Version classiqueVersion mobile

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Normes et promotion

L’Institut Culturau de Gasconha : un essai manqué ?1

Patricia Heiniger

Texte intégral

  • 1 Cette contribution est surtout le témoignage d'une tentative à laquelle nous avons participé à par (...)

1De 1979 à 1986 l'abbaye cistercienne de Flaran, dans la commune de Valence-sur-Baïse dans le Gers, abrita le siège social de l'Institut Culturau de Gasconha (Institut Culturel de Gascogne), qui se donnait pour but de fédérer toutes les actions des associations œuvrant dans le domaine culturel et linguistique occitan gascon. Ce projet, qui annonçait la création d'une médiathèque et alliait recherche universitaire et animation culturelle, n'a pas rencontré l'intérêt qu'il méritait de la part des Gascons.

flaran et l'institut culturau de gasconha

2Dés qu'on parle de l'Institut Culturau de Gasconha (ICG), le second terme qui vient dans les conversations est celui de "Flaran". Mais qu'est Flaran ? Un lieu assurément, un site dont le nom a supplanté l'intitulé de l'association qu'il abrita de 1979 à 1985.

  • 2 Pour plus de renseignements sur l'histoire du bâtiment, nous renvoyons nos lecteurs à : DURLIAT, M (...)

3Flaran est une abbaye cistercienne qui fut fondée en 1151 dans la vallée de la Baïse et qui se trouve sur le territoire actuel de la commune de Valence-sur-Baïse, dans le nord du département du Gers. Les moines qui la fondèrent venaient de l'abbaye de l'Escaladieu. En moins de cinquante ans Flaran acquit un vaste territoire sur les deux rives de la Baise. Dès le milieu du xiiie siècle, son histoire est celle d'un grand propriétaire foncier, souvent en procès avec ses voisins mais également avec le chapitre d'Auch. Après les vicissitudes subies pendant la guerre de Cent Ans et les guerres de religion, l'abbaye ne sera plus une place forte. Durant les xvie et xviie siècles, seuls trois ou quatre moines s'occuperont d'administrer les biens de l'église. Enfin, à la Révolution les trois derniers moines furent expulsés et l'abbaye fut vendue comme bien national2. Passée dans diverses mains, elle fut volontairement incendiée en 1970 dans un but d'escroquerie à l'assurance. C'est à la suite de cet acte de vandalisme que le Conseil général du département du Gers acquit le site déjà classé monument historique. Des travaux de restauration y furent immédiatement engagés. Ainsi, le département du Gers se trouva doté d'un bâtiment prestigieux mais éloigné de tout centre urbain important, ordre cistercien oblige. Il fallait donc animer ces pierres et l'idée maîtresse du Conseil général fut de faire de Flaran un Centre Culturel de Rencontre.

  • 3 Importante bibliothèque publique de consultation et de prêt dont le siège est à Béziers.
  • 4 L'abbé Saint-Bézard fit un compte rendu de cette première rencontre dans la revue Reclams de Biarn (...)

