Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Le contenu : l'exemple télévisuel

L'espace au filtre de la langue minoritaire à la télévision

Approche comparée des productions de France 3 Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, TV3-Val d'Aran, et Aquí-TV (Périgord)

François Amy de La Bretèque

Texte intégral

  • 1 GREIMAS, A.J. Sémiotique et sciences sociales. Paris : Seuil, 1976.

"Le langage spatial apparaît comme un langage par lequel une société se signifie elle-même". A.J. GREIMAS, "Pour une sémiotique topologique". Sémiotique et sciences sociales.1

1Dans le cadre extrêmement restreint que les chaînes nationales ou privées lui concèdent, la langue et la culture "minoritaires" peuvent exprimer, non seulement des thèmes ou des idées, mais aussi leur relation à leur propre espace, puisqu'il s'agit toujours d'images associées à des sons et du langage. Regarder comment la caméra présente cet espace "régional" (j'emploie ce terme faute de mieux), et quelle relation est établie entre le commentaire et ce qui est montré : tel sera mon propos. Ce programme d'étude n'offre rien d’original : dès lors que l'on parle de télévision, il y a toujours une portion de l'espace de la réalité qui est présenté sur l'écran, dont le choix, et les modes de représentation, demandent examen. La particularité des émissions qui nous occupent tient à ce que la revendication d'identité, que soutient la langue minoritaire, porte forcément aussi sur un territoire. La caméra est-elle capable de le montrer ? Quels choix sont opérés, consciemment ou inconsciemment ? Ces questions prennent ici un relief particulier.

2Le corpus sur lequel s'appuiera cette étude est un échantillonnage relativement réduit provenant de trois sources : les magazines hebdomadaires produits par France 3 Toulouse (Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon), échantillons s'étalant de 1988 à 1994 ; et deux productions de création plus récente : les émissions de la télévision locale du Périgord Aquí-TV, 1991-1993 ; et le journal (partiellement) en gascon réalisé par la toute récente équipe locale de TV3 catalane (chaîne publique de la Communauté autonome de Catalogne) en Val d'Aran, née en décembre 1990 : mon échantillon va de décembre 1990 à septembre 1993.

3Les conditions de réalisation sont différentes, puisqu'on est en face d'une station régionale d'une chaîne publique dans le cas de France 3 Toulouse, alors que Aquí-TV est une chaîne locale privée, et que TV3-Val d'Aran reproduit en apparence les conditions de France 3 Toulouse, mais à l'échelle d'une région autonome de l'Etat espagnol. Cette diversité rend intéressante une entreprise de comparaison, puisque nous sommes toujours dans le même espace culturel, l'espace occitan.

  • 2 Cf. GARDIES, A. L’espace au cinéma. Paris : Méridiens-Klincksieck, 1993, p. 68.

4André Gardies a montré à propos de l'espace cinématographique (mais ses conclusions sont tout aussi valides dans le cas de la télévision) que c'est sous la forme concrète de lieux que celui-ci est appréhendé dans les films (et les émissions). "Ce qui s'offre à l'œil et à l’oreille, ce sont des objets locatifs : une plaine, une montagne, une ville, une maison, une côte battue par les vagues, une rue déserte ou débordante d'activité citadine... "2. L'espace n'est pas pour autant constitué de la simple addition des lieux montrés. Ceux-ci en sont, en quelque sorte, la représentation, à tous les sens que revêt ce terme. Quant à l'espace, il ne faut pas croire en son existence "objective", il est une construction culturelle, une "forme" élaborée dans le discours des sociétés. Que la télévision joue aujourd'hui un rôle actif dans ce dernier est une évidence, qui incite à prendre très au sérieux son intervention, tout particulièrement quand il s'agit d'une notion aussi fragile que celle d'un espace minoritaire.

deux "micro-espaces" : la dordogne et le val d’aran

1. Aquí-TV en Périgord, 1991-1993

5Les émissions d'Aquí-TV sont soumises aux contraintes, et bénéficient des avantages, de la télévision "de proximité". Rien, sans doute, ne distingue cette station d'autres stations locales sur le territoire français, quant aux conditions de réalisation et aux résultats. Mais le statut d'une télévision locale en territoire occitan, et en langue minoritaire, pose des questions particulières. Quel est le statut de l'espace ainsi proposé : administratif (le département), politique, économique, culturel ? Quelle relation est proposée entre l'espace local et l'espace plus large de l'Occitanie ? Comment celui-ci existe-t-il ?

  • 3 À en juger, du moins, d’après les échantillons dont j’ai disposé : je me garderai de généraliser, (...)

6Les lieux qui nous sont présentés constituent un paradigme assez réduit3. Cours d'école, salles de réunion, salles de fêtes, sont les lieux récurrents. Les extérieurs sont beaucoup moins nombreux : quelques plans de rues pour des "micro-trottoirs", et, plus longuement, des rues de Sarlat et de Domme (en particulier un long passage devant la façade d'un bel hôtel gothique). Laissons de côté de nombreux "plateaux" réalisés en studio, où les invités discutent de sujets divers : selon la rhétorique habituelle, ceux-ci sont éventuellement entrecoupés de plans d'extérieurs illustrant le propos. L'espace rural est très sous-représenté dans les échantillons dont j'ai disposé. Paradoxe dans un département comme la Dordogne. Est-ce dû à la modestie des moyens, ou à un parti-pris de briser une image convenue ? On verra peu d’oies, de vaches ou de canards.

7Au total, on a le sentiment d’un milieu très confiné. Sentiment renforcé par le cadrage serré et fixe de la plupart des plans. Ainsi, le majorai du Félibrige, filmé devant la façade gothique dont j'ai parlé, est comme aplati sur ce fond ; il faut attendre la fin de la séquence pour que l'on "desserre" un peu et que l'on voie alors, enfin, des gens dans la rue (ceci, d’ailleurs, au moment où ils parlent de création contemporaine). Quant à l'échelle de l'espace considéré, les sujets eux-mêmes ne permettent pas de s'en faire une idée claire. On n'a aucun repère de la distance qui sépare les lieux de filmage, ni de la taille du territoire embrassé... Seule, la carte météo fournit une réponse !... Il faut sans doute penser (comme je l'ai déjà suggéré) que les émissions reposent sur une connivence avec le spectateur, qui est supposé posséder ces repères.

