Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

L'acquisition

Quel partenariat institutionnel pour soutenir l'enseignement de l'occitan ?

L’exemple de l'Académie de Toulouse

Gilbert Mercadier

Texte intégral

1Le partenariat institutionnel est un élément que l'on trouve dans tous les débats sur l'enseignement des langues régionales et à toutes les étapes de son développement. Précisons dès à présent que par institution nous entendrons ici non seulement les administrations et les collectivités territoriales mais aussi tous les organismes qui ont un certain pouvoir ou, pour le moins, ont ou recherchent une influence dans la société. Les associations culturelles et professionnelles en font donc partie.

2Le partenariat est souhaité par tous les milieux concernés, notamment par les associations culturelles et professionnelles qui le sollicitent de plus en plus. Plus que tout autre enseignement et pas seulement pour sa nature "régionale", l'enseignement de l'occitan semble avoir besoin de ce partenariat car, outre les moyens qu'il apporte et les actions qu'il permet de réaliser dans et autour de l'école, du collège ou du lycée, il conforte sa légitimité et son utilité qui, bien qu'officielles, sont parfois difficilement admises. Certes, les objectifs des différents partenaires sont variés mais la "reconnaissance" qu'indique leur engagement, l'amélioration de l'image qu’il peut apporter leur confère un rôle de plus en plus important. Le matériel pédagogique ou le document d’information édité par une association avec l'aide d'un organisme européen et d’une collectivité territoriale contribuent ainsi à crédibiliser l'enseignement.

  • 1 Lettre adressée le 24 novembre 1992 aux recteurs en vue de promouvoir l'instauration d'un authentiq (...)

3Le partenariat est prévu par l'Éducation nationale. La circulaire Savary du 21 juin 1982, qui régit l’enseignement des langues régionales, dans le premier des principes qui "ont guidé l'établissement de ce programme", affirme l'engagement de l'État dans des termes qui méritent d'être rappelés ici. En effet, après avoir dit que "L'appareil de formation public doit, là comme ailleurs, prendre et assumer ses responsabilités. Il ne confiera à quiconque le soin de construire, de dispenser et de sanctionner ces enseignements", on ajoute aussitôt : "Ceci précisé, il est évidemment souhaitable, et dans de nombreux cas nécessaire, que les compétences qui se sont développées en ce domaine hors du service public soient associées et collaborent à cette action ; de même les collectivités locales qui ont souvent marqué leur intérêt pour les langues et les cultures régionales se verront offrir des possibilités d'intervention". Ce souhait de partenariat apparaît aussi dans le premier plan académique lancé au Rectorat de Toulouse en juin 1990 par le ministre Lionel Jospin et qui prévoyait, outre des moyens, une méthode, la concertation, notamment avec les associations, ainsi que dans "les nouvelles mesures" annoncées en 1993 par le ministre Jack Lang qui "ouvrent la voie au développement de la coopération avec les collectivités territoriales compétentes ou intéressées"1.

4On retrouve ce souci chez le ministre actuel, François Bayrou, lorsqu'il annonce en 1994 la création d'un Institut Occitan à Pau et vient à Toulouse apporter son soutien à la convention signée entre le Rectorat et la Région dont nous reparlerons plus avant. Récemment, la circulaire 95-086 du 7 avril 1995 sur l'enseignement des langues et cultures régionales prévoit une large place au partenariat avec une Commission académique de langue et culture régionales, le Service académique d'information et d'orientation (devant informer les familles sur les possibilités d'enseignement sur et dans la langue régionale), le Centre Régional de Documentation Pédagogique, les collectivités territoriales qui peuvent exercer des compétences en matière culturelle et d'accompagnement de l’enseignement depuis la loi de décentralisation du 22 juillet 1983 et les services déconcentrés du ministère de la Culture et de la Francophonie.

5Le partenariat a pris des formes et une importance très variables selon les régions et les formes d'enseignement. Il est particulièrement important en Corse, en Bretagne et en Alsace et, partout où il existe, il est essentiel pour l'enseignement associatif (diwan, calandreta,...).

6On peut citer trois exemples majeurs :

  • la Charte de Bretagne en 1978 ;

  • la Charte de l'enseignement bilingue dans les écoles maternelles du département du Haut-Rhin en 1993, entre le Conseil général et l'Inspection académique ;

  • le contrat de plan État-Région (1990-1994) qui, avec dix-huit millions et demi de francs, a facilité un développement sans précédent de l'enseignement du corse.

