Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Normes et promotion

Bilan d’une politique culturelle du Conseil Régional de Midi-Pyrénées en matière de langue et de culture occitanes : 1989-1995

Alem Surre-Garcia

Texte intégral

1Les étapes qui seront définies au long de la présentation de ce bilan de six ans ne peuvent en aucun cas être détachées du contexte général des événements qui, en cette fin de siècle, ébranlent l'ensemble des sociétés, à savoir notamment : la chute du mur de Berlin et la déroute des idéologies dominantes, la création de l'Union Européenne et l'ouverture des frontières, la crise de l'identité franco-française dans son modèle centraliste jacobin et les frustrations et crispations postcoloniales qu'elle engendre, la réduction des distances et l’accélération de la mondialisation de l'économie, l'émergence des régions et des cités, la mise en place de nouvelles hégémonies et de nouveaux systèmes d'exclusion, les nécessaires redéfinition de la citoyenneté, de la laïcité et de l'universalité, le questionnement des mémoires, l'incontournable gestion de la complexité, la recherche d'expressions pluralistes et de contrepoids indispensables au développement démocratique des sociétés...

21989-1995 : six ans pour se dégager en tout ou partie d'attitudes passéistes, morbides, partisanes, utopiques ou sectorielles. Six ans pour passer d'une situation confidentielle de l'occitanité à la reconquête d'un espace public... Six ans pour passer d'une conception de chasse gardée provincialiste dans un pré-carré jacobin à celle d'une libre circulation des hommes, des mémoires et des créations, des accents, des langues et des cultures dans un cadre sud-européen.

  • 1 "C'est sur la virée (endroit ou tournent les attelages ou les tracteurs au bout d'un champ pour ch (...)

3Six ans de mise en pratique d'un concept élaboré dans les années 1975 en milieu d'émigration à partir d'un poème de Joan Bodon "Es sus la talvera qu'es la libertat"1. Une marge désormais perçue non comme territoire exclu, mais comme moteur de l'évolution de la société dans son ensemble.

4D'où l'étude et la prise en compte de toutes les contradictions et contraintes de la société "méridionale", le repérage des failles et créneaux porteurs et, par-là, l'occupation de nouveaux terrains par des actions déconcertantes et innovantes, à la fois populaires et savantes.

1989 : de la fossilisation à la valorisation

5Le Centre des Cultures Régionales, créé dans les années quatre-vingt à l'initiative de la Direction Régionale des Affaires Culturelles et du Conseil régional, développa deux types de recherches, ethnologique et muséographique. Ne disposant que de peu de moyens, ses actions ont été limitées. En sept ans d'exercice, citons notamment des travaux sur la civilisation agro-pastorale pyrénéenne, la cuisine régionale et l'eau. La langue et une grande partie de la culture occitane, tout comme les cultures immigrées ont, pour des raisons diverses, été exclues de toute recherche et étude sérieuses. Le flou est resté total quant à la définition de ces "cultures régionales " invoquées dans le titre même du Centre.

6Le milieu associatif occitan ayant critiqué vivement cette approche fossilisante, le Conseil régional de Midi-Pyrénées, en quête de personnalité, décida de prendre à son compte, dès le mois de juillet 1989, la mise en valeur de la langue et de la culture occitanes considérées comme "vivantes".

7Ainsi fut-il procédé d'une part à la dissolution du Centre des Cultures Régionales et d'autre part, sur un modèle approchant de ce qui fut fait auparavant en Languedoc-Roussillon, à la nomination d’un attaché culturel chargé de "la mise en valeur de la langue et de la culture occitanes". Pour sa part, la Direction Régionale des Affaires Culturelles engagea un ethnologue régional.

8Les nouvelles opérations culturelles s'insérèrent aussitôt dans la dynamique culturelle d'actualité en France, à savoir la célébration du Bicentenaire de la Révolution.

  • 2 BOYER, H., FOURNIER, G., GARDY, Ph., MARTEL, Ph., MERLE, R. PIC, F. Le texte occitan de la période (...)

