Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Normes et promotion

L'académie de la langue basque/Euskaltzaindia comme exemple d’un développement institutionnel transfrontalier

Jean Haritschelhar

Texte intégral

1L'Académie de la langue basque/Euskaltzaindia qui célèbre, cette année, le soixante-quinzième anniversaire de sa naissance, est pratiquement la seule institution basque qui a survécu aux bouleversements de la guerre civile d'Espagne (1936-1939) et de la deuxième guerre mondiale (1939-1945). Même si dans un premier temps le régime franquiste l'a ignorée, puis laissée dans la marginalité, il ne l'a cependant pas dissoute et il a toléré sa re-naissance dans les années quarante.

antécédents

2L'écrivain basque José Paulo Ulibarri Galindez (1775-1847) se présente comme un précurseur. Son Gutunliburua, ou "Recueil de lettres" rassemble en effet les lettres qu'il a reçues ou envoyées, ainsi que des vers de sa composition et un certain nombre d'annotations. Or, voici ce qu'il dit en quelques vers qu'il adresse à Pedro Novia de Salcedo, à l'occasion de sa fête, le 29 juin 1832 :

3Ogueta lau guizon biar dira icentau

4Guernicaco bazarrean euskeraren ganean eguiteco aleguiñe au.

5"Il faut nommer vingt-quatre personnes à la Junte de Guernica, pour promouvoir cette affaire de la langue basque".

6Mais la première mention expresse de la nécessité d'une institution académique est sans doute celle que contient un texte de José Francisco Aizkibel (1798-1865), de Azkoitia :

C'est ceci que nous voudrions voir se produire pour notre Euskera : que se forme peu à peu un dialecte classique ou littéraire qui serait compris par tous les habitants du Pays Basque, indistinctement. On se rapprocherait ainsi, autant que faire se peut, de l'état de la langue à son apogée, au moment de sa plus parfaite pureté. Pour cela est indispensable la constitution d'une académie composée de Basques qui ont spécialement étudié leur langue... Les autorités du Pays devraient prendre sous leur tutelle les travaux de cette corporation, menant à son terme le projet de notre vénéré patriarche, le comte de Peñaflorida, fondateur de L'Association Basque des Amis du Pays", cette Sociedad Vascongada de los Amigos del Pais, qui nous a apporté tant de bienfaits. C'est ainsi que se réaliserait l'union de notre nation, grâce à ce dialecte littéraire commun qui prévaudrait au bout de un ou deux siècles, car il aurait l'avantage d'être compris dans les sept provinces ou régions de dialectes différents, qu'il est impossible de réunir politiquement parce qu'elles appartiennent à deux nations puissantes.

7Au milieu du xixe siècle arrive au Pays Basque le Prince Louis Lucien Bonaparte (1813-1891), qui consacre à l'euskara ses meilleurs travaux. Il sut s'entourer de collaborateurs de toutes les régions de langue basque et après cinq excursions à travers tout le Pays Basque, entre 1856 et 1869, en compagnie de ce qu'on appelait son Académie ambulante, il parvient à classer méthodiquement, pour la première fois, les divers dialectes de la langue parlée. Un de ses plus proches collaborateurs, le capitaine Jean Duvoisin (1810-1891) réalisa pour son compte la première traduction complète de la Bible en euskara.

8Antoine d'Abbadie (1810-1897), qui organisait des concours de poésie basque, songea aussi à fonder une Académie.

9Aristide d'Artiñano (1840-1911) publia un projet concret d'Académie basque et élabora même des statuts appropriés. Sabino Arana (1865-1903) l'appuya avec enthousiasme : "pour mener à bon terme l'étude de la langue et de l'histoire basques sont nécessaires l'identité des idéaux, la simplicité des méthodes et l'unité des théories". Mais on ne trouva point le moyen de réaliser ce rêve.

10Malgré tout, les initiatives des deux côtés des Pyrénées demeuraient séparées. En 1900 surgit avec force l'idée de faire converger les préoccupations des deux parties de la Vasconie : alors se réunissent les congrès de Hendaye (1901) et de Fontarrabie (1902) où l'on aborde la question de l'unification littéraire. Mais les résultats furent négatifs : n'ayant pu se mettre d'accord sur l'utilisation d'une orthographe commune, les congressistes se séparèrent en deux groupes : les Basques continentaux créèrent l'association Euskaltzaleen Biltzarra et les Basques péninsulaires fondèrent l'association Euskal Esnalea.

