Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Deuxième partie. Resocialiser les langues minorisées : l'exemplarité des médias audiovisuels

Resocialiser les langues minorisées : l'exemplarité des médias audiovisuels

Jean-Jacques Cheval

Testo integrale

  • 1 WIEVIORKA Michel. "Préface". In Identités, cultures et territoires / sous la direction de Jean-Pie (...)

1Les moyens de communication modernes ont très tôt été perçus comme les instruments actifs et puissants du centralisme, diffusant et propageant avec efficacité les langues dominantes sur l'ensemble des territoires des États-nations. Dès le dix-neuvième siècle, la presse écrite est considérée comme telle, associée d'ailleurs à d'autres manifestations de la communication au sens le plus général du terme : le chemin de fer, le télégraphe et bien sûr l'école, que l'on s'en réjouisse par jacobinisme, par goût de la modernité ou qu'on le déplore dans des milieux traditionalistes. Ce rôle, ou cette fonction, prêté à la presse écrite apparaît décuplé au vingtième siècle quand naissent et se vulgarisent les médias audiovisuels, cinéma, radio-diffusion puis télévision, dont les pouvoirs sont étendus à l'échelle des empires et du monde. Ces perceptions de la presse et des médias reposent sur d'indéniables réalités qui ne doivent pas masquer pour autant l'existence de presses en langues minoritaires au xixe et xxe siècles ou bien la place laissée à ces mêmes langues dans des journaux par ailleurs majoritairement ouverts aux langues les plus répandues. De plus, cet a priori suppose une conception unilatérale et instrumentale des médias. Ces conceptions, par trop systématiques, font peu de cas des lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs en ne leur attribuant qu'un rôle de masse passive sans considérer les résistances et détournements qu'ils peuvent opposer aux influences médiatiques. En matière de langues et de cultures minorisées, ainsi qu'a pu le rappeler Michel Wieviorka, il convient de "mettre à mal les idées trop simples sur l'influence manipulatrice, dissolvante pour les cultures locales, et uniformisante des médias". De même que les recours erronés mais aisés à des schémas simplistes posant une dichotomie naturelle entre des cultures minoritaires, par essence orales et traditionalistes, et des moyens de communication de masse modernes et globalisants ne sont à l'évidence plus de mise. Les médias, dans ce champ social comme dans tous les autres, témoignent et participent des tensions entraînées par les diversités culturelles. "Les exigences ou les demandes identitaires sont à bien des égards inscrites dans l'espace, ancrées dans des territoires, informées et transformées par les médias, qui eux-mêmes sont en bonne partie profondément influencés par les identités en question"1.

2On ne saurait nier pour autant les dysfonctionnements et distorsions entre la réalité d'une diversité culturelle, ou d'une demande sociale — que l'on se garde bien au demeurant de questionner — et l'offre de programmes disponibles reflétant cette situation. L'intervention et le rôle des médias dans la normalisation et la resocialisation des langues minorisées n'en demeurent pas moins importants. Ainsi que l'écrit Alain Viaut, les médias de par leurs possibilités naturelles de diffusion et leur emprise symbolique participent à l'acquisition des langues en cours de normalisation, à leur extension sociale et ils contribuent à leur standardisation ainsi qu'à leur valorisation.

3La distance ressentie ou constatée entre médias audiovisuels et cultures minorisées ne peut s'établir sur des constatations d'oppositions irréductibles mais sur l'usage et la place volontairement assignés et consentis aux médias audiovisuels et aux langues les moins répandues par ceux qui tout à la fois en disposent et en usent. À cet égard, à l'examen du modèle français et en matière de radio et télévision (car il convient de séparer l'examen des médias écrits et audiovisuels), force est de constater le maintien tardif des uns et des autres dans des dimensions disjointes. Une lecture historique confirme la prévalence de choix politiques, idéologiques et réglementaires mais aussi, l'existence et il faut en tenir compte, de déterminants d'ordre économique et technologique non favorables à des expressions diversifiées et localisées, les différents éléments s'accommodant fort bien dans des effets convergents.