7En Pays d'oc, aucune opération de partenariat n'a encore pris une envergure comparable mais on pourrait faire état, à tous les niveaux, de nombreuses initiatives intéressantes. Dans deux régions cependant, Languedoc-Roussillon d'abord puis Midi-Pyrénées, il a pris une dimension plus significative.

8Nous allons ici, après avoir présenté l'enseignement de l'occitan dans l'Académie de Toulouse, décrire le rôle de différents partenaires qui le soutiennent et et des exemples de leurs actions.

l'enseignement de l'occitan dans l'académie de toulouse

Les effectifs et leur évolution

À l'école maternelle et primaire

• enseignement public

9Les effectifs ont nettement progressé mais il n'y a encore que 12 % des élèves des écoles publiques qui bénéficient, sous des formes et à des degrés divers d'un enseignement de langue et culture occitanes. La forme d'enseignement la plus répandue est la sensibilisation à raison d'une heure environ par semaine, mais de nouvelles activités se sont développées :

  • enseignement spécifique de une à trois heures ;

  • enseignement en occitan de certaines disciplines ;

  • enseignement bilingue :

101989-1990 : deux sites bilingues ;

111994-1995 : huit sites bilingues.

12La progression des effectifs dans le primaire est directement liée à l'augmentation du nombre d'instituteurs animateurs et maîtres-formateurs qui aident les enseignants à prendre en compte la langue et la culture d'oc.

• enseignement privé

13Quelques enseignants mènent des activités de sensibilisation avec l’aide d'associations culturelles (en Aveyron par exemple avec le Centre Culturel Occitan du Rouergue et la Mission Départementale de la Culture) mais l'enseignement n'est pas encore organisé comme il l’est en Bretagne ou dans les Pyrénées-Atlantiques pour le basque.

• enseignement associatif

14Les calandretas, écoles associatives qui mettent en oeuvre une pédagogie d'immersion linguistique où l'occitan est la première langue d'enseignement et de communication, ont créé six écoles.

Dans les collèges et lycées

• enseignement public

• enseignement privé

15En 1989, il y avait 1 002 élèves. L'enseignement de l'occitan y est, notamment en collège, beaucoup moins important que dans l'enseignement public et il n'y a pas progressé ces dernières années.

16Dans l'enseignement secondaire la baisse des effectifs entre 1981 et 1989 s'explique par la diminution des contingents horaires, des difficultés pour remplacer les professeurs partant à la retraite ou mutés, l'attrait de nouvelles options, et la diminution des compétences passives des élèves.

17L'augmentation depuis 1990 est due à l'application du premier plan qui a permis d'élargir l'offre d'enseignement et de recruter de nouveaux enseignants.

18Ces deux dernières années, en revanche, on note que, si les effectifs en collège continuent de progresser, en lycée ils régressent en raison des effets conjugués de la rénovation des lycées et du nouveau baccalauréat qui, de fait, limitent les possibilités et l'attrait de l'enseignement de l'occitan.

Les étapes et modalités récentes du développement

19- 1990-1993 : mise en œuvre du premier plan académique pluriannuel de développement de l'enseignement de la langue et de la culture occitane. Ce plan préparé par le Rectorat de Toulouse en liaison avec le ministère et présenté par le ministre était fondé sur une méthode, la concertation et des moyens spécifiques. Il a permis des avancées qualitatives et quantitatives significatives.

20- 1994 : début de la mise en œuvre de la convention, contresignée par le ministre, entre la Région Midi-Pyrénées et le Rectorat de Toulouse dans laquelle le second plan académique représente les engagements du Rectorat.

21À la rentrée 1994 l'application du second plan a permis l'ouverture de 4 nouveaux sites bilingues, l'amélioration de l'encadrement pédagogique et l'élargissement de l'offre dans l'enseignement secondaire.

le développement du partenariat institutionnel

22Le partenariat institutionnel a pu se développer grâce à certaines évolutions.

23- Beaucoup d'associations culturelles ont recherché, à tous les niveaux, la concertation et le dialogue avec les élus, les collectivités territoriales et les autorités académiques à qui elles ont demandé des aides mais aussi proposé des idées recevables. Moins revendicatives que jadis mais plus convaincantes, elles ont multiplié les démarches pour les amener à mieux prendre en charge directement la langue et la culture occitanes.

24- La décentralisation et le souci de se trouver ou de retrouver une personnalité, un patrimoine, des spécificités valorisantes ont aussi naturellement ramené les collectivités territoriales vers la culture occitane. La croix comtale de Toulouse devenue emblème occitaniste depuis les années cinquante est dans le logo de la Région, du Conseil général de la Haute-Garonne et de la Ville de Toulouse. Plusieurs collectivités ont recruté des chargés de mission ou des spécialistes de la culture occitane et créé des lignes budgétaires pour mieux la promouvoir.