11Il s'avère bientôt que les efforts individuels ne peuvent aboutir et que seul le concours des autorités publiques peut permettre à l'institution académique de s'établir.

12En se basant principalement sur l'avant-projet de Aristide de Artiñano, le président de la Députation de Biscaye, Adolfo Gabriel de Urquijo, prépare les statuts en 1906-1907. Le 27 juillet 1914, Resurrección María de Azkue (1864-1951) écrit à Hugo Schuchardt (1842-1927) que depuis cinq ans, il s’occupe de fonder une Académie, institution plus nécessaire que jamais, afin de réaliser deux projets essentiels : le dictionnaire basque et la normalisation de l'orthographe. On trouve bien d'autres témoignages de ce même souci, mais il manque toujours une ultime impulsion.

fondation de l'académie

13Les récentes élections à la députation de Biscaye amènent une majorité de députés "abertzale" appartenant au Parti Nationaliste Basque. C'est alors que s'établit le déclic.

14La députation de Biscaye, dans sa séance du 25 janvier 1918, approuve une motion rédigée en basque par les députés Cosme Elguezabal et Felix Landaburu, motion qui charge la députation de créer et d'entretenir, en union avec les trois autres députations du Pays Basque péninsulaire, l'Académie de la langue basque.

15Comme le premier congrès des études basques avait déjà été convoqué pour l'été de la même année dans l'antique université de Oñate, les députations demandèrent au Congrès d'étudier ce projet et de le mener à bonne fin.

16De fait, le président de la section de langue du Congrès, Domingo Aguirre (1864-1920), demanda à tous les membres de cette section d'exprimer leur opinion sur la création d'un organisme chargé de l’étude et de la promotion de la langue basque. Le résultat du vote fut unanimement favorable. On fixa aussi le champ d'activité réservé à la future institution : celle-ci se consacrerait à l'investigation linguistique, à la protection et à la conservation de l'euskara.

17On désigna ensuite une Commission qui devait élaborer un avant-projet de statuts pour l'Académie. Après un délai d'accueil des idées et des propositions, Raimundo Olabide (1869-1942) rédigea l'avant-projet demandé. Celui-ci fut à nouveau présenté au public par voie de presse, afin de recueillir amendements et observations. Le projet fut définitivement approuvé en novembre 1918.

18La Société des études basques, créée au congrès de Oñate, remit le projet de statuts aux quatre Députations, lesquelles donnèrent leur accord : celle de Guipuzcoa, le 11 avril ; celle de Biscaye, le 5 mai ; celle d'Alava, le 2 septembre et celle de Navarre, le 3 septembre de la même année 1919.

19Les statuts fixaient à douze le nombre des académiciens titulaires. Quatre d'entre eux furent désignés en septembre 1918 au congrès d'Oñate : Resurrección María de Azkue, qui fut le premier président de 1919 à 1951, date de son décès, Arturo Campión (1854-1937), Luís Eleizalde (18731923) et Julio de Urquijo (1871-1950). Les huit autres furent élus au cours d'une réunion expressément convoquée à cet effet au Palais de la Députation de Guipuzcoa, à Saint-Sébastien, le 21 septembre 1919.

20A cette réunion avaient été convoqués par la Société des Etudes basques, outre les quatre académiciens déjà nommés, les représentants des publications culturelles d'expression basque : la Revue internationale des études basques, Eskualduna de Bayonne, Euskal esnalea, Irugarrengo Prantziskotarra, Jaungoiko-Zale, Jesusen Biotzaren Deya, Euskal Erria, Euskalerriaren Alde.

21Furent élus ce jour-là : Domingo Aguirre, Jean Blaise Adéma, José Aguerre, Pierre Broussain, Juan Bautista Eguzkitza, Ramón Intzagarai, Pierre Lhande et Raimundo Olabide.