9Le 23 février, à l'Hôtel de Région, sous les auspices du président du Conseil régional, Marc Censi, est lancé, à l'initiative de l'Association Internationale des Études Occitanes, l'ouvrage universitaire Le Texte occitan de la période révolutionnaire2. En fait, une opération interrégionale dans le cadre plus précis du Grand Sud (Marc Censi en est également le Président en exercice) dont le but est de rafraîchir la mémoire, d'introduire des contradictions nécessaires dans le débat hexagonal, de valoriser le bilinguisme, enfin de dynamiser le tissu associatif occitan.

  • 3 Cf. L'histoire de Jean l'an pres, pièce en occitan en prose de J. B. Fabre (1727-1783) qui vécut d (...)

10Le 14 avril, au Théâtre de la Source, à Toulouse, est organisée une exposition bilingue Amiras sus la Revolucion / Points de vue occitans sur la Révolution autour d'une représentation de Joan-l'An-Pres3.

11Le Patrimoine culturel occitan ne relève plus uniquement de la seule ethnologie, mais ambitionne de participer pleinement à la créativité contemporaine.

12La réconciliation des milieux associatif et universitaire avec l'institution régionale est amorcée. L'Institut d'Études Occitanes lance à Puylaurens l'opération "Mariana". Le Carnaval Universitaire de Toulouse condamne "La Tour Eiffel". Les Foyers Ruraux de la Haute-Garonne présentent une création théâtrale de Claude Alranc, La Crotz de Tolosa (la croix de Toulouse), sur le thème de la Révolution.

13Les 14 et 15 octobre au Centre Culturel de l'Albigeois, avec l'appui de la Région, ont lieu les troisièmes Rencontres nationales de la Fédération pour les Langues Régionales dans l'Enseignement Public (FLAREP) : "Langue et Régions en Europe". Le représentant du ministre de l'Éducation nationale, le président de Région, le président du Conseil général du Tarn et le maire d'Albi y feront des discours remarqués. Au cours du colloque, il sera fait état de "stratégies identitaires".

141989 aura donc vu la mise en place significative de plusieurs niveaux d'intervention : intra-régional, inter-régional, Grand Sud, hexagonal, européen. Un espace complexe et à géométrie variable est ouvert...

1990 : du local à l'universel

15La première ligne budgétaire spécifique est dégagée pour l'exercice 1990 à hauteur de un million quatre cent mille francs. Dans le double but de concrétiser les souhaits culturels du président de Région et de vaincre les fortes réticences tant administratives que politiques, une opération d'envergure est enclenchée qui engagera à la fois l'UNESCO, dans le cadre de la Décennie mondiale du Développement Economie/Culture, l’Europe, les quatre régions sud-occitanes, les Directions Régionales des Affaires Culturelles liées à ces régions, l'Université de Toulouse-Le Mirail, la Chambre de Commerce, la Technopole de Toulouse, la Fondation du Japon et le milieu associatif occitan. Plus de vingt langues et pays furent ainsi représentés. Cette opération intitulée Flor enversa a constitué une première du fait de plusieurs caractéristiques :

  • le label de l'UNESCO,
  • une large implication institutionnelle,
  • une Cérémonie Occitanie-Japon avec un passa-mòda (défilé de mode) occitano-japonais de haut niveau, une première mise en valeur officielle de Jean-Henri Fabre. Implication des milieux économiques dans le cadre du 1er Forum de Décloisonnement Economie/Culture. Si Flor Enversa, métaphore d'un troubadour du xiie siècle4, sert à démontrer aujourd'hui "la nécessite et l'urgence d’inverser notre regard sur le monde pour mieux saisir et maîtriser les mutations en cours", il faut également signaler l'ouvrage de René Uhrich paru en 1987 et intitulé La France inverse5 qui donne une approche de ces mutations, exemple, entre autres, d'une relecture du patrimoine et de sa réappropriation ;
  • une exposition de onze peintres occitans et catalans et de cent textes en situation de traduction, au Musée des Augustins,
  • une rencontre avec débat d'éditeurs occitans et d'autres "minorités" autour de la littérature enfantine.