4Pour réaliser ce projet, le Conseil Départemental du Tourisme (CDT) nomma une commission composée de Mme Aragon-Launet (Responsable des sites et monuments de l'Armagnac), M. Abeillé (maire de Condom), M. Laffargue (conseiller municipal d'Eauze, et surtout érudit local) et M. Faget (Président du S. I.). C'est en 1979 que M. Laffargue prit contact avec son ancien camarade d'école Yves Marrast, président de l'Amicale des Conteurs de Gascogne ; il leur "offrait" Flaran "comme écrin de leurs réunions". L'abbaye abritait déjà une association : "Les Amis de Flaran". Il ne manquait donc qu'une touche "identitaire" pour donner tout son sens au Centre Culturel de Rencontre. D'un point de vue pratique, ces associations n'avaient aucune relation entre elles, c'était la commission qui s'occupait d'établir le calendrier des activités de chacune d'elles afin qu'il n'y eût aucun chevauchement de date. Après plusieurs visites, M. Laffargue, Y. Marrast et A. Couitti, alors animateur des clubs UNESCO à Toulouse, décidèrent de rassembler des personnes œuvrant à la défense et à la promotion de la langue et de la culture occitanes. Loin de s'en tenir au seul département du Gers, ils conçurent l'idée de s'adresser à l'ensemble du domaine gascon afin que cette association fût le reflet du travail de toutes les associations du "territoire". Ainsi naquirent Los Estats Generaus Occitans de Gasconha (États Généraux Occitans de Gascogne) présidés par Roger Lapassade représentant la section de l'Institut d'Études Occitanes (IEO) des Pyrénées-Atlantiques. Il y avait également l'abbé Saint-Bézard de l'association félibréenne Escole Gastoû Febus, divers conteurs tels Y. Marrast, A. Salesse et Y. Bessagnet, divers enseignants d'occitan tels Y. Aries, I. Scaravetti, J.-P. Laliment, J.-C. Ulian, des historiens comme J. Lapart ou l'abbé Loubès et diverses personnes impliquées dans le mouvement occitaniste : MM. Couitti, Penent, Coustères, l'abbé Bradi,...etc. Les premières journées d'action eurent lieu du 31 août au 2 septembre 1979. Elles furent l'occasion de proposer deux concerts avec les groupes de création en occitan Perlinpinpin Folc et Los de Nadau, une messe en occitan, des expositions d'ouvrages avec la participation du Centre International de Documentation Occitane (ODO)3, de l'Escòla Occitana d'Estiu, de Per Noste et de l'Escole Gastoû Febus ; et, surtout, une table ronde fit état de l'action occitane en Gascogne dans l'enseignement, la littérature, la presse, la radio, ...4. À la suite de ce premier investissement des lieux, les membres fondateurs des Estats Generaus décidèrent de concrétiser l'association. Après plusieurs hésitations de la sous-préfecture de Condom qui s'opposait à l'intitulé "Centre Culturel de Gascogne", qui faisait double emploi avec le "Centre Culturel de l'abbaye de Flaran", l'Institut Culturau de Gasconha fut enfin accepté le 08/03/1980 et fut déclarée au Journal officiel le 20/05/1980. Les objectifs de L'Institut étaient de mettre sur pied un outil concentrant toutes les initiatives dans les domaines de la recherche et de l'animation touchant la langue et la culture occitanes en Gascogne. En plus de ce volet recherche et animation, l'Institut se voulait être un lieu d'édition et abordait toutes les possibilités de liens à établir entre l'économie et la culture gasconnes. Les réflexions menées par ce groupe trouvèrent un écho favorable dans le discours de M. Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République française, à Mazamet, le 17 novembre 1979, lors de l'annonce du plan Grand Sud-Ouest. En effet dans le chapitre concernant "La préservation du patrimoine" était abordée la question des langues et cultures régionales :

  • 5 p. 104 du discours du 17 novembre 1979.

Je veux aussi parler de la grande tradition culturelle de votre région, culturelle et intellectuelle, où tous les arts ont été et sont représentés : architecture, littérature, musique poésie, peinture et arts plastiques. L'année du Patrimoine sera l'occasion d'un effort particulier pour les musées et pour les monuments historiques du Grand Sud-Ouest. J'ai demandé d'autre part au ministre de la Culture et de la Communication, de prévoir un effort particulier pour la diffusion de la culture régionale et le soutien des langues locales5.

  • 6 Ces demandes figurent dans le rapport du conseil d'administration du 08/03/1980 : "Réponses aux de (...)
  • 7 Cf. GAVAUDAN, A. de. L'institut Culturau de Gasconha a tenu son premier colloque. Le Petit Bleu, 1 (...)
  • 8 L'appel à communication proposait de façon non limitative plusieurs thèmes :
    - L'état actuel de la (...)

5Dès 1980, l’ICG veut s'affirmer comme la structure incontournable dans le domaine de la culture occitane en Gascogne. Des subventions sont demandées à tous les conseils généraux de l'ensemble linguistique gascon, demandes qui n'auront aucune suite car chaque conseil renverra l’Institut dans ses limites gersoises6. A. Couitti et J. Penent iront déposer les demandes d'aides et de subventions au bureau "Grand-Sud-Ouest" sis à Toulouse alors que M. Laffargue sera le délégué officiel de l'association auprès des ministères. De plus, pour asseoir sa présence au niveau départemental, l'ICG organisa un colloque "Architecture populaire en pays de Gascogne", les 30 et 31 mai 1980, qui eut des échos très favorables dans la presse locale7 ; et lors des journées d'animation du mois d'août, TF1 réalisa une émission en direct de l'abbaye de Flaran. En plus des spectacles proposés, l'année 1980 vit également se tenir un colloque abordant le thème des rapports entre langue minoritaire et institutions8. Ainsi à ses débuts, l'Institut avait une haute conception de lui-même, conception qui ne fut pas comprise par le Conseil Général du Gers qui ne lui accordait que peu de subventions. 1981 fut encore une année pleine d'espoirs puisque le Centre Culturel fut créé et que J. Penent en fut nommé Directeur, sous contrôle du CDT. Par ailleurs, A. Couitti quittait Toulouse pour prendre les fonctions d'animateur départemental des Foyers Ruraux du Gers. Cette année-là, l'aide la plus conséquente vint de la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Gers et du soutien de son directeur, M. Queguiner, pour la réalisation du colloque, de l'exposition et de la plaquette : Pèir de Garros et son temps. La renaissance littéraire en Occitanie, dans le cadre de l'année du patrimoine. L'arrivée de J. Penent et le rapprochement d'A. Couitti permirent à l'association d'avoir des perspectives plus audacieuses et surtout une ligne budgétaire mieux suivie. Cependant, ce sont les moyens financiers qui firent toujours défaut à l'Institut et c'est de leur quête que viendra l'essoufflement et l'abandon des adhérents. Mais chaque année au mois d'août se reproduiront les mêmes animations avec spectacles, expositions, messe et repas champêtre. Grâce à l'initiative de J. Penent, deux colloques centrés sur la littérature gasconne se tiendront à Lectoure en 1983 et 1984. Le premier aura pour thème M. Camelat (1871-1962), le second J.-F. Bladé (1827-1900).