22L'Académie se réunit pour la première fois le 7 octobre 1919 au Palais de la députation de Guipuzcoa. Elle reçut ce jour-là la lettre de renonciation de l'abbé Jean Biaise Adéma et procéda à son remplacement par l'abbé Martin Landerretche, secrétaire de l’Eskualtzaleen Biltzarra. Elle élit Azkue président, Eleizalde secrétaire, Aguerre trésorier et Urquijo bibliothécaire. Bilbao fut choisi comme siège social de l'Académie.

23Au cours de la réunion du 26 octobre 1919, toujours à Saint-Sébastien, à laquelle assistait Martin Landerretche, nommé le 7 octobre, il fut procédé à la nomination d'académiciens d'honneur parmi lesquels figuraient Hugo Schuchardt de l'Université de Gratz, Julien Vinson enseignant aux Langues Orientales, à Paris et C. C. Uhlenbeek de l'Université de Leyde et d'académiciens correspondants de Labourd, de Basse-Navarre et de Soule.

24Dès la fin octobre 1919, l'Académie de la langue basque est en place. Elle doit sa naissance aux quatre députations du Pays Basque sud : Alava, Biscaye, Guipuzcoa et Navarre. Si elle n'est pas transfrontalière de par le cercle de ses fondateurs — le département des Basses-Pyrénées n'a pas présidé à sa naissance — elle est, par contre, transfrontalière dans sa structure. En effet, dans son désir de rassembler des représentants de tous les dialectes basques, trois des douze académiciens sont de citoyenneté française (Pierre Broussain, l'abbé Martin Landerretche et le R.P. Pierre Lhande) témoins des dialectes labourdin, bas-navarrais et souletin.

orientations et travaux de la premiere période (1920-1937)

25La lettre adressée par les académiciens aux membres correspondants nouvellement élus est, à ce propos, fort intéressante.

Saint-Sébastien, Palais de la Députation de Guipuzcoa, 26 octobre 1919

Monsieur et cher compatriote,
L'Académie de la langue basque, dans la session qu'elle a tenue aujourd'hui au Palais de la Députation de Guipuzcoa, a décidé à l'unanimité de vous nommer membre correspondant. Ce titre vous octroie la faculté d'assister aux assemblées ordinaires de l'Académie avec voix consultative, à l'exclusion cependant du droit de vote et de l'indemnité de déplacement.

L'Académie est constituée suivant le vœu adopté à l'unanimité par le Congrès d'Onate, en septembre 1918, en présence des délégués de tout le Pays Basque. Le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule y étaient représentés par ses députés au Parlement et ses délégués groupés autour du S.G. Mgr Gieure.

L’Académie est établie sous le patronage officiel et avec l'appui financier des quatre députations d'Alava, Biscaye, Guipuzcoa et Navarre et de nombreuses municipalités de ces quatre provinces. L'Académie comprend :
1°/ 12 membres titulaires, tous Basques, répartis en deux sections : la section philologique et la section de propagande.
2°/ 4 membres honoraires et 4 membres correspondants étrangers.
3°/ 30 membres correspondants basques dont 12 pour la Basse Navarre, le Labourd et la Soule, chargés de seconder l'Académie dans ses recherches et travaux.
L'Académie se propose :
1°/ de fixer l'orthographe euskarienne ;
2°/ d'expurger et de compléter le vocabulaire de la langue dans tous les dialectes en substituant aux termes étrangers les vieux mots basques tombés en désuétude et en élaborant les néologismes destinés à exprimer les concepts modernes ;
3°/ de travailler à constituer un eskuara littéraire qui servirait de trait d'union aux Basques de toutes les provinces, sans se substituer, bien entendu, aux dialectes locaux.
Ce serait méconnaître l'esprit de l'Académie que de la considérer comme une sorte de tribunal sans appel qui voudrait imposer tous ses arrêts.
Elle n'a d'autre but que de coordonner les efforts de tous pour le maintien et l’essor de notre vieille langue.
Nous espérons que votre attachement à notre langue vous inclinera à mettre vos lumières au service de notre Société.
Vous voudrez bien nous communiquer votre décision dans un délai de quinze jours à partir de la présente lettre.
Nous vous prions d'accepter, Monsieur et cher compatriote, l'assurance de nos sentiments les meilleurs.