25- Le soutien croissant d'élus de toutes tendances et de responsables institutionnels mérite également d'être signalé en même temps que la "professionnalisation" de certains "promoteurs" de la culture occitane (enseignants, chargés de mission, cadres culturels) qui, dans les institutions où ils travaillent — certains depuis peu —, facilitent la prise en charge de la matière occitane et les partenariats.

le role des institutions européennes

  • 2 CARLES, S. Diga-me, diga-li... : metòde audiovisual d'ensenhament de l'occitan pels dròlles. Valdar (...)

26La Commission des Communautés Européennes, par l'intermédiaire du Bureau Européen pour les Langues Moins Répandues, a aidé divers projets impliquant plusieurs partenaires. Elle a ainsi contribué à l'édition et à la diffusion dans les établissements scolaires de la méthode audiovisuelle d'enseignement Diga-me, diga-li2 dans le cadre d'une opération intégrée qui ne se limitait pas à une simple juxtaposition de financements mais nécessitait une bonne coordination car elle associait :

  • l'auteur, Serge Caries, Maître-formateur ;

  • un éditeur, l'association Vent Terral ;

  • l'Europe et la Région pour aider à l'édition ;

  • deux départements, le Tarn et l'Aveyron, qui allaient financer l'équipement des établissements intéressés ;

  • les Inspections Académiques et les Centres Départementaux de Documentation Pédagogique, du Tarn et de l'Aveyron qui recherchèrent les classes intéressées et précisèrent les modalités d'attribution, validant ainsi l'opération.

27L'Europe aide aussi régulièrement le Centre de Ressources Occitanes (CRO) du Centre Régional de Documentation Pédagogique et l'association D'Art et D'Oc, liée par une convention au CRO, pour la production de matériel pédagogique et l'animation culturelle. C'est ainsi qu'elle a participé financièrement au film A l'école de l'occitan, réalisé en 1992 par le CRDP aux côtés de la Région Midi-Pyrénées et du département de la Haute-Garonne.

le niveau régional

28- C'est à partir de 1990 environ que le Conseil régional, qui auparavant aidait ponctuellement tel ou tel projet à la demande des associations, a développé et structuré sa participation. Il s'est retiré du Centre des Cultures Régionales dont les animateurs n'avaient ni la connaissance ni la motivation nécessaires pour promouvoir la culture occitane, a recruté un attaché culturel et ouvert une ligne budgétaire significative réservée à la mise en valeur de la langue et de la culture occitanes. Dès lors, les relations entre la Région et les associations culturelles se sont accrues et de nouvelles actions, souvent en relation avec l'enseignement ont été aidées par la Région. La convention passée en 1994 avec le Rectorat, qui est présentée en annexe, développe et organise le partenariat et devrait permettre de passer à une nouvelle étape par un soutien institutionnel officialisé.

29- La Direction Régionale des Affaires Culturelles n'accorde pas un intérêt particulier à la langue et à la culture occitanes en tant que telles. Elle considère que la plupart des projets qui lui sont soumis dans ce domaine ne sont pas de sa compétence ou ne répondent pas à ses critères. Ses relations avec les milieux concernés qui ont été parfois difficiles, sont à présent très limitées. On peut penser cependant que dans le cadre d'un partenariat institutionnel officialisé, l'aide de la Direction Régionale des Affaires Culturelles pour des actions culturelles dans et autour des établissements scolaires, comme celles qu'elle mène dans d’autres domaines, pourrait être développée.

  • 3 Cf., par exemple : SAINT-EXUPÉRY, A. de. Lo princilhon. Traduction en occitan du Petit Prince par J (...)

30- Le Centre Régional des Lettres (CRL) possède des statuts favorables à la langue et à la culture régionale, pourtant l'aide au livre occitan n'avait pas été jusque-là très notoire. Là encore, le partenariat de la Région et du Rectorat, tous deux représentés au CRL, facilita la levée des malentendus et, récemment, quelques ouvrages utiles à l'enseignement de l'occitan ont pu être édités avec l'aide de ce centre3.

31- L'Université de Toulouse-Le Mirail propose des modules de langue et littérature occitanes intégrables dans les différents DEUG comme langue ou option, et des diplômes plus spécialisés peuvent y être préparés :

  • le DEUG Lettres et langues mention langue et culture régionales, spécialité occitan ;

  • la licence de Lettres modernes mention langue et culture régionales, spécialité occitan ;

  • le Diplôme Universitaire d'Études Occitanes (DUEO), une maîtrise, un DEA et un doctorat sur la matière occitane.

