Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Langues d’Aquitaine

 | 
Alain Viaut
, 
Jean-Jacques Cheval

Des langues à la croisée des chemins

Alain Viaut

Texto completo

"Dans la majorité des situations, la langue est objet d'attachement. Elle est un espace d'appropriation symbolique, l'énonceur vit à travers sa langue sa relation au groupe avec lequel il la partage. Le terme le dit explicitement : avec ce groupe, il entre en communication. Tirant du social sa caractérisation, il s'investit dans la langue qui en est le fondement" ; (HAGÈGE, Cl. L'homme de paroles : contribution linguistique aux sciences humaines, p. 288).

des langues devenues régionales et minoritaires

  • 1 Cf. par exemple sur ce sujet, les remarques concernant le portugais in : VILLANOVA, R. de. La circ (...)

1Le présent ouvrage souhaite rendre compte, à travers un choix de témoignages et d'observations axés sur des expériences récentes ou actuelles, d'avancées ou de prémisses d'action, accomplies ou menées en Aquitaine en faveur des langues propres à cette région. Ces langues se trouvent à l'heure actuelle en situation très minoritaire par rapport au français standard, devenu la langue d'une majorité d'unilingues et d’une minorité de bilingues. D'autres langues peuvent aussi être parlées en Aquitaine, de même que dans d'autres régions de France et être également minoritaires ; il s'agit des langues d'immigration. Les cas du castillan, de l’italien, du portugais, de variétés géographiques d'arabe et de berbère, principalement, doivent bien sûr être évoqués. Leur approche, qui peut sans doute présenter des points communs avec celle des langues dites régionales (cf. infra), par exemple pour certains aspects de l'enseignement, appelle une démarche spécifique dont nous ne traiterons pas ici. Nous ajouterons que, si ces langues n'ont parfois un caractère minoritaire que chez nous à l'image de langues régionales telles que le flamand ou l'allemand qui sont majoritaires dans des Etats-nations voisins, elles peuvent faire l'objet d'une dilution encore plus marquée que pour les langues régionales, au profit d'un bilinguisme dont l'asymétrie est d'autant plus rapidement accentuée que l'acquisition de la langue perçue comme étant celle de l'intégration, à savoir le français, est désirée. Nous n'ignorons pas cependant que cette dilution n'est pas, a priori, exclusive d'un bilinguisme évidemment souhaitable, entretenu ou désiré, dans tel ou tel cas, par un groupe social affirmant le désir de conserver et d'entretenir une cohésion culturelle d'origine1. L'attitude du locuteur par rapport à sa langue d'origine qui serait devenue minoritaire dans une situation de changement linguistique comporte deux acceptions légèrement différentes l'une de l'autre. Dans l'exemple d'une langue régionale, dans un contexte de grande hiérarchisation des codes linguistiques et peu favorable au bilinguisme, ce changement en faveur du français dominant pourra être interprété par rapport à un désir d'ascension socio-économique et culturelle. Dans celui d'une langue d'immigration, il sera en plus conditionné par l'acquisition des signes les plus évidents de l'identité stato-nationale majoritaire, dont cette même langue.

2Il conviendrait également d'évoquer les langues par définition sans implantation territoriale, propre ni à une région ni à un pays d'origine, telle que le romani ou les variétés hispaniques des Tsiganes. Notre intention de traiter ici des langues propres à l'Aquitaine, géographiquement "régionales" par rapport à l'ensemble territorial français et devenues minoritaires, ne devra pas être entendue dans le sens d'une sorte de hiérarchie que nous désirerions établir, mais d'un choix méthodologique pour répondre d'abord à l'actualité d'un intérêt et d'une demande qui se manifestent de façon persistante à l'égard de ces pratiques linguistiques. Nous noterons d'ailleurs que certaines observations de base que nous pourrions faire quant à la perception du contact linguistique seront aussi valables pour les langues minoritaires non régionales.

  • 2 Charte du 5/11/1992 que la France a refusé jusqu'à présent de signer.
  • 3 Cf. Ibidem, art. 1- et b que nous citons : "Au sens de la présente Charte : par l’expression "lang (...)

3Au résultat, la signification que nous donnons de la langue régionale minoritaire ressemble à celle que propose la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l'Europe2 en ce qu'elle n'inclut pas les langues des migrants faisant l'objet d'autres mesures de protection spécifiques. Elle s'en écarte en revanche3 en ce qu’elle admet, à côté du nécessaire développement de variétés normées, voire standardisées, pour ces langues régionales, l'importance des variantes géographiques ou dialectes, y compris de la langue officielle de l'État, ainsi que ce peut être le cas avec le poitevin-saintongeais. Cette notion de variante s'entendra en outre de façon large, intégrant les possibilités de caractérisation sociolinguistique ou, même, d'individuation. Nous resterons enfin réservés quant au "nombre de personnes justifiant l'adoption des différentes mesures de protection et de promotion" prévues par la charte, celui-ci pouvant faire l'objet de grandes différences d'appréciation quant à la portée d'une planification linguistique favorable (cf. infra, partie "Normalisation linguistique et patrimoine"). Nous retiendrons que ce "nombre" doit, en tout état de cause, représenter un tout où entrent en ligne de compte certains seuils minimaux et d'autres variables selon les contextes. Ainsi, à côté des locuteurs habituels effectifs, ne sauraient être oubliés les compétents passifs et les non-locuteurs demandeurs.

histoire d'un patrimoine linguistique

  • 4 Par la circulaire no 66-361 du 24/10/1966.

