Version classiqueVersion mobile

L’occitan gascon en Catalogne espagnole. Le Val d’Aran

 | 
Alain Viaut

La normalisation de l'aranais

La normalisation orthographique de l'aranais

Texte intégral

LA COMMISSION DE NORMALISATION. ORTHOGRAPHIQUE DE L'ARANAIS

  • 107 R. MARTINEZ i DEU. Op. cit., p. 53.
  • 108 La graphie normalisée occitane est appliquée sur l'ensemble de l'aire linguistique d'oc et, de ce (...)

1Ainsi que nous l'avons déjà indiqué, la revendication identitaire et linguistique aranaise commença en 1977 avec la création de l'association "Es Terçons" (cf. supra, p. 45). La question de l'orthographe de l'aranais apparut dans un contexte un peu polémique, selon R. Martínez i Deu107, lors de la constitution, à Tredòs, de la "Comissió Pro-reinstauració de les Institucions Històriques de la Vall d'Aran" en juillet 1979 (cf. supra, p. 46). La définition de l'aranais comme variante du gascon et, au-delà ou non, de l'occitan, ne semblait pas faire l'unanimité. La nécessité de réunir des avis scientifiques sur ce sujet s'avéra alors nécessaire. La même année, un groupe de professeurs d'Université, présidé par le recteur de l'Université de Barcelone, A. M. Badia i Margarit, défendit l'identité gasconne et occitane de l'aranais. Il en découlait logiquement la validité de l'application de l'orthographe de l'occitan à cet idiome108. A partir de 1980, les choses se précisèrent lorsqu'eut lieu, à Vielha, à l'initiative du Musée Ethnologique du Val d'Aran, une réunion sur le thème de l'aranais ; Le Conseiller (Ministre) de la Culture et la Directrice Générale de la politique linguistique du Gouvernement de la Généralité, M. Cahner et A. Moll, linguiste elle-même, vinrent s'entretenir de ce sujet avec une large représentation de notabilités politiques, culturelles et civiles de la Vallée. Les responsables politiques catalans répondaient à un souci local ainsi qu'à l'article 3 al.4 du Statut d'autonomie de la Catalogne évoqué plus haut.

  • 109 Interview d'I. Marí réalisé à Barcelone, le 14/11/1983, par A. Puig.
  • 110 Eth dragon de Banhòles / legenda catalana adaptada e illustrada per E. Bofill; version en occitan d (...)

2Selon I. Marí109, Chef du Service de conseil linguistique (cf. organigramme p. 177), il avait paru logique d'entreprendre d'abord une codification de l'orthographe de l'aranais, avant de prévoir d'autres mesures concrètes, codification scientifique et qui soit acceptée des représentants des Aranais. Il fut posé, comme préalable, la reconnaissance commune que l'aranais se présentait, sans équivoque possible, comme une variante locale du gascon, branche caractéristique de la langue d'oc ou occitan. Une commission de spécialistes fut ainsi mise en place sous la présidence de M. Cahner, Ministre de la Culture. Elle était composée de : C. Ademà Mora (avocat, auteur d'une grammaire aranaise), A. M. Badia i Margarit (linguiste et sociolinguiste, Recteur de l'Université de Barcelone), P. Bec (philologue, professeur à l'Université de Poitiers), P. Busquets (écrivain aranaise), M. del C. Campà (auteur d'une étude de phonétique historique de l'aranais), M. Grosclaude (professeur de philosophie, spécialiste de gascon, X. Lamuela (linguiste, professeur à l'Université Autonome de Barcelone), I. Man (linguiste, Chef du Service de conseil linguistique de la Généralité), A. Moll (linguiste, Directrice Générale de la Politique linguistique de la Généralité), J.M. Pujol (linguiste, professeur à l'Université de Tarragone), M. E. Riu (enseignante, Directrice de la revue Terra Aranesa), J. Taupiac (linguiste, spécialiste de gascon), E. Vergès (enseignant, spécialiste de gascon aranais). La Direction Générale de la politique linguistique eut le souci d'une représentation équilibrée entre des linguistes catalans reconnus, tel A.M. Badia i Margarit, des linguistes qui avaient en plus des responsabilités administratives et politiques tels A. Moll et I. Mari, et des spécialistes du gascon et de l'occitan en général. X. Lamuela, linguiste catalan spécialiste d'aranais, fut proposé par les Aranais qui se déterminèrent aussi pour des personnes connues dans la Vallée à cause de leurs écrits en aranais et de leur connaissance de la culture Locale. Les Mairies d'Aran, celle de Vielha-Mijaran, en particulier, certaines personnalités, parmi lesquelles on doit citer F. Vergés, qui fera partie de la Commission de normalisation orthographique, jouèrent un rôle notoire. De même, les Aranais avancèrent les noms de linguistes et spécialistes venus du côté français, connus pour leurs travaux sur l'occitan, tels P. Bec, M. Grosclaude et J. Taupiac. Une mention spéciale doit être faite à propos de E. Vergès, Aranais, spécialiste de sa langue. Le travail préparatoire à la mise en place officielle et concertée de la norme orthographique d'oc en Aran était le fruit d'une collaboration E. Verqès X. Lamuela qui durait depuis 1977-78. En 1979, des rencontres eurent lieu à l'Université occitane d'été de Nîmes, entre MM. Bec, Grosclaude, Lamuela, Taupiac et Vergès, afin de discuter des questions de normalisation graphique de l'aranais et de l'application des normes de l'Institut d'Etudes Occitanes. La même année, parurent deux ouvrages, Eth Dragon de Banholes et Eth Doanèr e es cerides,110 contes pour enfants traduits du catalan en aranais par F. Vergés à l'aide d'une graphie qui allait être, trois ans plus tard, celle que la Commission de normalisation accepterait. En mai 1981, le "Cercle d'Aqermanament Occitano-Català" (C.A.O.C., Cercle de Jumelage Occitano-Catalan) rendit public, sur la pétition de ses membres aranais, un manifeste qui demandait :

  • 111 R. MARTINEZ i DEU. Op. cit., p. 53-54.

"... que la Commission de normalisation de l'orthographe de l'occitan aranais se mette très rapidement à l'oeuvre, qu'un recyclage soit organisé, sur le modèle du recyclage en catalan, pour les enseignants de la Vallée, que l'aranais soit traité a égalité avec le catalan, qu'il occupe au moins les mêmes horaires que le catalan..."111.

3Le manifeste réclamait en outre la présence de l'aranais dans les divers medias et la récupération du Conseil Général du Val d'Aran (cf. supra, revendication aranaise, p. 47). Le lien entre orthographe, statut linguistique et identité collective était fait assez clairement. Il ne se démentira plus par la suite.

4C'est à la même époque que la Commission mise en place par la Généralité, en concertation avec les représentants aranais, commença à se réunir. Après plusieurs séances de travail, de juin à octobre 1981, un accord se fit autour des propositions déjà avancées par MM. Lamuela et Vergès qui en avaient eux-mêmes débattu deux ans avant, à Nîmes, avec Mrs Bec, Grosclaude et Taupiac.

L'OPPOSITION A LA NORME OCCITANE

  • 112 Interview de M. del C. et M. T. Campà Grané réalisé à Bossòst, le 30/10/1983, par J. M. Sarpoulet (...)
  • 113 Voir par ex. La Vanguardia des 25/10/1980 et 04/11/1980, et Diario de Lérida du 20/05/1983. Inform (...)
  • 114 Prêtre originaire du val d'Aran, affilié au félibrige commingeois dont il appliqua les règles grap (...)
  • 115 M. del C. & M. T. CAMPA, J. MONTOYA, A. ANDRES. Un libret dera Val d'Aran. Barcelona : R. Vinyes, (...)
  • 116 Voir note no 50.
  • 117 Amás líric de'ra Val d'Arán. Viella: Parroquia de Viella, 1972.
  • 118 C. ADEMA MORA. Estudio sobre el dialecto aranés. Barcelona: Occitania, 1969.