32Jusqu'en 1992, date de la création d'un poste de maître de conférences d'occitan, l’Université de Toulouse-Le Mirail ne disposait d'aucun poste correspondant à la section 73 (langue et culture régionales) du CNU. L'enseignement de l'occitan reposait sur le volontariat de quelques enseignants du Département de linguistique française et romane et, de 1990 à 1993, sur l'aide du Rectorat qui a mis, dans le cadre du premier plan, un enseignant du secondaire à la disposition de l'enseignement supérieur. Les enseignants concernés de l'Université participent avec l'IUFM (cf. infra) à la préparation au CAPES d'occitan et à la formation continue organisée par le Rectorat.

  • 4 Dit lors de la réunion annuelle de la Commission Académiques d'Etudes Occitanes, le 7/6/1995 au CRD (...)

33À propos du rôle capital de l'Université, on peut reprendre la remarque du recteur Ph. Joutard qui estime qu'"il ne peut y avoir de développement de l'enseignement de la langue et de la culture occitanes sans engagement collectif des universitaires"4.

34- L'Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) :

35Dès sa création, il a mis en place, en partenariat étroit avec le Rectorat et les universitaires intéressés, des enseignements de langue et culture occitanes. Aujourd'hui, il assure la préparation au CAPES d'occitan-langue d'oc, à l'épreuve orale obligatoire (nouvelle possibilité depuis la rentrée 1994) et à l'épreuve facultative du concours de professeur des écoles. Une information sensibilisation est donnée à tous les PE2, qui ont aussi la possibilité de suivre une option spécifique et de préparer un mémoire sur l'enseignement de l'occitan. L'IUFM de Toulouse s'est assuré les services d'un professeur d'occitan du secondaire et fait aussi intervenir des universitaires et des membres de l'Equipe Académique d'Animation Pédagogique.

36- Le Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP)

37Depuis 1990, il a créé, dans le cadre de la mise en œuvre du premier plan, un Centre de Ressources Occitanes chargé de la documentation, de la production pédagogique et de l'action culturelle. Le Rectorat, afin de permettre le fonctionnement de ce centre, a mis à la disposition du CRDP une enseignante d'occitan à mi-temps ayant pour fonction de rechercher des financements, d'organiser la production et de mettre en œuvre des projets d'animation en direction des scolaires et du grand public (tournées théâtrales, conférences,...). En mars 1995, par exemple, il a organisé une semaine occitane dans le cadre de la Foire Internationale de Toulouse sur le thème "Du maïs au milhas, de l'Amérique latine à l'Occitanie". Cette opération a impliqué plusieurs partenaires et plusieurs milliers d'élèves autour d'un concours d'écriture, d'une pièce de théâtre "Gran de Milh", et de diverses animations sous le chapiteau occitan de la foire. Depuis la rentrée 1993, le CRDP assure aussi l'hébergement et la logistique du maître-formateur qui a été chargé par le Rectorat de la production de matériel pédagogique pour l'enseignement bilingue. Cet organisme est ainsi devenu en quelques années un partenaire institutionnel important.

le niveau départemental

38L'importance du partenariat et sa nature sont très variables d'un département à l'autre. Il n'est pas question d'établir ici un palmarès mais de donner des exemples des différentes formes que peut prendre ce partenariat qui s'est fortement développé ces dernières années. Le partenariat des conseils généraux porte essentiellement sur l'aide à l'édition, à la création et à la diffusion culturelle en direction des scolaires.

39En Aveyron il y a une tradition de soutien de la culture occitane, notamment de son enseignement, par des prises de position et des démarches auprès du Ministère, des aides financières (on l'a déjà vu pour l'édition et la diffusion de la méthode audiovisuelle Diga-me, Diga-Li). La culture occitane est prise en compte par l'École de Musique et le service des archives, mais c'est surtout la Mission Départementale de la Culture, créée en 1990, qui met en œuvre des moyens importants pour la culture occitane (plus de deux millions de francs). Elle dispose, facteur primordial, de plusieurs personnes spécialisées en langue et culture occitanes. Deux services de la Mission, ainsi, se préoccupent tout particulièrement de la culture occitane chacun avec des objectifs et des moyens particuliers :

  • le Service Identité Régionale et Patrimoine ;

  • "Al canton" pour l'enquête participative et l'animation.

