Version classiqueVersion mobile

L’occitan gascon en Catalogne espagnole. Le Val d’Aran

 | 
Alain Viaut

Introduction

Texte intégral

1Le Val d'Aran a souvent été cité pour la beauté de ses paysages. En Espagne, on l'appelle parfois la "petite Suisse catalane". De nos jours, la montagne aranaise attire le tourisme d'hiver et d'été. Cette évolution récente est propre à favoriser le désenclavement de cette région autrefois réputée en Espagne pour son isolement. Le tourisme, avantagé par l'ouverture de la vallée sur la France, est sans doute une chance économique que d'autres vallées des Pyrénées espagnoles peuvent envier à l'Aran. S'il est porteur de nouvelles orientations économiques, il est aussi susceptible d'entraîner des mutations socioculturelles. "Petite Suisse" par la montagne, le tourisme de randonnée et de neige, le Val d'Aran l'est peut-être aussi par son paysage linguistique, où se rencontrent et se croisent plusieurs langues. Mais, alors qu'en Suisse les langues se côtoient géographiquement, là elles se superposent. La langue du Val d'Aran, l'aranais, qui fait partie de la branche gasconne de la famille linguistique occitane, est confrontée à trois autres langues latines, le castillan, le catalan et le français, qui jouissent de statuts supérieurs. Le multilinguisme aranais, où quatre langues latines jouent différents rôles, est un des seuls cas où un parler d'oc se trouve dans cette situation. Un autre cas, plus étendu géographiquement, existe dans des vallées des Alpes italiennes. L'italien, le piémontais et le français se superposent, à des degrés divers, à des variétés locales héritées d'occitan provençal ou de nord-occitan.

2L'enclavement du Val d'Aran avait protégé la pratique de la langue locale. La modernisation de la vallée et le tourisme ne risquent-ils pas de lui être fatals, en accélérant des processus de domination et d'unification linguistique, ou le sentiment d'identité collective sera-t-il suffisamment fort, pour susciter une mise en valeur dynamique de la culture locale et une appropriation équilibrée de la modernité ? L'Aran, qui trouve actuellement des premières réponses à ces questions, comme nous le verrons au cours ce notre développement, constitue, pour la France, malgré sa très modeste taille, un précédent qui ne peut laisser indifférent. A l'heure lasse où l'on n'espère plus, chez nous, d'attitudes publiques favorables aux langues de France autres que le français, l'Aran constitue, depuis ces dernières années, le premier exemple d'une reconnaissance officielle du fait linguistique gascon et occitan. Cette reconnaissance s'assortit d'une série de mesures concrètes qui visent à permettre un usage public de cette langue. Le Val d'Aran se situe en Espagne et en Catalogne. Les conditions générales grâce auxquelles il a pu se faire écouter et exploiter avec profit ces mesures, sont différentes, sur le fond, de celles que nous connaissons dans une France de plus en plus exceptionnelle, dans ce domaine, en Europe. Toute comparaison avec la situation de la langue d'oc en France doit tenir compte de ces dissimilitudes.

3Aussi sera-t-il utile de connaître le contexte aranais, afin de mieux appréhender la portée de la normalisation qui est menée dans la Vallée à travers la codification, l'extension de l'usage public et l'enseignement du gascon local. Mais, pour original que soit l'exemple aranais, les notions qui lui sont appliquées sur les plans politique, légal et linguistique, sont néanmoins d'autant plus dignes d'intérêt de notre part qu'elles ne sauraient nous être totalement étranges, puisqu'elles relèvent aussi de pratiques connues dans d'autres pays européens et au sein d'organisations internationales, telles que le Conseil de l'Europe, qui siège pourtant à Strasbourg.

4Nous désirons faire ici un travail de description, voire de "décryptage", de cet aspect de la réalité aranaise, partant de l'hypothèse selon laquelle il pouvait être riche d'enseignement, d'un point de vue de la recherche en France sur les langues "régionales", d'un point de vue aussi d'une recherche "impliquée", qui en apportant des informations et des analyses sur son objet, peut contribuer à le faire mieux connaître et "reconnaître".