8L'espace dont on parle est nommé tantôt "la Dordogne", c'est-à-dire le département (découpage administratif de l'Etat français), tantôt "le Périgord" (nom de la Province hérité de l'Ancien Régime), cette seconde dénomination étant sentie comme plus identitaire que l'autre. L'Assemblée de l'Institut d'Etudes Occitanes (IEO) à Sarlat, à laquelle est consacré un sujet, a pris significativement pour titre "Perigòrd, tèrra occitana". C'est la seule référence que j’ai relevée en ce qui concerne l’appartenance à un ensemble plus large identifié comme occitan.

9Pourquoi les réalisateurs ne feraient-ils pas un sujet de magazine en demandant aux habitants quelle identité ils se reconnaissent ? On a une tentative de ce type dans un "micro-trottoir" où l'on questionne des adultes sur leur opinion par rapport à l'enseignement de l’occitan à l'école.

10La plus grande partie du magazine du 27 juin 1991 est consacrée à la félibrée du Bornat à Domme. Je ne dirai rien du choix de ce sujet, qui a certainement ses raisons. C'est le montage qui est à retenir ici. Articulée autour d’un plateau qui occupe la position centrale, et où la parole circule entre les notables du Félibrige local, l’émission intègre deux courts reportages et quelques plans de coupe. Ceux-ci sont commentés en direct du studio par les invités. Le premier détaille les préparatifs de la fête à la Bastide de Domme. On voit les guirlandes, l'affiche et l'assiette commémorative, les parkings (!), le parc où se tiendra la teulada, le panorama du haut de la bastide sur la campagne environnante (ce plan est l'un des seuls à faire "respirer" l'image). Le second est un reportage dans le superbe cadre de Domme. Les félibres invités à l'émission commentent les images en direct, en invitant à imaginer dans ce cadre, vide pour l'instant, les couleurs, les défilés, la foule... L'impression que l'on en retire, c’est que le village est institué en décor pour la félibrée. Ce n'est pas le pays qui conserve les coutumes, mais c'est la maintenance qui fige ce pays en toile de fond pour la mise en valeur de ses activités, dont on affiche et répète la pérennité (c'est le 35ème anniversaire de cette manifestation et, dit un des organisateurs, "tout est pareil").

11Le petit magazine Gents del païs donne une impression différente, surtout lorsque ses sujets touchent aux enfants. Pour un reportage sur un spectacle joué dans une école primaire, les réalisateurs ont trouvé des cadrages originaux, en parfaite adéquation avec ce sujet qui aurait pu verser dans le misérabilisme ou l'amateurisme style "MJC" : ils ont filmé les enfants grimés et en train de dire leur texte, en plan très rapproché et en cadre franchement frontal, regardant la caméra "dans les yeux". Certes, ce dispositif est une convention admise à la télévision (contrairement au cinéma), mais il retrouve ici une fraîcheur qu'accentuent les éléments de décor peints qui entourent les visages : l'accord est parfait avec le texte récité, et, paradoxalement, sous l'artifice, émerge un frisson d'authenticité. Ainsi débitée et mise en scène (au sens propre du terme), l'histoire de la révolte de Croquants, par exemple, retrouve un ton véridique. Mieux vaut l'espace du théâtre d'école, s'il est adroitement découpé par la caméra, que les vieilles pierres filmées de façon conventionnelles... À mon sens, la parole minoritaire devrait penser à s'exprimer plus souvent par le canal de la fiction.

2. TV3 Val d'Aran

12L'affirmation de l'identité régionale dans l'espace aranais s'affiche d'une manière tranquille. C'est une remarque que l'on peut étendre aux émissions en catalan de France 3 Toulouse, et dont la raison n'est pas difficile à trouver. Ayant reçu au moins un début de reconnaissance officielle de la part de l'Etat espagnol, l'expression de cette identité peut s'inscrire dans le cadre de n'importe quelle émission télévisée standard.

13Les sujets locaux n'y sont l'objet d'aucune fétichisation particulariste. Les manifestations traditionnelles sont représentées à leur juste échelle, et intégrées au rythme des jours et au cadre de la vie quotidienne. Le défilé de la Semaine Sainte à Bossost, comme le spectaculaire mât de la Saint-Jean à Arties, fournissent un espace très filmique en lui-même : flambeaux dans la nuit, clair-obscur, panoramiques d'accompagnement pour la première ; verticalité nécessitant des prises de vue en plongée pour le second. Le rite, dans ce deuxième exemple, est accompagné par la parole d'un spécialiste, un muséologue qui explique l'origine de la tradition. Le document prend une allure ethnographique. Ce serait un espace soustrait aux contraintes du présent, si l'on ne prenait la peine de nous parler également des mesures de sécurité qui ont été prises par les pompiers pour éviter tout accident. Les incendies, signalons-le au passage, constituent un thème récurrent, et même obsédant, dans les émissions aranaises...

14Il y a presque toujours un sujet sur le patrimoine dans le magazine. Celui-ci trouve sa justification par son intégration comme valeur d'échange dans le marché du tourisme. Un bâtiment historique est restauré pour devenir un parador ; une ancienne station thermale va être remise en fonction ; les fresques médiévales d'une église sont en cours de réfection ; des archéologues ouvrent un chantier de fouilles au pied d'une chapelle en ruines, un panoramique découvre alors le fond de la vallée, la route qui la traverse, et un bâtiment moderne de l'autre côté. La recension de ces vestiges remplit évidemment une fonction d'inventaire patrimonial de la mémoire locale, elle "balise" le territoire, mais sans rester bloquée sur le passé.

