Version classiqueVersion mobile

L’occitan gascon en Catalogne espagnole. Le Val d’Aran

 | 
Alain Viaut

Une vallée gasconne en Espagne

Le cadre historique

Texte intégral

L'AUTONOMIE POLITIQUE

1L'histoire du Val d'Aran a sans doute été marquée par un déterminisme géographique qui a joué, non seulement sur son isolement et ses protections naturelles, mais aussi sur ses espaces forestiers et de pâture. Cette terre fut souvent convoitée par des voisins dont elle apprit à se défendre, ou avec lesquels elle sut participer à des accords garants de bonnes relations séculaires. Ces éléments contribuèrent peut-être à forger chez ses habitants un sentiment d'identité collective liée à l'utilisation de biens naturels communs, sentiment souvent remarqué et en train de se réaffirmer de nos jours.

  • 15 Elle fut découverte sous le maître-autel de l'église de Hasparren au XVIIe siècle. Elle daterait d (...)

2La première attestation sur des Aranais daterait du IIe siècle avant Jésus-Christ. En effet, l'historien grec Polybe (202-120 av. J-C) parle dans les Histoires de la tribu pyrénéenne des Arenosi. Plus tard, J. César parle des Garumni, installés dans la haute vallée de la Garonne. Les Convenae, dont ils font partie, seront cités parmi les peuples aquitains par Pline l'Ancien (23-79 av. J-C). Ces Convenae sont également cités sur la pierre d'Hasparren15 du IIIe siècle parmi les peuples aquitains de la Novempopulanie.

3Du Xe au XIIe siècle, le Val d'Aran va être disputé par les communautés à économie pastorale voisines des Comtés de la Ribagorça, du Pallars, mais aussi du Comminges. Ces tensions auront peut-être contribué è renforcer un sentiment d'autonomie politique des Aranais par rapport au Comminges auquel ils étaient autrefois rattachés à travers la Civitas Convenarum, nom d'origine de cette entité, avec laquelle ils gardaient des liens, au moins sur le plan religieux (cf. sur l'histoire de l'Eglise aranaise p.40-42), dans le cadre de l'Evêché de St-Bertrand de Comminges, dont les limites reprenaient celles de l'antique Civitas.

4Dès cette époque pourtant, l'Aragon apparaît comme une des premières puissances pyrénéennes dans l'orbite duquel le Val d'Aran va commencer à graviter. Ainsi, en 1154, les nobles béarnais, réunis à Canfranc, placent le Béarn sous la protection du roi d'Aragon. De là, le Béarn va dépendre durant un siècle de l'Aragon qui marque alors sa présence de principal suzerain sur les régions transpyrénéennes du Béarn au Comminges et à la Catalogne. Si ce rappel donne une idée de l'environnement géopolitique auquel le Val d'Aran ne saurait échapper, la date de 1169 marquera le début d'un statut un peu spécial de cette vallée que l'on prendra l'habitude de considérer à part des autres sous-ensembles de la région, et non incluse dans l'un ou l'autre d'entre eux, sinon de manière partielle ou momentanée. Si, en 1169, le roi Alphonse 1er d'Aragon et Catalogne cède le Val d'Aran au comte Centulle (Centot) II de Bigorre, c'est à la condition que cette terre ne soit jamais aliénée au profit d'un autre lien royal. En renforçant sa politique d'expansion pyrénéenne, le royaume d'Aragon apparaît, en même temps, comme le puissant protecteur de la Vallée. Et lorsqu'en septembre 1194 il donne le Comté de Bigorre à Gaston VI de Moncada, qui se mariait avec une de ses cousines, petite-fille du comte Centot II de Bigorre, il maintient le Val d'Aran sous sa dépendance directe.

5Le 22 septembre 1201, pourtant, Pierre II d'Aragon cède l'Aran à Bernard de Comminges, à la condition que ce dernier répudie sa femme, Marie de Montpellier, afin qu'il puisse lui-même l'épouser. L'Aragon y gagna Montpellier et des liens renforcés avec le vassal commingeois. Le Val d'Aran se révéla ainsi utile aux transactions aragonaises en terres d'Oc.

  • 16 Histoire d'Occitanie. Paris : Hachette, 1979. p. 310-313.

