Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

L'acquisition

Configuration et perspectives de l'enseignement du basque et de l'occitan dans l'Académie de Bordeaux

Jean-Marie Sarpoulet

Testo integrale

1L'Académie de Bordeaux est située au sud-ouest de l'État français. Elle couvre le territoire de la Région Aquitaine, c'est-à-dire les cinq départements de la Dordogne, de la Gironde, des Landes, du Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques. Elle touche à l'est l'Académie de Toulouse, au nord l'Académie de Limoges, au sud l'État espagnol et, donc, l'Aragon, la Navarre et l'Euskadi.

A. géographie de l'enseignement des langues régionales

2Du point de vue de l'enseignement, cet espace administratif présente une situation particulière liée à l'existence de deux langues régionales sur son territoire. Ces deux langues régionales, le basque et l'occitan, sont d'importances bien différentes.

  • 1 Les ouvrages ne manquent pas qui étudient la question de l'aménagement linguistique des espaces pé (...)
  • 2 Recueil des Lois et Règlements (RLR), No 525-6.

3Après avoir vécu une longue histoire d'interdictions diverses et pâti des diverses stratégies éducatives mises en place au cours du temps dans le but de scolariser uniquement les élèves dans la langue de l'État1, ces deux langues sont actuellement présentes comme matières d'enseignement et parfois comme langues enseignantes. On les trouve dans les trois degrés de l'enseignement, public, privé et privé confessionnel, avec une densité diverse selon les lieux et les degrés. Au cours de l'année scolaire 1994-1995, leur enseignement était encore régi, pour les éléments spécifiques, par la loi no 51-46 du 11 janvier 1951, dite "Deixonne", et la circulaire 82-261 du 21 juin 1982, dite "Savary", précisée par la circulaire 83-547 du 30 décembre 19832.

4La langue basque est présente sur les deux tiers d'un département, les Pyrénées-Atlantiques, cependant, son enseignement bénéficie d’une forte implantation dans le secteur associatif tout autant que dans l'enseignement privé et l’enseignement public bilingue. De plus, des intérêts économiques (débouchés sur le Guipuzcoa) et politiques (statuts de régions autonomes de la Navarre et de l'Euskadi en Espagne) alliés à une tradition universitaire ininterrompue et à une pratique sociolinguistique notoire ont solidifié ses positions.

  • 3 Le Félibrige est une association de défense de la langue d'oc. Fondée, selon le récit de Mistral, (...)

5À coté de cela, l'occitan est parlé dans les cinq départements de l'Académie, mais sous trois formes dialectales différentes (gascon, nord-occitan et languedocien). Sa pratique véhiculaire, bien réelle, est majoritairement le fait d'une population le plus souvent âgée, marquée par le "complexe de la honte". Malgré l'implantation en Gascogne linguistique, au début du siècle, du Félibrige provençal3, les locuteurs naturels de l'occitan ne sont parfois pas convaincus de la valeur de leur langue. Le mouvement associatif est réduit, il ne se rencontre avec une bonne densité qu'en Béarn et en Dordogne où le Félibrige est encore vivace. La Gironde semble présenter un embryon d'organisation, les Landes et le Lot-et-Garonne (malgré l'École Occitane d'Eté qui s'y déroule à Piquepoul) en sont presque totalement dépourvus. La tradition universitaire de l'enseignement de l'occitan à l'Université de Bordeaux a connu un coup d'arrêt formel en 1984 avec la disparition de la chaire de "Langues et Littératures du Sud-Ouest" créée à la fin du siècle dernier par Édouard Bourciez.

B. le cadre légal

6La loi "Deixonne" du 11 janvier 1951 permet l'enseignement des "langues et dialectes locaux. Elle autorise notamment le recours à ces derniers dans le premier degré, chaque fois que cela peut être utile. Une heure d'enseignement hebdomadaire de lecture, d'écriture ou d'étude de morceaux choisis peut être effectuée et des cours facultatifs sont organisés, dans toute la mesure du possible, dans les Ecoles Normales. Une épreuve facultative est inscrite au programme du baccalauréat. Cette loi est toujours en vigueur. Elle fut complétée et adaptée à plusieurs reprises par d'autres textes. Actuellement, c'est la circulaire "Savary" qui définit le cadre institutionnel de l'enseignement des langues régionales.

7Ce dernier texte est très structuré. En proposant une normalité pour les langues régionales, il crée un suivi cohérent de la maternelle au doctorat en passant par le baccalauréat du second degré. Il prévoit notamment les modalités de l'enseignement des langues régionales dans les trois degrés, la formation (initiale et continue) des enseignants, définition des programmes, la constitution d'un corps d'inspecteurs spécifique, la mise en place de commissions académiques, l'intégration de l'enseignement des cultures régionales dans d'autres matières et le rôle de la recherche pédagogique.

8Dès le début, dans ses orientations générales, la circulaire "Savary" donne trois principes pour guider l'établissement du programme d'action en faveur des langues régionales :

  1. l'État s'engage en ce qui concerne l'enseignement des langues et cultures régionales ;
  2. l'enseignement des langues et cultures régionales bénéficie d'un véritable statut dans l'Education nationale ;
  3. cet enseignement est fondé sur le volontariat des élèves et des enseignants dans le respect de la cohérence du service public.
  • 4 La circulaire Savary prévoyait que cet enseignement pourrait se mettre en place dans les trois ans (...)

9Dans le premier degré, l'horaire d'enseignement est de une à trois heures par semaine4.

