Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Le contenu : l'exemple télévisuel

La télévision régionale en occitan (Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Val d'Aran) : des sujets à la langue

Philippe Gardy

Texte intégral

1La définition et la mise en œuvre d'une émission ou d’une série d'émissions télévisées en occitan (comme d'ailleurs de toute autre langue dont la situation sociolinguistique serait comparable) sont conditionnées par plusieurs sortes de facteurs plus ou moins contraignants. Ces contraintes, qui peuvent être d'ordres divers, sont impératives ou facultatives, en fonction de données liées au cadre institutionnel — dans l’acception la plus large du terme — dans lequel ces émissions sont conçues, réalisées et diffusées. Autrement dit : la marge de manœuvre (ou si l'on préfère, la liberté) de leurs concepteurs est étroitement tributaire de tout un ensemble de paramètres dont certains sont effectivement modulables, tandis que d’autres ne le sont que partiellement, et certains enfin, absolument pas.

2Il aurait été possible de tenter d'énumérer tous ces paramètres et d'en proposer une description et une analyse rationnelles. Mais certains échappent, tout au moins pour qui se contente de regarder les émissions, qui plus est a posteriori. Et pour qui se lancerait dans une enquête — fort utile au demeurant — sur tout l'environnement (hommes, structures, finances, moyens en matériel, etc), les émissions elles-mêmes, comme objets isolables par le simple geste de mettre en route son téléviseur ou de relire la bande enregistrée par le magnétoscope, ne risqueraient-elles pas d'être reléguées au second plan, voire même de disparaître, au profit de tout ce qui les a précédées, orientées et, finalement, fabriquées telles qu'elles ont pu être regardées ?

  • 1 Je conserve la graphie "país” (et non "païs", proposé par Louis Alibert dans ses divers ouvrages d (...)

3On a donc plutôt tenté de proposer ici la démarche inverse : à partir des émissions elles-mêmes et de leur accompagnement le plus immédiat : les communiqués de presse destinés à décrire brièvement chacune d'entre elles, cerner quelque chose de leur "nature", qui serait à situer entre leurs sujets et la langue utilisée pour traiter ces derniers, en l'occurrence l'occitan. Pour ce faire, on s'est limité aux émissions occitanes diffusées à partir de FR 3 puis France 3 Sud (= Toulouse Midi-Pyrénées et Montpellier Languedoc-Roussillon) sous le titre Viure al país1, en prenant comme référence la période de diffusion comprise entre 1989 et 1994. Dans la dernière partie de cette étude, des comparaisons seront esquissées avec d'autres émissions télévisées en occitan diffusées dans des contextes bien différents : d'un côté dans le Val d'Aran (Comarques, TV3-Televisió de Catalunya) ; d'un autre côté en Périgord (Sarladais) : Aquí-TV.

Viure al pais : espace géographique, espace social

4Emission hebdomadaire, actuellement diffusée le dimanche entre 12 heures 05 et 12 heures 45, Viure al país est une émission déjà ancienne qui a eu l'occasion d'évoluer de façon notable depuis sa création. Un bon exemple de son déroulement actuel est fourni par l'émission diffusée le 26 septembre 1993, qui se découpe en une plus quatre séquences principales :

  1. 05 : présentation de l'ensemble des émissions ou séquences proposées par Maurice Andrieu ;
  2. 12h 06 : "Magazine occitan" de Maurici Andrieu, Vilatges al país (6 mn) ;
  3. 12h 12 : "La Gazeta" (= informations présentées par Maurici Andrieu ; celles-ci sont généralement entrecoupées de brèves séquences de reportage, ou de plan fixes sur un livre, une carte, etc ; ici : la "Fèsta al país a Senta Gabèla" [Cintegabelle, Haute-Garonne] ; une course cycliste)2 ;
  4. 12h 27 : "Magazine occitan" de Joan Pèire Laval, Velas latinas e Jòcs miegterranencs (10 mn 15) ;
  5. 12h 38 : "Mar Nòstra", présentée par Maurici Andrieu. (Il s'agit d'une sélection de brefs reportages, généralement issus des programmes de France 3 Méditerranée et de TV3-Televisió de Catalunya, bureau de Girona ; en l'occurrence : un apiculteur de la vallée du Rhône ; le musée préhistorique de Talteüll [Tautavel], reportage de TV3 Girona réalisé en Roussillon).

5NB. Les parties 2 ou 4 peuvent être constituées de magazines en catalan sur des sujets "roussillonnais". Cette variante se retrouve de façon automatique dans la partie 5, qui comporte obligatoirement une séquence en catalan. La séquence empruntée aux programmes de France 3 Méditerranée (Marseille) est-elle bien sûr en provençal.

6Cette structuration de Viure al país est le résultat de modifications et d'ajouts successifs qui, sans changer en profondeur le projet global de l'émission, lui ont conféré au fil des mois et des années une souplesse et une diversité certaines sur une plage de temps qui atteint quarante-cinq minutes.

  • 3 "FR3 Toulouse : les sujets et la langue. Un cercle vicieux ?", communication orale au colloque "Té (...)

7Dans une première étude de 1991 concernant "Les sujets et la langue"3, j'avais présenté une analyse des magazines diffusés entre septembre 1989 et septembre 1991 (soit un total de soixante émissions, compte non tenu des périodes de vacances d'été, pendant lesquelles les émissions en occitan de France 3 Sud étaient suspendues, non plus que des rediffusions, chaque magazine étant en général diffusé à deux reprises). Cette étude n'envisageait que les magazines, à l'exclusion de "La Gazeta" qui ne portait pas encore ce nom, et de "Mar Nòstra" (cette dernière séquence n'existait pas pendant cette période). J'ajoute que, dans ce cas comme pour la période qui sera envisagée par la suite, je n'ai pas pu visionner la totalité des émissions effectivement diffusées, mais seulement un choix d'une vingtaine d'entre elles ; cette première approche ayant été complétée par une étude, complète cette fois, des "communiqués de presse" imprimés et diffusés par la station à l'occasion du passage de chaque émission Viure al país (soit une page dactylographiée la plupart du temps ; la présentation de ce document ayant varié au fil des années : en gros vers une plus grande lisibilité — typographie et qualité rédactionnelle des textes ; ajouts d'informations concernant notamment les auteurs des émissions et leur durée). On peut regretter que ces communiqués de presse (mais comment cela serait-il possible ?) ne fournissent pas le détail de certaines séquences ("La Gazeta", "Mar Nòstra"). Quoi qu'il en soit, la collection de ces textes brefs mais riches de signification présentait donc le double intérêt de permettre un accès commode et rapide à la totalité des sujets traités dans les magazines et de proposer une "image" on peut l'imaginer fidèle de ce que les auteurs de la séquence désiraient transmettre ou rendre sensible à leurs futurs téléspectateurs. Description, donc, et déclarations d'intentions mêlées.

8Les principales données et conclusions de cette première recherche mettaient en lumière un certain nombre de faits que je reprends ici brièvement. Etant entendu que le sujet d'un magazine (voire d’une séquence "reportage" comme on en trouve dans "La Gazeta") est compris ici comme un ensemble de données qui fait entrer en ligne de compte :

  • un (ou plusieurs) lieu(x) ;
  • un ou des acteur(s) (interviewés/filmés) ;
  • un thème (et des "sous-thèmes"), en rapport avec les deux premiers éléments.

