Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Les règles du jeu

Normalisation linguistique et patrimoine

Alain Viaut

Volltext

l'intervention linguistique

1Le mot "normalisation" choisi dans cet intitulé renvoie à un ensemble de notions qui ont pour objet différents types d'intervention interne et externe, sur une langue, dans un contexte socio-politique et culturel de contact entre codes linguistiques proches ou distants. Ces possibilités d'intervention peuvent s'entendre dans un sens large, soit qu'elles proviennent de diverses instances de la puissance publique, soit qu'elles émanent d'entités représentatives des aspirations de la société civile.

2Il convient maintenant de préciser les raisons pour lesquelles le concept de normalisation a été retenu ici, plutôt qu'un autre, pour être mis en rapport avec la notion de patrimoine, en préalable conceptuel à une observation de la situation sociolinguistique des langues régionales de l'Aquitaine.

3Sans entrer dans les détails de l'histoire de ce concept, nous conviendrons d'en retenir certains points utiles à notre propos. Ainsi, si le terme de normalisation, employé ici, tire son origine de l'anglais normalization dont l'acception de départ comprend les actions de codification et de standardisation d'une langue, reprises de la même façon par le terme équivalent français "normalisation", il s'écartera aussi de cette matrice pour prendre celle, plus large, que lui a procuré, depuis, la sociolinguistique catalane à partir, notamment, des années 1970. Cette dernière, proche de celle de language planning en anglais et d’"aménagement linguistique" en français québécois les dépasse aussi en ce qu'elle inclut, dans un contexte de contact linguistique, l'idée de "normalité" d'usage d'une langue qui en aurait été dépourvue auparavant. Sans perdre de vue que l'idée de "normalité", aussi bien dans ce domaine que dans d'autres, suscite en soi un large débat spécifique dont on devra garder présent à l’esprit l'intérêt et l'exigence tout au long du développement qui suit, nous nous contenterons ici de faire référence à l'acception selon laquelle une langue est normalisée dès lors qu'elle possède, ou a fini par acquérir, et exerce effectivement, les facultés d'emploi essentielles dans les domaines privés et publics, ordinaires et symboliques, familiers et officiels, de la communication. Là encore, "essentiel" reste à définir, au moins quant au seuil minimal qu'il laisse supposer ; pour le reste, c'est du côté d'une typologie des configurations que les tendances et les interprétations seront à décrire et analyser dans leur variabilité.

  • 1 Cf. un commentaire d'une douzaine de ces définitions, in : COOPER, R. L. Language Planning and Soc (...)
  • 2 Cf. HAUGEN, E. Planning for a Standard Language in Modem Norway. Anthropologia Linguistics, 1 (3), (...)
  • 3 Cf. KLOSS, H. Research Possibilities on Group Bilingualism. Québec : Centre International de Reche (...)
  • 4 Cf. COOPER, R. L. Op. cit., p. 157-163.

4De fait, la terminologie française de l'aménagement linguistique, qui connaît des développements, au-delà de son aire d'origine, dans les pays francophones d'Europe, traduit, en synonymie avec l'expression "planification linguistique", le language planning anglo-saxon. Celui-ci a fait l'objet de plusieurs définitions1, depuis l'emploi qu'en fit E. Haugen en 19592 pour désigner d'abord un ensemble de tâches de codification et de standardisation. Il apparaît à ce jour que l'on se réfère, le plus souvent, aux apports de H. Kloss3 pour qui le concept doit recouvrir les opérations consistant à aménager, d'une part, le corpus de la langue (corpus planning) et, d'autre part, son statut (status planning). Les premières, qui ont trait à la codification et à l'élaboration, visent à la modernisation et à l'augmentation de capacités d'usage d'une langue ; les deuxièmes ont trait à son degré de reconnaissance publique et légale et à ses possibilités de socialisation. Ces aspects peuvent enfin être complétés par la définition proposée par R. L. Cooper qui, tout en intégrant ces deux aspects désormais récurrents dans les analyses actuelles, confère en plus une place à part à l'acquisition4, dont nous ne saurions méconnaître l'importance pour les langues minoritaires en situation précaire.

  • 5 Cf. COOPER, R. L. Op. cit., p. 58-97 ; LABRIE, N. La construction linguistique de la Communauté eu (...)
  • 6 Cf. analyse in : LAMUELA, X. Estandardització i establiment de les llengües : Barcelona : Edicions (...)
  • 7 Cf. RUBIN, J. Évaluation and Language Planning. In : Can Language Be Planned ?, sous la dir. de J. (...)
  • 8 Cf. BAMGBOSE, A. Issues for a Model of Language Planning. Language Problems and Language Planning,(...)

5Quant aux modèles développant des stratégies de planification linguistique, nous renverrons aux présentations qu'en font, par exemple, R.L. Cooper ou N. Labrie dans La construction linguistique de la Communauté européenne5. Il découle des modèles d'E. Haugen (1966 et 1983) et de J. A. Fishman (1973), pourtant axés sur la codification et la diffusion d'une forme linguistique maîtrisée et susceptible d'une élaboration et d'une diversification continues, que l'aspect décisionnel, en termes de pouvoir, intervient principalement au moment du choix initial de la norme. L'adoption de tel ou tel type d'implantation pour cette dernière, selon un support juridique et politique déterminé, grâce à l'enseignement et aux médias en particulier, présente, implicitement, un aspect décisionnel tout aussi socio-politique6. De fait, la mise en évidence des processus décisionnels sera une caractéristique de la plupart des modèles explicatifs de la planification linguistique. Ainsi, à partir du schéma diachronique en quatre phases7 de J. Rubin (1971) : 1) réalisation d'études (fact-finding), 2) formulation de politiques (planning), 3) mise en œuvre (implementation), 4) évaluation (feedback), A. Bamgbose nuance ce modèle par la possibilité de variation dans l'ordre des actions et d'interférences entre elles8.

  • 9 Traduction de Language Policy (cf. FISHMAN, J.A. Sociolinguistics, a Brief Introduction. Rowley (M (...)

6Dans le but d'adapter ce type de cadre descriptif à l'analyse des pratiques des institutions européennes en matière linguistique, N. Labrie ajoute à ce procès de base une étape indépendante de prise de décision entre les phases 2 et 3 du modèles de J. Rubin et d'A. Bamgbose, alors que ce dernier, par exemple la voyait intervenir lors de l'un de ces deux stades. L'argument employé pour justifier cette autonomisation, à savoir que l'instance qui décide peut être distincte de celle qui formule des principes de politique linguistique ou de celle qui les met en œuvre, peut-être, à notre sens, utilement repris ici. L'Aquitaine étant, à cet égard, exemplaire de ce qui peut être observé ailleurs en France, la formulation de conceptions de politique linguistique9, au sens large, est essentiellement venue, en ce qui concerne les langues régionales, de secteurs ou de personnalités de la société civile. Or les décisions à caractère étatique n'interviennent pas forcément en fonction de ces conceptions. Par ailleurs, les agents de la fonction publique d'Etat ne sont pas les seuls exécutants de la volonté gouvernementale — lorsqu'elle existe — dans ce domaine. Ainsi, l’intervention de collectivités territoriales et d'associations peut-elle être notoire, spécialement dans l'enseignement, qui jusqu'à présent a été presque le seul secteur concerné par des mesures d'ordre général, pour participer au financement et à l'organisation de l'environnement pédagogique.

  • 10 Cf. LABRIE, N. Op. cit., p. 33-38.

7La configuration finale du modèle explicatif conçu par N. Labrie combine cette dynamique décisionnelle à cinq étapes avec une grille de lecture fonctionnelle de l'État empruntée à G. Bergeron10, en distinguant trois types de niveaux, super-fonctionnel (bloc de constitutionnalité, lois fondamentales), fonctionnel (gouvernement, administration, justice) et infra-fonctionnel (reste du champ étatique et société civile). Le tableau final qui en résulte, conçu pour examiner les pratiques en matière de politique linguistique dans la Communauté européenne, pouvant aussi convenir à une analyse à échelle stato-nationale, se révèlerait trop ample à une échelle régionale française en l'absence d'autonomie législative à ce niveau administratif. Il importe pourtant de ne pas l'ignorer dans la mesure où la région administrative française est susceptible d'être de plus en plus intégrée dans des procédures décisionnelles de conception supranationale, de type transfrontalier ou à l'échelle de l’Union européenne.

  • 11 Cf. CALVET, L. J. La guerre des langues et les politiques linguistiques. Paris : Payot, 1987, p. 1 (...)
  • 12 Ibidem, p. 156.

8Pour cette raison, lorsque nous nous reporterons au concept de politique linguistique, nous renverrons surtout à l'acception large qu'en donne L.J. Calvet dans La guerre des langues11 selon laquelle, s'il n’y pas de planification linguistique sans politique linguistique, la réciproque n'est pas vraie. La question des instances de conception, de décision et d'instrumentation, en vue d'actions propres ou menées en interaction avec d’autres entités, publiques ou privées, est ainsi posée. Dans les pays où l'État central, comme en France, monopolise la plus grande partie des fonctions traditionnelles de gouvernement, quand bien même une entité territoriale telle que la région aurait le dessein de mener une politique linguistique, il serait difficile de la mettre en œuvre, sinon de façon réduite du fait de ces contraintes structurelles. Cela ne fonctionne cependant pas à sens unique et n'implique nullement l'automaticité de la mise en œuvre d'une planification linguistique par une région qui aurait une compétence décisionnelle en matière de culture et d'enseignement, notamment. Face à une situation de contact de langues, l'apparente non application d’une politique linguistique dans un tel cas, même timide, peut équivaloir au maintien d'un statu quo favorable à la prédominance d'une des langues en présence, voire à l'aboutissement d'un procès de changement linguistique, en ne prévoyant pas, par exemple, de mesures de protection spécifiques pour les langues minoritaires. Il reste le cas, signalé par L.J. Calvet, de la politique linguistique, réelle dans les conceptions ou potentielle, mais ne débouchant que sur une planification linguistique symbolique, faute de moyens politiques et économiques pour sa mise en œuvre12. Sachant que politique linguistique et planification linguistique sont également déterminées, dans le domaine des langues régionales ou minoritaires, par une demande qui appelle un certain nombre de questions sur sa propre nature, ses seuils de prise en compte et ses potentialités, de fait, ces deux dernières configurations pourraient être posées comme hypothèse pour une analyse de l’alternative actuelle des régions françaises concernées par la question des langues dites régionales.

la normalisation comme alternative à la disparition

  • 13 Ibidem, p. 156-157.

9L'expression "planification linguistique", que nous choisirons finalement d'utiliser pour traduire le language planning anglo-saxon, côtoie donc, comme nous l'avons vu plus haut, celle de "normalisation linguistique" qui, si elle continue à rendre pour certains l'anglais normalization (cf. supra), ne s'en rapporte pas moins, de plus en plus, à l'acception catalane et, assez largement, hispanique de la normalització / normalización lingüìstica. Pour L.J. Calvet13, par exemple, le terme de normalisation répond au sens traditionnel que lui attribue le français. Nous ne retiendrons pas cette acception ici au profit de celui de la notion de "normativisation" dont il sera question plus avant. Les sociolinguistes de l'Université de Montpellier, travaillant particulièrement sur le cas de l'occitan, ont, quant à eux, intégré cette nouvelle terminologie de la normalisation.

