Version classiqueVersion mobile

Écrire pour parler : Los Tradinaires

 | 
Alain Viaut

Une quête de langue

Texte intégral

1L’objet de cette étude concerne des personnes, les Tradinaires, qui se réunissent depuis maintenant près de vingt ans à la pointe du Médoc pour retrouver leur langue, l'occitan local. Pour ce faire, l'écrit dans cette langue, de moyen est devenu une fin. C'est cette activité d'écriture en langue minoritaire dont l'épicentre se situe dans la commune de Vendays-Montalivet, que nous présentons ici. Cette écriture a manifestement été un moyen pour mettre en évidence un lien avec une communauté et un lieu. Territoire d'une langue en train de s'estomper ou langue servant à cerner ce même territoire, ce processus, dans sa spontanéité ne s'est pas accompagné d'un discours sur les racines ou l'identité. Tout est passé par la langue, motivation et objectif. On n'échappera cependant pas à un discours sur l'identité, ne serait-ce que pour la délimiter et en prendre la mesure. Se dire par rapport à une communauté selon un processus sociocognitif et s'inscrire ainsi à l'intérieur d'un territoire non pour s'y enfermer mais pour le caractériser culturellement afin de se dire aux autres, il est vrai que cela participe d'une démarche d'identification. Identification de la langue que l'on désigne comme sienne en lui donnant forme par l'écrit face à une oralité défaillante. Si cela veut sans doute dire que la manifestation d'un intérêt pour une langue dévalorisée comme l'occitan constitue une preuve d'attachement sinon de loyauté, il n'en demeure pas moins vrai que cela peut être le fruit d’une certaine nostalgie ne débouchant pas forcément sur une instrumentalisation au présent de la langue en question. Plus modestement, il s'agit déjà de la retrouver et d'en éprouver sa capacité créatrice et communicative.

2La démarche d'écriture en langue régionale à laquelle nous allons nous référer ici a, dès le départ, impliqué une interrogation quant à l'identification de la langue qui était choisie pour ce faire. La nommer revenait aussi à se nommer quelque part soi-même, cette langue faisant partie de l'histoire des membre du groupe et, par conséquent, de leur identité en tant qu'individus rattachés à une communauté plus large. Occitan, patois, Médoc furent considérés, une fois cernée l'articulation de ces désignants entre eux, comme des éléments dignes d'être à la base d'une argumentation d'une nouvelle appropriation. Appropriation non plus causale et inconsciente mais réflexive et consciente.

3Si cette initiative détermine un retour en arrière, sur le temps de la langue et de ses origines, sur la mémoire de la langue socialisée, du temps où elle fonctionnait au quotidien, l'identification au français standard y est en même temps perçue comme allant de soi tout en n'apparaissant pas comme une évidence aussi aveugle que monolithique. Il est aussi fait appel à d'autres références, également linguistiques, qui signent simplement un constat de réalité : celui de l'existence d'une autre langue, en propre, même si elle est devenue résiduelle. L'identité ne se vit pas alors comme une île mais comme le non-rejet, voire l'acceptation et la promotion de ses différentes composantes. À moins qu'elle ne participe d'une construction idéologique de l'insularité, elle ne saurait être isolement mais recherche de repères et de similitudes afin de mieux s'appréhender.

4Si le passage à l'écriture consacre alors un choix d'objectiver le monde et soi-même, c'est prendre la responsabilité de se positionner. En l'occurrence, ici, cette initiative s'accompagne d’un choix de langue qui va à contre-courant du mouvement général sans pour autant se refermer sur lui-même. Le simple choix de langue est davantage lié à l'expression d'un besoin spontané qu'à une prise de conscience. Le besoin d'œuvrer pour redécouvrir a primé celui de réfléchir pour comprendre. C'est d’une démarche intuitive et active en même temps qu'il s'agit.

  • 1 Cf. ainsi DONNAT O. et COGNEAU D., Les pratiques culturelles des Français 1973-1989. Paris : La Dé (...)
  • 2 Les pratiques culturelles de ruraux. Développement culturel, no 61, février 1985, 6 p.
  • 3 Cf. DONNAT O., Les amateurs. Enquête sur les activités artistiques de Français. Paris : Ministère (...)