5Une personne, M. del C. Campà Grané, d'accord sur le principe d'une unification graphique, refusa cependant, dès la première séance, les solutions proposées, au nom de pratiques graphiques antérieures dans la Vallée112. Celles-ci, à l'instar de certaines graphies félibréennes par rapport au français, s'inspiraient, dans leurs fondements, de notations composites qui empruntaient au castillan, au catalan et à des graphies anciennes de l'occitan. Ce genre de graphie se serait justifié du fait du nombre suffisamment grand de graphies romanes dont on peut s'inspirer, sans avoir besoin de diversifier encore les possibilités existantes en en construisant une de plus. L'argument n'était pas foncièrement nouveau. Et il y eut, de ce côté, la crainte partagée par d'autres Aranais, de voir dénaturer l'aranais par une graphie normalisée "occitane", un peu comme si la graphie occitane apportait avec elle une autre langue, qui aurait été l'occitan, devant désormais remplacer l'aranais. Cette position rencontra des adeptes auprès de certains collaborateurs aranais de l'"Escolo deras Pireneos", école félibréenne implantée en Comminges depuis le début du siècle. Le poète aranais J. Bersach Sabi fut une des personnes qui réagirent le plus à l'entreprise de normalisation orthographique de l'aranais sur le modèle dit "occitan". Après avoir écrit plusieurs articles dans la presse, La Vanguardia, El Correo Catalan, El Diario de Lérida113, de 1980 à 1983, il tenta, ainsi que nous le verrons plus loin (cf. p. 122), une action structurée, dans l'espoir de faire rendre inconstitutionnelles les normes finalement adoptées et reconnues. L'argumentation qu'il employait, dès 1980, visait à mettre aussi en relief la spécificité de l'aranais. Elle annonçait son but de le "protéger" d'une langue occitane de "laboratoire", et par conséquent artificielle et trop éloignée de la tradition aranaise. Il reconnaissait que l'aranais faisait partie du gascon, mais s'écriait qu'il n'avait rien è voir avec les Occitans, et surtout les occitanistes. Les choix de la Commission défigureraient la tradition linguistique aranaise telle que le "grand ancêtre", J. Condó Sambeat (1967-1919)114, seule référence vraiment légitime, l'aurait codifiée à travers ses productions littéraires. Les Aranais de la Commission de normalisation furent un peu considérés, à cette époque, par les tenants de ces positions, comme une "cinquième colonne", occitaniste. La graphie défendue par M. del C. Campà, qui est utilisée dans l'ouvrage Un Libret dera Val d'Aran115, publié en 1983, a l'avantage de mieux refléter une pratique antérieure, récente en Aran, que celle que défendit A. Bersach Sabi, même si toutes deux reposent sur les mêmes principes. Dans tous les cas, nous pouvons trouver des exemples de ces graphies "dépendantes" dans le Petit Missau aranés116, publié en 1978, et dans une certain mesure, dans l'Amas líric de'ra Val d'Aran117 de 1972, corrigé par C. Ademà Mora, auteur de l'Estudio sobre el dialecto aranés118 et membre de la Commission de normalisation. La revue Terra Aranesa également, à la fin des années 1970, publiait dans les diverses graphies "des auteurs".

6Avec quelques variantes suivant les cas, les règles retenues s'inspiraient globalement des graphies catalane, castillane, occitane médiévale et actuelle, française même. Par exemple, Mlles M. del C. et M. T. Campà notent <lh> et <nh> les sons [λ] et [p] à côté de <tch> pour [tʃ], <lh> et <nh> reprenant des solutions proprement occitanes et <tch> une solutions "à la française". C. Ademà adoptait par contre des solutions franchement catalanes en notant <ll>, <ny>, <tx> les sons [λ], [p] et [tʃ]. Pour mémoire, la graphie de l'"Escolo deras Pireneos", mise au point par son fondateur, le majorai B. Sarrieu (1875-1935), qui fut en usage surtout dans l'oeuvre de Mossen J. Condó Sambeat (1867-1919), auteur souvent cité dans le Val d'Aran, utilisait aussi les notations <lh> et <nh> de l'ancienne graphie d'oc. Mais elle présente des divergences avec les graphies hispanisantes de Campé, Ademé ou Terra Aranesa avant la commission de normalisation, pour la notation des sons [u] et [y]. Le choix s'est porté sur <u> et <û> dans les graphies hispanisantes, ou sur <ou> et <u> dans celle de B. Sarrieu.

  • 119 J. M. SARPOULET. "Quatre graphies pour une langue : description succincte des différentes graphies (...)

7Pour plus de détails, nous renvoyons au tableau comparatif des graphies de l'aranais établi par J.M. Sarpoulet et déjà publié dans la revue Garona119.

8Deux conceptions pourraient résumer ces options, qui semblent davantage répondre à des pratiques intuitives qu'à des préoccupations réellement scientifiques et systématiques.

9Ainsi, cela peut être une conception très particularisante. Elle pourrait être illustrée, à l'extrême, par la citation suivante, extraite de la préface de J. et Y. Ponsolle, membres de l"'Escolo deras Pireneos", à Era Isla de diamants de J. Condo Sambeat, recueil en fait de diverses oeuvres gasconnes de cet auteur, paru en 1981 :

  • 120 J. & Y. PONSOLLE. Introduction à Era Isla des diamants de Moussen J. Condo Sambeat. St-Girons : Es (...)

"Elle (la langue aranaise) est belle parce qu'elle est libre, aussi fluide que l'air des sommets et ce ne serait plus la langue aranaise si, par le plus grand des avatars qui puissent lui arriver, elle se laissait arrêter dans le temps, par une rigide codification, étrangère et moyenâgeuse, qui serait la négation de tout ce qui la rend vivante, grâce à la fraternelle présence du gascon et du catalan120.

10L'aranais se suffirait à lui-même et serait immortel tant qu'on le laisserait s'enrichir de ses puissants voisins, catalan, mais aussi, nous croyons bien, castillan, et surtout tant que l'on n'essaierait pas de le codifier, au moins dans sa graphie, avec quelque rigueur. On retrouve là une réaction désormais classique d"'idéalisation compensatoire", décrite par L.R. Ninyoles (cf. supra, p. 98), de la langue dominée. Il en découle un blocage, comme dans d'autres exemples en domaine d'oc, contre tout changement visant à redonner, en fait, du prestige à la langue B, mais dont on récuse, aussi fortement qu'implicitement parfois, sous des dehors de défense de la "beauté originelle", l'image reçue des présupposés idéologiques de telles démarches. Les préconisateurs de ces graphies particularisantes se justifient également en estimant qu'ils respectent ainsi la diversité des parlers locaux et de leurs prononciations spécifiques. L'expression de "graphie phonétique" se rencontre parfois dans leurs écrits. E. Astié, auteur d'un travail universitaire sur l'aranais, y répond ainsi :

  • 121 E. ASTIE. Op. cit., p. 24

"Ces graphies imposées (particularisantes) ont un caractère artificiel et l'attitude propre à des lettrés qui préconisent ou imposent une graphie dite phonétique au parlant afin que celui-ci comprenne mieux sa langue est ambiguë : ce type de graphie est certes intéressant lorsqu'elle est vraiment phonétique, par exemple celle de l'Alphabet Phonétique International, mais la plupart du temps, on reproduit l'à-peu-près des phonèmes d'une langue avec les graphèmes d'une autre langue aux sonorités différentes sinon opposées, ce qui la complique sérieusement et l'enfonce dans un localisme douteux qui la coupe de ses racines et des idiomes voisins"121.