9Le tout se présentant, si l'on considère chaque élément et les rapports que chacun entretient avec les deux autres, à la façon d'un triangle :

10C'est un quatrième élément qui assure la liaison active entre les trois premiers : l'intervieweur/commentateur/auteur de la séquence (qu'il s'agisse d'une seule ou de plusieurs personnes).

11Ajoutons que ces émissions sont toujours reliées au réel (pas de fictions revendiquées comme telles, sinon comme sous-séquences à l'intérieur des séquences : extraits de pièces de théâtre, chansons, contes dits, etc.). Et que le lieu et les acteurs, conçus comme la composante première d'un terrain (au sens que les ethnologues peuvent donner à ce terme), occupent toujours la place centrale.

  • 4 Ces entretiens, rares dans les années 1989-91, sont devenus la règle par la suite et occupent souv (...)

12On peut donc inclure dans un premier moment de la réflexion Viure al país dans un genre télévisuel bien connu : celui du magazine à un ou plusieurs sujets ou séries de sujets, longs ou plus brefs, reliés entre eux par des séquences en studio sous la houlette d'un présentateur qui sert de "fil rouge" à l'émission et peut éventuellement, en plateau, s'entretenir dans le cours de l'émission (séquence "La Gazeta") avec un invité4. On songe ici à des émissions telles que Thalassa, Montagne ou encore Faut pas rêver, également diffusées par France 3, sur l'antenne nationale : leur structure et leur déroulement obéissent à des schémas voisins. Mais Viure al país présente apparemment une différence importante par rapport à ce type d'émissions : alors que ces dernières livrent dès l'abord une partie de leur "secret", c'est-à-dire le lieu-thème fédérateur qui assure leur singularité (la mer, la montagne, les voyages et la découverte), l'émission "occitane" de France 3 Sud se caractérise par sa diversité et plus encore son imprévisibilité. Chaque magazine apparaît comme une surprise, comme la pierre nouvelle d'un édifice à construire (en construction ?) dont on n'a pas l’impression de connaître par avance les contours, le plan, et encore moins la destination finale, les usages possibles ou souhaités...

13Paradoxalement, ainsi, l’inventaire et l'analyse rapide des "sujets" traités représentent un moyen de mieux définir les frontières de l'émission Viure al país, ses desseins explicites (explicités par ses divers auteurs) et ses soubassements plus implicites, parfois même peut-être demeurés à l'état latent : pesanteurs, penchants, fuites ou ressassements involontaires.

1. De septembre 1989 à septembre 1991

14Quatre auteurs principaux (compte non tenu des réalisateurs qui leurs sont associés) se partagent la conception des émissions diffusées pendant vingt-quatre mois entre septembre 1989 et septembre 1991. Maurice Andrieu propose des émissions concernant la région toulousaine, prise dans son acception la plus large (parlers languedociens) ; David Grosclaude des émissions concernant presque uniquement l'aire linguistique gasconne (et plus précisément dans les zones pyrénéennes, à cheval sur les Régions Midi-Pyrénées et Aquitaine) ; Jean-Pierre Laval couvre quant à lui des sujets plus "généraux" dans la zone languedocienne (Région Midi-Pyrénées parfois, mais essentiellement Région Languedoc-Roussillon). Un quatrième auteur d'émissions, beaucoup moins présent, est Alain Nouvel, qui couvre lui le nord de la Région Midi-Pyrénées (département de l'Aveyron).

  • 5 Notons dès maintenant que cette tendance à déborder limites linguistiques et limites administrativ (...)

15On le voit : à travers ses quatre principaux concepteurs de magazines et l'utilisation de leurs compétences linguistiques particulières (gascon, languedocien oriental ou occidental), Viure al país paraît avoir pour vocation première de dessiner un espace géographique qui se confond pratiquement avec celui de la zone de diffusion/réception de l'émission. Une cartographie des lieux de tournage (ou de l'origine des intervenants quand ces lieux sont moins directement liés à leur implantation géographique : un studio surtout, parfois un théâtre, un salon d'exposition parisien, etc.) montre sans ambiguïté cette volonté de faire corps avec une vaste portion de territoire qui s'étend de Bayonne à Nîmes et la Camargue languedocienne (le Rhône est parfois franchi et c'est alors la Région Provence qui fait une timide apparition) jusqu’en Périgord, Quercy, Albigeois, Agenais, Rouergue, Cévennes et Lozère vers le nord, et jusqu'au Roussillon et au Pays Basque au sud, avec des incursions au-delà non seulement des "frontières linguistiques" mais également des frontières étatiques (vers l'Espagne : Aragon, Communauté autonome d'Euskadi, Navarre, Catalogne — le Val d'Aran gasconophone, bien sûr, mais aussi Barcelone)5.

16Le país concerné, de la sorte, paraît en première instance défini par cette couverture géographique "en toile d'araignée". Mais reste à savoir, d'abord, ce que les émissions Viure al país retiennent de cet espace mouvant et large. Puis, dans ce qui est effectivement retenu, sur qui et sur quoi l'attention est plus particulièrement portée. Et enfin, quelles sortes de mises en scènes de tous ces paramètres sont proposées aux téléspectateurs du grand Sud-Ouest. Du país au país, en quelque sorte, la boucle étant bouclée, quelles lectures, quelles approches sont suggérées, et avec quelles réductions, quelles métamorphoses, quels raccourcis, quelles stylisations...

  • 6 Les pourcentages donnés sont approximatifs pour au moins deux sortes de raisons. D’abord, certaine (...)

17Qu'est-ce donc, pour commencer, qui reste de tous ces "pays" nombreux et divers au filet de Viure al país ? D'abord, et cela n'a rien d'étonnant, c'est la Région Midi-Pyrénées stricto sensu qui l'emporte quand on prend en considération la localisation géographique des magazines : environ 50 % du total des séquences concernées. Languedoc-Roussillon occupe quant à lui autour de 15 % ; de même pour la Région Aquitaine. Les 20 % restants concernant des magazines sans situation géographique précise immédiatement repérable et décodable pour l'observateur, ou encore des magazines transrégionaux (tables rondes, sujets globaux, etc.)6. On peut compléter cette première répartition en précisant, ce qui n'a rien d'étonnant, que l'espace "Midi-Pyrénées" est beaucoup plus également couvert — à ne considérer pour l'instant que les points sur la carte — que celui des Régions voisines, dont certaines portions apparaissent en fait hors du champ de Viure al país.

18Ceci dit, d'autres sortes de déséquilibres, plus riches de sens, doivent aussitôt être signalés. On remarque en effet :

  • que les zones urbaines, pourtant essentielles en particulier en Bas Languedoc, sont presque entièrement absentes. On reste, au mieux, sur leurs lisières : ni Pau, ni Toulouse, ni Montpellier, ni Bordeaux, pas plus que Nîmes, Narbonne, Béziers, Montauban, etc, et pas même Mende, Auch ou Sète (exemples pris au hasard) ne font irruption sur la carte7. En tout cas pas comme villes, ni comme centres d'une zone d'attraction ;
  • que la concentration géographique des sujets est ainsi presque l'inverse de celle des populations dans l'espace de réception de l'émission. Cette concentration s'effectue dans les zones dites rurales (activités agricoles ou para-agricoles ; manifestations festives) ; dans des "lieux de mémoire" (sites ruinés, activités diverses, artisanales surtout, disparues ou en voie de disparition) ; dans des lieux ou sites culturels — ou autour de personnalités — qui ont valeur de témoins (chercheurs amateurs ou professionnels, colloques, écrivains d'expression occitane, cuisiniers, chanteurs, théâtreux...).