5Si l'on tient compte des résultats d'enquêtes sur les pratiques culturelles des Français de ces dernières années1 on saura que ce sont les agriculteurs qui écrivent le moins et que ce sont les communes rurales de cantons entièrement ruraux où il y a le moins d'individus qui font cela pour le plaisir (moins de 5 %). Il apparaît néanmoins que, s'ils lisent également peu, ces ruraux sont des lecteurs assidus de la presse régionale. Par ailleurs, une enquête sur Les pratiques culturelles de ruraux publiée en 19852 révélait alors que le nombre de lecteurs augmentait proportionnellement plus dans les communes rurales que dans le reste de la population tout en demeurant encore le plus bas. Si l’on admet que, sans être totalement agricole, du fait d’une activité de service et d'un secteur tel que le bâtiment en liaison avec le tourisme balnéaire ou d'une faible activité de transformation du pin, la partie du Médoc concernée par l'activité des Tradinaires est largement marquée tant économiquement que culturellement par la ruralité. Il apparaît aussi, au résultat d’un examen de différentes enquêtes récentes3, que la moitié des écrivants répugnent à livrer leur production à la curiosité d'autrui. D'ailleurs, 80 % de ces mêmes écrivants exercent leurs talents à domicile. Face à cela, sans que l'on puisse affirmer que ce groupe médoquin, qui s'est voué à l'écriture en langue minoritaire, l'occitan en l'occurrence, dans un cadre collectif débattu, constitue d'ailleurs un atelier d'écriture, ce que nous évoquerons plus loin, nous devons constater son côté un peu atypique dans la mesure où il évolue dans un milieu largement empreint de ruralité ne serait-ce que par l'histoire de nombre de ses membres. Or, nous pouvons déjà répondre que c'est assez largement du fait de ce choix de l'occitan que ce type d'activité s'est développé, l'occitan restant encore très présent dans le lexique et la syntaxe du français standard régional. La maîtrise de l'écriture, si celle-ci se présentait comme une éventualité, ce qui s'est produit dans ce cas précis, devait buter sur ce problème de la maîtrise elle-même de la langue, quelle qu'elle soit. Le choix d'écrire, sans parti pris sociolinguistique militant, supposait un sentiment de sécurité face à l'aspect formel et normatif de la langue retenue pour ce faire et s'est simplement orienté vers la résolution de ce problème qui en cachait un autre : celui de l'identification linguistique. Cette attitude aura pu déboucher sur une réelle productivité éclairée par une appréhension plus consciente et maîtrisée du contact linguistique entre français et occitan local, même si cela fut accompagné du constat de différents décalages dans les possibilités d'expression attendue de chacune de ces langues, possibilités perçues à travers des biographies personnelles elles-mêmes généralement liées à un milieu socio-culturel et physique particulier.

6Vendays-Montalivet est située dans le canton de Lesparre-Médoc (cf. carte 1, p. 23), dans le prolongement de la partie landaise du Médoc, le long de la côte océane. La pointe du Médoc dont fait partie ce canton avec celui de Saint-Vivien-de-Médoc, au nord, représente environ 15 % des 153 000 habitants du Médoc. En plus des deux cantons susmentionnés, le Médoc comprend également ceux de Pauillac, Saint-Laurent-Médoc, Castelnau-de-Médoc, Blanquefort et Saint-Médard-en-Jalles. Cette démographie locale subit néanmoins dans la zone océane dont fait partie la commune de Vendays-Montalivet des variations importantes puisque, dans ce dernier cas, la population passe d'environ I 700 habitants en temps normal à 35 000 en période estivale. Cet afflux est en partie dû au succès de cette station connue depuis une cinquantaine d'années maintenant pour être ouverte au naturisme. En dehors de cette activité touristique, désormais essentielle avec la forêt, Vendays connaît des difficultés pour favoriser le développement d'autres sources d'emplois du fait de sa situation excentrée, non compensée par des voies de communication plus efficaces que celles qui existent jusqu'à présent en Médoc. Cela pourrait être de nature à renforcer cette image de marginaux qui transparaît parfois dans les médias au sujet du Médoc en général à l'occasion des épisodes de la chasse à la tourterelle. L'intérêt développé à partir de cette commune pour l'occitan, indifféremment nommé ainsi ou "patois" d'ailleurs, pourrait aussi être interprété de façon par trop primaire de cette façon s'il ne s'en détachait, ainsi que nous estimons le voir, une appréhension autre, soucieuse d'ouverture et d'un questionnement sur la nature et la raison d'être au monde de cette langue. Loin d'être une ressource touristique de plus, cette mise en exergue signe en fait une question sur la relation entre personnalité culturelle et ouverture au monde à un niveau tout à fait pragmatique.

