Version classiqueVersion mobile

L’occitan gascon en Catalogne espagnole. Le Val d’Aran

 | 
Alain Viaut

Une vallée gasconne en Espagne

La pratique linguistique

Texte intégral

LE GASCON ARANAIS

1Un des traits les plus saillants de l'identité aranaise est certainement sa langue. Ce n'est sans doute pas un hasard si la revendication aranaise l'a placée, de nos jours, au centre de ses démarches. Il n'est pas non plus étonnant que la question linguistique ait été l'occasion d'affrontements car elle met en jeu la définition même de l'identité de cette région.

  • 38 F. GONZALEZ OLLE. "La lengua occitana en Navarra". Revista de dialectologia y tradiciones populare (...)
  • 39 J. SANDARAN i BACARIA. La Vall d'Aràn i els Catalans (Conferència donada en l'Ateneu obrer del Dis (...)

2Si l'on excepte les attestations de pratique du gascon ailleurs en Espagne, mais surtout en Navarre et au Guipuzcoa, comme langue de communautés implantées ou comme langue administrative de premier plan au Moyen Age38, le Val d'Aran est la seule région d'Espagne et de Catalogne qui ait pour langue autochtone la langue d'oc gasconne. En dehors de l'Aran, il apparaîtrait qu'au moins deux communautés réduites d'aranophones émigrés auraient gardé, pendant une durée indéterminée, l'usage de leur langue. C'est ce que signala le poète aranais J. Sandaran dans une conférence donnée à Barcelone, le 23 octobre 1913, sur le thème "Le Val d'Aran et les Catalans"39. Selon ses renseignements, ces groupes aranophones se situaient, au début du siècle, au Honduras et aux Philippines. Les immigrés aranais sur Bordeaux, qui font l'objet d'une recherche de la part de M. F. Gontier (12) devaient avoir conservé un usage interne de leur langue. Quelques témoignages d'enquêtes de terrain révèlent l'existence d'une intercompréhension en gascon, au début de notre siècle, en Bordelais, entre immigrés aranais et gasconophones locaux. Mais nous ne possédons pas, pour le moment, d'autres données, pas plus que sur les Aranais du Honduras ou des Philippines, au sujet d'une pratique communautaire de l'aranais en dehors du Val d'Aran.

3Quoique spécifique du fait de la géographie et des voisinages dominateurs du castillan et du catalan, l'aranais est une variété locale du gascon, tout à fait proche des parlers commingeois.

  • 40 P. BEC. La Langue occitane. Paris : PUF, 1978. P. 46-47.

4Le gascon est généralement inclus par les linguistes dans l'ensemble d'oc ou occitan (cf. carte p. 50). Dès le Moyen Age, à travers les troubadours gascons, les pratiques scripturales, et en continuant jusgu'au Félibrige des XIXe et XXe siècles et è l'occitanisme moderne, les pratigues et les conceptions ont souvent coïncidé avec ce point de vue. Le gascon n'en demeure pas moins spécial au sein du domaine d'oc. Selon le linguiste spécialiste de romanistique et d'occitan, P. Bec, il constitue, dans l'ensemble occitano-roman, une entité ethnique et linguistique tout à fait originale, au moins autant, sinon davantage, que le catalan40. Il se détache, toujours d'après lui, nettement des autres complexus dialectaux occitans, par sa phonétique principalement, mais aussi par sa morphologie, sa syntaxe et son lexique. Ce lien à un ensemble occitano-gascon est sujet, nous le voyons, à des interprétations nuancées, face auxquelles la Généralité de Catalogne saura trouver, le temps venu, une formulation prudente (cf. p. 122) :

"L'aranais fait partie de la branche gasconne de la famille linguistique occitane". (in décret du Président de la Généralité du 14 janvier 1983, cf. Annexe p. 178).

5Le système phonologique, dont nous proposons une vue d'ensemble ci-dessous, est classique et très représentatif du gascon clair de la montagne, si ce n'est la fréquente réalisation affriquée de /ᵹ/ en position initiale (cas général en languedocien en position initiale ou interne). Nous avons ainsi pour le système vocalique, en A.P.I. :

/a/, /ε/, /e/, /i/, /y/, /u/, /o/.

6En finale inaccentuée, /a/ est réalisé [a] ou [o~ᴐ]. /o/ est généralement réalisé [ᴐ].

  • 41 P. BEC. Manuel pratique d'occitan moderne. Paris : Picard, 1973. P. 52.

7Pour le système consonnantique, nous nous inspirerons du tableau consonnantique du gascon présenté par P. Bec dans son Manuel pratique d'occitan moderne (1973)41. Le tableau établi ci-dessous pourra être comparé aux tableaux types pour l'occitan et le gascon du manuel de P. Bec aux pages 51 et 52.

Système consonnantique du gascon aranais

occlusives

Labiales

Dentales

Palatales

Vélaires et laryngales

Occlusives

/p/
/b/

/t/
/d/

/tʃ/
/dᵹ/

/k/
/g/

Spirantes

/f/

/s/
/z/

/ʃ/
/ᵹ/

/h/

Nasales

/m/

/n/

/p/

/η/

Latérales

/I/

/λ/

Glides

/J/

/w/

Vibrantes

/r/
/r/

8Occlusives Nous ajouterons les fricatives [β], [δ] et [ɣ], réalisations phonétiques de /b/, /d/ et /g/ en positions intervocaliques.

9/η/ apparaît en finale, ex. <pan>, <vin> (pain), (vin).

10/ᵹ/, outre la réalisation [ᵹ], courante, représente aussi les réalisations affriquées [dᵹ] en début de mot (cité plus haut), mais également [tʃ] en finale après voyelle et [ʃ] en finale après consonne.

11Les études de C. Ademà Mora, J. Allières, E. Astié, P. Bec, M. del Campà, J. Coromines, O. Winkelmann,... (cf. Bibliographie aranaise p. 166-173) nous ont initié aux spécificités de cette variété gasconne. Afin d'avoir une idée de l'évolution phonétique et de la grammaire aranaise comparée aux parlers gascons voisins et au catalan, on pourra se référer aux travaux de synthèse de M. del C. Campà, pour la phonétique historique, où la quasi totalité des traits décrits sont en fait valables pour d'autres parlers gascons, de O. Winkelmann pour la morphologie, et d'E. Astié pour la grammaire et la syntaxe.

  • 42 Atlas linguistique de la Gascogne / sous la direction de J. Séguy. Tome VI. Paris : CNRS, 1973. Car (...)
  • 43 Atlas linquistique de la Gascogne / sous la direction de J. Séguy. Paris : CNRS, 1956-1973.
  • 44 M. A. GRIERA. Atlas lingüístico del Valle de Arán. Barcelona: IICR, 1973.

