Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Normes et promotion

L'Institut Culturel Basque/Euskal Kultur Erakundea

Txomin Héguy

Texte intégral

historique d'une naissance difficile

  • 1 Le Pays Basque de France, couramment désigné Pays Basque nord (en basque Iparralde) est la partie (...)
  • 2 Cf. CHAUSSIER, J.D. De l'intercommunalité culturelle à la communauté des cultures. In : Action cul (...)

1La création en 1990 de l'Institut Culturel Basque témoigne d'une évolution fragile mais néanmoins bien perceptible des pratiques institutionnelles en matière d'action linguistique et culturelle basque en Pays Basque nord1. Le démarrage de cette expérience innovante ne doit rien au hasard. Il est l'aboutissement, au travers de nombreuses tergiversations, d'un long processus de maturation. Nous savons bien que les rapports entre culture et politique n'ont été et ne seront jamais simples, ici comme ailleurs. À l'évidence encore moins, lorsqu'il s'agit non pas simplement de défendre une langue et une culture basques qualifiées communément de patrimoniales, traditionnelles et minorisées — approche tellement plus sécurisante — mais plutôt de vivre et promouvoir une langue et une culture basques modernes qui font partie intégrante de la "communauté des cultures" pour reprendre une belle expression de Jean-Daniel Chaussier2.

2Ce qui est en train de se jouer et de se développer aujourd'hui en Pays Basque nord ne peut se concevoir, sans tenir compte d'une part, de la dynamique de prise en charge par une partie de la population basque — surtout depuis les années 1950 — des questions concernant la pérennisation et l'avenir de sa langue et de sa culture, et d'autre part, de l'impact de la politique linguistique et culturelle menée en Pays Basque sud (Pays Basque d'Espagne), notamment ces quinze dernières années. Ainsi, depuis 1979, la langue basque a un statut officiel sur le territoire de la Communauté Autonome d'Euskadi ainsi que sur une grande partie de la Navarre. Elle ne peut se comprendre sans se référer non plus à la chronologie de quelques faits marquants qui ont jalonné l’action linguistique et culturelle basque durant ce xxe siècle :

  • En octobre 1919 se réunit pour la première fois l'Académie de la langue basque (Euskaltzaindia)3, dont la création avait été décidée un an plus tôt lors du premier Congrès d'Etudes Basques d'Oñate en Guipuzkoa. "Transfrontalière" dès l'origine, composée aujourd'hui de vingt-quatre académiciens, dont sept de citoyenneté française, cette institution est devenue dans l'Espagne post-franquiste, Académie Royale par décret du 26 février 1976. Elle a été officiellement reconnue depuis par le gouvernement espagnol et ceux de la Communauté Autonome d'Euskadi et de Navarre. Cette académie a établi, notamment lors du congrès historique d'Arantzazu en 1968, les fondements d'une langue basque écrite unifiée dont on mesure aujourd'hui l'importance capitale à travers tout ce qui a été accompli depuis et ce dans tous les domaines (enseignement, médias, vie publique, création artistique...).
  • En 1959, dans la foulée de la loi Deixonne de 1951 naîtra en Pays Basque nord l'association Ikas qui œuvre depuis pour le développement de l'enseignement du basque et en basque dans tous les systèmes d'enseignement existants.
  • Dix ans plus tard, en 1969, sur le modèle de ce qui est en train de se développer principalement en Guipuzkoa, la première ikastola4 maternelle est créée à Arcangues. D'autres ikastola maternelles ouvriront les années suivantes jusqu'à la mise en place, quelque vingt ans plus tard d'un système complet jusqu'au baccalauréat. On ne dira jamais assez la portée considérable de cet événement à partir duquel s'édifiera et se développera l'enseignement en basque et l'enseignement bilingue dans toutes les filières d'enseignement public et privé.
  • Les années 1980, quant à elles, connaîtront le début de l'organisation du mouvement culturel en Pays Basque de France. Dans la dynamique de l'élection présidentielle de 1981 et compte-tenu des promesses formulées5, sous l'impulsion de l'Euskaltzaindia et de l'association Ikas précitées, une centaine de personnes se réuniront lors des premières Assises de la langue et la culture basques. Suite à ces travaux, un texte de référence intitulé "Pour un statut de la langue et de la culture basques" cosigné par une vingtaine d'associations culturelles sera rendu public fin 1981. Quelques mois plus tard, la fédération Pizkundea (Renaissance) regroupant l'essentiel des associations culturelles basques qui œuvrent plus particulièrement dans les domaines de l'action culturelle et patrimoniale sera créée. Cette fédération jouera le rôle d'interlocuteur entre mouvement culturel basque et pouvoirs publics durant la décennie qui suivra.