11Il s'agit aussi, dans le cas aranais, de se démarquer d'une graphie "occitane" (cf. "étrangère et moyenâgeuse", dans la citation tirée de la préface de J. et Y. Ponsolle), en somme non proprement gasconne. Cela concorde bien avec la position défendue par M. J. Bersach Sabi (cf. supra, p. 104). Les partisans de ces graphies reconnaissent en général la gasconnité de l'aranais, mais refusent l'occitanité du gascon, et a fortiori de l'aranais. Ils en viennent à rejeter l'orthographe dite "occitane", alors que celle-ci est majoritairement utilisée, maintenant, en Gascogne. Elle correspond è celle qui était utilisée pour écrire le gascon jusqu'au XVIe siècle. Cette graphie, normalisée, ne véhicule pas avec elle une langue normalisée ou standardisée, ce qui pourrait être plus justement le cas du catalan. Elle a été conçue pour s'appliquer à l'occitan, dans la diversité de ses parlers locaux (cf. infra, J. Taupiac, p. 115). Aussi les arguments contre les choix graphiques "occitans" paraissent plutôt manquer leur cible, faute peut-être d'information. Reste le rejet de l'idée occitane/occitaniste. Il est curieux de constater, non pas le rejet en soi, mais le rejet à cause de la graphie. Celle-ci est bel et bien normative, comme toute ortographe qui se respecte, mais elle possède des objectifs limités, dans ce domaine, à une adaptation à la diversité des parlers naturels. L'idée de normalisation linguistique n'est pas absente, sur un plan général, des préoccupations des inspirateurs de la normalisation orthographique de l'aranais, mais ces derniers ne disposent que de peu d'acquis historique dans ce domaine - au contraire des Catalans - et sont encore confrontés à une variété d'options qui est fonction, non seulement de choix théoriques, pratiques ou idéologiques, mais aussi de l'étendue de l'aire linguistique et des spécificités des ensembles qui la constituent.

12Ces critiques prêtent aux "normalisateurs" des intentions qui vont au-delà de ce qu'ils ont fait réellement. En effet, leur travail n'a pas consisté à remplacer l'aranais par une autre langue, ou même un autre dialecte, ou même encore une variété unifiée de la variété idiomatique gasconne à laquelle appartient l'aranais. Ils ont simplement adapté une orthographe reconnue à la base par de nombreux scientifiques et spécialistes, même si des désaccords subsistent sur des points de détails (cf. infra, p. 111), pour s'appliquer valablement à la langue d'oc écrite actuelle, dans ses diverses composantes, parce que traditionnelle (du temps où elle avait été fixée et utilisée de façon autonome) et susceptible d'englober les variations phonétiques contemporaines des parlers d'oc.

LE PARTI DU CONSENSUS

13Face à la conception que nous avons qualifiée de "particularisante", réputée être la seule, au regard de ses adeptes, à respecter "l'âme" de la langue aranaise, d'autres utilisateurs de ces graphies, qualifiées aussi de "traditionnelles", les ont considérées comme "intermédiaires". Ceux-ci, C. Ademà, les collaborateurs de Terra Aranesa, dont P. Busquets, E. Riu, F. Vergès, membres de la commission de normalisation susmentionnée, les employèrent en attente de solutions mieux étayées et convenues. A cet égard, le discours tenu par les responsables de la revue Terra Aranesa nous a paru très significatif. Le but de cette publication périodique était d'être lue, bien sûr, par les Aranais. Aussi, l'emploi de graphies "traditionnelles" se justifiait-il dans la mesure où cellesci s'inspiraient plus ou moins de modèles orthographiques connus des lecteurs du moment, è travers l'enseignement du castillan surtout, mais aussi du catalan et du français, qu'ils avaient pu recevoir.

14Dans l'éditorial du no 11, au printemps de 1981, année où se réunit la Commission de normalisation orthographique, la rédaction posa cette question élémentaire de communication écrite : "avec quelle orthographe écrire dans notre langue afin d'être lus du public aranophone ?", étant entendu que l'orthographe s'acquiert grâce à un enseignement dispensé, ou proposé, à tous. En attendant les résultats officiellement admis de la Commission, auxquels la rédaction de Terra Aranesa annonce qu'elle se ralliera, et implicitement le développement d'un enseignement de cette orthographe, les responsables de la revue s'en tinrent à une attitude qui se voulait prudente et réaliste :

  • 122 ERA REDACCIUN. "A tor e a dret". Terra Aranesa, 11, 1981, p. 3.

"Les critiques ouvertes ou cachées que la rédaction de Terra Aranesa reçoit des deux côtés, au sujet de la graphie retenue pour écrire l'éditorial et les articles, nous ont incité à indiquer clairement notre position sur ce point si délicat et conflictuel. Nous commencerons par dire que Terra Aranesa a publié, depuis le premier jour, le plus scrupuleusement possible, dans les graphies originelles qui sont celles de tous les travaux qui lui sont envoyés par des collaborateurs ou qui ont déjà été publiés ailleurs, quels que soient les choix graphiques faits par leurs auteurs.
Par rapport à nos propres choix, nous avons essayé d'écrire dans un aranais compréhensible par tous, en tâchant de ne pas tomber dans un académisme peut-être trop fermé qui rende difficile la lecture de notre langue par un public large et hétérogène, et cela pour la seule raison que notre propos est uniquement de diffuser l'aranais écrit et parlé autant que nous le pouvons, afin qu'à l'avenir les Aranais puissent utiliser notre langue comme véhicule normal de leur expression écrite. Nous avions besoin pour cela que la revue soit lue, ou puisse être lue, par tous les Aranais sans exclusives ni réserves de la part des lecteurs, conscients que nous étions de leur connaissance des graphies castillane et catalane.
Nous ne pensons pas avoir pris le meilleur chemin, mais nous sommes sûrs de ne pas avoir porté tort à notre langue et à notre pays, et d'avoir un peu aidé à propager l'aranais écrit dans la vie du Val d'Aran. Nous espérons que les uns et les autres, occitanistes et castillanisants, accepteront cette optique et voudront retenir ce qu'elle peut avoir de positif.
Pour finir, nous désirons prendre clairement un engagement avec nos lecteurs : vous pouvez être bien assurés que la rédaction de Terra Aranesa fera siennes les conclusions de la Commission de normalisation orthographique de l'aranais mise en place par les Mairies du Val d'Aran sur la suggestion de la Généralité de Catalogne qui en accepta la composition. Nous voudrions que ceux qui, d'un extrême et de l'autre, nous critiquent, acceptent cette normalisation lorsqu'elle sera définitive, afin de pouvoir ainsi obtenir, pour l'aranais, cette force que seule donne l'union"122.

L'ADAPTATION DE LA NORME. ORTHOGRAPHIQUE D'OC A L'ARANAIS

  • 123 L. ALIBERT. Dictionnaire occitan-français d'après les parlers languedociens. Toulouse : Institut d (...)
  • 124 L. ALIBERT. Gramatica occitana segon los parlars lengadocians. Tolosa: Societat d'Estudis Occitans (...)
  • 125 J. TAUPIAC Pichon Diccionari Francés-occitan. Tolosa : Institut d'Estudis Occitans, 1977.
  • 126 J. TAUPIAC. Normalisacion grafica e normalisacion lingüistica (cossí se deu aplicar la nòrma alibe (...)

