Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tournant numérique des sciences humaines et sociales

 | 
Valérie Carayol
, 
Franck Morandi

Humanités digitales, transdisciplinarité et entretextualité

Éléments pour une organisation des corpus partagés

Franck Cormerais

Résumé

Dans le cadre des humanités digitales, l’approche transdisciplinaire proposée vise à construire de nouvelles normes de travail en commun, permettant un dialogue entre les disciplines dans la production d’un savoir partagé. Le régime transdisciplinaire correspond à une situation de partage, où le corpus devient un objet complexe qui fait rencontrer la littératie et le nombre. Les humanités en régime digital rendent possible un savoir hybridé dans le parcours suivant : nous verrons d’abord comment les humanités digitales produisent une « ouverture » herméneutique, qui pose la question du sens partagé entre les disciplines. Une épistémologie de l’entretexte s’interroge ensuite sur la construction de mondes communs, autour de la question de l’évaluation d’une création collective à partir d’un corpus partagé.

In digital humanities, the transdisciplinary approach proposes to construct new standards for joint working, with a dialogue between disciplines favouring the production of shared knowledge. Transdisciplinarity is a situation, where the corpus is a complex object that meets literacy and numeracy. Humanities in the digital system make hybrid knowledge possible : first we shall see how digital humanities produce a new hermeneutic, which introduces the question of sense shared by all disciplines. Then an epistemology of entretexte will question the construction of shared worlds, focusing on the assessment of collective creation from a common corpus.

Texte intégral

1Les humanités digitales ouvrent-elles une nouvelle perspective aux SHS et aux humanités ? « Notre temps n’est-il pas celui d’une rupture méritant d’être appréciée en termes anthropologiques, une transformation radicale de l’humanité s’appuyant sur de nouvelles configurations socio-techniques ? » (Wieviorka, 2013, 7). Ces deux interrogations renvoient à l’instauration d’une nouvelle conception de l’interprétation des corpus, où penser, classer, catégoriser sont des opérations reposant sur un redoublement interprétatif : i) par le programme informatique ; ii) par l’intelligence des chercheurs venant de plusieurs disciples. Les humanités digitales appellent une herméneutique de la « littératie » (Chiss, 2012) se situant au croisement du traitement algorithmique et du traitement interprétatif disciplinaire.

2À l’inverse de l’orientation prise par la fouille de données (text mining), appréhendée comme une pratique de mise en algorithmes de modèles simplifiés des théories linguistiques dans des systèmes informatiques d’apprentissage et de statistiques, nous proposons le champ d’investigation du travail entre les disciplines issues des SHS, compris comme une mise en commun des connaissances. Dans ce cas, l’approche des corpus numériques dans les humanités digitales pose la question d’une « reconception » des objets et des modèles théoriques. Cette orientation spécifique, de par son extension, précise une démarche liée à une herméneutique matérielle en régime numérique, qui se situe entre une linguistique des corpus (Rastier, 2011) et une logique rétentionnelle liée aux supports de la connaissance (Stiegler, 1996).

3Dans le cadre émergeant des humanités digitales (Dacos, Mounier, 2012), l’approche transdisciplinaire proposée vise à construire de nouvelles normes de travail en commun, permettant un dialogue entre les disciplines dans la production d’un savoir partagé. Cette orientation autorise, autour des corpus de textes, une conception renouvelée de la sémiosis, en mettant en évidence des corrélations multiples entre plan du contenu et plan de l’expression. Le régime transdisciplinaire correspond à une situation de partage, où le corpus devient un objet épistémique qui fait rencontrer la littératie et la numératie pour dépasser l’opposition entre les sciences « dures » (objectives) et les sciences humaines (subjectives). Les humanités en régime digital, après des sciences de la culture, rendent possible un savoir hybridé que nous présenterons dans le parcours suivant : nous verrons d’abord comment les humanités digitales produisent une « ouverture » herméneutique, qui pose la question du sens partagé entre les disciplines. Une épistémologie de l’entretexte s’interroge ensuite sur la construction de mondes communs, autour de la question de l’évaluation d’une création collective à partir d’un corpus partagé.