6Mais le rêve d'un grand Etat catalano-occitan, envisageable le 27 janvier 1213, au moment où le comte et les consuls de Toulouse, les comtes de Comminges et Foix et le vicomte de Béarn demandent la protection de Pierre II d'Aragon contre les prétentions françaises prenant prétexte de la croisade contre les Albigeois, prend fin en septembre de la même année, à Muret, avec la défaite des troupes coalisées sous l'égide de Pierre II et la mort de ce dernier au combat16.

7La cession au Comminges de 1201 n'avait dû être que partielle et temporaire et n'avait pas dû entacher les liens fondamentaux établis dès 1169, puisqu'en 1120, Jacques 1er d'Aragon-Catalogne confirma aux Aranais le privilège de la pleine possession des eaux, bois et pâtures, et les autorisa è jouir d'une organisation collective propre, pas important vers la libération d'étreintes féodales en même temps que reconnaissance, probablement, d'un état de fait.

  • 17 Ibidem, p. 331-332.

8Le traité de Corbeil qui, en 1238, résulta de la défaite de Muret, signifia pour l'Aragon la fin de ses prétentions nord-pyrénéenne, hormis sur Montpellier qui fut conservé. Le roi de France, en contrepartie, renonçait è des droits théoriques, datant des Carolingiens, du temps où ces derniers avaient constitué la Marca Hispanica face au versant oriental de l'Espagne musulmane, sur le Comté de Barcelone. Le Val d'Aran, dépendant à cette époque du Comté de Comminges (cf. supra), pu garder un lien avec l'Aragon qui fit valoir ses anciens droits sur cette terre. Le Comminges, par contre, fut de plus en plus étroitement associé au Comté de Toulouse. L'hommage rendu par Bernard VI en 1229 va dans ce sens, alors que le traité de Meaux de janvier 1229 avait déjà scellé, au profit du domaine royal français, le destin du Comté de Toulouse. La conséquence majeure de ce traité apparut en 1271 : après la mort, cette année-là, de la fille de Raymond VII de Toulouse et d'Alphonse de Poitiers (frère de Louis IX) sans héritiers, les terres de Toulouse, et à leur suite, le Comminges, furent directement rattachés au domaine royal de France17. Les prétentions françaises sur le Val d'Aran utiliseront souvent, par la suite, les intermédiaires commingeois et toulousain. La proximité linguistique et culturelle entre le Val d'Aran et le Comminges fut longtemps assortie d'une défiance vis-à-vis d'un Pouvoir et de bandes belliqueuses venus du nord.

9En 1283, les Français, qui n'avaient pas abandonné leurs visées sur la Vallée, l'occupèrent. Puis, ce fut Jacques de Mallorque. L'Aran, disputé encore, pendant des années, entre la France, l'Aragon et Mallorque, trouva un répit grâce à un arbitrage papal qui le plaça temporairement entre les mains de Sanche de Mallorque.

  • 18 J. F. de GRACIA. Relacion al rey Phelipe III... S. L. : s. n., 1613. P. 60-61.

10En 1312 enfin, devant tous ces prétendants, une commission tripartite fit une enquête afin de débrouiller les biens-fondés de chacun des souverains potentiels. Le cardinal Tusculano, chargé de prononcer la sentence finale, réaffirma alors les droits de l'Aragon, et les représentants des Aranais allèrent à Barcelone prêter hommage comme vassaux de la couronne18. Cette incontestable confirmation du lien entre l'Aran et la couronne d'Aragon-Catalogne alla de pair avec le développement d'institutions aranaises stables. L'année suivante, le roi Jacques II d'Aragon-Catalogne, dans le Privilège dit de la "Querimonia", s'engagea à respecter les us et coutumes des Aranais dont il fut fait, pot ? l'occasion, une compilation. De nombreux privilèges et franchises furent en même temps octroyés. Ce souverain créa aussi un baillage général du Val d'Aran qui lui donnait un rang théoriquement équivalent à celui qu'avaient la Catalogne, Valence ou Mallorque. De là, l'autonomie aranaise va se développer, autour de son texte fondamental, la "Querimonia", mis en avant jusqu'au XVIIIe siècle, et d'institutions propres, l"'Universitas", sorte d'assemblée générale de représentants de la Vallée, les "Terçons" et "Sesterçons", divisions territoriales (cf. organisation administrative, p. 25), et plus tard, le Conseil Général et le Syndic (cf. p. 25), émanations des "Terçons".