15Les normes retenues par la Commission à la quasi unanimité, M. del C. Campà se retira dès la première séance, sont celles de l'Institut d'Etudes Occitanes, organisme culturel associatif qui date de 1945 et qui a diffusé la normalisation graphique fixée par le Languedocien L. Alibert entre les années 1930 et 1950. Cette normalisation a vraiment commencé à être répandue, à partir du Dictionnaire occitan-français d'après les parlers languedociens123, de L. Alibert. publié en 1965. Elle précisait les apports déjà faits auparavant par sa Gramatica occitana segon los parlars lengadocians124, publiée en 1935, où il déclarait s'inspirer de la méthode et du modèle mis au point par P. Fabra (1868-1948) pour le catalan. Des modifications orthographiques concernant des mots d'usage courant furent introduites en 1977, lors de la deuxième édition du dictionnaire de L. Alibert. Elle représentaient diverses solutions nouvelles adoptées par l'IEO depuis 1966. D'autres modifications, plus importantes, apparurent aussi en 1977 dans le Pichon Diccionari francés-occitan125 de J. Taupiac, membre de la Commission de 1981 pour l'aranais. Ce dernier les établit au nom du Service de Linguistique Appliquée de l'IEO. Elles furent également développées, plus tard, dans un autre ouvrage du même auteur : Normalisacion grafica e normalisacion lingüistica126, paru en 1984. Force nous est de reconnaître que cet aménagement des normes alibertines ne fit pas l'unanimité à l'IEO même. Il fut une des causes de la démission, en janvier 1981, du responsable de son secteur scientifique, R. Lafont, qui s'exprima comme suit sur ce sujet :

  • 127 R. LAFONT. "La respòsta de Robèrt Lafont". Amiras, 7, 1984, p. 104.

"Il est vrai que les modifications de la graphie d'Alibert furent préparées par des consultations menées par J. Taupiac auprès de "personnes compétentes". Il est également vrai qu'il n'y eut jamais unanimité, et que les décisions finales furent prises dans des assemblées sans compétence, sans aucune connaissance générale des dossiers, vite et sans écoute véritable.
Reconnaître que la graphie ainsi modifiée devienne officielle en dehors de l'IEO, c'est donner à cet organisme une compétence scientifique et juridique d'une nature spéciale. C'est justement cette compétence que je lui refusai en le quittant, en connaissance de cause, en janvier 1981. En conséquence, pour des raisons surtout pratiques (la principale étant de ne pas dérouter les nouveaux pédagogues et usagers de la norme), le plus simple était de revenir aux livres normatifs les plus répandus : la Gramatica occitana, ed. de 1976, et le Dictionnaire occitan-français, ed. de 1965..."127.

  • 128 Nous signalerons cependant que la 3e édition revue et augmentée du Lexique français occitan de R. (...)

16Sur ce dernier point, on doit tenir compte du fait que, de plus en plus de dictionnaires128 et de méthodes d'apprentissage de l'occitan utilisent depuis 1981, et même avant, la graphie alibertine aménagée par J. Taupiac, ne serait-ce que le Pichon Diccionari Francés-occitan, mentionné plus haut.

17Les normes diffusés par l'IEO puisent leur source dans la graphie médiévale employée sur l'ensemble des régions d'oc, Gascogne comprise, et tiennent bien compte, selon X. Lamuela, des contraintes étymologiques, "diasystématiques" et de cohérence morphologique, à l'image des autres orthographes des langues de culture.

  • 129 P. BEC. "Per una dinamica novèla de la lenga de referéncia: dialectalitat de basa e diasistèma occ (...)

18Nous le redisons en pensant à certaines critiques faites au travail de la Commission de normalisation : les normalisateurs s'étaient fixés pour but de codifier l'orthographe. Cela pouvait donc aller jusqu'à des notations unifiantes ou référentielles, dans un souci de respecter l'étymologie et des notations anciennes, satisfaisantes de ce point de vue. Les préoccupations sous-jacentes de normalisation linguistique demeuraient théoriques et sujettes à débat, l'occitan, en général, pour reprendre la remarque d'A. Moll au sujet de l'aranais, se trouvant alors "à un stade de normalisation peu avancé". La question de la construction d'une variété standard pour l'ensemble d'oc, ou pour certains grands dialectes comme le gascon, était réservée à un avenir imprécis, même si le fait de privilégier, dans certains cas, le languedocien central, a pu rencontrer des arguments favorables d'ordre linguistique et pratique. Celui-ci, central, remplit, pour le linguiste P. Bec, un rôle "diasystématique" ou "intersystématique" entre les dialectes d'oc autres que le gascon qui relève d'un autre diasystème, au moins aussi spécial, par rapport au diasystème occitan, que le catalan129. La mise en place de la réforme orthographique d'oc ne peut se comprendre sans ces points de référence qui expliquent, par exemple, le choix de certaines conventions graphiques spéciales au gascon. L'esprit dans lequel ont oeuvré les normalisateurs pourrait être illustré par certaines citations puisées dans les ouvrages et revues évoqués plus haut. Ainsi, dans son introduction à la Gramatica occitana de 1935, L. Alibert précisa ses intentions normalisatrices vis-à-vis de l'orthographe de la façon suivante, et encore les destinait-il au languedocien gui représente déjà un domaine géographigue important :

  • 130 L. ALIBERT. Gramatica occitana segon los parlars lengadocians. 2. da ed... Montpelhièr :Centre d'E (...)

"Nous estimons qu'au sujet de la graphie, il faut concilier nos traditions classigues, les résultats de l'étude scientifique de la langue, la graphie mistralienne et la graphie catalane, sans trop nous éloigner des habitudes auxquelles nous nous sommes frottés depuis l'école. Nous croyons que la meilleure base est de prendre pour référence le Diccionari ortogràfic de Pompeu Fabra en rejetant les notations qui sont spécifiquement catalanes. Cette façon de faire nous donne un système orthographique déjà étudié d'une des grandes branches de notre langue, nous éloigne peu du système mistralien et du système Perbosc-Estiu, tout en permettant une intercompréhension plus facile entre les Occitans des deux côtés des Pyrénées.
En ce qui concerne la langue dans ses éléments, il faut traiter les uns après les autres la phonétique, le vocabulaire, la morphologie et la syntaxe. En face des divergences phonétiques des divers parlers languedociens, nous ne croyons pas pouvoir atteindre une unification complète. Nous admettons les variétés phonétiques déjà connues par l'ancienne langue et rejetons rigoureusement celles qui se sont manifestées depuis l'époque de décadence. Nous adopterons ainsi : nuèch, nuòch ou nuèit (nuit), et nous rejetterons nièch, nèch, niòch, nèit,..."130.

19La référence, à cette époque, à une communauté linguistique occitane incluant le catalan ne doit pas nous étonner. Depuis, il est admis de dissocier occitan et catalan, sans oublier toutefois la grande proximité qui existe, sur le plan linguistique, entre ces deux langues soeurs. La référence au grand codificateur catalan, P. Fabra, reste toujours aussi actuelle, même si le catalan, au moment des travaux de P. Fabra, était déjà à un stade avancé de normalisation par rapport à l'occitan, pour des raisons historiques, économiques et culturelles très différentes. Tenant compte de la diversité naturelle et de l'absence d’une ou plusieurs variétés standards, suffisamment proches historiquement, auxquelles se référer valablement, R. Lafont, un des principaux inspirateurs du mouvement occitaniste moderne, pourra dire ce qui suit, en 1972, à propos d'un risque de centralisme "occitano-languedocien" :

  • 131 R. LAFONT. "Per una dinamica dels estudis occitans". Annales de l'institut d'Etudes Occitanes, 6, (...)

"Il faut affirmer que la langue d'oc n'est pas préférentiellement tel ou tel de ses dialectes et que, tout d'abord, chaque Occitan a le droit de parler comme il parle. C'est sur cette seule base que l'on peut méthodiquement, à l'aide d'arguments débarrassés d'idéologie particulariste, avancer dans la construction d'une future langue commune..."131.