Humanités digitales et transdisciplinarité : l’ouverture herméneutique par la numérisation des corpus

4Avec les corpus, la question de la relation dans les humanités digitales entre le numérique et l’herméneutique se conçoit comme autour d’une orientation théorique se situant entre l’herméneutique philosophique (Ricœur, 1969) et l’herméneutique des sciences de la culture. Les humanités digitales, dans la proximité des textes, retrouvent un lien avec les disciplines traditionnelles de l’herméneutique (philologie, exégèse, jurisprudence) et, plus récemment, avec la sémantique des textes comparés des corpus (Loiseau, 2006). Les humanités digitales, par cette filiation, peuvent contribuer au renouvellement de certaines approches méthodologiques des sciences humaines et sociales. Afin d’installer les humanités digitales en régime transdisciplinaire, nous les distinguons d’autres herméneutiques (cf. tableau no 1), à partir de la façon dont s’organise la préfiguration des savoirs et la tâche principale qu’elles se donnent.

Tableau 1 - Les trois herméneutiques

Qualification de l’herméneutique

Préfiguration des savoirs

Définition des tâches

Herméneutique Philosophique

Au croisement de l’ontologie et de l’épistémologie

Saisir la nature de l’acte de comprendre en rapport à l’interprétation des textes

Herméneutique des sciences de la culture

Au croisement de la philologie et de la sémantique comparée des textes historiques

Comprendre la sémantique des textes à partir des corpus

Herméneutique transdisciplinaire des humanités digitales

Au croisement de l’informatique, des sciences humaines et sociales et des sciences de l’information

Comprendre les opérations d’un sens partageable entre au moins deux disciplines par le moyen des corpus numérisés

5Les humanités digitales préfigurent un savoir transdisciplinaire résultant d’une coopération entre plusieurs disciplines. Il s’agit de partir de la matérialité et des opérations rendues possibles par le traitement numérique. Cette orientation présuppose une volonté et une mise en œuvre en commun. Dans la tradition humaniste, le corpus a été défini d’abord de manière canonique dans les domaines religieux, juridique, littéraire. La philologie et l’herméneutique ont travaillé à une élaboration sophistiquée des textes (Gusdorf, 1988). Aujourd’hui, le traitement automatique des textes ne doit pas ignorer cette tradition. Une conception « éclectique » des corpus qui réduit trop souvent le corpus à un ensemble de textes nous éloigne d’une reformulation cohérente, où l’herméneutique transdisciplinaire des humanités digitales se trouve ainsi précisée : « Toutes les disciplines ont maintenant affaire à des documents numériques et cela engage pour elles un nouveau rapport à l’empirique. En outre, la numérisation des textes scientifiques eux-mêmes permet un retour réflexif sur leur élaboration et leurs parcours d’interprétation. Les nouveaux modes d’accès aux documents engagent-ils de nouvelles formes d’élaboration des connaissances ? » (Rastier, 2011, 11-12). L’ouverture rendue possible par les humanités digitales répond positivement à la question posée. Cependant, il reste à préciser les conditions d’une construction d’un savoir partagé entre et par les disciplines.

Sens et partage entre les disciplines : vers une épistémogenèse des entretextes

6Le cadre transdisciplinaire des humanités digitales s’éloigne de l’épistémologie autonome du traitement automatique du langage (TAL). Au contraire, le traitement de l’information, compris comme une technologie sémiotique, n’est pas un objet scientifique en soi mais un objectif (Rastier, 2011). Ainsi, l’informatique demeure l’opérateur d’une numératie qu’il faut coupler à la littératie. La transdisciplinarité pose de nouveaux problèmes épistémologiques, des problèmes de méthode mais également et prioritairement des problèmes d’organisation du texte et de relation au contexte social. Pour les aborder, il convient d’abord de transformer le document numérique en un « entretexte », compris comme point nodal de la recherche d’une production d’un savoir partagé par des disciplines à partir d’un corpus commun. Le corpus ne se limite à être : « ni un réservoir d’attestations, ni même un recueil de texte » (Rastier, 2011, 23). Aussi, l’épistémogenèse transdisciplinaire des humanités digitales se conçoit autour de trois moments de l’entretexte. Proposons une description de ces moments de l’entretexte et des opérations associées (tableau 2).