5Nous mîmes l'accent, dans notre travail, sur les témoignages oraux des responsables et auteurs de textes, mesures ou actions en faveur de l'aranais. Les entretiens furent, presque toujours, effectués dans la langue propre des interlocuteurs, dans diverses variétés de langue d'oc dont l'aranaise, en catalan et en français. Les enregistrements effectifs durèrent, en moyenne, une quarantaine de minutes chacun. Ils furent tous entièrement transcrits au fur et à mesure et, dans certains cas, ils furent ensuite résumés afin d'en faciliter l'exploitation ultérieure. Ces enregistrements et leurs transcriptions sont conservés au Centre de Documentation sur le Domaine Gascon (C.D.D.G.) géré par le Centre d'Etudes des Culture d'Aquitaine et d'Europe du Sud (C.E.C.A.E.S., Centre de recherche de l'Université de Gascogne, Directeur : P. Bétérous) auquel il est rattaché depuis septembre 1983.

6Parmi nos interlocuteurs, quatre groupes de personnes, ayant joué un rôle direct dans l'émergence du fait linguistique aranais, ont spécialement retenu notre attention. Dès la fin de l'année 1983, nous contactâmes des personnes qui avaient fait partie de la Commission de normalisation orthographique de l'aranais, réunie en 1981 (cf. infra, p. 102). Le thème de la codification graphique fut choisi en premier, car c'est lui qui, à ce moment, semblait cristalliser les intérêts pour la question linguistique aranaise. C'était une façon pour nous d'être introduits au sein d'un débat et d'une action plus larges que nous nous étions proposés de comprendre. Furent ainsi rencontrés, dans l'ordre chronologique : Mmes et MM. Busquets, Vergès, Campà, Bec, Taupiac, Ademà, Marí, Grosclaude, Lamuela, Moll, Riu (cf. Tableau p. 11-15 : les noms de missions près desquels figure la lettre A). Lés principaux enquêteurs furent MM. A. Puig (Musée d'Aquitaine), J.M. Sarpoulet (C.E.C.A.E.S.) et moi-même. Ces enquêtes, non directives devaient obtenir des réponses sur les points suivants :

  • Qui a suscité la demande de normalisation orthographique ?
  • Comment avez-vous été contacté(e) ?
  • La question de cette normalisation vous avait-elle préoccupé(e) avant l'engagement d'une démarche officielle ?-Quelles furent, d'après vous, les raisons des choix qui déterminèrent la composition de la Commission de normalisation ?
  • Pouvez-vous nous parler du déroulement des travaux de la Commission et de leur contenu ?
  • Comment et par qui furent défendues les décisions importantes ?

7Le deuxième groupe de personnes visitées (lettre B sur le tableau p. 11-15) fut celui des responsables institutionnels locaux, impliqués dans la revendication linguistique et la diffusion publique de l'aranais. J. Nart, Président du Conseil Comarcal du Val d'Aran, les députés aranais P. Busquets et R. Martinez Cau, l'archiprêtre M.J. Casseny et de nombreux maires de la Vallée se prêtèrent aux enquêtes menées par J.M. Sarpoulet et moi-même, certaines personnes, notamment J. Nart, furent rencontrées à plusieurs reprises.

8Le troisième groupe était composé de responsables et décideurs de l'autorité de tutelle catalane (désignés par la lettre C sur le tableau p. 11-15). Il s'agit surtout de responsables de la politique linguistique catalane au Gouvernement de la Généralité, A. Moll et I. Marí. J. Vallvé nous fit part des conceptions et projets généraux du Gouvernement, au sujet de la langue du Val d'Aran. Les entretiens avec ces trois personnes furent effectués par A. Puig et moi-même. MM. Arenas, Varela, Doménech, qui exercent des responsabilités à différents degrés de l'enseignement en Catalogne, furent interrogés par J.M. Sarpoulet et moi-même, sur les conceptions et programmes d'introduction de l'aranais dans les écoles de la Vallée.