20Ce voeu pieux, qui reposait sur une vision souple et non centraliste du domaine d'oc, n'en conçoit pas moins l'idée d'une unification progressive, rejetée dans son principe par les personnes qui voyaient, dans l'application des normes orthographiques d'oc à l'aranais, un premier pas fait dans cette direction.

  • 132 J. TAUPIAC. Pichon Diccionari francés-occitan. Op. cit., p. 10-11.

21J. Taupiac, dans l'introduction à son Pichon Diccionari françés-occitan132, datée de 1976, développe les mêmes arguments, en déclarant que toutes les formes locales d'occitan 3ont bonnes sous réserve d'employer une graphie unique et un même vocabulaire scientifique. Pour lui, la voie de la modernité passe aussi par l'unification linguistique autour du développement, à côté de la langue en son état naturel, d'un occitan "commun", ou "référentiel", basé sur les formes et les structures languedociennes.

22Les solutions retenues par la Commission de 1981 pour l'aranais concordent avec celles qu'il préconisera, plus tard, dans son ouvrage sur la normalisation graphique et la normalisation linguistique (cf. supra, p. 111). Le sous-titre lui-même, "cossi se deu aplicar la norma alibertina a las diversas fòrmas localas de lenga occitana" (comment on doit appliquer la norme alibertine aux diverses formes locales de langue occitane), indique un parti pris de coller aux réalités phonétiques locales, tout en se référant à une globalité occitane, domaine gascon inclus, sur les plans des normalisations graphiques (ce qui est admis par l'ensemble des utilisateurs de la norme d'oc normalisée) et linguistique (ce qui est apprécié de façon plus nuancée, cf. infra, P. Bec au sujet du gascon, p. 124). Ce dernier aspect rejoint le débat apparu, à l'occasion des travaux de la Commission, sur l'identification uniquement gasconne ou directement occitane de l'aranais (cf. supra, p. 104-105). Du point de vue de J. Taupiac, l'aranais constituait certainement, en 1981, une de ces formes locales d'occitan, l'occitan aranais, pour lequel il convenait d'adapter l'orthographe normalisée occitane, ou d'oc, du Service de Linguistique Appliquée de l'IEO, en ayant le souci de respecter les structures phonologiques du lieu.

23L'exemple de l'aranais sera même le motif de mettre en vigueur de nouvelles solutions orthographiques. Ainsi fut admise la non notation de l'accent indiquant la chute, en gascon, du <-n-> étymologique en position intervocalique, dans des mots tels que vesia (au lieu de vesía : voisine), ou haria (au lieu de haría : farine),... Il fut aussi choisi de ne plus noter le <c> étymologique dans des mots tels que conjoncion (au lieu de conjonccion : conjonction), poncion (au lieu de ponccion : ponction),... X. Lamuela pense que ces innovations pourraient être étendues à l'ensemble gascon (cas de vesia, haria,...) ou plus largement occitan (cas de conjoncion, poncion,...). Il semble que cela fasse effectivement école, en gascon tout au moins, en Béarn particulièrement, là où l'écrit gascon normalisé est peut-être le plus développé.

  • 133 J. TAUPIAC. Normalisacion grafica e normalisacion lingüistica. Op. cit., p. 36.
  • 134 Interview de P. Bec réalisé à Poitiers, le 03/11/1983, par J. M. Sarpoulet.
  • 135 P. BEC "Sur la graphie du gascon". Annales de l'Institut d'Etudes Occitanes, 1955-56, p. 25-29.

24Les adaptations particulières des normes de l'IEO furent plus nombreuses. Ainsi, lorsque le gascon prononce [w] un <-v-> étymologique, issu d'un <b> latin, placé entre deux voyelles, l'aranais notera <-u-> (par ex. haua (fève), cantaua (je chantais),...). Ce choix fut encouragé par J. Taupiac qui y voit le moyen de bien différencier un <-v-> intervocalique, noté ici <-u->, du <-v->, également intervocalique de alavetz (alors) ou de civilisacion (civilisation),... mais prononcé dans ce cas [β]133. La notation unique, <v> serait, selon lui, trop englobante et ne respecterait pas suffisamment la structure phonologique de régions gasconnes qui, comme en Aran, prononcent [-w-] ou [-β-] suivant les mots. Cela présentait en outre l'avantage de correspondre à une pratique répandue dans l'écrit aranais "traditionnel". P. Bec134 et M. Grosclaude135 virent là une réponse transitoire que la communication avec les autres Gascons atténuerait peut-être, dans la mesure où la notation unique <v> est largement majoritaire dans les écrits gascons normalisés. Il est à remarquer que la partie est du Val d'Aran, le Pujòlo (cf. carte p. 26), prononce [β] <-v-> étymologique intervocalique. <-u-> sera néanmoins privilégié car il est donné pour référence première, devant <-v-> "secondarisé". Cela est d'autant plus probable que la capitale du Val d'Aran, Vielha, se trouve dans la zone de [-w-]. La solution retenue est englobante par rapport au Pujòlo, alors que la notation <-u-> relève d'une pratique très minoritaire, sinon quasi nulle, ailleurs en Gascogne. Bien que ce point soit peut-être secondaire, on peut se demander si cette solution ne va pas à l'encontre des justifications phonologiques avancées par J. Taupiac, d'autant que alavetz ou civilisacion, pour citer des exemples qu'il retient lui-même, participent pour leur part de catégories repérables de mots composés, à l'origine, et de mots savants ou cultes, ces derniers de source souvent récente. Pour finir, cette question dépasse, toutes proportions gardées, le strict cadre orthographique pour devenir sociolinguistique à sa manière. La notation <-u->, qui sera d'autant plus légitimée qu'un texte légal viendra la consacrer ultérieurement, avec le reste des normes graphiques retenu (cf. infra, p. 121), isolera, sur ce détail toutefois, l'Aran de la pratique courante gasconne, à moins que l'idée ne fasse école. A ce jour, au moins l'association "Montanha vieua", de Bagnères de Luchon, utilise les règles orthographiques normalisées de l'aranais, dont la notation <-u->, pour une variété de gascon très proche de l'aranaise.

25Une autre adaptation particularisante, celle qui s'applique è la notation du pluriel et à certaines désinences verbales, s'appuie en revanche sur une plus grande unité de réalisation phonétique dans la Vallée. Ainsi, la notation <-e> du pluriel féminin dans taules (tables), montanhes (montagnes),... et des conjugaisons dans parle (il parle), parlaue (il parlait),... apporte là aussi une différence de traitement par rapport aux résolutions globalisantes ailleurs dans le domaine gascon, et dans celui plus large d'oc, qui ont débouché sur l'emploi général de <-a>. Pour X. Lamuela, la pratique des autres textes gascons pourra inciter les Aranais à adopter, à la longue, la notation <-as> du pluriel féminin, bien que la graphie <-es> corresponde à une différence de prononciation par rapport à la désinence graphiée <-a> du féminin singulier, qui est le plus souvent réalisée [a]. Si, dans ce cas, il peut être admis qu'une référence à l'ensemble gascon et occitan prévale un jour, car ce type de variations de prononciations entre les finales atones n'est pas propre au Val d'Aran, cela serait plus difficile pour les conjugaisons où, à la réalité graphie/phonie, s'ajoute une réalité morphologique des premières personnes du singulier suffixées en [-a] dans les temps autres que le présent de l'indicatif suffixé en [-i], en [-ε] au parfait (1er groupe) ou [-i] (2e et 3e groupes), et en [-ε] au futur (général).