3Pour les raisons évoquées précédemment, les années 1980-90 débutent dans un climat de confiance et d'espoir. En 1982, une mission interministérielle d'étude des problèmes du Pays Basque, créée par le ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation Gaston Deferre et conduite par l'Inspecteur Général de l'administration Jean Ravail proposera plusieurs solutions, notamment :

  • la mise en place d'un Conseil de Développement du Pays Basque ;
  • la création d’un observatoire économique du Pays Basque ;
  • l'engagement de l'Etat pour l'enseignement de la langue basque, de la maternelle à l'université (création à Bayonne d'un Département Inter-universitaire d'Etudes Basques) ;
  • la création d'un centre culturel, etc...

4Il faudra attendre en fait les années 1989-90 pour voir effectivement se mettre en place une grande part des axes d'actions préconisés par cette importante étude. Car jusque-là, les avancées concrètes seront bien faibles. Dès 1982, une première convention, essentiellement de nature financière, est signée entre l'État et Seaska (fédération des ikastola). Mais, en 1986, le Conseil d'État annule un projet d'intégration des ikastola au sein de l'Éducation nationale. Parallèlement, le système d'enseignement bilingue est expérimenté à partir de 1983 dans le public (en 1986 dans le privé), grâce surtout à l'enthousiasme et l'opiniâtreté de deux inspectrices départementales de l'Education nationale alors en poste en Pays Basque. À partir de 1985, un diplôme universitaire d'études basques est timidement mis en place à Bayonne avec le concours des universités de Pau et de Bordeaux.

5Enfin, dans le domaine culturel, Euskal Herriko Kultur Etxea, le Centre Culturel du Pays Basque est créé en 1984 par l'État (ministère de la Culture), la Région Aquitaine, le département des Pyrénées-Atlantiques et la ville de Bayonne (à défaut d’un autre représentant institutionnel du Pays Basque). Une équipe professionnelle sous la responsabilité d'un directeur est mise en place, les associations représentées par la fédération Pizkundea acceptent de jouer le jeu en participant notamment aux travaux de commissions de travail consultatives. Premiers échanges entre associations culturelles basques et collectivités publiques. Mais rapprochement sous haute surveillance. En effet, si le poste de président de cette structure culturelle (juridiquement, il s'agit d'une association loi 1901) est "laissé" à un représentant du monde culturel basque, douze des quinze sièges du conseil d'administration sont occupés statutairement par des représentants des quatre membres fondateurs ! De plus, la vision de l'Etat est celle d'un centre d'action culturelle de type classique, répondant peu ou pas du tout à l'époque aux préoccupations et priorités exprimées par les acteurs culturels basques. Incompréhensions, conflits, rupture du dialogue. Fin 1988, le Centre Culturel du Pays Basque cesse ses activités.

6Au début de l'année 1989, globalement la situation relative aux questions linguistiques et culturelles basques est à nouveau très tendue en Pays Basque nord. Un sentiment de lassitude et de découragement gagne nombre de militants et acteurs culturels qui ont porté à bout de bras — l'image n'est pas trop forte — durant des années, les quelques avancées concrètement identifiables.

  • 6 Patriote basque.

7C'est à ce moment-là que trois faits importants viendront éclaircir ce tableau plutôt sombre. L'État y jouera un rôle moteur, attitude non étrangère sans doute à l'évolution politique très perceptible, notamment à l'issue des élections municipales de 1989 qui confirmeront une très forte poussée du mouvement abertzale6, toutes tendances confondues :

  • Concernant les études supérieures, un DEUG d'études basques est institué à Bayonne. Une licence, une maîtrise, un CAPES ont été mis en place depuis.
  • Seaska signe une première convention sérieuse pour une durée de trois ans avec l'Education nationale prévoyant la prise en charge de soixante enseignants des classes maternelles et élémentaires et la mise en place de contrôles d'évaluation des élèves en cours moyen. En juillet 1994, un accord important a été signé entre les responsables des ikastola et l'Éducation nationale, qui, de fait, reconnaît le caractère propre de la filière éducative proposée par Seaska.
  • Enfin, l’idée de mettre en place un organisme d'action culturelle ayant plus particulièrement vocation à répondre aux besoins de la culture basque est envisagée au ministère de la Culture et le dialogue renoué avec Pizkundea.