Tableau 2 - Entretexte et transdisciplinarité

Moments de l’entretexte

Opérations

Sens

Corpus

Moment 1
Génétique

Apparition des textes
Transformation des textes (version)

Sens objectivable par le support numérique

Corpus objet choix des textes

Moment 2
Mimétique

Relation des textes aux représentations de chaque discipline

Sens non réductible à la référence
Limite de la vérité comme l’adéquation de la pensée et des choses

Corpus problématisé
établissement des questions communes

Moment 3
Herméneutique

Transprétation des textes

Sens irréductible à un point de vue disciplinaire

Corpus médium Interprétation partagée

7Dans les trois moments successifs de l’entretexte, l’épistémogenèse transdisciplinaire des humanités digitales transforme la nature du corpus. Le passage du « corpus objet » (recueils des archives) au « corpus medium » s’opère par sauts successifs. Le choix du corpus se fait en fonction d’une stratégie (corpus problématique), d’un ensemble de problèmes (Meyer, 1994). Ce travail correspond à un processus particulièrement important du réglage entre les disciplines ; il débouche sur une question majeure : quels sont nos intérêts communs pour que ce corpus, maintenant choisi et constitué, forme la base d’un accord possible entre les différentes interprétations ?

8Sans répondre définitivement à cette interrogation centrale, disons qu’en ce début du XXIe siècle, le paradigme d’une culture numérique peut rassembler les sciences de l’homme et les sciences de l’ingénieur, construire une troisième culture (Snow, 1968 ; Dortier 2007). C’est cette opportunité que rend possible le développement d’une épistémogenèse capable de s’éloigner de l’écueil d’une naturalisation de l’activité symbolique.

Les humanités digitales et la construction des mondes du commun

9Poursuivons l’examen de l’épistémogenèse d’une herméneutique transdisciplinaire. Le « corpus médium » (cf. tableau 2) met en crise le statut de surplomb de la représentation unique d’une discipline et interroge la formation du sens commun, à partir d’une « mise en commun » des savoirs disciplinaires. Cette position doit organiser l’assemblage de plusieurs disciplines dans un dialogue qui mène à la compréhension de l’entretextualité. Penser en commun entre les disciplines revient à s’intéresser à des objets, à des normes ou encore à des problématisations en rapport avec un corpus pour trouver un certain type de réponse à des questions. Afin de préciser la mise œuvre d’une démarche transdisciplinaire dans les humanités digitales, nous avons cherché à décrire les éléments entrant dans la composition de l’entretextualité (tableau 3). Cette présentation repose sur une démarche comparatiste, où se trouvent mobilisées les sciences du langage et les sciences de la culture.

Tableau 3 - La composition de l’entretextualité

Éléments de composition

Approche des sciences du langage

Approche herméneutique des sciences de la culture

Approche transdisciplinaire de l’herméneutique digitale

Unités

Mot, proposition

Texte

Entretexte

Relation d’ordre

Règles

Normes

Conventions du dialogue entre les disciplines

Sémantique

Signification

Sens

Sens et signification

Contexte

Minorée

Majoré

Étendu à plusieurs disciplines

Instanciation

Systèmes langue/parole

Corpus classique

Corpus numérisé et partagé par plusieurs disciplines

10Ce tableau précise les différences entre trois approches. La transdisciplinarité de l’herméneutique digitale forme une synthèse, en ce qu’elle rassemble dans sa composition des éléments appartenant aux autres démarches. Cette approche appelle des précisions suivantes :

  1. L’entretexte n’est pas l’ensemble des procédures de la « mise en discours » qui précède la manifestation du sens dans une langue naturelle ; il se trouve soumis aux contraintes de la « mise en signes », mais aussi aux contraintes de la « mise en corpus » qui se caractérise comme l’opération de sélection d’un texte dans la constitution d’un « corpus objet ».