26Le Directeur de l’Académie
Resurrección Maria de Azkue

27Le Secrétaire de l'Académie
Luís de Eleizalde

28Arguant du fait que l'Académie n'a pas encore fixé les normes orthographiques du basque, ces lettres furent écrites en espagnol et en français. Curieusement, la version française est plus développée que l'espagnole. En effet, les paragraphes 2 à 5 ne figurent pas dans la version espagnole. Ils portent sur la fondation de l'Académie, sa structure, ses objectifs, son rôle, toutes choses considérées comme connues des gens du Pays Basque sud et ignorées des gens du Pays Basque nord.

29Le paragraphe sur les objectifs est particulièrement intéressant, qui détaille les buts principaux :

  • l'adoption d'une orthographe commune ;
  • la limitation des emprunts, y compris leur élimination et la modernisation de la langue ;
  • la création d'une langue littéraire commune.

30Les orientations sont données d'une manière fort claire. Il ne reste plus qu'à se mettre au travail.

la premiere période : 1920-1937

31S'il fut relativement aisé d’adopter un système alphabétique unifié qui, d'ailleurs, ne fut pas appliqué en Pays Basque de France, il fut beaucoup plus difficile de résoudre le problème de la langue littéraire. Il n'empêche que l'article 6, a/ des statuts de l’Académie signalait expressément qu'elle "travaillera particulièrement à la formation d'une langue littéraire unifiée quant au lexique, la syntaxe et la graphie, langue nourrie de la richesse de tous les dialectes, qui permettra à tous les Basques de posséder une langue littéraire commune".

32Deux académiciens, MM. Campión et Broussain, furent chargés d'élaborer un rapport qui fut présenté à l'Académie sous le titre Communication à l'Académie de la langue basque sur l'unification de l'euskera". Le rapport signalait que le problème était certainement le plus grave que l'Académie aurait à résoudre mais que sa solution ne pouvait attendre et qu'une commission devrait être nommée pour en traiter.

33Le décès de Broussain, fervent partisan de la langue littéraire unifiée, les interventions de Julio de Urquijo, académicien et de Ramón Menéndez Pidal, le grand linguiste espagnol, signalant le danger de créer une "langue artificielle", tempérèrent les ardeurs, si bien que l'Académie décida de ne pas précipiter les choses.

34Cette question ne fut cependant pas écartée. Azkue, président de l'académie, proposa de se baser sur le dialecte guipuzcoan, c'est-à-dire central qui, enrichi par l'apport d'autres dialectes, donnerait un "gipuzkera osotua", c'est-à-dire un guipuzcoan complété. Cette proposition n'eut pas de réalisation pratique.

35La revue Euskera, organe de l'Académie, publia de nombreuses études grammaticales ou dialectologiques parmi lesquelles il convient de signaler celles de Severo Altube, Resurrección Maria de Azkue, Juan Bautista Eguzkitza, Damaso Intza, Nicolas Ormaechea "Orixe", ainsi que celles de linguistes étrangers comme Gerhard Bahr. La Revue internationale des études basques contribuait aussi à la diffusion de la recherche basque par la publication de travaux de Julio de Urquijo, son directeur, et Georges Lacombe son secrétaire, tous deux académiciens titulaires.

36L'Académie se manifeste en outre par la création de prix littéraires, l'établissement de bourses d'études destinées à former des linguistes dans des universités étrangères ; elle intervint, en outre, auprès du ministère de l'Instruction publique afin qu'il autorisât l'enseignement du basque à l'école.

le temps des catacombes et la re-naissance

37La guerre civile espagnole (1936-1939) écartela le Pays Basque, la Navarre et l'Alava devenues rapidement franquistes tandis que "les provinces traîtresses", le Guipuzcoa et la Biscaye, se rangent du côté de la République. Après la chute de Bilbao (juin 1937), la répression franquiste va s'abattre sur le Pays Basque le plus bascophone, la langue étant interdite, les basquisants pourchassés. L'Académie est dispersée, une partie d'entre elle en exil, l’autre se terrant et tâchant de survivre à l'exemple de son président qui assure la permanence.