  • 14 Cf. NINYOLES, L. R. Idioma y poder social. Madrid : Tecnos, 1972, p. 53.

10Dans le schéma désormais classique, que nous devons au sociolinguistique valencien R. L. Ninyoles14, figure, dans l'histoire du contact linguistique, après une phase de diglossie, entre variétés haute et basse d’une même langue ou entre langue dominante (A) et langue dominée (B), suivie d'une autre de bilinguisme, celle de conflit linguistique dont l'issue est la normalisation ou la substitution. Les langues régionales de l'Aquitaine se situent, globalement, plutôt du côté de la substitution par le français que de celui d'une normalisation en cours en vue de leur protection, pour l’occitan, et au seuil d'une possible normalisation pour le basque. De fait, en ces années 1960-70, fondatrices pour la sociolinguistique catalane, l’issue retenue pour la normalisation est à tout le moins un bilinguisme égalitaire, ainsi que R. L. Ninyoles le précisait alors :

  • 15 Ibidem, p. 97.

le changement linguistique rend inutile la normalisation. La normalisation rend inutile le changement linguistique [...]. La normalisation ne pourra transformer la diglossie en un réel bilinguisme qui représente, de la façon la plus originale, la cristalisation d'un dialogue fécond et la claire acceptation de notre diversité culturelle15.

  • 16 Cf. ARACIL, L. V. Conflit linguistique et normalisation linguistique dans l'Europe nouvelle. Nancy (...)
  • 17 Cf. VALLVERDÚ, Fr. La normalització del català modem. Treballs de Sociolingüistica Catalana, 1, 19 (...)

11L.V. Aracil, à l'origine de cette nouvelle conception de la normalisation16, allait dans le même sens, tout en évoquant des cas susceptibles de déboucher sur l’institutionnalisation d'une seule langue, d'autant plus facilitée que la structure politique de référence serait libre d'intervenir dans ce domaine et directement intéressée à le faire (cas cité de l'hébreu). Après l'époque de ces premières formulations, qui font principalement rimer "normalisation" avec bilinguisme, celle des années quatre-vingt vit la mise en pratique du concept et les réajustements qui en résultèrent. Il sera central pour le Groupe Catalan de Sociolinguistique et, désormais, pour la politique linguistique de la Catalogne autonome. Il servira également de référence pour d'autres communautés espagnoles possédant des langues propres, coofficielles avec le castillan. Les précisions intervenues durant cette période aboutiront entre autres à distinguer les phases de la "normativisation" (normativització) et de l'"extension de l'usage social" (extensió social) de la langue, en l'occurrence ici, minoritaire, pour reprendre la terminologie proposée en 1977 par Fr. Vallverdú17. La première d'entre elles, recouvrant l'acception d'origine anglo-saxonne du terme normalization (cf. supra), avec les idées de norme et de codification, correspond assez à celle de corpus planning évoquée plus haut. La deuxième est proche de celle de status planning, également mentionnée précédemment, mais tend à la dépasser dans un cadre diglossique en intégrant la dynamique de contacts linguistiques inégalitaires. Elle s'inscrit "en situation" et implique un rééquilibrage des conditions d'usage des langues en contact afin de sortir d'un contexte de tension manifeste ou latent.

  • 18 Cf. ARACIL, L.V. Papers de sociolingmstica. Op. cit., p. 25-28.
  • 19 Notion couramment utilisée de nos jours dans la sociolinguistique du contact linguistique et propo (...)
  • 20 Cf. pour l'application du concept de mimétisme proposé par R. Girard, à la sociolinguistique de la (...)

12Il s'agit par-là d'arriver à une "normalité" d'emploi de la langue auparavant dominée ou en phase régressive avancée, chose qui appelle non seulement une clarification du statut de la langue en question mais aussi une évaluation dynamique de l'usage et de l’identification linguistique censée déboucher, à la faveur d’un réaménagement des fonctions linguistiques de la société18, sur une augmentation du nombre des locuteurs. Cette démarche sera d'autant plus longue et délicate que la langue minorisée ne répondra que peu ou presque plus aux besoins sociaux du groupe auquel elle appartient, l'objectif de recouvrement d'un complet usage ne pouvant être que théorique dans cette configuration. Pour cette raison, nous disons "du groupe auquel elle appartient", plutôt que "du groupe qui la parle", dans la mesure où cet emploi peut être faible ou très faible. En ce sens, les stratégies de récupération pourront au moins inclure une étape déjà importante de réappropriation symbolique, sans laquelle l'émergence, dans des proportions utiles, d'une attitude de "loyauté" (language loyalty)19 ne saurait alors permettre d'envisager la reconstitution de certains espaces d'échange où la langue se révèlerait instrumentale et contribuerait à justifier des avancées dans la mise en application de mesures normalisatrices au sens large retenu ci-dessus. À l'inverse, des tendances "mimétiques"20 en faveur de la langue dominante pourraient l'emporter en favorisant l'abandon progressif et le confinement de la langue propre.

13L'objectif d'un bilinguisme symétrique et équilibré suggéré par R. L. Ninyoles au début des années 1970 (cf. supra), ne pouvant être présenté que comme théorique, deux tendances se sont dégagées quant aux options d'une normalisation linguistique, désormais envisageable sous un angle plus concret depuis la mise en place en Espagne, durant les années 1980, de procédures de planification linguistique visant à donner aux langues territoriales minoritaires les instruments d'une resocialisation ou d'une socialisation étendue.

  • 21 Cf. VALLVERDÚ, Fr. L'ús del català : un futur controvertit. Barcelona : Edicions 62, 1990, p. 53-5 (...)
  • 22 Cf. LAMUELA, X. Op. cit., p. 47-65, et, du même : La politique catalane de la langue ou l'établiss (...)
  • 23 Cf. présentation de cette tendance et terminologie, in : VALLVERDÚ, Fr. Op. cit., p. 55-56. Voir a (...)
  • 24 Cf. LAMUELA, X. La politique catalane de la langue ou l'établissement impossible. Lengas revue de (...)
  • 25 Cf. ARACIL, L.V. Papers de sociolingmstica. Op. cit., p. 33-34.
  • 26 Cf. DAGUZAN, J. Fr. Fait national et fait régional. Essai comparatif entre la France et l'Espagne. (...)

14L'une des deux interprétations qui ressort des approches effectuées par les sociolinguistes catalans est que l’issue bilingue puisse n’être que transitoire tant l’objectif visé de la "plénitude de l’usage"21 en faveur de la langue auparavant minorisée correspondrait, de fait, à un stade atteint d'"établissement" (establiment) (cf. infra) avec l'acquisition en particulier, pour J. Murgades et X. Lamuela22, de la "fonction discriminante" (funció discriminant) (cf. infra), traditionnellement dévolues aux langues ou variétés linguistiques dominantes dans le schéma classique d'une situation de diglossie. Il peut s'ensuivre alors une substitution à l'inverse au profit de la langue anciennement dominée23, cela n'étant pas contraire, en théorie, avec un retour à une nouvelle diglossie si, donc, "l'établissement d'une langue est en principe compatible avec l’existence de diverses langues subordonnées "24. Une des options politiques et théoriques qui correspondrait à cette interprétation pourrait être l'indépendance ou, à tout le moins, une territorialisation légale des espaces linguistiques. Parallèlement, une autre, qui s'appuie plus pragmatiquement sur la réalité des mesures de planification telles qu'elles ont découlé, jusqu'à présent, des possibilités constitutionnelles espagnoles et légales catalanes de la coofficialité entre le catalan et le castillan, admet que la normalisation puisse continuer à être conduite sur une lancée jugée globalement positive et atteindre ses buts, au prix, au besoin, d'un réaménagement de la répartition légale et fonctionnelle des deux langues à l'échelle stato-nationale, et communautaire catalane. Une des options politiques correspondant à cette approche, outre des réformes du cadre unitaire actuel, peut-être l'évolution vers un système fédéral. Dans tous les cas, le choix de conduire une politique de normalisation linguistique, véritable macrodécision en faveur d'une langue minorisée, au sens où l'entendait L V. Aracil, son promoteur initial, implique au moins "un degré substantiel de self-government de la communauté linguistique intéressée."25. Cette condition de base est sans doute plus observable en Espagne qu'en France, en présence, il est non moins vrai, de réalités sociolinguistiques différentes, propres à induire des demandes de nature et de teneur, jusqu'à présent, différentes26, l'enjeu demeurant toutefois celui de la survie et de la vie de langues.

15Or l'État central n'est pas forcément moins "normalisateur" qu'une communauté linguistique concernée à travers sa représentation politique décentralisée. Le présupposé de l'autonomie décisionnelle peut être évalué en termes de seuil et de capacité de formulation. Mais celle-ci est en bonne part conditionnée par une information minimale préalable qui n'est pas forcément plus développée à tel niveau territorial qu'à un autre. Il peut néanmoins exister une distorsion entre le niveau acquis d'information utile à la prise de décision et la capacité politique et budgétaire qui en découle, et inversement.

16En vue de cette tentative d'évaluation appropriée de l'appareil conceptuel de la sociolinguistique dite "périphérique" des situations de diglossie, nous reviendrons également sur la double acception, descriptive, à portée dénotative, et prospective, du concept de normalisation. L'aspect prospectif n'est pas seulement analytique. On le reconnaîtra, à la suite de L.V. Aracil, comme étant également investi d'une intentionalité favorable à l'objet d'étude. Assumant alors le risque d'une portée connotative, il peut être ainsi interprété comme également opératoire. Montrant en quoi ce que l'on entendait jusque-là par "normalisation", dans le sens anglo-saxon du terme, devait être réexaminé en tenant compte de la résonance sociopolitique qu'elle impliquait, ce dernier précisait en même temps cette nouvelle compréhension du concept au sujet de laquelle on a pu parler de "compromission" :

  • 27 In : ARACIL, L.V. Papers de sociolingüística. Op. cit., p. 32-33.

[...], la normalisation revient surtout à élaborer et mettre en place des systèmes de normes d'usage linguistique. Et cela suppose nécessairement que la normalisation est toujours consciente. En réalité, dès le moment où elle est prospective par définition, elle est prévisionnelle. Elle implique, en effet, non seulement une attitude favorable envers la langue qu'il s'agit de normaliser, mais aussi — et spécialement — un espoir et une confiance en l'efficacité de l'action sociale suscitée et concertée. Après tout, si cela n'en valait pas la peine ou semblait clairement impossible, personne ne songerait à y investir des moyens. L'aventure — car c'est toujours le cas — commence au moment où on accepte le défi. (Je voudrais insister dans cette parenthèse sur le fait que cette façon dynamique et optimiste de poser la question s'oppose radicalement au fatalisme des philologues-idéologues qui voudraient nous faire croire que les langues se développent et s'éteignent d’elles-mêmes, sans intervention humaine, en vertu de "lois naturelles" inhérentes à leur "essence".)27

17Toutefois, si l'utilisation courante en Espagne de la terminologie de la normalisation par différents organes politiques et administratifs édictant et appliquant des mesures de politique linguistique confirme cette analyse en ce qu'elle révèle la réalisation de schémas prévisionnels — il y a des lois dites de normalisation linguistique en Catalogne, Euskadi, Galice et Baléares — les contenus et les pratiques qui en résultent ne correspondent pas nécessairement à toutes les idées de départ et impliquent naturellement de nouvelles réflexions.