  2. La relation d’ordre autorise la production d’une relation choisie entre les disciplines à partir de la construction d’un « sens du commun ». Les conventions dans l’approche transdisciplinaire s’entendent comme le résultat d’un vocabulaire « négocié » entre les disciplines, qui sont parties prenantes dans l’établissement du corpus. Cette relation d’ordre produit un échange métastable entre les idiomes disciplinaires, échange lié aux questions du corpus problématisé. Cette relation rendra possible des métadonnées servant à baliser ensuite les textes numérisés.

  3. La signification et le sens sont abordables à partir de traits sémantiques disposés sur les supports qui demeurent des moments stables d’une grammatisation (Auroux, 1994), celle de l’écriture, à laquelle se superposent les conventions adoptées qui excèdent la rationalité propositionnelle (Meyer, 1994)

  4. Dans un contexte d’une interprétation étendue (transprétation), l’objectivation du sens rencontre un processus de « sens/signification », où s’allient signification et sens dans un partage des interprétations entre les disciplines. Le sens du commun produit l’inscription d’un savoir déposé dans une base de connaissance, assemblant des processus cognitifs complexes couplés à une technologie digitale. Le processus d’association signification et sens se comprend comme un ensemble de synthèses perçu et qualifié par des pratiques de lecture et d’écriture en commun.

  5. Avec l’instanciation s’organise un plan de composition collective dans une pratique mêlée des parcours interprétatifs. Ce processus forme l’enjeu d’une épistémogenèse, où le support est condition nécessaire mais pas suffisante pour décrire le processus du partage de savoirs produit collectivement à partir du corpus. Le rôle de l’épistémogenèse est de décrire comment s’opère la superposition des « couches » de lecture dans les parcours interprétatifs.

11L’instanciation structure les éléments du partage. On peut alors parler, à partir de la problématisation, de la formation d’un discours commun « rapporté » au corpus choisi. Ce type de discours associe différents parcours interprétatifs résultant d’une transprétation. La question des méthodes devient alors la suivante : comment articuler les disciplines dans une transduction pour réunifier les niveaux de description et d’intelligibilité du corpus par plusieurs points de vue disciplinaires ? La réponse à cette question dépend en partie des découpages sémantiques et des grandeurs produites à partir du corpus dans un souci de dépasser la lexicométrie.

12L’entretextualité, à travers les éléments analytiques exposés, souligne le rôle des humanités digitales qui se ressourcent dans les méthodes des sciences de la culture et dans la linguistique pour instaurer une culture humaniste, comprise comme ombre portée de la littératie et de la numératie.

L’évaluation de l’entretexte : de la valeur différentielle à la valeur communicationnelle

13Les trois moments de l’entretextualité (génétique, mimétique, herméneutique) et ses éléments de méthode, depuis la relation d’ordre jusqu’à l’instanciation, pose la question de l’évaluation de la transdisciplinarité. C’est-à-dire de la pertinence du « montage » exposé dans les tableaux 2 et 3. Pour aborder cette question, nous devons prolonger la théorie de la valeur chez Saussure qui se résume pour l’essentiel à enregistrer les écarts différentiels dans un système synchronique. Le Cours de linguistique générale (1913), qui deviendra un texte de référence pour le développement d’une linguistique systémique, aura une grande postérité sur dans les sciences humaines du XXe siècle.