40"Al canton", qui a pour objectif de faire découvrir ou redécouvrir aux communautés qui l'ont produit leur patrimoine dans son contexte linguistique occitan, est une opération de collectage et d'animation menée avec la participation de la population et des écoles. Elle contribue à cette "ouverture sur soi-même" dont parle le Recteur Joutard à propos de l’utilité de la prise en compte de la culture occitane par l’enseignement. Dans "Al canton", l'occitan n'est pas qu'objet de recherche, il est aussi, avec le français, langue de travail, d'échange, de diffusion et d'animation. Chaque opération comporte des veillées très suivies et débouche sur l'édition d'un livre et d'une cassette que la majorité des familles achète car elles s'y retrouvent.. L'équivalent de trois postes et demi est consacré à "Al canton" qui s'autofinance dans des proportions rarement atteintes dans le domaine culturel. Chaque année, quatre ouvrages accompagnés de cassettes sont ainsi édités. Les responsables d'"Al canton" et l'Inspection Académique ont entamé une réflexion pour mieux exploiter et poursuivre pédagogiquement ce travail.

41Le Service Identité Régionale assure l'animation des musées du Rouergue en y intégrant la dimension linguistique occitane, organise des veillées et des tournées où les spectacles créés en pays d'oc occupent une bonne place et, surtout, produit des animations et des spectacles en occitan destinés essentiellement au public scolaire qui sont d'une grande utilité pédagogique et culturelle. Ils complètent à certains égards le travail d'"Al canton" en mettant en avant un autre aspect de la culture occitane autour de la création actuelle, du spectacle vivant, des formes d'expression moderne et de l'ouverture sur les autres régions d'oc. Ces animations, dont la formule a évolué par souci d'efficacité pédagogique, sont menées en étroite liaison avec les instituteurs animateurs et les enseignants dans leur classe qui y préparent les élèves avant le spectacle et l'exploitent ensuite. Elles sont entièrement en occitan, tournent essentiellement autour du conte théâtralisé, accompagné d'un livret, voire d'une cassette audiovisuelle, par exemple, La Montanha Negra éditée par la Mission Départementale de la Culture en 1987, L’Enfant Polit éditée par le CRDP de Toulouse en 1994, Joan de l’ors éditée par Loubatières en 1995. Elles sont proposées à toutes les écoles à des prix très raisonnables car une partie du coût est pris en charge par la Mission Départementale.

42Après avoir tourné en Aveyron, où 3 000 élèves environ en bénéficient, ces animations théâtrales sont utilisées dans d'autres départements à l'initiative de membres de l'Equipe Académique d'Animation Pédagogique et souvent grâce au concours financier de l'association D’Arts et D'Oc (cf. supra) ou directement d’une collectivité territoriale.

  • 5 Équipe d'Animation Pédagogique de l'Académie de Toulouse. Mem'oc : abrégé de culture occitane langu (...)

43En Haute-Garonne, l'action du département s'est développée et structurée, à l'initiative de quelques élus, notamment le président du Conseil général et le conseiller général L. Jospin, et en liaison avec les associations. Depuis 1993, le Conseil général s'est attaché les services d’un chargé de mission à mi-temps. Le Conseil général apporte tous les ans un important soutien financier au Centre de Ressources Occitanes du CRDP. Parmi les actions menées en faveur de l'enseignement, on peut citer l'achat d'un lot de Mem'oc abrégé de culture occitane5 dont un exemplaire a été donné à tous les élèves de classe terminale qui suivaient des cours d'occitan ainsi qu'à tous les professeurs de cette langue du département et une collaboration très active à la semaine occitane organisée par D'Arts et D'Oc dans le cadre de la Foire Internationale de Toulouse de 1995.

44Dans les Hautes-Pyrénées, la prise en charge de la culture occitane par le Conseil général s'est officialisée par le recrutement, en 1992, d'un chargé de mission qui travaille en liaison avec les enseignants du département. Le Conseil général fait connaître régulièrement aux autorités compétentes son souhait de voir se développer l'enseignement de l'occitan et aide à l'édition d'ouvrages destinés aux élèves (contes, répertoires de chants et jeux traditionnels...) et de feuillets d'information.

45Dans les autres départements de l'Académie de Toulouse aussi, mais d'une façon moins formalisée et à des degrés moindres, les conseils généraux contribuent, directement ou indirectement par des aides aux associations, à l'enseignement ou à l'action culturelle, notamment dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne.

le niveau communal

46Le soutien des municipalités se manifeste surtout lorsqu'il y a un projet particulier, dans lesquels les parents d'élèves sont particulièrement impliqués. C'est le cas notamment pour les six écoles associatives calandretas (cf. infra) et pour les huit sections bilingues de l'enseignement public. Il prend souvent la forme, d'abord, pour les sections bilingues, de démarches auprès des autorités académiques dans le but de souligner l'intérêt qu'attache la mairie au projet en question et d'annoncer certains engagements de nature à faciliter le montage du dossier. Ce soutien, variable d'un lieu à l’autre, est parfois l'occasion de débats (à Castres par exemple, en 1994 pour la calandreta). Généralement, il se concrétise par des aides financières et, si nécessaire, des aménagements de locaux, mais des oppositions ont pu se manifester.