  • 28 Cf. LAMUELA, X. Estandardització i establiment de les llengües. Op. cit., p. 47-65, 89-110.
  • 29 Ibidem, p. 108.
  • 30 Ibidem, p. 56-60, et, cité dans : MURGADES, J. Tres olimpíades després (o allò que va d'un "manife (...)

18Ainsi les concepts d’"établissement” et de "fonction discriminante", tous deux développés ces derniers temps28 et émis, par conséquent, après cette période dense de première expérimentation, auront valeur exemplaire tout en pouvant être abordés avec les mêmes présupposés que la normalisation dont ils interprètent les objectifs. Le premier de ces concepts se rapporte à une des phases terminales possibles de la normalisation linguistique. Il est défini comme suit par X. Lamuela : "le processus d’"établissement d'une langue" dans une société moderne est celui qui lui permet de mettre en œuvre la fonction discriminante principale, caractéristique de ce type de société"29. Le second répond à ce qui pourrait en être une condition ou un révélateur. Nous tenterons de résumer X. Lamuela30, qui reprend J. Murgades, en prenant la "fonction discriminante" comme un ensemble de sous fonctions déduites de l’emploi de variétés ou de formes linguistiques propres à favoriser une capacité d'action dans le champ des différentes formes de pouvoir dans l'organisation et la vie d'une société.

  • 31 Cf. sur cette notion de "langue propre" : GENERALITAT DE CATALUNYA. Sobre la llei de normalització (...)
  • 32 Cf. ARACIL, L. V. Dir la realitat. Barcelona : Països Catalans, 1983, p. 176-200.

19Non confronté, ou peu, jusqu'à présent, à l'épreuve de l'observation de mises en œuvre résolues de procédures de conception normalisatrice en France, notre interprétation de la normalisation, encore relativement "vierge", par conséquent, sur ce terrain, nous inclinera à retenir du premier concept son utilité topologique comme débouché du procès normalisateur et le principe de son acception descriptive, en préférant dire que L'établissement" se prouve par la mise en œuvre d'un nombre minimal de fonctions discriminantes, plutôt que par celle de la principale d'entre elles. En outre, il pourrait déjà être intéressant, à ce stade, de nuancer le concept par l'idée d'adaptabilité contextuelle. Entendant aussi qu'il comporte, dans son implication pour son objet, une dimension opératoire, liée à l'appréciation du dit contexte, nous retiendrons pour notre part au titre de celle-ci, à la lumière des cas auxquels nous nous référons en priorité ici, l'accès à un état théorique au moins d'égale compétence passive bilingue. Cet état serait ajusté au mieux des réalités et attentes sociolinguistiques, après sensibilisation et information dûment dispensées à ces fins au cours de la normalisation, et supposerait l'existence d'un contexte propice au développement de l'emploi actif et formel de la langue préalablement dominée. Cette issue suppose, entre autres, dans la phase de normalisation, la reconnaissance de ce type de langue selon des modalités adaptées, comme nationale ou propre31 (en référence à l'apport hispanique dans ce domaine), et officielle, par étapes ou simultanément, dans un cadre politique approprié, correspondant ou non à une superstructure stato-nationale. Les différentes configurations en résultant impliqueraient conjointement la "facilitation" d'apprentissage et d'emploi, voire la reconnaissance d'usage selon le cas, d'autres langues, officielles ou non, à l'intérieur du cadre politico-administratif de référence, véhiculaires à échelle nationale ou plurinationale. Il convient, dans ce dernier cas — qui relève généralement d'une nécessité — d'avoir présent à l'esprit l'importance de la possibilité de l'accès direct de la langue x, en cours de normalisation ou normalisée, aux langues v, w ou z, sans passer, par obligation politique (peu concevable si le processus de normalisation a été mené à bien), nécessité économique ou communicationnelle, par Pinterposition" (interposició) — pour reprendre la conceptualisation proposée par L. V. Aracil32 — de y, langue dominante ou ex-langue dominante, facteur de nature à continuer de conditionner des effets, externes (statut) et internes (corpus) de la domination linguistique.

20Nous débouchons ainsi sur une autre appréhension du concept de départ, notamment du fait d’un présupposé différent, à la base, quant à l'issue du contact linguistique, non uniquement perçue comme le renversement de l'ordre des termes du conflit initial, vers une relation de type, par conséquent, ordonné, mais aussi comme la possibilité de leur "installation" dans une relation de réel équilibre consenti. Cette déclinaison, de fait, du concept d'"établissement" nous conduit à proposer, à côté de lui, et pour répondre à ce que nous venons d'évoquer, celui d'"installation". S'il en est évidemment proche par le sens général, nous le percevons comme étant plus apte à recevoir, en plus de la signification donnée à celui d’"établissement" (cf. supra), l'idée, postulée ici, d'agencement codifié du contact linguistique.

21Nous retenons du concept de "fonction discriminante" son acception descriptive, dans son association à la notion d'intégration par la langue. Cette notion s'en trouve éclairée, pour la fonction qu'elle a désignée, au moins historiquement, en France, en réalité discriminatrice à l'égard des autres langues que le français et de leurs locuteurs exclusifs dans leurs capacités à accéder au pouvoir socio-politique et économique. Quant à la portée opératoire dont il paraît également investi, considérant qu'elle demeure encore marquée par la spécificité du contexte où elle a été conçue et où ses promoteurs posent l'hypothèse de l'utilité de son application, nous ne saurions en penser la destination à celui, à plusieurs égards différent, qui nous occupe sans manquer de pragmatisme, et prendre le risque de passer d'un état — déjà perçu comme théorique — de contact et de concurrence (dans le sens "commercial" où le processus de normalisation aurait permis l'émergence de réelles possibilités d'accès à un "marché" linguistique, tel que l'entend P. Bourdieu, pour la langue auparavant dominée) à un autre, de tension et de conflit, attendant en outre une interprétation la plus ouverte possible, dans ce cadre, du concept de territorialité.

22Dans cette sociolinguistique de la diglossie, dont nous ne devons pas perdre de vue qu'elle est jalonnée de seuils de franchissement vers celle, susceptible d’être impliquée, de la normalisation, une des questions régulièrement soulevées, aussi, dans le débat hispanique, est celle de la division, par exemple, du territoire linguistique catalan en entités administratives indépendantes les unes des autres. Non seulement entre trois États (Andorre, Espagne et France), mais aussi à l'intérieur même de l'Espagne (Catalogne, Baléares, Pays valencien), sans compter la "Frange" (Franja) catalanophone située dans la partie orientale de l'Aragon. On retrouve également ce problème pour les prolongements du galicien dans les communautés autonomes voisines des Asturies et de Castille-Leon, ou pour ceux de l'asturo-léonnais dans cette même dernière région ainsi qu’en Cantabrie. Outre que ces divisions ne sont pas seulement un legs de l'histoire des Etats de cette région avec ce que cela suppose de contingent, mais qu'elles signifient aussi, au résultat, des mentalités et des cultures particulières, elles n'en constituent pas moins un défi pour le fonctionnement d'un minimum de règles de base communes à ce même ensemble linguistique. Cette difficulté, que des discours par trop nationalistes, dans quelque sens que ce soit, ne sauraient résoudre seuls, tant elle est le fruit de la rencontre d'une aire linguistico-culturelle commune appelant logiquement un traitement homogène sous peine d'une perte d'efficacité, et d'une diversité de mentalités et de comportements découlant d'appartenances administratives différentes, stato-nationales ou autres, existe aussi bien pour d'autres langues minoritaires.

  • 33 Le Val d'Aran, à cet égard, constitue une exception, puisque, continuation de la vallée de la Garo (...)

23L'Aquitaine, comme d'autres régions françaises, se trouve ainsi confrontée, de par sa richesse typologique dans ce domaine, à cette question de l'harmonisation de mesures normalisatrices, que ce soit dans le territoire de l'euskara que dans celui de l'occitan qui, à travers ses trois grands complexus dialectaux (cf. supra), se prolonge dans les trois régions administratives voisines. Paradoxalement peut-être, le caractère plus artificiel des limites administratives internes françaises constituerait, à cet égard, un moindre obstacle par rapport à celles de l'Espagne, plus "résistantes" car plus chargées d'histoire et de culture. Les frontières externes, qui s'appuient plus sur la géographie neutre des crêtes que sur les réalités linguistico-culturelles33, matérialisent, dans tous les cas, ces différences acquises d'habitus stato-nationaux induits, en bonne partie, par les réglementations administratives, par exemple dans l'enseignement (cursus, programmes,...). Peut-être le développement de l'intégration européenne facilitera-t-il d'ailleurs l'élaboration de mesures transfrontalières visant à créer des plates-formes basiques communes dans les différents champs de l'intervention linguistique.

  • 34 Cas, par exemple, d'A. Badia i Margarit, cité in : VALLVERDÚ, Fr. Aproximació crítica a la socioli (...)
  • 35 Cf. MOLLÀ, T. et VIANA, A. Op. cit., p. 117.

24Tantôt incluse dans le concept général de normalisation, tantôt autonome34 et la précédant, les activités, regroupées sous le nom de normativisation (cf. supra), constituent un point de départ de l'action interne sur la langue. La standardisation, qui revêt une importance particulière au point d'être parfois autonomisée dans ce type de schéma, en est logiquement l'aboutissement35, tout en représentant une preuve de l'efficacité du procès d’extension sociale de la langue initialement minoritaire.

  • 36 Cf. BAÑERES, J. et ROMANĺ J.M. Op. cit., p. 36-37.
  • 37 Ibidem.
  • 38 Pour traduire reversing language shift, la notion de shift étant rendue en français, selon les aut (...)

25Ce schéma d'un processus de normalisation linguistique, favorable à une langue minoritaire ou peu répandue, implique, en l'occurrence, une référence à une standardisation de type téléologique36. La codification la devance, tout au moins dans un premier temps, pour déboucher sur la mise au point d'une norme, censée non seulement raviver des usages linguistiques limités par une plus ou moins grande fragmentation dialectale — c'est le cas du basque comme de l'occitan — mais aussi pallier un déficit en langue héritée, particulièrement pour l'occitan. Si les possibilités d'usage généralisé à grande échelle, induisant par elles-mêmes une standardisation sont surtout envisageables pour des langues de grande diffusion, l'instance codificatrice est, dans tous les cas, susceptible d’intervenir également après, pour agencer la standardisation spontanée ou l'infléchir en retour. Cet aspect contribue à justifier le rattachement, sous une forme plus ou moins dépendante, de la standardisation à la normativisation, configuration majoritaire pour des langues peu répandues ou minoritaires37 et, semble-t-il, la seule envisageable pour celles qui, comme le basque, surtout, en Aquitaine, sont entrées dans un processus de réversion d'un changement linguistique déjà profondément engagé38.

  • 39 Cf. CALVET, L. J. Op. cit, p. 154-155.
  • 40 Cf. ainsi : MOLLÀ, T. et VIANA, A. Op. cit., p. 101, 139-200.
  • 41 In : LABRIE, N. Op. cit., p. 33-38.
  • 42 Cf. NINYOLES, L. R. Estructura social y política lingüística. Valencia : Fernando Torres, 1975, p. (...)

