Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Conclusion

Alain Viaut

Texte intégral

1L'Aquitaine hérite, comme une grande partie des autres régions françaises, de traditions linguistiques et culturelles qui persistent ou remontent à la surface comme un pigment dont on ne saurait se séparer. L'assumer et le dynamiser constitue désormais un choix de plus en plus admis et courant. Les langues qui sont à la base de ces cultures propres sont sans nul doute très menacées, en danger de disparition en tant que code vivant de communication. Le défi de leur sauvetage, que paraissent de plus en plus accepter ou vouloir relever personnes et institutions concernées, suppose des moyens humains et financiers. Ceux-ci, si on se réfère à des exemples pris dans des pays européens qui ont fait ce type de choix depuis plusieurs années et ont ainsi acquis une expérience dans ce domaine, ne sont pas forcément très importants. Ils sont adaptés à une réalité de l'attente, sachant que cette dernière ne peut réellement se manifester que si une information minimale préalable existe. Ainsi, comme première étape, des sondages et enquêtes sociolinguistiques ont-ils commencé à être effectués en Aquitaine, de façon partielle jusqu'à présent pour l'occitan, plus exhaustive pour le basque, ne serait-ce que pour commencer à évaluer une demande.

2"Sauver" ces langues — le basque et l'occitan principalement chez nous en Aquitaine — parce qu'on en ressent l'utilité au moins sociale, c'est aussi en passer par certaines procédures pour lesquelles les notions de normalisation, de planification entre autres doivent être évoquées. Sans pouvoir envisager à court ou, même, moyen terme, une normalisation aboutie, des mesures de protection et de promotion pensées dans cet esprit sont en attendant possibles. À cet égard, le basque se trouve actuellement dans une position plus favorable que l'occitan, tant du point de vue de sa normativisation que de son extension sociale, y compris, donc, en France où, pas plus que les autres langues régionales il ne jouit pourtant d'un statut légal aussi valorisant que celui dont il dispose côté espagnol comme le catalan, le galicien ou même l'occitan dans le Val d'Aran. L'Académie de la langue basque et l'Institut Culturel Basque constituent des modèles riches d'enseignement et sont en outre porteurs d'une expérimentation des relations transfrontalières qui va dans le sens du développement européen et de dispositions de la loi de décentralisation du 2 mars 1982 (article 65) visant à encourager les collaborations entre régions voisines séparées par une frontière d’Etat. Il y a là une évolution par rapport à la tradition centraliste française qui s'est révélée productrice en Pays basque. Elle a répondu, il est vrai, à une structuration de la demande dont un des exemples hautement significatifs est le Syndicat Intercommunal pour le soutien à la Culture Basque.

3Dans d'autres conditions, entre autres d'espace linguistique plus vaste à gérer, au-delà de la seule Aquitaine administrative, l'occitan dans cette région n'est pas aussi avancé dans sa normativisation que le basque et se trouve à l'orée de mises en place institutionnelles.

4Dans les deux cas, néanmoins, du basque comme de ce qui s'annonce pour l'occitan en Aquitaine, une certaine amélioration du statut, à travers la promotion de l'emploi de la langue régionale dans les registres publics et formels de la communication, y compris au sein d'institutions publiques locales, sans être encore tout à fait évidente, commence à exister ou bien s'annonce. Cette évolution vers un modèle de planification où les tâches, en se spécialisant, finissent par induire l'autonomisation de services auparavant réunis en un organisme commun, correspond à une répartition des fonctions par ailleurs déductible des approches théoriques de la normalisation linguistique. Ce type de configuration qui apparaît maintenant en France va dans le sens des modèles maintenant bien établis en Espagne (Catalogne, Pays basque, Galice,...) ou en Grande-Bretagne (Pays de Galles) pour des langues régionales minoritaires. On notera ainsi la mise en place récente, en 1994, en Alsace, de l'Office Régional du Bilinguisme, directement aidé par le Conseil Régional d'Alsace, mais également, ainsi que cela a été dit, l’ouverture, fin 1995, d'un Service de la Langue Occitane à Montpellier, sous la responsabilité du Conseil régional de Languedoc-Roussillon et de l’Université Paul-Valéry. Ce service occitan s'inspire du Service de la Langue Bretonne créé en 1994 au sein de l'Institut Culturel de Bretagne et comprenant en fait des tâches de normativisation avec la branche Termbret, qui est, à elle seule, un centre moderne de terminologie pour la langue bretonne (cf. aussi Termcat en Catalogne). Une tendance — qui est en train de s'inscrire dans la durée — à traiter la culturelle régionale dans son ensemble s'est ainsi affichée jusque-là en France, en particulier avec les instituts culturels ; elle arrive maintenant à un seuil où la spécialisation est reconnue nécessaire en ce qui concerne précisément les aspects linguistiques au sens large. Une complémentarité peut en découler comme, peut-être, une réévaluation des objectifs initiaux de ces instituts.