15L’espace du Val d’Aran reçoit explicitement, au fil des émissions, une triple définition : naturelle, culturelle, sociologique et politique. Je reviendrai plus tard sur les premiers termes. Arrêtons-nous pour l'instant sur le dernier, le plus difficile à représenter en images, vu son caractère abstrait. Il apparaît cependant comme le mode privilégié d’appréhension, ce qui s'explique par la jeunesse des institutions autonomes et le dynamisme qui caractérise ces débuts. Pour illustrer ce thème politique, on trouve dans les magazines beaucoup d'images d'assemblées, de réunions, de bureaux de vote. Ces images ne sont pas très "cinématographiques", c'est sûr, et même un peu fastidieuses : elles ne peuvent passionner que des citoyens d'une jeune démocratie... Plutôt qu'un espace, ce qui nous est montré, c'est une communauté humaine — que rien ne distingue d'une autre, d'ailleurs. Ce type d'images est l'une des voies par laquelle passe la normalisation de la situation catalano-aranaise en Espagne.

16Mais le politique se définit également beaucoup au niveau du discours, et les émissions comportent une grande partie d'entretiens en studio. Le verbal supplée ainsi à la difficulté à montrer ce qui relève du conceptuel (cependant, les entretiens succèdent souvent à des reportages en extérieur). C'est au cours de ces entretiens que s'établit la jonction avec l'espace politique englobant, la Généralité de Catalogne.

17Il est certain que le Val d'Aran présente l'avantage immense d'être un espace naturel facile à appréhender. La caméra n'a guère de peine à montrer son extension et ses limites : un cirque de montagnes l'enserre, on peut toujours avoir l'impression que l'on est au centre du monde. Il semble relativement facile d'en "faire le tour". Les vues prises d'hélicoptère, relativement fréquentes, jouent leur rôle dans cette maîtrise de l'espace. La profondeur du champ (plus facile dans un paysage de montagnes) et les panoramiques sont les procédés d'écriture les plus courants.

18À chaque émission, on se déplace en un point différent de la vallée. L’exiguïté du territoire est compensée, dirait-on, par un effort pour souligner la variété des paysages et des activités. Forêts, alpages, torrents et rivières, alternent avec les rues de "ville" et de village, les sites industriels ou artisanaux. Le téléobjectif, comme les gros plans, ont pour effet de magnifier, d'"agrandir" le terroir aranais.

19Il est étonnant, cependant, que les réalisateurs n'aient pas utilisé davantage les possibilités que leur offraient la montagne. Les sports, certes, permettent de montrer divers aspects de celle-ci ; mais on aurait pu penser que le ski, le vélo tout terrain, le parapente et autres sports en ULM, la course automobile, auraient fourni l'occasion de parcourir cet espace, de donner vraiment l'impression d'y pénétrer, alors que les prises de vues en la matière restent le plus souvent conventionnelles et relativement statiques (question de moyens peut-être, mais plutôt par une infirmité propre à la télévision...). L'évocation des randonnées en montagne, par exemple, ne fournit que quelques plans très courts, tandis que la sortie d'un guide des sentiers pour le VTT est présenté en studio, alors qu'on aurait aimé les "suivre" (cf. l'émission du 17/9/93).

20Le Val d'Aran veut éviter, sans doute, de n'apparaître que comme un espace de loisirs et de tourisme. On va donc nous montrer une multiplicité de lieux, certains d'une grande banalité comme des écoles, des ateliers, des magasins..., car il s'agit de signifier la diversité des fonctions économiques, et donc des activités, de la Vallée. Celles-ci se veulent modernes : ce sont celles de tout le monde actuel. Industrie et tourisme sont assumés comme des activités quotidiennes. Nous l'avons dit, il y a très peu de sujets centrés sur la maintenance d'activités traditionnelles. Exceptionnellement, on nous montre un village inhabité depuis 1946, où se déroule encore un pèlerinage (émission du 12/7/91). Le reste du temps, il s'agit d'activités toujours en cours.

21Le montage des émissions prend grand soin d'équilibrer les paysages traditionnels et les paysages marqués par la modernisation. La neige, d'ailleurs, contient en elle-même cette double connotation (cette ambiguïté) : ce sont les paysages "vierges", mais beaucoup plus souvent, c'est l'or blanc. On nous montre par exemple les travaux d'ouverture d'une nouvelle remontée mécanique dans un paysage de montagne intact (4/12/92). Lorsqu'elle tombe au mois de mars, sur des paysages assez photogéniques, le commentaire prend soin d'indiquer que c'est une bonne nouvelle pour le tourisme, et de montrer qu'elle provoque aussi la paralysie des rues de la ville (5/3/93). À une séquence sur les avalanches, succèdent les images d'une centrale hydro-électrique, à celles d'un pèlerinage dans une chapelle de montagne, les vues des travaux de creusement d'un tunnel... et ainsi de suite. Il arrive qu’un plan soit composé comme un emblème de ce double postulat : dans une émission où il est question de l'épuration des eaux potables, on voit un beau paysage de montagne dans le fond, et au-devant, un banal château d'eau délabré, barrant la vue ; le commentaire ne parle pas de le démolir (ce qui dégagerait ainsi le coup d'œil, se dit le spectateur), mais de le moderniser... C'est sans doute toute la philosophie des Aranais qui s'exprime dans ce plan.

22Il n'y a pas de sensibilité "écologique" très nette, semble-t-il, en tout cas dans la façon de montrer les espaces. Les paysages qui nous sont présentés sont des paysages en transformation. Le tunnel déjà évoqué, des déviations que l'on construit, de nouvelles stations de ski,... Le dynamisme de la vie — économique, du moins — l'emporte.

