Desktop versionMobile version

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Première partie. Axes pour un développement institutionnel

Axes pour un développement institutionnel

Alain Viaut

Full text

  • 1 Dans ce sondage national effectué sur un échantillon de mille deux personnes, 45 % des personnes i (...)

1Le constat de l'attente des citoyens par rapport au rôle dévolu aux collectivités territoriales, en particulier les régions, dans la protection et la promotion des langues régionales, qu'a révélée le sondage IFOP Les Français et les langues régionales réalisé en 1994 à l'initiative du Haut Conseil National des Langues Régionales de France1, révèle à l'évidence l'importance de l'échelon infra-étatique en matière de langues régionales. Ce sentiment peut résulter du constat du peu d'engagement de l'Etat dans ce domaine comme indiquer une prise de conscience "régionale". Le champ d'intervention potentiel de l'Etat demeure néanmoins important, en particulier dans l'enseignement où il est le premier décideur, ou dans les médias télévisuels publics où il reste le financeur privilégié eu égard aux possibilités offertes par la répartition globale des masses budgétaires. Bien souvent cependant, l'Etat sera amené à rencontrer les acteurs régionaux et locaux, publics et privés, dans des opérations concertées ayant pour objet les langues régionales. Un certain nombre de contrats de plan Etat-région ont ainsi inclus, ces dernières années, des volets sur ces langues.

2Dans les pages qui suivent, après avoir tracé un cadre conceptuel autour des notions de normalisation linguistique et de patrimoine, certaines caractéristiques de la législation française en matière de langues régionales, principalement axée jusqu'à présent sur l'enseignement, seront évoquées. Ces langues visées par la loi Deixonne du 11 janvier 1951 et le décret du 16 janvier 1974 sont, outre le basque et l'occitan dont il sera question ici, le breton, le catalan, le corse. L'allemand alsacien ou francique et standard ainsi que le flamand faisant l'objet de mesures spécifiques en tant que langues "allogènes", la circulaire Savary de juin 1982, par son caractère non énumératif, servira de fait de référence justificatrice pour initier ou développer un enseignement des langues régionales sans distinction, auparavant perçues comme "allogènes" ou non.

3Ensuite seront présentées différents développements d'activités ayant pour objectif la codification de la langue, soit la planification de son corpus (cf. infra H. Kloss et partie intitulée "Normalisation linguistique et patrimoine"), et sa resocialisation adaptée au mieux de sa situation sociolinguistique et des réalités du monde actuel.

  • 2 Cf. pour une approche d'ensemble, le no 18 de la revue Estudis occitans paru en 1995 et consacré à (...)
  • 3 Grop d'Iniciativa per un Diccionari Informatizat de la Lenga Occitana (Groupe d'initiative pour un (...)

4Le cas de l'Académie de la langue basque,/ Euskaltzaindia est exemplaire d'un travail de codification et d'élaboration d'une langue moderne. Bénéficiant d'importants supports en Espagne, elle a été déclarée d'utilité publique en France en 1995, au terme en fait d'une phase fondatrice pour ses principales actions de normativisation au sens large. En comparaison, l'Institut d'Études Occitanes (IEO)2 l'avait été en 1949, peu de temps après sa création en 1945. Ses avancées n'ont pas atteint un niveau similaire à celui d'Euskaltzaindia, sans doute pour avoir eu dès le départ des objectifs linguistiques, culturels et éditoriaux plus larges et donc moins ciblés de ce côté, pour des raisons de mobilisation et de moyens aussi. En tant qu'organisme structuré, le GIDILOC3 œuvre ces dernières années dans le même domaine que le Secteur de linguistique de l'IEO, principalement, jusqu'à présent, sur des données normatives occitanes languedociennes. Complémentarité ou développement des initiatives rappelle là la situation catalane où, avec des moyens et une structuration bien plus importants, fruits d'une politique linguistique résolument normalisatrice au niveau public, deux organismes, l'Institut d'Études Catalanes (IEC) et le centre de terminologie Termcat, s'articulent et se complètent, le second ayant été créé en 1985 à l'initiative du premier et de la Direction Générale de Politique Linguistique de la Généralité de Catalogne.

5L'historique de la mise en place et de la vocation de l'Institut Culturel Basque (ICB), qui a pris en compte le soutien à la resocialisation de l'euskara, est parti d'un échec avec le malentendu sur la culture basque dans le cadre du précédent Centre Culturel du Pays Basque créé en 1984 avec des objectifs de fait plus généralistes. L'ICB constitue un modèle de partenariat entre l'Etat, le Conseil régional d'Aquitaine, le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et un Syndicat Intercommunal pour le soutien à la Culture Basque très mobilisé auquel participe la quasi-totalité des communes du Pays basque.

  • 4 Signature à Bordeaux le 3 octobre 1989 des premiers accords entre l'Aquitaine et l'Euskadi. Élargi (...)