6Suite à son inutilité, la commission Flaran sera dissoute en 1982 et le bâtiment sera alors directement géré par le CDT. Par ailleurs, une divergence constante animait les débats de l'ICG, entre les tenants d'une animation populaire et les adhérents préoccupés par la recherche et la réflexion de pointe sur le domaine occitan. Ces dissensions internes conjuguées avec l'absence de crédits départementaux aboutirent à une scission avec la création, en 1983, du Centre d'Étude de la Littérature Occitane (CELO), qui ne prenait en compte que le domaine littéraire et qui, dès 1984, quitta l'abbaye de Flaran pour organiser ses colloques dans divers lieux d'Occitanie. 1985 marque le départ de J. Penent du Centre Culturel de Rencontre pour le musée des Augustins à Toulouse, alors que l'ICG renoue avec une tradition littéraire populaire par l'édition de l'Armanac Gascon. Cette opération fut reconduite en 1986, mais les adhérents de l'ICG se confondant avec les membres de l'Amicale des Conteurs de Gascogne, l'usure de ses animateurs et l'éloignement progressif, par manque de crédits, des buts initiaux que s'était fixé l'Institut aboutirent au gel de toutes les activités en novembre 1986.

  • 9 Quatrième centenaire de la mort de Pèir de Garròs (Lectoure 1525/30-1581). Pèir de Garròs et son t (...)
  • 10 Armanac Gascon 1985. Flaran : Institut Culturau de Gasconha, 223 p.
    Armanac deus païs gascons, 1986 (...)

7Officiellement, l'ICG existe toujours mais a cessé de fonctionner depuis fin 1986. Pourtant, en six ans d'existence, il donna corps à plusieurs initiatives de grande qualité faisant appel à des professionnels des domaines abordés. Ainsi, plusieurs expositions furent organisées dans l'enceinte de l'abbaye avant de devenir itinérantes, telles : l'architecture rurale, les chemins de Saint-Jacques, la peinture baroque occitane, l'ordre cistercien au moyen âge dans l'ensemble gascon,... Il faut compter aussi sur plusieurs publications dont les plus prestigieuses restent les deux catalogues d'exposition "Peir de Garros", "La peinture baroque" et "La sculpture sur bois en Gascogne", ainsi que les actes du colloque Pèir de Garros9, les deux colloques suivants, Camélat et Bladé, ayant été réalisés par le CELO. De même, il y eut les deux populaires Armanac Gascon des années 1985 et 198610 et les deux bandes magnétiques Messa Gascona (messe gasconne) et Contes de uei (contes d'aujourd'hui). De plus, de 1982 à 1985, l'ICG édita un bulletin trimestriel L'ArcoIan (l'arc-en-ciel), comportant des rubriques régulières sur les activités occitanes en Gascogne, des compte rendus de publications, des poésies, contes, nouvelles et autres textes écrits par ses adhérents. Enfin, par le biais d'un bibliobus acquis en 1983 et bénévolement piloté par M. et Mme Marrast, l'ICG était présent sur tous les lieux des manifestations culturelles, marchés et foires, et proposait un éventail complet des différentes productions occitanes tant littéraires que musicales.

l'institut culturau de gasconha ou la traversée du désert

8Cette aventure qui avait, à ses débuts, la fougue de la jeunesse de ses animateurs, a laissé beaucoup de rancœur et d'espoirs déçus. L'impression qui domine cette expérience est une certaine incompréhension marquée par une non-reconnaissance des pouvoirs politiques locaux et une non-reconnaissance de la majorité des associations occitanes extra-départementales.

  • 11 Cf. GRAU, R. Les langues et les cultures minoritaire en France. Québec : Editeur Officiel du Québe (...)
  • 12 Le préambule des statuts du Centre Occitan de Gasconha précisait ces mêmes points : "Le Centre Cul (...)
  • 13 Les Ballets Occitans furent créés en 1961 par Françoise Dague, à leur suite fut fondé le Conservat (...)