26Des notations peut-être encore plus phonétisantes furent acceptées. Ainsi le suffixe roman-OL (Latin-OLU), qui a abouti à [-ᴐ] en Aran fut normalisé en <-ò> par la Commission. Cette notation correspond à la réalisation phonétique du Val d'Aran mais s'écarte sur ce point aussi du choix plus que majoritaire du reste du domaine gascon qui note <-òu>, signalant ainsi la vocalisation de-L final étymologique. Cette solution globale de <-òu> unifie les réalisations [ᴐw] et [-ᴐ] également connue dans une partie du domaine gascon, des Landes aux Pyrénées, et trouve une justification dans l'étymologie. La notation <-ò> est aussi appliquée à la troisième personne de voler (vouloir), avec au lieu de vòu ailleurs en Gascogne, dérivé de-VOL roman. La remarque faite pour <-ò> final peut être reproduite pour l'article masculin eth prononcé [etʃ] ou beaucoup plus souvent [et] au singulier, et noté es au pluriel par la Commission. Ce pluriel est noté eths, de façon unitaire, dans les autres régions gasconnes qui utilisent cette forme d'article, pour des prononciations [ets], ou [es] comme en Aran.

27Bien sûr, ces comparaisons doivent tenir compte d'une différence de situation essentielle. Il a été proposé à l'aranais, langue parlée majoritaire, d'accéder à un rang de langue publique. Et l'acquis le plus important de cette langue, ce sur quoi elle pouvait s'appuyer le plus spontanément et le plus sûrement, était justement une pratique orale importante, d'où peut-être, là encore, une des raisons qui ont poussé les normalisateurs, consciemment ou non, à suivre assez souvent les particularités de la phonie aranaise.

28Enfin, d'autres notations phonétisantes furent acceptées pour certains termes d'usage courant tels que : no (non), tabé (aussi), acrò (cela). Mais là, très vite après la publication des normes en 1982, les notations non, tanben et aquerò, plus étymologiques et conformes à l'usage général d'oc, ont fait leur apparition.

29Ces normes reçurent un très large accord de la Commission, accord assorti de deux idées que nous avons cru percevoir lors de nos rencontres avec les membres de celle-ci. Pour certains, ces normes peuvent encore évoluer, à travers leur mise en pratique, vers une adhésion plus complète à la norme orthographique occitane de l'I.E.O., et par conséquent, vers une communication encore plus aisée avec le reste du domaine linguistique gascon tout d'abord, mais aussi avec les domaines du moyen et du nord occitans. Pour d'autres, elles ne sauraient "changer" l'aranais. Elles doivent lui ouvrir plus facilement l'accès aux matériaux littéraires gascons, et peut-être plus globalement occitans, sans lesquels il serait trop isolé - sa mise en valeur actuelle ne vient-elle pas aussi, en partie, de cette référence sous-jacente - mais elles doivent garder un lien visible avec les spécificités de l'oralité locale.

30Face à ces nuances d'appréciation, parfois liées à une plus ou moins grande connaissance de la production gasconne et d'oc voisine, les principes définis par L. Alibert, visant à tenir compte de formes étymologiques, mais aussi de la socialisation antérieure de certains choix graphiques, ont été suivis. L'argument employé par J. et Y. Ponsolle, détracteurs de la graphie normalisée de l'I.E.O., selon lequel l'aranais risquerait être figé par une "rigide codification" ne nous paraît pas justifié. Par rapport à la notion même d'orthographe, unificatrice par essence, c'est plutôt une solution de souplesse qui fut adoptée. Elle répond aux conceptions développées par J. Taupiac et le Service de Linguistique Appliquée de l'I.E.O. qui conçoivent la normalisation de l'occitan (graphique et linguistique) à travers l'adaptation de la norme I.E.O. aux contraintes phonologiques locales, alliée à la promotion, sur tout l'ensemble d'oc, du diasystème languedocien. Au risque de ne pas bien percevoir, dans cette conception, les limites de l'adaptation orthographique locale qui, ne l'oublions pas, devait répondre au souci suggéré par le Législateur et le Gouvernant de faire de l'orthographe aranaise un outil certainement plus destiné à l'usage public d'une langue locale qu'à la notation d'ethnotextes, force nous est de constater que les normes élaborées par la Commission souscrivent, quoiqu'en disent Mlles et Mrs Campà, Bersach et Ponsolle, au fort souci d'identité de la communauté aranaise.

31La situation spéciale du Val d'Aran fut évoquée. Les adaptations signalées furent en outre justifiées sur le plan pédagogique. A la différence de la plupart des autres régions gasconnes, la pratique quotidienne de l'aranais est globalement majoritaire, y compris chez les jeunes. Or cette normalisation allait devoir s'appliquer rapidement à des élèves déjà aranophones pour une grande partie d'entre eux (cf. supra, p. 58). Pour cette raison, la relation graphie/phonie aurait parfois été privilégiée, tout en ne se coupant pas, par principe, de possibles évolutions dans le but de faciliter encore la communication avec le reste du domaine gascon. Le cas de l'aranais requérait, de l'avis d'I. Mari, des solutions spécifiques qui devaient pouvoir être appliquées de suite. Un point d'équilibre devait être trouvé et il y a suffisamment d'indices de réussite pour dire maintenant que les travaux de la Commission n'ont pas été vains. Mais des conventions orthographiques s'établissent aussi pour durer et dépasser justement le particulier. Les évolutions de détail, parfois envisagées, risquent toutefois d'être malaisées car la loi et l'usage public seront de nature à figer la norme. Il serait également maladroit de "noyer" l'aranais car s'y greffe une réalité identitaire particulièrement vivante. Et encore s'agit-il ici de normalisation orthographique, et non de normalisation linguistique. Mais, d'accord avec X. Lamuela et F. Vergès, nous attendons qu'il devienne encore plus adapté, d'abord dans sa graphie, et dans la norme standard qu'il risque progressivement se formuler, à son échelle, au gré d'un usage public et administratif, au reste de l'ensemble linguistique auquel il se rattache naturellement. Et ceci pour renforcer même sa propre vitalité et son rôle de pionnier dans la reconnaissance du fait linguistique gascon, et au-delà occitan. La pratique et l'attitude "normativiste" qui pourront se développer dans les écrits en aranais, à partir de là, seront déterminantes dans ce cheminement. Peut-être le point d'équilibre apparu au moment des normes orthographiques allait-il devoir se maintenir un certain temps, celui de devenir connu de la majorité des Aranais. La diffusion publique et l'enseignement, prévus par la Loi, seraient alors de nature à répandre des modifications de détail, voire même à alimenter un processus de normalisation linguistique. Le rôle de la capitale, Vielha, auquel nous avons déjà fait allusion, ne peut manquer d'être important dans cette évolution. De même, l'action volontariste des "diffuseurs" de la norme, qui seront censés agir dans le cadre de ce développement linguistique soutenu publiquement, se manifestera par des choix "normatifs" (cf. infra, p. 140).

  • 136 DIRECCIO GENERAL DE POLITICA LINGUISTICA. Op. cit., voir note no 89.

32Sans doute reconnaîtrons-nous que les variations envisageables sont secondaires par rapport à la normalisation établie par la Commission de 1981 et à l'enjeu qu'elle représentait. Nous avons vu que ces questions ne devaient pas nous masquer le propre débat obscur, mais bien réel, qui traverse, depuis quelques années, le mouvement occitan au sujet de l'interprétation des normes alibertines. La codification orthographique de l'aranais s'est appuyée sur l'interprétation faite par le Service de Linguistique appliquée de l'I.E.O. Le manque d'unanimité à son sujet (cf. supra, R. Lafont, p. 111) révèle, semble-t-il, un problème de relai institutionnel, ou tout au moins, d'instance de débat. Cela nous incline à penser que, si les normalisateurs de l'orthographe de l'aranais devaient passer à un moment ou à un autre par le Service susmentionné de l'I.E.O., il ne leur sera peut-être pas inutile de tenir compte, pour d'éventuelles modifications ultérieures, d'une démarche nécessaire du côté occitan vers un consensus plus sûrement établi, à partir des travaux de L. Alibert et de ceux de l'I.E.O. pour le gascon dans les années 1950136.