12Par rapport aux parlers voisins des Pyrénées gasconnes, l'aranais aurait tendance à perdre certains traits considérés comme caractéristiques du gascon, surtout en allant vers le Haut Aran. Ainsi, le /r/ initial, avec un a prosthétique, apparaît beaucoup moins systématiquement que l'on pourrait s'y attendre. Le que énonciatif, de règle dans le gascon du sud, y est plutôt rare, /h/, provenant de l'aspiration de <f> étymologique du latin, n'apparaît vraiment qu'au nord de la Vallée, à Canejan ; il a abouti è [Ø] ailleurs, comme en castillan. Malgré cela, l'Atlas Linguistique de la Gascogne le place, parmi onze catégories gradientes de zones déterminées d'après des critères de gasconnité, à cheval sur des catégories 8 et 942. Les données détaillées des divers tomes de l'Atlas Linguistique de la Gascogne (1956-1973)43 et de l'Atlas Lingüístico del Valle de Arán de M. A. Griera44 complèteront ce tour d'horizon.

  • 45 Témoins de cette époque, des peintures murales du XVIIe siècle conservent des légendes en français (...)
  • 46 J. LLARENA LLUNA. Páginas sobre la instrucción pública en el Valle de Arán. Lérida: s. n., 1914. P (...)

13Depuis le Moyen Age, l'aranais se trouve confronté, sur sa propre aire, à quatre langues de Pouvoir : castillan et catalan pour le Pouvoir politique, français (à l'époque moderne)45, catalan et castillan pour le Pouvoir religieux. On doit enfin ajouter une présence du français dans l'Enseignement à travers l'instruction dispensée par les frères français de Saint Jean Baptiste de la Salle (frères de la Doctrine Chrétienne). Les frères étaient installés au Pensionnat St-Joseph à Lés (46), où ils enseignèrent en français, surtout, et en castillan, de 1907 à la guerre civile. Le pensionnat de Lés recevait, tout au moins jusqu'à 1914, une majorité d'élèves français. Un bâtiment séparé recevait des externes de la Vallée, de Lés principalement. A la même époque, le collège St-Joseph possédait une succursale à Vielha, également destinée à des externes aranais46. Des témoignages oraux nous ont appris le fait remarqué que l'aranais était écarté des salles de classe mais aussi des cours de récréation de ces établissements, attitude sans doute liée à des habitudes strictes prises à l'égard des "patois" en France par les organismes d'enseignement publics ou privés depuis le XIXe siècle.

14Cette situation originale de plurilinguisme hiérarchisé a provoqué l'introduction, dans le gascon aranais, de mots courants ou liés à des activités revêtant des caractères d'officialité. Ont ainsi été empruntés au castillan : limpio (propre), pues (donc), después (après), hasta (jusqu'à), puesto (poste), quedar (rester), preguntar (demander), ejércit (armées), concejal (conseiller), alcalde (maire),... Le castillan pourrait être aussi à l'origine de certaines formes syntaxiques telles que aver de (il faut), anar + a ou na + infinitif (aller + infinitif), formules progressives avec l'emploi de l'auxiliaire estar + participe présent,...

15Des hispanismes phonétiques apparaissent aussi dans la présence de mots proparoxytons, d'origine récente ou culte (ex. : política (politique), mais aussi dans les formes verbales du subjonctif présent (ex. : prénique (qu'il prenne).

  • 47 E. ASTIE. L'Occitan parlat en Espanha : l'aranés (l'occitan parlé en Espagne : l'aranais). 1985. T (...)

16Pour plus de détails, nous nous reporterons au travail universitaire réalisé par E. Astié, en 1985, sur l'occitan parlé dans le Val d'Aran47. Le lexique catalan est présent dans la terminologie religieuse (cf. supra, dépendance du diocèse catalan d'Urgell depuis le début du XIXe siècle entraînant l'emploi du catalan comme langue religieuse dans la Vallée) et familiale (influence, peut-être, du droit civil catalan et des notaires catalans qui purent utiliser officiellement le catalan dans les actes sous seing privé jusqu'en 1862). On peut ainsi remarquer creu (croix), pare (père), mare (mère), german(a) (frère, soeur),... Le français ressort dans le vocabulaire de l'Enseignement (cf. supra, les frères de la Salle) avec caièr (cahier), creion (crayon),... mais également dans des termes courants ou familiers, facilement captés grâce aux contacts frontaliers car faisant partie désormais du français très majoritairement parlé par les Commingeois. Il peut s'agir de "oui", "peut-être", "voilà", "putain !",... Le cas de pompièr (pompier) est intéressant car lié à l'organisation même du service de lutte contre les incendies en Aran qui a toujours entretenu des relations de services et d'amitié avec les services corollaires situés côté français à St-Béat et St-Gaudens principalement.

LE TRILINGUISME ARANAIS

17Cette région exceptionnelle sur le plan linguistique, où l'on rencontre une pratique notable d'au moins trois langues, a fait l'objet en 1984 d'un recensement linguistique de la part de la Généralité de Catalogne, dans le cadre de sa Direction de la Politique Linguistique.

18Cela fut entrepris en mai-juin 1984 alors même que des mesures de fond et un certain nombre de mesures pratiques étaient déjà édictées et en vigueur. La rapidité était à l'ordre du jour. Le Val d'Aran a bénéficié de l'expérience et de la volonté catalane, et le recensement de 1984 a pu faire figure d'une action ajoutée aux autres, alors qu'il aurait peut-être dû intervenir, théoriquement, avant toute mesure importante en faveur de l'aranais.

19Commandé et financé par la Généralité, il rencontra un écho favorable et put être entrepris avec l'aide de collaborations aranaises, en particulier celle de F. Vergès. De jeunes enquêteurs choisis pour leur bonne connaissance du milieu et maniant couramment l'aranais, le castillan et le catalan, furent chargés de faire remplir trois questionnaires (individuel, familial, et un annexe pour les enseignants) élaborés par le Laboratoire de Sociologie de l'Institut Catholique d'Etudes Sociales, en collaboration avec les responsables de la Direction Générale de la Politique Linguistique de la Généralité de Catalogne et F. Vergès, enseignant spécialiste de l'aranais (cf. supra). Dans les nuances d'appréciation possibles de la part des personnes interrogées en période estivale, traditionnellement marquée par un flux important de populations non aranophones, les organisateurs de l'enquête choisirent d'opérer aux mois de mai et juin 1984.

20Par rapport aux 5.808 habitants de la Vallée, 1.301 foyers et 3.010 individus furent ainsi visités. De l'avis de T. Climent i Castelló, rédacteur du rapport de synthèse, les résultats peuvent être considérés comme fiables, avec une marge d'erreur de l'ordre de ± 3 %.

21L'enquête comprenait deux volets. La première partie, la plus importante, fournit des renseignements que nous qualifierons de "passifs". Ils relèvent, à proprement parler, du recensement, avec des données démographiques générales, utiles è la compréhension de la réalité linguistique locale, et d'autres, détaillées, sur les différents niveaux de connaissance et de pratique de l'aranais et des autres langues parlées dans la Vallée. Une deuxième partie, plus "qualitative", nous donne des indications sur les attitudes et opinions des personnes rencontrées.

