Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Contextes d'émission

La télévision en occitan : histoire d'un public sans service public

David Grosclaude

Texte intégral

1Partons du constat simple que la présence de l'occitan, ou des autres langues de France, à la radio et à la télévision s'est toujours heurtée à un problème de légitimité. C'est en effet une particularité bien française que de toujours se demander s'il est bien normal et utile que les langues autres que le français disposent d'une place dans les médias, et notamment ceux du service public.

2Ce débat sur la légitimité a certes évolué mais il reste d'actualité. Sa première manifestation se résumait, il y a quelques années à une affirmation et à une crainte. L'affirmation était que le service public devait avant tout s'exprimer dans la langue que tout le monde comprend, sans quoi il ne serait plus vraiment un service public puisqu'il léserait ceux qui ne comprennent pas l'occitan, le basque, le breton ou les autres langues. La crainte, pas toujours exprimée clairement comme bien des peurs, était qu'on encouragerait ainsi des mouvements séparatistes par la mise en valeur de particularismes linguistiques et culturels. Cette description n'est pas caricaturale, c'est bien celle de la situation des années 1970 et du début des années 1980.

3Je ne m'étendrai pas sur la peur des séparatismes, elle est présente dans l'argumentation des opposants à l'enseignement des langues minorisées depuis le début du siècle. Elle reste encore un des arguments de ceux qui s'opposent à la reconnaissance des langues régionales. Ainsi en 1992, le groupe de travail français sur la Charte du Conseil de l'Europe concernant les langues régionales justifiait la non-signature du texte par la France en mettant en avant le danger qu’il y aurait à singulariser une population par des critères linguistiques. Il déclarait en substance :

  • 1 Cité par Les dernières nouvelles d'Alsace du 6 novembre 1992.

au moment où nombre de pays sont en lutte contre les manifestations de haine, de racisme et de xénophobie, où des jeunes Etats connaissent des conflits civils internes, identifier, singulariser tel ou tel groupe sur la base de sa langue locale ne paraît pas être un facteur d'apaisement1.

4L'argumentation utilisée pour s'opposer à la présence des langues régionales dans les programmes des télévisions et des radios publiques est de même nature que celle qui a empêché qu'on légifère sur la question de l'enseignement depuis le vote de la loi Deixonne en 1951.

5Notons qu'en 1968, pour la première fois, une proposition de loi sur les langues régionales contenait un volet relatif aux médias. C'est dire que l'affaire n'est pas très nouvelle. Dès que les stations régionales de télévision ont pris un peu de poids les défenseurs et promoteurs des langues minorisées ont pensé que sans la télévision et la radio, le combat pour la survie et le développement serait impossible. Il s'agissait une proposition émanant du PSU, signée notamment par MM Le Foll, Mendès-France et Prat, qui introduisait ce type de revendication. Jusqu'alors les propositions de lois, de droite ou de gauche, s'étaient limitées à l'enseignement.

6À partir de cette date, chaque texte sur le sujet déposé par les députés contiendra des dispositions allant dans ce sens. Dans la foulée du PSU, une seconde proposition de loi vise comme la première à demander une refonte de la loi Deixonne. Ses signataires (le groupe de la Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste) s'expliquent sur le fait qu'ils joignent à leur proposition sur l'enseignement un chapitre concernant la radio et la télévision :

Notre proposition doit marquer un progrès par rapport à celles qui ont été déposées antérieurement. Il nous a paru, en effet, indispensable de ne pas disjoindre l'enseignement de nos langues régionales de l'utilisation des moyens d'information que sont la radiodiffusion et la télévision.

7Ce texte, plus précis que le précédent, crée un lien direct entre l'enseignement et les deux outils pédagogiques que peuvent être la radio et la télévision. En premier lieu, un article spécial précise l'attitude qu'il faudrait adopter dans les circonscriptions régionales de télévision où l'on parle deux langues différentes, comme c'est le cas pour la circonscription de Bordeaux avec le basque et l'occitan :

Dans les circonscriptions où existent deux langues régionales, ces émissions ont lieu dans chacune des langues de telle manière qu'elles puissent être convenablement reçues par chacune des collectivités pratiquant l'une de ces langues. La durée des émissions pour chaque langue est égale à celle dont disposent les langues régionales dans les circonscriptions où il n'en existe qu'une.

8Un article précise que la radio et la télévision scolaires programmeront des émissions en langues régionales pour les trois degrés de l'enseignement. Un dernier article enfin demande que des cours de langues et de civilisations régionales soient diffusés "pour l'ensemble de la population dans le cadre de l'éducation permanente".

9Dans une nouvelle proposition de loi déposée en 1974 par le Parti Socialiste et le Mouvement des Radicaux de Gauche des précisions sont apportées quant aux circonscriptions régionales de radiodiffusion et de télévision qui devront produire des émissions en occitan. Il s'agit de Limoges, Bordeaux, Lyon, Marseille, Toulouse. Cette nouvelle proposition s'appuie sur un argument législatif dont ne pouvaient pas disposer les signataires des textes précédents. La loi du 3 juillet 1972 oblige l'O.R.T.F. (selon les députés socialistes et radicaux) à diffuser des émissions en langues régionales puisqu'elle dit que cet organisme doit répondre "aux besoins et aspirations de la population en ce qui concerne l'information, la culture, l'éducation, le divertissement et l'ensemble des valeurs de civilisation". Tout le monde ne fait pas la même interprétation du texte, c'est évident.