8Cela aboutit donc en juin 1990, à la création de l'Institut Culturel Basque (ICB). En même temps, un Syndicat Intercommunal pour le Soutien à la Culture Basque voit le jour. Il regroupe à ce jour (début 1995) cent trente-cinq communes sur les cent cinquante-huit que compte le Pays Basque de France. Fait sans précédent, tant sur le plan psychologique que socio-politique. Pour la première fois, une majorité de communes apporte publiquement son soutien à la culture basque et parmi elles, toutes les grandes villes de la côte basque. Ce syndicat — et non plus la seule ville de Bayonne — apparaît aux côtés du Département des Pyrénées-Atlantiques, de la Région Aquitaine et de l’État, comme membre cofondateur de l'Institut Culturel Basque.

un outil représentatif et adapté

9Ayant tiré les leçons de l'expérience précédente, en l'occurrence celle du Centre Culturel du Pays Basque, l'Institut Culturel Basque, dont le statut est celui d'une association selon la loi de 1901, s'est doté d'un conseil d'administration de vingt membres répartis en trois collèges :

  • un premier collège qui représente les membres de droit, est constitué de huit représentants : État, Région, Département et Syndicat Intercommunal pour le soutien à la culture basque, à raison de deux représentants par entité ;
  • un second collège, de huit membres lui aussi, est composé par les représentants des associations culturelles basques regroupées au sein de Pizkundea ;
  • un troisième collège, enfin, est constitué de quatre personnalités qualifiées représentatives du monde artistique et culturel basque, choisies au vu de leurs compétences par les membres des deux premiers collèges.

10D'autre part, chaque commune adhérente au Syndicat Intercommunal pour le soutien à la Culture Basque ainsi que chaque association culturelle adhérente à l'Institut Culturel Basque a droit de représentation et de vote lors de l'assemblée générale de l'ICB.

11Les missions de l'Institut Culturel Basque sont clairement définies dans l'article 4 de ses statuts :

  1. Etre un organe d'animation pour la langue et la culture basques ;
  2. Etre un organe de recherches et d'échanges culturels au plus haut niveau et dans tous les domaines ;
  3. Apporter un soutien actif et créatif à la culture basque dans les domaines suivants :
    • la promotion de l'euskara (langue basque),
    • la littérature et l'édition,
    • le théâtre et le bertsularisme (improvisation chantée),
    • la production audio-visuelle,
    • la danse, le chant et la musique,
    • les arts plastiques,
    • le patrimoine et l'environnement,
    • les sports basques.
  4. Encourager l'action culturelle dans ses diverses dimensions :
    • la création artistique,
    • la diffusion des œuvres créées,
    • l'animation culturelle,
    • la formation des acteurs culturels.
  5. Prévoir, dans le domaine technique, la gestion future de moyens matériels et donc agir comme prestataire de services pour les municipalités et les associations qui en feraient la demande.

12Si les orientations générales, le suivi et l'évaluation de la politique culturelle de l'ICB sont assumés par le conseil d'administration et l'assemblée générale de l’association, les choix en matière de projets réalisés, impulsés ou soutenus par lui sont statutairement définis comme étant de la responsabilité du directeur, aidé en cela par ses collaborateurs. Il s'agit d'une structure professionnelle qui se veut souple et légère, avec six personnes à temps plein aujourd'hui (deux à la direction, deux chargés de mission, deux administratifs), et ce pour deux raisons essentielles : d'une part, maîtriser au maximum les coûts de fonctionnement, le budget annuel global de l'ICB étant de près de trois millions de francs, et d'autre part, agir en partenariat avec l'ensemble des acteurs culturels basques, artistes et associations. Ne perdons pas de vue, en effet, que ce réseau associatif fédéré au sein de Pizkundea a joué un rôle déterminant dans la mise en place de l'Institut Culturel Basque.