  • 19 Ibidem, p. 63-64.
  • 20 Les Ordinaciones de 1618, pour le Val d'Aran, furent établies après l'enquête menée dans cette val (...)

11D'autres privilèges vinrent s'ajouter au siècle suivant. En 1387, Jean 1er d'Aragon fut ainsi amené à récompenser les Aranais de preuves de patriotisme dont ils avaient fait preuve envers son père, Pierre IV le Cérémonieux. Les Aranais avaient repoussé une attaque du comte de Pallars, à qui Pierre IV avait vendu la Vallée en raison de dettes. Afin de rester maîtres chez eux, les Aranais payèrent les deux mille florins de dettes contractées par le roi. Son successeur, reconnaissant, leur donna le droit de s'armer pour défendre leur pays et les exempta de divers impôts et droits de passage19. L'ensemble des droits acquis par les Aranais en ce siècle, dont la "Querimonia", se retrouveront plus tard, en 1618, actualisés et complétés par d'autres textes intervenus entre-temps, dans les Ordinaciones20, document établi à la demande de Philippe III pour rassembler et clarifier le Droit aranais.

12A la fin du XIVe siècle, les liens avec la couronne aragonaise se précisèrent lorsque le Val d'Aran fut placé sous la dépendance du Principat de Catalogne. En 1389, Jacques 1er confirma la proposition faite par les Cours de Montsó, sur demande aranaise, d'unir la Vallée au Gouvernement du Principat. Les privilèges aranais et le pacte de ne jamais aliéner l'Aran de la Couronne d'Aragon-Catalogne furent à nouveau confirmés. Et en 1411, devant des prétentions de la Généralité de Catalogne de s'attacher plus étroitement l'administration de la Vallée, une délégation aranaise rappela le roi d'Aragon au respect des anciens serments. Un des délégués aurait alors prononcé ces paroles, parfois citées par les aranistes actuels : "L'Aran no ha tingut mai més amo que Deu !" (l'Aran n'a jamais eu d'autre maître que Dieu !).

  • 21 J. F. de Gracia. Op. cit., p. 65.
  • 22 Ibidem, p. 66.
  • 23 D. de SAYAS RABANERA y ORTUBIA. Anales de Aragon desde el año de MDXX del nacimiento de nuestro re (...)

13L'avenir aragonais, puis plus précisément catalan, du Val d'Aran apparaît clair à partir de cette époque. Il demeurera tel jusqu'à nos jours. On a vu que cette relation s'appuie, depuis le Moyen Age, sur des pratiques éprouvées assurant aux Aranais le respect de leurs usages. La France ne semblait cependant pas perdre espoir de s'approprier cette vallée dont le caractère exceptionnel, dû à l'orientation septentrionale, allait être de plus en plus remarqué, au fur et à mesure que le pouvoir capétien confirmerait ses avancées du côté navarro-béarnais à l'ouest et roussillonnais à l'est. Aussi ce dernier s'efforça-t-il de l'investir, à plusieurs reprises, en cette fin du XIVe siècle et ensuite. Des troupes de Louis XI y pénétrèrent en 1473 et y causèrent de grands dommages21. En 1524, 1.300 hommes commandés par le sénéchal de Toulouse le remontèrent jusqu'à Salardu puis furent refoulées jusqu'à Saint-Béat, côté français22. L'attaque menée en novembre 1597 par le vicomte de Saint-Girons, à la tête de trois mille luthériens, en représailles aux ingérences espagnoles dans les régions protestantes du sud de la France, se solda aussi par un échec23. D'autres tentatives françaises échouèrent encore jusqu'au traité des Pyrénées, en décembre 1659, où l'Espagne céda le Roussillon, l'Artois et la Cerdagne à la France. Andorre et le Val d'Aran ne virent pas leurs situations modifiées. Malgré cela, le Val d'Aran et les populations commingeoises situés près de la frontière firent encore les frais des discordes franco-espagnoles. La Vallée fut occupée au moins deux fois, en 1711, au moment de la guerre de succession d'Espagne, et en 1794-95. En 1808, la conquête de l'Espagne par Napoléon 1er aboutit è l'annexion du Val d'Aran par la France. Cet acte sans précédents lui valut de faire partie du département de la Haute-Garonne jusqu'en 1815 où il fut rendu à l'Espagne.

  • 24 D. ARASA. Años 40, los maquis y el PCE. Barcelona: Argos Vergara, 1984. P. 248.