10En outre, le texte mentionne la constitution de groupes de travail académiques ou départementaux pour définir des contenus d'enseignement, ainsi que la mise en place d'une politique d'animation pédagogique avec l'augmentation du nombre de conseillers pédagogiques.

11En collège, l'horaire peut être d'une heure facultative de la sixième à la troisième ou bien de trois heures d'option en classes de quatrième et de troisième.

12Un minimum de quinze inscrits est requis pour l'ouverture de l'enseignement facultatif en collège.

  • 5 Le programme de l'enseignement des langues régionales en lycée définissant les compétences termina (...)

13En lycées, l'enseignement peut rentrer dans le cadre de la Langue Vivante 2, de la Langue Vivante 3 ou de l'option facultatives5. De plus, "l'accès aux cultures régionales [...] doit l'être également dans le cadre d'autres disciplines". "Une dimension 'cultures régionales' devra être introduite dans les programmes d’enseignement de lettres, histoire-géographie, enseignement artistique".

  • 6 Les textes régissant les épreuves du baccalauréat du second degré (et donc des langues régionales) (...)

14Cet enseignement donne lieu à une sanction à l'examen du baccalauréat du second degré6.

15Pour pallier le manque d'enseignants formés par l'Institution, la circulaire Savary prévoit de valider des acquis extérieurs soit universitaires soit en Pédagogique (cf. infra).

16De plus, des stages de langues régionales sont proposés aux enseignants et des groupes de travail sont mis en place par les recteurs "pour définir les contenus et les programmes aux différents niveaux".

17Un corps d’inspecteurs est prévu par le texte : "des groupes d'inspecteurs (inspecteurs généraux ou inspecteurs pédagogiques régionaux) seront constitués pour chaque langue, et une mission générale de coordination confiée à un inspecteur général de l'Éducation nationale".

18Cette circulaire est appliquée dans sa plus grande partie. La récente circulaire "Darcos" no 95-086 du 7 avril 1995, que nous ne faisons qu'évoquer ici, la confirme en étendant aux collèges le principe de l'enseignement bilingue prévu par la circulaire Savary dans les écoles élémentaires et en rappelant les possibilités de partenariat, entre autres avec les collectivités territoriales aux termes des lois de décentralisation de 1982-83, et, par conséquent, d'aide pour développer l'enseignement des langues régionales.

C. le premier degré

19Dans le premier degré, les situations d'enseignement du basque et de l'occitan sont bien différentes.

1. Le service public

Le basque7

  • 7 Pour ce qui touche l'enseignement du basque dans le premier degré, on se référera à : JAUREGUIBERR (...)

20Pour le basque, deux types d'enseignements existent en parallèle, l'enseignement de sensibilisation ou d'initiation fondé, entre autre, sur l'itinérance et un autre bilingue.

21Onze instituteurs itinérants assurent trois heures par semaine d'enseignement dans les classes qu'ils visitent.

22L'enseignement bilingue existe dans quatre-vingt-quinze sections reparties dans trente-quatre écoles. Il touche à peu près mille cinq cents élèves. Il est assuré par une cinquantaine d'enseignants qui bénéficient de l'aide d'une conseillère pédagogique.

23La première section bilingue s'ouvrit en 1983 à Sare. Depuis, sous l'impulsion de plusieurs dynamiques Inspecteurs de l'Éducation nationale, cet enseignement se développa à St-Jean-de-Luz, St-Jean-Pied-de-port, Urrugne, etc.

24L'Inspecteur de l'Éducation nationale de la circonscription de Bayonne supervise actuellement cet enseignement ainsi que celui de l'occitan en Béarn.

25L'enseignement bilingue place à parité l'enseignement en français et l'enseignement en basque (douze heures chacun). Le basque est utilisé pour enseigner les mathématiques (six heures), la géographie (une heure), les sciences (deux heures), l'Éducation physique et sportive (une heure), la langue basque (une heure) et les arts plastiques (une heure).

L'occitan

26Ces deux types d'enseignement se retrouvent aussi en occitan. Le bilinguisme y est pourtant encore embryonnaire puisque seules des classes existent mais aucune section n'a pu se mettre en place. Les situations sont très dissemblables d'un département à l'autre.

27L'enseignement de l'occitan est présent dans le premier degré dans tous les départements de l'Académie. Des enseignants sont missionnés pour le dispenser, l'animer et le coordonner.

28Un certain décalage marque en revanche le traitement de l'occitan selon les départements : de moins d'un poste réservé à cet enseignement dans un département à huit postes dans un autre département.

29Les formations continues présentent également dans les départements d'importantes différences.

30Enfin, les frais de déplacement des enseignants amenés à se déplacer dans le cadre de leur fonction sont pris en charge de manière différente selon les départements.

31Le décalage de ces pratiques ne semble pas seulement avoir sa source dans une pratique linguistique plus ou moins importante. Vraisemblablement, les raisons de ce développement d'apparence désorganisée sont davantage à chercher dans la manière ponctuelle dont le service public a pu répondre à des demandes plus ou moins marquées des parents ou des associations.

Dordogne

32Deux postes d'enseignants existent : un poste d'instituteur itinérant et un poste d'institutrice dans une classe bilingue à l'Ecole des "Chênes verts".

33L'instituteur itinérant visite soixante-et-onze classes et mille cinq cent cinquante-huit élèves bénéficient d'une sensibilisation à la langue et à la culture occitanes.

34La classe des " Chênes verts " de Sarlat fonctionne en atelier depuis cinq ans et touche une soixantaine d'enfants répartis en trois niveaux, cinq sous-groupes et quatre classes à raison d'une heure trente chaque jour.