22Quelques chiffres ont particulièrement retenu notre attention.

23Il convient de reconnaître, avec le rapporteur du recensement, que nous ne nous trouvons pas en face d'une société quadrilingue, comme on tendrait à le croire trop rapidement. L'aranais se trouve confronté, comme langue originelle, ou propre, d'un certain nombre d'habitants, à d'autres langues propres d'autres habitants. Ces autres langues sont essentiellement le castillan et le catalan. Le français, ici, ne représente que 1 % de la population. Ce pourcentage empêche que l'on puisse parler d'une pratique simultanée de quatre langues, même si cette dernière langue est employée comme langue secondaire, mais non véhiculaire, dans le cadre de relations frontalières et commerciales dues au tourisme. Si 61,2 % des habitants sont originaires d'Aran, 14,9 % le sont de Catalogne, et 21,1 % d'autres régions d'Espagne dont le Pays valencien. 58,6 % de ces mêmes habitants ont l'aranais pour langue propre, 28,7 % le castillan et 8,6 % le catalan. Cela veut dire que certains Aranais et Catalans de souche ont reçu le castillan comme première langue, en famille.

24Ces données de base sont ventilées par municipalité, avec, par exemple, les plus larges proportions de personnes ayant le castillan ou le catalan comme langue propre dans la commune capitale de la Vallée, Vielha-Mijaran. Les répartitions sont également faites en fonction du sexe, de l'âge, de la profession, du niveau d'études, du domicile, du lieu de naissance. D'autres chiffres rendent compte des niveaux de connaissance des diverses langues en présence et, en ce sens, reflètent davantage la réalité quotidienne. Par rapport aux 61,2 % d'Aranais nés dans la Vallée, 54,6 % du total des habitants comprennent et parlent l'aranais, 15,6 % savent le lire, en plus de le comprendre et le parler, et 8,9 % sauraient en outre l'écrire (on ne sait avec quelle orthographe). Cela ferait un total 1 de 79,1 % d'Aranais gui au moins comprennent et parlent le gascon. La pratique effective peut faire nuancer ces chiffres représentatifs de ce que les gens disent connaître. D'une part, 58,5 % des enquêtés déclarent parler toujours en aranais (dans la vallée) ; ceci correspond, en gros, au nombre d'habitants gui a l'occitan gascon comme langue propre. D'autre part, 10,24 % déclarent s'en servir comme deuxième langue. Ces deux pourcentages donnent un total 2 de 68,7 %, inférieur aux 79,1 % que nous avons déduits en total 1 précédemment. Les 10 % "flottants" seraient des gasconophones plus ou moins occasionnels auxquels il faudrait ajouter 4 % d'autres personnes qui disent user de l'oc quelquefois, sans pour autant en avoir la bonne connaissance attribuable aux 10 % précédents. On aurait ainsi environ 75 % d'Aranais "compétents" en gascon. Ces données sont certes positives pour l'aranais si l'on s'en tient aux données du rapport de synthèse ; elles le sont encore plus si l'on se fie à nos propres interprétations.

25Les résultats pour le castillan sont néanmoins plus élevés, puisque correspondant à notre total 1 (cf. supra), nous avons 97,9 %, soit seulement 2 % de personnes qui ignorent cette langue. En total 1, le catalan atteint 78,9 %, ce qui est tout à fait proche du total 1 aranais (cf. plus haut : 79,1 %). Cela montre une grande vitalité du catalan par rapport aux 8,6 % seulement de personnes dont le catalan est la langue propre. On remarquera aussi, dans les détails de l'enquête, que 20,5 % d'Aranais disent savoir écrire en catalan (même pourcentage que pour le français : 20,2 %), contre 8,9 % pour l'aranais et, bien sûr, 94,3 % pour le castillan.

26Les rôles respectifs se détachent dès ces premiers résultats. L'aranais est une langue locale, et peut-être plus que cela : "col. loquial", dans le sens donné par le catalan de langue vernaculaire, non officielle, bien vivante et même majoritaire (cf. les 58,5 % cités plus haut) comme langue propre, prioritaire comme langue d'usage courant dans la Vallée. Nous déduisons, en outre, des données de synthèse de l'enquête, que la différence entre le pourcentage des Aranais qui ont le gascon pour langue propre et celui de ceux qui le pratiquent, à des degrés divers, montrerait un phénomène d'acculturation linguistique, intéressant pour une langue minorisée, puisque touchant 10 % de la population.

27Le castillan révèle, par d'autres pourcentages suffisamment révélateurs, une place hégémonique de langue de l'Etat.

28Le catalan, voisin, fait figure de langue à statut intermédiaire, un peu comparable, è travers certains chiffres, au français. C'est le cas pour la connaissance "culte" de la langue, puisque l'on a des résultats équivalents pour les proportions de personnes qui disent savoir écrire en catalan ou en français. Le total 1 pour le français, bien qu'important, est le plus faible avec 53,8 %.

29Les ventilations des degrés de connaissance et de pratique par âge, sexe, profession, domicile,... montrent, par exemple, que c'est dans l'hôtellerie et le tourisme, secteurs clefs de l'économie aranaise, que le castillan est le plus utilisé. De même, dans la Santé et l'Enseignement, qui relèvent de plus en plus d'une administration catalanophone, on note un usage du catalan, plus significatif toutefois sur un plan qualitatif que quantitatif.

30Sur un histogramme représentant les différentes proportions de gasconophones quotidiens selon l'âge, on constate une diminution régulière, de la tranche d'âge des 70 ans et plus, à celle des 11 à 20 ans, de 85,5 % à 47,5 %. La tranche des moins de 10 ans, indigue, quant à elle, 52 % d'aranophones quotidiens. C'est aussi dans cette tranche d'âge que se trouve la plus grosse proportion d'individus qui emploie le gascon aranais comme deuxième langue. 59,7 % des enfants de moins de 10 ans ont déclaré comprendre et savoir parler aranais. Si on y ajoute ceux qui déclarent savoir en plus le lire et l'écrire, cela fait un total 1 de 68,9 %. Ce total 1 est de 85 % pour la tranche des 11 à 20 ans, dont 24 % qui savent l'écrire, effets déjà positifs d'un premier enseignement, encore marginal et officieux, de cette langue.

  • 48 Il apparaît que c'est le groupe d'immigrés qui emploient le plus l'aranais, après les Aranais de n (...)