14De fait, le Val d'Aran paraît avoir longtemps constitué un point stratégique important. Il se présentait, tout au moins autrefois, comme un des endroits les plus propices à l'installation d'une tête de pont d'une force d'invasion vers l'Espagne, car le relief était de nature à protéger plus facilement une éventuelle retraite. C'est encore le raisonnement que semblent avoir tenu, selon D. Arasa24, les guerrilleros espagnols qui tentèrent d'investir le nord de l'Espagne en 1944 en privilégiant une percée par l'Aran. Bien sûr, les moyens militaires actuels relativiseraient beaucoup ces considérations.

  • 25 Le lieu-dit Plan d'Arrem est situé entre le bourg de Fos, en France, et la frontière franco-espagn (...)
  • 26 Pour plus de précisions, nous renvoyons au travail universitaire de B. ARROUS. Les Lies et passeri (...)

15Cette histoire transfrontalière, pour houleuse qu'elle fut, ne saurait faire oublier le fonctionnement séculaire d'accords concernant les relations pastorales et commerciales entre le Val d'Aran et les communautés commingeoises voisines. Il est, en particulier, intéressant de faire référence au traité des Lies et Passeries, passé le 22 avril 1513 au Plan d'Arrem25, qui garantissait, pour une zone assez large, allant de la vallée d'Aure au Couserans et de la région de Bielsa au Pallars, des échanges et des transactions à travers la frontière, même en temps de guerre26. Le traité fut suspendu au début du XVIIIe siècle, au moment de la guerre de succession d'Espagne. Le traité des Pyrénées de 1659 avait prévu et réglementé la guestion des pâturages transfrontaliers. Il fut complété en 1862 par une Convention additionnelle au traité de délimitation entre la France et l'Espagne. Outre des détails supplémentaires visant à délimiter exactement le passage de la frontière en zone de crêtes, ce texte s'occupe aussi d'usages pastoraux transfrontaliers et de pâtures possédées par des municipalités aranaises dans le canton de Bagnères-de-Luchon.

  • 27 Renseignements fournis par B. Arrous (enquête P. Lagarde - A. Viaut, à Luchon, le 18/05/1986).

16Des accords subsistent, de nos jours, entre certaines communes frontalières de la région de Luchon (Montauban-de-Luchon, Juzet-de-Luchon, Saint-Mamet) et les communes aranaises de Bossòst et Bausen pour réglementer l'utilisation de pâturages27. Des ententes particulières sont encore en vigueur également pour le courrier, côté français entre Luchon, St-Béat, Fos et l'Aran, pour les stages de secourisme en montagne, et en matière hospitalière, au moins jusqu'à 1985, année d'ouverture du nouvel hôpital de Vielha (cf. p. 129), avec la sécurité sociale française et l'hôpital de St-Gaudens.

L'AUTONOMIE RELIGIEUSE

17C'est sans doute sur le plan religieux que les liens avec le Comminges furent les plus significatifs. L'ancien rattachement de l'Eglise aranaise à l'Evêché de Comminges était en partie limité par la frontière politigue. Ce fait explique peut-être la relative autonomie de l'Eglise de la Vallée. Le Val d'Aran, avec Vetula (gui a donné Vielha) pour capitale, a gravité, nous l'avons déjà vu, dans l'orbite commingeoise, à partir tout au moins de la conguête romaine. Le pagus Aranensis des premiers siècles de notre ère fit partie de la Civitas Convenarum avec Lugdunum Convenarum (St-Bertrand-de-Comminges) pour capitale. Cette Civitas fit elle-même partie des peuples aguitains de la Novempopulanie. Ce rattachement au Comminges, et au-delà, mais de manière beaucoup plus théorique, à l'Aguitaine, conserva longtemps des marques tangibles à travers notamment les circonscriptions ecclésiastiques, qui suivaient, pour l'essentiel, les limites des anciennes circonscriptions laïques de l'époque romaine.

18Jusqu'au XIIe siècle, l'Eglise du Comminges, privée de son Evêché du fait de la destruction totale de St-Bertrand de Comminges par les troupes royales de Chilpéric en 585, dernier épisode d'une lutte fratricide entre partis mérovingiens sur fond de soulèvement aquitain, dépendit directement du diocèse métropolitain d'Auch, capitale de la Province ecclésiastique du sud de l'Aquitaine. A partir du XIIe siècle, le Val d'Aran dépendra à nouveau du diocèse restauré de St-Bertrand, jusqu'à la fin du XVIIIe siècle.