35Ces deux postes sont localisés dans le sud du département. La zone limousine du nord du département ne bénéficie donc pas, à l'heure actuelle, de poste spécifique pour animer l'enseignement de l'occitan.

36Chaque année, une formation de deux semaines de stage d'occitan est proposée aux instituteurs de la Dordogne.

Gironde

37Un poste existe. Un instituteur fait fonction de conseiller pédagogique pour l'occitan. Recruté à mi-temps pour cela sur un emploi d'animation culturelle en 1986, cette personne fut détachée à temps complet à partir de 1990.

38De 1987 à 1992, le nombre des élèves bénéficiant d'une sensibilisation à la langue et à la culture occitane a été multiplié par sept, passant d'un millier à sept mille quatre cent quatorze. Durant la même période, le nombre des enseignants animant ce type d'activité dans leur classe augmenta selon le même taux, il passa d'une cinquantaine à trois cent trente et un.

39Cet instituteur devant prendre sa retraite à la rentrée prochaine, son emploi sera remplacé par deux demi-décharges qui permettront de mieux couvrir l'espace de la Gironde.

40Le premier stage d'occitan du département, dans le premier degré, a réuni dix-huit stagiaires au mois de janvier 1994 à l'antenne de la Gironde de l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) d'Aquitaine.

Landes

41Un quart de poste existe pour l'enseignement de l'occitan dans le département des Landes. Il est occupé par un instituteur, titulaire du CAFIMF "Langue et culture régionales". L'Inspecteur d'Académie des Landes a annoncé que cette décharge serait portée à un demi-poste à la rentrée réparti dans vingt-deux écoles qui bénéficient d'une sensibilisation à l'occitan.

42Une formation de deux jours a été mise en place cette année au Plan Départemental de Formation Continue.

Lot-et-Garonne

43Cinq postes existent : un poste de Conseiller pédagogique, conseiller de M. l'Inspecteur d'Académie, occupé par un professeur certifié et quatre postes d'enseignants dans des classes de l'enseignement pré-élémentaire ou du cycle d'apprentissage (il s'agit des écoles de Roquefort, de Beauville et de deux écoles d'Agen, "Jules Ferry" et "Elysée Reclus").

44Ces classes pratiquent un enseignement bilingue. Les quatre institutrices se regroupent une fois par mois au Centre Départemental de Documentation Pédadogique pour préparer du matériel pédagogique.

45Une soixantaine d'écoles pratiquent une sensibilisation à l'occitan et une vingtaine initient les élèves à cette langue et à cette culture.

46Le poste qu'occupe le conseiller pédagogique d'occitan est détaché du secondaire. Sa compétence est étendue de l'enseignement pré-élementaire à l'enseignement secondaire.

47Un stage de formation existe dans le Plan Départemental de Formation Continue. En 1995, il s'est déroulé au mois d'avril, à Piquepoul.

48Un plan départemental de développement de l'enseignement de l'occitan a été mis en place à la rentrée 1994.

Pyrénées-Atlantiques

49Huit postes existent pour l'enseignement de l'occitan : six instituteurs itinérants et deux institutrices des classes bilingues des écoles de Lasseube et de Bedous. Faute de candidat, le poste d'instituteur itinérant de la vallée d'Ossau n'a pu être pourvu en 1994-95.

50Près de deux mille enfants sont concernés par le travail des instituteurs itinérants d'occitan et suivent leur enseignement. Les frais de déplacements sont incomplètement remboursés.

51Le bilinguisme à Lasseube et à Bedous s'arrête aux classes de l'enseignement préélémentaire. Les enfants de l'enseignement élémentaire bénéficient au plus de trois heures hebdomadaires d'enseignement d'occitan. Aucun enseignement de langue régionale n'existe dans les collèges de ces deux localités.

2. L'enseignement privé

Le basque

  • 8 Ibidem.

52L'enseignement du basque existe à la fois dans les écoles privées confessionnelles et les écoles privées bilingues ou ikastola8. Pour ces dernières, vingt-deux sections, réparties dans seize écoles existaient en 1993-1994.

53L'occitan est peu présent dans l'enseignement privé confessionnel du premier degré. Il n'y est enseigné que dans les Pyrénées-Atlantiques.

  • 9 La Calandreta, en occitan, est à la fois l'alouette et le jeune apprenti.

54Les écoles privées bilingues occitanes s'appellent calandretas9. Elles sont présentes dans l'Académie à Pau, Lescar, Oloron et La-Teste-de-Buch.

D. le second degré

55Cent quatorze établissements de l'Académie proposent un enseignement de ou dans la langue régionale, cent seize enseignants dispensent cette matière (cf. tableau 1).

56Trente-trois établissements scolaires du second degré dispensent un enseignement de basque et quatre-vingt-un un enseignement d'occitan avec respectivement quarante-cinq et soixante-et-onze enseignants (cf. tableaux 2 et 3).

57La proportion des établissements proposant un enseignement de langue régionale par rapport au nombre total des établissements de l'Academie est de 25,2 %, mais la réalité est fort dissemblable selon les niveaux ou les départements. On étudie davantage les langues régionales dans le public (29,9 %) que dans le privé (16,7 %) et dans les lycées, publics (63 %) ou privés (24,3 %) que dans les collèges, publics (21 %) ou privés (8,8 %). Les départements sont fort différemment traités : ainsi, 87 % des lycées publics des Pyrénées-Atlantiques proposent un enseignement de langue régionale et seulement 7,2 % des collèges de la Gironde. Les langues régionales sont absentes des collèges privés de la Dordogne, de la Gironde et du Lot-et-Garonne, comme des lycées privés de la Dordogne et des Landes (cf. tableau 6).

