Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Contextes d'émission

L’occitan gascon à la radio et à la télévision dans le Val d'Aran1

Jean-Jacques Cheval et Alain Viaut

Texte intégral

  • 1 À partir d'enquêtes réalisées en 1993-94 dans le Val d'Aran, auprès de Jovita ANÉ SANZ (télévision (...)

1Le Val d'Aran, quoique situé en Espagne et dépendant administrativement de la Catalogne depuis le Moyen Age, est de langue occitane gasconne, dans la continuation de la variété commingeoise. Ainsi que cela a été dit (cf. supra, Des langues à la croisée des chemins), la majorité des six mille habitants de cette vallée connaît et pratique l'aranais, déclaré langue propre en 1983 et coofficielle, depuis la loi sur le régime spécial du Val d'Aran du 13 juillet 1990, à côté du castillan et du catalan, également officiels. Le castillan y est officiel aussi, donc, comme langue de l'Etat central et de tous les Espagnols selon un statut de personnalité reconduit par la Constitution de 1978. Le catalan y est également officiel comme langue propre de la Catalogne selon un statut de territorialité correspondant de fait, dans ce cas du Val d'Aran, à des limites administratives et non linguistiques, depuis le statut d'autonomie de cette région intervenu en 1979.

  • 2 Cf. sur cette question : LAMUELA, X. Vers l'officialité de la langue occitane au Val d'Aran. In : (...)
  • 3 Cf. sur ce journal, un passage de l'article de : VIAUT, A. L'exemple aranais. Op. cit., p. 61-64.

2Le Val d'Aran fait l’objet depuis 1980 d'une planification linguistique aidée par la Généralité de Catalogne ayant pour but une normalisation de l'usage de sa langue propre2. C'est dans cet esprit que des actions concertées — en particulier avec le Centre de normalisation linguistique — ou plus directement imparties par les organismes publics catalans concernés, ont eu pour but d'aménager l'emploi de cette variante normée et désormais officielle d'occitan gascon sur les ondes locales. La place de l'aranais dans la presse locale, à travers des parutions dans cette langue, telles que le trimestriel Terra aranesa, de la fin des années 1970, du petit bimensuel puis mensuel Toti3 de 1987 à 1992, ou de l'actuel feuillet d'informations locales Arenosi, déjà intéressante à cette échelle, a trouvé là un complément appréciable et exemplaire de ce qui peut être réalisé et initié avec des perspectives, même, de développement, dans un milieu géographique et démographique réduit, en matière de resocialisation d'une langue minoritaire par les médias.

la radio

3L'histoire des émissions radiophoniques en aranais est récente, elle débute durant l'hiver 1982-83. Quelques émissions en aranais sont alors proposées sur Ràdio Aran, il s'agissait d'informations locales. Au total, elles représentaient moins d'une heure de programme.

4Ràdio Aran, radio locale privée a été créée en 1979 par l'entreprise Baqueira Beret S.A., exploitante de la station de ski du même nom. L'objectif premier de cette station était de diffuser des informations sur la météo, l'enneigement de la station. Son émetteur fut installé sur le Plan de Beret tandis que le studio est situé à Baqueira Beret. Depuis l'été 1993, elle a adopté le nom de Flash FM, nom générique d'un réseau de radios associées. En fait, localement les dénominations de Ràdio Aran, Ràdio Aran Flash FM et Flash FM Aran sont concurremment employées.

5Le réseau Flash FM est partenaire de Catalunya Ràdio (station radiophonique publique de la communauté autonome de Catalogne). Des accords sont intervenus pour la location et le partage du même studio par les deux stations et pour la réémission de programmes de Catalunya Ràdio par le réseau privé.

6La situation des émissions radiophonique en aranais a évolué en 1987, en partie du fait d'une demande formulée par les élus de la vallée. À cette date, Ràdio Aran a introduit dans sa grille, toute l'année, des émissions quotidiennes en aranais, diffusées de 12 h à l3 h : Meddia Aran (midi Aran). C'est une équipe de 3 personnes appartenant à Catalunya Ràdio qui la réalise. Elisa Escala, responsable de l'équipe, est en même temps journaliste. C'est elle qui anime et présente les émissions en aranais depuis 1982.

  • 4 Le Centre de Normalisation Linguistique du Val d'Aran a été mis en place par la Direction Générale (...)