13L'Institut Culturel Basque est donc un organisme à vocation culturelle, au sens presque académique du terme. Cependant, dans le contexte actuel où tout ou presque tout reste à organiser en Pays Basque nord en matière de politique linguistique et culturelle basque, il est indéniable que l'ICB assure aujourd'hui un rôle très important d'interface et d'interlocuteur dans bien des domaines. En effet, hormis la dimension muséographique de l'action patrimoniale qui, avec le Musée Basque de Bayonne — en pleine rénovation lui aussi — était, d'une certaine manière, prise en considération et les évolutions positives récentes concernant l'enseignement du basque et en basque dans le système scolaire, aucune réponse institutionnelle n'existait pour la promotion et le développement de l'expression basque avant la création de l'Institut Culturel Basque. Par conséquent, on peut aisément comprendre que de fait, la mission de suppléance de l'ICB est à ce jour fondamentale, l'ambition étant de mettre en place, à plus ou moins long terme un dispositif professionnel complet, moderne et durable dans les domaines de l'éducation, de la communication, radiophonique et télévisuelle notamment, et de l'action culturelle basques.

l'action de l'icb : une démarche en deux phases

14La démarche d'intervention de l’Institut Culturel Basque pour tenter de répondre au mieux à certaines des attentes légitimes des acteurs culturels basques s'est voulue assurément pragmatique et progressive.

15Elle a consisté, durant une première période, de 1990 à 1992, à agir dans de multiples directions en tenant compte des trois dimensions de l'action : la création, la diffusion et la formation.

16Cela s'est traduit dans le domaine de la création par l'aide technique et financière à la production de spectacles (amateurs et professionnels) de théâtre, de danse, l'édition d'ouvrages d'auteurs contemporains, en poésie notamment, l'édition discographique avec un projet spécifique d'enregistrement réalisé à partir des principales œuvres d'un chansonnier et poète célèbre du xixe siècle avec vingt-huit chanteurs du Pays Basque nord, la réalisation d'expositions artistiques ou didactiques, etc... Concernant l'aspect diffusion pluridisciplinaire, l'ICB a apporté son soutien à de très nombreux spectacles de danse, de musique, de chant (choral, traditionnel avec notamment le lancement d'un festival de musiques et chants traditionnels), de l'improvisation chantée et versifiée, du théâtre, de la littérature (cf. la journée annuelle des écrivains à Sare), du patrimoine (cf. la création des Journées du Patrimoine basque à Irissarry en 1992 avec reconduction de cette manifestation tous les deux ans). Enfin, dans le domaine de la formation, l'ICB soutient l'organisation de stages dans divers domaines artistiques (chant, musique, théâtre) ou patrimoniaux (sensibilisation au patrimoine souletin) ou encore sur des thèmes concernant la profession d'artiste ou d'organisateur de spectacles (fiscalité, droit du travail et législation sociale, droits d'auteur).

17Cette action multi-directionnelle qui a pu paraître parfois diffuse et éparpillée a semblé nécessaire aux responsables de l'ICB pour stimuler, revigorer, redonner confiance aux acteurs (créateurs, organisateurs) de terrain. L'autre aspect positif de la démarche est sans nul doute d’avoir permis de mieux évaluer les forces et les faiblesses des divers domaines culturels investis. Enfin, il convient d'ajouter que cette phase délicate de mise en place a été couronnée d'un succès certain grâce à la capitalisation de tout le travail de concertation préliminaire réalisé par la fédération des associations culturelles basques Pizkundea durant les années antérieures à la création de l'Institut.

1993 : année charniere

18S'appuyant sur quelques réussites incontestables et surtout la confiance renaissante, l'action et la démarche de l'ICB évoluent très sensiblement à partir des derniers mois de l'année 1992. Cela s'exprime par une volonté de mieux maîtriser les champs d'investigation, d'aller plus au fond de certains projets qualifiés de prioritaires, de tisser des synergies nouvelles entre les acteurs de terrain, tout cela dans un but évident de plus grande efficacité. Nous nous proposons d'illustrer ce propos par des exemples précis.