31Dans le deuxième volet du recensement, qui portait sur les attitudes et les opinions, certaines réponses peuvent apparaître contradictoires. Un premier chiffre frappe : 84 % des personnes consultées désireraient que l'aranais soit la langue commune et quotidienne de la Vallée. Ce chiffre dépasse même les totaux 1 et 2 donnés plus haut pour cette langue. Mais 72 % des interrogés considèrent que le gascon aranais doit être placé sur un plan secondaire dans l'Enseignement. Les pourcentages qui concernent le catalan et le français vont tout de même dans le sens d'une "secondarisation" plus forte par rapport à l'aranais. 27,6 % de personnes, par conséquent, voudraient que l'aranais soit la langue de base de l'Enseignement (celle dans laquelle on enseignerait) ; 22.9 % désireraient que ce soit le catalan (alors que 14.9 % d'habitants du Val d'Aran ont le catalan pour langue propre) ; 13,4 % le français (proportion appréciable par rapport aux 1,6 % d'habitants originaires de France48 ; et 94,9 % le castillan, principalement dans les tranches d'âges correspondant à la population active. De l'avis du rédacteur, T. Climent, ces résultats s'expliqueraient par une attitude pragmatique de la part des intéressés. L'aranais ne serait certainement pas perçu comme indispensable hors de la Vallée. De plus, suivre des études secondaires, voire supérieures, dans une langue dont les matériaux écrits (à moins que l'on se réfère à un ensemble beaucoup plus étendu, gascon, et au-delà même, occitan) sont des plus réduits, relèverait de l'utopie. D'un autre côté, cette langue semble bien nécessaire dans les relations personnelles, ou toute relation humaine ayant pour cadre le Val d'Aran. Ces réponses rappellent à T. Climent celles qu'auraient pu faire les Catalans des années 1960, lorsque leur langue était soumise à de grandes contraintes. La comparaison nous semble moins évidente, car les Catalans disposaient alors d'un vaste acquis antérieur susceptible d'être un jour ou l'autre exploité. Dans l'exemple du Val d'Aran, l'aranais nous paraît être senti comme isolé face au reste du monde gascon et à l'ensemble d'oc. Cela peut venir d'une méconnaissance, tout à fait compréhensible, mais pose la question de la "masse" culturelle réellement disponible et mobilisable chez nous dans les variétés linguistiques voisines de l'aranais. La question de la fonction sociale du gascon chez nous est aussi posée. Quelle langue et pour quoi faire ?

  • 49 Voir G. BRAGA. "La Competizione fra sistema linguistici come proceso sociale". Rassegna Italiana d (...)

32Ces impressions nous montrent également, dans cet exemple de trilinguisme hétérogène49, une répartition très nette - mais qui peut se nuancer et évoluer dans les années à venir - des différentes fonctions attribuées à chaque langue. A ce titre, on peut parler de situation de domination sociolinguistique du castillan sur l'aranais, ou comme on le verra plus loin (cf. p. 64), de diglossie entre ces deux idiomes. Vis-à-vis du catalan, cela est moins net, même si cela l'a été autrefois (jusqu'au début du XVIIIe siècle dans l'administration, et jusqu'à la moitié du XIXe siècle dans la scripta notariée), et si sur un plan formel, ce dernier jouit actuellement d'une supériorité hiérarchique de droit et de fait. L'aranais, langue minorisée, étend ses limites assez loin. Langue des relations personnelles et privées, il est aussi très en usage dans les relations de travail. En outre, les Aranais conçoivent très bien qu'il puisse être aussi employé dans le fonctionnement d'institutions locales. Mais peut-être comme si l'Aran se situait en dehors des grandes hiérarchies linguistiques. Les relations obligées de la Vallée passent par le castillan et le catalan. Dès que l'on touche à ce niveau, les Aranais ont un réflexe utilitariste sans paraître pour autant mépriser leur langue. Celle-ci apparaît alors comme celle de l'identité aranaise, une identité qui veut aller loin sur le plan formel, mais qui prend conscience de ses limites et peut-être de son isolement face à un ensemble gascon et occitan avec lequel les liens concrets sont encore réduits ou symboliques.

33A la fin de cette partie, l'enquête s'intéresse à la perception des efforts faits par les institutions catalanes et aranaises en faveur de l'aranais. C'est un peu le côté bilan de l'action de la Généralité en matière linguistique, l'intention avouée du Gouvernement catalan étant de ne pas faire subir à l'aranais ce qu'il a lui-même subi pour le catalan. Si 17,5 % des enquêtés n'étaient pas au courant en 1984, parmi les autres, le jugement est globalement positif, le groupe des 41 à 50 ans étant toutefois le plus nuancé.

34Dans le dernier chapitre annexe au volet "attitudes et opinions", divers aspects tels que l'attitude de l'Eglise, la question des médias, des associations, sont évoqués. L'Enseignement l'est aussi avec les résultats du petit questionnaire qui était spécialement destiné à ce domaine. Dans ce secteur clef pour l'avenir de l'aranais, 82 % des enseignants du Val d'Aran annoncent savoir parler, lire et écrire en catalan, alors que seulement 20 % ont une telle pratique de l'aranais, même si la majorité peut comprendre, parler et lire cette langue. On voit mal, il est vrai, comment il pourrait en être autrement - et c'est d'autant plus valable pour l'ensemble de la population aranaise - vu l'absence de matériel et de structures, jusqu'à une période très proche, pour apprendre à lire et à écrire en aranais.

35Malgré cela, sur l'ensemble des enseignants, dont 38,5 % sont originaires d'Aran, 38,5 % du Principat et le reste d'autres régions d'Espagne, 36 % croient que l'occitan gascon de l'Aran doit être la langue de base de l'Enseignement. 18 % veulent qu'il en soit ainsi uniquement pour les Aranais de souche. Les 41 % restant considèrent que l'aranais doit être une matière parmi d'autres, avec plus d'heures toutefois, remarquent certains. Ces chiffres sont plus valorisants pour l'aranais que ceux qui proviennent de l'ensemble de la population.

36Militantisme ? Raisons pédagogiques ? Ces 36 % représentent la majorité des enseignants d'origine aranaise, seulement 20 % des enseignants d'origine catalane et près de deux tiers des enseignants originaires du reste de l'Espagne (groupe minoritaire, cf. supra : 23 % du total des enseignants).

37Pour un enseignement de l'aranais qui débute (cf. p. 131-134) ces derniers renseignements sont prometteurs. Il faut les replacer dans un contexte sociolinguistique plus large, de même que l'ensemble des réponses du volet "attitudes et opinions". En effet ces dernières auraient pu être très différentes deux ou trois ans plus tôt, avant les mesures, légales ou concertées, d'envergure publique, qui ont fleuri depuis 1983.

38Parmi les cas de pratiques publiques, signalés à la fin de ce volet annexe nous mentionnerons le cas de l'Eglise et celui des medias.

  • 50 Interview de Mossen J. Casseny réalisé à Vielha, le 17/05/-1986, par A. Viaut.