16L'année 1990 aura également été l'occasion d'affirmer la coopération interrégionale avec le Languedoc-Roussillon, à l'occasion du Salon Expolangues, de l'opération Flor Enversa, de la création du Centre de Recherche et d'Expression des Musiques Médiévales CREMM-Trobar, et des Rencontres théâtrales à Saint-Affrique. Des interventions culturelles furent effectuées en Galice, Catalogne, Angleterre, Bretagne et Allemagne, dans les universités d'Heidelberg et de Tübingen.

17Cette même année vit la dynamique associative s'intensifier avec des projets plus ambitieux : échanges économiques et culturels transpyrénéens ; colloque sur Economie et Culture à Albi organisé par l'Institut d'Études Occitanes (IEO) ; décloisonnement culture régionale/animation touristique dans le nord de la Région. Seule la scène nationale du Parvis estime ne pas devoir donner suite à un débat qu'elle avait elle-même projeté sur le thème "Cultures régionales et développement culturel".

18La langue et la culture occitanes apparaissent désormais comme une des composantes de la personnalité régionale et un élément du patrimoine universel.

1991-1992-1993 : une personnalité régionale renforcée

19Ces trois années seront consacrées d’une part à la consolidation des acquis dans tous les domaines, tant à l’intérieur de la Région qu'à l'extérieur, d'autre part à l'amélioration de la médiatisation. La ligne budgétaire spécifique à la langue et à la culture occitanes atteindra un million sept cent mille francs.

20L'opération Flor enversa sera exploitée au maximum des possibilités, de façon à créer un événement fondateur : diffusion d'un concours scolaire plurilingue — le premier du genre — auprès de cinq mille établissements de Midi-Pyrénées, tournée de l'exposition sur trois ans dans une quinzaine de villes, publication des Actes du Colloque, vidéo sur le passa-mòda occitano-japonés (défilé de couture occitano-japonais), film sur l'Exposition.

21Durant cette même période, la Région Midi-Pyrénées édite une brochure bilingue de sensibilisation et d'informations de base, Occitanie, les ressources d'une identité. Les dix mille exemplaires seront épuisées en deux mois.

22Nous relèverons aussi la mise en valeur de personnalités occitanes lors des Grands Prix de la Culture organisés par la Région en 1991. Un prix y sera décerné pour la culture occitane, que recevra l'association La Talvera pour sa collection Mémoires Sonores, ainsi qu'à travers des colloques Guilhem Ader, Auguste Fourés, Gaston Febus, et des rencontres spécifiques Augustus Saint-Gaudens, Emma Calvé.

23Ces années furent aussi celles d'une structuration du théâtre occitan par des Rencontres interrégionales de St-Affrique, par la création d'un organisme de diffusion, Jogl'art, et d'une troupe professionnelle, Comedia dell’oc.

24Développement de l'enseignement : classes et journées de culture occitane dans le nord de la Région, film-vidéo "A l'école de l'occitan", édité par le Centre Régional de Documentation Pédogogique, diffusion de théâtre occitan auprès de cinq mille enfants (Jogl'Art, D'Arts et d'Oc), signature d'une convention entre la Région et la fédération régionale des Calandretas. Le 18 décembre 1992, le Conseil régional vote, à l'unanimité, une motion demandant au Gouvernement français de signer la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

  • 6 Le Groupe d’initiative pour un Dictionnaire Informatisé de la Langue Occitane, qui fonctionne à Mo (...)

25Les relations avec le Conseil régional de Languedoc-Roussillon furent renforcées à l'occasion du Salon Expolangues 91 (présentation internationale des meilleures productions en matière de langue et de culture), du festival vidéo d'Estavar dans les Pyrénées Orientales (niveau euro-régional), de l'activité du Dictionnaire informatisé GIDILOC6, de la signature commune d'une convention avec France 3 Sud pour de nouvelles émissions dans le cadre du programme hebdomadaire en occitan et catalan Viure al país (vivre au Pays), de la participation au programme Tèrra dels trobadors (Terre des troubadours) (CREMM-Trobar).