9En nous replaçant dans le contexte de l'époque, il est intéressant de remarquer que la création de l'ICG vient à la suite de mouvements similaires, au sort meilleur, comme en Poitou-Charentes l'Union pour la Culture Populaire en Poitou-Charentes-Vendée (UPCP), créée en 1968, et en Bretagne la charte culturelle signée en 1978 entre les départements de culture bretonne et le Ministère de l'Education nationale11, puis la création en 1981 de l'Institut Culturel de Bretagne. Les points d'action de ces trois mouvements sont identiques, ils touchent tous les domaines de la langue et de la culture de leur région respective (archéologie, ethnologie, littérature, linguistique, architecture, art, économie...). Leurs buts sont de rassembler toutes les données en un seul point, de créer une maison d'édition, de vulgariser les différentes composantes du patrimoine, de lancer des programmes de recherches, d'encourager la création culturelle, de mettre en place des outils de conservation, d'analyse et de consultation du patrimoine régional au sens large (et ceci en faisant fi des découpages administratifs) en alliant universitaires et animateurs12. Nous pouvons saisir la présence de ces orientations au sein de l’ICG en la personne d'A. Couitti qui, par le biais des Foyers Ruraux et la participation aux Université Rurales d'été animées par A. Pacher, fondateur de l'UPCP, se trouvait directement au cœur du débat de l'élaboration d'un outil performant pour la défense, la reconnaissance et la promotion d'une langue et d'une culture minoritaires. En outre, il ne faut pas oublier l'exemple toulousain donné par le Conservatoire Occitan, exemple qui inspira A. Pacher pour l’élaboration des Ballets Populaires Poitevins13, et exemple auquel tout occitaniste se référait. Ainsi, à sa fondation, l’ICG se trouvait, par le biais de ses animateurs, pris dans un réseau déjà bien constitué d'outils de réflexion, de recherche et de promotion déjà éprouvés.

10Les traits qui unissent les deux expériences de l'ouest de la France sont, d’une part une concertation et une adhésion des associations de base sur un projet unique pour se doter d'un outil performant tourné vers la langue et la culture régionales, et d'autre part la prise en compte de ce projet à différents échelons institutionnels par des communes, des conseils généraux, des conseils régionaux et des ministères : Culture, Jeunesse et Sport, Agriculture, Education nationale. Ce sont ces deux points qui firent défaut à l'ICG, le contraignant à rester une petite association de base n'ayant que des activités ponctuelles sans grande envergure.

11Dès la mise en place des Estats Generaus (cf. supra), des associations extra-départementales rejetèrent le projet. Ce fut le cas par exemple pour les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées, à l'exception de quelques individus. Quelles étaient les raisons de ce rejet ? Peut-être l'éloignement du site ou bien une tendance au repliement sur soi entraînant le refus de toute initiative pouvant porter ombrage à la renommée locale de ces associations. Cependant, l’idée même de l'Institut n'était pas de se substituer aux dites associations locales mais de fédérer leurs actions pour mener un travail de fond, tant linguistique que culturel, sur l'ensemble gascon. Les forces vives ne voulaient décidément pas se déplacer, mais auraient-elles été ailleurs si on leur en avait fait la proposition ? L'esprit de clocher est fermement ancré et devient un réflexe dans les régions marquées par une étiquette identitaire forte.

  • 14 Jean Penent, Toulouse, le 1/12/1994.

12En contrepartie, les différents acteurs de l'Institut reconnaissent qu'ils furent peut-être victimes d'un mythe : Flaran est un lieu prestigieux et un site central dans l'ensemble gascon. De plus, en filigrane se profilait un autre mythe, celui de l'abbaye de Montserrat et de son rôle dans le maintien d'une certaine conscience catalane : "inconsciemment on voulait faire de l'abbaye de Flaran un peu le Montserrat des Gascons"14.

  • 15 A. Couitti nous citait le titre d'un article paru dans le quotidien La Dépêche du Midi : "Les Gasc (...)
  • 16 La saga épistolaire débute le 11/02/1980 par une lettre du Préfet du Gers à R. Lapassade qui abord (...)