39La pratique linguistique à l'Eglise est déjà intéressante si l'on se réfère à l'histoire de l'Eglise aranaise marquée par un souci d'identité locale (cf. partie historique p. 40-42). La pratique religieuse en Aran, moyenne, au dire de l'archiprêtre Mossen J. Casseny50, par rapport aux autres archiprêtrés du diocèse de la Seu d'Urgel, se trouve confrontée à l'ouverture de la Vallée au tourisme. L'Eglise garderait cependant un poids symbolique non négligeable, et ses attitudes vis-à-vis de la langue minorisée peuvent avoir un effet légitimant. Depuis l'avènement de Mgr Martí Alanís à la tête de l'Evêché d'Urgell, outre le fait que la question de l'utilisation de l'aranais comme langue liturgique ne semble être posée par les Aranais que depuis assez peu d'années, une attitude souple a eu cours à l'égard de cette langue.

  • 51 Petit Missau aranés. S. L. : Archiprestat de'ra Val d’Aran, 1978.

40Le fait que l'archiprêtre soit aranais (cf. p. 42) est déjà un élément favorable. Sur les cinq prêtres de la Vallée, il serait le seul, selon le recensement linguistique, à comprendre, parler et écrire l'aranais. Les autres, dont trois d'origine catalane, le comprendraient seulement. Seul l'archiprêtre a pris l'initiative d'employer l'aranais comme langue de messe, à Vielha, capitale de la Vallée (ce détail n'est pas anodin), conjointement au catalan et au castillan. Le catalan est majoritairement utilisé dans la partie est de l'Aran, hormis la station de ski de Baquèira-Beret où c'est le castillan, Vielha comprise, tandis que dans la partie ouest et nord, c'est plutôt le castillan. Un petit missel en aranais existe depuis 1978, écrit en graphie dépendante (cf. p. 105)51. Mossen J. Casseny en prépare un deuxième, plus complet, qui sera écrit en graphie normalisée (cf. p. 110-121).

41Le domaine des médias, important pour l'avenir, est peu abordé par l'enquête. Nous avons, pour notre part, recueilli les quelques renseignements qui suivent. La revue Terra Aranesa, à la fin des années 1970, utilisait presque uniquement l'aranais, quoiqu'avec différents systèmes graphiques. Depuis la disparition de cette revue axée sur l'histoire et la culture aranaises, la revue mensuelle Aran, dans ses trois numéros parus en 1984, a employé l'aranais de façon minoritaire, à côté du castillan et du catalan. De 1985 à fin 1986, le quotidien de Lérida, La Mañana, a publié un article en aranais tous les mercredis. F. Vergès s'en est d'abord occupé. Il fut remplacé, de fin 1985 à fin 1986, par J.L. Sanç. Les articles eurent le plus souvent trait è la politique linguistique en Aran et aux questions de normalisation et de diffusion publique de l'aranais. L'aranais a été présent, de façon irrégulière, de la fin des années 1970 à 1984, sur "Ràdio Aran", émetteur privé de la station de ski de Baquèira-Beret, à raison d'une heure par jour ouvrable, en période de ski, et en 1984 également l'été. Il est question, depuis 1984, d'introduire une programmation en aranais sur les programmes locaux de TV3, la télévision catalane, dont des relais ont été installés dans la Vallée en 1985. Rien n'est encore fait de ce côté. En tout, peu de choses, si l'on excepte un réel effort dans la diffusion d'ouvrages de jeunesse, notamment, en aranais, que nous présenterons plus loin (cf. diffusion de la norme p. 127-128). L'aranais se place en position encore bien minoritaire par rapport au castillan, au catalan, et même au français dont les émissions de radio et de télévision, surtout, sont captées, et dont les cinémas frontaliers sont fréquentés.

42Des questions de coût et de rentabilisation se posent certainement pour un espace de communication culturelle dont le public potentiel est a priori réduit aux dimensions démographiques du Val d'Aran, et plus précisément à l'importance numérique des aranophiles, probablement majoritaires d'ailleurs. A moins que, comme pour le livre, cela ne soit perçu sous l'angle d'un service public local. Un émetteur municipal, à Vielha, qui privilégierait l'aranais, est en projet depuis quelques années. Même dans ce cadre d'une politique publique, on doit tenir compte, en plus des problèmes de moyens et d'aptitudes, des habitudes prises et des inhérentes capacités de diffusion des autres langues en présence.

  • 52 T. CLIMENT. Realitat lingüística a la Val d'Aran. Barcelona: Generalitat de Catalunya / Departamen (...)

43L'enquête dirigée par T. Climent fut publiée en 1986 par l'Institut de Sociolinguistique Catalane de la Généralité sous le titre suivant : Realitat lingüística a la Vall d'Aran (Réalité linguistique dans le Val d'Aran52.

44Entre-temps, le Conseil Comarcal de Montagne du Val d'Aran fit, de son côté, une enquête publique, au mois de mars 1985. Parmi les 30 questions qui portaient principalement sur les désirs des Aranais en matière de services publics, il y en avait une qui concernait les pratiques linguistiques. Nous en reproduisons ici les résultats :

"Qué idiomas habla Usted ?" (Quelles langues parlez-vous ?)

Langues

Oui

Non

Aranais

71,9 %

28,1 %

Catalan

78,2 %

21,8 %

Castillan

95,2 %

4,8 %

Français

60,3 %

39,7 %

Autres

10,4 %

89,6 %

45Ces pourcentages proviennent d'un échantillonnage hasardeux, les réponses ont été remises par courrier, des enquêteurs ne sont pas passés maison par maison comme pour le recensement linguistique de 1984. Ils ne sauraient être aussi représentatifs par conséquent. Ils sont néanmoins intéressants car ils confirment globalement les chiffres de l'année précédente. Les 71,9 % de personnes gui déclarent, sans nuances, parler aranais, se situent entre le total 2 de 68,7 % cf. p. 56) et le pourcentage d'aranophones "compétents" que nous avons crû déceler à partir des données de l'enquête de 1984. Les chiffres peuvent être également rapprochés en ce qui concerne le catalan et le castillan. C'est moins le cas pour le français, mais là encore, l'aspect global de la question de l'enquête comarcale, est à mettre d'autant plus en cause que le français gue disent connaître ou pratiquer les Aranais, ne correspond pas obligatoirement au niveau de connaissance qu'ils ont du catalan ou du castillan.

LA "TRIGLOSSIE" ARANAISE

46Si le recensement linguistique de 1984 contient une partie "attitudes et opinions", celle-ci ne saurait informer complètement sur la situation sociolinguistique et ses tendances dans le Val d'Aran.

  • 53 C. LAGARDA. "Multilinguisme e ensenhament en Val d'Aran". Lengas, 19, 1986, p. 35-61.