10Dans ce texte, le Parti Socialiste suggère aussi que soit créé un organisme qui serait chargé de faire des propositions concernant la place qu’il conviendrait de donner aux émissions en langues régionales. Cet organisme aurait pour tâche supplémentaire de veiller à l'application de la loi. Il serait composé de membres régionaux de l'ORTF, de représentants des assemblées régionales, de responsables des mouvements culturels et bien entendu d'auditeurs et de téléspectateurs. Quant à la durée des émissions en question, le texte se borne à dire qu'il faudrait "une place suffisante aux émissions en langues régionales".

  • 2 Il faut souligner que le Parti Communiste a déposé en 1975 une proposition concernant la radio et (...)

11Une autre proposition — de 1978 celle-là — du Parti Socialiste et du Mouvement des Radicaux de gauche2 apporte de nouvelles précisions à propos de ce que les signataires de la proposition précédente appelaient "une place suffisante". Dans les modalités d'application des articles de la proposition de loi, il est dit ceci :

  • 3 Journal Officiel : Documents de l'Assemblée Nationale, document no 3401.

Les premières mesures à obtenir de chaque délégation de la société nationale France-Régions sont :
- un élargissement réel et progressif des émissions de radio et de télévision dans les langues propres à chaque circonscription FR3.
- Des émissions d'une durée en radio d’une heure par jour, avec des programmes périodiques supplémentaires pour le théâtre, les variétés, etc... et, en télévision, de deux à trois heures par semaine, doivent être considérées comme un minimum dans l'immédiat..."3

12Deux autres mesures sont préconisées : en premier lieu l'Etat devrait proposer comme membres des conseils d'administration des sociétés nationales de radio une personnalité, au moins, désignée par l'ensemble des mouvements culturels régionaux. De même, deux représentants de ces mouvements seraient membres de l'Institut National de l'Audiovisuel. Deuxièmement, chaque circonscription FR3 devra se doter de services spécialisés chargés de la conception et de la réalisation de programmes en langues régionales.

13Ces nouvelles mesures s'ajoutant aux précédentes, on constate donc qu'en dix ans les propositions de loi sont devenues beaucoup plus précises. Elles ont notamment évolué en ce qui concerne les problèmes techniques posés par l'introduction des langues régionales à la radio et à la télévision. Par exemple la création de services spécialisés dans chaque station de FR3 est considéré comme un élément indispensable pour mener à bien une telle entreprise.

14Les propositions de loi n'ayant jamais fait l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale, et a fortiori d'un débat, il faut chercher ailleurs la réponse des gouvernements.

15En 1976 le sénateur communiste des Bouches-du-Rhône Léon David, demande au Premier Ministre si la station FR3 de Marseille n'envisage pas de produire des émissions télévisées en provençal ; voici la réponse du Premier Ministre, Raymond Barre :

  • 4 Journal Officiel : débats du Sénat du 28 octobre 1976.

La société FR3 partage le souci de l'honorable parlementaire de préserver la langue provençale qui fait partie du patrimoine de la France. À cet égard le provençal bénéficie déjà de tranches régulières de programme sur les antennes de la radio régionale. Une émission est ainsi diffusée chaque dimanche à une heure d'écoute favorable (12 heures 30-13 heures). La radio semble particulièrement adaptée à l'illustration d'une culture et à la sauvegarde d'une tradition linguistique régionale. Pour le moment la société FR3 n'a pu créer une émission de télévision pour des raisons budgétaires.4

16C'est ici que l'on voit déjà apparaître le choix qui a été fait à l'époque par les pouvoirs publics. Il faut préserver la télévision et faire en sorte qu'elle reste la voix de la seule langue française. Il n'existe donc alors aucune émission de télévision en occitan dans les circonscriptions de Lyon, de Limoges, de Marseille, de Toulouse ou de Bordeaux.

17Le sénateur André Méric posait à peu de chose près la même question que son collègue Léon David. Cependant il ne s'en tenait pas au seul dialecte provençal ; il demandait des productions télévisées en langue occitane pour l'ensemble de l'espace occitan. C'était en 1979, voici la réponse que lui fit le ministre de la Culture et de la Communication, Jean-Philippe Lecat :

  • 5 Journal Officiel : débats du Sénat du 29 mars 1979.