6Dans ces deux cas de l'Académie de la langue basque et de l'Institut Culturel Basque, en particulier pour le premier, nous avons des exemples productifs de réalisations concertées entre partenaires publics et privés avec, en plus, une dimension transfrontalière grâce à laquelle la partie française de l'Euskal Herri peut profiter d'une expérience venue du sud désormais éprouvée et légitimée par ses résultats. Ces contacts peuvent être anciens comme dans l'exemple d'Euskaltzaindia ou être mis à profit en vue des tâches nouvelles de planification linguistique ainsi que cela a pu être le cas lorsque l'ICB participa, dès sa création fin 1990, à l'enquête sociolinguistique basque menée dans le cadre de l'article 7 des Accords de coopération signés le 30 septembre de la même année entre le Gouvernement de la Communauté autonome d'Euskadi et le Conseil régional d'Aquitaine. L'ICB allait ainsi devenir un complément d'Euskaltzaindia dans un cadre général de plus en plus intégré des activités de soutien à la langue et à la culture basques. Correspondant d'ailleurs à l'esprit des lois de décentralisation de 1982-83 (cf. article 65 de la loi du 2 mars 1982) qui encouragent les accords avec des régions d'Etats voisins, l'Académie de la langue basque confirme sa vocation transfrontalière et l'ICB, dès sa participation à l'enquête sociolinguistique de 1991, a démontré une capacité à être un interlocuteur pour le Vice ministère de la Politique Linguistique (Viceconsejería de Política Linguistica) du gouvernement de la Communauté Autonome Basque et la Direction Générale de la Politique Linguistique de Navarre. Ce développement des relations de travail et de recherche en faveur de l’euskara est par ailleurs confirmé par la seule existence des Accords de coopération Aquitaine-Eukadi-Navarre4.

  • 5 En Languedoc-Roussillon, il s'agit en fait d'une mission pour les langues et cultures occitane et (...)
  • 6 Un poste de responsable et un poste de secrétariat en Languedoc-Roussillon et un poste de responsa (...)

7L'échec de l’Institut Culturau de Gasconha dont un des principaux objectifs était la promotion de l'occitan paraît en bonne partie imputable à l'incompréhension envers le secteur associatif occitan d'alors de la part des institutions déconcentrées de l'Etat et des collectivités territoriales. Face à cette déconvenue, l'État n'a pas pesé de son poids pour renégocier un projet. Les interlocuteurs associatifs étaient alors en nombre sans doute plus dispersé qu'en Pays basque. Depuis, les choses ont évolué et certains Conseils régionaux et généraux se sont engagés dans des voies plus volontaristes qu'auparavant pour soutenir la diffusion de la langue et de la culture d'oc de façon coordonnée, voire pour organiser des opérations de sensibilisation en leur faveur. Sans pour autant en arriver à la mise en place de véritables services spécialisés de planification linguistique comme cela peut exister en plusieurs endroits d'Espagne, les régions Languedoc-Roussillon depuis 1985 et Midi-Pyrénées depuis 1989, le département des Hautes-Pyrénées, plus récemment, ont créé des missions à vocation assez généraliste pour la langue et la culture occitanes5. Cette configuration se rapproche de celle de l'ICB quant à l'objectif. À la différence de cette dernière toutefois, même si elle peut signaler l'existence de moyens significatifs comme en Languedoc-Roussillon (de l'ordre de plus de huit millions de francs par an) essentiellement jusqu'à présent, les moyens en personnel restent très réduits6 et le cadre administratif relève directement et uniquement des Conseils régionaux ou généraux. Seront ainsi présentés les exemples de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon, dans ce dernier cas à travers la participation à la mise en place d'un Service de la Langue indiquant une étape nouvelle dans l'application d'une politique linguistique dans cette région.

8Cette implication, significative d'une prise de conscience de la part de ces collectivités, n'existe pas encore en Aquitaine à ce niveau de coordination administrative. Des tendances s'y précisent néanmoins dans ce sens. Depuis le budget 1995, le Conseil régional d'Aquitaine a autonomisé une ligne budgétaire particulière "tradition et culture régionales" d'environ deux millions de francs destinée entre autres à l'ICB. Des possibilités d'aide peuvent également provenir plus largement du secteur d'activité "Aménagement de l'espace, vie et identité régionale".

9Ainsi les langues occitane et basque n'apparaissent-elles pas explicitement dans ces récents intitulés comme c'était déjà le cas avec la commission "identité régionale, traditions, patrimoine, vie quotidienne". C'est, de fait, à travers ces dénominations assez généralistes et sans cadre spécifique préétabli, que, jusqu'à présent, sont traitées les demandes concernant les langues régionales, les expressions "identité régionale" ou "culture régionale" étant censées couvrir les réalités linguistiques correspondantes. Ces demandes peuvent également, pour certaines d'entre elles, entrer dans le champ général de l'aide à la recherche ou de la culture avec le service de la promotion et de l'aide culturelle.

  • 7 Adaptations de Toboggan des éditions Milan de Toulouse.