23À voir toutes ces émissions, on a parfois l'impression que le Val d'Aran se suffit à lui-même. De fait, la caméra sort peu souvent de la vallée. Elle va une fois ou deux à Saint-Gaudens, une fois dans le Vallespir voisin. Cet espace serait-il autarcique ? Les courants d'échange économique sont peu évoqués ; on ne sait pas même d'où viennent les touristes, présentés comme une invasion saisonnière. En fait, c'est dans le commentaire verbal que se situe l'essentiel de la conscience d'appartenir à un espace plus large.

24L'élaboration du plan d'intérêt naturel, la création du Parc Naturel, comme les informations sur les investissements du gouvernement de la Generalitat, sont évoqués dans le studio par des experts (mais des plans de coupe s'inscrivent aussi sur leurs propos). La "députée" locale au Parlement de Catalogne, souvent présente sur le plateau, assure le lien avec l'ensemble politique.

25Il était plus difficile d'établir l'appartenance à la communauté occitane. La parole est ici, d'abord, aux spécialistes : le comité de normalisation de la langue aranaise, réuni dans une salle, cédera cependant la place (à l'image) à des enfants, ou des jeunes gens assis à l'extérieur. Les livres en dialecte sont exposés dans la rue (24/2/92) et l'on interroge quelques-uns des acheteurs. Mais la rencontre entre poètes occitans et catalans (25/6/92) est filmée tout entière dans un local fermé : on reste entre soi...

26Une émission sur la radio locale qui émet en aranais est au fond la meilleure illustration d’un ouverture sur l'extérieur, avec (le même jour : 26/3/93) le reportage sur une collecte humanitaire pour la Yougoslavie...

27Mais il est dommage qu'aucun cameraman n'ait eu l'idée de suivre la Garonne...

28Tous les observateurs ont noté que les langues cohabitent sans problème dans ces émissions. Ce qui ne signifie pas que toute hiérarchie en soit absente. La position dominante du catalan est assurée par le fait que c'est la langue de la journaliste. Ses interlocuteurs répondent, selon les cas, en aranais, en castillan, voire en français. Cette mosaïque linguistique (une leçon pour l'Europe d'aujourd'hui...) est présentée comme une donnée ; on ne s'interroge pas sur son origine ni sa raison d'être. Les divers espaces linguistiques qui se recouvrent en Val d'Aran n’ont pas de conséquences sur l'espace visible montré à l’écran : pas de ghetto, pas d'isolat, pas de flux migratoire, qui soient proposés au spectateur.

29En revanche, le partage qui s'établit sur le plateau, comme dans les situations d'interview en extérieur, place les détenteurs de la parole en position d'égalité. Contrairement à ce qui se passe sur d'autres antennes, la journaliste qui interroge est toujours présente à l'image, sa voix ne "tombe" pas "de dehors".

  • 4 Cf. CHION, M. La voix au Cinéma. Cahiers du Cinéma/éd. de l'Etoile, 1982.

30Elle assure aussi, c'est vrai, la voix du commentaire sur les images du sommaire et sur certains reportages. Mais, à cette voix, on peut donner un visage. Elle appartient à la zone que Michel Chion nomme "l'acousmêtre-déjà-vu", "plus familier, plus rassurant" que l'"acousmêtre intégral", cette voix de nulle part. Michel Chion précise encore : "Plus familier aussi est le gentil acousmêtre-commentateur, celui qui en se montre jamais, mais qui n'a rien à risquer de lui-même à l'image"4 ; et c'est bien dans cette prise (ou non) de risque, nous le verrons sur les exemples suivants, que réside l'essentiel de la question de la parole minoritaire dans les images télévisées.

31Sans exagérer l'opposition, il apparaît que Aquí-TV et TV3-Val d'Aran présentent deux solutions antithétiques pour deux espaces bien circonscrits l'un et l'autre. Il faut tenir le plus grand compte des contraintes externes : une parole encore militante (Aquí TV) face à une parole et un espace déjà bien maîtrisés (Val d'Aran). On voit en revanche que ces micro-espaces tâtonnent l'un et l'autre pour trouver leur place dans un ensemble plus large et pour faire sentir cette appartenance. Problème que les émissions de France 3 Toulouse, destinées à un territoire plus vaste et plus informe, éprouvent avec acuité.

un espace incertain : france 3 midi-pyrénées languedoc-roussillon

32La station de France 3 Toulouse couvre un espace large, aux contours difficiles à cerner et dont l'identité propre reste à prouver. Sa seule existence cartographique est celle de la Région administrative, ou plutôt des Régions, puisqu'elle en couvre deux. Mais c'est justement une entité à laquelle on n'aime guère à se référer, et il n'en est presque jamais question, ni dans les commentaires, ni dans les propos des personnes interrogées, sauf lorsqu'il s'agit de notabilités politiques (dont la présence à l'antenne est très fréquente... Comme si les émissions avaient besoin de terminer sur une caution officielle). Mais il faut bien dire que rien n'est moins visuel qu'une région administrative.

33On peut répéter ici ce qui a été dit des autres télévisions : c'est à travers des lieux concrets qu'est appréhendé cinématographiquement l'espace auquel implicitement on se réfère.

  • 5 Cf. GARDIES, A. Op. cit., p. 35-36.