  • 28 Indiqué in J. SOLER y SANTALG. La Vall d'Aran. Barcelona : s. n., 1906. P. 92-94.

19L'autorité de l'évêque sur la Vallée fut limitée par un concordat établi entre lui et le roi d'Espagne. L'évêque était représenté par un ecclésiastique, originaire de la Vallée, qui avait pouvoir de faire appel de ses sentences à l'archevêque d'Auch. L'Archiprêtré du Val d'Aran possédait un Official, tribunal ecclésiastique qui, à côté de ses attributions judiciaires, proposait les prêtres devant exercer dans la Vallée à l'évêque de St-Bertrand. Ceux-ci devaient être originaires d'Aran et avaient été préalablement agréés par les habitants en présence de leurs représentants respectifs et de l'archiprêtre, autorité ecclésiastique suprême de la Vallée28.

  • 29 Cette situation durait depuis le traité des Pyrénées (1659), à l'issue duquel une partie de la Cer (...)
  • 30 Interview de Mossen J. Casseny réalisé à Vielha, le 17/05/-1986, par A. Viaut.

20La Révolution française et le concordat de 1801 furent les occasions de remettre en cause ce fonctionnement. C'est semble-t-il autant du fait des circonstances que de l'attitude de l'ancien évêque Osmond, que le Val d'Aran fut finalement rattaché, le 23 février 1803, au diocèse d'Urgell, en Catalogne espagnole. En contrepartie, ce diocèse perdait son autorité sur la Cerdagne française, reliée désormais au diocèse de Carcassonne. Cet arrangement, qui répondit plus à des nécessités politiques que religieuses, prit effet en 1805. Il contribuait à déterminer de manière plus absolue la frontière franco-espagnole et rendait plus complète l'appartenance du Val d'Aran à l'Espagne et à la Catalogne. Des différends apparurent, au cours du XIXe siècle, entre le clergé local, désireux de conserver son antique autonomie, et la nouvelle administration ecclésiastique29. Le clergé y perdit des libertés et la garantie de recevoir des prêtres d'origine locale. Cette situation s'est améliorée depuis les années 1970, grâce à une attitude différente et à une meilleure compréhension de la situation aranaise de la part de l'évêque actuel, Mgr Marti Alanís30. Depuis son installation, des efforts ont été faits pour nommer des prêtres dans leurs régions d'origine. Ainsi, sur les cinq prêtres du Val d'Aran, un, l'archiprêtre, Mossen J. Casseny, pour la première fois depuis longtemps, est originaire de la Vallée.

LA REVENDICATION ARANAISE

  • 31 Rapporté in Aran, 6, 1980, p. 14.

21Le 1er janvier 1716, la Catalogne perdait les bénéfices de ses privilèges et de ses institutions propres par le décret dit de "Nueva Planta", conséquence directe de la guerre de succession d'Espagne. Le premier Bourbon d'Espagne, Philippe V, responsable de ce décret, inaugurait ainsi une ère centralisatrice. Le Val d'Aran, non directement engagé dans le conflit, dont l'issue fut fatale à la Catalogne, ne fut pas touché par le décret de "Nueva Planta". Un arrêté royal du 13 mars 1717 confirma cette différence de traitement et rassura les Aranais sur leurs privilèges traditionnels et leur possibilité d'auto-gouvernement dans le cadre du Conseil Général et du Syndic qui conservèrent leurs rôles face au Gouverneur royal installé à Castèth-Leon (près du bourg actuel de Es Bordes). En 1735, même, Philippe V exempta les habitants de la Vallée de l'usage du papier timbré (ce privilège subsiste encore). Ce sort particulier, fait à la terre d'Aran par les Bourbons d'Espagne, était au moins justifié par l'isolement de la Vallée. C'est ce qui apparaît dans une déclaration faite à Barcelone par FerdinandVI en date du 20 février 175631.

  • 32 Indication recueillie dans J. SOLER y SANTALO. Op. cit., p. 96-97 : "La reine Isabelle II ordonna, (...)
  • 33 En fait, la Catalogne fut la seule région d'Espagne à utiliser le cadre de la mancommunauté ("manc (...)

