Version classiqueVersion mobile

L’occitan gascon en Catalogne espagnole. Le Val d’Aran

 | 
Alain Viaut

Une vallée gasconne en Espagne

Le cadre économique et démographique

Texte intégral

ISOLEMENT ET MODERNISATION

  • 5 F. LOPEZ i R. MAJORAL. Op. cit., p. 111.
  • 6 Ibidem, p. 145.

1De par les données naturelles, l'économie traditionnelle de l'Aran était basée, jusqu'au début du XXe siècle, sur l'agriculture et surtout l'élevage. La forêt apportait également des profits appréciables, notamment comme ressource municipale. Pâturages et forêts font encore partie, dans une très large mesure, d'ensembles communautaires. De nos jours, seulement 7,7 % de la superficie de l'Aran5 est privée. La montagne est surtout utilisée en propriétés communes avec droits de pâture, de bois, de parcours, d'eau, pour les habitants et les communes. Actuellement, l'élevage a beaucoup régressé, même si quelques espoirs naissent autour de possibles débouchés français, depuis l'entrée de l'Espagne dans le Marché Commun, pour les équidés. La forêt ne possède pas, quant à elle, d'unités locales importantes de transformation, hormis deux scieries à Bossòst avec un total de 8 à 10 ouvriers en 19826.

2Une activité liée au sous-sol a été présente, jusqu'aux années 1950-60, à travers l'exploitation de mines de fer, plomb, cuivre, et surtout zinc et ardoise. Seules quelques carrières subsistent dans le domaine de l'industrie extractive liée à la construction.

  • 7 Ibidem, p. 157-194.

3En 1923 fut construite la première centrale hydroélectrique de Cledes. De 1947 è 1963, vinrent celles d'Arties, Vielha, Benós, Molin Vielh, Bossòst, Sant-Joan de Toran et Pont de Rei. En 1960, la puissance totale installée dans le Val d'Aran était de 220.756 kilowatts, soit 24,4 % du potentiel catalan et 4,3 % du potentiel espagnol. Ces pourcentages avaient diminué en 1978 où ils étaient passés à 11,6 % et 1,3 %. Récemment, ils ont encore diminué avec l'apparition de l'énergie nucléaire. Cette exploitation n'alimente plus aujourd'hui qu'une activité d'entretien7.

  • 8 Cf. supra, note no°1.

4Le secteur secondaire a été momentanément renforcé par une poussée dans la construction à partir des années 1970, grâce au développement touristique. Ce dernier contribue à donner du poids au secteur tertiaire qui est désormais le plus important dans l'économie aranaise. D'après les chiffres fournis par l'ouvrage, La Vall d'Aran, medi físic i transformació econòmica8, la population active ayant une profession liée au tourisme représentait, en 1979, 23,5 % du total de la population active et 49 % de celle du secteur tertiaire. De fait, les auteurs de cet ouvrage estimaient que le pourcentage de la population active dépendant du tourisme était de 60 % du total.

  • 9 Cf. supra, note no 1.

5Le phénomène touristique a pu amener une continuité et une certaine amélioration des activités économiques autochtones. Il contribue à désenclaver l'Aran par rapport au reste de l'Espagne. Le tourisme d'été, et surtout le tourisme d'hiver (cf. les stations de ski de Baquèira-Beret principalement et de la Tuca, près de Vielha) ont nécessité des accès routiers adaptés. Or, la première route, celle du Port dera Bonaigua, permettant une liaison avec la Catalogne par Esterri de Aneu, fut commencée en 1923, et encore était-elle impraticable une partie de l'année. Le tunnel du Port de Vielha, permettant une issue routière vers Lérida, a été ouvert en 1948, et rendu propre à la circulation moderne en 1964. La modernisation du réseau routier connaît un regain, depuis ces dernières années, avec la réfection du tunnel du Port de Vielha et des axes Eos-tunnel du Port de Vielha en route nationale, et Vielha-Pòrt de la Bonaigua en route comarcale. L'activité touristique n'est pas étrangère à cette évolution. Ce remodelage est de nature à favoriser encore plus les échanges commerciaux et humains entre la Vallée et le reste de la Catalogne, alors que les flux traditionnels s'établissaient plutôt dans le sens Aran-Erance, avec des problèmes de frontières, souvent résolus autrefois par des accords particuliers (cf. partie historique p. 39-40), mais qui ont pu aussi entraîner de réelles difficultés, par exemple durant la période 1940-1950. Il n'est pas indifférent de remarquer qu'à l'image des activités réduites du secteur secondaire, le développement du tertiaire, singulièrement grâce au tourisme, peut favoriser, en contrepartie, des pratiques de travail à temps partiel, à l'intérieur de familles gui participent à des activités du secteur primaire. Cette réalité, loin d'être nécessairement négative, représente parfois un palliatif gui permet d'améliorer l'infrastructure agricole. Ainsi, dans l'ouvrage Anàlisi de l'agricultura a la Vall d'Aran9, R. Majorai et F. Lopez remarquent que ce sont les villages les moins touchés par le tourisme qui sont les moins mécanisés. Ils notent en outre que ces occupations du tertiaire, et aussi du secondaire, pour le commerce, les stations de ski, la construction, les voiries,... consisteraient surtout en travaux masculins, plus ou moins saisonniers, ce qui pourrait favoriser une certaine féminisation de l'agriculture.