1. Le premier cycle

58Le basque est présent dans quinze collèges publics et sept collèges privés comme matière enseignée ou comme langue enseignante. Trois collèges publics et trois collèges privés proposent des sections de langue régionale ou des sections bilingues.

59A la fois langue enseignante ou matière enseignée, le basque est présent dans six lycées publics et cinq lycées privés. Le lycée de Saint-Jean-de-Luz propose une section d'étude régionale.

60L'occitan est présent dans trente-sept lycées publics et dans sept lycées privés, uniquement au titre de matière enseignée.

Le baccalauréat

  • 10 Depuis la note de service no 88-115 du 27 avril 1988, les dispositions des notes de services relat (...)
  • 11 Bulletin Officiel de l'Education Nationale, no 28 du 14 juillet 1994, (RLR 520-1, 525-4) pour les (...)

61Les épreuves de langues régionales10 du baccalauréat sont régies par les textes du BO qui définissent les nouvelles modalités d’examen11.

62Le baccalauréat du second degré est un examen important dans l'imaginaire collectif français. La présence des langues régionales parmi les matières que l'élève peut choisir comme option ou comme langue vivante 2 ou 3 n'est pas neutre.

63En occitan, les trois dialectes de l'Académie sont présents à l'écrit ; en basque on trouve également des sujets en navarro-souletin, en labourdin et, pour la session 1995, en basque unifié (euskara batua).

64Longtemps, on a suspecté une connivence entre l'examinateur et le candidat. L'analyse des notes obtenues par les élèves en langues régionales à la session 1994 montre pourtant que les moyennes sont comparables à celles des autres matières de même importance. Il nous faut, dans l'analyse, faire la différence entre le basque et l'occitan.

65Ainsi, par exemple, selon les sections, la moyenne de l'oral facultatif d'occitan va de 12,41 (en A3), à 15 (en D'), la moyenne générale étant de 13,5. La moyenne de l'oral obligatoire étant légèrement supérieure à 13 est comparable à celle du portugais, du grec et du latin (13,8, 12,98 et 13,3 en A). La moyenne en C (14,7) est inférieure à celle du russe (15,15 en C), du portugais (15,5 en C). Ces résultats sont explicables par des raisons pédagogiques (petits effectifs) autant que sociologiques : ce sont pour la plupart des élèves originaires d'un milieu plus ou moins teinté d'occitan qui choisissent cette option : au reste, c'est en D'que les résultats sont les meilleurs.

66En basque, ces moyennes sont bien supérieures. Elles sont explicables par la présence importante des élèves issus des classes du secteur privé des ikastola. Pour des élèves bilingues, elles ne sont pas outrageusement élevées ! Imaginons des élèves anglais qui passeraient l'épreuve d'anglais du baccalauréat !

67Au cours du temps, le nombre des élèves qui ont choisi les langues régionales au baccalauréat a été fort fluctuant. Deux schémas mettent en évidence ces variations.

Nombre d'élèves ayant choisi l'occitan au baccalauréat (toutes séries et toutes options confondues)

Nombre d'élèves ayant choisi l'occitan au baccalauréat (toutes séries et toutes options confondues)

Nombre d'élèves ayant choisi le basque au Baccalauréat (toutes séries et toutes options confondues)

Nombre d'élèves ayant choisi le basque au Baccalauréat (toutes séries et toutes options confondues)

68Le nombre des élèves ne suit pas une croissance ou une baisse régulière. Pour l'occitan, trois périodes se définissent assez nettement : une période de baisse de 1982 à 1987, puis une remontée de 1987 à 1993 avec un fort accident en 1992, et, depuis 1993, une baisse (avec cette année les effectifs les plus bas depuis 1981).

69En basque, sur des effectifs plus réduits, on assiste à la même décroissance de 1982 à 1987, puis à une remontée jusqu'en 1991, une chute brutale en 1992 et une remontée de 1992 à 1995.

70La fin de la courbe montre donc pour ces deux langues deux directions différentes : la baisse pour l'occitan et une croissance pour le basque.

71Plusieurs hypothèses peuvent être émises pour expliquer ces variations récentes. D'abord, la réorganisation du baccalauréat qui modifie les habitudes des élèves en diminuant les coefficients et en augmentant les horaires des options facultatives ; ensuite, la multiplication des options possibles ; enfin, l'impossibilité récente de choisir à la fois la langue régionale comme Langue Vivante 2 ou 3 et option réduit aussi sa présence à l'examen.

72Une analyse plus détaillée (cf. tableaux 7 et 8 en annexe), non plus sur les chiffres globaux mais sur les options précises montre que la différence entre les inscrits de chaque année porte massivement sur l'épreuve facultative.

  • 12 Stat-Info, no 94-09. Service statistique Rectoral, Rectorat de Bordeaux, 1994.

73La baisse des effectifs qui touche les Langues Vivantes 3 est générale pour ce type d'option. Sur l'ensemble de l'Académie de Bordeaux, les LV3 ont été choisies par 14,5 % des élèves en 1983 et 11,8 % en 1993. Les langues régionales sont choisies par 17 % des élèves de LV3, en troisième position derrière l'italien (30,1 %) et l'allemand (24,5 %), devant l’espagnol (14,5 %), le russe (4,6 %) et le portugais (4,1 %)12.