22Le XIXe siècle, plus centraliste et bureaucratique, allait être moins favorable aux institutions aranaises. Les libertés de la Vallée, reconnue in totum jusqu'à Ferdinand VII, ne le furent plus que pour la libre disposition des bois et pâtures par Isabelle II32, et l'exemption tributaire du papier timbré par la régente Marie-Christine. Le 1er septembre 1827 se tenait la dernière séance du Conseil Général, qui devait être officiellement aboli en 1834, sous Isabelle II, par arrêté royal, à l'occasion de la réorganisation territoriale de l'Espagne en Provinces administratives et Régions judiciaires. Une prise de conscience culturelle et linguistique allait apparaître, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, avec des écrivains aranais proches du Félibrige commingeois. R. Nart, J. Sandaran et surtout J. Condó Sambeat, furent alors les chantres les plus connus de la terre aranaise, de son passé mythique et de ses valeurs traditionnelles. Ce traditionalisme "de défense", axé sur la mise en avant du passé, de la terre et des valeurs religieuses coïncida avec un renouveau des idées autonomistes et nationalistes en Catalogne et ailleurs en Espagne (Navarre, Pays Basque, Galice), plus actualisées et modernistes par rapport au Carlisme absolutiste du XIXe siècle, dont le dernier engagement notoire se produisit en 1936 aux côtés des rebelles en Navarre. La puissance d'une bourgeoisie catalane déçue par Madrid, considérée comme retardataire, l'importance industrielle de Barcelone et le développement d'un mouvement ouvrier, largement inspiré par les idées anarchistes, sont des éléments de fond de la renaissance catalane de cette époque. Cela déboucha, sur le plan politique, sur une première forme de gouvernement autonome dans le Principat, avec la Mancommunauté de Catalogne, qui dura de 1913 à 192333, date à laquelle elle fut abolie par Primo de Rivera. La revendication aranaise ne paraît pas s'être exprimée, ni au moment de la mise en place de la Mancommunauté, dont les pouvoirs étaient très réduits, ni ensuite. Celle-ci apparut quelques années plus tard, juste après la proclamation de la IIe République espagnole le 14 avril 1931 et la rédaction du projet de Statut d'autonomie de la Catalogne, dit "de Nuria", par l'Assemblée provisoire des députés de la Généralité, et avant le Statut effectivement octroyé, le 9 septembre 1932, par les Assemblées Constituantes de la République espagnole. On la trouve notifiée dans le document présenté par J. Nart Rodès, le 21 mai 1931, et adressé, au nom d'un groupe d'Aranais de Barcelone prenant l'appellation de "Centre aranès", au Président de la Généralité. J. Nart Rodès avait été député du Val d'Aran à l'ancienne Mancommunauté de Catalogne (cf. supra) et était alors député provincial pour le circonscription Tremp-Vielha. Cette démarche revêtait ainsi une certaine solemnité. Après une description des particularités de la Vallée, les co-signataires s'étendent sur l'histoire des liens entre le Val d'Aran et la Catalogne pour finir sur une demande visant à faire remettre en vigueur les anciens privilèges :

"Nous demandons que, dans le cadre du redressement des libertés catalanes qui doivent prendre forme dans la nouvelle Généralité, renaissent aussi les libertés aranaises, dans la mesure où elles ne menaceraient pas l'unité espagnole. Le nouveau statut de la Catalogne ne peut ni ne doit être un statut centraliste. Il doit au contraire respecter les unités comarcales historiques et vivantes, comme celle du Val d'Aran, permettant de remettre en vigueur ses institutions et l'exemple de ses libertés par :

  1. la formation du Conseil Général de la Vallée et le rétablissement du syndic,
  2. la maîtrise absolue des eaux, des bois et des mines au profit des intérêts communautaires de la Vallée,
  3. les libres entrées et sorties de marchandises entre le Val d'Aran et la France,
  4. la concertation économique pour le paiement des contributions générales.
  • 34 Communiqué par le "Centre de Normalisacion Lingüística dera Val d'Aran", à Vielha.

... En ces moments historiques pour l'Espagne et la Catalogne, il ne faut pas oublier les leçons de l'Histoire ni les sentiments des Peuples. Le Val d'Aran s'est uni librement à la Catalogne, et il l'a fait en vertu d'un pacte séculaire. Nous ne sommes pas attirés par une Constitution théorique comme celle de Cadiz, mais par la récupération de ce qui fut nôtre. Nous sommes des Catalans et des Espagnols d'une terre tournée vers la France. Retenez-la avec le coeur et les bras, et ne nous donnez pas des raisons de redire à la Généralité de 1931 ce que dirent les représentants aranais à celle de 1411". (Cf. supra, p. 38)34.