14Le prolongement de la valeur différentielle chez Saussure, nous le trouvons chez Robert Escarpit (1981). À partir de la théorie de l’information, Escarpit propose une tripartition de la valeur entre : a) valeur néguentropique ; b) valeur situationnelle ; c) valeur d’effet. Cette division permet de préciser la relation entre numératie et littératie dans la transdisciplinarité des humanités digitales (tableau 4).

Tableau 4 - Évaluation et entretextualité

Les trois valeurs de l’entretexte

Corpus et approche

Distribution data/signification/sens

Valeur néguentropique (apport de la numératie)

Corpus objet
Approche informationnelle des documents

Réduction des incertitudes et coordination

Valeur situationnelle (apport de la littératie)

Corpus problématique
Approche spécialisée des disciplines

Stratégie interprétative et étude des occurrences

Valeur d’effet (transdisciplinarité)

Corpus médium
Approche communicationnelle entre les disciplines

Mise en commun de résultats et création de corrélations

15L’évaluation de l’entretexte repose sur trois valeurs marquant le passage du corpus objets au corpus médium. Dans ce passage, c’est la création d’un « monde commun » entre les disciplines qui vient garantir la rationalité de la démarche. La démarche collective s’ancre dans une logique non réaliste du sens. La variation des impressions référentielles entre les disciplines autorise une gestion des différences dans le processus interprétatif par l’instauration d’un dialogue entre les disciplines.

16La méthode d’évaluation de l’entretexte s’éloigne d’une certaine tradition logico-grammaticale, préoccupée simplement par les problèmes de la référence et de la vérité. Cette tradition avait fait du mot (inscription de la référence) et de la proposition (inscription de la vérité) des horizons du sens. Dans le cadre des corpus partagés, l’assemblage « sens/signification » relève d’une « transprétation » organisant entre les disciplines une création permise par l’avènement du digital. Le commun se définit comme ce qui autorise la création collective d’un type de savoir transdisciplinaire (Cormerais, 2014). Le mode d’existence de l’entretexte, compris comme production du sens entre des disciplines, peut se comprendre autour d’une valeur communicationnelle. Cette valeur se définit comme l’intensité du degré d’enrichissement du dialogue entre les disciplines (tableau 5).

Tableau 5 - Éléments d’appréciation de la valeur communicationnelle

Procès de la valorisation

Distribution Data/Sens/signification

Humanités digitales transdisciplinaires

Valeur communicationnelle

Dialogisme

Sciences humaines

Valeur différentielle

Objectivité/Subjectivité

Sciences de nature

Neutralité axiologique

Objectivité

17La valeur communicationnelle repose sur un dialogisme qui agence un processus de transindividuation. Chaque discipline poursuivant son individuation dans un milieu lui permettant d’évoluer au contact d’autres champs disciplinaires. Ce dialogisme multiplie les interactions dans une confrontation qu’organise l’entretexte.

Les corpus numériques partagés : l’entretextualité entre hypo et hypertexte

18Les corpus numériques sont en pleine émergence, ils correspondent aux développements récents d’une informatique dédiée aux textes et plus largement aux humanités, à ce titre ils forment un élément clés des humanités digitales. Ce champ du savoir ne constitue pas encore un domaine de recherche unifié, comme en témoignent différentes manifestations. Cependant, le concept de corpus numérique souligne la portée épistémologique des humanités digitales pour les sciences humaines.

19Pour aborder ce concept, il convient de se déprendre de l’idée qu’un corpus se réduit à un ensemble de mots. Un corpus comme objet empirique est un ensemble de textes, qui ne s’observe pas à l’état isolé ; le corpus reste toujours pris dans la double détermination d’un genre et un discours. Ajoutons qu’un corpus numérique interdisciplinaire n’est pas seulement un ensemble de textes, mais un « entretexte » qui se structure par des choix relatifs, eux-mêmes fonction d’une « lecture » partagée et problématique (cf. tableau 3).