38Grâce à des interventions auprès de personnes du régime ou proches du régime, l'Académie se remit à fonctionner dans les années 1941-1942. Il faut croire que l'Académie représentait quelque chose d’important dans la mentalité basque pour que le régime franquiste ne procédât pas à sa dissolution et, au contraire, autorisât son fonctionnement.

39De nouveaux académiciens furent nommés, l'un d'entre eux fort proche des autorités et pratiquement imposé. Sa réception eut lieu au palais de la députation de Biscaye, lieu public par excellence, ce qui permit à l'Académie de sortir, petit à petit, des catacombes, sans toutefois pouvoir se réunir en entier, les académiciens de citoyenneté française ne pouvant aller à Bilbao.

40Sur proposition de F. Krutwig, le nombre d'académiciens titulaires passa de douze à dix-huit, ce qui permettait de nommer de nouveaux membres, les académiciens en exil conservant leurs sièges. C'est ainsi qu'à la fin des années quarante et au début des années cinquante furent élus Mgr Saint-Pierre, René Lafon, professeur à l’Université de Bordeaux, Pierre Lafitte le grammairien basque, Louis Dassance président d'Eskualtzaleen Biltzarra, tous citoyens français, ainsi que Manuel Lekuona, éloigné du Pays Basque par le franquisme, Juan Gorostiaga, Luís Villasante (1951) et Luís Michelena (1952) dont l’apport à l'Académie sera capital.

411953 marque un tournant dans l'histoire de l'Académie. La revue Euskera est à nouveau autorisée et, très rapidement, sont organisés des congrès d'études dont le thème central est la langue basque : Aranzazu (1956), Bilbao (1958), Eibar (1959), Saint-Sébastien (1961), Aranzazu (1963) et Loyola (1964). Les participants à ces congrès sont de plus en plus nombreux ; ainsi est marqué l'intérêt croissant pour l'euskara. Initiative nouvelle de la part d'Euskaltzaindia, en conclusion du congrès de Bilbao, l'Académie déclare que "les mots enracinés dans la langue basque, quelle que soit leur origine, doivent être considérés comme termes basques, eu égard à cet enracinement et que, de ce fait, leur usage est licite et légitime". Ainsi était mis fin à ce courant né avant la guerre qui prétendait chasser de la langue basque tout mot d'origine étrangère et à le remplacer par un néologisme au nom de la pureté de la langue.

42Nouveau tournant : au début des années soixante, le nombre d'académiciens titulaires est porté de 18 à 24. Une nouvelle génération d'hommes jeunes vont faire leur entrée ; entre les vides à combler et les sièges créés, on compte onze nouveaux académiciens : trois du Pays Basque nord : Xavier Diharce "Iratzeder", Jean Haritschelhar, Pierre Larzabal et huit des provinces du sud : Satrustegi, Erkiaga, Irigoyen, San Martin, Labaien, Zabala, Barandiaran et Iraizoz. Dès lors, les initiatives se multiplient avec la réédition d'oeuvres classiques, les interventions renouvelées auprès du ministre espagnol de l'Education et des Sciences, pour que l'euskara ait sa place dans les écoles. L'Académie patronne aussi les cours d'alphabétisation lancés par l'un de ses membres correspondants Ricardo Arregui (1966), cours destinés aux adultes qui savent l'euskara mais n'ont appris ni à le lire ni à l'écrire, ainsi que des cours d'euskaldunisation pour ceux qui l'ignorent. Elle crée le titre d'enseignant de basque et organise les cours et les épreuves adéquats alors que le système des ikastola (enseignement en basque) se met en place en Guipuzcoa et Biscaye et se généralisera rapidement.

43Enfin, dans le but de célébrer le cinquantième anniversaire de sa création, Euskaltzaindia organise le congrès d'Aranzazu (1968), le thème central étant la création d'une langue littéraire unifiée.

la période actuelle (1968-1994)

44Le congrès d'Aranzazu (3-5 octobre 1968) est d’une importance capitale pour l’évolution de l'euskara. Le grand maître de ce congrès fut le linguiste Luis Michelena, professeur à l'université de Salamanque, professeur associé à la Sorbonne, qui, dans la conférence qu'il prononça, marqua les voies de la langue littéraire unifiée baptisée depuis "euskara batua". Il y déclarait :