Littérature en basque pour jeune public :

19- la création du magazine Xirrixta

20Octobre 1992 : grande première en Pays Basque, l'ICB lance sur le marché un magazine entièrement en langue basque pour les enfants de quatre à huit ans. Il s'agit de Xirrixta, adaptation du célèbre Toboggan des Editions Milan de Toulouse. Un an et demi de préparation, de mise en forme notamment grâce à la collaboration (enthousiaste !) des responsables de Milan, pour la réalisation d'un projet innovant destiné à l’ensemble de la communauté basque des deux côtés de la Bidassoa. Xirrixta, qui est produit et commercialisé depuis six mois par une structure distincte de l'ICB, compte aujourd'hui un potentiel d'abonnés stabilisé à deux mille trois cents.

21Le magazine a reçu une mention spéciale du Conseil de l'Europe pour sa très haute qualité. Il est édité en relation avec les promoteurs du projet basque en breton depuis deux ans (Moutig) et sa version occitane (Plumalhon) a démarré en janvier 1995. Bref, un pari qui est loin d'être gagné mais une aventure culturelle et professionnelle passionnante.

Euskara Agerian, la langue basque dans la vie publique :

  • 7 L'association Académie de la Langue Basque / Euskaltzaindia a été reconnue d'utilité publique en f (...)

22Les deux premiers numéros de cette collection ayant pour objet de promouvoir et de développer la pratique de l'euskara (la langue basque) dans tous les secteurs de la vie publique ont été édités par l'ICB. Ces ouvrages se présentent sous la forme de lexiques d'aspect moderne, pratique et attrayant et traitent chacun d'un thème précis. Le premier concernait la signalisation routière (un débat d'une grande actualité en Pays Basque) et le second, présenté lors des secondes journées du patrimoine d'Irissarry les 15 et 16 octobre 1994, rassemble quelques six cent cinquante formules et mots usuels (avec leurs traductions basques) utilisés dans la signalétique des lieux publics et privés (commerces, banques...). Ces livrets sont réalisés en étroite collaboration avec notamment les membres de l’Académie de la langue basque originaires du Pays Basque nord. Un exemple qui illustre parfaitement le rôle de suppléance de l'ICB alors, en attendant une reconnaissance officielle de l'Euskaltzaindia7 sur le territoire français.

La danse basque : un projet ambitieux et un interlocuteur reconnu :

23Point n'est besoin d'épiloguer sur l'importance de la pratique sociale de la danse traditionnelle basque. Mais, malgré une vitalité incontestable, la danse basque est menacée de folklorisation et de fossilisation. Après deux années et demi de travail, de concertation, de soutien à diverses manifestations, l'ICB a invité les responsables de la danse, jusqu'alors scindés en deux groupements, à définir un projet commun. Cela s'est concrétisé en 1993 par la mise en forme d'orientations très importantes et la fusion des énergies au sein de la fédération unique Euskal Dantzarien Biltzarra, elle-même associée à son homologue du Pays Basque sud. Aujourd'hui, la fédération du Pays Basque nord regroupe cinquante-quatre groupes de danse basque — cela représente quelque trois mille danseurs — et emploie deux salariés à plein temps (un chorégraphe conseiller pédagogique pour la danse et un musicien). Cette structure est partenaire de l'ICB certes, mais est surtout reconnue par tous les interlocuteurs publics comme étant le représentant de la danse basque. Une évolution considérable et exemplaire due à la clairvoyance des responsables actuels de la danse traditionnelle basque mais aussi au rôle de catalyseur joué par l'ICB qui, au lieu de choisir la création d'un "département danse" en son sein, a préféré proposer l'option de la mise en place d'un organisme autonome, reconnu et représentatif de ce secteur.

L'action patrimoniale :

24Qu'il s'agisse de patrimoine culturel ou naturel, les acteurs passionnés et compétents, regroupés pour bon nombre d'entre eux en associations bien avant la création de l'ICB, ne manquent pas en Pays Basque. Dans beaucoup de domaines, l'ethnologie, l'histoire, l'archéologie, l’environnement..., ils travaillent en bonne concertation avec les professionnels ou les représentants des pouvoirs publics.