47On dispose, dans ce domaine, de premières données, grâce à l'enquête menée par C. Lagarde53, ces dernières années, auprès d'élèves et de leurs familles. Le questionnaire, dont l'aspect le plus intéressant pour nous est représenté par le volet "occasions d'utilisation", a touché un échantillon de 184 élèves, soit dans un deuxième temps, 920 personnes dans le cadre des groupes familiaux rencontrés (environ 17 % de la population du Val d'Aran). Les lieux de Canejan, Lés, Bossòst, Es Bordes, Vielha, Escunhau et Salardu ont ainsi été visités. Outre des rappels opportuns sur la place du castillan comme première langue d'enseignement et sur la place du français, première, et presque unique, langue étrangère enseignée, C. Lagarde nous signale l'importance relative du groupe galicien dans son échantillon, alors que l'enquête de T. Climent ne le met pas spécialement en évidence. Le castillan apparaît sans conteste comme la langue la plus dominante si l'on tient compte non seulement de la compétence (également mesurée dans l'enquête de T. Climent), mais aussi de la qualité des lieux d'utilisation et de sa situation d'interlangue, hautement légitimée, permettant, selon les termes de C. Lagarde, l'intercompréhension au sein de cette société multilingue. Dans de nombreux cas de groupes familiaux linguistiquement mixtes, ce serait le castillan qui aurait tendance à prendre le pas sur les autres langues. Le castillan serait dominant dans les échanges informels entre écoliers des centres scolaires les plus importants, et 24,5 % des élèves rencontrés par C. Lagarde disent se servir de l'aranais comme langue de communication spontanée à l'école. Sur l'échantillon des groupes familiaux, les pourcentages de fréquences d'utilisation de l'aranais et du castillan montrent une bonne résistance de l'aranais comme langue du quotidien de la Vallée, alors même que la compétence en castillan apparaît de loin la plus forte toutes enquêtes confondues (autour de 95 %), soit les résultats que nous présenterons comme suit :

48Pour C. Lagarde, ces chiffres, qui placent l'aranais à un niveau de pratique bien supérieur au gascon et à l'occitan, plus généralement, chez nous, ont pour corollaire une image de plus en plus positive de la langue de la Vallée. Et cette nouvelle image serait due, en grande partie, aux efforts déployés par les instances officielles catalanes en faveur de cette langue, alors même que ceux-ci sont susceptibles de contribuer à faire percevoir le catalan en Aran comme effectivement atypique.

  • 54 M. MARISTANY. El Valle de Arán. Barcelona : Martinez Roca, 1986.

49Avant de faire un certain nombre de remarques générales sur l'exemple sociolinguistique que constitue le Val d'Aran, et comme pour clôturer les divers renseignements objectifs dont nous avons tenté de faire le tour, nous avons choisi de les confronter au témoignage spontané que donne M. Maristany dans son ouvrage El Valle de Arán, publié récemment54.

  • 55 Ibidem, p. 34.

"D'entrée, l'aranais parle en castillan à la personne venue de l'extérieur. Puis il se conforme automatiquement à la langue de son interlocuteur, sans effort. Les programmes de ses fêtes sont imprimés en castillan, en accord avec la meilleure tradition villageoise. De même, lorsqu'ils parlent en public, les Aranais le font dans la langue de Cervantes. A l'occasion du couronnement de la reine des fêtes de Viella (sic) de 1985, le maire s'adressa en castillan à la foule assemblée sur la place. Un membre de l'expédition aranaise à l'Himalaya fit la même chose. La reine, par contre, répondit en aranais et seuls les autochtones la comprirent. Cette préférence pour le castillan vient peut-être de ce que les Aranais considèrent leur langue natale comme la langue familière, de la maison, et la langue majoritaire de l'Espagne comme la langue des grandes occasions... D'autre part j'ai pu remarquer que la majorité des enfants parlent en castillan dans leurs jeux dans la rue ou à la sortie des écoles, mais en aranais chez eux. Peut-être cela est-il dû à l'influence de la télévision"55.

50Ces impressions immédiates, sans prétention scientifique, sont révélatrices d'un état d'esprit, bien connu en France, ou la survalorisation de la langue hexagonale agit, chez de nombreuses personnes comme un réflexe. "Les programmes en castillan dans la meilleur tradition villageoise", "la langue de Cervantes", "la langue des grandes occasions",... M. Maristany aurait pu être plus nuancé s'il avait lu les résultats du recensement linguistique dirigé par T. Climent, pourtant disponible en librairie, ou même ceux de l'enquête du Conseil Comarcal de 1985, disponible à la Mairie de Vielha. Il pourra constater, en annexe au présent ouvrage (cf. p. 186) que des communes du Val d'Aran n'utilisent pas que le castillan sur les programmes festifs. Si M. le Maire de Vielha s'est exprimé en castillan pour féliciter la reine des fêtes, c'est peut-être par souci d'être compris de tous, sans exception, mais c'est peut-être aussi parce que c'est la langue qu'il manie le mieux. La reine, en répondant en aranais ne fut pas uniquement comprise par les Aranais de souche ou alors les résultats des enquêtes de T. Climent et de C. Lagarde sont douteux. Quant à la remarque sur les pratiques linguistiques des écoliers, elle corrobore davantage les résultats de l'enquête partielle de C. Lagarde (cf. p. 65), mais est bien péremptoire, et tel ou tel témoignage pourraient être également rapporté dans l'autre sens. De plus, ainsi que l'avait précisé C. Lagarde, des bourgs importants comme Vielha ou Bossòst sont certainement plus castillanisés qu'ailleurs, de ce point de vue. Si ces genres d'affirmations ne sauraient constituer une présentation de la réalité sociolinguistique globale du Val d'Aran, il n'en sont pas moins révélateurs, jusque dans leurs erreurs et leurs excès de subjectivité, d'une situation complexe et en pleine évolution face à laquelle il peut se révéler utile de prendre un certain recul comparatiste et théorique.

51Le Val d'Aran présente le cas d'une variété locale de gascon confrontée, depuis longtemps, à des degrés divers, à trois langues de Pouvoir. Ce cas de plurilinguisme inégalitaire se trouve lui-même confronté à un déterminisme spatial et démographique déjà évoqué qui en fait ressortir les caractères exceptionnels mais aussi relatifs quant à la portée d'une telle situation. On doit aussi faire la part d'un environnement général qui tend à avantager des processus d'uniformisation linguistique, passant de manière plus efficace qu'autrefois, du fait de l'accroissement administratif et communicationnel, par des phases plus ou moins radicales de substitution linguistique. A ce propos, le linguiste et sociolinguiste catalan, A. M. Badia i Margarit, après avoir énuméré différents facteurs qui soutiennent la réduction de la diversité naturelle des parlers, ajoute ceci :

  • 56 A. M. BADIA i MARGARIT. Llengua i poder (textos de sociolingüística catalana). Barcelona: Laia, 19 (...)

"Mais plus que le reste, le facteur déterminant, qui rassemble et résume ce que je viens d'énumérer (les autres facteurs de réduction des différences linguistiques), c'est la transformation de la société agraire traditionnelle en société industrielle moderne, par l'intermédiaire d'un processus d'urbanisation, qui a conduit, à la campagne, les tracteurs et les autres appareils mécanisés et qui y a installé des industries dérivées des produits naturels56.