4Région administrative française ayant Bordeaux pour capitale, l'Aquitaine, peuplée d'environ deux millions sept cent mille habitants, se compose de cinq départements (Dordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques) et se situe dans le quart sud-ouest de la France. Les langues qui lui sont propres sont, par ordre d'importance géographique, l'occitan, le basque et le français poitevin-saintongeais. Elles sont en contact, depuis la fin du moyen âge et le début de la période moderne, avec le français, "langue du roi", puis langue de plus en plus véhiculaire et standardisée. Cette variété "super structurelle" de français fut d'abord progressivement imposée comme langue administrative, remplaçant le latin et l'occitan, principalement sous sa forme gasconne dans cette région. Après avoir été de plus en plus adoptée par les couches sociales dirigeantes, son usage à partir de la fin du xixe siècle notamment, s'est répandu tant du fait de sa valorisation par l'ensemble des citoyens que d'un choix d’unilinguisme strict, voire autoritaire, dans l'enseignement obligatoire mis en place alors. Au cours du siècle présent, après avoir logiquement provoqué le développement d'un bilinguisme diglossique, cette situation a évolué ensuite vers des processus de susbtitution au profit d’un français de plus en plus général au détriment, par conséquent, des langues à implantation territoriale de l'Aquitaine. Leur qualification de "régionales" remonte, comme pour les autres langues de ce type en France, à l'année 1966, lors de la mise en place des Commissions Académiques d'Études Régionales4. Cet emploi apparut au moment où le signifiant "région" commençait à correspondre à une réalité administrative dont on prévoyait le développement futur. Les décrets du 7 janvier 1959 et du 2 juin 1960 fixant les circonscriptions d'action régionale et ceux du 14 mars 1964 instituant les préfets de région expliquent au moins en partie cette nouvelle appréhension des choses à l'époque. Du point de vue de l'Etat, le lien entre langue "régionale" et Région allait ainsi devenir prégnant. La référence géographique de la série d'observations qui suit se justifie au moins par cette genèse de la prise en compte des langues à implantation territoriale en France. Les conceptions et le contenu des gestions qui purent y être développés, à titre public ou privé, concertées ou non, valent ainsi d'être abordés ici.

5Pour autant, cette région ne saurait être isolée d’ensembles plus vastes auxquels elle participe à plus d'un titre, que ceux-ci soient illustratifs d'une ouverture sur l'Atlantique, de liens avec les autres régions du grand Sud-Ouest de la France ou de relations transfrontalières avec l'Espagne. Aussi sera-t-il fait également appel ici à certains exemples d'actions menées dans le voisinage de l'Aquitaine, en liaison implicite avec des préoccupations réelles ou potentielles qui s'y manifestent ou seraient susceptibles de le faire. L'accent aura été volontairement mis sur la place et le rôle d'organismes ou services, dépendant de l'État comme de collectivités territoriales ou plus simplement liés à eux à travers différentes formes de partenariat. Non pour minimiser les activités ou les projets associatifs qui peuvent d'ailleurs être développés en harmonie avec le secteur public, ce choix vise seulement à rappeler l'importance des investissements prévisibles pour soutenir des langues devenues minoritaires.

6Un intérêt particulier sera également porté aux médias audiovisuels, non parce qu'ils présenteraient forcément dans cette région une configuration plus intéressante qu'ailleurs du point de vue qui nous occupe, mais surtout pour relever leur vocation à jouer un rôle exemplaire de nos jours dans la sensibilisation et la promotion d'une langue régionale. Partant de cette observation banale en matière de développement linguistique de nos jours, il apparaissait alors que l'Aquitaine pouvait offrir un exemple riche d'enseignements, ne serait-ce que par ses expériences et ses besoins dans ce domaine.

  • 5 Particulièrement in : Circulaire no 76-123 du 29/3/1976. Cf., par exemple, in préambule : "L'étude (...)