19Le país représenté sur le petit écran s'apparente ainsi à un espace fortement sélectionné, à partir de critères probablement non-conscients mais dont le rendement est très efficace. Deux de ces critères (que j'appellerai "critères a posteriori", par prudence et aussi parce qu'ils semblent être plus la conséquence d'une démarche que son principe originel) s'imposent : le premier étant celui de la remontée dans le temps (de ce qui existe dans le país à la perte d'existence) ; et le second la représentation du même país, à travers la mise en évidence de tout ce qui peut en supporter les spécificités liées à ce sentiment de perte ou d'abandon (la culture technique et artistique dans l'acception la plus large du terme, la littérature, les arts, voire le militantisme politique "régionaliste" — terme impropre mais qui permet d'englober l'essentiel de ce qu'il recouvre).

  • 8 Voir l'étude réalisée en 1991 par le cabinet Média Pluriel Méditerranée (Montpellier) pour le comp (...)

20Les acteurs qui donnent parole et vie à ce país sont généralement des individus qui jouent un rôle symbolique affirmé : sculpteurs, agriculteurs emblématiques, écrivains, chanteurs, troupes de théâtre, conteurs, musiciens, journalistes, artisans, etc. Ils apparaissent la plupart du temps comme les représentants d'un país caché, de tous ces lieux extraits d'une réalité qui chercherait à les dissimuler et les occulter le reste du temps. Tous ces acteurs, ou peu s'en faut, dans les interviews, parlent, plus ou moins aisément, une variété d'occitan, bien que ce ne soit généralement pas leur langue quotidienne. Ce qui pourrait laisser croire, on y reviendra, que cette capacité suscitée ou réactivée à parler une langue serait la clé, ou en tout cas une des clés, des choix thématiques concernés. Disons que cette hypothèse n'est pas fausse, mais que ce serait sans doute simplifier par trop le problème que d'en rester à cette interprétation. Tout simplement, avant toute autre considération, parce que l'on sait qu'il y a à la fois aujourd'hui peu/beaucoup d'occitanophones — "naturels" surtout — en Languedoc-Roussillon par exemple8. Et que cette occitanophonie ne recouvre pas nécessairement, il s'en manque de beaucoup, les catégories représentées ici majoritairement.

21Des lieux aux acteurs, ce sont bien entendu les thèmes, instance fédérative, qui se dessinent avec un peu plus de netteté. Entre les auteurs des magazines et les personnes interrogées, entre les questions des premiers et les réponses des secondes, avec la médiation quasi permanente des paysages, ruraux ou rarement urbains, les thèmes apportent cohérences, correspondances et réseaux d'interprétation. À travers eux circulent les sens désignés et induits. Je propose pour commencer d'en distinguer trois espèces.

22La première se cristallise dans la paire hier/aujourd'hui, dont nous avons noté combien elle est souvent présente dans Viure al país. Cette opposition rejoint bien sûr sans se confondre complètement avec elle une représentation bien connue qui renvoie l'occitan au passé et souligne le fait que les locuteurs de cette langue se trouvent essentiellement dans les couches les plus âgées de la population.

23La deuxième de ces catégories thématiques (ou de ces pesanteurs) suggère assez fortement que l'occitan, en tant que langue de la télévision (et donc en tant qu'institution possible), est d'abord le fait d'individus ou de groupes d'individus bien précis : animateurs de radio, militants politiques, écrivains, enseignants, chanteurs, organisations culturelles, troupes de théâtre...

24La troisième, enfin, paraît reposer sur l'idée, en partie contradictoires des deux propositions précédentes, que l'occitan de la télévision est une reconstruction qui émerge là où on ne l'attendait pas, ou plus. À doses il est vrai légères, sinon homéopathiques : un agriculteur jeune et "atypique", l'acteur d'un moment historique fort, un archéologue (encore que : on semble bien, heureux hasard ! se trouver dans ce dernier cas à la limite de la reconstitution ou de la restauration linguistique).

25La conclusion que l'on peut provisoirement tirer de cet examen rapide est que le thème fédérateur des magazines de Viure al país reste assez largement problématique et se noue pour cette raison, comme par défaut donc, autour de la langue elle-même. Celle-ci fonctionnant alors à la fois, ou alternativement, comme substitut thématique et comme thème profond, sous-jacent, mais dans le même temps évité, relégué dans un avant ou un ailleurs qui restent inavoués. Dans les deux cas, la langue permet probablement d'unifier un champ (un terrain) dispersé et souvent mal définissable. Mais de cela on ne dit rien, ni explicitement, ni même implicitement, car l'aveu même de cette unification risquerait de perdre et sa réalité et jusqu'à son sens. En résumé : la langue, en première analyse, en tant qu'archi-sujet ou sujet profond des magazines de Viure al país, demeure un non-dit, pris en tenailles entre d'un côté le discours de sa perte (le passé) et celui de son éventuelle reconstruction (en gros : les militants culturels).

2. De janvier 1992 à mars 19949

  • 9 Les communiqués de presse pris en compte ne couvrent que la période janvier 1992-novembre 1993. On (...)
  • 10 La répartition des magazines selon les auteurs (pour la période janvier 1992-novembre 1993) se mod (...)
  • 11 Il ne m'a pas été possible de vérifier l'exactitude de cette date par un visionnage systématique d (...)

26Rien ne distingue au fond cette deuxième série d'émissions de celle prise en considération ci-dessus. Les principaux auteurs Maurice Andrieu, David Grosclaude et Jean-Pierre Laval, demeurent10 ; cependant, à partir de novembre 1992, une nouvelle signature régulière apparaît dans les magazines : celle de Colette Lapléchère. Par ailleurs la séquence "La Gazeta" prend de l'ampleur : enrichissement des sujets évoqués, introduction de brefs reportages avec ou sans interviews, présence d'un invité sur le plateau, usage plus important de textes en occitan en surimpression. Enfin, à partir de juin 1992, apparition (dans les communiqués de presse) de la séquence finale catalano-provençale "Mar Nòstra", dont il a déjà été question11.

27Une impression mitigée domine : à savoir, d'un côté, que l'émission n'a guère changé depuis septembre 1989 ; et d'un autre, qu'entre les émissions des premières semaines de 1994 et celles du début de la période prise en compte, beaucoup de choses ont été modifiées. Etrange sentiment, donc, évidemment tout à fait subjectif, mais qui pour cette raison même a paru devoir être analysé... On peut donc noter à cet égard que :

  • les lieux et partant les acteurs se sont multipliés ;
  • les lieux militants et les acteurs symboliques, sans disparaître totalement du paysage ainsi dessiné, se perdent davantage dans la masse de séquences, magazines ou autres reportages plus brefs qui mettent en avant d'autres sortes de préoccupations ;
  • cette dissémination est en grande partie due à l'émergence ou à la consolidation de thèmes "modernistes" qui font en particulier référence à des trajectoires industrielles (montantes, innovantes ou au contraire en difficultés) ou à des initiatives économiques certes le plus souvent marginales mais originales. Mais également, quoique plus rarement, à l'introduction de séquences liées à la vie quotidienne, entre tradition et modernité (les radios amateurs ; le crématisme ; la transfusion sanguine ; les services de l'équipement dans une zone de montagne après une importante chute de neige, etc.) ;
  • un ton sinon nouveau, en tout cas plus délié, parce que davantage en phase avec des sujets apparemment plus autonomes par rapport au sujet central que constituerait implicitement la langue.