26L'accent fut mis sur l'ouverture aux autres cultures lors de la cinquième Fête des Langues qui se fit sur le thème de la Convivència (convivialité) au Palais des Sports de Toulouse. L'Association des Amis d'Augustus Saint-Gaudens établit des liens entre le Comminges et le New Hampshire (USA). Douze universitaires occitans et européens se réunissent à l'Hôtel de Région, le 30 octobre 1991, pour préparer un ouvrage pluriculturel L'Autre Europe. La Talvera poursuit des échanges avec le Brésil (Nordeste) et le nord du Portugal (Tras-Os-Montes). L’exposition plurilingue La carabassa aquò's mon amiga (la courge c'est mon amie) retrouve les chemins sud-européens de Saint-Jacques de Compostelle.

271992 fournira l'occasion d'insérer la langue et la culture occitanes dans la dynamique internationale de la Commémoration de la Découverte des Amériques, mais à contre-courant, selon les principes de La Talvera et de Flor Emersa, à savoir :

  • mise en valeur des influences arabo-andalouses sur la culture occitane à l'occasion de la manifestation Granadas organisée à Toulouse, Montpellier, Grenade et Tunis à l'initiative de l'association Ammam. S'ensuivra la création en 1993 du Centre International d'Histoire des Sciences en Occitanie (CIHSO)7.
  • mise en valeur de la culture amérindienne à partir des échanges qu'ont su établir les membres de l'association OK'OC entre l'occitanie midi-pyrénéenne et les nations indiennes de l'Oklahoma.

1994-1995 : accès à l'agora

28Ces deux années, en signant deux événements de taille, annoncent la fin d'une première étape, celle qui mène à la conquête d'un espace public pour la langue et la culture occitanes.

29Le 4 juillet 1994, à l'Hôtel de Région, en présence du ministre de l'Éducation nationale, a été signée entre le Rectorat de l'Académie de Toulouse et la Région Midi-Pyrénées, une convention visant à valoriser au mieux la langue et la culture occitanes et à créer, à court terme, un Centre de Ressources spécifique. Six cents personnes environ assistèrent à l'événement, la moitié d'entre elles appartenant à des milieux tant culturels qu'économiques ou libéraux. A cette occasion, la plaque bilingue de l'Hôtel de Région Midi-Pyrénées/Ostal de Région Miègjorn-Pirenèus, fut inaugurée, une première du genre en matière de bilinguisme public. Cette manifestation eut une répercussion positive.

30Comme en écho, du 25 mars au 3 avril 1995, la Foire Internationale de Toulouse s'est déroulée sous le thème de L'Occitanie", à la suite d'un long travail effectué par l'association D’Arts et d'Oc, avec l'appui du Conseil régional et du Conseil général de la Haute-Garonne. Un chapiteau spécifique abrita, sous le thème De las Americas a Occitania, del milh al milhàs (Des Amériques à l'Occitanie, du millet au millas), les meilleures productions occitanes et surtout les plus innovantes. De l'opération Flor Enversa, qui avait commencé à impliquer en 1990 le secteur économique, on a pu mesurer le chemin parcouru à la Foire Internationale de Toulouse de 1995.

31La médiatisation auprès d'un plus large public aura été dans le courant du deuxième semestre 1994, particulièrement soignée. Notons certains faits marquants :

  • Expocultura, à Barcelone, qui accueillit plus d'un million de visiteurs, du 7 au 16 octobre : la Region y présente la politique culturelle en matière occitane, aux côtes du Casal Català de Toulouse.
  • Alcatel Espace : le comite d'établissement se propose de faire connaître sur une année, différents aspects de la culture occitane.
  • Agenda Occitania 958, premier document interrégional du genre, diffusé en librairie.
  • Astrada : mise en scène par la Comedia dell'Oc de trois personnalités occitanes hors du commun (E. Calvé, J.-H. Fabre et H. de Toulouse-Lautrec) et de quatre langues (occitan, français, anglais et italien).
  • Magazine Midi-Pyrénées : page d'information régulière sur la langue et la culture occitanes. Plus de cent mille exemplaires à chaque parution.
  • Fondation Occitania : une association de préfiguration pour cette Fondation vient de se créer, fin 1994, ce qui est révélateur, de l'attrait que la culture occitane commence à exercer sur les professions libérales et économiques.