7Au moment où le français, au-delà de ses limites géolinguistiques (le domaine d'oïl) et politiques (l'Hexagone) originelles est mis en avant comme le patrimoine international de la francophonie, les langues qualifiées de régionales, parce qu'originaires ou usitées à l'intérieur de régions particulières de l'Hexagone, après avoir été perçues à travers un pluriel secondaire des patrimoines de la nation5, paraissent de plus en plus être perçues comme des patrimoines que les régions prennent en considération, voire cherchent à valoriser. Cette inflation de l'emploi du terme patrimoine, qui concerne aussi les langues, est d'ailleurs significative d'une appréhension nouvelle de celles-ci. La légitimité de ce qui est transmissible et de l'héritage, au risque de laisser plus apparaître l'aspect archivistique que celui de la promotion d'un code vivant de communication, peut aussi servir de soutien symbolique à toute action en faveur de la langue minorisée promue au rang des biens culturels d'une communauté. Culture et patrimoine sont des mots dont la fonction connotative est importante et leur application à des objets tels que des langues signale généralement une interprétation.

8Les notions de culture et de patrimoine, traditionnellement associées à une langue étant justement perçue comme étant "de culture", peuvent sortir de leur sphère culturaliste de départ pour investir celle du politique. Ainsi, le français est-il déclaré être un "élément fondamental du patrimoine de la République" dans la loi sur l'emploi de la langue française du 4 août 1994. Cette relation de sens n'est pas nouvelle et telles langues, l'irlandais ou le maltais par exemple, ont pu être déclarées nationales et officielles dans les constitutions de leurs Etats respectifs en 1937 et 1964 afin de signaler une adéquation de type identitaire de la nation à sa langue première, même si celle-ci était de fait virtuelle ou subordonnée en réalité à une autre, l'anglais dans les deux cas.

9L'emploi de ces mêmes notions pour évoquer une langue régionale inscrit généralement l'énonciateur dans le camp de ses promoteurs, ceux qui voudraient lui voir reconnaître un statut similaire, au moins symboliquement, à celui d’une autre langue, quelle qu'elle soit, y compris de celle qui la dominerait et/ou jouirait d'un plus grand prestige. Culture et patrimoine deviennent ainsi des attributs que chaque langue possède intrinsèquement, a développé, développe ou demeure susceptible de le faire. Cette revendication d'attribut est d’abord celle de la reconnaissance de l'autre, celle du passage de l'anonymat — éventuellement des "patois" indistincts à force d'être "mentalement" fragmentés — à l'identité. Elle peut être ensuite celle de la demande de moyens pour actualiser un potentiel dont la langue concernée pourrait ou devrait être dotée à l'égal de telle ou telle autre.

10Avant d'en arriver là d'une formulation de plus en plus couramment admise, le temps de la maturation aura bien été celui de la perte de langues. Non de la disparition, à moins que, nous référant au temps historique, nous ne fassions allusion à la disparition de l'aquitain, du gaulois ou du latin. À partir de cette période de changements linguistiques importants dans cette région, comme ailleurs dans ce qui devint plus tard la France, la géographie des langues s'est à peu près stabilisée pour ne bouger que peu jusqu'à nos jours. Les limites de langues, les isoglosses retenues pour délimiter des variétés géographiques ou dialectes de celles-ci, déterminent donc, en tenant compte des limites administratives actuelles, cinq ensembles et sous-ensembles significatifs.