  • 2 SAEZ Jean-Pierre, "Introduction". In Identités, cultures et territoires. Op cit., p. 15-32

4Les mécanismes de centralisation-décentralisation de la radio et de la télévision en France ont été marqués au rythme de la monopolisation puis de la dérégulation, de l'accroissement puis de l'amoindrissement du contrôle étatique et de l'ouverture, enfin, aux intérêts privés. Au bout du compte, la multiplication des offres de programmes et de contenus ouvre des possibilités plus grandes à l'expression des minorités, quelles qu’elles soient, en même temps qu'elle semble la menacer. L'avènement des sociétés de communication célébrées de façon quelque peu incantatoire n'en demeure pas moins un "phénomène riche de contradictions, unificateur et disjonctif à la fois, il contribue autant à une forme d'homogénéisation culturelle, à l'atomisation du champ social, qu'à la légitimation de singularités qui échappaient au regard porté par l'illusion universaliste", écrit Jean-Pierre Saez2. Partie de ces mutations et phénomène contradictoire en effet, la recomposition du paysage audiovisuel français infère l'introduction de nouvelles logiques et, parmi elles, des stratégies marchandes et industrielles, tout en permettant l'expression effective de nouvelles libertés. Elle laisse entrevoir de nouvelles virtualités pour la présence et l'usage des langues minoritaires sur les ondes et plus avant pour des instrumentalisations efficientes au service de la normalisation des langues minoritaires. Ces potentialités donnent lieu, d'ores et déjà, à des applications concrètes dans des faisceaux d’expériences qui se complexifient, même si l'on peut encore en mesurer les limites notamment quantitatives. Ceci est en particulier vrai dans le domaine public où, comme le fait remarquer Philippe Gardy, la place délivrée aux langues régionales se vit comme un espace parcimonieusement concédé selon le bon vouloir des décideurs ou bien des lieux chèrement conquis selon l’opinion des militants linguistiques. Néanmoins, on relève qu'aux fragiles dynamiques institutionnelles publiques, nationales ou bien portées par les collectivités locales, s'ajoutent des dispositifs privés et alors que se croisent des initiatives concertées, qui modifient à l'évidence le tableau actuel par comparaison aux situations antérieures.

  • 3 Nous nous cantonnerons ici à évoquer les interactions entre les langues minoritaires et l'audiovis (...)

5Dans les pages suivantes, à travers le cadre national, nous examinerons pour notre part, sous des angles historiques et contemporain, les attitudes et réalisations des médias audiovisuels face aux langues régionales françaises. Dans un deuxième temps, nous considérerons certaines des manifestations radiophoniques et télévisuelles en Aquitaine en rapport à deux domaines linguistiques minoritaires présents, l'occitan et le basque. Sans ignorer l’existence d’une presse écrite en occitan et en basque aux développements prometteurs, notamment dans le domaine des hebdomadaires ou bien en direction des enfants (Xirrixta ou Plumalhon), nous avons choisi de mettre l’accent sur la radio et la télévision qui nous semblent être des champs d’intervention particulièrement déterminant pour l’avenir3.

6Dans une perspective similaire, David Grosclaude rappelle la place de l'occitan sur la chaîne de service public FR3, puis France 3, à travers les stations régionales de Bordeaux, Toulouse et Marseille. Il retrace notamment la revendication politique de cette reconnaissance et les réponses institutionnelles qui lui furent opposées d'une région à l'autre et qui illustrent des conceptions spécieuses du service public. Sa contribution est le témoignage informé d’un militant engagé depuis de nombreuses années professionnellement dans la défense médiatique de l'occitan. Journaliste à France 3 Sud, il a été un des fondateurs et principaux animateurs de Ràdio País et, depuis mars 1995, il se consacre à la réalisation et l'implantation d'un hebdomadaire occitan La Setmana.

7Concernant l'usage audiovisuel de l’occitan et d'un point de vue comparatiste, il nous est apparu utile d'inclure dans cet ouvrage, l'observation d'une expérience étrangère peu connue, celle du Val d’Aran où l’occitan bénéficie d’un régime de langue officielle où il trouve une place sur la radio et la télévision locale avec le soutien de la Communauté autonome de Catalogne.

8Au-delà des constats institutionnels et structurels, il nous semblait de plus intéressant d'approcher le contenu effectif de la production existante. Philippe Gardy, directeur de recherche au CNRS, et François de la Brétèque, maître de conférences à l'université Paul Valéry de Montpellier se livrent à deux analyses d'échantillons diversifiés d'émissions de télévision en occitan diffusées par les stations de France 3 Sud à Toulouse, d'Aquí TV en Dordogne, et de la délégation aranaise de TV3 Televisió de Catalunya.

9Philippe Gardy observe les thématiques des sujets abordés dans les émissions concernées et s'interroge sur la place de l'occitan utilisé dans les dispositifs examinés en tant, lui-même, qu'archi-sujet des émissions. François de la Brétèque s'intéresse au langage géographique ou spatio-iconique des lieux représentés dans les émissions occitanes et par là aux regards portés sur les territoires identitaires revendiqués auxquels elles s'adressent.