ENTRETIENS ENREGISTRES

ENTRETIENS ENREGISTRES

ENTRETIENS NON ENREGISTRES

ENTRETIENS NON ENREGISTRES

9Un quatrième groupe comprenait des acteurs locaux (désignés par la lettre D sur le tableau p. 11-15), directement impliqués dans la diffusion de l'aranais. Ce sont, essentiellement, J.L. Sanç, au titre du Centre de Normalisation Linguistique du Val d'Aran qu'il anime, et F. Vergès, enseignant d'aranais, cheville ouvrière, depuis le début, du processus de légitimation de cette langue.

10Les déplacements occasionnés par ces entrevues furent mis à profit pour recueillir le plus de documentation possible sur le Val d'Aran en général, et sur tous les faits et décisions qui rentraient dans le cadre de notre recherche. Il nous fut difficile de trouver certains documents, surtout au sujet de l'histoire du Val d'Aran, où l'on n'a pu s'appuyer sur des ouvrages de synthèse fiables. Des dépouillements de chroniques anciennes, telles que les Annales d'Aragon ou les Relations d'enquêtes royales, effectués par O. Bouchet (professeur d'Espagnol, Bordeaux) qui nous les communiqua, nous aidèrent à mieux connaître les particularités de l'histoire de cette vallée pyrénéenne. Un dossier photographique vint également compléter les autres sources, orales et imprimées.

11En choisissant de réaliser l'exposition bilingue oc-français "L'occitan gascon en Espagne : le Val d'Aran" (Maison des Sciences de l'homme d'Aquitaine (M.S.H.A.), Talence, 12-20 novembre 1985) avec l'aide de la M.S.H.A. et de P. Lagarde (M.S.H.A.) sur notre recherche, on eut pour but de montrer en Bordelais, c'est-à-dire dans une autre région gasconne, des documents représentatifs de la politique linguistique institutionnalisée, sur les plans communautaire (Catalogne autonome) et local (entités locales aranaises), en faveur du gascon aranais.

12Nous savions, en nous engageant dans ce travail d'information, que nous pouvions devenir acteurs. Ce pouvait être l'occasion d'observer comment ce type de recherche était perçu par le public directement concerné du Val d'Aran. Ce fut fait à partir du moment où l'exposition bordelaise fut demandée dans la Vallée. Cela donna lieu à la réalisation d'une deuxième exposition, plus complète, intitulée "Istòria recent der aranés : era sua projeccion en Occitània" (histoire récente de l'aranais : sa perception en Occitanie). Préparée avec la collaboration de P. Lagarde (M.S.H.A.) et les soutiens de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine et du Conseil Comarcal du Val d'Aran, elle se déroula à Vielha (capitale du Val d'Aran) du 16 au 19 mai 1986. Nous pûmes constater qu'elle fut inscrite d'office dans la campagne de normalisation de l'aranais, développée dans le cadre d'une convention entre la généralité de Catalogne (Direction Générale de la Politique Linguistique) et le Conseil Comarcal du Val d'Aran. Le regard extérieur était ainsi utilisé comme représentation d'une réalité à défendre.

13Après le temps passé en entretiens, recueil de renseignements, observation parfois participante et rédaction d'articles, vint celui de classer et ranger toutes les données qui ont servi à la rédaction du présent ouvrage. L'idée centrale sur laquelle il s'appuie pourrait se résumer de la façon suivante : la dynamique de la langue du Val d'Aran est conditionnée par un double engagement institutionnel, à l'échelon local où elle est soutenue par un net sentiment d'identité collective, et à l'échelon communautaire (Communauté autonome de Catalogne dont dépend l'Aran) et national (Etat espagnol) où elle rencontre des conceptions politiques favorables.

14Dans un premier temps, nous nous emploierons à mettre en évidence les traits caractéristiques de la terre d'Aran, qui sont de nature à nous fournir des éclairages sur sa conscience d'identité. Nous entrerons ensuite dans le vif de notre sujet avec l'étude de la dynamique linguistique aranaise, aspect déterminant de l'avenir de l'identité culturelle de cette région. Nous examinerons, point par point, les étapes du passage de l'aranais d'un stade de communication vernaculaire à un stade où a communication formelle lui devient possible, lui procurant ainsi des possibilités de meilleure adaptation à la société moderne, et par conséquent de survie.

Table des illustrations

Titre ENTRETIENS ENREGISTRES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre ENTRETIENS NON ENREGISTRES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14693/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14693/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search