11Une précision préalable s'impose quant à la perception des territoires de la langue, l'appartenance linguistique faisant appel à un sentiment d'identité culturelle. Dans le cas du français standard, la référence à une réalité linguistique, dont l'abstraction est admise, voire valorisée, renvoie à des caractéristiques d'une culture commune désignée comme nationale en France. Cette langue, tout en étant généralement perçue, en même temps, comme porteuse d'universalité, s'inscrit à l'intérieur de limites qui ont été politiques avant de devenir également linguistiques. Dans les cas de l'occitan et du basque, loin de participer notoirement à déterminer l'extension du domaine de la langue, par sa position en amont d'un processus de développement linguistique, le facteur politique apparaît-là plutôt en aval, après avoir même contribué à sa régression. En outre, pour l'occitan pris dans sa globalité, l’entité référentielle de base est d'abord géolinguistique. Il en va de même pour le français poitevin-saintongeais. Dans le cas du basque, de même que pour le breton avec la Bretagne, le catalan avec la Catalogne, par exemple, il existe un référent historique "Pays basque", même s'il est polymorphe, qui diffère quelque peu du référent "langue basque". Le premier a fait l'objet d'un investissement identitaire autour de contours déterminés par le rappel de références entrant dans la constitution d’une histoire assumée ou voulue comme étant proprement basque ; le second, de nature géolinguistique, au moins aussi important sinon plus comme marqueur d'identité collective, s'y ajoute. Les lignes démarcatives ne coïncidant pas, celles qui signalent la langue peuvent, ici comme ailleurs, aussi bien se trouver au-delà qu'en-deçà de celles qui signalent l'histoire de nos jours. Dans ce cas du Pays basque, les frontières linguistiques auraient plutôt reculé dans l'ensemble, quoique surtout au sud, depuis la fin du moyen âge, par rapport aux limites politiques traditionnellement depuis cette période, après avoir été situées même au-delà de ces dernières. Le Labourd, entre autres anciens pagi puis circonscriptions de l'Ancien Régime communément constitutives du Pays basque nord, comprend ainsi, depuis le moyen âge, une zone bascophone majoritaire et, dans sa partie nord-ouest, une zone romane minoritaire, de tradition linguistique gasconne, qui concerne la contrée côtière aujourd'hui urbanisée de Bayonne à Biarritz, cela signifiant par ailleurs une interpénétration linguistico-culturelle dans les deux sens, ancienne et bien réelle. L'importance de cette zone pour l'euskara en Pays basque nord est en même temps un paradoxe que l'on ne saurait réduire à des attitudes crispées de part et d'autre des appartenances culturelles. Devenue, de par son importance économique, en particulier depuis le début du siècle, un pôle d'attraction puissant pour le Pays basque intérieur, la population actuelle du BAB (district Bayonne-Anglet Biarritz) représente plus de 40 % de la population de l'Euskal Herri de France. Cette proportion, qui signale par ailleurs un déséquilibre grandissant entre la côte de Bayonne à Hendaye et le Pays basque intérieur, intègre forcément une part non négligeable de personnes liées à la culture euskarienne par leurs origines ou leur désir d'intégration, et ce malgré les incontestables facteurs de débasquisation, comme de dégasconnisation, dans le BAB, induits par le taux élevé d'urbanisation. Ce fait, allié au rôle de centre politico-administratif basque de plus en plus joué par Bayonne, a par conséquent une incidence sur le devenir de l’euskara. Nier le profil de basquité linguistique de cette zone, mis en relief par l’histoire présente, serait aussi aveugle que d'en gommer la gasconnité linguistique d'origine ancienne, même si l'occitan gascon y rencontre actuellement le dynamisme du basque et si ces deux langues sont largement "recouvertes" et dominées par le français général.
On le voit à travers ces quelques exemples dont le cadre aquitain nous autorise l'expérience, la notion toute nuancée de territoire géographique appliquée à la langue se rapporte aux données descriptives de la dialectologie, tout en étant influencée par celles de l'économie et de la démographie ainsi que par le vécu et la dynamique des représentations et attitudes sociolinguistiques. S'il est banal de dire que la gestion de l'entrecroisement de ces données dans un sens restrictif, quel qu'il soit, ne saurait en occulter la réalité toujours susceptible de réapparaître, il pourra être utile de poser la question en termes de structuration des demandes des personnes et groupes concernés, voire d'aide apportée à celle-ci.

  • 6 Cf., par exemple, sur cette question, les références suivantes : DINGUIRARD, J.C. Aux origines du (...)
  • 7 Cf., par exemple, sur ce sujet : ALLIERES, J. Dialectologie sur les confins basco-romans : l'artic (...)

12L'Aquitaine possède la dénomination sans doute la plus ancienne des régions administratives françaises. Pays des Aquitains conquis en même temps que les Gaules celtiques par les Romains il y a deux mille ans, cet ensemble, on le sait par différents témoignages datant de cette époque, se distinguait des pays d'outre-Garonne par une langue originale qui s'est ensuite romanisée pour sa plus grande partie et qui, vraisemblablement, faisait partie de la même famille linguistique que le basque ou euskara6. L'actuelle Région Aquitaine administre d'ailleurs une partie du territoire du basque actuel, côté nord de la frontière franco-espagnole. Cette langue paraît être la plus anciennement établie en Europe de l'Ouest. La diffusion en Europe des langues de la famille indoeuropéenne et, par conséquent, l'émergence de celles qui, environnant l'euskara de nos jours, font partie de la branche latine, se sont produites ensuite. La langue basque est présente, de nos jours, dans la partie ouest du département des Pyrénées-Atlantiques. Ses limites y sont généralement données pour à peu près stables depuis le moyen âge. Passant entre Bidart et Biarritz, Bardos et Urt, descendant vers Labastide-Clairence de tradition bilingue, se dirigeant ensuite vers l'est pour passer entre L'Hôpital-Saint-Blaise et Préchacq, elle se dirige alors vers le sud, le long de la ligne de relief qui sépare la Haute-Soule basque du Barétous béarnais. Nombre de communes sont plus ou moins linguistiquement mixtes traditionnellement sur cette limite et il apparaît que le basque, qui a eu tendance à refluer vers le nord côté espagnol, serait resté plus stable, voire aurait même un peu progressé vers le nord et l'est, côté français, même si un recul ancien dans la vallée de Barétous, par exemple, fait partie des probabilités. Le cas contemporain du développement de la langue et de la culture basque dans l'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz, gasconophone de tradition, ou celui, plus ancien, de la commune bilingue d'Esquiule, réputée pour sa productivité en littérature traditionnelle basque et dont la basquisation paraît remonter au xive siècle, fournissent des exemples de ce phénomène qui signale autant un changement par rapport, par exemple, à la distinction revendiquée côté basque au xviii e siècle entre le baillage de Labourd, ayant Ustaritz pour capitale, et Bayonne, que la continuation d'une réalité ancienne d'interférences culturelles et linguistiques le long de cette limite basco-gasconne7.