26Par rapport à cette approche, la politique linguistique et la planification linguistique qui en procède, pour suivre L.J. Calvet39, pourront être liées à la normalisation linguistique : pour certains, elles en constitueront des aspects essentiels en vue de sa mise en œuvre40. Nous nous en tiendrons, quant à nous, à la proposition selon laquelle vient en premier une politique linguistique, relevant généralement d'une autorité étatique ou munie d'un nombre significatif de possibilités d'exercice d'un pouvoir décisionnel propre, suivie du choix ou du non-choix d'engager ou d'accompagner un procès de normalisation linguistique à travers des actions émanant du secteur public, superfonctionnel et fonctionnel, pour reprendre ici la terminologie de Bergeron utilisée par N. Labrie41, et/ou — nous préciserons — résultant de l'émergence et du développement d'activités procédant de la société civile. Cette phase essentielle se réalise au moyen d'une planification linguistique42, ou aménagement linguistique, dont la mise en œuvre peut être accomplie et observée en connaissance des modèles décisionnels, tant prospectifs a priori que descriptifs et interprétatifs a posteriori, auxquels nous avons fait allusion plus haut.

  • 43 Cf. ARACIL, L. V. Papers de sociolingüística. Op. cit. [1965], p. 31 : "[...], la normalisation es (...)
  • 44 Appelée de ses vœux en 1951 par le romaniste P. Bec (cf. son article : Les tâches d'une Section de (...)

27Envisagés dans ce contexte conceptuel de la normalisation linguistique, les plans, décisions et actions de politique et de planification linguistiques ne sont plus seulement des instruments d'une intervention sur les pratiques linguistiques en général. Ils sont investis de la finalité d'offrir "l'alternative à la substitution"43, programmée ou objectivement prévisible de langues considérées comme subalternes, en leur offrant les conditions d'une stabilisation qui ne se contente pas d'être diglossique et d’une extension, autrement dit, d’une normalisation. Le but étant d'influencer les comportements linguistiques, les moyens privés ne sauraient généralement suffire à une telle entreprise, bien qu'ils soient nécessaires, ne serait-ce que comme indicateurs, parmi d'autres, de la teneur et des tendances d'une demande. Des moyens publics, tout au moins pour lancer ce type de démarche sur le moyen terme et en assurer, dès l'abord et par la suite, une coordination, s'avèrent toujours nécessaires. Des institutions philologiques de type académique telles que l'Académie de la langue basque créée en 1918, la Section philologique de l'Institut d'Études Catalanes créée en 1911 ou, s'en inspirant, la plus récente Section de Linguistique et de Philologie de l'Institut d'Études Occitanes44, par exemple, sont ainsi censées réunir des activités de recension, codification et développement des outils linguistiques. De même, des organismes de planification (départements, centres ou secrétariats de politique ou de normalisation linguistiques...), sont supposés répercuter à leurs échelon d'intervention, certains des résultats des avancées normativistes dans l’ensemble des opérations ayant pour but de rendre "normal" l'usage de telle ou telle langue minoritaire. Ce type de diffusion se fait autant que possible en harmonie avec ceux qui sont propres à l'enseignement et aux médias, essentiels pour l'acquisition et la valorisation d'une langue minorisée. Cette "normalité" d'emploi, retrouvée ou acquise, est censée concerner, entre autres secteurs de la vie sociale, certains de ceux qui participent des niveaux prestigieux de la communication, selon les critères contemporains de la modernité.

  • 45 Cf. FERGUSON, Ch. A. Diglossia. World, 15, 1959, p. 325-340, et FISHMAN, J. A. Bilingualism with a (...)

28Il nous paraît maintenant utile, pour répondre à la préoccupation de nous référer à une grille de lecture adaptée au cas de figure infra-étatique ou régional français que constitue l'Aquitaine, d’assortir cette approche, largement partagée en Espagne et en Europe, des précisions qui suivent. Nous retiendrons ainsi de ce rapide examen que des notions, par exemple la normativisation ou la standardisation, peuvent, pour les uns, désigner des objectifs autonomisés, et pour les autres, êtres constitutives d'un seul et même objectif, sans qu'il y ait contradiction de fond sur le contenu. Ces approches ont en commun de s'attacher à des langues pâtissant d'une dynamique de minorisation par rapport à d'autres qui tendent à les supplanter, de là une réévaluation des formulations d'origine anglo-saxonne du concept de diglossie suspectées d'avoir été marquées par un présupposé fonctionnaliste statique45. Ces dernières reposent sur l'observation de situations non tendues ou estimées telles dont il peut se dégager une impression de stabilité et de complémentarité, même si celle-ci est vécue comme étant hiérarchisée dans la distribution des statuts et rôles attribués par les locuteurs à chacune des langues en contact.

  • 46 Sur l'évolution de la potion de diglossie dans la sociolinguistique catalane, cf. VALLVERDÚ, Fr. A (...)

29C'est à l'aune de situations concrètes de diglossies instables ou substitutives (cas du basque et de l'occitan en Aquitaine, avec des modalités diverses), vécues par les sociolinguistes catalanophones eux-mêmes et marquées par l'existence de situations de contacts tendues, non neutres, entre deux langues, qu'est apparue, à partir des années 1960-70, une autre compréhension, dynamique, de la diglossie, non plus seulement entendue comme état mais aussi comme mouvement46.

  • 47 Cf. ARACIL, L. V. Papers de sociolingüistica. Op. cit., p. 25-28.
  • 48 Cf. WEINREICH, U. Op. cit., p. 83-115.

30Cette nouvelle appréciation du concept, présumée répondre à la réalité de la concurrence linguistique et, au-delà, d'un certain nombre de fonctionnements linguistiques de base, trouve une illustration dans la notion de "conflit linguistique", développée au départ par le sociolinguistique valencien L1. V. Aracil47. S'appuyant sur la présentation du changement linguistique faite par U. Weinreich dans son ouvrage Languages in contact48, où l'importance des conditions externes d'existence d'une langue est mise en évidence, Aracil intègre en un système de type cybernétique, sous l'appellation de "cercle fonctionnel" (cercle funcional), les relations entre le système linguistique et son milieu socio-culturel. C'est la surcharge (stress) quantitative et qualitative générée par les inputs d'une demande de moyens de récupération d’une langue dominée, qu'il traduit par l'expression "conflit linguistique" (conflicte lingüístic). La notion aura du succès et parfois tendance à être préférée en Espagne à celle, jugée intégratrice, de diglossie.

  • 49 Notion dont R. Lafont est à l'origine. Cf. LAFONT, R. À propos de l'enquête sur la diglossie : l'i (...)
  • 50 Ibidem, p. 76.
  • 51 Cf. NINYOLES, L. R. Idioma y poder social. Op. cit., p. 61-66.
  • 52 Ibidem, p. 57-58.

31Mais l'existence de ces conflits peut être plus ou moins repérable en tant que telle. De là l'importance de l'apport complémentaire de la sociolinguistique occitane (Montpellier) sur les "fonctionnements diglossiques" et les "représentations de la diglossie"49. Les premiers sont représentatifs de pratiques intégratrices validant la diglossie et, implicitement, son évolution vers une issue assimilatrice. Il en résulte objectivement, dans les pratiques linguistiques des locuteurs en langue dominée et leur métalangage, la "réfutation ostentatoire du conflit" et la "dévalorisation de la langue dominée"50. Ces attitudes s'accompagnent de "représentations de la diglossie", qui en sont, en quelque sorte, les images mentales observables, entre autres, dans la production littéraire. Elles sont aussi bien caractérisées par un dénigrement de la langue, dont les occasions d'utilisation sont de plus en plus réduites ou subalternes, que par son idéalisation, "compensatoire" (idealización compensatoria) pour reprendre la notion développée auparavant par R. L1. Ninyoles51 afin de décrire dans des termes similaires la situation du catalan et de l'occitan. Lui-même employait alors, pour décrire ces représentations, la notion d'"image sociale" (la diglosia como imagen social)52. La formulation, ou la reformulation, de cette notion, par la sociolinguistique occitane, résulte de l’observation de la diglossie franco-occitane où l'expression du conflit linguistique, bien réel mais illustratif en même temps de ceux qui se sont établis sur une longue durée et dans un contexte assimilationniste diffus, est le plus souvent indirecte ou voilée et de nature à induire ce type d'évaluation.

  • 53 Cf. ARACIL, L. V. Papers... Op. cit., p. 31-34.
  • 54 Cf. MARÍ, I. Un horitzó per a la llengua. Barcelona : Empúries, 1992, p. 72.
  • 55 Ibidem, p. 45.
  • 56 Cf. sur le contexte de la conception et de l'interprétation des résultats fournis par ces enquêtes (...)

32Confrontés au passage à l'acte "macrodécisionnel"53 et, partant, socio-politique du concept de normalisation linguistique, les acteurs administratifs engagés dans les processus de décision ayant pour objet, en Catalogne autonome, d'appliquer une politique de rééquilibrage au profit du catalan, se trouvent confrontés à la question de l'existence d'un "degré suffisant de conscience linguistique et (d’)une capacité satisfaisante de la communauté (concernée) à réguler le statut de la langue"54. Cette implication de la société concernée et son volontarisme ne sauraient non plus être concevables sans "la confiance générale de la société dans le projet de normalisation linguistique"55. La sensibilisation et l'information de la population au sujet des différents thèmes développés par une politique normalisatrice, au sens retenu ici, apparaîtront comme les préalables nécessaires à l'exécution d'un projet. Or l'aspect planificateur, potentiellement porteur d'une tendance dirigiste, compréhensible face à l'urgence de "relever" des langues en péril de substitution, s'il doit compter avec cette phase de sensibilisation et d'information, à bien des égards fondamentale du point de vue de la mise en pratique institutionnelle, retrouve là, dans sa rencontre avec la population intéressée, le champ du politique et des idées en matière de gouvernement d'une nation. On sait alors pouvoir attendre d'une évaluation sociolinguistique régulière, elle aussi planifiée à travers sondages, enquêtes ou recensements conçus pour se faire une idée, la plus neutre et pertinente possible, des pratiques et attitudes de la société civile concernée56, des indications utiles pour une délimitation du "pouvoir" linguistique. Au-delà, nous avancerons que la sensibilisation et l'information des locuteurs réels ou potentiels, afin qu'ils expriment leur adhésion, leurs interrogations ou leurs restrictions, face à telle ou telle tendance normalisatrice en connaissance de cause, plutôt qu'il soit attendu d'eux qu'ils n'en assument plus ou moins forcément le contenu, ne devraient pas seulement constituer une étape dans le processus décisionnel, mais davantage, une procédure permanente. Celle-ci, envisagée sous cet angle, satisfaisant d'un point de vue éthique par la garantie de démocratie et de consensus linguistiques qu'il contribuerait à occasionner, pourrait en outre renforcer la lisibilité et la maîtrise de mesures de planification linguistique.

le patrimoine comme symbole

  • 57 Cf. WEINREICH, U. Op. cit., p. 78-80. Voir p. 79 : "The value of a language in social advance migh (...)