34Il peut être utile, en ce point de notre propos, de revenir sur les paramètres particuliers qui structurent l'espace cinématographique. Affinant la distinction classique "champ/ hors-champ", André Gardies propose de distinguer deux catégories dans ce dernier, selon qu'il est virtuellement actualisable (inscrit dans la "demi-boule spéculaire") ou qu'il demeure invisible et "incertain" (hors de celle-ci). "Avec le champ, le hors-champ et le hors-champ doublement off, une structure triadique se met en place, qui déterminera et configurera ma perception de l'espace filmique" "Le champ, cet espace représenté, est pour moi le lieu de mon investissement imaginaire, le lieu de la présence pour l'œil spectatoriel ; il est donc un ici. Le hors-champ, cet espace potentiel, non visible, mais que je sais présent tout autour, devient pour moi un là. Quant à ce hors-champ... doublement off parce que hors de la demi-boule, il figure très précisément l'ailleurs"5. Ici/là/ailleurs : cette tripartition, opératoire dans le cas du film de fiction, est transposable à l'espace télévisuel, particulièrement dans le cas qui nous occupe. En effet, l'ici et le là, c'est ce que l'on voit dans les émissions, ces portions de l'espace global, très réduites, censées valoir pour un tout (nous reviendrons sur leur fonction métonymique) ; mais c'est l'ailleurs qui est le plus important dans la structuration imaginaire de l'espace, et singulièrement pour ce qui nous occupe : cet espace où est censée se déployer la parole minoritaire (car un doute subsiste toujours : existe-t-elle ailleurs que dans les lieux étroits où on nous la montre ?) La télévision fait donc appel à un grand effort de construction imaginaire et d'abstraction.

35La parole a souvent en charge de construire cet ailleurs. Même dans les émissions confinées en studio, les "plateaux", on ne cesse d'en parler.

36On peut distinguer sur ce point deux grands types d'émissions.

37Les unes proposent un espace défini par la culture, la politique, ou l'économie moderne.

  • 6 Mes remarques rejoignent ici les conclusions de René Gardies dans sa communication au colloque de  (...)

38Une table ronde réunit des représentants des mouvements occitans (Parlarèm, Partit Occitan, Entau País, IEO) dans l'émission "I a quicòm que floris" (1990). On ne sort pas du studio. La parole ne circule qu'entre experts. Chacun développe longuement son argumentation (en plan fixe, ou presque) : la télévision est devenue le lieu du discours — de la radio filmée, aurait-on envie de dire, si ce n'était caricatural pour la radio, qui sait aérer son espace par des procédés propres... Le découpage est essentiellement argumentatif, le meneur de jeu (J.P. Laval) ayant solidement charpenté les parties du propos6. L'espace de l'Occitanie existe ici uniquement dans le discours, et cet ailleurs établit sa légitimité par référence à un autre ailleurs : le gouvernement vient en effet de reconnaître l'existence d'un peuple corse... C’est, comme souvent, d'à côté que vient l'exemple.

  • 7 La dimension valorisante qu'a acquis le label "occitan" dans le monde du commerce, depuis quelques (...)

39Dans un sujet consacré au colloque de l'IEO à Albi en 1990, réalisé par David Grosclaude, "Identitat culturala e economia", la méthode choisie est celle des interviews. Paroles d'experts encore, mais, cette fois, ils sont placés in situ. C'est-à-dire, dans un vaste hangar où se déroulent les séances et, en marge de celles-ci, un salon du livre. (on a déjà eu l'occasion de noter la fréquence des images d'étals de livres). Le titre définit éloquemment l'espace que Ton cherche à définir : un espace où la culture et l'économie marchent de concert — pour ne pas dire que l'une, la culture, dépend de la santé de l'autre, l'économie, à laquelle elle sert de moteur. Cette émission est très intéressante, car on y voit des efforts (désespérés ?) pour concilier ce qui paraît inconciliable ; le mouvement occitan des années quatre-vingt-dix fait allégeance à l'économie libérale, diraient les mauvaises langues... Mais revenons à notre propos. La circulation des produits définit certainement un espace, celui du marché précisément. Dans cette perpective, on nous conduit sur deux lieux de production : une entreprise de maintenance informatique à Bayonne, et une cave coopérative en Aquitaine, qui ont opté pour l’étiquetage de leurs produits en langue d'oc. La valence régionaliste est ici affaire de volontarisme : ce sont les producteurs, interrogés, qui la mettent en avant. En liaison, bien sûr, avec l'autre bout de la chaîne : l'espace de la consommation.. Un détail est alors mis en exergue : la création d'un label "Terre d'Oc". Cette démarche a une connotation symbolique très forte. Donner à la "Terre" une marque — à tous les sens du terme — est une façon de la désigner comme existante7. Par ailleurs, on s'efforce d'ouvrir l'espace sur l'extérieur. Un responsable du mouvement occitaniste dans le Val d'Aoste, interrogé sur place, définit lui-même l'occitanisme par l'identité culturelle combinée à la valeur du territoire. Il termine par une référence à l'espace européen. Plus tôt dans l'émission, ce sont les débouchés en Catalogne qui sont évoqués. Des efforts méritoires sont donc faits pour échapper à un esprit identitaire trop étroit. Mais c'est toujours l'espace catalan qui fait office de modèle, jusque dans ses excès. On interroge un sociologue d'outre-Pyrénées, qui plaide pour la publicité en langue catalane : il est filmé devant un panneau publicitaire de Coca-Cola... En catalan, le capitalisme international acquerrait-il une virginité nouvelle ?...

40Un deuxième grand type est représenté par les émissions où l'espace présenté est un espace vécu. À l'intérieur de celui-ci, en fait, on peut retrouver les valeurs d'échange, l'espace du marché que nous avons signalé dans les précédents, mais la représentation est plus concrète, elle s'incarne dans des lieux, elle figure dans l'ici et le de l'image.

  • 8 Les deux films du Québécois Pierre Perrault, Pour la suite du monde et Le Règne du jour, constitue (...)