  • 8 Cf. ZUAZO, K. Vingt ans de standardisation de la langue basque. Lengas revue de sociolinguistique,(...)

13Cet ensemble linguistique de la partie nord du domaine euskarien comprend les dialectes souletin et bas-navarrais, qui font partie du groupe dialectal oriental, et le labourdin qui se rattache au groupe central à côté du guipuzcoan et du haut-navarrais. Ces deux derniers ont principalement servi de base à des koinès littéraires durant la première moitié du xxe siècle, avec le navarro-labourdin littéraire, particulièrement mis en valeur par P. Lafitte, et le labourdin classique défendu par F. Krutwig qui s'appuyait entre autres sur une tradition littéraire remontant au xvie siècle8.

14La langue occitane ou d'oc, est présente dans les cinq départements qui composent la Région Aquitaine, à travers trois de ses dialectes ou variantes idiomatiques : le gascon, le languedocien et le limousin.

  • 9 Cf. BEC, P. Manuel pratique d'occitan moderne. Paris : Picard, 1973, p. 26 et BEC, P. Manuel prati (...)
  • 10 J. Ronjat intègre les données gasconnes sous l'appellation d'"aquitain" dans sa présentation de la (...)
  • 11 Cf. BEC, P. Manuel pratique d'occitan moderne. Op. cit., p. 18-19.

15Cet ensemble d’oc est d'abord représenté en Aquitaine par sa variante gasconne. En dehors de la Dordogne, celle-ci s'étend sur les quatre autres départements de l'Aquitaine. Suffisamment original pour être décrit par P. Bec comme une entité à part au sein du groupe occitano-roman9, au même titre que le catalan, il apparaît par ailleurs comme faisant partie intégrante de l'occitan. Tirant son originalité des effets de son substrat aquitain, principalement, sur l'évolution phonétique des sons transmis par le latin ainsi que sur certaines caractéristiques lexicales et syntaxiques, il se trouve dans une situation particulière. Sa participation à une base commune d'oc présentée par J. Ronjat10 qui le nomme "aquitain", ou même argumentée par R Bec11, qui l'inclut dans le complexus transdialectal aquitano-pyrénéen de l'occitan, trouve sa traduction sociolinguistique dans sa contribution à la dynamique d'oc littéraire et culturelle du moyen âge à nos jours. Le catalan, de ce point de vue, s'est depuis longtemps individualisé.

  • 12 Ibidem, p. 19-21.

16Le languedocien occupe en gros les parties sud de la Dordogne et nord-est du Lot-et-Garonne, à droite de la Garonne. Il se prolonge en Gironde, dans le canton de Ste-Foy-La-Grande essentiellement. Il est inclus dans le complexus dialectal de l'occitan méridional, qui comprend aussi le provençal, et considéré comme étant la variante la plus classique par rapport à l'ensemble occitan. C'est plus précisément dans sa partie orientale qu'a été déterminé par P. Bec12 l'occitan dit central ou de référence, soit la variété censée être la plus propre à servir de base à une forme unifiée moderne. Située entre le complexus transdialectal aquitano-pyrénéen, qui prend appui sur un gascon demeurant néanmoins particulier, et le complexus transdialectal arverno-méditerranéen, qui comprend le complexus dialectal nord-occitan dans son ensemble (cf. infra) et le dialecte provençal, cette aire est censée réunir le plus efficacement ces caractères de diasystématicité.

17Le limousin, qui fait partie du complexus dialectal nord-occitan comprenant également les dialectes auvergnat et alpin, est représenté dans la partie nord de la Dordogne pour venir "toucher" le département voisin de la Gironde à Puynormand.

  • 13 Cf., à ce sujet, la récente parution : La langue poitevine saintongeaise : identité et ouverture. (...)
  • 14 Cf. BOUTRUCHE, R. Les courants de peuplement dans l'Entre-deux-Mers : étude sur le brassage de la (...)