Les pouvoirs publics ont été depuis 1975, particulièrement conscients des valeurs que représentent les langues régionales. C'est pourquoi ils se sont efforcés, par l'intermédiaire de Radio-France et de FR3, de développer progressivement des émissions de cette nature. L'extension de ces émissions pose toutefois quelques problèmes, elle implique tout d'abord un certain nombre de contraintes financières, d'autre part l'insertion d'émissions en langue régionale au sein des programmes régionaux de télévision, dont le créneau est très limité, aboutit en réalité à les substituer à des émissions en français. Il y a donc un problème d'équilibre entre les téléspectateurs qui pratiquent la langue régionale et ceux qui ne la pratiquent pas. Cet arbitrage simple explique les différences de traitement horaire entre, par exemple, l'Alsace où la pratique de la langue est très répandue et le Languedoc où la langue régionale est moins pratiquée (...). Sur le plan de la télévision aucun programme n'est en effet prévu pour le moment, mais l'on observe une certaine présence de la civilisation linguistique provençale dans les émissions culturelles existantes (...). La création d’une production nouvelle dans les langues d'oc pose un certain nombre de problèmes difficiles. Néanmoins, le ministère de la Culture et de la Communication a demandé à la société FR3 d'étudier cette question de façon très approfondie. (...) L'effort qui a été fait pour la radio et qui a été amplifié, peut encore être amélioré...5

18On voit bien dans cette réponse que l'idée d'un espace occitan pose problème. Le pluriel "langues d'oc" est utilisé à dessein, il s'agit de rejeter l'idée d'un espace culturel et linguistique jugé semble-t-il trop important, donc embarrassant.

19En 1976, le ministre de l'Éducation nationale avait lui aussi employé ce pluriel et cela avait suscité des réactions parmi les associations occitanistes mais aussi chez certains députés. Le ministre répondit qu'il avait employé ce pluriel afin de "... cerner plus exactement la réalité linguistique parlée et écrite..." et pour enfin "... exclure toute langue artificiellement normalisée".

  • 6 Le magazine basque avait été créé en 1971. Il était de 15 minutes avec une diffusion le premier et (...)

20L’espace occitan embarrasse, c'est évident, et s'il embarrasse les responsables de l'enseignement, il embarrasse aussi ceux de la radio et de la télévision. Car à cette date, en 1979, s'il n'existe aucune émission de télévision en occitan, en revanche il en existe en basque6, en alsacien et en breton. Pour ces trois langues, le problème se résout au niveau d'une seule station régionale. Pour l’occitan, cinq régions sont concernées, la question est plus complexe.

  • 7 J'ai le souvenir par exemple de m'être étonné en 1980 que sur ma feuille de paie de chroniqueur de (...)

21Pour ce qui est de l'occitan à la télévision, rien ne se débloquera avant 1981. Jusque-là, seule la radio est ouverte à l’occitan avec des émissions qui mises bout à bout représentent environ trois heures hebdomadaires mais réparties en chroniques diverses et variées, sur des stations différentes et des émetteurs parfois peu puissants. Il faut rappeler que la radio est alors du seul domaine de l'État, il n'y a pas encore de radios privées en modulation de fréquence. Ainsi en Aquitaine, c'est en ondes moyennes, et seulement en Béarn, que l'on peut entendre de l'occitan, seize minutes par semaine. Les programmes en occitan sont assez souvent marginalisés dans la mesure où ils sont rarement professionnels et parfois même quasiment folkloriques, au sens le plus péjoratif du terme7.

22Ce rappel historique aura permis de mieux mettre en lumière le fait que même si des progrès ont été faits, ils sont limités car à mon sens la question de la légitimité n'est pas réglée. Si 1981, et les changements politiques qui ont eu lieu cette année-là, ont marqué un léger mieux il n'est pas à la mesure de ce que semblaient promettre les propositions de loi de l'opposition devenue majorité. D'ailleurs après 1979 le Parti Socialiste a présenté des textes et fait des propositions en retrait par rapport à ceux qu'avait rédigés Louis Le Pensec quelques années auparavant ; en particulier plus aucune mention n'était faite de ce qui serait un minimum en matière de programmes en langues régionales. On revenait à des principes sans avancer de chiffres en ayant sans doute peur au Parti Socialiste de faire des promesses qui avaient plus à voir avec un "ratissage électoral" qu'avec un programme parfaitement accepté par les dirigeants du parti. Sans doute a-t-on craint aussi de bousculer, pour ne pas dire révolutionner, un système médiatique très parisien, centralisé, et surtout puissant et influent.

23Nous verrons donc plus tard comment les progrès se sont concrétisés après 1981. Mais ce qui nous intéresse, observons une certaine conception du service public qui n'a pas beaucoup changé. Le ministre de la Communication de 1976 estimait que : "l'insertion d'émissions en langue régionale aboutit en réalité à les substituer à des émissions en français", et que cela posait de problèmes vis-à-vis de ceux qui ne pratiquaient pas cette langue... Aujourd'hui, les positions de certains responsables de l'audiovisuel public sont quasiment identiques. On peut penser que nous nous trouvons là face à une conception du service public très française parce que parfaitement adaptée à une politique linguistique encore très fermée. C'est une forme de contorsion idéologique qui fait que l'on confond égalité et égalitarisme. En clair, la présence d'émissions en langues régionales aurait pour première conséquence de pénaliser les téléspectateurs uniquement francophones.