13Du point de vue des autorités départementales, l'Institut prenait une tournure inattendue et certainement pas celle qui était souhaitée, car loin de s'arrêter aux seules représentations folkloriques, l'association abordait toutes les facettes de la culture gasconne et les reliaient au développement économique de la région15. De plus, fort de l'expérience bretonne et poitevine, l'Institut proposait un plan de développement cohérent de sa structure dans lequel le Conseil général devait largement s'impliquer. La réaction fut immédiate par la mise à l'écart du projet et le refus, plus ou moins avoué, de la transformation des Estats Generaus Occitan de Gasconha en association. Les premiers refus s'attachaient à l'intitulé de ladite association ; les deux derniers refus visèrent à contester une ligne des statuts qui, établissant un rapport direct avec la conservation du patrimoine, faisait que l'Institut empiétait sur un domaine réservé à la DRAC. Enfin, l'accord du siège social dans l'abbaye ne pouvait être donné que par le président du Conseil général16. De septembre 1979 à mai 1980, Le bureau des Estats Generaus effectua des démarches auprès de la sous-préfecture de Condom, de la préfecture, du Conseil général et de la DRAC pour qu'enfin l’ICG soit accepté comme association au sein de Flaran.

  • 17 L'association parut au Journal Officiel le 20 mai 1980, p. 4479.

14Enfin l'ICG vit le jour17 et ce fut dès lors, pour ses animateurs, une course aux subventions et à la reconnaissance d'intérêt public. Le Conseil général accordait annuellement une enveloppe de cinq mille francs, c'est à dire la somme qu'elle accordait à toute association demandant une aide. Suivant les projets développés dans l'année, l'ICG déposait des demandes auprès du Conseil régional de Midi-Pyrénées, de la DRAC, du Ministère de la Jeunesse et des Sports. L'Institut était ainsi ramené au rang de simple association de base. Aucun "supplément" d’existence ne lui était donc accordé.

  • 18 Cet argent servit à acheter le bibliobus.
  • 19 Selon J. Penent (Toulouse, 01/12/1994), il y avait un sentiment d'injustice face à ce qui était pe (...)

15De nombreux exemples illustrent cette marginalisation. Par exemple, en 1982/83, le Conseil général signa une convention Culture avec le Ministère de la Culture à la faveur de laquelle le Conseil Départemental du Tourisme suggéra à l'ICG de formuler une demande d'aide pour la réalisation d'un projet. Il fut alors accordé une subvention de cinquante mille francs18 à l'Institut tandis que le cinéma et la danse contemporaine en milieu rural recevaient respectivement un million quatre cent mille francs pendant trois années consécutives. Les projets de l'ICG étaient, apparaît-t-il, trop ambitieux. Au résultat, ce dernier organisme, du fait de cette disparité dans l'octroi des aides gouvernementales, allait pouvoir être cantonné à un rôle de caution "identitaire", conforme aux textes en vigueur. Dès le départ, dans ce climat d'incompréhension de la part des élus locaux, les animateurs de l’ICG ressentirent une certaine discrimination à plusieurs niveaux, même triviaux19.

16Cette désapprobation départementale se retrouvait également dans les structures associatives fortes puisque, manifestement, il fut demandé à A. Couitti, lors de son arrivée dans le Gers comme animateur des Foyers Ruraux, de se désengager de l'ICG. L'Institut faisait-il peur ou gênait-il ? Nous n'avons pas la réponse, mais tout a été fait pour l'isoler, le museler, lui couper toutes les ressources qui lui auraient permis d'exister. Cet état d'esprit s'accompagnait également d'une cohabitation difficile avec l'autre association sise à Flaran, émaillée de quelques maladresses, telle que cette lettre envoyée au Ministère de la Culture et relatant la vision insoutenable d'un joueur de cornemuse et de ses élèves dans le cloître de l'abbaye lors d'un stage de musique. Cette anecdote, plutôt ridicule et insignifiante, témoigne néanmoins des rapports délicats que devait affronter l'ICG. En outre, face au manque de crédits de fonctionnement, l'ICG devait résoudre des crises internes. Dans les projets annuels, des choix devaient être établis et deux courants surgirent bien vite entre les tenants d'une animation populaire mais de qualité et les tenants de thèmes de recherche de pointe. Ainsi, le clivage qu'on imposait à l'ICG se reproduisait à l'intérieur même de l'association entre les "animateurs populaires" et les "chercheurs occitanistes". Ce frein imposé par le manque d'argent aboutira à la conclusion que l'ICG n'était qu'une association parmi les associations gersoises. Dès lors les animateurs les plus actifs, las de dynamiser un fardeau de plus en plus lourd se désengagèrent de l'Institut et, les perspectives de développement ne correspondant plus aux buts initiaux, arrêtèrent toute activité. L’ICG avait vécu cinq ans et n'avait rencontré sur sa route qu’incompréhension et désintérêt, bien peu de ses ambitions avaient pu être mises en œuvre :

  • 20 "Mais pour commenter cette image, je crois que cette traversée du désert aura été salutaire. Elle (...)