28Beaucoup d'"air", pour toutes ces raisons, a été apporté au schéma du premier Viure al país. Et pourtant cette ouverture et cette élargissement ne paraissent pas vraiment... dépaysants. Pour quelles raisons ?

29D'abord, sans aucun doute, parce que les trois côtés du triangle constituant le sujet des magazines et, plus largement, de l'émission, n'ont pas subi de réfections qui soient des remises en cause flagrantes des partis pris initiaux. La ville, sous tous ses aspects, demeure toujours la grande absente : le país, malgré d'indéniables efforts de désenclavement, se niche toujours dans les recoins et sur les marges de l'espace géographique et social. Et c'est donc la ruralité, en tout cas une certaine forme de ruralité, qui occupe l'écran. L'apparition de thèmes liés à la modernité face aux thématiques nostalgiques ou conservatoires, si elle est bien réelle, n'efface pas le sentiment d'une cohérence d'abord fondée sur des valeurs refuges, des lieux de résistance ou des personnages qui, malgré la diversité de leurs préoccupations ou de leurs fonctions, paraissent majoritairement atypiques, à contre-courant, presque plus illustratifs d'une thèse que d'une réalité sociale.

30Cette difficulté à matérialiser la volonté de changement et d'élargissement perceptible dans la version la plus actuelle de Viure al país ramène à la question déjà posée plus haut du véritable sujet de cette émission télévisée : quel pays ? quel "vivre" ? Et c'est au bout du compte, une nouvelle fois, le référent ultime, celui de la langue, qui refait surface.

31Comment, en effet, passer de cet archi-sujet — l'occitan — à autre chose que sa mise en scène, son illustration, sa représentation sans cesse à rejouer dans le non-dit ? Il faudrait pour avancer avec un peu de sécurité dans cette voie procéder à une étude minutieuse de ces mises en scène, sous-séquence après sous-séquence. Faute de mieux, une constatation plus générale nous guidera ici : dans Viure al país, l'occitan est à la fois reçu dans ses usages sociaux traditionnels et (re)construit dans des usages qui ne sont pas les siens. Cette reconstruction elle-même oscille entre d'un côté ce que l'on peut appeler la langue des militants et, d'un autre côté, toute une série de corrections destinées à permettre l'emploi de l'occitan dans des situations qui l'excèdent :

  • interviews "minimales", dans lesquelles la langue est un artifice difficilement tenable ; dans ces situations, quelques mots suffisent, immédiatement relayés par la voix off du commentateur (ou par celle d'un autre interviewé, plus apte à parler) ;
  • commentaires, plus rarement doublage, sur des réponses faites en français (en castillan) ;
  • commentaires uniquement en voix off : dans ce cas, plus aucun problème repérable, bien sûr ;
  • cas limite : on abandonne l'occitan pour le français, aussi bien dans la formulation de la question que dans celle de la réponse. À ce cas limite fait écho, mais à l'autre bout de la chaîne des figures possibles, l'apparition du catalan, qui fonctionne comme une variété d'occitan : les deux langues cohabitent, on ne traduit jamais.

32Toutes ces manières de faire avec la langue confirment que celle-ci est en réalité l'élément directeur par défaut de l'émission. On ne la perd jamais de vue, sauf peut-être quand il y a adéquation parfaite entre son usage, le lieu, les acteurs et le thème. Le sujet ainsi constitué fait alors corps avec le rendu télévisuel final. Mais il ne peut s'agir que de séquences bien spécifiques, soit du côté de la langue héritée quand celle-ci est parfaitement maîtrisée dans une situation qui s'y prête parfaitement ; soit du côté de la conversation reconstruite, et dans ce cas il s'agit bien d'une mise en scène, d'une fiction qui ne rejoint que le temps de la séquence la "réalité vraie".

d'autres lieux, d'autres sujets ?

33La confrontation de Viure al país avec d'autres émissions télévisées en occitan produites pendant la même période fournit des éléments de comparaison qui peuvent aider à avancer un peu plus encore dans l'analyse des sujets et de leur apport à la question de la langue. Et ce d'autant plus aisément que ces émissions — celles d'Aquí TV dans le Sarladais et celles de TV3 dans le Val d'Aran — ont vu le jour sur les franges mêmes de l'aire de réception de France 3 Sud et en des lieux, le Périgord ou plus encore le Val d'Aran, dont Viure al país a pu traiter dans telle ou telle de ses séquences, y compris les magazines.

34Les unes comme les autres, en effet, donnent à voir, au terme d'une analyse détaillée qu'il n'était pas possible de développer ici, des cas de figure qui illustrent en les prolongeant certaines des tendances lourdes caractéristiques de Viure al país.

35Aquí-TV, télévision de proximité ("votre télévision locale", y entend-on souvent dire) utilise l'occitan dans des occasions extrêmement précises, correspondant à des sujets très spécifiques. En gros, on peut affirmer que l'occitan n'y sert qu'à parler de lui-même, dans une sorte d'effet de miroir qui semble, et pour cause, condamné à épuiser très rapidement la gamme des sujets disponibles. Lieux, acteurs et thèmes renvoient tous uniformément à la langue : qu'il s'agisse de l'enseignement de l'occitan (par exemple pour la célébration des dix années d'existence de l'enseignement de la langue à l'école primaire dans le Sarladais) ; de réunions militantes (assemblée générale d'une association culturelle) ; de cours publics d'occitan ; de l’inauguration d'un musée des traditions locales et régionales ; de théâtre ou encore des préparatifs d'une félibrée, qui donnent lieu à une émission spéciale. Encore convient-il de préciser que l'occitan, dans toutes ses séquences ou émissions, n’apparaît le plus souvent qu'en pointillé : à la manière d'une espèce de fil rouge, qui rythme des conversations et des commentaires off généralement en français.

  • 12 Sur les félibrées, "rite d'un Périgord qui retrouve pour un jour la tradition perdue, un peu arran (...)

36L'émission spéciale consacrée par Aquí-TV à la préparation de la soixante douzième félibrée du Périgord12, à Domme, est tout à fait révélatrice à cet égard : sur le plateau les trois interlocuteurs principaux — des notables évidemment cravatés — et le journaliste parlent de la langue et de la culture occitanes en français, tandis qu'un quatrième protagoniste, sans cravate et en décalage constant avec les propos et les attitude de ses voisins, joue le rôle d'un "témoin" : on lui fait dire de temps en temps quelque mots de "patois", mais on ne lui laisse jamais la parole pour un discours organisé. Son rôle est finalement assez comparable à celui d'une illustration musicale à la radio, ou d'une diapositive de fond en studio de télévision. Le contraste est saisissant pendant toute l'émission entre les diverses séquences liées à la félibrée et celles qui assurent une autre fonction : bulletin d'informations locales et, à la fin, plateau consacré à des journées cinéma (sous le titre de "Zoulou") : autres tenues, autres rôles, autres lieux, autres thèmes...autre langage. L'occitan, pour la télévision locale du Sarladais, se présente comme une série de brèves parenthèses et le discours tenu à son propos apparaît tellement répétitif et spéculaire qu'il finit parfois par se résumer à une musicalité particulière, une présence symbolique dans l'acception la plus exacte du terme.