24Telle est la teneur de la réponse envoyée par Hervé Bourges le PDG de FR3 en 1991 au député de la Gironde Pierre Garmendia qui se faisait le porte-parole de ceux qui souhaitaient une émission en occitan en Aquitaine. Hervé Bourges répondait en ces termes :

La politique de FR3 dans ce domaine obéit à deux données majeures. D'une part le respect scrupuleux du cahier des charges, lequel est soumis à la double vigilance du conseil d'administration de la société et du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel ; d'autre part, notre volonté de répondre aux attentes des publics régionaux.

L'article 20 du cahier des charges stipule que la société contribue à l'expression des principales langues régionales parlées sur le territoire métropolitain. C'est en tenant compte de cette obligation que FR3 Aquitaine a pris en charge la production et la diffusion des émissions en langue Basque et que FR3 Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon s'est vu confier les émissions en langues occitane et catalane.

FR3 produit et diffuse plus de 200 heures par an d'émissions en langues régionales. Dans ce contexte, surcharger l'antenne de FR3 Aquitaine reviendrait à pénaliser les téléspectateurs aquitains qui attendent par ailleurs de leur télévision régionale qu'elle participe et rende compte, à travers ses journaux quotidiens d'information et ces magazines hebdomadaires, de l'actualité politique, économique, sociale, sportive et culturelle de leur région. Les émissions en langues régionales relèvent, certes, du patrimoine culturel des régions mais ce patrimoine existe également en dehors d'elles et il est du devoir du service public régional de la télévision de maintenir les différents équilibres dans ce domaine.

L'apport de FR3 à la diffusion des langues et des cultures régionales est donc, à mes yeux, une dimension importante de notre politique, mais à l'heure de la concurrence avec les télévisions privées, il ne saurait se suffire à lui seul. En effet, il est tout aussi essentiel à l'entreprise FR3 de répondre aux attentes multiples des téléspectateurs ; c'est là le sens de ma démarche en faveur d'une télévision publique qui prenne toute sa place au service du développement régional.

25On se tromperait en pensant que cette lettre n'est plus d'actualité. En effet en juin 1994, Jean-Claude Sire directeur des programmes de France 3 Aquitaine renvoie copie de la réponse de Hervé Bourges au Président de l'association Gironda Tèrra Occitana qui réitérait une demande pour la programmation de productions en occitan. Jean-Claude Sire estimait donc que la philosophie de Hervé Bourges restait la bonne et qu'elle demeurait celle qu'il convenait de mettre en avant.

26On a donc là, au début des années quatre-vingt-dix, une vision du service public basée sur le plus petit dénominateur commun. Aucun compte n'est tenu de la présence de plusieurs chaînes francophones. Celui qui est bilingue occitan-français ne peut revendiquer un droit à voir des programmes dans les deux langues qu’il connaît. Il mettrait en péril de par sa revendication le principe même d'égalité puisque, par la prise en compte de son bilinguisme, de son "plus" culturel, le service public léserait le téléspectateur monolingue. Le même raisonnement appliqué à d'autres domaines aurait des conséquences assez curieuses. Il y a de toute façon un risque grave dans cette conception du service public : c'est le nivellement par le bas. Celui qui sait deux langues doit en abandonner une pour ne pas mettre en état d'infériorité celui qui n'en parle qu'une. S'il ne s'agit pas d'un abandon, il s'agit d'un renoncement à être reconnu comme un citoyen ayant deux cultures.

27Nous sommes là au centre d'un débat important dans une démocratie : faut-il créer des services pour le public, ou des services pour les publics ?

28Nous pouvons noter une contradiction dans la lettre de Hervé Bourges. Il semble oublier le fait que les téléspectateurs francophones disposent de plusieurs chaînes de télévision. Pourtant si l'on ne prend pas en compte cette réalité il devient difficile, de prétendre que ces téléspectateurs sont lésés. On remarquera cependant que — et c'est là que se trouve la contradiction — l'existence d'autres chaînes, et donc la multiplicité de programmes en français est évoquée, utilisée même pour renforcer l'idée qu'il serait dommageable de diffuser de l'occitan ; cela favoriserait les concurrents. La multiplicité des chaînes est bien mentionnée, mais elle sert curieusement d'argument supplémentaire à l'existence d'une télévision monolingue.

29On pourrait à la limite comprendre l'attitude négative des responsables du service public de l'audiovisuel si leur argumentation était basée sur des données précises, sur des statistiques. Mais jamais aucune enquête préalable n'a été faite sur cette question par les chaînes de radio et de télévision. Il s'agit donc d'un refus de principe sans autre base que des préjugés. J'en veux pour preuve la réponse faite par le directeur des programmes de France 3 Aquitaine à une demande de programmation d'une émission en occitan sur la chaîne :

Conformément à la volonté du législateur, il n'entre pas dans le cahier des charges de France 3 Aquitaine de produire et diffuser des émissions en occitan. Cet objectif incombe à France 3 Sud.