7Bien sûr, cette activité d'écriture en langue minoritaire apparaît à une époque où les Français et, plus généralement, les Européens, découvrent avec intérêt leur propre altérité interne, s'efforcent de la cerner, de la promouvoir tout en la modernisant. La meilleure connaissance de l'autre que cela peut favoriser à l'heure où le souci d'unification linguistique censé favoriser les échanges entre les individus dépendant d'un même pouvoir étatique est sans doute moins à l'ordre du jour qu'il y a plusieurs décennies du fait du développement des outils de communication, ces derniers favorisent singulièrement le plurilinguisme, la traduction et vont aussi bien dans le sens de la transversalité au bénéfice de grandes langues de communication que dans celui de la diversité au profit des langues les moins répandues. Ces dernières langues, dans de nombreux cas, ont déjà perdu beaucoup de locuteurs et de possibilités, internes et externes, d'utilisation et leur avenir, malgré cet intérêt manifesté à leur endroit, est évidemment incertain. Face à ces situations, les pouvoirs publics concernés peuvent opter pour une attitude de défiance, d'indifférence que d'aucuns jugeront d'ailleurs coupable, ou contribuer efficacement à gérer en faveur des langues ainsi minorées un aménagement linguistique favorable.

  • 4 Circulaire no 66-361 du 24/10/1966 prévoyant la mise en place des Commissions Académiques d'Études (...)

8Mais si développer un intérêt pour ces langues minoritaires, à implantation territoriale dans ce cas, ou "régionales" en France depuis 19664, suppose une demande structurée et des moyens en réponse, à côté de cela, des initiatives spontanées ont pu se faire jour, en dehors des circuits connus, et apporter ainsi le témoignage d'une interrogation sur la langue, sinon d'un plaisir de la retrouver et de la cultiver. Car, même si le résultat est bien de participer à une nouvelle sorte de socialisation de la langue régionale, certes symbolique puisqu'elle ne concerne et n'informe que peu de gens, il s'agit aussi d'un labeur patient, tant individuel que collectif — une langue ça sert à communiquer —, visant à retrouver une identité culturelle inscrite dans une communauté et contribuant à singulariser un individu. Si d'autres moyens existent pour arriver à ce résultat, l'émergence des identités régionales en fait montre, l'écrit, en affichant une langue ou en étant le support d'une activité créatrice en soi prestigieuse, porte aussi la signature d'un sujet écrivant.

  • 5 Cf., pour cette terminologie : FERGUSON C.A., "Diglossia". World, vol. 15, p. 325-340.
  • 6 Cf. BOYER H., "Les temps dans la mise en scène du vécu : le récit de vie comme écriture". Pratique (...)

9Le fait que ce lien passe par la langue régionale n’est pas anodin. Alors que l'écriture, selon une vision diglossique classique5, serait plutôt attachée à la variété ou à la langue dominante, nous la voyons là s'investir dans la langue subalterne, voire agonisante sous sa forme traditionnelle en tout cas. Ce travail d'auto-identification se fait dans cette langue et les auteurs tradinaires dont il sera question dans cet ouvrage n’ont pas mis au service de la langue du lieu une compétence qu'ils auraient préalablement développée en français, langue pour laquelle ils possédaient à la base les outils pour l'écrire, mais ont d'abord utilisé l'occitan pour cet exercice, celui de l'"écriture", même si le français garde sa place prééminente comme langue possible de cette même "écriture", de création, et encore plus comme langue obligée de "scription", formelle et publique pour résumer6.

10Ainsi, dans ce qui particularise peut-être le plus cette écriture en occitan en relation avec l'expression identitaire au sein de ce contexte particulier dont nous exposerons plus loin les caractéristiques, tant individuelles que collectives, pourrions-nous au moins distinguer la langue comme matière et miroir de l'identité collective et la langue comme recours d'une identité individuelle en quête de jalons pour baliser les nuances de la langue familière, traces parfois de L'ancienne" langue, de la jeunesse, substrat du français régional, ou pans d'occitan du Médoc compris et éventuellement pratiqué.

11Avant d'en arriver à ces interrogations, j'ai été amené à connaître le groupe occitan de Vendays dans le courant de l'année 1983 — ce n'est qu'un peu plus tard qu'ils prirent de noms de "Tradinaires", mot sur lequel nous reviendrons plus avant (cf. infra p. 19) — par l'entremise de Pierre-André Delbeau, chanteur occitaniste connu des années soixante-dix, qui participait activement à son animation. À partir de là j'ai fréquenté ce groupe de façon plus ou moins régulière. Au fur et à mesure de ces contacts qui m'ont fourni la possibilité d'avoir recours à des personnes compétentes pour de nombreux renseignements concernant cette partie médoquine de l’ensemble linguistique d'oc, je me suis tout autant lentement familiarisé avec cette variante d’occitan gascon bien conservée dans ses nuances malgré l'usage très réduit dans lequel elle est maintenant confinée qu'à leur fonctionnement collectif. C'est au résultat de cette lente imprégnation que l'idée est venue de faire le point sur leur activité. Le résultat le plus visible de celle-ci étant l'écriture de textes en occitan, le recensement et la réunion de ces derniers, leur saisie et la vérification de chacun d'entre eux, soit 160 de 1980 à 1996, constitua la première phase de ce travail initié en accord avec le groupe. À partir du moment où une perspective éditoriale était offerte par la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, des compléments d'information furent recherchés et un travail d'analyse fut entrepris. Alors que les contacts avec le groupe continuaient comme auparavant, une série d'enquêtes fut mise en œuvre. Les unes par questionnaire ont visé à recueillir des renseignements d'ordre sociolinguistique notamment sur la connaissance et la pratique de l'occitan des Tradinaires. D'autres, individuelles ou à plusieurs, non directives et enregistrées pour la majorité d'entre elles, ont eu pour objectif de mieux connaître et comprendre l'histoire de ce groupe et les raisons de son choix de privilégier l'écriture dans leur démarche. Un calendrier des principales enquêtes par ordre alphabétique des noms des personnes contactées peut être établi comme suit :