  • 13 Soit les années 1991 et 1992.

37À l'exemple d'Aquí-TV on opposera celui de la version aranaise de l'émission Comarques de la chaîne de télévision catalane TV3. Magazine d'un quart d'heure diffusé chaque vendredi, cette émission, faite de reportages mis en situation par une présentatrice unique (Jovita Ané pendant toute la période considérée13) et d'interviews plus longues de personnalités aranaises en studio ou en situation, n'accorde pratiquement aucune importance au sujet "langue" (sauf à de très rares exceptions, imposées par la conjoncture). Très rythmée et très composée, l'émission aranaise est fondée sur l'actualité de la vallée pendant la semaine écoulée. Les sujets, très divers (culture, sport, politique, festivités, vie quotidienne, problèmes de société, météo, etc.), sont à peu près systématiquement traités dans leur rapport direct au temps présent : le passé, quand il fait une apparition, est lié à un événement récent et jamais ou pratiquement jamais à l'évocation d'une situation disparue ou en train de s'évanouir. En réalité, plus qu'à un "magazine", on a affaire ici à une sorte de "journal télévisé"... hebdomadaire, fondé sur deux principes simples : d'un côté (contenu, donc sujets) rendre compte de ce qui s'est passé de notable dans la vallée pendant la semaine écoulée et annoncer les "événements" prévisibles à venir ; d'un autre côté, utiliser à cet effet de façon presque exclusive l'occitan aranais comme véhicule et commentaire de cette chronique. La langue, au résultat, n'est plus tant ici un sujet ou un archi-sujet, qu'un élément pratique, résultat d'un choix assurément, mais d'un choix qui semble avoir été fait une fois pour toutes.

38Bien entendu, ces généralités ne suffisent pas à caractériser l'économie des émissions télévisées aranaises. Elles en dessinent cependant le cadre et en délimitent les sujets, à l'opposé, pour une bonne part, de ce que peut faire, de l'autre côté de la frontière, Viure al país.

39Les séquences en occitan d'Aquí TV exhibent (avec discrétion) la langue sans la faire réellement fonctionner : celle-ci y joue ainsi un rôle qui n'est pas très loin de celui imparti à la félibrée annuelle du Périgord. Les émissions hebdomadaires aranaises refusent à peu près systématiquement cette exhibition en faisant de l'occitan une composante permanente et en cela-même banale (ou banalisée) de leur déroulement. Viure al país, quant à lui, se trouve pris dans une logique des sujets qui s'efforce de combiner l'une et l'autre attitude, alors même que celles-ci paraissent bien inconciliables. Prise entre la réalité de sa perte progressive (le passé) et une certaine volonté de reconstruction (en gros : les "militants") la langue, sujet ultime, se trouve comme écrasée entre les deux hypothèses qui définissent son espace d'utilisation sur le petit écran. Et cet écrasement semble avoir pour première conséquence de laisser échapper quelque chose qui est peut-être fondamental : le présent, donc le jeu des contradictions et partant la préfiguration d'un avenir possible. Comme si les sujets étaient pris en tenaille et finalement laminés par ce qui les détermine et les emprisonne.

40De la sorte, le téléspectateur supposé (induit) par ce système d'écriture se trouve dès l'abord désigné idéalement par une sorte d'énigme (énigme parce que résultat d'une tension irrésolue, dans tous les sens du terme) : il est à la fois celui qui va regarder une émission en occitan pour son contenu, son message si l'on préfère ; et celui qui va regarder cette même émission en occitan parce qu'elle est parlée dans cette langue, quel qu'en puissent être le contenu et le message... Or Viure al país, à travers le choix et la construction de ses sujets comme par leur articulation au thème préalable de la langue, joue presque toujours, nous avons pu le constater, sur la confusion entre les deux rôles sans jamais vraiment choisir. Tant et si bien que c'est cette oscillation, cette indécision permanente qui conserve le dernier mot : le téléspectateur "idéal" de l'émission, tels que les sujets traités le laissent entrevoir, étant finalement le lieu de cette interrogation sans solution. De l'apparente multiplicité et diversité des sujets, ainsi, on s'achemine vers une absence de sujet véritable, entre dilution des thèmes d'un côté et ressassement de cet arrière-thème obsédant que demeure l'occitan.

  • 14 Voir par exemple le compte rendu d'enquête de Teresa Climent : Realitat lingüística a la Val d'Ara (...)

41La question, au bout du compte, ne revient-elle pas à cette formulation, que l'analyse rapide des séquences en occitan/sur l'occitan d'Aquí-TV avait déjà fait émerger : comment concevoir des séries d'émissions télévisées dont l'unique sujet repérable au bout du compte est la seule présence d'une langue, entre persistance sociale difficile et restauration militante ? Et serait-ce cela, finalement, que "Viure al país", formule devenue titre ? En conclusion de son étude de 1991 (publication de 1993, cf. note 3), François de la Bretèque se demande si la problématique de l'espace qu'il dégage de son analyse de Viure al país est propre à l'Occitanie et émet l'hypothèse d'une spécificité liée à l'exercice d'une "parole minoritaire". Sans revenir sur cette évaluation qui paraît tout à fait justifiée, on peut estimer que l'étude des sujets dans leur rapport, précisément, à cette parole particulière, met en évidence l'existence possible de toute une palette de figures à cet égard. Depuis la langue prison, hors de laquelle aucune intervention en occitan n'apparaît envisageable, jusqu'à la langue moyenne (simplement véhiculaire donc), dont les émissions diffusées dans le Val d’ Aran fournissent un exemple apparemment probant. (Apparemment, puisqu'il est difficile, voire impossible, à la seule vue des émissions, de déterminer ce qu'est la réception sociale des magazines diffusés. S'agit-il de "fictions" parfaitement réussies ou d'objets sociaux reçus comme tels par ceux auxquels ils sont adressés ?). Bien entendu, dans ces trois cas, la situation sociolinguistique de la langue concernée n'est pas la même, ni pour ce qui est de la mesure des usages oraux et écrits et de leur dynamique, et encore moins pour ce qui est des représentations de ces usages. Une simple (et très fruste) comparaison entre l'enquête sociolinguistique concernant le Languedoc-Roussillon mentionnée plus haut et celles conduites, antérieurement, dans le Val d'Aran le montre bien14.

  • 15 Les études mentionnées plus haut n'apportent à cet égard que des éléments de réponse très frustes  (...)

42Mais cette situation, "française" d'un côté, "espagnole" d'un autre, si elle permet sans aucun doute d'expliquer beaucoup de choses, ne suffit pas à épuiser la question. En effet, si la configuration sociolinguistique de l'occitan dans la zone géographique où Viure al país est réalisé et reçu conditionne incontestablement la fabrication de l'émission, cette dernière, à son tour, impose, volontairement ou malgré elle, une certaine vision de cette situation, par ailleurs encore mal connue15. Car, si la langue est bien le sujet par défaut des émissions, celle-ci n'y est présente à ce titre — et non pas en tant que simple système linguistique — que reconstruite à partir d'hypothèses concernant sa vitalité, son rôle social, ses significations culturelles, ses missions et plus encore sans doute son devenir possible ou souhaité, etc.

  • 16 Etant bien entendu que ces diverses attitudes peuvent ou non être cumulées et que les cas de figur (...)