52Il en vient à évoquer, à propos de cette évolution, la notion de nivellement :

  • 57 Ibidem, p. 41.

"La vie est en crise, il se produit partout un nivellement qui fait disparaître les formes traditionnelles. Le nivellement se fait en faveur de la variété idiomatique de la zone qui exerce le pouvoir, politique, économique, démographique et culturel. De nos jours, comme il y a mille ans, les uniformisations dans la langue se font, non pour des raisons de structure linguistique, mais pour des raisons de Pouvoir"57.

53Ce remarques, destinées, au départ, à la place du catalan standard moderne face aux parlers traditionnels de cette même langue, ne s'applique pas, au premier abord, à l'Aran qui ne connaît pas, par rapport à cette échelle de comparaison, de standard gascon, encore moins occitan. Elles pourraient, par contre, trouver à s'appliquer au cas où se dégagerait une norme standard de gascon aranais à l'échelle de la Vallée. La reconnaissance et la normalisation progressive de l'aranais, engagées à partir de 1980-81, et que nous étudierons plus loin (cf. p. 73-135), pourraient faire aller les choses dans ce sens. L'orientation de la vie économique aranaise vers le tertiaire et le rôle joué par la capitale Vielha, sont d'autres facteurs, contextuels, d'uniformisation.

  • 58 C. A. FERGUSSON. "Diglossia". World, 15, 1959, p. 325-340.
  • 59 J. A. FISHMAN. "Bilingualism with and without diglossia; diglossia with and without bilingualism". (...)
  • 60 R. L. NINYGLES. Idioma y poder social. Madrid : Tecnos, 1972. P. 30-33.

54La place de dialectes ou de parlers, si locaux soient-ils, par rapport à une norme standard, revêtue de caractères d'officialité, est celle à laquelle se réfère une des premières définitions de la diglossie, dans son sens moderne de rapport inégalitaire entre deux variétés linguistiques, celle donnée par C.A. Fergusson en 195958. Une variété haute (A), standard supradialectal, utilisée pour les communications formelles, officielles et publiques, se superpose à une, ou des, variétés basses (B), qui peuvent d'ailleurs avoir fait l'objet d'évolutions normalisatrices propres, à des niveaux divers, et qui sont employées pour la communication familière, familiale, informelle, ou tout au plus, à un stade très localisé et réduit de communication formelle. L'extension faite par J.A. Fishman59, dans les années 1960, et par R.L. Ninyoles60 en Espagne à la même époque et plus tard, de cette interprétation en termes de hiérarchisation sociolinguistique des cas de bilinguisme, peut couvrir de façon large la réalité aranaise. Ce n'est pas seulement une disparité dialecte(s)/standard, liée à un même ensemble linguistique, qui peut être évoquée, mais ce sont aussi des situations où des langues différentes se trouvent en situation de domination respective. Parmi les quatre relations établies par J.A. Fishman et appliquées par R.L. Ninyoles à l'exemple du catalan valencien, diglossie avec bilinguisme, diglossie sans bilinguisme, bilinguisme sans diglossie et ni diglossie ni bilinguisme (très théorique), le schéma diglossie avec bilinguisme serait celui qui conviendrait le mieux pour l'Aran. En tenant compte des données du recensement de 1984 qui, selon T. Climent, ne seraient pas de nature à autoriser la définition de quadrilinguisme pour la Vallée (cf. supra p. 55), on pourrait alors parler d'une relation triglossie avec trilinguisme, du fait d'une relation diglossique existant déjà entre le catalan et le castillan.

55A notre sens, l'idée de tetraglossie ne saurait pourtant être totalement évacuée, dans la mesure où le français est présent dans le lexique aranais courant (cf. supra p.53-54), de façon symbolique, mais dans des champs qui dénotent des moments où cette langue a été prise pour référence à cause de son application à une activité formelle, publique, ou liée à l'officialité.

  • 61 F. VALLVERDU. Dues llengües; dues funcions?. Barcelona: Edicions 62, 1984, P. 21-22.

56Par rapport à ce cadre d'ensemble, F. Vallverdú61, autre sociolinguiste catalan, propose de distinguer deux types de diglossie : la diglossie "neutre" et la diglossie "conflictuelle". La situation de diglossie, ou triglossie, "conflictuelle" serait celle qui correspondrait à la réalité aranaise comme du reste, sous sa forme diglossique, à la situation de l'occitan vis-à-vis du français. Le conflit est plus ou moins ouvert mais il est généralement inexorable dans ses conséquences à plus ou moins long terme. Cela invite à se poser la question de la force et des effets du conflit, compliqué, en terre d'Aran, par la présence de deux langues hiérarchiquement supérieures.

  • 62 H. KLOSS. "Bilingualism and nationalism". The Journal of Social Issues, XXIII-2, 1967, p. 39-47.

57H. Kloss62 établit, pour sa part, une distinction entre bilinguisme "substitutif" et bilinguisme "diglossique", applicables selon que les langues en conflit sont éloignées ou proches linguistiquement. F. Vallverdu pense que la distinction pourrait s'appliquer pour caractériser la différence entre les positions du basque, en net recul, et du catalan, qui se maintient mieux face au castillan avec lequel il se trouve en situation de bilinguisme "diglossique", du fait d'une commune appartenance à l'ensemble des langues latines. Si les cas de bilinguismes "diglossiques" sont propres, selon cette hypothèse, à favoriser la fragmentation en parlers et "patois", ce qui paraîtrait s'être passé pour la langue d'oc, ou même le gascon, on s'aperçoit que ce genre de situation, ainsi que H. Kloss l'avait d'ailleurs prévu, n'est pas stable et débouche, un jour ou l'autre, sur un bilinguisme de "substitution". Le Val d'Aran, en comparaison aux autres régions gasconnes, et plus largement d'oc, touchées par un phénomène substitutif de plus en plus patent, voire définitif, se placerait, en se rapportant à ce schéma, dans une phase encore diglossique. Phase spécifique que l'on ne saurait comparer toutefois à celle du catalan avant qu'il soit redevenu officiel en 1979 (cf. p. 83), à cause de la différence de poids culturel et historique.

  • 63 W. E. LAMBERT. "A Social psychology of bilingualism". The Journal of Social Issues, XXIII-2, 1967, (...)