41Dans "La Pesca a Andorra" (réal. Martina Caminada, mai 1990), c'est ainsi un espace précis qui est proposé, et qui fonctionne comme une donnée : sa réalité n'a pas besoin d'être prouvée ou affirmée. Cela tient vraisemblablement au microcosme que constitue la Principauté, qui cumule tous les avantages, espace naturel facile à cerner et espace politique dont l'existence est reconnue (cf. le Val d'Aran). Mais l'émission est une belle réussite aussi parce que c'est un sujet bien déterminé qui sert d'"entrée" : le poisson, depuis l'ensemencement des lacs et rivières, jusqu'à son arrivée sur la table des restaurants, en passant par l'activité traditionnelle qu'est la pêche en montagne. L'écosystème est présent, aussi bien que l'espace économique (la circulation de cette production particulière) et l'espace culturel (les traditions qui accompagnent la pêche). Ainsi est réussie une parfaite synthèse, qui est chose exceptionnelle dans ce corpus. Le sujet permet une complète exploration du territoire, ainsi que de la dimension humaine qui en est indissociable : c'est du cinéma ethnographique, on n'est pas loin d'un Pierre Perrault...8. Ce n'est plus l'armature d'un discours qui commande, les plans s'organisent selon une autre logique, celle du récit, celle de la contemplation : leur durée moyenne, du même coup, s'allonge...

42Il est vrai que l'Andorre nous offre un exemple presque contraire avec "L'Automobil en tots els sens estats" (réalisé par la même Martina Caminada). Ici, au lieu de servir à parcourir l'espace, l'automobile le bloque — comme est bloquée la circulation dans les rues d'Andorre la Vieille —, et significativement, une grande partie de l'émission est consacrée à... un musée. Il s'agit pourtant à nouveau de définir un espace de marché, comme le montre la fin de l'émission, où sont interrogés des concessionnaires des diverses marques représentées dans la Principauté : mais on reste sur un plan strictement commercial. Il semble que, décidément, l'automobile est un mauvais génie (ou un mauvais sujet) pour exprimer l’espace dans la parole minoritaire.

43Définir culturellement l'espace est sans doute le souci permanent de la série Viure al Pais. Cette définition prend tour à tour plusieurs langages.

44C'est parfois tout simplement la biosphère qui en forme le soubassement. David Grosclaude filme ainsi une réserve d'oiseaux de la région de Bayonne (10/2/1993), un espace jadis occupé par l'Homme, où cette occupation n'a laissé que des traces (des canaux de drainage) : ce territoire naguère quadrillé, au sens exact du terme (un témoin y parle beaucoup de mesures de longueur), a été abandonné à la "Nature", il est devenu une réserve ; les humains que l'on y rencontre font eux aussi figure de vestiges.

45J'ai retenu ce cas un peu extrême, car il est emblématique de ce que j'ai appelé ailleurs les "émissions-conservatoires".

46Certaines s'appuient sur la géographie humaine et l’histoire. Un exemple : le beau reportage "Circuladas de Languedoc" (réal. J.P. Laval, 3/2/1993) : cette architecture traditionnelle, si spéciale à certains villages de la plaine languedocienne, est un sujet particulièrement bien choisi, puisque il impose une vraie réflexion sur l'espace et ses caractères culturels spécifiques. Or, du point de vue filmique, ce qui est frappant, c'est que, pour être “appréhendable”, il nécessite la prise de vues en hélicoptère (sans quoi on ne voit rien) : autrement dit, l'éloignement du sol, la réduction du cadre de vie à une structure géométrique plus ou moins abstraite. Toutefois, la caméra essaiera aussi de mimer le déplacement d'un observateur quelconque en suivant l'une de ces rues circulaires, en travelling — mais à vitesse forcément accélérée par rapport au pas humain. C'est toujours la plus grande difficulté : rendre l'espace "appréhensible", en évitant de verser dans l'abstraction. Les émissions sont toujours tiraillées entre ces deux extrêmes, le conceptuel ou l'anecdotique.

47C'est sur cette deuxième pente que se situent beaucoup de sujets consacrés à ce que j'ai nommé les isolats occitans, et où toute la confiance est déléguée à la parole. Ces sujets sont nombreux, où l'on montre des bastions sur lesquels l'identité régionale semble s'être repliée : conservatoires de la langue et des coutumes, ou lieux du militantisme, calandretas, (voir l'émission sur celle de Toulouse le 3/9/1993), groupes musicaux, troupes de théâtre, etc... Tous ces sujets sont filmés soit dans des lieux fermés, soit, lorsque c’est en extérieur, dans des paysages emblématiques, qui semblent soigneusement protégés de toute contagion de l'extérieur. Une sorte de phobie obsidionale semble s'être emparée d'une partie du monde culturel occitan. Pour exemple — et cas limite —, le reportage consacré par J.P. Laval et J. Torcheux à la "Nacion Gordiana" (1990) : la parole officielle de la Bouvine, le discours stéréotypé des notables de la Maintenance félibréenne, se développe sur des fonds de carte postale (difficiles à éviter dans les paysages camarguais, m'objectera-t-on), ou devant les arènes des grands mas, dont la circularité fonctionne comme une vraie métaphore de l'enfermement... (les murs ronds des Circuladas en fourniraient une autre). On a même droit à des images au ralenti d'une abrivado. Pourtant, rien ne condamne le spectacle taurin à cette "coagulation" du temps, et "razets" comme "ferrades" devraient être particulièrement appropriés à l'expression du mouvement et du dynamisme.

  • 9 Qui plus est, l'émission est tournée au milieu de la fameuse exposition qui sera interdite par le (...)

48Ces réserves, ces conservatoires, sont confusément sentis comme des citadelles assiégées, des espaces sur la défensive. Pourtant, dans la réalité, ce sont des lieux de conflit : il n'est pas besoin d'insister pour le montrer dans le cas du monde de la Bouvine. On peut d'ailleurs se demander si tous ces isolats ne sont pas retenus implicitement comme des métonymies de l'espace occitan dans son entier, peu sûr de son identité, si ce n'est par un regard rétrospectif, et se sentant menacé par d'obscurs ennemis qu'on hésite à nommer au grand jour (voir la déférence pour les notables, déjà signalée). Toutefois, cette prudence est peut-être en passe d'être un peu délaissée : le 2/10/1994, J.P. Laval fait un sujet sur le centenaire de Jaurès à Carmaux et, pour une fois, une polémique assez vive contre le spectacle d'Alain Decaux : ça fait du bien !)9.