43Or il semble bien que Viure al país ait adopté, à cet égard comme en ce qui concerne la silhouette de son téléspectateur "idéal", une attitude qui confine à l'absence de choix. Ou plutôt qui pose d'emblée la palette des choix possibles comme un luxe surperflu. L'apparente diversité des sujets dissimulerait alors une règle non écrite mais tyrannique : l'occitan étant susceptible de servir à tout, il est inutile de vouloir savoir à quoi il peut être utilisé dans une situation d'échange comme celle présupposée par la production d'une émission télévisée, entre "reproduction de la réalité" d'un côté (le reportage à l'état pur, en quelque sorte) et fiction totalement assumée d'un autre côté (de la mise en scène du réel à la fable proprement dite). Autrement formulé, et de façon plus générale : à vouloir "défendre et illustrer" une langue, ne court-on pas le risque de passer trop souvent à côté de ce que cette langue peut représenter pour ceux qui la parlent, la comprennent, éprouvent pour elle de la sympathie, de la curiosité16, et beaucoup d'autres formes d'attachements encore ?

44La question des sujets, au bout du compte, semble donc bien pour l'essentiel faire boucle avec celle de la langue. L'insistance "militante" des sujets, par exemple, est révélatrice : que cette insistance soit explicite — et nous avons vu que tel est souvent le cas, malgré des stratégies de "camouflage" peu à peu mises en œuvre — ou seulement implicite — et c'est alors une question de traitement du sujet, qu'il était difficile d’aborder de façon détaillée dans le cadre de cette contribution, — celle-ci établit dès l'abord toute une série de clôtures et d'exclusions dont les conséquences pratiques peuvent être assez considérables, tant en ce qui concerne... le choix des sujets que leur traitement. Boucle infernale, ou cercle vicieux, comme on voudra, dont on pourrait énoncer autrement la redoutable efficacité (négative) en posant la question : comment échapper au piège d'une parole qui n'ait d'autre fin que de parler d'elle-même et, plus encore, de justifier sans relâche sa propre existence ?

45Car telle est peut-être la leçon majeure de ce rapide parcours des sujets traités par l'émission Viure al país : que l'usage d'une langue comme l'occitan à la télévision reste très difficilement maîtrisable dès qu'il ne s'agit plus seulement de parler de cette langue (comme on le fait avec beaucoup de maladresse appliquée sur les écrans d'Aquí-TV) ou de substituer purement et simplement une langue à une autre langue en supposant par principe qu'elles sont équivalentes (tel serait le cas des émissions aranaises, où l'occitan de la vallée prend la place du catalan — voire du castillan — pendant quelques minutes chaque semaine, à l'occasion d'un décrochage local). Viure al país, à l'évidence, quoique tenté simultanément par ces deux issues, ne peut choisir ni l'une ni l'autre : ses auteurs sont donc forcés de construire quelque chose d'autre. En l'occurrence un modèle flottant, sans cesse oscillant entre des formulations contradictoires, d'un magazine à l'autre d'abord, bien sûr, mais aussi d'une séquence à l'autre d'une seule émission : "La Gazeta" est surtout "à usage interne", pour les militants, tandis que "Mar Nòstra", à l'autre extrémité du même mouvement pendulaire, joue du mimétisme avec la formule catalane de TV3 (qui est aussi celle du Val d'Aran) en "contaminant" des extraits d'émissions de France 3 Méditerranée par leur mise en contact avec des séquences venues de Girona (et non de Gérone...). Pris en tenailles entre toutes ces citations ou tentatives d'assimilation, les magazines, cœur battant et noyau dur de Viure al país, reproduisent à leur tour cette valse-hésitation, au gré de leurs auteurs, de la définition "objective" de leurs sujets et du traitement qui en est finalement proposé.

  • 17 Cette étude n'a évidemment pas à porter de jugements de valeur sur les émissions concernées. Ce qu (...)
  • 18 Les enseignements de l'enquête de 1991 en Languedoc-Roussillon (questions sur les émissions occita (...)

46La télévision en langue régionale est un exercice complexe et difficile. Dans le cas de l'occitan, exception faite du Val d'Aran bien sûr, cet exercice semble particulièrement acrobatique. Probablement, en première instance, parce que les émissions existantes, rares et fabriquées dans des conditions de précarité institutionnelle et matérielle assez déplorables, ne sont pas considérées comme des lieux d'expérimentation et de création culturelles et sociales, mais bien plus comme des "espaces" concédés au militantisme (du côté des institutions) ou, à l'inverse, conquis par ce même militantisme (du côté des défenseurs de la langue, donc, qui ne constituent pas pour autant, malgré leur nombre relativement peu élevé, un corps homogène). Entre militants linguistiques et décideurs institutionnels, par la force des choses, le jeu des concessions et des revendications, feutré ou plus visiblement agressif, dessine un "lieu" télévisuel partageable, un plus petit dénominateur commun aux uns et aux autres qui ne peut pour cette raison être autre chose qu'un terrain clos et trop étroit. Lequel terrain, de toute évidence, n'a guère de rapport, malgré, de temps en temps, d'heureuses et très méritoires exceptions17, avec ce que l'occitan, comme pratique sociale encore existante et comme représentation symbolique de pratiques identitaires diffuses et multiples, est capable aujourd'hui de rassembler et de dynamiser18.

47Une conclusion, en apparence mais en apparence seulement, extrascientifique de cette analyse pourrait ainsi être qu'il serait temps de faire des émissions en occitan à la télévision et en particulier à France 3, autre chose qu'un pouce de territoire parcimonieusement concédé. On pourrait alors certainement en faire fructifier plus largement les capacités créatives et les originalités vraies, loin des enfermements réducteurs et des repliements trop stratégiques.

Annexes

ANNEXES

1. Les magazines de Viure al país

(On donne seulement les titres des magazines, précédés de l'année et du mois de première diffusion et suivis des initiales de l'auteur, soit : MA = Maurice Andrieu ; DG = David Grosclaude ; CL = Colette Lapléchère ; JPL = Jean-Pierre Laval ; AN = Alain Nouvel).
Les magazines diffusés plusieurs fois ne sont pas repris ; les magazines en catalan ne sont pas signalés.