6Néanmoins, le tourisme ne s'étend pas sur toute l'année et commence à se ressentir de la crise. En dépit des récentes normes en matière d'aménagement, son poids, et malgré tout son expansion relative, peuvent entraîner une diminution des quelques terres agricoles au profit des résidences secondaires, avec des effets indirects, et difficilement maîtrisables, sur le prix du mètre-carré cultivable.

  • 10 R. MAJORAL i F. LOPEZ. Op. cit., p. 187.

7D'un autre côté, le tourisme n'est peut-être pas étranger au fait que l'épargne par habitant en Aran était, en 1977, la plus élevée de Catalogne. Mais, ainsi que le supposent R. Majoral et F. Lopez, dans l'Anàlisi de l'agricultra a la Vall d'Aran10, de même que le bois et l'électricité sortent de la Vallée après avoir donné lieu à fort peu de transformation préalable sur place, le Val d'Aran ne fait-il pas plus profiter les autres de ses ressources qu'il n'en profite lui-même ?

LE FACTEUR IMMIGRATOIRE

  • 11 F. LOPEZ i R. MAJORAL. Op. cit., p. 52.

8Le relief de l'Aran paraissait peu propice à l'implantation importante d'une population qui fait partie des moins denses des vallées pyrénéennes de la Catalogne, soit 9,5 hab/km2 (contre 4 au Pallars Sobirà voisin, 13,3 dans l'Alt Urgell et 23 en Cerdanya). Par comparaison avec la période écoulée depuis 19831, cela représente une bonne moyenne si l'on se reporte au tableau suivant, tiré de l'ouvrage La Vall d'Aran, publié en 198211.

Foni Censos i padrons de poblacto corresponents als anys indicats

  • 12 D'après les recherches entreprises par F. Gonthier, à l'Université de Bordeaux III, sous la direct (...)
  • 13 T. CLIMENT. La realitat lingüística a la Val d'Aran. Barcelona : Generalitat de Catalunya / Depart (...)
  • 14 F. LOPEZ i R. MAJORAL. Op. cit., p. 62.

9Ces variations, qui aboutissent à un total actuel oscillant entre 5.800 et 5.820 habitants, connaissent, après le sommet de 1860, une baisse due à l'industrialisation, tant du côté catalan que du côté français où Toulouse, et surtout Bordeaux12, allaient attirer des Aranais. La courbe réussit à se maintenir à un niveau moyen jusqu'à 1930, grâce au développement de l'activité minière et aux premières centrales hydroélectriques. Après la période perturbée des années 1940, une reprise se fit sentir avec la mise en chantier de nouvelles centrales. Depuis 1970, le tourisme a eu un rôle d'entraînement pour la construction, l'hôtellerie et le commerce, aidant au maintien sur place de la population autochtone, voire à l'arrivée de migrants, venus d'autres régions d'Espagne. Ainsi, en 1975, 33 % de la population vivant et travaillant dans la Vallée était née à l'extérieur de celle-ci. Lors du recensement linguistique effectué en 1984 par la Généralité de Catalogne (cf. p. 54), ce chiffre était passé à 35 %13. Un autre fait saillant doit être signalé : la population du Val d'Aran, un peu plus âgée que la moyenne catalane, est la moins vieillie toutefois des vallées des Pyrénées catalanes14. Dans les villages isolés (Bausen, Vilamòs, par exemple), cependant, un net vieillissement et un taux notable d'agriculteurs célibataires, plutôt âgés, ressortent des statistiques.

Notes

5 F. LOPEZ i R. MAJORAL. Op. cit., p. 111.

6 Ibidem, p. 145.

7 Ibidem, p. 157-194.

8 Cf. supra, note no°1.

9 Cf. supra, note no 1.

10 R. MAJORAL i F. LOPEZ. Op. cit., p. 187.

11 F. LOPEZ i R. MAJORAL. Op. cit., p. 52.

12 D'après les recherches entreprises par F. Gonthier, à l'Université de Bordeaux III, sous la direction de Messieurs Loupes et Perez sur l'immigration espagnole à Bordeaux, il apparaît, par exemple, que 3 rues du quartier St-Michel, celles du Moulin, des Bénédictins et du Port, comptaient parmi leur population hispanique immigrée du début du siècle, 90 % et plus d'Aranais, issus d'un peu partout dans le Val d'Aran, avec une prédominance pour Arties.

13 T. CLIMENT. La realitat lingüística a la Val d'Aran. Barcelona : Generalitat de Catalunya / Departament de Cultura, 1986. p. 40. Nous avons obtenu le pourcentage de 35 %, è partir des données du tableau sur l'origine des habitants de l'Aran, en comptabilisant, dans la population active, les tranches d'âge situées entre 21 et 70 ans.

14 F. LOPEZ i R. MAJORAL. Op. cit., p. 62.

Table des illustrations

Légende Foni Censos i padrons de poblacto corresponents als anys indicats
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search