DE LA GRAPHIE A LA LANGUE

  • 137 Décret 57/1983 (de 14 de gener, pel qual s'adopten les normes ortogràfiques de Taranès). Diari Ofi (...)

33L'année qui suivit les réunions de la Commission de normalisation, en 1982, les normes étaient publiées par la Généralité de Catalogne en aranais et en catalan sous le titre suivant : Normes ortogràfiques der aranés (tèxt provisionai) (normes orthographiques de l'aranais (texte provisoire))137. Elles furent diffusées dans le Val d'Aran par l'intermédiaire, en particulier, des Mairies. Peu de temps après, le 14 janvier 1983, ces normes furent adoptées par décret du Gouvernement de la Généralité (cf. Annexes, p. 178), et comme telles publiées dans le Journal Officiel de la Généralité de Catalogne. Il s'agissait par là de :

  • 138 Ibidem, p. 617.

"... réglementer l'usage public de l'aranais et son enseignement à l'école avec des garanties de validité scientifique et de respect à la filiation de l'aranais dans la branche gasconne de la famille linguistique occitane"138.

34A partir de ce moment, seule cette graphie sera admise par les organismes publics :

  • 139 Voir note no 114.

"La généralité de Catalogne et les organismes qui en dépendent adapteront leurs écrits aux dites normes"139.

35Les choses étaient donc en place. La revue Terra Aranesa aurait pu utiliser la nouvelle orthographe si elle n'avait pas malheureusement cessé d'exister. La revue Aran, que publiait l'association "Amics d'Aran", et où l'aranais était beaucoup moins présent que dans Terra Aranesa, employa, durant sa courte période de parution, en 1984, la nouvelle graphie normalisée. Dès cette époque, et surtout à partir de 1984, cette graphie allait se généraliser dans les premiers textes publics en aranais, dans l'édition et l'enseignement, où elle était désormais la seule à pouvoir être utilisée officiellement.

  • 140 Mémoire envoyé au Ministère de l'Enseignement de la Généralité de Catalogne, le 28/05/1983. Docume (...)

36Les défenseurs des graphies antérieures ne désarmèrent pas. Les réactions prirent parfois un tour pacifique et constructif. Ainsi parurent en 1983 deux ouvrages de M. del C. et M.T. Campà, écrits à l'aide d'une de ces graphies. L'un d'entre eux, Un Libret dera Val d'Aran140, contient une contribution de M. del C. Campà sur la phonétique historique de l'aranais, apport utile é un moment de renaissance de l'aranais. Plus activiste fut J. Bersach Sabi, qui avait déjé fait connaître ses positions dans la presse auparavant. Il intenta, au nom de la tradition de l'"Escolo deras Pireneos", une action auprès du Ministère de l'Enseignement du Gouvernement de la Généralité. M. Bersach estimait que les normes orthographiques étaient anticonstitutionnelles et antistatutaires, selon les termes du mémoire qu'il envoya le 28 mai 1983 au Ministère. Il argumentait sa démarche en affirmant que la nouvelle orthographe, au lieu de respecter et protéger l'aranais, ainsi que le lui commandaient la Constitution et le Statut d'autonomie, le déformait au contraire car elle n'était que l'application de l'orthographe "occitane". Dans ce même document, J. Bersach demandait au ministre d'arrêter la diffusion des normes orthographiques de l'aranais et de faire appliquer les règles de l'"Escolo deras Pireneos". Après la mise jeu de divers types de légimité (scientifique, politique, administrative), cette exigence ne fut bien sûr pas exaucée. Là encore, le rejet de l'orthographe semble avoir été d'autant plus net qu'elle était perçue comme "occitane", et surtout élaborée par des "occitanistes" de l'extérieur et de l'intérieur, tenants d'une "Occitanie inexistante", face à un Gascogne réelle dans laquelle l'Aran s'intègre. J. Bersach s'en expliquait ainsi :

  • 141 Y. & J. PONSOLLE. Bernard Sarrieu, agrégé de philosophie, philosophe et poète gascon (1875-1935). (...)

"L'aranais est un dialecte du gascon de la famille des langues d'oc, et non de l'occitan, car celui-ci n'existe pas, c'est un pur mythe, une hypothèse formulée par certains individus "fabricants de langues et de nations" "141.

37Cette conception diverge un peu de celle du fondateur de l'"Escolo deras Pireneos", B. Sarrieu (1875-1935), qui ne se référait pas aux "langues d'oc", mais à la "langue d'oc". Lui-même se déclarait favorable à la construction d'un occitan standard reposant sur des dialectes et des parlers bien vivants. Y. et J. Ponsolle résument ainsi la pensée de B. Sarrieu sur ce sujet :

  • 142 Cf. H. GIORDAN. "Occitan Vs langues d'oc, culture subalterne et culture dominante". Annals de l'In (...)

"Bernard Sarrieu a parfaitement bien situé la question : pour que la future langue commune soit possible elle doit reposer sur les parlers locaux qui doivent, d'abord, être reconnus"142.

  • 143 P. BEC. "Per una dinamica novèla de la lenga de referéncia: dialectalitat de basa e diasistèma occ (...)

38Cela ne nous paraît pas très éloigné, sur le fond, des idées défendues par R. Lafont sur ce thème (cf. supra, p. 114) ou de celles que rejette J. Bersach. Cette personne refuse l'occitan "un" préconisé en effet, mais sans ignorer aussi la diversité linguistique héritée, par les "occitanistes" de la Commission. Ces désaccords rejoignent le débat occitan/langues d'oc gui apparut en France dans les années 1970143. Il rappelle des questions linguistiques discutées à cette époque (elles le sont encore). Pour témoin cette remarque de P. Bec, membre de la Commission de normalisation de l'aranais, parue en 1972, à propos de l'orthographe normalisée de l'occitan :

  • 144 Pierre Bec est sans doute une des rares personnes qui a eu ce souci pour le gascon. Témoin, le pet (...)

"Nous retrouverons par contre la même adéquation (graphie-phonie) - peut-être d'ailleurs plus étroite en gascon (qu'en languedocien), dialecte également très conservateur dans l'ensemble aquitanopyrénéen. Mais il s'agit ici, comme nous le savons, d'un autre diasystème, difficilement réductible aux structures d'ensemble de l'occitan ; en fait d'une langue très voisine, certes, mais spécifique (et cela depuis les origines), au moins autant que le catalan. L'accord graphie-phonie est alors nécessairement lié à la consécration graphique des grandes évolutions particulières du gascon (par ex. : passage de F latin à /h/, de LL è <-th> et à <-r-> ; chute de -N-intervocalique)"144.

39Au-delà des considérations orthographiques ou même linguistiques, ce débat est idéologique et se rapporte aux conceptions du mouvement régionaliste d'oc. Et le Val d'Aran ne peut y échapper. Si les réactions du type de celle de J. Bersach peuvent s'expliquer, c'est en réalité beaucoup plus à cause de cet arrière-plan qu'à cause de l'orthographe, dont nous avons déjà parlé plus haut, bien que la graphie occitane constitue déjà pour lui un pas très important vers cette unicité qu'il repousse. Sa véritable question porterait alors sur la vision d'une totalité occitane, où une variété standard, languedocienne à la base, serait susceptible de passer d'un stade de langue vernaculaire à un stade de langue véhiculaire, sur l'étendue des régions d'oc, pour, tout au moins, un nombre significatif de cas de communication formelle.