les calandretas et le partenariat

47Pour les calandretas, le soutien de divers partenaires a été indispensable à leur survie et à leur développement. Elles ont fait preuve, dans ce domaine comme dans d'autres, d'une grande détermination et d'une grande persévérance. Après de longues démarches et parfois de vives oppositions, elles ont réussi à faire reconnaître ou pour le moins admettre leur spécificité, leur place, voire leur rôle, limité certes mais innovant aussi à certains égards.

48Certaines mairies ont tendance progressivement à les traiter comme d'autres écoles. Le Conseil général de la Haute-Garonne a fait un effort important en leur faveur ces dernières années et la Région a signé avec la Fédération des calandretas de Midi-Pyrénées une convention qui leur accorde une aide significative. Avec le ministère de l'Éducation nationale et, suite à de très longues négociations, plusieurs "accords" ont été réalisés. La convention de 1990 et l'accord-cadre de 1993 ont placé sous statut de maître contractuel une partie des enseignantes et institué une commissions de concertation et de suivi. Le 18 décembre 1994, par un protocole d'accord, l'État et la Confédération des calandretas convenaient d'adopter de nouvelles mesures destinées à aboutir, par étapes, à un contrat d'association, les calandretas devenant à terme des écoles privées laïques.

le partenariat avec le ministere de l'éducation nationale

49On peut être surpris de voir le ministère de l'Éducation nationale figurer parmi les "partenaires". Si le Rectorat de Toulouse, mais aussi des associations, des collectivités territoriales et des élus ont recherché la collaboration et l'aide du ministère, c'est parce qu'elle est indispensable dans le contexte français, non seulement pour des raisons administratives et de moyens mais aussi pour des raisons de principe et d'efficacité. La langue et la culture régionales font partie du patrimoine national français. Elles ne sont pas qu'un enjeu régional avec toutes les connotations que véhicule ce terme qui en relativise l'importance. Les rectorats des autres régions linguistiques (Bretagne, Corse, Alsace, Aquitaine pour le basque) travaillent aussi depuis longtemps sur ce dossier avec les ministères concernés de l'Éducation nationale et de la Culture.

50Le Rectorat de Toulouse, pour sa part, a régulièrement informé le ministère en lui faisant part des besoins et lui a proposé de s'associer à la conception et à la réalisation des deux plans académiques de développement. C'est ce "partenariat", le plus important de tous à l'évidence, qui a permis d'obtenir le parrainage de deux ministres et quelques moyens spécifiques indispensables à la mise en œuvre de la politique académique. Il a aussi contribué à renforcer, dans un climat serein, la légitimité même de cet enseignement.

la place et le role du rectorat

51Les partenaires qui, sous des formes et à des degrés très divers, soutiennent l'enseignement de l'occitan ne forment pas un réseau organisé et hiérarchisé. Chacun a son autonomie et les initiatives divergentes ne sont pas rares. Cependant, par ses responsabilités dans le système éducatif et par la politique académique définie en concertation avec les principaux partenaires, le Rectorat joue depuis longtemps un rôle essentiel.

52La concertation est en fait une tradition dans l'Académie de Toulouse. C'est ainsi que, dès sa création en 1969, le Centre Régional d'Études Occitanes (CREO), qui rassemblait la majorité des enseignants d'occitan de la maternelle à l'Université, devint l'interlocuteur du Rectorat. Il fut un temps, avant la création d'un poste de conseiller académique, associé à l'organisation des examens et assura l'animation des premiers stages académiques. Il participa à la création et à l'animation de la Commission Académique d'Études Régionales (CAER) prévue par la circulaire no 66-361 du 24 octobre 1966. Le CREO est reçu, pour le moins une fois par an au Rectorat et plusieurs de ses membres font partie de la Commission Académique d'Études Occitanes (CAEOC) qui a pris en 1990 le relais de la CAER.

53En 1977, le Rectorat de Toulouse créa un poste de conseiller académique ; depuis lors, trois personnes l'ont occupé. Cette fonction a permis une structuration administrative et pédagogique de l'enseignement de l'occitan dont la place et le statut dans l'institution ont été ainsi reconnus. Le conseiller académique, recruté parmi les enseignants d'occitan, est depuis 1993 chargé d'une mission d'inspection pédagogique régionale.