33Par rapport à une volonté de normalisation linguistique, la langue concernée sera généralement parée d'une symbolique justificatrice. Cette valorisation ne saurait être vaine, à moins que ce ne soit dans ses outrances. L'attachement affectif à sa nature et à son usage, réel ou potentiel, fait partie des conditions préexistantes ou devant émerger de la consistance et de la raison d'être, en termes de communication humaine et d'instrumentalité, de sa pratique. Ainsi, la langue perçue tel un patrimoine pourra apparaître comme symboliquement importante, et être reliée à la notion de prestige, proposée par U. Weinreich pour définir la valeur attribuée à la langue dans l'ascension sociale57, et retenue par Ch. A. Ferguson parmi les traits qui caractérisent l'identification des fonctions attribuées à chacune des variétés, haute (high) -> prestige important, ou basse (low) -> peu de prestige, d'une langue en situation de diglossie. Cet aspect complémentaire pourra être un indicateur du degré d'estime conféré par l'autorité politique ou les propres usagers envers telle ou telle langue ou variété linguistique, aussi aura-t-on soin de le relier aux comportements langagiers et épilangagiers marqués de loyauté ou, inversement, de mimétisme (cf. supra). La "patrimonialisation" de la langue, dans des textes officiels émanant d'instances super-fonctionnelles ou fonctionnelles (cf. supra), pourra être le résultat symbolique de demandes exprimées par ces derniers. Bien collectif inscrit dans la synchronie de la nécessité communicationnelle, elle trouve aussi sa raison d'être dans la transmissibilité grâce à laquelle elle assure la diachronie du dialogue entre les générations.

  • 58 Selon LABRIE, N. Op. cit., p. 25.

34Des dispositions récentes, à portée générale et fondatrice, font apparaître le patrimoine linguistique comme une valeur fondamentale et par conséquent légitimante. Ainsi, le fait de déclarer que "la langue française est un élément fondamental de la personnalité et du patrimoine de la France", dans l'article 1 de la loi du 4 août 1994, ne répond pas seulement au nouvel article 2 de la constitution en vigueur selon lequel "la langue de la République est le français". Outre que la loi constitutionnelle du 25 juin 1992, à l'origine de cette précision, paraît avoir obéi58 à un souci de clarifier pour l'avenir les rapports entre le français et les autres langues d’Etat des pays membres de l'Union européenne, sa formulation, même telle quelle, n’empêchait pas nécessairement l'inclusion, sans grandes conséquences d'ailleurs, des autres langues de France dans, le patrimoine commun de la nation. Si "République" paraît signaler l'État et "France", la nation, dans ces deux textes, la participation des langues "régionales" à ce patrimoine fut notifiée auparavant dans deux circulaires, maintenant datées il est vrai, celle du 17 février 1969 sur D'Enseignement des langues et cultures régionales dans les classes des premier et second degré" et celle du 29 mars 1976 sur la "Prise en compte, dans l'enseignement, des patrimoines culturels et linguistiques français".

  • 59 In : BERGES, M. et GARDY, Ph. L'enseignement de l'occitan en Aquitaine. In : Livre blanc sur l'ide (...)
  • 60 Le passage concerné du préambule est le suivant : "Ne reconnaître l'existence d'un tel patrimoine (...)

35Dans le premier texte, les langues et cultures régionales font partie du "patrimoine national". Ce type de formulation que l'on retrouvera plus tard dans la constitution espagnole de 1978 (cf. infra), prenait alors le risque de faire considérer les langues régionales plus comme des "objets de référence, comme capital symbolique", que comme une "matière d'enseignement, en tant que moyen de communication et de création"59, dans la mesure, surtout, où la place de ces langues était encore moins importante dans l'éducation nationale que de nos jours. Si, dans la loi du 4 août 1994, la langue française est associée au patrimoine fondamental de la nation, dans la circulaire du 29 mars 1976, il était question, dans l'intitulé, de plusieurs "patrimoines". Le parti pris du pluriel y était attaché aux "parlers locaux" ou "langues et dialectes locaux", inscrivant d'emblée par ce qualificatif ces variétés linguistiques dans les composantes mineures du patrimoine national mis en parallèle avec l'unicité de la "culture française" et de la "personnalité nationale". La souhaitable promotion dans l'enseignement des micro-cultures, d'une façon égalitaire et sans établir entre elles une hiérarchie due au fait qu'elles seraient ou non marquée par une langue spécifique, en situant ce sujet dans un cadre conceptuel traditionnel de centralisme culturel et linguistique, non soumis à débat véritable, allait logiquement s'inscrire dans la dichotomie de l'un et de l'épars ou du prestigieux et du fragmenté. Peut-être est-ce d'ailleurs en foi de cette subordination du pluriel au singulier que les "langues d'oc" furent évoquées, désignation en contradiction avec celle de la loi Deixonne du 11 janvier 1951 sur l'enseignement des langues et dialectes locaux, qui parlait de "langue occitane", et abandonnée depuis dans ce type de texte. Le pluriel des idiomes était en outre associé à celui des cultures locales et incluses par elles. Dans le préambule, les "zones où se trouve parlée une langue locale", ne devaient pas être considérées avec plus d'attention que celles où ce n'était point le cas60, ce qui entraînait une absence de traitement spécifique de la question linguistique désormais placée dans le champ du patrimoine national. Le renvoi à l'idéologie fondatrice est en outre conforté dans le texte par la participation de ces patrimoines culturels et linguistiques à "une richesse nationale qui est, sur l'ensemble de notre territoire, la somme des rapports particuliers entre le sol et les hommes qui s'y sont succédé". Ce besoin de précision pour justifier une unité que l'on croyait acquise masquait mal, sous les dehors de la langue administrative, une affirmation de prééminence.

36Plus foncièrement, on a peine à concevoir qu'une simple circulaire y fût alors allé de la menace et de son implicite complément d'anxiété pour un sujet sans doute alourdi quelque part d'une angoisse : refoulement d’un sentiment de culpabilité qui resurgit dans l'inadéquation d'inutiles assertions ou menace réelle pour "notre unité nationale qui ne saurait être remise en cause par une opposition artificielle entre les cultures locales et la réalité nationale qu'incarne l'État" ? Apparente contradiction, au niveau conscient, dirions-nous, mais logique de l'incohérence dans l'expression d'un conflit intérieur à échelle étatique, après avoir opposé les "apports" et la "réalité nationale", les premiers réifiés et la seconde dynamisée, le texte fait montre, dans son chapitre B, d'une volonté de sortir des clichés passéistes. La République ne pouvant traiter ces questions au moyen d'une idéologie traditionnaliste, ce qui aurait été contraire à son essence révolutionnaire et civilisatrice : "il ne saurait être question, sous couvert de l'étude des patrimoines culturels de se complaire dans le passéisme". Proclamation qui allait dans le sens d'un développement dynamique, même si elle présentait quelque contradiction avec cet autre passage du préambule :

L'étude des différents patrimoines culturels et linguistiques et de leurs apports spécifiques à ce qui fut, aux différentes époques de notre histoire, la culture française, doit montrer la variété et la richesse des éléments qui se sont amalgamés pour constituer notre personnalité nationale,

37où l'on paraissait ne retenir des "différents patrimoines culturels et linguistiques" que ce qu'ils avaient apporté à la "culture française", sans savoir s'ils en étaient constitutifs tout en gardant leur personnalité ou s'il était considéré qu'ils s'y étaient déjà sublimés au profit d'une entité culturelle supérieure, ainsi que pourrait le suggérer la fin de la phrase.

38Une quinzaine d'années après, cette affirmation de puissance paternaliste allait être réitérée dans la formule finale de l’article 21 de la loi de 1994 sur l'emploi de la langue française :

Les dispositions de la présente loi s'appliquent sans préjudice de la législation et de la réglementation relatives aux langues régionales de France et ne s'opposent pas à leur usage.

  • 61 Cf. une analyse de cette attitude, in : ARACIL, L. V. Dir la realitat. Op. cit., p. 196-200.

39La réalité au présent de cet usage étant ce que l’on en sait, ce type d'assertion prend ainsi le risque de participer d'une psychologie de l'angoisse du rétrécissement d'une position hégémonique et relève, à ce titre, d'une réaction de crispation face à la différence, liée au repli sur soi, sur une langue par trop "déroulédienne"61.

40Ces conceptions, censées être suivies d'effet, contrastent avec celles qui furent affichées dans certaines des nombreuses propositions de loi sur la promotion des langues et cultures de France qui, en dehors de la loi Deixonne du 11/01/1951, ne furent pas soumises à discussion au Parlement. Ainsi en fut-il, en particulier, des déclarations, moins hiérarchisantes à cet égard, de la proposition présentée par MM. L. Le Pensec, Chr. Laurrisergues, etc..., enregistrée le 18 décembre 1980 à la Présidence de l’Assemblée Nationale, qui proclamait en tête de son préambule :

Par la présente loi, l'État reconnaît la dignité et la valeur des différentes langues ethniques autochtones existant sur le territoire de la République et qui, avec la langue française, constituent pour l'ensemble des Français un patrimoine infiniment précieux par sa richesse et sa diversité,

41ou de celle qui fut présentée le 17 mai 1984 par MM. J.P. Destrade, L. Jospin, etc..., qui déclarait au début de son article 3 :

L'ensemble des langues énumérées aux alinéas premiers et 2 de l'article 2 est reconnu partie intégrante du patrimoine national.

42Les références fondamentales demeurent ici inscrites dans la tradition républicaine et le patrimoine est autant ce qui justifie que ce qui rassemble et intègre, selon les principes d'unité et d'indivisibilité de la République et du peuple régulièrement affirmés dans les constitutions de la France depuis la Révolution.

  • 62 Article 3 al. 3 : "La richesse des différentes modalités linguistiques de l'Espagne est un patrimo (...)

43Ces dernières formulations s'inscrivent sans doute davantage dans la tradition développée en Europe depuis le xixe siècle de la reconnaissance des langues régionales. Ainsi, sur les mêmes bases unitaristes, apparaît la formulation de l'article 3 de la constitution espagnole de 1978 selon laquelle "les différentes modalités linguistiques de l'Espagne" sont un "patrimoine culturel" au même titre, a priori, que les autres biens culturels, au respect et à la protection desquels l'Etat s'engage à veiller62. Le régime de coofficialité annoncé est hiérarchisé au profit du castillan, seule langue de l'État central, officielle partout selon un régime de personnalité, face aux autres langues uniquement coofficielles, selon un régime de territorialité, à l'intérieur des limites administratives des Communautés autonomes où elles sont présentes. Par comparaison, des pays tels que la Suisse ou la Belgique appliquent des régimes de territorialité égalitaires pour des langues qui, à la différence, surtout de celles d'Espagne ou de France auxquelles nous avons fait allusion, peuvent également être des variétés véhiculaires, majoritaires et officielles, dans des Etats voisins. Dans cet exemple espagnol, le patrimoine prend à la fois le sens du bien dont on hérite et dont on doit assumer la responsabilité et celui d'un alibi de l'unité : les modalités linguistiques plurielles composent un patrimoine global. En même temps, le fait qu'il soit signifié, dans le texte le plus super-structurel, ou super-fonctionnel (cf. supra), que les différentes langues sont un patrimoine, les légitime et leur confère une valeur singulière digne d'égards.