  1. La nécessité pour la survie et le développement de la langue, de l'élaboration d'une langue littéraire standard, comme l'ont réalisé antérieurement bien des langues en Europe.
  2. L'obligation qu'aura l'Académie de faire des choix entre les dialectes pour l'unification de la langue, prenant comme base les dialectes centraux et sachant que tous devront céder une part d'eux-mêmes.
  3. Le rôle de l'Académie devra être celui de formuler les propositions et de guider les esprits.
  4. Les thèmes à traiter iront du plus aisé au plus délicat dans l'ordre suivant :
    1. l'orthographe ;
    2. les formes des mots anciens ;
    3. la création de mots nouveaux et la graphie des emprunts ;
    4. la morphologie nominale, pronominale et verbale ;
    5. la syntaxe.

45Les discussions des diverses contributions furent vives et même houleuses, mais les "modernes" l'emportèrent sur les "anciens" dans cette querelle et l'Académie, tenant compte de la diversité des opinions mit sur pied au cours des années suivantes des commissions qui unifièrent l'orthographe, la déclinaison, les démonstratifs, les verbes auxiliaires.

46Toutes ces propositions furent portées à la connaissance de tout le monde culturel basque (ikastola, presse, mouvements culturels, etc...) et l'Académie se donna dix ans pour juger si elle était suivie ou non.

47En 1978, le congrès de Vergara permettait de constater, grâce à une enquête, que la plupart des recommandations était suivie par l'immence majorité des écrivains et, en particulier, par l'ensemble des jeunes. Luís Michelena pouvait déclarer : "Quand je songe au congrès d'Aranzazu et à ses conséquences, je sens en moi une immense satisfaction et pas la moindre once de regret... L'Académie a pris la meilleure des décisions pour le Pays Basque en son entier, celle d'engager la langue sur les chemins de l'unité avec fermeté et résolution, sans atermoiement aucun".

48Les contributions au congrès de Vergara affinèrent les propositions de l'Académie qui devinrent des préceptes dès le congrès de l'année suivante à Mondragón (1979).

49Il est vrai que bien des choses ont changé dans le paysage politique espagnol. Le général Franco est décédé le 20 novembre 1975, le roi Juan Carlos est désormais à la tête de l'Etat et il favorise la transition démocratique. Le 20 février 1976, c'est-à-dire trois mois, jour pour jour, après la mort du dictateur, le Conseil des ministres réuni à Barcelone reconnaît officiellement l'Académie de la langue basque/Euskaltzaindia, le décret étant publié le 26 février 1976 au Journal Officiel.

50L'autonomie des provinces basques devient une réalité par le vote du statut qui déclare l'euskara comme langue officielle sur le territoire de la communauté autonome basque en même temps que l'espagnol et reconnaît, dans son article 6, paragraphe 4, que Euskaltzaindia/Real academia de la lengua vasca est l'institution consultative officielle en ce qui concerne l'euskara (18 décembre 1978). Quelques années plus tard (15 décembre 1986) est promulguée la loi forale de la langue basque en Navarre qui, dans son article 2, paragraphe 3, reconnaît l'Académie comme institution consultative officielle pour la Navarre.

51Sous l'impulsion de Luís Villasante, cinquième président d'Euskaltzaindia depuis 1970, l'Académie structure sa section "Recherches" en cinq grandes commissions : lexicologie, grammaire, dialectologie, onomastique et littérature. Chacune de ces commissions s'attelle à la tâche :

521/ La commission de lexicologie a dépouillé la littérature basque depuis le premier texte publié en 1545 jusqu'à 1970. Tous les termes, pourvus de leur contexte, sont informatisés et forment une banque de données qui permet d'élaborer le Dictionnaire général basque dont le septième volume sur quatorze paraîtra prochainement.

53Elle travaille, en outre, sur les problèmes de composition et de dérivation susceptibles de créer des mots nouveaux dont la langue moderne a besoin.

542/ La commission de grammaire utilisant la même banque de données publie les premiers éléments de la grammaire basque (morphologie nominale, pronominale et le verbe basque unifiés) quatre volumes amplement diffusés et travaille actuellement sur la syntaxe.