7L'émission est constituée d'informations locales sur la vallée, d'interviews et de bulletins météorologiques. De plus, chaque lundi, l'émission comporte un cours d'aranais d'une demi-heure. Ici apparaissent les liens avec le Centre de Normalisation linguistique (CNL) du Val d'Aran, "gardien", avec les enseignants d'occitan aranais, de la norme, de la normalisation de l'occitan gascon en Val d'Aran4. Un des buts volontairement assumés par ces émissions et ses promoteurs est de participer à la normalisation de l'aranais, souci que l'on retrouvera également à la télévision. Pour cette raison, les relations avec l'institution assumant les tâches de normativisation et de diffusion de l'usage public de l'aranais dans la vallée, à savoir le CNL, paraissent logiques.

8En décembre 1995, Catalunya Ràdio a créé sa propre implantation autonome dans la vallée en installant un studio à ses frais dans un local loué à la mairie de Vielha. Cette nouvelle configuration radiophonique laisse supposer des possibilités d'extension de l'émission en aranais. À l'avenir, elle pourrait être diffusée en décrochage sur l'une des quatre fréquences dont dispose Catalunya Ràdio. Par ailleurs, la station béarnaise, Ràdio País avait entrepris, à l'appel de la Généralité de Catalogne, une étude de faisabilité concernant l’installation de son programme dans le Val d'Aran. Cette étude financée par la Communauté Européenne en 1994 n'a pas eu de suites jusqu'à présent.

la télévision

9C'est en 1967 que la télévision arrive dans la vallée avec la diffusion de TVE, la chaîne de télévision nationale espagnole. L'implantation se fait progressivement du Haut Aran vers le Bas Aran, au nord de la vallée, à mesure de l'installation des réémetteurs et des problèmes de relief rencontrés. Trois relais sont actuellement en service à Baqueira-Vielha, au Pic Sanela, et au Portilhon.

10En 1993, toutes les chaînes reçues en Espagne étaient captées dans la vallée, hormis les chaînes privées Antena 3 et Tele 5. Les Aranais ont également la possibilité de recevoir la télévision française surtout en Bas Aran. L'émetteur français du Pic du Midi se situe à quarante-cinq kilomètres en ligne droite du Val d'Aran.

11Comme pour la radio, c'est également à travers les médias catalans que passe la présence de l'aranais à l'antenne. Une première expérience qui ne dura que quelques semaines a eu lieu en 1988. Du début du mois de mai jusqu'à l'été de la même année, une séquence de une minute et demie était insérée chaque vendredi, dans le cadre du programme Bon dia Catalunya, de 8 h 15 à 8 h 30 du matin sur le réseau catalan de TVE-1. Cette séquence d'information en aranais était présentée par Jovita Ané, employée du Centre de Normalisation Linguistique du Val d'Aran.

12Dans le même temps, de la fin du mois de mai 1988 à 1990, une seconde expérience fut développée sur le circuit régional catalan de TVE-2, Era lucana d'Aran (la lucarne du Val d'Aran). Il s'agissait d'une émission mensuelle d'un quart d'heure, diffusée le premier lundi de chaque mois, de 18 h à 18 h 30, et retransmise chaque jeudi suivant, de 13 h à 13 h 30. L'émission de style magazine s'articulait autour de sujets thématiques. Ce programme fut dirigé à ses débuts par J.-L. Sans, alors directeur du Centre de Normalisation Linguistique du Val d'Aran. Par la suite, P. Boya lui succéda en devenant, en même temps, le présentateur de l'émission.

13Dans ces deux cas, comme pour la radio, on remarquera qu'il y a eu un lien étroit avec le Centre de Normalisation linguistique du Val d'Aran. Cela correspondait, là aussi, au désir du CNL d'utiliser le canal télévisuel pour contribuer à socialiser une variété normée de l'occitan gascon valléen et à lui conférer un statut valorisant.

  • 5 Aux termes de la loi du Val d'Aran votée par le Parlement de Catalogne le 13 juillet 1990.
  • 6 La loi du val d'Aran du 13/7/1990 a eu pour but de restituer à cette vallée ses anciennes institut (...)

14Depuis la fin de l'année 1990, soit peu après l'officialisation de "l'aranais, variété de la langue occitane et propre du Val d'Aran", intervenue le 13 juillet précédents5, les habitants de cette nouvelle entité autonome au sein de la Catalogne6 disposent d'une émission hebdomadaire de télévision dans leur langue : Telenotícies Comarques - Val d'Aran. Elle est réalisée par une délégation locale de la chaîne catalane : Catalunya TV3 (télévision autonome de Catalogne). Au demeurant, ce programme n'est pas une opération isolée mais s'inscrit dans une série de programmes locaux diffusés par la chaîne. Des Telenotîcies Comarques existent également sur Barcelone, Tarragone, Gérone et Lérida. Toutefois, à la différence de ces dernières, Telenotícies Comarques - Val d'Aran, au lieu de se faire en catalan, est entièrement présentée en occitan aranais. À cette particularité près, l'émission adopte la composition et le style des autres émissions de la même série selon les normes fixées par la chaîne catalane.

