Version classiqueVersion mobile

L’occitan gascon en Catalogne espagnole. Le Val d’Aran

 | 
Alain Viaut

Une vallée gasconne en Espagne

Le cadre physique

Texte intégral

1Situé vers le centre de la chaîne pyrénéenne (cf. carte p. 22), le Val d'Aran est la seule vallée des Pyrénées espagnoles qui soit orientée vers le nord. Elle est entourée de crêtes côté espagnol, dont l'Aneto qui culmine à 3.404 mètres. C'est aussi la seule vallée de la partie catalane espagnole de ce massif qui soit de climat atlantique. Ses 627 km2 sont très majoritairement occupés par un sol montagneux. La Garonne, qui y prend sa source, y a occasionné une plaine étroite d'orientation est-ouest puis sud-nord. Cet axe vital, où se trouve concentré l'essentiel de la population, ne représente que 7 % de la surface totale, 6,1 % pour les terres agricoles et 0,9 % pour les terres bâties. Le reste est constitué de pâtures de montagne, de forêts, de roches arides en altitude et de quelques 200 lacs dont les plus grands font entre 20 et 30 hectares.

  • 1 Les renseignements qui précèdent ont été recueillis dans les ouvrages suivants :
    F. LOPEZ i PALOMEQ (...)

2Le Val d'Aran est une Vallée à forte dénivellation, et dans l'ensemble il présente des hauteurs parmi les plus élevées des Pyrénées. Ainsi, 30 % du territoire aranais se situe au-dessus de 2.000 mètres, et seulement 5,4 % de l'ensemble est au-dessous de 1.000 mètres. Du point le plus bas, Pont de Rei, à 600 mètres d'altitude, près de la frontière franco-espagnole côté nord, au point le plus haut, le Besiberri, è 3.014 mètres, il y a environ 30 kilomètres de distance1.

3Ces aspects induisent un certain nombre de faits notables. Par rapport au reste de l'Espagne, le Val d’Aran est une vallée fermée, en communication avec le Comminges qui dépend de l'Etat français. C'est le lieu de départ de la vallée de la Garonne qui s'étend ensuite sur le versant français. L'Aran, peu propice à une agriculture importante, le sera par contre pour la forêt et l'élevage, à cause des facteurs d'altitude et de climat. Il est également bien placé pour recevoir un enneigement conséquent avec les aspects positifs que cela peut comporter pour le tourisme d'hiver et de demi-saison.

4Le sous-sol s'est prêté à une exploitation minière (cf. partie économique, p. 29). L'exiguïté de la bande cultivable, l'accentuation des pentes, vont déterminer au cours de l'histoire de ce petit pays une parcellisation des terres de culture dont l'amplitude sera reliée à l'évolution de la démographie et des activités économiques. Celle-ci sera en partie compensée par l'utilisation, sous forme communautaire, des bois et des pâturages, dans la mesure, pour ces derniers, de la place tenue par les activités d'élevage.

Notes

1 Les renseignements qui précèdent ont été recueillis dans les ouvrages suivants :
F. LOPEZ i PALOMEQUE i R. MAJORAL i MOLINE. La Vall d'Aran, medi físic i transformació econòmica. Barcelona : Caixa d'estalvis de Catalunya, 1982, et R. MAJORAL i MOLINE i F. LOPEZ i PALOMEQUE. Anàlisi de l'agricultura a la Vall d'Aran. Barcelona : Generalitat de Catalunya / Departament d'Agricultura, Ramaderia i Pesca, 1983.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search