Malgré tous les efforts, il est arrivé un moment où la question s'est posée : "une association de plus, pourquoi faire ?" Dans un lieu qui était peut-être le cœur de la Gascogne mais aussi le désert de la Gascogne. Nous avons fini par ressentir l'ironie du sort. Parce qu'il est vrai qu'une abbaye cistercienne s'installe toujours dans un désert et nous, nous prêchions dans le désert20.

  • 21 "Il aurait mieux valu que ça se passe ailleurs parce qu’à Flaran, le problème était qu'on nous ven (...)

17Elaboré à partir du discours de Mazamet, l'ICG a cru pouvoir prendre son plein essor après les élections présidentielles de 1981. Comme beaucoup d'associations et de mouvements régionalistes, l'Institut était très sensible au discours d'une "France plurielle" avec reconnaissance des identités locales. Or les espoirs ont été brisés presque immédiatement et le Conseil général du Gers, alors de la majorité gouvernementale, s'est vite préoccupé de museler toute initiative ambitieuse abordant l'identité gasconne. L'Institut n'aura donc été qu'un faire-valoir, cantonné dans un bâtiment prestigieux mais en pleine rénovation, qu'on allait chercher au gré des besoins pour fournir la touche "identitaire" à des projets d'émanation nationale. On comprend mieux pourquoi, lorsqu'au détour d'une conversation, quand vous abordez la question de Flaran ou de l'ICG, vous obtenez, de la part des anciens adhérents, un discours de rancœur et de désillusion totale vis-à-vis des politiques locaux21. Cependant le bilan de cette expérience ne peut être totalement négatif puisque plusieurs membres de cette association occupent actuellement des postes importants dans la recherche et l’enseignement de la langue et de la culture occitanes.

18De façon officielle l'ICG existe toujours, ses archives sont déposées dans le bibliobus, actuellement sur cale, au domicile du dernier président : Y. Marrast. Y. Marrast est un exemple du dévouement qui animait les fondateurs de l'ICG, ne comptant pas le temps passé et l'argent dépensé à élaborer un outil performant pour la Gascogne. Mais quand le bénévolat est bafoué, le ressentiment durcit les cœurs.

Notes

1 Cette contribution est surtout le témoignage d'une tentative à laquelle nous avons participé à partir de 1983. En outre, pour tout ce qui concerne la totalité de l'histoire de cette entreprise, nous avons privilégié les témoignages de Messieurs André Couitti, Yves Marrast et Jean Penent que nous remercions pour tous les documents qu'ils nous ont communiqués.

2 Pour plus de renseignements sur l'histoire du bâtiment, nous renvoyons nos lecteurs à : DURLIAT, M. et PENENT, J. Flaran. Auch : [imp. Bouquet], s. d., 36 p. ; et à Pays d'Armagnac. Auch : [imp. Bouquet], s. d., 159 p.

3 Importante bibliothèque publique de consultation et de prêt dont le siège est à Béziers.

4 L'abbé Saint-Bézard fit un compte rendu de cette première rencontre dans la revue Reclams de Biarn e Gascougne, 1979, p. 168.

5 p. 104 du discours du 17 novembre 1979.

6 Ces demandes figurent dans le rapport du conseil d'administration du 08/03/1980 : "Réponses aux demandes de subventions faites aux conseils généraux : Gers : pas encore de réponse définitive, le dossier doit être instruit à la session de septembre. Brach, Couitti et Penent sont chargés de prendre contact avec Monsieur Joseph dans les meilleurs délais. Landes : M. Henri Lavielle président du Conseil général accuse réception de notre demande ; il indique que pour cette année, rien n'est possible. Il nous indique qu'il nous appartient de renouveler la demande en 81. Pyrénées-Atlantiques : M. Franz Dubosq président du Conseil général indique qu'il ne peut nous subventionner, notre association étant gersoise. Il indique qu'un gros effort a été fait pour l'Escole Gastoû Febus. Il espère que nous serons aidés par le Gers. Haute-Garonne : M. Eeckoute, président du Conseil général dit avoir pris connaissance avec intérêt de nos documents. Il précise que jusqu'à ce jour le département n’a subventionné que des associations départementales. Il regrette de ne pouvoir nous faire une réponse favorable dans l'immédiat. Hautes-Pyrénées : M. Hubert Peyou, président du Conseil général, regrette de ne pouvoir nous aider. Il nous conseille de refaire une demande en 81 directement adressé à M. le Préfet. Lot-et-Garonne : M. François Poncet, président du Conseil général, nous a répondu. Le texte de la réponse est entre les mains de Scaravetti (absent de la réunion). Ariège : pas de réponse. Gironde : l'expédition du dossier a été omise. En regard de ces réponses, le C. A. décide de reproduire toutes les demandes en 1981, en créant le cas échéant des sections départementales." Les demandes furent reconduites en 1981 et 1982, elles obtinrent toujours le même type de réponse. Entre temps les associations locales des différents départements n'ayant pas suivi les propositions de l'ICG, aucune section départementale ne put être envisagé.