  • 8 Jean-Claude Sire, 21 septembre 1994.

Par ailleurs je n'ai jamais eu l'impression, après de nombreuses années passées dans cette région, que beaucoup de téléspectateurs souhaiteraient voir diffuser [sic] nos émissions dans cette langue, car il s'agit bien de cela, et non pas de faire une émission sur la langue occitane....8

30Notons tout d'abord que la demande ne consistait pas à revendiquer autre chose qu'une émission en occitan à un rythme hebdomadaire, par exemple. Mais le directeur des programmes de France 3 Aquitaine croit qu'il s'agit d'une revendication portant sur tous les programmes (ou bien il fait semblant de le croire, ce qui est plus probable). Cependant le plus significatif réside dans le début de la réponse à savoir dans une "impression" et une expérience personnelle qui ne souffrent ni l'une ni l'autre une impression et une expérience contraires.

31Précisons bien que nous parlions d’absence d'enquêtes auprès du public pour savoir s'il souhaite ou non la création d'un programme en occitan. Je n’ai pas connaissance d'une telle enquête pour l'Aquitaine par exemple. C'est vrai que lorsqu'un programme est mis sur pied, des données plus précises sont disponibles, elles montrent qu'il existe bel et bien un public. Cependant, il apparaît tout à fait injuste qu'un responsable d’une antenne régionale semble attendre d'une communauté linguistique la demande spontanée de la création d'un programme, alors même que toute reconnaissance officielle lui est refusée et qu'elle se trouve entraînée depuis des années dans un processus de destruction de son propre dynamisme.

32Et puis, quel type de demandes lui faut-il ? À ce jour, individuelle ou associative, il les repousse toutes. Si en matière de médias, on prétend ne faire que ce que le public demande de façon spontanée que fera-t-on ? N'est-ce pas parfois le rôle des médias de suggérer, d'ouvrir des pistes, comme l’on dit aujourd'hui, de chercher et de proposer ? D'ailleurs en partant de ce type de raisonnement, on a créé Arte ; et c'est très bien ainsi.

33Pourtant, et malgré tout, l’occitan est parvenu à se faire une place dans les programmes de télévision du service public. France 3 Sud et France 3 Méditerranée diffusent en 1995 chacune une émission hebdomadaire en occitan. Mais curieusement c'est FR3 Aquitaine qui en 1981, lança la première une émission en occitan. J'ai eu le privilège de réaliser ce magazine diffusé en octobre 1981. Le premier numéro fut aussi le dernier. Si plus tard, des émissions pédagogiques furent réalisées à Bordeaux, plus rien n'a été confié à un journaliste occitanophone.

34Il est vrai qu'à la suite de la mission confiée en 1981 à Julien Coutouly par le président de FR3, Guy Thomas, Toulouse fut chargée de l'occitan et du catalan, Bordeaux étant responsable de l'émission en basque. Le rapport Coutouly aurait pu être largement mieux exploité mais il resta limité dans ses effets. Le rapporteur lui-même le regretta. Ainsi le cahier des charges de FR3 sacrifie-t-il les habitants de la région Aquitaine qui ne sont pas basques, c'est-à-dire la grande majorité.

35Certes, entre 1991 et 1992, on a bien connu, une courte période durant laquelle FR3 Aquitaine a diffusé des extraits de l'émission en occitan de Toulouse, mais cette diffusion était faite dans des conditions telles qu'elles étaient dissuasives pour le public. Aucune attention n'était portée aux sujets diffusés et leur remontage, quand il était nécessaire, n'était pas fait avec le plus grand soin.

36L'émission Viure al país (vivre au pays) de Toulouse quant à elle a connu des formes diverses et des horaires de programmation variés. En 1995, elle dure quarante-cinq minutes et est diffusée chaque dimanche à 12 h. Elle est occupée à 75 % par l'occitan, le reste étant consacré au catalan.

37Il fut une époque où l'émission durait presque une heure, mais il faut dire qu'un reportage présenté dans cette heure l'était en deuxième diffusion. La réduction ne s'est pas faite sans provoquer des protestations. En compensation, le magazine devait, en théorie, être diffusé durant les deux mois d'été. L'application de cette compensation a été chaotique en raison de la politique de la chaîne qui utilise l’antenne durant le mois de juillet pour des événements sportifs comme, par exemple, le Tour de France. Mais globalement la stabilisation de l'émission peut s'expliquer par trois facteurs.

  • 9 Il y aurait beaucoup à dire quant au mélange de l'occitan et du catalan dans un même programme. C' (...)

38D'abord le cahier des charges, nous l'avons dit, fait de France 3 Toulouse la station de l'occitan et du catalan9. En 1982, à la suite de la mission de Julien Coutouly, FR3 Toulouse avait été dotée d'une équipe technique supplémentaire pour ce magazine. En second lieu, Toulouse bénéficie de la présence d'un journaliste chargé de la coordination de l’émission, journaliste intégré, faisant partie à part entière du personnel de la société. Celui-ci, en l'occurrence Maurice Andrieu, n'a pas été intégré dès 1982. Il lui a fallu attendre 1990. Troisième élément de poids : la participation financière de la Région Midi-Pyrénées et de la Région Languedoc-Roussillon à l'émission (cf. annexe). En clair, depuis fin 1991, les deux régions apportent au total, et par an, la somme de six cent mille francs pour la réalisation des programmes en occitan.