23Cette lettre au ton résolu n'allait pas connaître de suites en cette période troublée par la guerre. Ce n'est qu'après la mort du Caudillo qu'une autre démarche, partant, cette fois-ci directement de la Vallée, et non d'élites aranaises de Barcelone, peut-être un peu isolées, devait aboutir à des formulations guère différentes sur le fond de celles de 1931, mais qui indiquaient, de façon visible, un large soutien populaire. De plus, le climat politique et social général s'annonçait plus favorable à des actions concertées et de longue haleine que dans les années 30.

24En 1977 se constitua l'association d'habitants du Val d'Aran, "Es Terçons", utilisant la terminologie désignant les anciennes circonscriptions locales de la Vallée (cf. p. 24-25). Celle-ci allait agir en vue de raviver les sentiments d'identité de la Vallée et de préserver ses intérêts face au boom touristique qui la touchait alors. Elle joua ainsi un rôle dans la parution de normes d'aménagement planifié du Val d'Aran (147). On sait qu'elle joua aussi un rôle actif en matière de revendication linguistique (cf. p. 101), fait nouveau en Aran, au moment de la rédaction du projet de statut d'autonomie de la Catalogne. Elle fera nettement le lien entre revendication linguistique et revendication institutionnelle. De cette façon, en 1978, elle demandait, en même temps que l'officialité pour l'aranais, la reconnaissance et l'actualisation des formes historiques spécifiques d'organisation administrative du Val d'Aran. Lorsque cette association disparut, une grande partie de ses membres formèrent un parti politique local, "Unitat d'Aran - Partit Nacionaliste Aranés", représentant la revendication aranaise en vue du recouvrement des anciennes libertés. Le 2 avril 1979, ce dernier fut vainqueur aux premières élections municipales démocratiques de l'après-franquisme, dans la plupart des municipalités d'Aran. La même année, le 26 juillet 1979, à Tredòs, dans l'église Sta Maria de Cap d'Aran, fut approuvée à l'unanimité d'une assistance composée de presque tous les maires et de nombreuses autres personnalités de la Vallée, la création d'une commission "Prorestauration des institutions Historiques du Val d'Aran". Deux buts furent fixés :

  1. "identifier pleinement les anciennes institutions, surtout celle du Conseil de la Vallée, autant en ce qui concerne sa constitution géographique que sa composition et son fonctionnement, ses pouvoirs et représentations internes et externes,
  2. étudier la possibilité de son adaptation à la réalité actuelle afin de la proposer à l'étude de l'Assemblée des parlementaires, et obtenir que la loi territoriale de Catalogne ouvre une voie à la réalité aranaise, à la pleine satisfaction de l'Aran et de la Catalogne35.
  • 36 J. CAL. "La Val d'Aran, un pueblo gascon dentro de Catalunya". Segre dominical, 28/06/1986, p. 14.

25Cette nouvelle demande de restauration du Conseil Général s'accompagnait, cette fois, d'une revendication linguistique, dont il sera question plus loin, qui renforçait sa force identitaire. Cela culmina le dimanche 2 septembre 1979 avec la constitution, en la même église de Tredòs, du Conseil Général Provisoire du Val d'Aran36, lequel ne fut pas reconnu par la Généralité. La même année, le Statut d'autonomie de la Catalogne prenait cependant l'engagement de répondre positivement au courant araniste. La première disposition additionnelle y reprenait la formulation faite par l'association "Es Terçons", l'année précédente (cf. supra), et stipulait que :

"Dans le cadre de la Constitution espagnole et du présent Statut, les particularités historiques de l'organisation administrative interne du Val d'Aran seront reconnues et actualisées".

26Depuis, le Val d'Aran, pourvu d'un conseil Comarcal de Haute Montagne, au même titre que d'autres comarques catalanes de haute montagne, attend cette reconnaissance spécifique qui pourrait intervenir dans le cadre d'une future loi générale sur la division administrative de la Catalogne, ou peut-être d'une loi spécifique.

  • 37 Rapporté in R. MARTINEZ i DEU. Op. cit., p. 54.