25Dans ce secteur, l'action de l'ICB a consisté essentiellement à mettre en synergie cet extraordinaire potentiel. Cela s'est traduit chronologiquement :

  • par la publication en automne 1992 d'un Guide du patrimoine recensant d'innombrables renseignements touchant de près ou de loin à l'action patrimoniale en Pays Basque (personnalités diverses, associations, institutions, musées et centres de documentation...). Cet ouvrage qui a rapidement pris le statut d'outil de référence fut présenté le 3 octobre 1992, lors de la 1ère journée du Patrimoine d'Irissarry organisée également par l'ICB, événement qui eut un écho considérable et qui mit en évidence, au grand jour, l'important travail accompli notamment par les associations patrimoniales basques.
  • À la suite de cet événement, il fut envisagé, en concertation avec des responsables d'associations patrimoniales, de créer une Commission Permanente du Patrimoine Basque rattachée à l'ICB, avec comme objectif d'être un lieu de débats, de réflexions et de propositions sur les grands thèmes du patrimoine basque. La mise en place de cette structure fut approuvée par le conseil d'administration de l'ICB dans le courant de l'année 1993, ainsi que l’embauche d’un responsable langue et patrimoine qui aurait entre autres pour mission d'animer et de coordonner les travaux de ladite Commission. De fait, depuis janvier 1994, Mlle Terexa Lekunberri, docteur en ethnologie (déjà réalisatrice du Guide du patrimoine précédemment cité) a rejoint l'équipe professionnelle de l'Institut Culturel Basque et assure depuis cette importante responsabilité. Cette Commission Permanente du Patrimoine Basque a travaillé en 1994 sur la question de la politique muséale en Pays Basque nord, suite à quoi l'ICB a publié un texte important faisant état de son point de vue actuel sur le sujet.

une politique de développement

26On l'aura compris, à la lumière de ces quelques exemples, l'Institut Culturel Basque a nettement infléchi ses modes d'intervention afin d'éviter les dérives du saupoudrage tout en poursuivant une démarche partenariale avec les acteurs de terrain. Ceci a conduit le conseil d'administration de l'ICB à préciser les grandes orientations de l'action à venir. En fin d'année 1994, les quatre axes prioritaires suivants étaient retenus :

  • Priorité d'intervention de l'ICB au niveau de l'expression basque et en basque. Il ne s'agissait pas à proprement parler d’une nouveauté mais de la réaffirmation nette de ce qui est la mission fondamentale de l'ICB.
  • Concernant l'aspect diffusion culturelle, priorité d'intervention — notamment en matière financière — en Pays Basque intérieur (zone rurale du Pays Basque nord, par comparaison au Pays Basque côtier urbain). Cette importante décision n'était pas étrangère au diagnostic culture réalisé dans le cadre de la réflexion prospective Pays Basque 20108. Les résultats de cette analyse ont objectivement éclairé une disparité flagrante en matière de moyens attribués à l'action culturelle entre côte basque et Pays Basque intérieur. L'Institut Culturel Basque veut donc, même de manière symbolique, contribuer à renforcer l'action culturelle en milieu rural, tout en évitant le piège d'y isoler l'expression culturelle basque. De fait, l'ICB est un partenaire des organisateurs culturels de la Côte basque — professionnels ou non — les incitants à accroître la place réservée à la culture basque de qualité dans leurs programmations.
  • Priorité à des projets qui ont pour objectif de renforcer et structurer de manière pérenne l'action culturelle basque.
  • Limiter le champ d'intervention de l'ICB à celui de l'action culturelle, ce qui sous-entend de manière explicite que des projets relevant de la communication (les radios associatives d'expression basque, par exemple) ou de l'enseignement ne seront plus directement aidés par l'ICB. Si tel est le cas en matière de soutien financier, il est clair que l'ICB n'a aucunement cessé d'être un partenaire privilégié de la réflexion pour tenter de résoudre des problèmes ne relevant pas de son champ d'action, aujourd'hui clairement défini.

27En conclusion, notre propos se veut d'un optimisme relatif. Dans le domaine de l'action culturelle proprement dite (en excluant donc les questions relevant de l'enseignement et de la communication) et malgré la présence aujourd’hui de l'Institut Culturel Basque, les moyens accordés en fonctionnement par la collectivité en général au développement de la langue et de la culture basques ne représentent que 14 % des moyens de l'action culturelle globale en Pays Basque nord (diagnostic de la commission culture de Pays Basque 2010). Ce qui a conduit les auteurs de ce rapport — j'en faisais partie — à conclure que de fait "la culture basque vit encore aujourd'hui en situation de culture étrangère sur son propre territoire".