10Limitées par leurs objets, les tailles et les datations des échantillons sur lesquelles elles s'exercent, ces analyses ne peuvent servir à caractériser dans l’absolu le fond et la forme des programmes occitans de chaque station, mais elles offrent des perspectives de typologie sur les contenus et l'échelle variable des possibilités d'expression qu'ils présentent en relation aux conditions nombreuses qui les déterminent.

  • 4 MUSSO Pierre. "Typologie des télévisions en région et facteurs déterminants", p. 39 in Régions d'E (...)

11L’ensemble des contributions présentées ici sur le thème des médias et des langues régionales fait ressortir l'importance, à la fois en terme de constat et de prospective, de conditions que l'on peut juger décisives et qui retrouvent celles énoncées par Pierre Musso à propos des télévisions régionales4. Ces conditions sont :

  • techniques et économiques (elles concernent à la fois le niveau quantitatif et objectif des moyens matériels disponibles et le niveau réglementaire autorisant ou facilitant leur accès et disposition) ;
  • locales et géographiques (en fonction notamment de l'espace à couvrir pour les médias considérés) ;
  • administratives et politiques (réglementations en vigueur, marge de manœuvre obtenue et disponible, limite de la tutelle centralisatrice tant pour les médias eux-mêmes que pour les territoires sur lesquels ils diffusent, volontés et actions des institutions politiques décentralisées quand elles existent) ;
  • sociales et culturelles (la vivacité culturelle et civile des régions concernées, la force de la revendication identitaire sont déterminantes) ;
  • et en définitive, bien sûr, linguistiques (conditions sociolinguistiques d'usage et reconnaissances établies ou non des langues minoritaires).

12Pierre Musso affirme :"c'est la région qui fait la télévision et non la télévision qui fait la région". De fait, tant dans les dispositifs que dans les contenus, on peut reprendre cette proposition en l’appliquant aux réalisations médiatiques en langues minoritaires.

Note

1 WIEVIORKA Michel. "Préface". In Identités, cultures et territoires / sous la direction de Jean-Pierre SAEZ. Paris : Desclée de Brouwer, 1995, 267 p., (Col. Habiter), p. 9-13.

2 SAEZ Jean-Pierre, "Introduction". In Identités, cultures et territoires. Op cit., p. 15-32

3 Nous nous cantonnerons ici à évoquer les interactions entre les langues minoritaires et l'audiovisuel sans prétendre bien sûr à l'exhaustivité. Par ailleurs à propos de la presse en occitan ou laissant une place à l'occitan, on pourra se reporter aux différents textes publiés sous la direction de Philippe MARTEL. L'Occitan dans la presse régionale du Midi xixe-xxe siècles. Montpellier III - Université Paul Valéry in Revue des Langues Romanes, 1993, tome XCVII, no 2 ; à l'étude de Daniel MARGNES : Une enquête sur la presse occitane contemporaine : hypothèse et commentaires. Lengas, no 6, 1979, p. 59-98. ou bien à des monographies telles par exemple celle de David GROSCLAUDE : Une tentative de presse régionaliste en Béarn au début du siècle : "la Bouts de la Tèrre Per Noste, 1982, ou celle plus ancienne de Pierre-Louis BERTHAUD : Deux Journaux Bordelais en Gascon "Lou Raouzelet (1870) et "La Cadichounne" (1877). Paris : Les Belles Lettres, 1949.
Pour la presse bascophone, on consultera : Musée Basque. Centenaire de la presse basque. Bayonne, mars 1987, 10 p. ; ORONOS, Michel. L'Information religieuse en basque, dans les publications du Pays Basque Nord de la fin du Concile de Vatican II : 8 décembre 1965 au Synode romain : 29 octobre 1977. Questions pour une Histoire future. Bordeaux : Thèse de Troisième cycle, Etudes basques, Université de Bordeaux III, 1982, 270 p. ; LATXAGUE, R. Visages de la presse bayonnaise et de la Côte Basque (1945-1972). Mémoire de Maîtrise d'Histoire, Université de Pau, 1974, 84 p. ; DARRE, Alain. Médias et sociétés au Pays Basque, vers la constitution d’un espace de communication transfrontalier. Toulouse : Les Cahiers du LERASS, no 25, 1992, p. 11-27.

4 MUSSO Pierre. "Typologie des télévisions en région et facteurs déterminants", p. 39 in Régions d'Europe et Télévision, actes de la rencontre de Lille (29 et 30 novembre 1990) organisées par le Conseil de l'Europe & le Conseil régional Nord/Pas de Calais. Lille : Editions Miroirs, éditions Nord/Pas de Calais, 1991, 350 p.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540