Première série étudiée :
1989. 09 Teatr'Aude en Revolucion (MA) ; Ràdios occitanas/PerNostrePaïs gascons (JPL) ; Lilian Longaud, esculptor de la Dobla (MA) ; Agrobiologistas (DG) ; 10 Cap a las estivas (MA) ; Ador (DG) ; L’ascension irresistibla de Vaur (MA) ; Andriu Lagarda, filh d’Occitània (JPL) ; La fèsta de la mar de Grussan (MA) ; Marianna, filha del pòble d'òc/Occitans, revista de l’Institut d’estudis occitans (JPL) ; 11 "Los pastorèls del Roergue" (MA) ; Robert Lafont, escrivan e teorician occitan (JPL) ; 12 Lo Roergue al temps de la preistòria, segonda part (AN) ; Lo TGV d'Occitània a Catalonha/Una ambassada a Barcelona (JPL).
1990 01 Divertiment 1989 (MA) ; Gurs (DG) ; Cristian Rapin, òme d'òc/L'Epopée cathare (JPL) ; Mestièrs oblidats (MA) ; 02 Paraulas de mercats (DG) ; Teatre popular occitan (MA) ; Lo Roergue al temps de la preistòria, tresena part (AN) ; 03 Grana de contaire (MA) ; Tres vilas occitanas/Una cambra economica (JPL) ; Un mèstre boquièr (JPL) ; 04 L’UNESCO (JPL) ; Velhadas de Pèira (MA) ; Bernat Giely, òme d’òc (JPL) ; 05 Caça, pesca, identitat/Expolengas 1990 (JPL) ; 06 La ciutat de las abelhas (DG) ; Una aventura paisana (MA) ; 07 Teatre popular tolosan (MA) ; 08 Contes de las doas bocas (MA) ; 09 La "Nacion gardiana" (JPL) ; Lo Roergue al temps de Roma (AN) ; Charnegos (DG) ; 10 Dancem Fòlc 90 (DG) ; Librariâs del pais (JPL) ; La Despacha : 120 ans/Albi : identitat, economia (JPL) ; 11 Diamants e jòia (JPL) ; Oklaoma-Occitània (JPL) ; 12 L'Eric Fraj novèl (MA) ; Lo Roergue al temps dels Barbares (AN) ; "Flor en vèrsa" (MA) ; Divertiment 1990 (MA).
1991 01 Identitat culturau e economia (DG) ; 02 I a quicòm que florís (JPL) ; Dus escrivans de Bearn, Roger Lapassada, Albert Peyroutet (DG) ; 03 La Barcelona de Maragall (JPL) ; Los vint ans del Conservatòri occitan (MA) ; Cosinas del pais (JPL) ; 04 Negafòl (MA) ; L'economia occitana (JPL) ; Un vilatge a l'ora occitana/Un diccionari francés-occitan (JPL) ; Lo Roergue al temps romanic : la crestianisacion (AN) ; 05 The Fabulous Trobadors (MA) ; Patrimòni genetic (DG) ; Maïté Idirin, cançon d'Euskadi (DG) ; 06 Jòcs florals de Tolosa (MA) ; Eleccions en Aran (DG) ; L'ensenhament occitan (JPL) ; Febus avan ! (MA).

Deuxième série étudiée :
1992 01 Divertiment 1991 (MA) ; Lo temps que fa (JPL) ; "Tre Fontane" (MA) ; Productes nòstres/Gasconha sul bon camin/Lo libtre occitan (JPL) ; 02 Las segas o lo gran ? (Hubert Buchou)/Berrets (DG) ; Lo camin de ferre e lo païs (JPL) ; "Une Anche passe” (MA) ; Lo teatre "La Rampa"/Lo CAPES d'occitan/Lo tresaur de Lagarda (JPL) ; 03 Laguiòla, lo reviscòl (JPL) ; 04 Aran, l'autonomia en camin/Lo hèr e lo huec (DG) ; G. Alirol, conse occitan (JPL) ; Perlinpinpin 92 (DG) ; 05 Calandreta narbonesa/Operacion "cèrca noms"/Joan Glaudi Rodriguez, capmèstre (JPL) ; Flabuta, xirula, galobet, txistu/Los Mandragòts (DG) ; Sant Jordi 92/L'Euro-Region (JPL) ; 06 Lo museu esconut/Plumas (DG) ; Dètz ans ! (MA) ; 09 Lo tambornet/Diccionari informatisat(JPL)/Hont Hadeta (MA) ; Regent caminaire de Gers (MA) ; Trobar (G. Zuchetto/M. Roqueta) (JPL) ; 10 A pè e a chivau (DG)/Ramond Lacomba (JPL) ; Tres ans per l'occitan a la Region (JPL) ; Lo Galhac/Diccionari de mila mots (JPL) ; Lo museu de la sau (DG)/Cantal, païs nòstre (JPL) ; 11 Teresa Canet, contaira (JPL) ; Produits esberits/La hesta deus aulhèrs (DG). Lo huec après la mort (CL)/Claudi Marti : "E pr'aquò se mòu !..." (MA) ; Cinc vidas en una : Benjamin de Jekhowsky (MA) ; "Los Pagalhós" : vingt ans ! (CL) ; 12 Josep Combas, òme d'afars/Calandreta del Clapàs/Las Edicions Lobatièras (JPL) ; F. Senegas e lo rugbí d'òc (JPL)/L'òmi de la hèsta (DG) ; Divertiment 1992 (MA) ;
1993 01 L'occitan a distància/L'Estèla d’òc (JPL)/Quilhas de nau (DG) ; Mardis Oriona (CL)/Arièja ò mon païs (JPL) ; Lo blond d'Aquitània (CL) ; Pèire Lagarda (JPL) ; Rubí, ala calor ! (DG)/Joan de Cantalausa (JPL) ; 02 Circuladas en Lengadòc (JPL)/Aiga, terra e auseths (DG) ; Monacas e mariòlas (CL)/Delfina Aguilera (JPL) ; Jurançonés, païsatge protegit (CL) ; 03 Cosina peiregòrda (JPL) ; Un centenari (P.G. Sacaze(DG)/Aquí-TV (JPL) ; Caçador de bohons/Crestador en Espanha (DG) ; La Cambra Economica Europenca (JPL) ; 04 Mèste Tistèth (CL)/Comedia dell'Oc (JPL) ; Prima de las lengas (JPL)/Sang ! (CL) ; Un elegit caçaire/Un retirat pescaire (JPL) ; 05 Boscatèrs (DG) ; Hestejada de Bigòrra (MA)/Edmond Duplan (DG) ; Lo jornal L'Auvernhat (JPL)/Joan Pau Verdier "vint ans aprèp" (MA) ; 06 Educacion nacionau e lengas regionaus (DG)/L'Avairon a Paris (JPL) ; ; "Au Cotoliu" (CL)/Lubat e companha (CL) ; Joan Podon, abelhaire (JPL)/Caçadors de grèla/Losèra (DG) ; 09 Lo teatre de Max Roqueta (JPL) ; Alfred Jalbe, entraïnaire de basquet (JPL)/"Test", sea, sex and som (MA) ; Vilatges al païs (MA)/Velas latinas e Jòcs miegterranencs (JPL) ; 10 Païs de Senta Gabèla/Jogl'Art (JPL) ; Elegits a Perpinhan (JPL)/Aragon : la lenga (DG) ; Emplec, formacion, environament (DG) ; Rosina de Pèira 93 (MA) ; A Senta Crotz (MA)/Cònsol e òme de ràdio/Le Petit Bleu (JPL) ; 11 Especial Andorra (MA) ; Perspectiva 2000 en Olt e Garona (JPL).

NB. Quelques émissions du début 1994 ont été visionnées sans consultation des communiqués de presse (liste à la note 9).

2. "La Gazeta" ; "Mar Nòstra"

Il n'était pas possible ici, malgré l'intérêt d'une telle recherche, de procéder à un inventaire complet et à une étude détaillée des diverses sous-séquences composant ces deux séquences de l'émission Viure al país. Voici cependant une analyse de contenu schématique de quelques séquences des premières semaines de l'année 1994 :

"La Gazeta" : 1994 01 Annonces de manifestations "occitanes" ; Albert Bueno, cantaire catalan (reportage) ; interview en plateau d'un responsable du Ceucle occitan setòri ; libres novèls (en occitan et en français, avec plans fixes nombreux) ; jeu — Annonces de manifestations "occitanes" ; Aguessac Avairon" (reportage dans la commune à propos du "viaduc de Millau", sur le tracé de la nouvelle autoroute A75 ; interview du maire de la commune, etc. ; Una descarga en païs d’Aude (il s'agit de la municipalité de Rustiques ; interview du maire puis d'un professeur de collège dont l’établissement a passé une convention sur ce thème avec les collectivités locales) ; Interview en plateau d'un maître formateur d'occitan de l'Académie de Toulouse ; La premsa nòstra (plan fixes sur des publications en occitan ou en français) — 02 Les achats d'automobiles faits en Espagne (Figueres) par des Français (reportage, interview d'un concessionnaire et de clients) ; Filaturas pirenencas (reportage à Niaux, Ariège, avec interview d’un jeune chef d'entreprise) ; Punt Magazine : interview en plateau du directeur de l'hebomadaire catalan-français de Pyrénées-Orientales ; Reportage dans l'Aubrac : les services de l'Equipement en temps de neige (interviews d’agents) ; jeu.