74Le choix de la LV2, à l'écrit en série L, à l'oral en ES, se consolide, mais il reste minoritaire.

Les moyens

75Dans le second degré, les moyens dont disposent les collèges et les lycées pour proposer un enseignement de langue régionale ont plusieurs origines. Ce peut être des moyens qui vont permettre la nomination d'un personnel titulaire (postes implantés, moyens provisoires, heures-poste) ou bien des heures supplémentaires (HSA, heures supplémentaires/année, et HTS, heures à taux spécifique). Ils peuvent également dépendre de la dotation propre de l'établissement, des moyens départementaux ou de la dotations spécifique du Rectorat. Ces moyens, d'une année sur l'autre, sont globalement en augmentation.

La coordination et l'animation

76Jusqu'à la rentrée 1993, un enseignant du second degré bénéficiait d'une décharge de six heures pour animer et coordonner l'enseignement des langues régionales dans le premier et dans le second degré.

77À partir de la rentrée 1993, cette décharge fut portée à neuf heures et à la rentrée 1994 un poste entier a été affecté à cette tâche d'animation et de coordination. Le professeur qui l'occupe actuellement est certifié d'occitan. Il s'occupe de la formation continue dans le second degré, intervient dans les formations du premier degré, visite et inspecte les personnels sur le terrain. Pour les inspections en basque, il s'adjoint l'aide d'un assesseur.

E. le supérieur

78Les langues régionales sont présentes dans l'enseignement supérieur dans les poles universitaires de Bayonne, Bordeaux et Pau.

1. Le basque

79L'enseignement du basque est présent à Bayonne, Bordeaux et Pau.

80C'est à Bayonne, au Département Interuniversitaire d'Etudes Basques, dans le cadre de la Faculté Pluridisciplinaire, que se trouve regroupée la plus grande partie des enseignements. Ce département, constitué par les Sections de basque des deux universités de Bordeaux III et de Pau, fut fondé en 1985 à la suite d'une convention passée entre ces deux universités. Les diplômes sont délivrés sous leur double sceau.

81Un DEUG, une licence, une maîtrise, un doctorat peuvent être préparés à Bayonne. Une préparation au CAPES de basque est également assurée.

2. L'occitan

82L'occitan est présent dans l'Université de Bordeaux III et de Pau.

  • 13 On rappellera qu'en 1893, Edouard Bourciez, jusqu'alors professeur-adjoint, devint le premier titu (...)

83À l'Université de Bordeaux III il existe un DEUG "Lettres-occitan" et des modules intervenants dans diverses formations13. Les étudiants peuvent choisir également un certificat optionnel de licence (Cl), un certificat optionnel de maîtrise (C2). Un professeur agrégé détaché à l'Université (Prag) et quatre chargés de cours assurent l'enseignement de l’occitan moderne (langue et littérature), deux professeurs assurent les cours d'occitan médiéval.

84À l'Université de Pau et des Pays de l'Adour existe un DEUG "Lettres-Occitan", une licence de Lettres-modernes mention occitan, d'Espagnol mention occitan et d'Histoire mention occitan. Une série d'enseignements optionnels est proposée aux étudiants. Deux maîtres de conférences, un ATER et des chargés de cours enseignent à ces différents niveaux.

F. les enseignants

85Longtemps, l'Éducation nationale a utilisé des compétences "naturelles" des enseignants, sans formation initiale, et, de 1951 à 1983, sans contrôle de leur valeur de pédagogues en langues régionales. La volonté de plusieurs ministres de l'Éducation nationale successifs, ainsi que la raréfaction des locuteurs naturels a amené la création de tout un processus de formation et de contrôle.

86Actuellement, l'étude de la pyramide des âges des enseignants de langues régionales de l'Académie de Bordeaux montre que plus de la moitié d'entre eux ont plus de quarante-cinq ans (près du tiers a entre quarante-cinq et cinquante ans). Les enseignants titulaires du CAPES font, pour la plupart, partie des enseignants qui ont moins de quarante ans.

1. Formation des enseignants du premier degré

87La formation initiale est le fait de l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) d'Aquitaine, les formations continuées dépendent des Inspections Académiques.

88Aucune formation initiale n'existe en langue régionales à l'IUFM d'Aquitaine, pas plus au niveau de la première année (PE1) que de la seconde (PE2).

  • 14 Bulletin Officiel de l'Education Nationale, septembre 1994, p. 2398, (RLR 726-1B ; 726-1C).

89Deux épreuves peuvent être choisies par les candidats au concours de recrutement de Professeur des Ecoles, une épreuve écrite facultative et une épreuve orale à option, dans le cadre des épreuves d'admission14. Aucune de ces épreuves n'est préparée à l’IUFM d'Aquitaine.

  • 15 En 1994, le niveau de l'épreuve facultative était assez élevé. Quarante-neuf candidats étaient ins (...)

90En 1992-1993, quarante-cinq candidats composèrent à l'épreuve facultative d'occitan du concours de PEL En 1993-1994, quarante-neuf candidats étaient inscrits à cette épreuve et quarante-sept composèrent15.

  • 16 Bulletin Officiel de l'Education Nationale, no 43 du 24 novembre 1994, p. 3134, (RLR 726-lb ; 726- (...)

91Au cours de la session 1995, on a organisé pour la première fois des épreuves orales à option de langues régionale16.

92La formation continue est le fait des Inspecteurs d'Académie, chaque département organise donc une formation en langues régionale inscrite dans un plan de formation.