40Cette vision, défendue par un certain nombre d'occitanistes - M. Bersach a raison de le dire - est encore à l'état d'hypothèse. Mais l'option retenue par ce dernier aboutirait, suivant l'analyse faite par H. Giordan en 1977, à privilégier l'état vernaculaire et "pittoresque" de la "langue-âme", d'autant plus qu'il n'y aurait même pas d'emploi d'une graphie normalisée d'oc. Cependant, le fait de privilégier la diffusion d'un standard en occitan central risquerait d'oblitérer des possibilités d'émergence de véhiculaires, également hypothétiques certes, dans de grands ensembles dialectaux, en particulier le gascon (145).

41En outre, l'analyse d'H. Giordan ne semble pas envisager la possibilité pour un parler local, à usage vernaculaire de langue B, d'accéder à un usage véhiculaire de plus en plus en possession de caractéristiques d'une langue A. Il est vrai qu'en 1977, cette éventualité n'était peut-être pas prévisible. Elle paraît pourtant bien être en train de se présenter, de nos jours, dans le Val d'Aran, région sans doute spéciale par rapport au reste de l'ensemble d'oc, et même gascon, par la géographie, l'histoire, la pratique linguistique et le fort sentiment d'identité.

Notes

107 R. MARTINEZ i DEU. Op. cit., p. 53.

108 La graphie normalisée occitane est appliquée sur l'ensemble de l'aire linguistique d'oc et, de ce fait, quoiqu'avec quelques notations particulières (cf. infra, note no 136), au gascon.

109 Interview d'I. Marí réalisé à Barcelone, le 14/11/1983, par A. Puig.

110 Eth dragon de Banhòles / legenda catalana adaptada e illustrada per E. Bofill; version en occitan dera Val d'Aran de F. Vergès. Barcelona: La Galera, 1979.
Eth doanèr e es cerides / Conde popular catalan adaptat per J. Sencell; version en occitan dera Val d'Aran de F. Vergès, illustracions de M. Brucart. Barcelona: La Galera, 1979.

111 R. MARTINEZ i DEU. Op. cit., p. 53-54.

112 Interview de M. del C. et M. T. Campà Grané réalisé à Bossòst, le 30/10/1983, par J. M. Sarpoulet et A. Viaut.

113 Voir par ex. La Vanguardia des 25/10/1980 et 04/11/1980, et Diario de Lérida du 20/05/1983. Informations communiquées par le "Centre de Normalisacion Lingüística dera Val d'Aran".

114 Prêtre originaire du val d'Aran, affilié au félibrige commingeois dont il appliqua les règles graphiques au parler aranais.

115 M. del C. & M. T. CAMPA, J. MONTOYA, A. ANDRES. Un libret dera Val d'Aran. Barcelona : R. Vinyes, 1983.

116 Voir note no 50.

117 Amás líric de'ra Val d'Arán. Viella: Parroquia de Viella, 1972.

118 C. ADEMA MORA. Estudio sobre el dialecto aranés. Barcelona: Occitania, 1969.

119 J. M. SARPOULET. "Quatre graphies pour une langue : description succincte des différentes graphies de l'aranais". Garona, 1, 1985, p. 159-162.

120 J. & Y. PONSOLLE. Introduction à Era Isla des diamants de Moussen J. Condo Sambeat. St-Girons : Escolo deras Pireneos, 1981, P. 34.

121 E. ASTIE. Op. cit., p. 24

122 ERA REDACCIUN. "A tor e a dret". Terra Aranesa, 11, 1981, p. 3.

123 L. ALIBERT. Dictionnaire occitan-français d'après les parlers languedociens. Toulouse : Institut d'Etudes Occitanes, 1965.

124 L. ALIBERT. Gramatica occitana segon los parlars lengadocians. Tolosa: Societat d'Estudis Occitans, 1935.

125 J. TAUPIAC Pichon Diccionari Francés-occitan. Tolosa : Institut d'Estudis Occitans, 1977.

126 J. TAUPIAC. Normalisacion grafica e normalisacion lingüistica (cossí se deu aplicar la nòrma alibertina a las divèrsas fòrmas de lenga occitana). Magalàs: IEO, 1984.

127 R. LAFONT. "La respòsta de Robèrt Lafont". Amiras, 7, 1984, p. 104.

128 Nous signalerons cependant que la 3e édition revue et augmentée du Lexique français occitan de R. Barthe, parue en 1984, a conservé les usages graphiques du dictionnaire de L. Alibert de 1965, alors même que l'édition de 1980 du Lexique occitan français du même auteur tenait compte des modifications émanant du Service de Linguistique Appliquée de l'IEO.

129 P. BEC. "Per una dinamica novèla de la lenga de referéncia: dialectalitat de basa e diasistèma occitan". Annales de l'Institut d'Etudes Occitanes, 6, 1972 (II), p. 47.

130 L. ALIBERT. Gramatica occitana segon los parlars lengadocians. 2. da ed... Montpelhièr :Centre d'Estudis Occitans, 1976. P. XXXIV-XXXV.

131 R. LAFONT. "Per una dinamica dels estudis occitans". Annales de l'institut d'Etudes Occitanes, 6, 1972 (II), p. 15.

132 J. TAUPIAC. Pichon Diccionari francés-occitan. Op. cit., p. 10-11.

133 J. TAUPIAC. Normalisacion grafica e normalisacion lingüistica. Op. cit., p. 36.

134 Interview de P. Bec réalisé à Poitiers, le 03/11/1983, par J. M. Sarpoulet.

135 P. BEC "Sur la graphie du gascon". Annales de l'Institut d'Etudes Occitanes, 1955-56, p. 25-29.

136 DIRECCIO GENERAL DE POLITICA LINGUISTICA. Op. cit., voir note no 89.

137 Décret 57/1983 (de 14 de gener, pel qual s'adopten les normes ortogràfiques de Taranès). Diari Oficial de la Generalitat de Catalunya, 312, 16/03/1983, p. 617.

138 Ibidem, p. 617.

139 Voir note no 114.

140 Mémoire envoyé au Ministère de l'Enseignement de la Généralité de Catalogne, le 28/05/1983. Documentation du "Centre de Normalisacion Lingüística dera Val d'Aran".

141 Y. & J. PONSOLLE. Bernard Sarrieu, agrégé de philosophie, philosophe et poète gascon (1875-1935). Aurignac : Escolo deras Pireneos, 1976. P. 38.

142 Cf. H. GIORDAN. "Occitan Vs langues d'oc, culture subalterne et culture dominante". Annals de l'Institut d'Estudis Occitans, 5-1, 1977, p. 130-139.

143 P. BEC. "Per una dinamica novèla de la lenga de referéncia: dialectalitat de basa e diasistèma occitan". Op. cit., p. 47.

144 Pierre Bec est sans doute une des rares personnes qui a eu ce souci pour le gascon. Témoin, le petit ouvrage qu'il fit paraître en 1959 : P. BEC. Petite Nomenclature morphologique du gascon. Toulouse : IEO, 1959. Cette nomenclature se voulut, selon ses propres termes, "essentiellement normative". Face à la complexité et à la diversité de la morphologie verbale, par exemple, du gascon, il fit des choix en fonction des critères d'extension ou de clarté, suivant les cas. De façon générale, il se détermina en fonction d'un équilibre entre l'appartenance du gascon à la famille linguistique d'oc, utile à considérer dans une perspective de communication avec un ensemble plus vaste, et son particularisme morphologique. Voir p. 3 de son ouvrage : "Cette nomenclature a, en outre, été conçue en tenant compte de l'appartenance du gascon à la grande famille des dialectes d'oc : d'où nos références fréquentes à l'occitan commun. Le Gascon se définit ainsi d'autant mieux qu'il s'inscrit dans un cadre linguistique plus vaste, soit qu'il s'y insère naturellement, soit qu'il y dégage au contraire, par opposition, sa physionomie morphologique originale".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search