28Cependant, il semble que nous soyons entrés dans une ère nouvelle qui conduit à penser que dans les esprits et les faits, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur du Pays Basque, la langue et la culture basques sont de moins en moins synonymes de passé et d'inutilité mais plutôt d'atout, d'apport, d'enrichissement. L'avenir semble entrouvert pour une politique du développement et non du maintien de notre langue et culture, ce qui signifierait à coup sûr leur disparition.

29Alors peut-être que demain, la langue et la culture basques ne seront pas uniquement associées aux notions d'affect, de sentiment, de subjectivité, de satisfaction identitaire mais aussi à celles de raison, de décision individuelle et collective, de communication.

Notes

1 Le Pays Basque de France, couramment désigné Pays Basque nord (en basque Iparralde) est la partie septentrionale d'une entité plus vaste répartie sur deux Etats, la Communauté autonome d'Euskadi et la Communauté forale de Navarre composant la partie située en territoire espagnol. Le Pays Basque de France représente 40 % de la superficie des Pyrénées-Atlantiques et 43 % de sa population (250 000 sur 580 000).

2 Cf. CHAUSSIER, J.D. De l'intercommunalité culturelle à la communauté des cultures. In : Action culturelle et coopération intercommunale. Documentation Française, sous la dir. de M. Gault. Paris : La Documentation Française, 1992, p. 107-110.

3 Pour la première fois de son histoire, l’Euskaltzaindia est présidé par un Basque de citoyenneté française en la personne de Monsieur Jean Haritschelhar, professeur émérite d'université (Bordeaux III).

4 Ecole laïque privée en langue basque.

5 Parmi les plus célèbres, celle d'un certain François Mitterrand, candidat à l’élection présidentielle de 1981 à Lorient : "...C'est blesser un peuple au plus profond de lui-même que de l'atteindre dans sa langue et sa culture... Au-delà des bonnes paroles, il faut des actes. Le temps est venu de dire qu'il appartiendra aux régions de décider de l'importance qu'elles donnent à leurs valeurs spécifiques ; le temps est venu d'un statut des langues et cultures de France qui leur reconnaisse une existence réelle ; le temps est venu de leur ouvrir grandes les portes de l'école, de créer les sociétés régionales de radio et TV permettant leur diffusion, de leur accorder toute la place qu'elles méritent dans la vie publique...". Sans oublier l'une des fameuses 101 propositions du même candidat : celle de la création d'un département basque...

6 Patriote basque.

7 L'association Académie de la Langue Basque / Euskaltzaindia a été reconnue d'utilité publique en février 1995.

8 L'analyse prospective intitulée Pays Basque 2010 fut réalisée durant l'année 1993 sous la direction de François Bourse, directeur d'études au GERPA. Cette démarche initiée surtout par les services de l'État réunira des dizaines d'acteurs socio-économiques et culturels du Pays Basque aux côtés des services administratifs des communes, du Conseil Général et notamment de l'Etat. Cela donnera un diagnostic argumenté et imposant (un document de plus de quatre cents pages) qui ne sera pas inutile pour élaborer un projet de territoire cohérent et global pour le Pays Basque de France. Enseignement très important de ce diagnostic, selon les résultats de l'analyse structurelle qui y est intégrée, la donnée intitulée "sentiments d'appartenance" (culture, territoire) fait partie des trois variables les plus influentes pour l'évolution à court, moyen et long terme du Pays Basque nord. Suite à ce travail, il s'est constitué en juin 1994 (douze ans après les recommandations de la Mission Ravail) un Conseil de Développement du Pays Basque Nord composé de quatre-vingt-dix personnes réparties en cinq collèges (élus, acteurs socio-économiques, enseignement-formation-culture, administration et personnalités qualifiées). Il sera relayé par un Conseil des Élus du Pays Basque qui se mettra officiellement en place début février 1994.

Auteur

Directeur de l'Institut Culturel Basque

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540