18Cet endroit est aussi un point de rencontre entre l'occitan et le français-langue d'oïl de la Grande Gavacherie. Ce dernier fait partie du poitevin-saintongeais, traditionnellement décrit comme une des variétés géographiques du français langue d'oïl, mais se trouve partagé entre une adhésion au modèle linguistique français standard, aux bases duquel il participe comme composante d'oïl, résolvant par une substitution consentie et, en tout cas presque aboutie de nos jours, la traditionnelle diglossie à la française langue nationale/"patois", et une identification aux caractéristiques dialectales susceptible de l'engager dans un processus sociolinguistique d'individuation13 en tant que langue d'oïl parmi d'autres telles que le gallo, le picard ou le wallon, par exemple. Cette langue d'oïl poitevine-saintongeaise est ainsi présente dans la zone appelée Grande Gavacherie qui comprend les cantons voisins du département de la Charente-Maritime. Elle l'est aussi dans une enclave, nommée Petite Gavacherie, située à l'est de l'Entre-Deux-Mers. Ces deux portions de langue d'oïl de la Gironde (cf. supra), surtout celle de la Petite Gavacherie, sont généralement considérées comme des zones de reflux de l'occitan dues aux effets conjugués de la guerre de Cent Ans et d'épidémies14 qui entraînèrent un repeuplement par des populations venant principalement des pays situés entre Loire et Gironde. L’installation s'étant produite à une période d'unilinguisme en gascon dans cette région, le parler de la Petite Gavacherie, en particulier, comporte de nombreuses marques de l'influence de ce dernier. Il n'empêche que ces zones participent au résultat du poitevin-saintongeais. Il convenait de les signaler même si elles sont minoritaires. Il n’en sera pas question ici de façon spécifique, simplement parce que, jusqu'à présent tout au moins, à la différence de l'occitan ou du basque, elles n'ont pas fait l'objet dans la région qui nous occupe d'un intéressement associatif ou d'un développement institutionnel marqué. De fait, le poitevin-saintongeais fait bien sûr davantage l'objet d'un intérêt en région Poitou-Charentes où il se trouve en position centrale.

  • 15 Cf., à ce sujet, les zones d'interférences entre nord-occitan et dialectes d'oïl voisins in : TOUR (...)
  • 16 Sur la localisation de cette isoglosse et la diversité dialectale du Périgord, cf. GUILLAUMIE, G. (...)

19La réalité linguistique propre de l'Aquitaine, nous devons le rappeler, c'est donc, comme pour les autres limites de territoires administratifs, une absence d'adéquation entre limites administratives et limites de langues ou de dialectes. Ce décalage n'est pas le seul. Il coexiste avec celui qui procède de la différence entre ces mêmes frontières administratives issues des conceptions du rationalisme unitariste de 1789 et les anciennes provinces dont continue de se réclamer l'identité basque aujourd'hui. Ces deux types de décalages sont susceptibles d'occasionner des désirs de modifications, parfois récurrents et non véritablement débattus comme dans le cas de la demande de création d'un département basque, aujourd'hui encore alors que l'entité basque, en Euskadi et Navarre, se trouve dotée en Espagne, depuis la fin des années 1970, de deux gouvernements largement autonomes. On observera d'ailleurs que si ces décalages sont généralement dû dans leur principe à un "géométrisme" bureaucratique, ayant initialement eu pour but d’unifier la Nation française sur la base de catégories impersonnelles, et non imputables à de quelconques références historico-culturelles locales ou régionales, les limites linguistiques peuvent elles-mêmes varier dans le temps, jusqu'à occasionner parfois des zones d'interférences15, sans qu'il soit forcément préférable, même du point de vue d'une planification linguistique, qu'elles coïncident avec des tracés politico-administratifs comme ce peut être le cas, par exemple, en Belgique. Même si une adéquation entre les deux types de limites peut favoriser la stabilisation géographique d'une langue, la réalisation de celle-ci reste une exception que les réalités des sentiments identitaires et des gestions administratives concertées transcendent souvent pour les unes et peuvent contredire pour les autres. Songeons aussi que le Périgord, entité historico-culturelle qui fait l'objet d'un fort sentiment d’identité collective, est concerné par les variantes dialectales limousine et languedocienne puisqu'il se situe de part et d'autre de l'isoglosse de palatalisation des groupes CA et GA latins, retenue comme ligne séparative entre les deux complexus dialectaux nord-occitan et occitan méridional16.

les déterminants contextuels

20À l'extérieur, le domaine linguistique basque, quoiqu'inscrit dans un seul département français, se prolonge en Espagne dans les Communautés autonomes voisines d'Euskadi et de Navarre. L'occitan se prolonge dans les Régions Midi-Pyrénées pour ses variantes gasconne et languedocienne, dans les Régions Limousin et Poitou-Charentes pour la variante limousine, cette dernière Région correspondant par ailleurs le plus largement à la langue d'oïl poitevine-saintongeaise. La principale variété linguistique propre à l'Aquitaine étant l'occitane gasconne, il sera également utile de rappeler que celle-ci se prolonge jusqu'en Espagne, dans le Val d'Aran, entité autonome de la Catalogne.

  • 17 Cette enquête sur les pratiques linguistiques a été réalisée en février 1995 dans le Val d'Aran au (...)
  • 18 CLIMENT, T. Realitat linguìstica a la Val d'Aran. Barcelona : Geenralitat de Catalunya, Departamen (...)