49Trois objets d'échange, qui ont pour nous l'avantage d'intégrer toutes ces dimensions de l'espace identitaire, de s’ancrer dans un terroir d'où ils sont issus, et d'avoir la vocation de circuler à travers le pays occitan (ou catalan), reviennent avec une certaine constance : le livre, la musique, la cuisine.

50Nous avons déjà indiqué la prédilection des magazines de France 3 Toulouse à montrer des livres étalés, (sans parler de la petite rubrique bibliographique qui termine souvent l'émission). La chose est facile à expliquer : l'édition a toujours été, et reste encore, le lieu où s'exprime depuis ses origines la revendication occitane. Mais mettre en scène des livres à la télévision n'est pas chose facile, et pas seulement pour les stations locales. Je ne reviendrai pas ici sur la mise en scène des écrivains. Mais souvent, ce sont les livres eux-mêmes qui sont montrés. En 1990 par exemple, J.P. Laval consacre un sujet à "Librariás del païs". On fait le tour des librairies "régionales" à Salindres, Montpellier, Toulouse, Béziers et Perpignan. Le sujet était une excellente occasion de "quadriller" le territoire, et de faire sentir ce qui en fait l'unité, cette unité invisible et impondérable : la langue. Malheureusement, les libraires sont interrogés dans leur librairie (c'est leur lieu de travail, dira-t-on), dont la caméra ne sort que pour quelques banals plans de coupe. Quid de la pratique de lecture occitane ou catalane des habitants de ces villes ? Qu'en pensent le consommateur de base, et le simple péquin ? Il faut déplorer qu'on ait trop souvent l'impression de rester entre initiés. Montrer quel espace de lecture existe aujourd'hui pour l'occitan en Occitanie, ce n'est pas chose simple sans doute, mais bien nécessaire, à l’heure où l'édition et la diffusion ne vont pas si bien que ça (en dépit des propos d'un optimisme un peu incantatoire tenus ici par presque tous les témoins).

51La musique fournit un fonds d'émissions encore plus important. Quoique pas "visuelle" en soi, elle offre un double avantage : d'abord, son lien avec la culture traditionnelle. Ensuite, c'est un sujet qui se prête par nature à la télévision : les grilles horaires en sont pleines à longueur de journée. Il est bon que les émissions régionales s'y mettent aussi (mais faute de moyens, leurs tentatives tournent parfois au ridicule, notamment dans les tentatives de confection de clips).

52Pour exemple, j'opposerai ici deux émissions de Viure al país. L'une, catalane, réalisée en octobre 1990 par Martina Caminada, "A La Guitarra", sur le musicien de jazz Jimmy Rena, installé à Palafrugell. L'autre, sur le groupe Negafòl, tournée par M. Andrieu en 1991.

53Les ingrédients et la construction des deux émissions sont en large partie les mêmes. Une ouverture sur des plans emblématiques : la baie de Palafrugell pour l'une, les petites barques sétoises à fond plat (dites negafòls) pour l'autre. Des entretiens en intérieur, coupés de respirations en extérieur. La clôture de l'émission par la parole d'un notable : le maire, ou l'adjoint au maire des communes concernées.

  • 10 R. Gardies l'avait montré à partir d'une étude technique, loc. cit.

54Mais, par-delà la structure commune, les différences de traitement sont notables. "La Guitarra" est un vrai lieu, autour duquel cristallisent et convergent les autres lieux montrés dans l'émission : la plage, le marché, et une véritable communauté humaine. Negafol, lui, est un groupe de musique de rues ; c'est pour cette raison, sans doute, qu'on les a filmés sur une aire d'autoroute du côté de Nîmes ; et comme leur nom est d’origine lagunaire, un second "clip" les présente dans un village de cabanes. Contrairement à ce qu’on aurait pu espérer, il n'y a pas de mise en relation claire du terroir auquel les musiciens se prétendent attachés et de leur musique. Paradoxalement, c’est le jazz, musique venue d'ailleurs (mais pour laquelle Jimmy Rena adapte des thèmes traditionnels), qui paraît le plus attaché à son pays, alors même que les musiciens ne sont pas des "autochtones" (ils sont catalans de L'autre côté"). Le regard du réalisateur est beaucoup plus impliqué dans le cas des musiciens catalans10. Encore une fois, la caméra se sent plus à l'aise dans l'espace lorsque la langue n'est plus un problème.

55L'émission sur "A La Guitarra" commence et s'achève par des propos culinaires, devant le magnifique panorama de la baie, Jimmy Rena a ces propos : "la cuisine, c'est la terre et la mer, le reflet de la nature... comme le jazz" ; il parle du pollo à la langouste ; à la fin, on le voit préparer une bouillabaisse pour ses amis, qu'ils dégusteront en compagnie à l'ombre des figuiers. Je n'insisterai pas sur la très belle comparaison de la musique et de la cuisine, mais je saisirai l'occasion pour relever que, dans toutes ces émissions, le meilleur sujet identitaire pourrait bien être l'art culinaire.

56En 1991, dans "Cosinas del païs", J.P. Laval se livre à un petit exercice comparatif : une cuisinière catalane (Eliana Camelada), un cuisinier languedocien (André Bonnemmine). Le sujet est traité comme une émission classique de cuisine (genre télévisuel consacré), mais quelque chose des terroirs respectifs y circule. Quelques vues générales en plans de coupe, un entretien en extérieur, suffisent ; point n’est besoin de montrer longuement le pays, les gros plans et très gros plans des ingrédients préparés ou en train de mijoter y suppléent, pour ainsi dire. Et comme ils proviennent de tout le pays, ils en sont comme un condensé. On a rarement vérifié aussi bien que la télévision (plus encore que le cinéma) peut filmer une assiette comme un paysage.