44Ce renvoi à un patrimoine national valorisant, certes intégrateur mais aussi "articulateur", et non ostensiblement hiérarchisant, trouve un équivalent à plus grande échelle dans les paragraphes B et L de la Résolution sur les minorités linguistiques et culturelles dans la Communauté européenne votée le 9 février 1994 par le Parlement européen :

B - Affirmant qu'il faut promouvoir une culture linguistique européenne et reconnaissant que de ce large cadre doivent relever notamment la défense du patrimoine linguistique, l'élimination des entraves linguistiques, la promotion des langues de moindre diffusion et la sauvegarde des langues minoritaires, [...],
L - considérant que les langues et cultures de moindre diffusion font également partie de la culture et du patrimoine européens de l'Union et que, en conséquence, la Communauté se doit de leur assurer une protection juridique et de leur garantir les moyens financiers de cette protection.

45La mise à l'écart de l'aspect statique et muséographique du patrimoine dans ces différents exemples — y compris dans le dernier où il est question de défense et d'usage réel, à travers la notion de "moindre diffusion" — indique clairement que ces langues ne sauraient être considérées autrement que dans leur dynamique de code collectif de la communication. La valorisation, dans un cadre plurilingue de fait d'une seule langue ou de plusieurs, peut ainsi se faire par le recours à la notion de patrimoine, symbole apparemment puissant dans ce qu'il est lié à la transmission, ici, de biens culturels dont les générations présentes sont comptables pour celles à venir. Le premier cas pourra correspondre à un processus de substitution alors que le second se situera plutôt du côté de la normalisation telle que nous en avons précédemment admis les principes. L'idée sous-jacente de jugement de l'histoire que suggère la référence à la valeur patrimoine permet de prendre à témoin, aussi bien dans le sens substitutif que dans le sens normalisateur, en fonction de l'idéologie dont se réclament les acteurs d'une politique linguistique, au sens large donné par L.J. Calvet (cf. supra). Cela pourra donc prendre la voie de la réduction d'une fragmentation sciemment invoquée pour la péjoration et la négativité dont on connote ainsi ce type de signifié, ou dans celui de la gestion de la différence, les terminologies employées présentant des exemples productifs de représentations de la diglossie, voire, du conflit linguistique, lorsque les soubresauts de la langue en train d'être substituée paraîtraient plutôt inquiéter que donner espoir.

Aboutissements du processus diglossique

46De cette incursion dans les définitions d'outils conceptuels qui nous est apparue nécessaire afin de préciser nos propres présupposés au sujet des questions soulevées par le contact et le changement linguistiques en milieu plurilingue aquitain, tel que nous l'avons défini plus haut, nous retiendrons les notions suivantes : diglossie, bilinguisme, conflit linguistique, substitution, normalisation linguistique, normativisation, standardisation, acquisition, extension sociale, installation, politique linguistique, planification linguistique, patrimoine, prestige, loyauté, mimétisme, fonctionnement diglossique, représentation de la diglossie. Pour le détail des processus décisionnels en matière de planification linguistique, nous nous référerons à la présentation qu'en fait N. Labrie (cf. supra). Nous inspirant, pour l'essentiel, des concepts et modèles issus de la sociolinguistique catalane (Groupe Catalan de Sociolinguistique) et occitane (Université de Montpellier), nous nous plaçons donc dans cette partie de la macro-sociolinguistique, dite également "périphérique", qui s'attache à l'étude des langues en situation de contact déséquilibrée et par nature instable.

47La perspective normalisatrice dans laquelle nous nous situons correspond à l'étude de ces déséquilibres et des tendances qu'ils affichent ainsi qu'aux différents procédés visant à les infléchir vers plus de parité, dans une dynamique différente de celle du changement linguistique. L'exemple aquitain fournit là un exemple intéressant à plusieurs titres : présence de plusieurs variétés linguistiques dominées par la version standardisée d'une langue de grand prestige international, cadres administratifs d'intervention, soit déconcentrés comme l'Inspection académique ou le rectorat, soit décentralisés comme la région, extension transrégionale et transfrontalière des aires de l'occitan et du basque, essentiellement ; existence, enfin, de premiers résultats statistiques sur l'état actuel de ces langues minoritaires ainsi que d'un début de structuration de la demande et du traitement de celle-ci.

48Le schéma de l'option normalisatrice qui suit (cf. infra diagramme no l), censé faire le lien entre le précédent développement et la présentation des études de cas autour des réalités linguistiques de l'Aquitaine, s’appuie, dans sa dynamique de base, sur celui, déjà ancien, de L1. R. Ninyoles14. Interprétant la diglossie, par conséquent, comme un état instable et dynamique, il retient ainsi un certain nombre de concepts centraux à côté desquels il ajoute toutefois une place particulière au statut légal (in case 6), dont on sait l'importance en France du fait même de sa ténuité, ainsi qu’à la fonction symbolique près de laquelle nous situons la notion de patrimoine. Nous nous inspirerons de R. L. Cooper en accordant également une place particulière, dans le processus de normalisation linguistique, à l'acquisition qui pose de nombreuses questions spécifiques pour des langues dont le taux de régression est important et qui se trouvent à un stade peu avancé de codification et de diffusion, y compris pour certains aspects de la normativisation comme, même, la fixation de normes ou, encore plus, l'élaboration, soit la terminologie moderne et l'extension de la gamme des registres, notamment. Nous noterons enfin le rôle particulier des médias (case 8), tant pour participer à l'acquisition de la langue en cours de normalisation, à son extension sociale et à sa standardisation, de par les possibilités de diffusion qu'ils procurent par nature, ce que nous avons déjà évoqué plus haut, que dans leur action sur la fonction symbolique de la langue.

49La notion d'extension sociale correspondant aussi à celle de planification du statut (cf. supra, status planning), par rapport à laquelle nous avons autonomisé une partie légale, la participation des médias à ce processus, outre les possibilités matérielles qu'ils procurent à une telle entreprise de propagation linguistique, généralement d'un standard qu'ils contribuent d'ailleurs à former, sera déjà en soi socialement valorisante, ne serait-ce que par la reconnaissance de cette efficacité. Au-delà, alors que la notion de patrimoine participe de la fonction symbolique à travers des motifs de solennité et de permanence de la langue, aussi bien comme code vivant que comme référence culturelle mythifiée, on reconnaît l'aspect légitimant des médias, spécialement audio-visuels, du fait qu'ils sont liés à l'idée de mouvement, de puissance et de modernité, par le progrès technique le plus adapté à la diffusion de masse du couple langue/parole dont ils sont les vecteurs. Le prestige de la langue concernée en dépendra alors d'autant plus. Et inversement, si ces mêmes médias font preuve de mutisme ou presque. Dans le cas de la représentation offerte par le diagramme no 1, p. 61, ci-après, nous ne retiendrons que le cas où ils sont susceptibles d'exercer cette influence positive par rapport à la normalisation de la langue B.

  • 63 Cf. NINYOLES, L. R. Idioma y poder social. Op. cit., p. 63 ; BOYER, H. "Diglossie" : un concept à (...)
  • 64 Cf. BOYER, H. Langues en conflit : études sociolinguistiques. Paris : L'Harmattan, 1991, p. 144-19 (...)
  • 65 Cf. GARDY, Ph. Le retour du francitan. Lengas revue de sociolinguistique, 1, 1977, p. 82.
  • 66 Cf. KLOSS, H. Bilingualism and Nationalism. Journal of Social Issues, XXIII, 4, 1967, p. 46.
  • 67 Cf. LAFONT, R. Sobre el procès de patoisització. Treballs de Sociolingüística Catalana, 1, 1977, p (...)

50Notre diagramme s'inspire en bonne part, pour le reste, des apports de la sociolinguistique montpelliéraine, des topologies conceptuelles de H. Boyer, à partir des exemples catalan et occitan, et de L. J. Calvet sur la politique et la planification linguistiques63. Nous y inclurons, par exemple, la notion de "mimétisme" de R. Girard, évoquée plus haut et étendue à la sociolinguistique de la diglossie par P. Sauzet (cf. supra, note 20), ainsi que celle d'"hybridation", appliquée par H. Boyer64 au cas de l’occitan pour désigner cette catégorie linguistique, fruit de la diglossie, qui va du "francitan", français régional très marqué par l'oc, sorte d'interlecte relativement autonome, à une variété allolectale du français un peu appuyée. L'idée de "lieu de passage" et de "traversée linguistique" retenue par Ph. Gardy65 pour évoquer, dans la diachronie de sa réalisation, cet intermédiaire lectal nous paraît justifiée et applicable au présent cas régional, au moins pour l'occitan, ce qui pourrait être moins vrai pour le basque, selon l'appréciation portée par H. Kloss sur les effets différenciés du contact linguistique en fonction de la distance linguistique entre les langues en présence66. Selon son opinion, d’ailleurs basée sur les exemples du basque et de l’occitan, un bilinguisme peut être d'autant plus "substitutif" (replacive bilingualism), en termes même de recul géographique (cas du basque), que les systèmes linguistiques concernés sont éloignés, cela n'empêchant pas le développement habituel de différents types d’interférence. À l’inverse, la moins grande distance (entre occitan et français, par exemple, qu’entre le basque et toute autre langue romane et, au-delà, indo-européenne), dans ce cas, favoriserait un bilinguisme "diglossique" (diglossic bilingualism), "dialectalisateur", propre à accentuer la répartition naturelle en variétés géographiques dans le sens d’une fragmentation marquée. Cela peut même s'engager dans la voie d'une "patoisisation" (patoisització), pour reprendre le terme employé par R. Lafont67 pour désigner le résultat tant de cette segmentation que de l'intériorisation par les intéressés de la dévalorisation qui l'accompagne, particulièrement, selon lui, en France, pays dont est issu ce mot même de "patois". Ce type de processus peut en tout cas faciliter le développement de différents types d'hybridation. Ceux-ci seront d'autant plus multiformes et provisoires que le processus diglossique entre langue dominante A et langue dominée B sera profondément engagé.

Diagramme no 1 de l'option normalisatrice

Diagramme no 1 de l'option normalisatrice
  • 68 Par rapport, notamment, à l'approche typologique de J. Fishman (cf. FISHMAN, J. A. Bilingualism wi (...)

51Il est à noter que les flèches illustrant ce diagramme ne sont pas censées indiquer des relations causales strictes mais plutôt des relations d’influence dont le flux majoritaire est symbolisé par leur direction. Savoir si tel flux est effectivement majoritaire ou non relève ici d'un choix, il est vrai, arbitraire. C'est celui qui nous paraît le mieux répondre, quant aux aspects descriptif et de "prospective opératoire", à la réalité de langues B en train d'être normalisées. Cependant, le caractère devenu "normal", dans ce sens, d'une langue peut aussi découler d'autres configurations où l'importance d'un usage, courant et formel, déjà véhicularisé initialement, aurait par lui-même induit des procédures tenant de la réglementation et répondant réellement aux cases 4, 6 et 8. Le postulat des interactions, ne serait-ce que pour cela, doit ainsi être sous-entendu pour lire ce diagramme no l. "Interaction" s'entendra ici dans un sens large incluant celui de "rétroaction" de type cybernétique, et celui où la relation causale, au début, ou ponctuellement, au cours de l'activité concernée, peut être à l'inverse du schéma de référence. Nous exclurons néanmoins de cette possibilité les cases 1 et 2. Celles-ci, procédant par principe l'une de l'autre dans l'interprétation de la sociolinguistique de la normalisation à laquelle, globalement, nous nous rattachons68, sont reliées par une flèche dont le trait est plus appuyé que pour les autres. Parmi les autres cases, la 4 peut ainsi rétroagir sur la 6. Alors que la 6 identifie une série d'actions que l'on attendra en amont de la normalisation, cette dernière peut avoir été engagée avec une certaine efficacité alors même qu'une politique linguistique et un schéma clairement établi de planification n'auraient pas encore vu le jour. L'existence même de cette normalisation en cours pourrait alors susciter l'émergence de leur rôle. En outre, une fois les activités correspondant aux cases 4 et 6 supposées engagées, la 4 peut entraîner une extension d'activité ou des réajustements dans la 6. Les mêmes types d'interactions peuvent être retenus pour les cases 7 et 8 avec la 4, la 5 et la 6. Alors que des choix de politique linguistique et l’existence d'un statut légal favorable peuvent participer au développement de la fonction symbolique et du prestige de la langue B en cours de normalisation, inversement, le prestige hérité, littéraire en particulier, d’une langue, d'autant plus s'il s'accompagne d'attitudes nettes de loyauté, peut contribuer au déblocage de décisions entrant dans le champ de la case 6. Inversement, le prestige acquis par la langue ou la variété A peut concourir à justifier l’accentuation d'un processus de substitution.