32Toutefois, ces acquis et projections restent fragiles en raison d'une part, d'une faible structuration, d'autre part d'un manque de formation. La dynamique impulsée doit aboutir à une réelle synergie dans les années à venir. Ce qui provoquera, en toute logique, des attaques plus ou moins virulentes contre la langue et la culture occitanes, comme cela a été le cas en juin 1994, un peu avant la signature de la convention avec le Rectorat.

33Ceux que d'aucuns désignent déjà comme "les douaniers de la culture" ou "les intégristes de la francophonie" ou bien "les succursalistes néo-provinciaux" ou bien encore "les nostalgiques postcoloniaux", tous plus ou moins porteurs d'une conception étroite et frileuse de la culture française, n'hésiteront pas à appliquer les vieilles grilles de lecture napoléoniennes et même, comme cela a déjà été fait, à pratiquer la désinformation.

vers la maturité

341995 devait ouvrir l'ère de la libre circulation des hommes et des marchandises, mais aussi des idées, des mémoires et des créations, des accents, des langues et des cultures en Europe, dans le respect des diverses déclarations, chartes, conventions et recommandations communautaires, sous le double signe de la démocratie et des universalités.

35Les responsables culturels occitans devront s'attacher désormais à une médiatisation des acquis et des innovations, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Région, renforçant ainsi la personnalité régionale, à développer le bilinguisme dans la vie publique, à valoriser les foyers de créativité existants (effet "tache d'huile"), et surtout à mieux articuler en tous points, "méridionalité" et "occitanité".

Notes

1 "C'est sur la virée (endroit ou tournent les attelages ou les tracteurs au bout d'un champ pour changer de sillon) que se trouve la liberté". Joan Bodon (1920-1975) a été un des écrivains les plus importants de la littérature occitane de ce siècle. Voir aussi, sur cette notion de talvera : SURRE-GARCIA, A. La nocion de talvera. In : Jean Boudou (1920-1975). Actes du colloque de Naucelle (27-29/9/1985). Béziers : Centre International de Documentation Occitane, 1987, p. 219-224. La Talvera fut aussi le nom donné à une revue de critique littéraire créée en 1977 dans le cadre de la section de l'Institut d'Etudes Occitanes (IEO) de la région parisienne. Douze numéros parurent de 1977 à 1982.

2 BOYER, H., FOURNIER, G., GARDY, Ph., MARTEL, Ph., MERLE, R. PIC, F. Le texte occitan de la période révolutionnaire 1788-1800 : inventaire, approches, lectures. Montpellier : Section Française de l'Association Internationale d'Etudes Occitanes, 1989, 517 p.

3 Cf. L'histoire de Jean l'an pres, pièce en occitan en prose de J. B. Fabre (1727-1783) qui vécut dans la région de Montpellier.

4 Inspiré du célèbre poème du troubadour du xiie siècle, Raimbaud d'Orange : Ar resplan la flors enversa... (Quand paraît la fleur inverse...) caractéristique du trobar ric. "Cette étrange fleur inverse symbolise un début printanier inversé : un printemps intérieur au sein même de l'hiver" (in : BEC, P. Nouvelle anthologie de la lyrique occitane du Moyen Age. Avignon : Aubanel, 1971, 970, p. 209).

5 UHRICH, R. La France plurielle : les régions en mutation. Paris : Economica, 1987, 390 p.

6 Le Groupe d’initiative pour un Dictionnaire Informatisé de la Langue Occitane, qui fonctionne à Montpellier depuis 1989 sous forme associative.

7 Centre créé en 1994 (fonds de documentation, exposition itinérante, édition de manuscrits de mathématiques occitans), ayant son siège à Toulouse.

8 Agenda Occitania 1995. Textes réunis par C. Kauffmann-Saint-Martin. Toulouse : Albert Henry, 1994.

Auteur

Attaché culturel pour la langue et la culture occitanes au Conseil Régional de Midi-Pyrénées

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540