39Il faudrait ajouter à cela une ambiance et un environnement favorables à la production de cette émission. Bien entendu, cela est impossible à évaluer de façon précise mais c'est une donnée assez sensible. Par ambiance et environnement, il faut comprendre que cela concerne aussi bien la station elle-même que la région avec sa position centrale en Occitanie. Disons, en toute franchise, que l'émission est considérée en règle générale comme un élément de la grille des programmes identique aux autres. Au sein de la station, on considère que cette émission a sa place. Ceci ne signifie pas que le consensus soit total ou qu'il n'y ait pas de problèmes, mais on n'est pas — ou plus — dans l'émission "ghetto”.

  • 10 Cf. Média Pluriel Méditerranée. Pratiques et représentations de l'occitan. Pau : Conseil général d (...)

40L'audience de l'émission est bonne. En tous cas, elle fluctue au gré des fluctuations des autres émissions de fin de semaine. En termes de part de marché cela signifie des creux à 6 % et des pointes à 12 % ou 13 %. En tenant compte de ces fluctuations, on peut donc estimer entre quarante mille et quatre-vingt-dix mille le nombre de téléspectateurs de l'émission, sur la zone de France 3 Sud, c'est-à-dire Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Les téléspectateurs de la Région Aquitaine qui regardent l'émission ne sont pas pris en compte dans ces chiffres. Ils sont cependant nombreux puisque l'émetteur de France 3 Sud situé au Pic du Midi arrose bien le Béarn, les Landes et le Lot-et-Garonne. Pour évaluer le nombre de téléspectateurs aquitains qui se tournent vers Toulouse, pour le magazine en occitan, nous disposons quand même d'une indication grâce à une enquête linguistique réalisée par le département des Pyrénées-Atlantiques en 1994. Celle-ci indique que 10,8 % des personnes interrogées regardent parfois ou régulièrement l'émission10.

41Le cas de France 3 Aquitaine est relativement simple puisque l'occitan est totalement absent de l'antenne. Il y eut entre 1983 et 1987 une série d'émissions pédagogiques et ensuite durant une courte période, au début des années 1990, une rediffusion hebdomadaire de six minutes et demie, des émissions de Toulouse. Cela n'a pas duré. En ce qui concerne les émissions pédagogiques, elles faisaient l'objet d'un accord entre le Rectorat de Bordeaux et la station de FR3 Aquitaine. Les protagonistes de l'émission et ses concepteurs étaient des enseignants qui avaient droit à des heures de détachement pour préparer et enregistrer le programme. FR3 Aquitaine fournissait tout ce qui était du domaine technique. Ce n'était certes pas négligeable, mais dès que l'accord de partenariat a cessé, il n'y a plus eu d'occitan à l'antenne.

42On a pu voir comment France 3 Aquitaine se réfugie derrière le cahier des charges pour expliquer, ou plutôt pour justifier son désintérêt pour l'occitan. Il est évident qu'il existe des réticences qui vont bien au-delà du respect scrupuleux des règles édictées par ledit cahier des charges et on est en droit de se demander s'il est bien raisonnable d'ignorer les 10 % de personnes interrogées dans la zone occitanophone des Pyrénées-Atlantiques qui regardent les émissions de télévision en occitan. Cela signifie que ces personnes regardent France 3 Toulouse. Est-il inscrit dans les directives de France 3 que l'on doive ignorer plus de 10 % des téléspectateurs de sa propre région ?

43En comparaison, il est intéressant d'évoquer le cas de France 3 Méditerranée qui fait une place à l'occitan depuis 1984. Un magazine de treize minutes fut créé à cette époque. La manifestation qui eut lieu en 1982 à Marseille en faveur de l'occitan à la télévision ne fut certainement pas étrangère au déblocage de la situation. Elle avait rassemblé près de cinq mille personnes. Neuf ans plus tard, en 1992, l'émission était intégrée dans les programmes de façon tout à fait intéressante. En effet l'émission de la mi-journée était conçue de façon à ce qu'elle passe en un même créneau du lundi au samedi. Les vingt-cinq minutes de l'émission du samedi étaient entièrement en provençal mais les présentateurs de Vaquî (titre de l'émission : "voici") étaient aussi les présentateurs des autres jours de la semaine. Le résultat était que chaque jour le meneur de jeu était bilingue. Cela permettait une ouverture tout à fait intéressante et donc une présence de la langue tous les jours même si c'était de façon réduite (deux à trois minutes).