7 Cf. GAVAUDAN, A. de. L'institut Culturau de Gasconha a tenu son premier colloque. Le Petit Bleu, 11/6/1980.
La Croix du Midi : "Architecture populaire et pays de Gascogne", 8/6/1980.
La Dépêche du Midi : "Condom. L'architecture traditionnelle gasconne à Flaran", 01/6/1980.
Sud-Ouest : "A l’abbaye de Flaran architecture populaire en pays de Gascogne", 28/05/1980.
"A Flaran. L'architecture gasconne", 29/05/1980.
"Flaran : important colloque sur l'architecture populaire en pays de Gascogne", 30/05/1980.
"Flaran. Le premier colloque de l'Institut culturau de Gasconha", 01/6/1980.
"Flaran : Colloque gascon. Bilan favorable." 2/6/1980.

8 L'appel à communication proposait de façon non limitative plusieurs thèmes :
- L'état actuel de la langue d'oc et le recul de son emploi depuis le début du siècle.
- L'enseignement de l'occitan aujourd'hui, bilan.
- Le maintien de la langue d'oc face aux problèmes sociaux de l'Occitanie (chômage, exode rural, mouvements de population...).
- Les rapports de l'État français et de la langue d'oc comparés à la politique culturelle d'autres États.
- Sauver les cathédrales et détruire la langue d'oc : les paradoxes d'une politique culturelle.
- Droits de l'homme et droits des communautés culturelles.
- Les raisons de la désoccitanisation et les moyens de lutte pour la langue d'oc.
- La littérature occitane et son influence dans le monde.
- L'importance de la littérature populaire.
- Enracinement régional et communauté occitane."

9 Quatrième centenaire de la mort de Pèir de Garròs (Lectoure 1525/30-1581). Pèir de Garròs et son temps. La Renaissance littéraire en Occitanie. Flaran : Institut Culturau de Gasconha, 1981, 88 p.
Pèir de Garròs. Textes réunis par Jean Penent. Béziers : CIDO, 1988, 179 p.

10 Armanac Gascon 1985. Flaran : Institut Culturau de Gasconha, 223 p.
Armanac deus païs gascons, 1986. Flaran : Institut Culturau de Gasconha, 112 p.

11 Cf. GRAU, R. Les langues et les cultures minoritaire en France. Québec : Editeur Officiel du Québec, 1985, p. 111.

12 Le préambule des statuts du Centre Occitan de Gasconha précisait ces mêmes points : "Le Centre Culturel Occitan de Gascogne doit être défini comme le Conservatoire de l'Identité, de la langue, des Arts et des Traditions, un lieu où tout se rassemble et à partir duquel tout se redistribue, un point privilégié de convergence dans notre combat pour une Gascogne et une Occitanie vivantes. Il se veut ouvert à toutes les familles de la culture gasconne."
Dans ses plaquettes de diffusion, l'Institut Culturel Breton se présente de cette façon : "Créé par le Conseil régional de Bretagne en décembre 1981, progressivement mis en place en 1982 et opérationnel depuis 1983, L'Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel Ar Vro, a pour objet de coordonner le développement et la diffusion de la culture bretonne dans son acception la plus étendue et la plus diversifiée."
Dans un entretien, Jany Rouget, résumait la progressive élaboration de l'UPCP : "L'UPCP a été créée en 1968, grâce au prosélytisme d'André Pacher. Après avoir fondé les Pibolous en 1960, il impulsa sur toute la région une formation à la collecte, ceci en partenariat avec la Ligue de l'Enseignement.[...] Très vite des associations locales, des groupes de musique ont vu le jour. Les Ballets Populaires Poitevins, créés par A. Pacher un peu sur le modèle des Ballets Occitans, canalisèrent alors cette énergie en intégrant l'action de toutes ces associations régionales. L'idée d'une fédération s'imposa : en 1968, A. Pacher et M. Valière fondèrent l'Union pour la Culture Populaire en Poitou-Charentes-Vendée. M. Valière apportait la caution scientifique, A. Pacher était plutôt l'animateur, mû par un souci permanent d'éducation populaire. Il a eu un rôle éminent. Je peux affirmer que tous les cadres actuels des principales associations de l'UPCP ont été formés par lui." Cf. Pastel, no 18, 1993, p. 14-15.

13 Les Ballets Occitans furent créés en 1961 par Françoise Dague, à leur suite fut fondé le Conservatoire Occitan des Arts et Traditions Populaires en 1971. Par ailleurs, dès 1965, Pierre Corbefin rencontre André Pacher, tous deux sont mûs par une volonté commune de mettre en scène le résultat des collectages ; des échanges réguliers s'établirent alors entre les Pibolous et les Ballets Occitans.