54On aura pu remarquer plus haut, dans la description du rôle des différents partenaires, que le Rectorat a participé directement ou indirectement à plusieurs des opérations ou dispositifs présentés. Le second plan, conformément aux directives ministérielles, a été préparé en liaison avec les principaux partenaires et a débouché sur la convention entre le Rectorat et la Région contresignée par le ministre le 4 juillet 1994 (cf. annexe).

55Depuis 1990, la CAEOC, structure de concertation et de suivi des plans, se réunit une à deux fois par an, sous la présidence du Recteur ou du directeur de cabinet. Elle facilite les relations entre les différents partenaires. En effet, outre des enseignants et des responsables des différents niveaux d'enseignement, elle rassemble aussi, à présent, les directeurs du CRDP et de l'IUFM, des représentants de la Région, de la DRAC, du CREO, des calandretas, des principaux syndicats d'enseignants et les chargés de mission ou attachés culturels pour la culture occitane des départements. Le Rectorat contribue ainsi à mettre en réseau les partenaires qui soutiennent l'enseignement de l'occitan.

conclusion

56En conclusion il paraît utile de faire trois remarques inspirées par l'exemple de l'Académie de Toulouse mais qui valent pour le reste du pays d'oc dans le domaine du soutien à l'enseignement de l'occitan par le partenariat institutionnel.

57- Le partenariat dans ce domaine dépend, plus que dans d'autres et à tous les niveaux, du coefficient personnel des élus de toute tendance et des responsables de toutes les institutions susceptibles de s'y impliquer, y compris au sein de l'Éducation nationale. Telle "institution" pourra aider à tel endroit et s'opposer ailleurs en raison de l'"opinion" ou des "sentiments" personnels du responsable local.

58- L'enseignement de l'occitan, même lorsqu'il est soutenu par différents partenaires, reste fragile. On le voit dans les lycées où la rénovation et le nouveau baccalauréat limitent son intérêt, on le perçoit aussi dans le primaire où le développement de l'enseignement des langues vivantes étrangères et régionales voulu par le ministre paraît se limiter, dans la phase préparatoire actuelle, à celui des langues étrangères.

59- Le premier "partenaire", le plus important, reste le ministère de l'Education nationale qui, par son contrôle du cadre règlementaire et des moyens est le seul à même, actuellement, de donner à l'enseignement de l'occitan la place, les postes, l'utilité scolaire et sociale qui sont indispensables à son développement. Sans nouvel engagement de l'Etat et des différents niveaux administratifs de l'Éducation nationale en faveur de cet enseignement, le rôle des partenaires ne peut être que très limité, à moins qu'ils ne soient en mesure de demander et d'obtenir de l'État ce nouvel élan dont l'occitan a absolument besoin dans ce domaine.

Annexes

ANNEXE

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE LA LANGUE ET DE LA CULTURE RÉGIONALES

ENTRE
La Région Midi-Pyrénées représentée par son Président,
Monsieur Marc CENSI,

ET
Le Rectorat de l'Académie de Toulouse représenté par
Monsieur Philippe JOUTARD,

Considérant
. que la langue et la Culture occitanes :
- sont un élément important du patrimoine national et un facteur essentiel de la personnalité régionale,
- présentent un intérêt éducatif, économique, social et culturel dans la mesure où elles permettent :
* de mieux comprendre et apprécier l'environnement,
* de développer la curiosité, la créativité et les aptitudes linguistiques,
* de resserrer les liens entre les générations et de renforcer la cohésion régionale,
* de faciliter les échanges entre les régions et entre les pays de langue romane,

. que la Région et le Rectorat ont, à des titres divers mais complémentaires, parmi leurs objectifs, une meilleure valorisation et transmission de cette langue et de cette culture.
Le Président du Conseil Régional de Midi-Pyrénées et le Recteur de l'Académie de Toulouse affirment, par la présente convention, leur volonté de développer et coordonner les actions de la Région et du Rectorat pour promouvoir la langue et la culture occitanes, notamment par l'enseignement.

Ce développement coordonné se fera dans le domaine des compétences respectives de la Région et du Rectorat.

Article 1 - La Région s'engage à :

* mettre en œuvre ou aider des programmes ayant pour objectifs :

-la valorisation de l'image de la langue et de la culture occitanes,

- la production de documents pédagogiques,

- l'équipement des établissements scolaires en matériel nécessaire à cet enseignement,

- le développement de la création artistique et de l'animation culturelle en direction des élèves et des étudiants,

- la promotion du bilinguisme français-occitan dans l'enseignement, l’édition et la vie publique,

- la création d'émissions de télévision en langue occitane pour la jeunesse, dans le cadre de la convention liant la Société Nationale de Programme FR3 et la Région Midi-Pyrénées,

- la sensibilisation à la langue et à la culture occitanes des personnes suivant une formation professionnelle ou continue d'initiative régionale,

- la prise en compte de la langue et de la culture occitanes dans le projet de "Maison de la Communication".