"Mar Nòstra"  : 1994 01 Mina de talc de La Vajol (reportage et interview à propos de la fermeture de cette mine, la dernière de Catalogne, dans le dernier village avant la frontière française, TV3 Girona ; Camps la Sòrga en Provença (reportage avec interviews sur les activités passées et présentes de ce village varois de l'intérieur, Vaquí, France 3 Méditerranée) — Regeneració de les platges nostres (reportage sur le nettoyage des plages à Roses, Catalogne, interviews, TV3 Girona) ; Sant Nari e Bandòu (reportage : deux cités bien différentes de la côte varoise, Vaquí, France 3 Méditerranée) — 02 Pescaires : reportages sur la Costa Brava (la pêche, encore active, à Palamos, etc.), TV3 Girona et à Nice (traditions de pêche en train de se perdre, Vaquí, France 3 Méditerranée).

Notes

1 Je conserve la graphie "país” (et non "païs", proposé par Louis Alibert dans ses divers ouvrages de référence) utilisée par les auteurs de l'émission dans leur générique.

2 Cette séquence apparaît sous ce titre à partir de février 1990. Auparavant, existait une séquence équivalente, mais beaucoup plus pauvre en sous-séquences et en images, intitulée "Lo setmanièr. Novèlas".

3 "FR3 Toulouse : les sujets et la langue. Un cercle vicieux ?", communication orale au colloque "Télévision et radio en langues régionales", Montpellier, Région Languedoc-Roussillon, 5, 6 et 7 décembre 1991. On lira en parallèle l'analyse faite de ces mêmes émissions avec un autre angle d'étude, in : BRETÈQUE, Fr. de la. Figurations et représentations de l'espace occitan dans les émissions FR3 Languedoc-Roussillon. Lenga e pais d'Oc (CRDP de Montpellier), 24, 1993, p. 19-26.

4 Ces entretiens, rares dans les années 1989-91, sont devenus la règle par la suite et occupent souvent un espace de temps assez important : autour de cinq minutes au total parfois.

5 Notons dès maintenant que cette tendance à déborder limites linguistiques et limites administratives y compris étatiques caractérise également, avec une certaine accentuation, les émissions diffusées dans la seconde période prise en compte ici. Cette propension accrue paraît liée, entre autres choses, au développement d'un discours "européen de la part des auteurs des émissions.

6 Les pourcentages donnés sont approximatifs pour au moins deux sortes de raisons. D’abord, certaines émissions sont difficilement classables, sans être pour autant inclassables comme d'autres le sont effectivement dans notre grille. Leur attribution est donc pour partie arbitraire. Ensuite, selon le ou les thèmes liés au lieu, le classement peut devenir discutable. Mais les grandes masses proposées demeurent.

7 Sauf, exceptionnellement, pour y parler d'activités directement liées au "militantisme culturel" occitan.

8 Voir l'étude réalisée en 1991 par le cabinet Média Pluriel Méditerranée (Montpellier) pour le compte du Comité Régional de la Culture du Languedoc-Roussillon sur les quatre départements de l'Aude, du Gard, de l'Hérault et de la Lozère, Occitan. Pratiques et représentations dans la Région Languedoc-Roussillon, 57 p. Une lecture de cette enquête : GARDY, Ph. et HAMMEL, E. L'occitan en Languedoc-Roussillon (1991). Perpignan : El Trabucaire, 1994. Une enquête comparable a été réalisée par le même cabinet en septembre 1994 dans la partie occitanophone du département des Pyrénées-Atlantiques, pour le compte de l'Assemblée départementale.

9 Les communiqués de presse pris en compte ne couvrent que la période janvier 1992-novembre 1993. Ont été visionnées après cette date les émissions suivantes : 1994 01 Jacme Taupiac, cercaire de mots (DG) ; Joèl Castany, la vinha deman... (JPL)/Ostaus tradicionaus deu Bas Armanhac (CL)/Adelin Moulis, febbre d'Arièja (JPL)/Radiò-Aimadors (CL) ; 02 Fotografia e identitat (Maurice Roux, fotografe) (CL)/Didier Roux ciclista professional (JPL)/Aulhèra sens galèra (CL) ; 03 IEO Animacion (CL) ; Contaires de Gasconha (MA)/Cadieras e cadierèrs de Cama (CL).

10 La répartition des magazines selon les auteurs (pour la période janvier 1992-novembre 1993) se modifie légèrement.

11 Il ne m'a pas été possible de vérifier l'exactitude de cette date par un visionnage systématique des émissions pendant cette période. On trouvera en annexe, à titre d'exemples, quelques "sommaires" détaillés (fin 1993-début 1994) de ces deux séquences.

12 Sur les félibrées, "rite d'un Périgord qui retrouve pour un jour la tradition perdue, un peu arrangée pour la circonstance dans une formidable mise en scène d'opérette" (C. Coulon), on lira d’un côté : MONESTIER, J. et BORDES, A. La félibrée du Périgord. s.l. : Bernard Froidefond, 1984 (textes et photographies à valeur informative et démonstrative) ; et d'un autre les réflexions sociologiques de : COULON, Chr. Felibrejadas dau Peiregòrd. Autrement (dossier "Occitanie"), 25, juin 1990, p. 147-150.

13 Soit les années 1991 et 1992.

14 Voir par exemple le compte rendu d'enquête de Teresa Climent : Realitat lingüística a la Val d'Aran. Barcelona : Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya, Publicacions de l'Institut de Sociolingüística Catalana (Monografies, 2), 1986, 119 p.

15 Les études mentionnées plus haut n'apportent à cet égard que des éléments de réponse très frustes : tout paraît bien à faire, hélas !, en ce domaine, si l'on désire un tant soit peu échapper aux clichés et aux formulations d'un sens commun qui confond les "représentations" ou l'"imaginaire linguistique” avec un banal catalogue d'opinions prédéfinies...

16 Etant bien entendu que ces diverses attitudes peuvent ou non être cumulées et que les cas de figures, individuels et collectifs, sont donc nécessairement nombreux...

17 Cette étude n'a évidemment pas à porter de jugements de valeur sur les émissions concernées. Ce qui n'empêche pas de souligner au passage la très grande qualité intrinsèque de certaines d'entre elles, tout à fait "montrables", y compris sous-titrées ou doublées dans une autre (grande) langue ; et les faiblesses de certaines autres, qui apparaissent comme phagocytées par les enjeux contradictoires dont elles sont le produit.

18 Les enseignements de l'enquête de 1991 en Languedoc-Roussillon (questions sur les émissions occitanes de France 3 Sud), comme d'ailleurs ceux de l'enquête comparable conduite en 1994 dans le département des Pyrénées-Atlantiques, vont en ce sens.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540