44La formule, mise en place grâce à Sanpiero Sanguinetti a disparu en septembre 1994. Vaquî a été programmée à 13 h 25 au lieu de 12 h. La chute d'audience a été spectaculaire, de 20 % et plus de part de marché, on est passé à 2 % voire 3 %. Rien de rationnel ne peut expliquer ce changement d'horaire, si ce n'est la volonté de "casser" une réussite incontestable. C'est en tous cas ainsi que l'équipe de Vaquî a ressenti la chose. Une mobilisation des téléspectateurs et d'une partie du personnel de la station n'a rien changé. Sanpiero Sanguinetti, directeur d'antenne, a dû quitter son poste et l'équipe de Vaquî a été contrainte de se plier à des décisions pour le moins incompréhensibles.

45Il reste donc beaucoup à faire parce que, si la comparaison est permise, durant la période 1975-1995 d'autres pays d'Europe ont considérablement modifié leur paysage télévisuel. En Espagne se sont créées trois chaînes en catalan, une en basque et une en galicien. Que la France ne soit pas l'Espagne c'est évident, mais on doit s'interroger sur l'incapacité française à créer des chaînes de télévision ayant leur centre de décision ailleurs qu'à Paris.

46Quant à la création d'une chaîne où la langue occitane sera vraiment présente, c'est dans l'état actuel, totalement étranger aux préoccupations des responsables de l'audiovisuel français. Car c'est bien de cela qu'il s'agit, de la création d'une chaîne en occitan. C'est le seul moyen de mener une politique efficace de sauvegarde et de développement de la langue. Mais on sait les difficultés qu'ont eues certaines chaînes "autonomiques" de l'État espagnol pour pouvoir être reçues en Roussillon ou en Pays Basque. TV3 et Euskal Telebista n'ont pas toujours trouvé des interlocuteurs très compréhensifs.

47La question de la légitimité n'est pas réglée, la question légale non plus. Elles sont toutes deux intimement liées, surtout quand la Constitution précise depuis 1992 que "la langue de la République est le français". Hors d'un cadre législatif, le combat sera rude pour ceux qui veulent de l'occitan à la télévision. Même si en 1993 François Bayrou, Président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et ministre de l'Education nationale, souhaitait une présence quotidienne de la langue à la télévision, que peut-il faire sans une volonté politique clairement exprimée par un gouvernement ? Ce qui n'est pas le cas de la majorité des dirigeants politiques actuels.

48Ce n'est pas non plus la volonté de la profession, qui est conservatrice, en ce sens que tout changement remet en cause des acquis, des habitudes et des structures. Mais s’il existe un autre barrage qui est fait aujourd'hui en matière de développement de la présence de l'occitan à la télévision, c’est celui de la formation. Il n'y a pas de filière associant une formation linguistique spécifique et un enseignement technique professionnel. L'effet est double. D'abord, cela influe sur les programmes existants qui ne sont soumis à aucune concurrence. Il n'y a pas de jeunes qui puissent par leur volonté de travailler pousser à une recherche de qualité supérieure. Deuxièmement, le public voit dans le manque de renouvellement du personnel, la marque claire que la télévision en occitan est l'affaire de quelques rares personnes véritablement attachées à leur émission et qui pourraient sombrer avec elle. C'est une affaire de spécialistes, donc pas encore considérée comme normale. Enfin, même si l'on me trouve sévère, la qualité passe par la formation. Si celle-ci n'existe pas, il ne faut pas s'étonner que la qualité ne soit pas toujours au rendez-vous.

49Cependant, ceux qui aujourd'hui font leur métier de journaliste, de présentateur ou d'animateur en occitan ont le mérite d'avoir prouvé au public que c'était réalisable. Car il y a bien un public, il existe, mais on n'a pas encore créé le service auquel, je crois, il a droit.

Annexes

ANNEXE

CONVENTION

ENTRE

La Société Nationale de Programme FR3, Région Midi-Pyrénées Languedoc Roussillon, domiciliée chemin de la Cépière à Toulouse, représentée par son Directeur Régional, Monsieur Bernard MOUNIER, d'une part,

ET

La Région Midi-Pyrénées, située à Toulouse, représentée par son Président, Monsieur Marc CENSI

ET

La Région Languedoc Roussillon, située à Montpellier, représentée par son Président, Monsieur Jacques BLANC

IL A D'ABORD ETE EXPOSE CE QUI SUIT :

FR3, dans le cadre de son cahier des charges de service public et des orientations définies par l'Etat, souhaite développer la télévision en langues occitane et catalane, afin de satisfaire les attentes du public pour des programmes concernant plus particulièrement les cultures régionales de son aire de diffusion.

Les Régions Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon de leur côté souhaitent améliorer la communication entre leurs administrés et leur information sur la vie culturelle et économique de leurs régions et de la Méditerranée occidentale, par le biais notamment des médias audiovisuels en langues occitane et catalane.

Les parties sont donc convenues d'unir leurs efforts pour mettre à disposition des téléspectateurs de Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon, dans le cadre de l'émission hebdomadaire "Viure al Païs", et en sus du magazine de 20 minutes déjà existant, un magazine d'actualités spécifique : "La Gazeta".