20Pour qu’un corpus transdisciplinaire échappe à l’obstacle d’une opposition entre hypotexte et hypertexte (Bachimont, 1999), sa structure doit concilier deux conceptions. La première, documentaire, repose sur des variables globales du document sans tenir compte de leur caractère texte. Le corpus se résume alors à un échantillon, à un stock. La seconde conception, s’apparentant à une herméneutique, se penche sur les relations possibles entre des discours produits à partir du corpus. Le corpus devient alors un « corpus réflexif » (Rastier, 2001). Sa composition est réfléchie, selon un principe critique, dont la valeur communicationnelle devient centrale pour organiser un regroupement structuré de textes. Le corpus médium doit être enrichi par des opérations « d’étiquetage ». Les textes sont rassemblés de manière théorique en tenant compte des discours et des genres, mais aussi des questions et des problèmes. Aussi toute composition, au-delà de l’encodage, suppose l’existence d’un lien entre le désir de connaître (libido sciendi) et l’enrôlement des acteurs et des disciplines dans un réseau (Callon, 2006). Le corpus numérique transdisciplinaire doit être porté par une problématicité préalable formulée en commun (Meyer, 1999). Sa dimension stratégique repose aussi sur la mobilisation volontaire nécessaire de chercheurs interne à chaque discipline.

21Aucun corpus ne représente une totalité close. Par contre, un corpus est adéquat à une assignation, dont il est possible de déterminer les critères de cohérence. Ainsi le traitement du corpus peut devenir « transobjectif », mais non objectiviste au sens des sciences de la nature. Tout corpus dépend donc étroitement des points de vue qui ont présidé à sa constitution. Il n’y a donc pas d’unité a priori de l’entretexte, mais une construction collective qui ne devient opératoire que s’il est structuré par une épistémogenèse comprenant trois moments.

Conclusion – Incidences des corpus transdisciplinaires des humanités digitales sur les sciences de l’homme

22La conception des humanités digitales mise en œuvre dans l’entretexte s’oppose à la méthode strictement statistique du « data scientist » qui produit un savoir sans appartenir lui-même à aucune discipline. La finalité du traitement des corpus numérisés en régime transdisciplinaire n’est pas non plus réductible à la recherche d’attestations dans des textes, alors que la sophistication de moyens informatiques (logiciels dédiés) rend la chose aisée. À l’inverse de ces deux directions, il faut souligner que les corpus partagés ne relèvent pas d’un protocole expérimental naturaliste, mais d’une intercompréhension dialogique qui mobilise dans l’opération de transprétation une « rhétorique » précise dans une conception intégrée du sens (Meyer, 2010).

23Le processus transprétatif dans l’herméneutique digitale transdisciplinaire cherche à valoriser la fonction heuristique et à souligner ainsi la problématicité dans un « contexte élargi ». La pratique collective de mise en commun, qui n’est pas une expérimentation scientifique de type naturaliste, mais plutôt de type symbolique peut construire un savoir partagé sur des observables issus du corpus numérique.

24Les humanités digitales, dès leurs origines (Computers and the Humanities), se sont opposées à la linguistique computationnelle (Presner, 2010). Aujourd’hui l’étude des corpus transdisciplinaires considère l’informatique comme un instrument, non un modèle théorique. Il ne faut pas confondre le traitement numérique des corpus, compris comme moyen technique, avec un objet scientifique. Confondre ces deux niveaux, c’est instituer une technoscience qui devient légitime seulement par les outils (Rastier, 2011). Face au déterminisme technologique, les humanités digitales confrontent les sciences humaines à une nouvelle réalité des textes. Cette relation entraîne un rapport au théorique non délié de domaines applicatifs. L’application suppose des tâches de caractérisation. Au sein d’un corpus, il s’agit de singulariser les éléments pertinents. Une voie s’établit avec la problématique de description des singularités, qui est propre aux sciences de la culture. La description de lois, qui fut longtemps jugée la condition nécessaire de toute scientificité, se subordonne maintenant à l’étude systématique de l’emploi effectif des conditions transdisciplinaires de l’entretexte. Nous retrouvons là une contribution susceptible d’enrichir les débats et controverses sur l’avenir des sciences humaines (Karsenty, 2013).