15L'émission avait un format de dix-sept minutes au départ, puis de treize à quinze minutes, et, enfin, plutôt de dix minutes depuis 1995. Elle est présentée chaque vendredi à 14 heures, sauf en juillet et août. Son contenu comporte essentiellement des informations sur la vallée, divisées en trois ou quatre petites chroniques thématiques en rapport avec l'actualité, ainsi qu'une interview, des informations météo, un agenda culturel des activités de la semaine à venir. De temps à autre, des informations sur la région française environnante (Bigorre, Comminges, avec St-Gaudens, notamment) peuvent être évoquées, mais ce n'est pas la règle. Une convention avec France 3 Sud a été signée pour un échange d’images. Cette collaboration reste rare car elle présente des difficultés pratiques, les deux organismes de télévision utilisant des formats télévisuels techniques différents.

16L'équipe qui réalise ce programme compte seulement deux personnes, un cameraman et une journaliste-présentatrice, Jovita Ané en l’occurrence qui a remplacé, en 1992, Elisa Escala à ce poste. J. Ané assume de plus la responsabilité de la délégation. C'est donc une équipe légère à laquelle il faut toutefois ajouter un personnel technique extérieur qui assure la maintenance du matériel, mais qui ne fait pas directement partie de la délégation. Catalunya TV3 assure seule la responsabilité et le financement de la production de Telenotícies Comarques - Val d’Aran.

17Sur le plan linguistique, le principe était au départ celui du contrôle de la langue utilisée durant l'émission par le Centre de Normalisation Linguistique. Le but était d'éviter, autant que possible, l'emploi de catalanismes et castillanismes surtout pour des mots courants. Selon J. Ané, ceci est perçu comme une garantie de la bonne qualité de la langue employée. Parfois des termes peu connus sont ainsi "remis en service". Leur emploi à la télévision contribue, en outre, à en légitimer l'usage. Il en va de même, selon elle, pour des néologismes du type "dimenjada" (fin de semaine), qui sont habituellement bien acceptés et finissent par passer dans l'usage courant. De fait, J. Ané a travaillé auparavant au CNL et, durant deux ans, a partagé son temps entre cet organisme et la télévision.

18Faute de moyens peut-être, les institutions valléennes, communes et Conseil Général, ne paraissent pas s'impliquer, financièrement en tout cas, dans les médias modernes aranais. On constate qu'en 1995, les émissions de radio et de télévision en aranais sont d’abord soutenues par les institutions catalanes.

Notes

1 À partir d'enquêtes réalisées en 1993-94 dans le Val d'Aran, auprès de Jovita ANÉ SANZ (télévision) et Elisa ESCALA i LARA (radio) et des documents qu’elles nous ont communiqués.

2 Cf. sur cette question : LAMUELA, X. Vers l'officialité de la langue occitane au Val d'Aran. In : Langues et régions en Europe. 3èmes rencontres nationales de la Fédération pour les Langues Régionales dans l'Enseignement Public (FLAREP), 14-15/10/1989. Albi : CREO, CDDP Tarn, 1991, p. 23-27 ; VIAUT, A. L'exemple aranais. Amiras/Repères (Edisud), no 20, 1989, p. 59-74 ; VIAUT, A. L'occitan gascon en Catalogne espagnole : le Val d'Aran. Du vernaculaire au formel. Bordeaux-Talence : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1987, 193 p.

3 Cf. sur ce journal, un passage de l'article de : VIAUT, A. L'exemple aranais. Op. cit., p. 61-64.

4 Le Centre de Normalisation Linguistique du Val d'Aran a été mis en place par la Direction Générale de Politique Linguistique de la Généralité de Catalogne en 1986 afin de favoriser la normalisation de l'aranais. Intégré au début au réseau des Centres de Normalisation Linguistique de la Catalogne, ce Centre est ensuite devenu une affaire plus strictement aranaise, sous dépendance directe du Conseil général de la vallée, notamment depuis la loi du Val d'Aran de juillet 1990. Ses tâches initialement prévues étaient de répondre à des consultations d'ordre linguistique, procéder à des traductions, organiser des cours d'aranais (et de catalan), mener des campagnes de sensibilisation, collaborer à toute action culturelle aranaise pouvant avoir une implication dans le domaine linguistique,...

5 Aux termes de la loi du Val d'Aran votée par le Parlement de Catalogne le 13 juillet 1990.

6 La loi du val d'Aran du 13/7/1990 a eu pour but de restituer à cette vallée ses anciennes institutions administratives ainsi qu'un certain nombre d'attributions propres qu’elle avait perdu en 1834.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540