Vendays dans le cadre du groupe occitan et, prenant sa suite, je reçus, quoique de façon tout à fait informelle et occasionnelle, cette appellation.

82 Ainsi présentées : "les phases successives d'activités et leur minutage approximatif ; la formulation des consignes, ou énoncés des tâches à exécuter ; la nature des inducteurs, selon les cas, textes, mots ou éventuellement objets proposés aux participants pour déclencher l'écriture ; les modalités et matériel nécessaire pour la socialisation des écrits ; les axes principaux d'analyse des productions" in GARCIA-DEBANC Cl., "De l'usage d'ateliers d'écriture en formation d'enseignants de français". Ateliers d'écriture. Pratiques, no 61, mars 1989, p. 34.

83 TOCHON Fr., "L’atelier d’écriture : du projet aux organisateurs didactiques". Ateliers d'écriture. Pratiques, no 61, mars 1989, p. 91-110.

84 Couvre l'ensemble de la presqu'île médoquine sur 96.2 MHz.

85 Nom courant donné par exemple à la fête de fin des vendanges dans tout le Médoc. "Aucat" semble être le nom générique donné à l'oie en troupeau. Sinon, l'oie femelle se dit auca comme ailleurs et aucat a aussi le sens actuellement d"'oison".

86 Littéralement "ceux qui mettent de côté, qui rangent". La transcription, quoique se servant de l'orthographe classique occitane pour l'essentiel, colle néanmoins à la phonie locale par le choix de la notation <-t-> pour celle, <-pt->, qui devrait classiquement figurer dans recaptaires.

87 VANOYE Fr., "Aux sources de l'écriture". Ateliers d'écriture. Pratiques, no 61, mars 1989, p. 57-67.

88 REUTER Y., "Enseignement de l'écriture. Histoire et problématique". Ateliers d'écriture. Pratiques, no 61, mars 1989, p. 82.

89 BRICE HEATH Sh., "Tradition orale et tradition écrite". Revue internationale des Sciences Sociales, no 1, 1984, p. 42.

90 Cf. GOODY J. Op. cit., 275 p.

91 DABENE M., "Compétences scripturales et pratiques d'écritures". In L'"'illettrisme" en question, sous la dir. de J.-M. Besse, MM. de Gaulmyn, D. Ginet, B. Lahire. Lyon, Cahiers de PsyEF, no 2, p. 101-107, p. 104.

92 Témoignage de S. Allard (enq. A. Viaut, Vendays-Montalivet, 28/05/1997).

93 Mme A. Charua qui est l’auteur d'études historiques sur cette partie du Médoc : Une bourgade du Bas-Médoc Vendays-Montalivet. Pauillac : Société Archéologique et Historique du Médoc, 1992, 155 p. ; Le Bas-Médoc à la veille de la Révolution : société et santé. Pauillac : Société Archéologique et Historique du Médoc, 1997, 157 p.

94 Voir, pour ce type d'approche, par exemple : CASANOVA B., "Psychanalyse et langue maternelle". Langue française, no 54, mai 1982, p. 108-113.

95 Avancèir, ou davancèir, a le sens d'"ancêtre" en Médoc.

96 Tel est le cas, ainsi, d'Eliette Dupouy à Belin-Beliet (33) dont un recueil de textes vient d’être publié : Los contes e les istoèras de Jantí : en gascon et en français. Belin-Beliet : Princi negre, 1997, 143 p.

97 Renseignements communiqués par M. G. Dulau le 28/02/1998.

98 Dates de parution des Chroniques bazadaises : 1987, 1988, 1989, 1992, 1995, 1996, 1997. Principe de parutions bilingues avec les textes gascons écrits dans deux graphies : francisée et normalisée. Des notices biographiques accompagnent en outre la publication de textes. Si ces chroniques s'appuient pour la plupart de leurs textes sur la production des membres du groupe "langue et cultures gasconnes" de l'association Bazas Culture, cela ne l'empêche pas de mêler régulièrement à ces textes des écrits en gascon provenant du Bazadais mais d'époques et personnes ne correspondant pas à l’activité du groupe.

99 BIBES J.E. ; CAZAUVIEILH B. ; DESPUJOLS J.E. ; DULAU G. ; MARTIN H. ; TRESARIEU B., Dictionnaire de mots usuels français-gascon (Bazadais). Bazas : Bazas Art Culture Tradition (Commission langue gasconne), 1983, 98 p. ; et DULAU G., Lexique alphabétique français-gascon (Bazadais), à partir des premiers travaux de la commission "Langue gasconne" de l'association Bazas, Art, Culture, Tradition. Bazas : Bazas, Art, Culture, Tradition, 1994, 351 p.