2. Le second degré

93Depuis 1983, les enseignants de langues régionales devaient être titulaires d'une qualification universitaire ou subir un examen, l'Examen d'Aptitude Pédagogique (EAP). Les jurys de l’EAP se réunirent cinquante fois dans l'Académie de Bordeaux, durant quatre sessions, à partir de mai 1984. Les enseignants de la session d'octobre-décembre 1985 subirent à la fois un écrit et un oral (Cf. tableaux 9 et 10).

94À partir de la rentrée 1992 pour l'occitan et de la rentrée 1993 pour le basque, des professeurs certifiés furent nommés dans l'Académie de Bordeaux.

95En 1991, l'IUFM d'Aquitaine, contrairement aux IUFM de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon, ne dispensa aucune préparation au CAPES externe d'occitan. L'année suivante, il ne figura pas sur la carte des IUFM préparant aux épreuves de ce CAPES. Une formation se mit en place de manière parallèle à l'Université de Bordeaux, puis à celle de Pau. Chaque année, régulièrement, sans préparation institutionnelle, des candidats de l'Académie de Bordeaux sont reçus au CAPES (cf. tableaux 12 et 13).

  • 17 En 1992-1993, 14 étudiants étaient inscrits à la préparation, 4 furent admissibles et 2 reçus ; en (...)

96Le CAPES de basque est préparée à l'IUFM d'Aquitaine. Deux stagiaires sont en seconde année d'IUFM17.

  • 18 Plus une stagiaire qui effectue son stage comme ATER à l'Université de Pau.

97L'Académie de Bordeaux compte cette année trois stagiaires en situation, dits "stagiaires 18 h." en occitan18 et trois en basque.

98Dans le cadre d'une convention signée entre et SEASKA, l'enseignement privé bilingue basque, la formation des maîtres des ikastola, dans certaines conditions, sera prise en charge par l'Etat.

99La formation continue des personnels du second degré dépend au Rectorat de la MAFPEN (Mission Académique de Formation des Personnels de l'Education nationale). Chaque année un stage de langue régionale est inscrit au Plan Académique de Formation Continue. Celui de 1994-1995 dura trois jours et se déroula à Mont-de-Marsan dans les Landes.

G. les perspectives

100À l'aube du xixe siècle, si la Nation souhaite voir l’institution scolaire — et notamment le service public d'Education nationale — se charger d'une partie de la transmission des langues régionales, il devient évident qu'il faut continuer avec vigueur le travail entrepris. Il importe tout à la fois de former des enseignants, de leur donner des postes, de mettre à leur disposition du matériel pédagogique et d'informer élèves, parents et partenaires de l'intérêt que présentent les langues régionales. Ces quatre étapes sont autant de questions qui vont se poser avec de plus en plus d'ampleur pour l'avenir des langues régionales.

101D'abord la question de la formation en langue régionale des enseignants du premier et du second degré. Nous avons vu pour le premier degré et pour le service public que cette formation n'était pas prise en compte par l'IUFM d'Aquitaine. La programmation d'une prise en charge de cette discipline dans le premier degré — prévue par les textes officiels — devient donc de plus en plus difficile. À brève échéance, elle sera impossible. Dans le second degré, la sensibilisation des enseignants d'autres disciplines (lettres, langues latines, histoire-géographie, etc.) est absente.

102Puis la question des moyens et des postes. Le développement de la place des langues régionales dans l'enseignement passe par une évaluation fine des besoins sur le terrain et une budgétisation des réponses à ces besoins. Actuellement, grâce à l’important travail et à la bonne volonté de l'administration rectorale, les problèmes sont résolus.

103Ensuite la question du matériel pédagogique. Le matériel dont disposent les enseignants, pour sa plus grande part, est ancien. Même s'il est d'une très bonne qualité linguistique et si les choix littéraires qu'il comporte sont satisfaisants, il reste peu adapté à la population scolaire actuelle parce que peu attrayant, sans iconographie, sans prise en compte de la modernité. Le problème est aussi important pour l'occitan que pour le basque. Dans ce dernier cas, le matériel fabriqué au sud de la frontière est peu utilisable, tant son niveau est peu adapté à celui des élèves du nord.

  • 19 On renverra le lecteur au sondage sociolinguistique réalisée au début de l'été 1994 par "Média-Plu (...)

104Enfin, nous ne pouvons faire l'économie de la question de l'information. Les sondages récents montrent que les langues régionales sont sympathiques à une bonne partie de la population19, pourtant, la connaissance des processus par lesquels elles sont enseignées est flou. Les organismes officiels eux-mêmes sont parfois peu au courant des possibilités qu'offrent les langues régionales en matière de choix d'orientation, par exemple. Tout aussi grave : les enseignants communiquent peu entre eux. Ils ont également autant de mal à mettre en valeur leurs réalisations qu'à informer les institutions, les syndicats, les associations de leurs préoccupations.

105Il est normal qu'une discipline en mutation comme celle des langues régionales porte une interrogation sur son devenir. À l'heure de l'Europe, les quatre questions qui se posent pour l'avenir de cet enseignement dans l'Académie de Bordeaux n'apparaissent pas hors de propos. La place des langues et cultures régionales dans la formation du citoyen, la proportion que doit occuper la connaissance de la région dans les programmes scolaire des élèves, la valeur éducative de l'apprentissage précoce d'une autre langue, sont autant de débats que doit mener la Nation. L'enjeu est important et le chantier est grand.