  • Allard Sœurette J. : 21/12/1993
  • Baron Danielle : 14/12/1993
  • Bret Alix : 19/10/1993 ; 19/11/1993 ; 21/12/1993
  • Capdupuy Ginette : 18/01/1994
  • Charua Andrée : 07/12/1993
  • Debidas Marie : 20/11/1997
  • Delbeau Pierre-André : 10/05/1994
  • Lambert André : 19/11/1993
  • Lanneau Pierre : 18/01/1994
  • Laporte Henri : 15/02/1994
  • Laporte Léoncia : 25/01/1994
  • Lies Marcelle : 19/06/1992 ; 15/12/1993
  • Tradinaires (groupe) : 14/12/1992 ; 09/11/1993 ; 07/12/1993 ; 27/05/1997.

12Ces différentes données acquises et répertoriées, un classement des productions par genres dut être entrepris, vint ensuite un comptage à plusieurs niveaux des différents types de texte afin de déterminer la périodisation et les seuils de cette production. Il convenait également de savoir en quoi cette expérience pouvait être similaire ou originale par rapport à d'autres auxquelles elle pouvait ressembler. De ce point de vue, nous nous sommes limités au domaine occitan. Quant aux textes eux-mêmes, une recherche particulière a été menée sur leur lexique non connu ou insuffisamment identifié jusque-là. Restait alors à opérer un choix en vue d'une édition partielle de ces derniers, traduits par nos soins, choix forcément subjectif mais également raisonné afin de le rendre le plus représentatif possible de l'ensemble dont il est censé être une illustration.

13Dans le développement qui suit sera d'abord présenté le groupe des Tradinaires, de son implantation en Médoc jusqu'à ce qui le caractérise en tant que tel et à travers l'activité d'écriture en occitan de ses membres. Ce sera le lieu de s'interroger sur leur identification comme atelier d'écriture ainsi que par rapport à d'autres expériences approchantes, en domaine d'oc pour le moins ici. Après avoir présenté les principales caractéristiques de la variante nord-médoquine de l'occitan gascon utilisée par les Tradinaires pour écrire leurs textes, nous en viendrons à communiquer un choix de ces derniers, soit à peu près 40 % de l'ensemble du corpus. Les textes de cette anthologie, présentés dans leur langue d'origine et traduits en français, seront accompagnés de quelques notes d'édition. Le lexique qui, dans ces écrits, s'est avéré malaisé à identifier grâce à la seule traduction linéaire des textes, sera regroupé dans un chapitre à part. En fait, seront regroupés là deux listes de termes, l'une correspondant au choix des textes présentés dans cet ouvrage et l'autre issue du reste du corpus non édité ici mais attestant, conjointement à la première, la richesse de la langue employée par les Tradinaires.

Notes

1 Cf. ainsi DONNAT O. et COGNEAU D., Les pratiques culturelles des Français 1973-1989. Paris : La Découverte / La Documentation française, 1990, 287 p. ; et MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION. Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français en 1989 : enquête 1988-1989. Paris : La Documentation française, 1990, 243 p.

2 Les pratiques culturelles de ruraux. Développement culturel, no 61, février 1985, 6 p.

3 Cf. DONNAT O., Les amateurs. Enquête sur les activités artistiques de Français. Paris : Ministère de la Culture, 1996, p. 146.

4 Circulaire no 66-361 du 24/10/1966 prévoyant la mise en place des Commissions Académiques d'Études Régionales.

5 Cf., pour cette terminologie : FERGUSON C.A., "Diglossia". World, vol. 15, p. 325-340.

6 Cf. BOYER H., "Les temps dans la mise en scène du vécu : le récit de vie comme écriture". Pratiques, no 45, p. 52 ; ainsi que : Anthropologie de l'écriture, sous la direction de Robert Lafont. Paris : Centre Georges Pompidou, 1984, p. 153-154, où il est rappelé que "le 'prestige' n'est pas uniquement du côté de l'écriture (et / ou de la 'littérarité') ; dans certaines conditions, il peut être beaucoup plus du côté de la scription".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search