Bibliographie

Bibliographie

AUROUX Sylvain (1994), La Révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

BACHIMONT Bruno (1999), « De l’hypertexte à l’hypotexte : les parcours de la mémoire documentaire », Technologies, Idéologies, Pratiques (Mémoire de la technique et techniques de la mémoire, sous la direction de Charles Lenay et Véronique Havelange), Erès Éditions, http://www.utc.fr/~bachimon/Publications_attachments/Hypotexte.pdf (consulté le 28/08/2014).

CALLON Michel (2006) (entretien avec Michel Ferrary), « Les réseaux sociaux à l’aune de la théorie de l’acteur-réseau », Sociologies pratiques, Paris, PUF, no 13, pp. 37-44.

CHISS Jean-Louis (2012), L’Écrit, la lecture et l’écriture. Théories et didactiques, Paris, L’Harmattan.

CORMERAIS Franck (2014), « Humanités digitales et Ré/organisation du savoir », dans Le Deuff O. (dir.), Le Temps des Humanités Digitales », Limoges, éd. Fyp Éditions (à paraître).

DACOS Marin, MOUNIER Pierre (2012), Une introduction aux humanités numériques, Paris, Cléo.

DORTIER (2007), « La troisième culture », Sciences Humaines, no 186, Que vaut l’école en France ?, http://www.scienceshumaines.com/la-troisieme-culture_fr_21252.html (consulté le 22/08/2014).

ESCARPIT Robert (1981), Théorie de l’information et pratique politique, Paris, Le Seuil.

GUSDORF Georges (1988), Les Origines de l’herméneutique, Paris, Payot.

KARSENTI Bruno (2013), D’Une philosophie à l’autre. Les sciences sociales et la politique des Modernes, Paris, Gallimard.

LOISEAU Sylvain (2006), « Diachronie comparée des formes méso et macro-sémantiques dans le corpus de Gilles Deleuze », Texto.net, pp. 110-119, www.revue-texto.net/Parutions/Livres-E/Albi-2006/Loiseau (consulté le 12/06/2014).

MEYER Michel (2010) Principia Rhetorica, 2e éd., Paris, PUF.

MEYER Michel (1999), Histoire de la rhétorique des Grecs à nos jours, Paris, Livre de Poche.

MEYER Michel (1994), De la problématologie, Philosophie, science, langage, 2e éd., Paris, Livre de poche.

PRESNER Todd (2010), « Digital Humanities 2.0 : A Report on Knowledge », Connexions. Retrieved 2012-06-09.

RASTIER François (2001), Arts et sciences du texte, Paris, PUF.

RASTIER François (2011), La Mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Honoré Champion.

RICŒUR Paul (1969), Le Conflit des interprétations, Essais d’Herméneutique, Paris, Le Seuil.

SNOW C. P. (1968), Les Deux cultures, Paris, Pauvert.

STIEGLER Bernard (1996), La Technique et le temps, tome 2, Paris, Galilée.

WIEVIORKA Michel (2013), L’Impératif numérique, Paris, CNRS Éditions.

Auteur

Docteur en philosophie (Paris 1) et en science de l’information et de la communication (Paris XIII). Il est Professeur des Universités, responsable de l’axe prioritaire Humanités digitales de l’Université Bordeaux Montaigne, et membre de plusieurs associations scientifiques : PEKEA (Political and Ethical Knowledge on Economic Activités), Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, AEIRI. Il organise un séminaire annuel sur les humanités digitales à l’École doctorale Montaigne Humanités. Ses recherches portent sur l’anthropologie des techniques et sur les pratiques des TIC et sur l’innovation et l’économie de la connaissance, des supports de l’inscription numérique à l’industrialisation contemporaine du langage et de la culture.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540