10Dans le même temps, le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques procède à la mise en place de l’Institut occitan dont il est prévu qu'il devra accomplir des missions de recherche et pédagogie et d’action culturelle dans les secteurs de la langue, de la littérature et de la musique, avec une vocation largement occitane, au-delà des seules limites départementales. Cinq postes et un budget de fonctionnement de deux millions de francs par an sont prévus à cet effet. Des politiques plus planifiées s'annoncent ainsi à l'égard de l'occitan — cela a déjà commencé pour le basque avec l'ICB — pris jusque-là en compte avec quelque régularité seulement par la commission Édition du Centre Régional des Lettres d'Aquitaine dépendant de la collectivité territoriale concernée. D'une manière générale, une tendance se confirme au moins au sein du Conseil régional et du Conseil général des Pyrénées Atlantiques, surtout depuis 1995, à régulariser et à augmenter les aides aux productions et activités qui font une promotion effective de la langue régionale, ainsi qu'à équilibrer les subventions destinées aux langues basque et occitane. Le cas s'est ainsi présenté en 1995, par exemple, pour les aides directes ou indirectes octroyées par le Conseil régional aux deux revues enfantines Xirrixta, en basque, et Plumalhon, en occitan7.

11Ainsi que cela avait eu lieu en 1982 avec la fédération d'associations culturelles basques Pizkundea, le secteur associatif occitan s'est également employé à se rassembler. Après la période des années quatre-vingt qui vit des premières tentatives dans ce sens avec, notamment, le Comité Périgord pour la Langue Occitane, établissant une liaison entre Lo bornat, groupement félibréen, et la section départementale de l'IEO, les associations occitanes ont évolué récemment vers des structures fédératives plus larges de nature à favoriser le partenariat avec les collectivités territoriales et l'État. Ainsi en a-t-il été des États Généraux de la Langue, à cheval sur le Béarn, en Aquitaine, et la Bigorre, en Midi-Pyrénées, qui ont joué, à partir de 1989, un rôle actif dans la préparation des consciences à l'émergence d'un institut culturel occitan. D'autres initiatives, initiées en particulier en Gironde, vont dans le même sens, telles que le Comitat Girondin de la Lenga Occitana e de la Cultura Gascona (Comité Girondin de la Langue et de la Culture gasconne) ou le Collectiu Occitan d'Aquitània (Collectif Occitan d'Aquitaine).

12Il conviendra enfin d'évoquer la question de l'acquisition des langues régionales par l'enseignement, évidemment essentielle pour relever le statut d'une langue minorisée. La formation pour adultes, avec cours du soir et/ou stages intensifs, surtout significative pour le basque, avec et, à un degré moindre pour l'occitan, en Béarn principalement ainsi qu'en Lot-et-Garonne (Piquepoul), ne sera pas développée ici. L'accent sera donc mis sur l'enseignement en établissements scolaires et universitaires. Celui-ci fait l'objet depuis quelques années d'une coordination au niveau des rectorats concernés tout au moins. À côté de faiblesses structurelles qui demeurent, comme l’offre généralement très faible dans le primaire, en particulier pour l'occitan, pourtant essentiel pour l'acquisition linguistique, quelques avancées seront aussi signalées, comme avec les CAPES de langue régionale qui existent depuis ces dernières années, quoique sans garantie de créations de postes correspondant à ceux qui sont mis au concours. Enfin, l'exemple comparatif de l'Académie de Toulouse clora ce premier développement sur une note encourageante quant aux possibilités et à la portée du partenariat dans ce domaine.

Notes

1 Dans ce sondage national effectué sur un échantillon de mille deux personnes, 45 % des personnes interrogées ont répondu que les régions devaient s'occuper en priorité des langues régionales, alors que 6 % ont estimé que cela revenait à l'État (24 % les départements).

2 Cf. pour une approche d'ensemble, le no 18 de la revue Estudis occitans paru en 1995 et consacré à l'IEO, avec pour titre : L'I.E.O. e l'occitanisme dempuèi 1945, 120 p.

3 Grop d'Iniciativa per un Diccionari Informatizat de la Lenga Occitana (Groupe d'initiative pour un Dictionnaire Informatisé de la Langue Occitane), dont le siège est à Montpellier.

4 Signature à Bordeaux le 3 octobre 1989 des premiers accords entre l'Aquitaine et l'Euskadi. Élargissement des Accords en 1992 à la Navarre (signature à Pampelune le 14 février). Les objectifs concernent l'économie, l’environnement et la culture et un Fonds Interrégional de Coopération alimenté à parité par les trois régions permet des actions communes.

5 En Languedoc-Roussillon, il s'agit en fait d'une mission pour les langues et cultures occitane et catalane.

6 Un poste de responsable et un poste de secrétariat en Languedoc-Roussillon et un poste de responsable en Midi-Pyrénées et dans les Hautes-Pyrénées.

7 Adaptations de Toboggan des éditions Milan de Toulouse.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search