5L'idée selon laquelle les collectivités locales ont un rôle primordial à jouer dans la promotion de ces langues ne doit cependant pas nous faire oublier que l'État continue à assumer les responsabilités les plus importantes en matière d'enseignement et de médias télévisuels. Les collectivités locales peuvent sans doute contribuer efficacement à un développement de l'offre de formation en langue régionale, alors que le rôle de l'État reste déterminant pour décider de politiques nouvelles, comme le montrent les dispositions des circulaires Savary de 1982 ou Darcos de 1995, notamment en ce qui concerne les possibilités d'enseignement bilingue public dans le cycle élémentaire et les collèges. Des directives pour une diffusion plus régulière, voire systématique, de l'information sur les possibilités prévues par ce type de texte donneraient tout leur sens au caractère facultatif ou optionnel qui les caractérise. L'aménagement programmé de centres-pilotes constituerait en outre un élément concret d'information. Il est d'ailleurs des situations où la gestion étatique de l'éducation peut s'inscrire dans une voie à l'évidence plus normalisatrice pour les langues régionales, ainsi que cela fut, ou est encore, le cas en Espagne, dans les Baléares pour le catalan, la Navarre pour le basque jusqu'en 1990, époque où cette Communauté a acquis la compétence en matière éducative, ou même les Asturies où l'asturien n'est encore ni langue officielle ni obligatoire dans l’enseignement, comme cela se passe en France pour les langues régionales, pour ne citer que ces exemples.

6Au-delà des quelques remarques qui précèdent, on clora ce propos sans faire un catalogue de ce qui nous paraîtrait positif et de ce qui nous le paraîtrait moins. Nous remarquerons cependant que, à côté de la question récurrente d’un statut général pour les langues régionales, certaines mesures prévues par les textes existants ne reçoivent pas partout la même application. La marge d’appréciation des autorités déconcentrées parfois prévue par les mêmes textes, l’inégal intérêt de la part des demandeurs potentiels, en partie motivé par des indices de régression qui peuvent être élevés, la diversité sociolinguistique, contribuent certainement à expliquer cette situation qui ne peut que ressortir lorsque l’on examine, du point de vue d’une planification linguistique, le niveau d’intégration et d’harmonisation de la réglementation disponible entre deux entités territoriales, ou plus, concernées par une même langue. Néanmoins, on peut s’interroger sur le fait que certaines dispositions — de base, à notre sens — souffrent de cette différence de traitement. Il apparaît ainsi qu'aucune commission consultative n'existe dans l'Académie de Bordeaux pour les langues régionales ainsi que cela a été développé dans celle de Toulouse, par exemple, en application de la circulaire no 66 361 du 24 octobre 1966 qui déjà souhaitait — seulement, il est vrai — la mise en place de commissions académiques d'études régionales ou de la récente circulaire no 95 086 du 7 avril 1995, plus injonctive, qui en suppose l'existence et le fonctionnement.

7La situation des langues propres à la région s'est globalement améliorée ces dernières années sur les médias en général. En particulier, les radios locales privées depuis qu'elles ont été autorisées, ainsi que, plus récemment, la télévision locale privée, ont offert des possibilités intéressantes et qui, pour certaines, s'inscrivent déjà dans une certaine durée. Les aides de l'État et des collectivités locales, dont on doit souhaiter la reconduction, contribuent évidemment à cette stabilité. On s'étonnera en revanche, dans le domaine des médias télévisuels publics, de la place très réduite en Aquitaine, nulle même dans le cas de l'occitan, des langues régionales. Or, ainsi que l'a souligné plus haut Jean-Jacques Cheval, la multiplication moderne des supports et des canaux de diffusion va dans le sens d'une prise en compte plus complète qu'auparavant de la diversité des publics actuels et à venir : "l'emploi d'une langue régionale ou les références aux cultures minoritaires sont des composants de dissemblance et de contraste, ils peuvent alors être utilisés pour construire de nouvelles propositions médiatiques." Nous nous permettrons d'ajouter pour finir que ces langues peuvent aussi être utilisées, plus largement et dès maintenant en profitant de nos expériences et de celles de pays voisins, pour contribuer à construire de nouvelles propositions sociales.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540