21C'est en outre dans cette dernière portion de territoire linguistique que l'on trouve le plus fort pourcentage de compétence passive et active en occitan. Même si l'utilisation spontanée de cette langue aurait plutôt tendance à baisser actuellement alors que le nombre de jeunes qui savent la lire et l'écrire ne cesse d'augmenter du fait de son enseignement qui y est obligatoire depuis une dizaine d'années, le chiffre de 35 % des jeunes Aranais de 15 à 18 ans qui emploieraient habituellement leur langue à l'oral, selon une enquête menée récemment17, demeure plus élevé que ceux que nous pourrions relever en Aquitaine pour une langue régionale. Ces 35 % doivent en outre être inclus dans un pourcentage plus important des mêmes jeunes qui, sans employer aussi régulièrement cette langue en ont une connaissance passive relativement élevée par rapport à celle qu'induit l'offre globale d'enseignement des langues régionales dans notre région. Ce chiffre doit bien sûr être mis en relation avec le pourcentage d'environ 58 % d'Aranais qui disaient parler quotidiennement leur propre langue lors de l'enquête menée en 1984 par T. Climent18.

  • 19 Cf. Drin de tot : travaux de sociolinguistique et dialectologie béarnaises, sous la direction de A (...)

22Les références chiffrées diffèrent sensiblement pour le reste du domaine occitan. Les enquêtes sociolinguistiques dont nous disposons à ce jour pour l'occitan ne sont pas encore de grande ampleur. Certaines, portant sur des échantillons réduits, ont servi à des études micro sociolinguistiques, particulièrement en Béarn, à l'intérieur du cadre administratif aquitain, et en Couserans, soit dans la partie gasconne de l'Ariège, permettant une analyse fine du relatif maintien, parfois, mais aussi du recul du gascon dans les Pyrénées19. Trois autres enquêtes plus importantes et générales ont été réalisées à ce jour pour l'occitan, une en Languedoc-Roussillon en 1991 à l'initiative du Conseil régional sur un échantillon d'un millier de personnes, une dans les Pyrénées-Atlantiques en 1994 à l'initiative du Conseil général sur un échantillon équivalent, et une dernière, sur cinq cent vingt-deux personnes, dans les Hautes-Pyrénées, également à l'initiative du Conseil général. C'est à ces dernières que nous nous référerons essentiellement ici, d'autant plus qu'elles entrent davantage dans la perspective des dynamiques institutionnelles que nous cherchons à mettre en évidence.

23Seule la seconde de ces dernières enquêtes concerne directement l'Aquitaine, bien que ce ne soit que dans sa partie méridionale. Les résultats obtenus dans les Hautes-Pyrénées sont les plus favorables avec 18 % des personnes interrogées, en majorité âgées, qui auraient une maîtrise complète de leur langue alliée à une pratique très régulière. Ceux de la partie occitane gasconne, donc, des Pyrénées-Atlantiques fournissent le pourcentage de 14 % de personnes qui disent savoir bien parler. En comparaison, 16 % des enquêtés répondirent oui à cette même question en Languedoc-Roussillon.

  • 20 Cf. les résultats généraux pour l'ensemble de l'aire basque, in : AIZPURUA, X. Euskararen jarraipe (...)

24L'enquête qui fut réalisée en Pays basque en 1990-91 avec la participation de l'ICB et l'aide du Conseil régional d'Aquitaine pour la partie française (échantillon de cinq mille personnes sur l'ensemble des trois régions concernées) conclut à une "bonne connaissance" de l'euskara pour 33 % de la population concernée, soit aussi à environ 40 % de bascophones effectifs (33 % pratiquant très souvent ou majoritairement le basque et 7,5 % de façon équilibrée avec le français20.

  • 21 Cf. cette remarque de M. K. Garmendia Lasa, responsable jusqu'à début 1995 du Secrétariat Général (...)
  • 22 In : HEGUY, T. État de la langue basque dans les 3 provinces (Labourd, Basse-Navarre et Soule). En (...)