  • 69 Cf., par exemple, sur la disparition de langues : CALVET, L.J. Op. cit., p. 140-148 ; AITCHISON, J (...)

52Certaines relations pourront être, plus que d'autres, de type causal et chronologique. Ainsi en va-t-il de celles qui existent entre les cases 2 et 4 et 6 et 4, ou à l’inverse, 2 et 5 et 6 et 5. Les trois principales phases elles-mêmes de la normalisation, en case 4, se distribuent aussi, logiquement, dans le temps, à partir de la normativisation. Néanmoins, si l'issue de l'hybridation peut être la substitution, une accélération provoquée des mécanismes substitutifs par une activité développée dans ce sens en case 6 peut elle-même être génératrice d'hybridation. De même, un développement "autonome" en case 4 peut susciter des mesures dans le champ politique, légal et administratif, alors que des décisions prises préalablement ou en même temps dans ce dernier domaine seraient, par nature, propres à soutenir la mise en place d'une normalisation. Si l'extension sociale dynamique d'une langue B n'est pas obligatoirement conditionnée par une normativisation menée auparavant à bien de façon orthodoxe (cf. le cas du galicien), on peut néanmoins tenir pour préférable — même si la réalité invite à relativiser le caractère opératoire de ces schémas — que l'acquisition puisse profiter, en vue d'une plus grande efficacité, d'une normativisation de base précédemment réalisée. Les phases d'élaboration et de standardisation participent en fait, assez largement, des aboutissements de ces différentes actions, soit même de l'installation (cf. supra). Pour autant, alors que la substitution peut aussi bien résulter d'une activité consciemment organisée que de l'extinction par dilution interne, par remplacement progressif, voire disparition des locuteurs de la langue B69, la normalisation implique un degré minimal d'organisation et de volontarisme. De ce fait, les éventuelles interactions entre les cases 4 et 6, d'une part, et 5 et 6, d'autre part, ne seront pas exactement de la même nature et l'importance de la relation causale sera encore plus marquée dans la première configuration.

53Le rôle des médias, en case 8, doit être abordé, quant à lui, avec les mêmes nuances. Sa portée normalisatrice n'est pas uniquement déterminée par des choix politico-administratifs, elle peut aussi se développer par elle-même, y compris à partir d'initiatives et d'organismes privés. Leur influence pourra être significative sur la normalisation, mais la nature et le contenu de cette dernière rétroagiront sur eux, ne serait-ce que dans l'appréhension des contours de la compétence linguistique du public qu'ils contribuent d’ailleurs eux-mêmes à façonner. Il est toutefois un seuil "instrumental", technique et administratif, au-delà duquel le lien causal issu de la case 6 devient primordial, en particulier lorsqu'on aborde le domaine télévisuel.

54De fait, ce diagramme combine deux types de phénomènes. Ceux qui signalent une évolution de la société marquée par un contact de langues plus ou moins conflictuel et par ses effets correspondent aux cases 1, 2, 3 et 7. Nous les qualifierons de contextuels. Ceux qui relèvent des interventions sur cette évolution, et qui sont ainsi de type instrumental, s'inscrivent dans les cases 6 et 8. Les cases 4 et 5 sont en position intermédiaire. Elles expriment un état contextuel tout autant que des procédures interventionnistes le concernant.

  • 70 Cf. SÁNCHEZ CARRIÓN, J. M. Op. cit., p. 73-105.
  • 71 Ibidem, p. 78.

55Nous ne saurions enfin méconnaître les nombreux apports de J. M. Sanchez Carrión, dans sa thèse Un futuro para nuestro pasado, sur les procédures de récupération par une langue minorisée des différentes fonctions "matricielles" (funciones matrices de una lengua)70 dans une situation de contact linguistique déséquilibré. Ces fonctions, à partir de celle qui répond à l'identification première de la particularité linguistique, vont jusqu'à celle qui est internationale, en passant par celle qui est familiale et familière, puis celle qui est liée à des activités professionnelles traditionnelles, la locale, ensuite, qui correspond à l'usage d'un parler ou d'un dialecte, la nationale et, enfin, celle de culture de civilisation. La notion de prestige, évoquée plus haut, "n’est pas une valeur abstraite et stable, mais dépend étroitement des fonctions qu'une langue assume dans la société de référence"71.

  • 72 Ibidem, p. 77.

56Notre interprétation de la patrimonialisation de la langue, dont nous avons fait une des sources du prestige, n'échappe pas à cette logique. Sa proclamation pourra être, d'un côté, une confirmation estimée nécessaire en ce qui concerne des fonctions élevées déjà détenues, et, d'un autre, une légitimation justifiant symboliquement un mouvement des fonctions primaires et réduites de la communication — celles qui répondent au niveau B (low) dans la représentation diglossique de base — vers celles, supérieures, qui ne sont pas encore détenues. De fait, ces différentes fonctions, instrumentales à la base, véhiculent en même temps leurs propres traductions symboliques qui constituent autant de niveaux pour une échelle des images sociales de la langue ou, en l'occurrence, dans un contexte de contact linguistique hiérarchisé, de représentations de la diglossie. Partant du lien, évoqué dans la figuration précédente, entre fonction symbolique et patrimoine et nous appuyant sur le diagramme de J.M. Sanchez Carrión sur les fonctions matricielles d'une langue72, nous pourrions exprimer ainsi, comme une des hypothèses possibles, dans ce schéma no 2 de la fonction patrimoniale, le rôle de la référence au patrimoine :

Diagramme no 2 de la fonction patrimoniale

Diagramme no 2 de la fonction patrimoniale

Anmerkungen

1 Cf. un commentaire d'une douzaine de ces définitions, in : COOPER, R. L. Language Planning and Social Change. Cambridge, New York, Port Chester,.. : Cambridge University Press, 1989, p. 29-45. La propre définition que propose R. L. Cooper (ibidem, p. 45) est la suivante : "Language planning refers to deliberate efforts to influence the behavior of others with respect to the acquisition, structure, or functional allocation of their language codes", traduite ainsi par N. Labrie (in : La construction linguistique de la Communauté européenne. Paris : Champion, 1993, p. 26) en français : "L'aménagement linguistique fait référence à des efforts délibérés visant à influencer le comportement des autres en ce qui concerne l'acquisition, la structure et la répartition fonctionnelle de leurs codes linguistiques". Ce dernier rajoute, pour son propre compte : "... visant à influencer, ou ayant pour effet d'influencer, le comportement..."

2 Cf. HAUGEN, E. Planning for a Standard Language in Modem Norway. Anthropologia Linguistics, 1 (3), 1959, p. 8-21.

3 Cf. KLOSS, H. Research Possibilities on Group Bilingualism. Québec : Centre International de Recherche sur le Bilinguisme, 1989, p. 81.

4 Cf. COOPER, R. L. Op. cit., p. 157-163.

5 Cf. COOPER, R. L. Op. cit., p. 58-97 ; LABRIE, N. La construction linguistique de la Communauté européenne. Paris : Champion, 1993, p. 29-32 ; MOLLÀ, T. & VIANA, A. Curs de sociolingüìstica 3. Alzira : Bromera, 1991, p. 148-150, ROTAETXE AMUSATEGI, K. Sociolingüística. Madrid : Sintesis, 1988, p. 153-157.

6 Cf. analyse in : LAMUELA, X. Estandardització i establiment de les llengües : Barcelona : Edicions 62, 1993, 120-129.

7 Cf. RUBIN, J. Évaluation and Language Planning. In : Can Language Be Planned ?, sous la dir. de J. Rubin & B. Jernudd. Honolulu : University Press of Hawaii, 1971, p. 217-252.

8 Cf. BAMGBOSE, A. Issues for a Model of Language Planning. Language Problems and Language Planning, 13, 1, 1989, p. 24-34, cité et abordé in : LABRIE, N. Op. cit., p. 29-30.

9 Traduction de Language Policy (cf. FISHMAN, J.A. Sociolinguistics, a Brief Introduction. Rowley (Massachussetts) : Newbury House, 1970, p. 108.

10 Cf. LABRIE, N. Op. cit., p. 33-38.

11 Cf. CALVET, L. J. La guerre des langues et les politiques linguistiques. Paris : Payot, 1987, p. 155.

12 Ibidem, p. 156.

13 Ibidem, p. 156-157.

14 Cf. NINYOLES, L. R. Idioma y poder social. Madrid : Tecnos, 1972, p. 53.

15 Ibidem, p. 97.

16 Cf. ARACIL, L. V. Conflit linguistique et normalisation linguistique dans l'Europe nouvelle. Nancy, C.E.U., 1965, p. 10-12. Repris en catalan, in : ARACIL, L. V. Papers de sociolingüstica. Barcelona : La Magrana, 1982, p. 31-34. Cité in : BOYER, H. Eléments de sociolingüistique. Paris : Dunod, 1991, p. 105-106.

17 Cf. VALLVERDÚ, Fr. La normalització del català modem. Treballs de Sociolingüistica Catalana, 1, 1977, p. 147-155.

18 Cf. ARACIL, L.V. Papers de sociolingmstica. Op. cit., p. 25-28.

19 Notion couramment utilisée de nos jours dans la sociolinguistique du contact linguistique et proposée à l'origine par : WEINREICH, U. Languages in Contact : Findings and Problems. The Hague, Paris : Mouton, 1968 [1953], p. 99-102. Voir p. 99 : "Language loyalty might be defined, then, as a principle - its spécific content varies from case to case - in the name of which people will rally themselves and their fellow speakers consciously and explicitly to resist changes in either the functions of their language (as a result of a language shift) or in the structure or vocabulary (as a consequence of interference)".

20 Cf. pour l'application du concept de mimétisme proposé par R. Girard, à la sociolinguistique de la diglossie : SAUZET, P. Delai de la diglossia. Per un modèl mimetic del contacte de lengas. Lengas revue de sociolinguistisque, 21, 1987, p. 103-120.

21 Cf. VALLVERDÚ, Fr. L'ús del català : un futur controvertit. Barcelona : Edicions 62, 1990, p. 53-55.

22 Cf. LAMUELA, X. Op. cit., p. 47-65, et, du même : La politique catalane de la langue ou l'établissement impossible. Lengas revue de sociolinguistique, 35, 1994, p. 111-113.