Allegati

ANNEXES

Tableau 1 - Nombre d'établissements dispensant un enseignement de langue régionale et nombre d'enseignants de langue régionale (Public et Privé)

Langue

Occ.

Bas.

Total

Collèges

37

2

59

Lycées

43

11

54

Etablissements

80

33

113

Enseignants

71

45

116*

* : dont seize certifiés de Langue Régionale (dix certifiés de basque et six certifiés d'occitan, deux certifiés d'occitan — un Délégué Académique aux Langues Régionales et un ATER à la Faculté de Pau — n'étant pas comptabilisés)

Tableau 2 - Nombre d'établissements dispensant un enseignement de basque (Public et Privé)

Coll. Publics

15

Lyc. Publics

06

Tot. Public

21

Coll. Privés

07

Lyc Privés

05

Total Privé

12

Total Général

33

Tableau 3 - Nombre d'établissements par département dispensant un enseignement d'occitan

Tableau 3 - Nombre d'établissements par département dispensant un enseignement d'occitan

Tableau 4 - Nombre d'enseignants de basque (Public et Privé)

Profs Public

20

Profs Privé

25

Total Profs

45

Tableau 5 - Nombre d'enseignants d'occitan par département (Public et Privé)

Tableau 5 - Nombre d'enseignants d'occitan par département (Public et Privé)

Tableau 6 - Pourcentage du nombre d'établissements dispensant un enseignement de langue régionale par rapport au nombre total d'établissements du département

Tableau 6 - Pourcentage du nombre d'établissements dispensant un enseignement de langue régionale par rapport au nombre total d'établissements du département

Tableau 7 - Effectifs des élèves présentant les épreuves du baccalauréat. Enseignement long et technologique, public + privé, 1981-1989. 1. Occitan

Tableau 7 - Effectifs des élèves présentant les épreuves du baccalauréat. Enseignement long et technologique, public + privé, 1981-1989. 1. Occitan

Tableau 8 - Effectifs des élèves présentant les épreuves du baccalauréat Enseignement long et technologique, public + privé, 1990-1995. 1. Occitan

Tableau 8 - Effectifs des élèves présentant les épreuves du baccalauréat Enseignement long et technologique, public + privé, 1990-1995. 1. Occitan

Tableau 9 - Déroulement de l'Examen d'Aptitude Pédagogique (EAP), nombre d'admis par langue

sessions

occitan

basque

1984 ses. 1

25

3

1984 ses.2

07

0

1985 ses. l

13

0

1985 ses.2

02

0

Total

47

3

Tableau 10 - Catégorie des enseignants admis à l'EAP

Langue

Agrégés

Certifiés

AE

PEGC

Occitan

06

22

06

13

Basque

00

00

00

03

Tableau 11 - Catégories des enseignants dispensés en raison de leurs titres

Langue

Agrégés

Certifiés

AE

PEGC

Occitan

03

07

02

01

Basque

00

01

00

01

Tableau 12 - CAPES d'occitan, répartition académique des admissibles en 1994

Tableau 12 - CAPES d'occitan, répartition académique des admissibles en 1994

* Certificat d’Accès à l’Échelle de Rémunération (ens. privé)

Tableau 13 - Résultats du CAPES d'occitan dans l'Académie de Bordeaux

Tableau 13 - Résultats du CAPES d'occitan dans l'Académie de Bordeaux

1 : Nombre des admissibles
2 : Nombre des admis
3 : Nombre de postes mis au concours au niveau national
4 : % approché des admis par rapport au total national

Note

1 Les ouvrages ne manquent pas qui étudient la question de l'aménagement linguistique des espaces périphériques de la Nation française au cours de son unification. On citera le livre déjà ancien de CERTEAU, M. de, JULIA, D., REVEL, J. Une politique de la langue : la Révolution française et les patois. Paris : Gallimard, 1975, et, plus récent et proposant une vision interne du problème : OZOUF, M. Nous les maître d'école. Paris : Gallimard, 1993.

2 Recueil des Lois et Règlements (RLR), No 525-6.

3 Le Félibrige est une association de défense de la langue d'oc. Fondée, selon le récit de Mistral, le 21 mai 1854 par sept jeunes poètes provençaux au château de Fontségugne, elle se présentait comme une sorte d'académie, organisée en diverses sections. Elle étendit rapidement son influence sur l'ensemble des départements du sud de la France et sur la Catalogne mais son organisation un peu lourde ainsi que son désir de ne pas s'engager très avant dans la politique invalidèrent peu à peu son action et la cantonnèrent souvent, surtout après les années 1940, dans un rôle un peu folklorique (Cf. sur la question la monumentale Histoire du Félibrige de R. JOUVEAU, en quatre volumes, édités chez l'auteur de 1970 à 1984). Cette organisation s'implanta en Gascaogne en 1896 avec la création de l'Escole Gastou-Febus et la publication de la revue Reclams de Biarn e Gascougne.

4 La circulaire Savary prévoyait que cet enseignement pourrait se mettre en place dans les trois ans dans toutes les écoles où la demande existerait.

5 Le programme de l'enseignement des langues régionales en lycée définissant les compétences terminales des élèves est l'arrêté du 15 avril 1988, modifié par les arrêtés du 17 septembre 1991 et 20 octobre 1992 (RLR 524-6)

6 Les textes régissant les épreuves du baccalauréat du second degré (et donc des langues régionales) ont été publiés au Bulletin Officiel de l'Education Nationale no 16 du 21 avril 1994, p. 1187, (RLR 544-Oa).