100 Renseignements communiqués par M. G. Dulau le 28/02/1998.

101 Le Dictionnaire occitan-français d'après les parlers languedociens de L. Alibert (Toulouse : Institut d’Études Occitanes, 1977 [1966]) donne le sens suivant au mot sened : "réunion de femmes ; assemblée de médisants ; conseil, réunion, comité. Etym. L. synodus".

102 BODON J., Lo libre de Catòia. s.l. : Lo Libre occitan, 1966, 190 p. et BODON J., La grava sul camin. s.l. : Institut d'Estudis Occitans, 1976 [1956], 166 p.

103 LAUS C., La coa de la cabra. Valderiès : Vent terrai, 1978, 231 p.

104 RIUCROS M. de, Racontes apecilhats. Albi : Lo Sened, 1990, 156 p.

105 COHEN I., "Lo bichard e la lenga : images de la langue occitane dans La Faraça". Lengas revue de sociolinguistique, no 32, 1992, p. 95-117.

106 Ibidem, p. 102.

107 Ibidem, p. 101.

108 La Faraça, Groupe occitan des Vans. En cò nòstre : parler et coutumes du Pays des Vans et des régions environnantes. s.l. : La Faraça, 1991, 472 p.

109 COHEN I. Op. cit., p. 96.

110 Cf. BIBES J.E. ; CAZAUVIEILH B. ; DESPUJOLS J.E. ; DULAU G. ; MARTIN H. ; TRESARIEU B., Dictionnaire de mots usuels français-gascon (Bazadais). Bazas : Bazas Art Culture Tradition (Commission langue gasconne), 1983, p. 5, in Avant-propos : "Chaque mot du parler bazadais est transcrit à l'aide de deux graphies différentes en regard du mot français correspondant : l'une qui utilise le système grapho-phonétique du français devrait faciliter à tout lecteur francophone une prononciation correcte ; l'autre qui respecte les règles de l'écriture normalisée permet une liaison avec les autres parlers ou dialectes occitans. Il va de soi que la prononciation est identique quelle que soit la forme écrite considérée".

111 Cf. DULAU G., Lexique alphabétique français-gascon (Bazadais), à partir des premiers travaux de la commission "Langue gasconne" de l'association Bazas, Art, Culture, Tradition. Bazas : Bazas, Art, Culture, Tradition, 1994, p. 6 (Clés pour la lecture) : "Chaque mot du parler bazadais est transcrit selon deux graphies différentes. La première respecte les règles de l'écriture classique normalisée établie par l'Institut d'Études Occitanes. La seconde (en italique) utilise le système grapho-phonétique du français avec l'appoint complémentaire de signes diacritiques. Bien qu'imparfaite, elle devrait faciliter à tout lecteur francophone une prononciation correcte dans la plupart des cas. Nous regrettons cependant de n'avoir pu utiliser, pour diverses raisons, l'alphabet phonétique international (A.P.I.) qui permet de noter sans équivoque chaque phonème".

112 Cela a pu être l'occasion pour certains de découvrir les recueils de littérature orale grand-landaise de Félix Arnaudin, voire des publications de Max Rouquette ou de Bernard Manciet, deux écrivains occitans actuels célèbres.

113 Témoignage de S. Allard (enq. A. Viaut auprès des Tradinaires, Vendays-Montalivet, 10/10/1995).

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Communes du Médoc représentées au sein des Tradinaires
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Carte 2 - Domiciliation des membres des Tradinaires pour les années 1980, 1982,1 988, 1994, 1997
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Graphique 1 - Évolution des effectifs totaux des Tradinaires
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Graphique 2 - Évolution globale du nombre de textes de 1980 à 1996
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Graphique 3 - Évolution comparée du nombre d'auteurs selon le sexe de 1980 à 1996
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Graphique 4 - Évolution des effectifs des hommes et des femmes du groupe des Tradinaires
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14784/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Graphique 5 - Évolution comparée de la production de textes par les femmes et les hommes de 1980 à 1996
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14784/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Graphique 6 - Évolution du nombre total d'auteurs de 1980 à 1996
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14784/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Graphique 7 - Évolution du nombre total d'auteurs par rapport aux effectifs totaux des Tradinaires de 1980 à 1996
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14784/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search