553/ La commission de dialectologie a procédé à une enquête portant sur cent quarante-cinq points du territoire bascophone (quarante-cinq en Pays Basque nord, cent en Pays Basque sud) avec deux mille huit cents questions dans chaque point d'enquête. La collecte étant terminée, les chercheurs en sont à la deuxième phase, celle de l'informatisation qui débouchera sur une banque de données de la langue orale avant de procéder à l'édition des cartes de l'Atlas linguistique basque.

564/ La commission d'onomastique a fixé la graphie basque des toponymes des deux communautés autonomes (Euskadi et Navarre) ainsi que celle du Pays Basque de France. Elle s'occupe actuellement d'exonomastique, c'est-à-dire de l'onomastique étrangère journellement utilisée dans les mass-media basques (presse, radio, télévision basques).

575/ La commission de littérature organise des congrès sur les auteurs de la littérature en association avec l'Université du Pays Basque, l'Université de Deusto-Bilbao, les Universités de Pau et de Bordeaux. Des actes de ces congrès sont publiés qui montrent les avancées de la recherche littéraire comme par exemple ceux consacrés au poète Elissamburu (xixe siècle) ou au poète, historien et parémiologue Arnaud d'Oihenart (xviie siècle) à l'occasion du quatrième centenaire de sa naissance. L'Académie publie en outre des éditions critiques d'auteurs anciens, un total de dix-sept volumes.

58Tous ces travaux ne peuvent être réalisés que grâce à l'appui financier des autorités du Pays Basque (Eusko Jaurlaritza/Gouvernement basque, le gouvernement de Navarre, les trois députations d’Alava, de Biscaye et de Guipuzcoa), avec lesquelles l'Académie a signé une convention de financement en octobre 1989.

59Fin 1988, le Père Luís Villasante a quitté la présidence, laissant sa place, pour la première fois dans l'histoire de l'Académie, à un citoyen français, ce qui montre clairement que l'Académie (dix-sept académiciens de citoyenneté espagnole et sept de citoyenneté française) est véritablement une institution transfrontalière dont la seule préoccupation est le maintien et le développement de la langue basque.

60Il restait à l'Académie à recevoir l'appui des autorités françaises. Certes, elle avait eu l'occasion de tenir séance dans diverses villes ou communes, à l'occasion, en particulier, de la réception de nouveaux académiciens ou encore à l'occasion de congrès : Bayonne, Anglet, Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Ciboure, Ascain, Ustaritz, Hasparren, Sare, Baigorri, Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint-Palais, Mauléon, etc... Il a fallu attendre la décennie quatre-vingt-dix pour établir des contacts avec le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, c'est-à-dire plus de soixante-dix ans après sa création. Le 2 juin 1992, M. Bayrou le nouveau président du conseil général recevait le bureau de l'Académie à Bayonne. Le 30 juillet 1993, devenu entre-temps ministre de l'Education nationale, il recevait au Parlement de Navarre à Pau l'ensemble de l'Académie en une séance solennelle, en présence du lehendakari Jose Antonio Ardanza, du représentant du gouvernement de Navarre et des trois députés généraux d'Alava, de Biscaye et du Guipuzcoa. Pour la première fois, l'ensemble des responsables politiques des territoires bascophones était réuni autour de l'Académie.

61Celle-ci reçoit désormais une aide financière du Conseil général, de même que le ministère de la Culture, à travers la Direction régionale des Affaires culturelles, a accordé des subventions sur des projets précis (Congrès, Dictionnaire, etc...).

62Quoiqu'étant une institution transfrontalière, ni l’Académie, ni la langue basque ne sont traitées de la même manière en Espagne et en France. C'est après une longue attente qu'Euskaltzaindia a été reconnue d'utilité publique par décret en février 1995.

63En Espagne, la langue est reconnue comme langue officielle sur les territoires de la Communauté autonome basque, ainsi que dans une partie de la Navarre ; en France rien de tout cela, même pas la signature par la France de la Charte du Conseil de l'Europe sur les langues minoritaires.

64Cependant l’Académie, dans la séance qu'elle a tenue à Biarritz le 30 juin 1994, a adressé une motion au gouvernement français, demandant l'officialisation de la langue basque sur les territoires des trois provinces historiques de Labourd, Basse-Navarre et Soule.