7 Pour ce qui touche l'enseignement du basque dans le premier degré, on se référera à : JAUREGUIBERRY, Fr. Le basque à l'école maternelle et élémentaire. Pau : Université de Pau et des Pays de l'Adour, 1993.

8 Ibidem.

9 La Calandreta, en occitan, est à la fois l'alouette et le jeune apprenti.

10 Depuis la note de service no 88-115 du 27 avril 1988, les dispositions des notes de services relatives aux épreuves écrites et orales de langue vivante étrangère au baccalauréat de l'enseignement du second degré s'appliquent aux épreuves écrites et orales de langue régionale en remplaçant les termes "pays" par "région", "civilisation" par "culture" et "langue étrangère" par "langue régionale".

11 Bulletin Officiel de l'Education Nationale, no 28 du 14 juillet 1994, (RLR 520-1, 525-4) pour les généralités et Bulletin Officiel de l'éducation Nationale, spécial no 10 du 28 juillet 1994.

12 Stat-Info, no 94-09. Service statistique Rectoral, Rectorat de Bordeaux, 1994.

13 On rappellera qu'en 1893, Edouard Bourciez, jusqu'alors professeur-adjoint, devint le premier titulaire de la chaire de Langues et Littérature du Sud-Ouest que la municipalité de Bordeaux venait de créer. Cette création de chaire faisait suite à celles, en 1879, de l'Université de Montpellier et de l'Université Libre de Toulouse occupées respectivement par Camille Chabaneau et Léonce Couture, tous deux félibres majoraux depuis 1876. La chaire d'Edouard Bourciez eut comme titulaires successifs Gaston Guillaumie et Yves Lefèvre. En 1984, elle disparut au profit d'un poste professoral de littérature française médiévale.

14 Bulletin Officiel de l'Education Nationale, septembre 1994, p. 2398, (RLR 726-1B ; 726-1C).

15 En 1994, le niveau de l'épreuve facultative était assez élevé. Quarante-neuf candidats étaient inscrits et quarante-sept ont composé. Tous les dialectes confondus, vingt copies n'ont pas obtenu la moyenne et vingt-sept copies ont obtenu une note supérieure à la notes (sur 20) se répartissent ainsi :
(A) = note attribuée
(B) = nombre de copies ayant obtenu cette note

Image

16 Bulletin Officiel de l'Education Nationale, no 43 du 24 novembre 1994, p. 3134, (RLR 726-lb ; 726-lc), annexe 1, Epreuve de langues.

17 En 1992-1993, 14 étudiants étaient inscrits à la préparation, 4 furent admissibles et 2 reçus ; en 1993-1994, il y eut 7 inscrits, 3 admissibles et 3 reçus ; en 1994-1995, il y a 3 inscrits.

18 Plus une stagiaire qui effectue son stage comme ATER à l'Université de Pau.

19 On renverra le lecteur au sondage sociolinguistique réalisée au début de l'été 1994 par "Média-Pluriel Méditerranée" pour le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques dans ce département. Près de 40 % des personnes interrogées se disent très ou assez attachées à l'occitant et plus de la moitié de la population "souhaite ou aurait souhaité que ses enfants apprennent l'occitan".

Indice delle illustrazioni

Titolo Nombre d'élèves ayant choisi l'occitan au baccalauréat (toutes séries et toutes options confondues)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-1.jpg
File image/jpeg, 56k
Titolo Nombre d'élèves ayant choisi le basque au Baccalauréat (toutes séries et toutes options confondues)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-2.jpg
File image/jpeg, 50k
Titolo Tableau 3 - Nombre d'établissements par département dispensant un enseignement d'occitan
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-4.jpg
File image/jpeg, 105k
Titolo Tableau 5 - Nombre d'enseignants d'occitan par département (Public et Privé)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-5.jpg
File image/jpeg, 57k
Titolo Tableau 6 - Pourcentage du nombre d'établissements dispensant un enseignement de langue régionale par rapport au nombre total d'établissements du département
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-6.jpg
File image/jpeg, 112k
Titolo Tableau 7 - Effectifs des élèves présentant les épreuves du baccalauréat. Enseignement long et technologique, public + privé, 1981-1989. 1. Occitan
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-7.jpg
File image/jpeg, 77k
Titolo 2. Basque
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-8.jpg
File image/jpeg, 66k
Titolo Tableau 8 - Effectifs des élèves présentant les épreuves du baccalauréat Enseignement long et technologique, public + privé, 1990-1995. 1. Occitan
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-9.jpg
File image/jpeg, 78k
Titolo 2. Basque
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-10.jpg
File image/jpeg, 75k
Titolo Tableau 12 - CAPES d'occitan, répartition académique des admissibles en 1994
Legenda * Certificat d’Accès à l’Échelle de Rémunération (ens. privé)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-11.jpg
File image/jpeg, 103k
Titolo Tableau 13 - Résultats du CAPES d'occitan dans l'Académie de Bordeaux
Legenda 1 : Nombre des admissibles2 : Nombre des admis3 : Nombre de postes mis au concours au niveau national4 : % approché des admis par rapport au total national
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-12.jpg
File image/jpeg, 75k
Titolo carte no 1
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-13.jpg
File image/jpeg, 87k
Titolo carte no 2
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-14.jpg
File image/jpeg, 66k
Titolo Carte No 3
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-15.jpg
File image/jpeg, 171k
Titolo Carte No 4
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14592/img-16.jpg
File image/jpeg, 211k

Autore

Délégué académique aux langues régionales (Rectorat de l'Académie de Bordeaux)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).