58Les motivations des Aranais d'utiliser le castillan ou le catalan furent, et sont, dictées par la nécessité, le Pouvoir. Et au sens où A. M. Badia i Margarit l'entend, le Pouvoir est à Madrid, et plus encore à Barcelone. Il passe ainsi par la pratique de l'espagnol, et dans une certaine mesure du catalan (cf. par exemple pour rentrer dans la fonction publique gérée par la Communauté Autonome de Catalogne), maintenant que ce dernier, comme nous le verrons plus loin (cf. p. 83) est co-officiel en Catalogne avec le Castillan. De là à abandonner l'aranais,... les récentes enquêtes nous ont enseigné que ce moment n'était pas encore arrivé. Mais si les Aranais désirent conserver l'usage vivant de leur langue, celle-ci doit être, au moins, soutenue, pour être enseignée. Son emploi doit procéder, en plus des motivations subjectivisées et sentimentales, liées à toute langue minorisée, d'un minimum, à l'échelle de la Vallée, de motivations "instrumentales", au sens décrit par W.E. Lambert63. On voit difficilement comment cela pourrait se réaliser sans un accès de plus en plus net de l'aranais aux niveaux publics et formels, voire officiels, de la communication dans l'Aran et sans une affirmation plus claire d'un pôle de Pouvoir local. Ces éléments, pour importants qu'ils puissent être à l'échelon du Val d'Aran, ne pourront empêcher les autres motivations "instrumentales", déterminantes sur tant d'autres plans, de garder obligatoire l'emploi du castillan, et utile celui du catalan, et de confirmer ainsi les Aranais dans leur trilinguisme, établi, il est vrai, entre trois langues romanes relativement proches. Ceci peut entraîner certaines difficultés, non dans la quotidienneté où les Aranais sont habitués à ce polyglottisme, mais peut-être dans l'enseignement (cf. p. 133). Rappelons, de plus, que le plurilinguisme aranais n'est pas seulement lié à des nécessités ressenties par les Aranais eux-mêmes, mais également à un certain pourcentage de population ayant le castillan (immigration la plus importante ces dernières décennies) ou le catalan pour langues propres (dans ce dernier cas, la pratique quotidienne du catalan va de pair avec une double compétence, égale, en catalan et en castillan).

59Si l'on en croit T. Climent, à travers les impressions qu'elle livre à la fin de son ouvrage sur la réalité linguistique dans la Val d'Aran, les deux langues qui dominent dans la rue sont l'aranais et le castillan, le catalan apparaissant un peu dans la capitale, Vielha, centre administratif, et dans le Haut Aran, le plus proche géographiquement des régions catalanophones. Consciente de la force du castillan et de la bonne résistance de l'aranais, elle conclut ainsi, au sujet de la politique linguistique appliquée, et applicable, par la Généralité de Catalogne, en faveur de l'aranais :

  • 64 T. CLIMENT, Op. cit., p. 119.

"Cette normalisation, l'information recueillie nous incite à le dire, doit respecter le sentiment d'identité aranaise, et même si le catalan risque à la fin d'y être moins assuré, il faut comprendre que la langue de ce territoire est l'aranais"64.

60En faveur de l'aranais, au risque que ce soit au détriment du catalan, pris en sandwich ? N'oublions pas tout de même que près de 80 % de la population aranaise se révèle être compétente en catalan (pour seulement 8,6 % de la population de la Vallée qui a le catalan comme langue propre) d'après la propre enquête de T. Climent. Mais c'est sans doute dans le cadre de la place prise par la reconnaissance et la normalisation de l'aranais dans la politique linguistique du Gouvernement de la Généralité en Aran, que le terme de "faveur" prend un sens.

61Le Recensement linguistique de 1984 s'inscrit lui-même dans une série de mesures dont les initiatives sont venues de Barcelone et du Val d'Aran.

Notes

38 F. GONZALEZ OLLE. "La lengua occitana en Navarra". Revista de dialectologia y tradiciones populares, XXV - 384, 1969, p. 285-300.

39 J. SANDARAN i BACARIA. La Vall d'Aràn i els Catalans (Conferència donada en l'Ateneu obrer del Districte II de Barcelona, el dia 23 d'octubre de 1913, per D. Josep Sandaràn i Bacaria). Barcelona: Tallers d'Arts Gràfriques Henrich i Comp. a en C., 1913. P. 9.

40 P. BEC. La Langue occitane. Paris : PUF, 1978. P. 46-47.

41 P. BEC. Manuel pratique d'occitan moderne. Paris : Picard, 1973. P. 52.

42 Atlas linguistique de la Gascogne / sous la direction de J. Séguy. Tome VI. Paris : CNRS, 1973. Carte no 253.

43 Atlas linquistique de la Gascogne / sous la direction de J. Séguy. Paris : CNRS, 1956-1973.

44 M. A. GRIERA. Atlas lingüístico del Valle de Arán. Barcelona: IICR, 1973.

45 Témoins de cette époque, des peintures murales du XVIIe siècle conservent des légendes en français, dans l'église paroissiale de Vielha.

46 J. LLARENA LLUNA. Páginas sobre la instrucción pública en el Valle de Arán. Lérida: s. n., 1914. P. 57-62.

47 E. ASTIE. L'Occitan parlat en Espanha : l'aranés (l'occitan parlé en Espagne : l'aranais). 1985. TER, Université de Bordeaux III (Espagnol). P. 72-78.

48 Il apparaît que c'est le groupe d'immigrés qui emploient le plus l'aranais, après les Aranais de naissance. L'enquête ne précise pas si ce sont, à l'origine, des enfants d'émigrés aranais des années 1940-50.

49 Voir G. BRAGA. "La Competizione fra sistema linguistici come proceso sociale". Rassegna Italiana di Lingüística Applicata, VIII 2/3, 1976, p. 27-48.

50 Interview de Mossen J. Casseny réalisé à Vielha, le 17/05/-1986, par A. Viaut.

51 Petit Missau aranés. S. L. : Archiprestat de'ra Val d’Aran, 1978.

52 T. CLIMENT. Realitat lingüística a la Val d'Aran. Barcelona: Generalitat de Catalunya / Departament de Cultura, 1986.

53 C. LAGARDA. "Multilinguisme e ensenhament en Val d'Aran". Lengas, 19, 1986, p. 35-61.

54 M. MARISTANY. El Valle de Arán. Barcelona : Martinez Roca, 1986.

55 Ibidem, p. 34.

56 A. M. BADIA i MARGARIT. Llengua i poder (textos de sociolingüística catalana). Barcelona: Laia, 1986. P. 41.

57 Ibidem, p. 41.

58 C. A. FERGUSSON. "Diglossia". World, 15, 1959, p. 325-340.

59 J. A. FISHMAN. "Bilingualism with and without diglossia; diglossia with and without bilingualism". The journal of Social Issues, XXIII-2, 1967, p. 29-38.

60 R. L. NINYGLES. Idioma y poder social. Madrid : Tecnos, 1972. P. 30-33.

61 F. VALLVERDU. Dues llengües; dues funcions?. Barcelona: Edicions 62, 1984, P. 21-22.

62 H. KLOSS. "Bilingualism and nationalism". The Journal of Social Issues, XXIII-2, 1967, p. 39-47.

63 W. E. LAMBERT. "A Social psychology of bilingualism". The Journal of Social Issues, XXIII-2, 1967, p. 91-109.

64 T. CLIMENT, Op. cit., p. 119.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search