65Même si cette motion relève de l'utopie, il convient de prendre date et d'affirmer les droits de chaque langue.

66Euskaltzaindia, reconnue par toutes les instances politiques en Espagne, a été reçue par le roi Juan Carlos et la reine Sofia au palais de la Zarzuela le 19 septembre 1994 qui, en outre, lui ont adressé un message pour la célébration officielle du 75ème anniversaire deux jours plus tard. Imagine-t-on le président de la République française recevant l'Académie qui n'a guère en France, pour le moment du moins, que le statut d'association déclarée (loi de 1901) ? Cela est impensable pour la mentalité hexagonale.

67Depuis 1991, l'Académie est installée à Bilbao dans des locaux vastes, achetés et rénovés par la députation de Biscaye puis meublés par l’ensemble des collectivités (Euskadi, Navarre, Alava, Biscaye, Guipuzcoa). Tous ses services administratifs y sont rassemblés ainsi que la bibliothèque (soixante mille volumes) et les archives. Depuis une vingtaine d'années, des délégations sont établies à Saint-Sébastien, Pampelune, Vitoria et Bayonne, répondant ainsi aux demandes de plus en plus nombreuses en provenance des associations et des particuliers.

68Au moment même de l'inauguration du siège social se réunissait un Congrès international de dialectologie où intervenaient de nombreux professeurs de diverses universités d'Europe. Onze ans auparavant avait eu lieu à Gernika et à Bilbao le congrès mondial des bascologues venus des universités des cinq continents où la langue basque est enseignée.

69Euskaltzaindia qui comprend en son sein de nombreux universitaires (signe des temps, ils ont remplacé les prêtres, majoritaires auparavant) de Bayonne, Pau, Bordeaux. Deusto et l'Université du Pays Basque sont le point de rencontre des bascologues du monde entier, le lieu où est coordonnée la recherche linguistique concernant l'euskara, à travers les diverses commissions dont nous avons déjà mentionné les objectifs. Ce qui signifie que quand on définit l'Académie comme institution transfrontalière, cela regarde en premier la frontière franco-espagnole à cause des territoires bascophones qui se répartissent des deux côtés de la frontière mais cela va plus loin, vers les frontières de tous les états dans lesquels une université ou plusieurs comptent l'euskara parmi les disciplines qui y sont enseignées.

70Du 3 au 7 octobre s'est réuni à l'Université du Pays Basque, campus de Lejona, près de Bilbao, le XIIIème Congrès d'Euskaltzaindia, suite logique des congrès d'Aranzazu (1968), Vergara (1978) et Mondragón (1979). Voilà plus d'un quart de siècle que l'''euskara batua" a été créé, langue écrite, langue standard, celle dont rêvaient les premiers académiciens, cet "euskara littéraire qui servirait de trait d'union aux Basques de toutes les provinces, sans se substituer, bien entendu, aux dialectes locaux".

71Notre génération est celle qui a réalisé ce rêve, qui a transformé l'utopie en réalité. Il est vrai que, en soixante-quinze ans, les choses ont beaucoup changé : autonomie politique, euskara langue officielle, éducation et culture entre les mains du gouvernement basque ; dans la presse : un quotidien, des hebdomadaires, des revues exclusivement en basque, des stations de radio bascophones aussi bien en Pays Basque sud que nord, Euskal Telebista enfin qui émet en basque douze heures par jour.

72Pour toutes ces structures nouvelles, il faut une langue basque commune, riche, ayant réalisé son "aggiornamento", capable de faire face au présent et d’aborder l’avenir sans rien oublier du passé, bref une langue du xxie siècle embrassant tous les espaces de la pensée humaine.

73L’Académie, consciente du rôle qu’elle joue dans la normativisation de la langue, s'engage dans l'établissement et la promotion de cette langue standard commune qui est le patrimoine et signe majeur de l'identité basque, patrimoine transfrontalier comme l'est l'Académie, c'est-à-dire au-delà des frontières qui sont appelées à disparaître dans l’Europe du xxie siècle où le Pays Basque aura son rôle à jouer.

Auteur

Professeur émérite à l'Université Michel-de Montaigne-Bordeaux III, Président de l'Académie de la langue basque

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540