57"Cosina peiregòrda" de J.P. Laval et J. Torcheux (7/3/1993) confirme cette impression. La cuisine, c'est bien sûr le patrimoine, la mémoire, et, en tant que telle, elle semble avoir affaire davantage au temps qu'à l'espace. Mais il y a ce lieu où l'on prépare les plats, où se déploient les gestes de la cuisinière ; nous assistons à des paroles en actes, chose assez rare dans ces émissions, où le verbe, le plus souvent, est comme décollé de son cadre, qui ne lui sert que de toile de fond.

58Pour terminer ce rapide examen, il faut s'interroger, en effet, sur les diverses mises en relation de la parole (surtout lorsqu'elle est énoncée en langue minoritaire) et de l'image.

59On l'a vu, la parole a souvent à elle seule la tâche écrasante de dire, de nommer, l'espace identitaire. C'est le cas dans les "plateaux", les émissions enregistrées en studio, nombreuses, par économie sans doute, mais aussi par souci "pédagogique" et volonté militante, dans le cas de France 3 Toulouse (on peut noter que la journaliste de TV3, elle, sort très volontiers du studio, même pour présenter le sommaire des informations). L'espace occitan aurait-il une existence surtout rhétorique ? Beaucoup d'émissions sont filmées dans des salles de réunion, des cours d'école, des salles polyvalentes...

60Dans un bon nombre d'autres cas, la parole est mise en scène devant un arrière-plan qui entretient une relation métonymique avec la personne qui parle. Par exemple, le majorai du Félibrige devant la vénérable façade de l'hôtel gothique de Sarlat. On voit ainsi Robert Lafont devant le Jardin de la Fontaine, Jean Larzac devant les canaux de Sète, Claude Alranq à Pézénas, Yves Rouquette dans une vigne, Max Rouquette à Argeliers et à La Couvertoirade... Intégration de l'Homme dans son milieu, dira-t-on ? C'est plutôt la vieille rhétorique du portrait, fidèle aux codes de la peinture occidentale depuis la Renaissance.

61"Cette parole possède en outre un statut bien particulier. Elle est la voix "officielle" de la culture refoulée, ce qui explique qu'elle soit accompagnée d'une certaine solennité.

62Il faut la mettre en relation avec la voix du journaliste, investie d'une autorité particulière, que lui confère évidemment sa position, alors qu'il est presque toujours (excepté sur le plateau) absent à l'image. Or, il s'exprime toujours en occitan, même si on ne le voit pas, face à des interlocuteurs (présents dans le champ) qui sont parfois embarrassés pour lui répondre au même niveau linguistique. Ainsi s'établit une hiérarchie inversée, dans un espace fantasmé où la langue minoritaire appartient à l'espace du "pouvoir".

63Plus intéressante, et certainement plus "cinématographique", est la parole en situation que nous évoquions tout à l'heure. Les gestes et les paroles du travail sont rares dans nos émissions, et le plus souvent, ils sont alors "reconstitués", comme ceux du meunier d'"Eras molas d'Arcizans" (D. Grosclaude, 2/10/1994). Mais dans cet exemple, il est honnêtement expliqué qu'il s'agit d'une ouverture sur une nouvelle forme de tourisme.

64En fait, ce sont les musiciens, les cuisiniers, et les enfants, qui, devant les caméras, s'approprient le mieux l'espace, et font s'y déployer avec le plus de justesse la parole identitaire.

65Définir un espace de représentation télévisuelle à partir d'une parole minoritaire n'est pas, on le comprend, une chose simple. Cette expression se trouve coincée, pourrait-on dire, entre deux "surmoi" : celui que constitue la télévision elle-même, avec ses contraintes, ses codes, ses poncifs, et celui, réprimé mais faisant surface dans ce cadre soigneusement balisé par avance, du discours fantasmatique de l'occitan. Quand la culture minoritaire ne dispose d'aucune reconnaissance, il est compréhensible qu'elle investisse l'espace restreint qu'on lui concède pour y développer une parole revendicative, à caractère souvent incantatoire. Tout change lorsque le statut des émissions en langue minoritaire devient "normal". Délivrée de ses surmoi fantasmatiques, l'expression audiovisuelle n'a plus affaire alors qu'aux contraintes du médium, ce qui est déjà une tâche suffisante, pour réussir à procurer au spectateur l'impression qu'il habite un espace homogène et maîtrisé.

Notes

1 GREIMAS, A.J. Sémiotique et sciences sociales. Paris : Seuil, 1976.

2 Cf. GARDIES, A. L’espace au cinéma. Paris : Méridiens-Klincksieck, 1993, p. 68.

3 À en juger, du moins, d’après les échantillons dont j’ai disposé : je me garderai de généraliser, faute de documentation exhaustive.

4 Cf. CHION, M. La voix au Cinéma. Cahiers du Cinéma/éd. de l'Etoile, 1982.

5 Cf. GARDIES, A. Op. cit., p. 35-36.

6 Mes remarques rejoignent ici les conclusions de René Gardies dans sa communication au colloque de 1991, Mise en images et comparaison entre Toulouse et Marseille", loc. cit.

7 La dimension valorisante qu'a acquis le label "occitan" dans le monde du commerce, depuis quelques années, a été étudiée par H. Boyer, in : L'Occitanisme et la dénomination des entreprises. Amiras/Repères occitans, no 7, 1984, p. 75-83.

8 Les deux films du Québécois Pierre Perrault, Pour la suite du monde et Le Règne du jour, constituent depuis les années soixante la référence en matière de cinéma ethnographique et d'expression minoritaire.

9 Qui plus est, l'émission est tournée au milieu de la fameuse exposition qui sera interdite par le maire de Carmaux ! Nous sommes, pour une fois, dans un espace non consensuel où cristallisent des conflits significatifs.

10 R. Gardies l'avait montré à partir d'une étude technique, loc. cit.

Auteur

Maître de conférences (Université Paul Valéry, Montpellier)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540