27Depuis l'approbation du Statut d'autonomie de la Catalogne, des groupes institutionnalisés ou non, des personnalités, réclament l'application de la disposition statutaire. Cela commença dans le cadre d'un manifeste répercuté et appuyé par le "Cercle d'Agermanament Occitano-Català" (Cercle de Jumelage Occitano-Catalan), au mois de mai 1981, au cours de ses dernières journées de réunion à Lérida37 (v. p. 103).

Notes

15 Elle fut découverte sous le maître-autel de l'église de Hasparren au XVIIe siècle. Elle daterait du IIIe siècle. D'après ses indications, neuf peuples de l'Aguitaine se seraient alors entendus pour obtenir d'être séparés des Gaulois, avant la création officielle de la Novempopulanie sous Dioclétien, empereur de 284 à 305.

16 Histoire d'Occitanie. Paris : Hachette, 1979. p. 310-313.

17 Ibidem, p. 331-332.

18 J. F. de GRACIA. Relacion al rey Phelipe III... S. L. : s. n., 1613. P. 60-61.

19 Ibidem, p. 63-64.

20 Les Ordinaciones de 1618, pour le Val d'Aran, furent établies après l'enquête menée dans cette vallée par Juan Francisco de Gracia de Tolba et publiée sous le titre de Relacion al rey Phelipe III nuestro Señor (del nombre, sitio, planta, fertilidad, poblaciones, castillos, iglesias y personas del Valle de Aran, de los reyes que le han posseydo, sus conquistas, costumbres, leyes y gouierno). S. L. : s. n., 1613. J. F. de Gracia, conseiller du comte de Ribagorça, avait fait cette enquête officielle en qualité de visiteur royal.

21 J. F. de Gracia. Op. cit., p. 65.

22 Ibidem, p. 66.

23 D. de SAYAS RABANERA y ORTUBIA. Anales de Aragon desde el año de MDXX del nacimiento de nuestro redemptor hasta el de MDXXV. S. L.: s. n., 1666. P. 737-743.

24 D. ARASA. Años 40, los maquis y el PCE. Barcelona: Argos Vergara, 1984. P. 248.

25 Le lieu-dit Plan d'Arrem est situé entre le bourg de Fos, en France, et la frontière franco-espagnole, côté nord du Val d'Aran.

26 Pour plus de précisions, nous renvoyons au travail universitaire de B. ARROUS. Les Lies et passeries dans les Pyrénées occitanes et dans les pays voisins à l'époque moderne. 1986. Mémoire, Université de Toulouse-Le-Mirail (Lettres).

27 Renseignements fournis par B. Arrous (enquête P. Lagarde - A. Viaut, à Luchon, le 18/05/1986).

28 Indiqué in J. SOLER y SANTALG. La Vall d'Aran. Barcelona : s. n., 1906. P. 92-94.

29 Cette situation durait depuis le traité des Pyrénées (1659), à l'issue duquel une partie de la Cerdagne était passée sous tutelle française, sauf sur le plan religieux.

30 Interview de Mossen J. Casseny réalisé à Vielha, le 17/05/-1986, par A. Viaut.

31 Rapporté in Aran, 6, 1980, p. 14.

32 Indication recueillie dans J. SOLER y SANTALO. Op. cit., p. 96-97 : "La reine Isabelle II ordonna, en date du 20 septembre 1846 : "que no se haga novedad alguna en los disfrutos y usos de los montes del Valle", (que l'on n'apporte aucune modification au régime de jouissance et aux usages en vigeur sur les montagnes de la Vallée)".

33 En fait, la Catalogne fut la seule région d'Espagne à utiliser le cadre de la mancommunauté ("mancomunidad" en castillan, "mancomunitat" en catalan) provinciale qu'un décret royal venait de proposer à l'ensemble des provinces espagnoles.

34 Communiqué par le "Centre de Normalisacion Lingüística dera Val d'Aran", à Vielha.

35 Rapporté in R. MARTINEZ i DEU. ""Era Val d'Aran", un territori occità sota l'administració espanyola i catalana". Altres Nacions, 2-3, 1981, p. 32.

36 J. CAL. "La Val d'Aran, un pueblo gascon dentro de Catalunya". Segre dominical, 28/06/1986, p. 14.

37 Rapporté in R. MARTINEZ i DEU. Op. cit., p. 54.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search