IL A DONC ETE CONVENU ET ARRETE CE QUI SUIT :

Article 1

FR3 s'engage à réaliser, sous sa seule responsabilité éditoriale et dans l'entière indépendance rédactionnelle des journalistes concernés, un magazine d'actualités hebdomadaire "La Gazeta", en occitan et/ou en catalan, consacré au patrimoine et aux évolutions modernes, y compris économiques et sociologiques, des cultures occitane et catalane, à raison de 20 minutes, dans le créneau de diffusion habituel de 40 minutes de l'émission "Viure al Païs" ; étant entendu que sera inclus dans cette "Gazeta" un "journal méditerranéen" de 5 minutes, "Mar Nostra", d’information sud européenne et de l'arc méditerranéen occidental. Le démarrage de "La Gazeta" ainsi définie est prévu pour la rentrée de septembre1991.

Article2

De leur côté, les Régions Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon versent chacune à FR3 Midi-Pyrénées Languedoc Roussillon, au titre de l'année 1991, une subvention de fonctionnement de 150 000 F, soit globalement 300 000 F, correspondant au coût de réalisation de six magazines ordinaires de "Viure al Païs", tels qu'ils existent déjà. En 1992, la contribution des Régions devra permettre la réalisation de douze de ces magazines. Cette participation sera expressément indiquée au générique de début des magazines concernés. Une copie de chacun d'entre eux sera fournie gracieusement aux services intéressés de chacune des Régions.

Article3

La présente convention est conclue pour une durée de 3 ans, à compter du début de la diffusion de "La Gazeta" hebdomadaire.
Si dans ce délai, FR3 venait de son propre chef et sans qu'une quelconque responsabilité puisse en être imputée aux deux autres parties, à supprimer la diffusion des 20 minutes hebdomadaires de "Gazeta" spécifique, elle devrait rembourser aux Régions Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon une partie de la subvention, au prorata du temps restant à courir jusqu'au délai de 3ans.

Article4

Les parties conviennent de dresser un bilan de l'opération six mois après son démarrage, puis une fois par an. Elles vérifieront à ces occasions le respect des termes de la présente convention, notamment pour ce qui concerne l'indépendance rédactionnelle des journalistes et les conditions d'exercice de leur mission.

Pour la Région
Midi-Pyrénées

Le Président du Conseil Régional

Pour la Région
Languedoc Roussillon

Le Président du Conseil Régional

Pour FR3

Le Directeur Régional

Notes

1 Cité par Les dernières nouvelles d'Alsace du 6 novembre 1992.

2 Il faut souligner que le Parti Communiste a déposé en 1975 une proposition concernant la radio et la télévision mais n'ayant trait qu'à la seule langue bretonne.

3 Journal Officiel : Documents de l'Assemblée Nationale, document no 3401.

4 Journal Officiel : débats du Sénat du 28 octobre 1976.

5 Journal Officiel : débats du Sénat du 29 mars 1979.

6 Le magazine basque avait été créé en 1971. Il était de 15 minutes avec une diffusion le premier et le troisième samedi du mois. Le deuxième et le quatrième samedi une version sous-titrée en français était programmée. La station régionale de télévision de Bordeaux s'en chargeait avec une équipe à Bayonne et un monteur bascophone à Bordeaux.

7 J'ai le souvenir par exemple de m'être étonné en 1980 que sur ma feuille de paie de chroniqueur de radio ne soit pas indiquée la mention "journaliste". Je l'étais, mais il m'a fallu insister pour qu'on me reconnaisse cette qualité car je faisais une chronique en occitan et donc ce ne pouvait pas être "un travail de journaliste mais d'animateur. Il y avait du chemin à parcourir !"

8 Jean-Claude Sire, 21 septembre 1994.

9 Il y aurait beaucoup à dire quant au mélange de l'occitan et du catalan dans un même programme. C'est une conception à mon sens tout à fait erroné que celle qui consiste à penser que l'intercompréhension est totale entre les deux langues. Pour le public populaire ce sont deux langues différentes. Elles sont proches pour ceux qui ont eu la chance de recevoir un enseignement de l'occitan. Pour les autres il y a blocage. Je crois que l'on gagnerait aujourd'hui à ne pas mélanger les deux langues.

10 Cf. Média Pluriel Méditerranée. Pratiques et représentations de l'occitan. Pau : Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, octobre 1994. Il s'agit d'une enquête sociolinguistique réalisée par Média Pluriel Méditerranée à la demande du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques du 16 au 28 septembre 1994 à Pau, dans le district Bayonne-Anglet-Biarritz et dans cinquante-deux autres communes de la partie occitanophone du département. L'échantillon représentatif a été dérterminé selon la méthode des quotas. Mille vingt-cinq personnes ont été interrogées. 41,8 % connaissaient l'existence d'une émission de télévision en occcitan. Un quart des personnes interrogées savait quel jour elle était diffusée et 10,8 % la regardaient de façon plus ou moins assidue. Plus de la moitié de ceux qui l'avait vue au moins une fois se déclaraient très ou assez satisfaits.

Auteur

Journaliste (France 3 Sud, La Setmana)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540