14 Jean Penent, Toulouse, le 1/12/1994.

15 A. Couitti nous citait le titre d'un article paru dans le quotidien La Dépêche du Midi : "Les Gascons réunis à Flaran déclarent pas d'économie sans culture, pas de culture sans économie", qui avait reçu en réponse un discours ironique de la part des politiques locaux.

16 La saga épistolaire débute le 11/02/1980 par une lettre du Préfet du Gers à R. Lapassade qui aborde le problème du siège social. Flaran est propriété du Conseil Général, l'accord ne pourra être donné que par son président M. Joseph. Enfin est abordé le problème de l’intitulé de l'association "Centre Culturali Occitan de Gasconha" : "Je vous signale également que les termes "Centre Culturel de l'Abbaye de Flaran" sont utilisés par le comité départemental du Tourisme et que le titre "Centre Régionaliste" a été attribué à deux salles de la galerie du cloître".
Dans une lettre du 12/03/1980 adressée à la sous-préfecture de Condom, R. Lapassade présente le nouvel intitulé décidé par le Conseil d'Administration le 08/03/1980 : "Institut Culturau de Gasconha". De plus il signale que l'accord pour la fixation du siège social n'a toujours pas été donné par M. Joseph.
En date du 14/04/1980, R. Lapassade, en réponse au refus de la déclaration d'association "compte tenu de l'imprécision du siège social", apporte enfin l'accord de M. Joseph pour l'intégration de l’ICG dans le Centre Culturel de l'Abbaye de Flaran.
Le préfet du Gers, dans une lettre du 21/04/1980, émet une réserve émanant de la DRAC et concernant l'article 2 des statuts de l'association. La phrase qui pose problème est celle-ci : "rassembler des documents de tous ordres constituant le fonds et le trésor de l’identité gasconne". Le préfet propose de la compléter par ces quelques mots "rassembler des documents d’origine privée..."
Le 27/04/1980, R. Lapassade adresse un courrier au préfet du Gers pour lui signaler tous les changements survenus depuis le mois de février : la transformation de l'intitulé de l'association, l'accord du siège social par M. Joseph et la modification de l'article no 2. En outre il sollicite une entrevue pour "clarifier les problèmes que semblent poser à certains l'existence de notre association". Une demande similaire est envoyée au Délégué Régional des Affaires Culturelles. La réponse du Préfet arrive en date du 16/05/1980. Une audience est envisagée mais après que la délégation de l'ICG ait rencontré le Chef de service régional des Affaires Culturelles.
Le 21/05/1980, Jean Queguiner, Directeur Régional des Affaires Culturelles, accuse réception de la demande d'audience et demande à ce que la délégation de l'ICG se mette en rapport avec son secrétariat pour arrêter un rendez-vous.

17 L'association parut au Journal Officiel le 20 mai 1980, p. 4479.

18 Cet argent servit à acheter le bibliobus.

19 Selon J. Penent (Toulouse, 01/12/1994), il y avait un sentiment d'injustice face à ce qui était perçu comme une disparité de traitement : les moyens financiers, très chiches, de l'ICG n'autorisaient pas la publication des actes des colloques qu'il s'efforçait d'organiser tandis que, dans les mêmes bâtiments, d'autres rencontres et colloques profitaient, selon ses responsables, d’aides qu'il aurait souhaité recevoir.

20 "Mais pour commenter cette image, je crois que cette traversée du désert aura été salutaire. Elle aura permis au mouvement culturel occitan une réflexion profonde sur lui-même. Regardez où sont aujourd'hui les enfants de l'I.C.G., ceux-là mêmes qui puisèrent à Flaran leur expérience et leur force, et quelle est leur action. Je crois que vous serez étonnés. Ne concluons pas à un échec, je crois que c'est tout le contraire. Nous avions raison dix ou quinze ans trop tôt, ce n'est pas une tare." (Jean Penent, Toulouse le 1/12/1994).

21 "Il aurait mieux valu que ça se passe ailleurs parce qu’à Flaran, le problème était qu'on nous vendait une Abbaye comme quelque chose de fabuleux qui allait transporter le monde[...] on nous a fait croire, parce que ça argumentait un dossier, mais dans le secret espoir qu'on ne fonctionne pas. Ça faisait bien au dossier qu'il y ait un peu de gascon, de préférence avec des bérets, avec des galoches pour faire authentique à côté des élites culturelles du département." A. Couitti, Sauboires, le 19/11/1994.

Auteur

ATER docteur en ethnologie (Université de Pau et des Pays de l'Adour)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search