* créer un Comité Régional de la langue et de la culture occitane qui soit à la fois une structure de concertation, un organe de conseil et un comité consultatif d'experts.

* créer un Centre Régional de Recherche et de Formation pour la culture occitane chareé progressivement de :

- fournir des services linguistiques,

- proposer des interventions et réaliser des produits de formation et d'animation,

- accueillir, dans des sites existants, des classes, des stages, des séminaires...

- jouer un rôle de conseil auprès des organismes de tourisme,

- définir et organiser de nouvelles formations adaptées aux spécificités régionales dans le cadre de la formation professionnelle et en liaison avec les autres ordres d'enseignement notamment l'enseignement agricole.

Article 2 - le Rectorat de l'Académie de Toulouse s'engage à mettre en œuvre les mesures et les moyens prévus par le second plan académique de développement de l'enseignement de la langue et de la culture occitanes.

Le plan, qui doit assurer un développement progressif et cohérent de l'enseignement de la langue et de la culture occitane, vise plus particulièrement les objectifs suivants :

- l'augmentation de l'offre d'enseignement,

- l'amélioration du suivi de cet enseignement sur l'ensemble du cursus scolaire,

- la réponse à la demande d'enseignement bilingue lorsqu’elle est clairement formulée par les familles,

- le développement de la formation initiale et continue des enseignants en liaison avec l'Université et l'Institut Universitaire de formation des maîtres,

- l'organisation de la coopération entre le système éducatif, la Direction Régionale des Affaires Culturelles, la Région et les autres collectivités territoriales.

Article 3 - Un représentant de la Région participera, sous l'autorité du Président de la Région, aux travaux de la Commission Académique d’Etudes Occitanes, structure de concertation associée à la conception, à la gestion et au suivi du plan académique de développement de l'enseignement de la langue et de la culture occitanes.

Article 4 - Un représentant du Rectorat, le Conseiller Académique d'Occitan chargé d'une mission d'inspection pédagogique régionale, participera, sous l'autorité de Monsieur le Recteur, aux travaux du Comité Régional de la langue et de la culture occitane.

Article 5 - Les programmes visant les objectifs énoncés à l'article no 1 seront définis conjointement par la Région et le Rectorat.

Article 6 - Les projets associatifs visant des objectifs d'intérêt pédagogique seront retenus, dans le cadre de cette convention, une fois obtenu l'agrément des deux parties.

Article 7 - Le financement des programmes définis et des projets associatifs retenus aux articles 5 et 6 sera assuré par la Région avec l'accord des services et des commissions auxquels ils seront présentés.

Article 8 - Des financements pourront également être recherchés par les deux parties auprès d'autres collectivités, partenaires et organismes de niveau local, départemental, national ou européen.

Article 9 - La présente convention est signée pour la période 1994 - 1998. La Région et le Rectorat conviennent d'en dresser le bilan une fois par an.

Fait à Toulouse, 4 juillet 1994

Marc CENSI
Président du Conseil Régional

Le Recteur
de l’Académie de Toulouse

Notes

1 Lettre adressée le 24 novembre 1992 aux recteurs en vue de promouvoir l'instauration d'un authentique bilinguisme à l'école.

2 CARLES, S. Diga-me, diga-li... : metòde audiovisual d'ensenhament de l'occitan pels dròlles. Valdariás : Vent Terrai, 1986, 190 p.

3 Cf., par exemple : SAINT-EXUPÉRY, A. de. Lo princilhon. Traduction en occitan du Petit Prince par J. Blanc. Valdariás : Vent Terrai, 1994, 95 p. ; ou D'ESTALENX, J.F. Dictionnaire français-gascon. 2 tomes. Toulouse : Editions Universitaires du Sud, 1994, 1181 p.

4 Dit lors de la réunion annuelle de la Commission Académiques d'Etudes Occitanes, le 7/6/1995 au CRDP de l'Académie de Toulouse.

5 Équipe d'Animation Pédagogique de l'Académie de Toulouse. Mem'oc : abrégé de culture occitane languedocien-français. Toulouse : CRDP, 1993, 123 p.

Auteur

Chargé de mission d'inspection pédagogique régionale (Rectorat de l'Académie de Toulouse)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540