23 Cf. présentation de cette tendance et terminologie, in : VALLVERDÚ, Fr. Op. cit., p. 55-56. Voir aussi critique, in : BANERES, J. et ROMANI J.M. L'exhortation à la "normalisation" ou Ho volem tot en català (Nous voulons tout en catalan). Lengas revue de sociolinguistique, 35, 1994, p. 40-41.

24 Cf. LAMUELA, X. La politique catalane de la langue ou l'établissement impossible. Lengas revue de sociolinguistique, 35, 1994, p. 116.

25 Cf. ARACIL, L.V. Papers de sociolingmstica. Op. cit., p. 33-34.

26 Cf. DAGUZAN, J. Fr. Fait national et fait régional. Essai comparatif entre la France et l'Espagne. In : Régions, nations états, sous la dir. de P. Bidart. Toulouse : Publisud, 1991, p. 39-60.

27 In : ARACIL, L.V. Papers de sociolingüística. Op. cit., p. 32-33.

28 Cf. LAMUELA, X. Estandardització i establiment de les llengües. Op. cit., p. 47-65, 89-110.

29 Ibidem, p. 108.

30 Ibidem, p. 56-60, et, cité dans : MURGADES, J. Tres olimpíades després (o allò que va d'un "manifest" a un "pamflet"). Els Marges, 46, 1992, p. 6, 9.

31 Cf. sur cette notion de "langue propre" : GENERALITAT DE CATALUNYA. Sobre la llei de normalització lingüística a Catalunya : els conceptes de doble oficialitat i de llengua pròpia, segons el dictamen del Conseil Consultiu de la Generalitat i un trebal de J.M. Sale llas. Barcelona : Generalitat de Catalunya, Departament de Cultura, p. 3-15 ; VIAUT, A. L'occitan gascon en Catalogne espagnole : le Val d'Aran. Du vernaculaire au formel. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1987, p. 77-86 ; VIAUT, A. Conditions et réalités du statut légal de l'occitan en France et en Espagne. In : Langues régionales et relations transfrontalières en Europe, sous la direction de H. Goetschy et A.-L. Sanguin. Paris : L'Harmattan, 1995, p. 222-225.

32 Cf. ARACIL, L. V. Dir la realitat. Barcelona : Països Catalans, 1983, p. 176-200.

33 Le Val d'Aran, à cet égard, constitue une exception, puisque, continuation de la vallée de la Garonne jusqu'à sa source et de l'aire de l’occitan gascon en Espagne, il est orienté vers le nord, c'est-à-dire le Comminge et le Sud-Ouest de la France.

34 Cas, par exemple, d'A. Badia i Margarit, cité in : VALLVERDÚ, Fr. Aproximació crítica a la sociolingüistica catalana. Barcelona : Edicions 62, 1980, p. 78. Cette approche se retrouve par exemple aussi, in : MOLLÀ, T. et VIANA, A. Op. cit., p. 102, ou PUIG i MORENO, G. Les processus de standardisation dans les Pays catalans : standards et parastandards en catalan moderne, considérés dans une perspective sociolinguistique. In : Langues, dialectes et écriture (les langues romanes en France). Actes du colloque de Nanterre, 16-18/4/1992, sous la dir. de H. Guillorel et J. Sibile. Paris : Institut d'Etudes Occitanes Paris, Institut de Politique Internationale et Européenne (Université Paris X), 1993, p. 202-203.

35 Cf. MOLLÀ, T. et VIANA, A. Op. cit., p. 117.

36 Cf. BAÑERES, J. et ROMANĺ J.M. Op. cit., p. 36-37.

37 Ibidem.

38 Pour traduire reversing language shift, la notion de shift étant rendue en français, selon les auteurs, par "changement", "substitution", comme en catalan et en espagnol (substitució, sustitución), ou "assimilation" (en synonymie avec "substitution", par exemple in : BOYER, H. "Diglossie" : un concept à l'épreuve du terrain : l'élaboration d'une sociolinguistique du conflit en domaines catalan et occitan. Lengas revue de sociolinguistique, 20, 1986, p. 34 et s. Cf. FISHMAN, J. A. Reversing Language Shift : Theorical and Empirical Foundations of Assistance to Threatened Languages. Clevedon, Philadelphia, Adelaide : Multilingual Matters LTD, 1991, p. 66-67, 81-121, 149-186 ; et BAÑERES, J. et ROMANÍ, J.M. Op. cit., p. 38-39.

39 Cf. CALVET, L. J. Op. cit, p. 154-155.

40 Cf. ainsi : MOLLÀ, T. et VIANA, A. Op. cit., p. 101, 139-200.

41 In : LABRIE, N. Op. cit., p. 33-38.

42 Cf. NINYOLES, L. R. Estructura social y política lingüística. Valencia : Fernando Torres, 1975, p. 132 et s. Clairement, dans sa démarche, que nous suivons, "La planification linguistique est un des instruments de la normalisation." (p. 132).

43 Cf. ARACIL, L. V. Papers de sociolingüística. Op. cit. [1965], p. 31 : "[...], la normalisation est souvent la seule alternative pratique au recul ou à l'extinction d'un idiome" et NINYOLES, L. R. Idioma y poder social. Op. cit., p. 54 : "Las ideologías diglosica son, en nuestro concepto, estrictamente conservadoras. Intentan perpetuar el statu quo, ignorando - o negando categóricament - aquella disyuntiva real : el dilema entre la sustitución linguistica o la normalización. [...]. Y en la medida en que la opción normalizadora es descartada, sólo se ofrecerá la otra : la sustitución ".

44 Appelée de ses vœux en 1951 par le romaniste P. Bec (cf. son article : Les tâches d'une Section de philologie du C.E. de l'I.E.O. Annales de l'institut d'Etudes Occitanes, 11, 1952, p. 45-52), celle-ci, sous diverses appellations similaires, développera une activité un peu plus tard. On doit principalement à ses membres d'avoir publié le dictionnaire normatif d'occitan-français d'après les parlers languedociens de L. Alibert (1966, 1977).

45 Cf. FERGUSON, Ch. A. Diglossia. World, 15, 1959, p. 325-340, et FISHMAN, J. A. Bilingualism with and without Diglossia ; Diglossia with and without Bilingualism. The Journal of Social Issues, XXXIII-2, 1967, p. 29-38.

46 Sur l'évolution de la potion de diglossie dans la sociolinguistique catalane, cf. VALLVERDÚ, Fr. Aproximació critica a la sociolingüística catalana. Op. cit., p. 47-56. En ce qui concerne la sociolinguistique basque, cf. SÁNCHEZ CARRIÓN, J. M. Un futuro para nuestro pasado : claves de la recuperación del Euskara y teoria social de las lenguas. San Sebastián : J. M. Sanchez Carrión, 1987, p. 341-372.

47 Cf. ARACIL, L. V. Papers de sociolingüistica. Op. cit., p. 25-28.

48 Cf. WEINREICH, U. Op. cit., p. 83-115.

49 Notion dont R. Lafont est à l'origine. Cf. LAFONT, R. À propos de l'enquête sur la diglossie : l'intercesseur de la norme. Lengas revue de sociolinguistique, 1, 1977, p. 31-39, ainsi que GARDY, Ph. et LAFONT, R. La diglossie comme conflit : l'exemple occitan. Langages, 61, 1981, p. 75-91.

50 Ibidem, p. 76.

51 Cf. NINYOLES, L. R. Idioma y poder social. Op. cit., p. 61-66.

52 Ibidem, p. 57-58.

53 Cf. ARACIL, L. V. Papers... Op. cit., p. 31-34.

54 Cf. MARÍ, I. Un horitzó per a la llengua. Barcelona : Empúries, 1992, p. 72.

55 Ibidem, p. 45.

56 Cf. sur le contexte de la conception et de l'interprétation des résultats fournis par ces enquêtes : HAMMEL, E. et GARDY, Ph. L'occitan en Languedoc Roussillon 1991. Perpignan : El Trabucaire, 1994, 204 p. ; et BLANCFIET, Ph. Problèmes méthodologiques de l'évaluation des pratiques sociolinguistiques en langues régionales" ou "minoritaires". Langage et société, 69, 1994, p. 93-106.

57 Cf. WEINREICH, U. Op. cit., p. 78-80. Voir p. 79 : "The value of a language in social advance might be designated PRESTIGE. More than any other criterion of dominance, it is socially determined. "

58 Selon LABRIE, N. Op. cit., p. 25.

59 In : BERGES, M. et GARDY, Ph. L'enseignement de l'occitan en Aquitaine. In : Livre blanc sur l'identité régionale en Aquitaine. Contrat Etablissement Public Régional / LASIC. Bordeaux-Talence : Laboratoire Associé des Sciences de l'Information et de la Communication (LASIC), 1981, p. 8.

60 Le passage concerné du préambule est le suivant : "Ne reconnaître l'existence d'un tel patrimoine culturel qu'en certaines zones où se trouve parlée une langue locale serait nier une réalité partout tangible et appauvrir une richesse nationale qui est, sur l’ensemble de notre territoire, la somme des rapports particuliers entre le sol et les hommes qui s'y sont succédé."

61 Cf. une analyse de cette attitude, in : ARACIL, L. V. Dir la realitat. Op. cit., p. 196-200.

62 Article 3 al. 3 : "La richesse des différentes modalités linguistiques de l'Espagne est un patrimoine culturel que fera l'objet d'un spécial respect et de protection."

63 Cf. NINYOLES, L. R. Idioma y poder social. Op. cit., p. 63 ; BOYER, H. "Diglossie" : un concept à l'épreuve du terrain : l'élaboration d'une sociolinguistique du conflit en domaines catalan et occitan. Lengas revue de sociolinguistique, 20, 1986, p. 41-43 ; CALVET, L. J. Op. cit., p. 157.

64 Cf. BOYER, H. Langues en conflit : études sociolinguistiques. Paris : L'Harmattan, 1991, p. 144-191.

65 Cf. GARDY, Ph. Le retour du francitan. Lengas revue de sociolinguistique, 1, 1977, p. 82.

66 Cf. KLOSS, H. Bilingualism and Nationalism. Journal of Social Issues, XXIII, 4, 1967, p. 46.

67 Cf. LAFONT, R. Sobre el procès de patoisització. Treballs de Sociolingüística Catalana, 1, 1977, p. 131-136.

68 Par rapport, notamment, à l'approche typologique de J. Fishman (cf. FISHMAN, J. A. Bilingualism with and without Diglossia ; Diglossia with and without Bilingualism. Op. cit., p. 29-38) où la notion de bilinguisme sert plus à caractériser la diglossie qu'elle ne correspond à une période de généralisation conséquence de cette dernière.

69 Cf., par exemple, sur la disparition de langues : CALVET, L.J. Op. cit., p. 140-148 ; AITCHISON, J. El cambio en las lenguas. Progreso o decadencia ? Barcelona : Ariel, 1993 (trad. de : Language Change : Progress or Decay ? Cambridge : Cambridge University Press, 1991), p. 221-235.

70 Cf. SÁNCHEZ CARRIÓN, J. M. Op. cit., p. 73-105.

71 Ibidem, p. 78.

72 Ibidem, p. 77.

Abbildungsverzeichnis

Titel Diagramme no 1 de l'option normalisatrice
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14547/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 112k
Titel Diagramme no 2 de la fonction patrimoniale
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14547/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 43k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540