25Ces chiffres, plus positifs pour le basque que pour l'occitan, ne doivent pas nous faire oublier une différence essentielle quant aux tendances qui se manifestent dans la population la plus jeune, particulièrement entre cinq et quatorze ans21. Même si les résultats globaux sont encore intéressants du point de vue de la langue régionale quelle qu'elle soit, on sait qu'ils sont déterminés par des proportions encore appréciables de locuteurs de plus soixante ans, vieillissement général de la population aidant, et la courbe de compétence diminue en fonction de l'âge vers les tranches des plus jeunes. On peut, en revanche, remarquer qu'au sud de la frontière franco-espagnole, tant pour le basque que pour l'occitan gascon du Val d'Aran, cette même courbe a plutôt tendance à remonter pour ces mêmes tranches d'âge. La différence d'offre d'enseignement en est sans doute la principale cause, avec une petite nuance pour le Pays basque nord qui connaît "une flexion légère mais positive chez les cinq-dix ans (due sans doute à l'action du milieu scolaire)"22. De fait, il s'agit là de l'acquisition d'un bilinguisme surtout passif quant à la capacité de locution en langue régionale, et déséquilibré par conséquent en faveur de la langue majoritaire. Ce passage à la performance est certes plus aisément envisageable dans ce type de situation que dans le cas d'une trop faible acquisition par apprentissage scolaire et sociétal. Il reste néanmoins un problème de fond où, à côté du plus ou moins grand investissement personnel et collectif où se comptabilisent temps et moyens, entrent en ligne de compte des conditions objectives telles que le seuil minimal de pratique diffuse, la réalité et la nature de la transmission linguistique familiale de même que les possibilités de sa réactivation. Ainsi, la difficulté intrinsèque à acquérir le basque en dehors de la transmission intergénérationnelle de type familial aboutit-elle au développement d'un bilinguisme qui risquerait d'être d'autant plus passif que le seuil de pratique diffuse de cette langue serait bas. Le statut de la langue, les moyens mis en œuvre pour la protéger et la promouvoir si elle est en recul sont alors autant d'éléments déterminants pour son destin. De cette façon, la place actuelle des médias audiovisuels, désormais déterminante dans l'existence même et le développement de la communication, ne laissera d'être importante pour la vitalité présente et future de langues marginalisées au cours de leur histoire. Sans qu'ils soient les seuls vecteurs dont l'efficacité soit reconnue pour un soutien actif à une langue minoritaire, en l'occurrence ici à implantation territoriale, nous choisirons de mettre l'accent sur eux dans le développement qui suit, tant l'actualité démontre leur potentialité, ne serait-ce qu'à travers des initiatives privées, et laisse deviner l'intérêt qu'ils suscitent de la part tout au moins des premiers intéressés, locuteurs complets ou seulement partiels.

  • 23 Cf., sur cette question du "patois", l'analyse proposée in : HAMMEL, E. et GARDY, Ph. L'occitan en (...)
  • 24 Cf. la distinction établie entre utilité d'usage et nécessité d'usage d'une langue, in : INGLES, J (...)

26Ces langues se trouvent dans une situation évidemment défavorable par rapport au français commun qui continue, dans une proportion de plus en plus grande, à se substituer à elles, avec des écarts, cependant, selon les endroits. La stabilisation d'un bilinguisme même réduit en est même plus que compromise. En dehors de la classique différence entre milieu rural et milieu urbain quant à la pratique effective de la langue régionale minoritaire, il en est qui dépendent simplement du facteur attachement, ou loyauté, de la part des locuteurs traditionnels ou des nouveaux "apprenants" qui sont souvent de culture urbaine. Le basque a ainsi pu bénéficier plus longtemps que l'occitan d'attitudes positives à cet égard dans le domaine des pratiques héritées et il semble que cette différence existe aussi en ce qui concerne ces nouveaux "apprenants". Il convient cependant de nuancer cette appréhension première et de noter qu'une différence de même nature existe en fait à l'intérieur du domaine occitan aquitain dans certaines régions par rapport à d'autres. Une différence existe plus nettement entre les deux langues quant à leur niveau d'auto-identification, nettement plus élevé pour la première, où "basque" va de soi, que pour la seconde qui se voit majoritairement désignée par le terme local de "béarnais" (45 %) dans l'enquête de 1994 dans les Pyrénées-Atlantiques (cf. supra) et, en comparaison, par celui, indistinct, de "patois" dans les Hautes Pyrénées (80 %) et en Languedoc-Roussillon (62 %). Cette dernière désignation, traditionnelle, signale autant le défaut de connaissance culte que la réalité d'une appréhension spontanée principalement envisageable de nos jours en présence d'une langue encore effectivement parlée. Pourtant, elle signale en même temps une perception de pratiques linguistiques parcellisées justement en autant de "patois" identifiés comme étant attachés à des contrées déterminées par ceux qui les pratiquent ou estiment pouvoir les reconnaître23. Les désignants "occitan" et "gascon" demeurent minoritaires dans les trois cas, avec une nuance pour cette dernière région où "occitan" avait toutefois reçu 32 % de réponses positives. Des seuils minimaux de loyauté et d'auto-identification peuvent laisser envisager des effets plus tangibles de la suppléance ou du soutien à la transmission intergénérationnelle par l'enseignement et, plus globalement, par une augmentation de l'offre publique de langue. Celle-ci peut se révéler en effet nécessaire pour pallier le déficit de l'offre privée, voire familiale, ne serait-ce que pour en favoriser le retour sans lequel toute langue peut se voir menacée d'extinction comme code vivant de communication. Or ce retour doit passer par une nouvelle instrumentalisation de la langue adaptée à un contexte actualisé, faute de quoi elle peut devenir simple témoignage du passé. Cette instrumentalisation, qui doit en passer, dès qu'elle le peut, par le champ de l'économique, est d'abord intrinsèquement sociale, au sens le plus large. En relation avec ce fait, l'échange linguistique se nourrit autant d’éléments symboliques à résonance sociologique qu'il en est créateur. Les contours de la langue sont au cœur de cette problématique. Un corps social qui les assume ou, pour le moins, admet concrètement la légitimité de cette référence, peut y chercher des facteurs de cohésion et de dynamisation. Savoir en quoi cela serait observable en Aquitaine est une des questions provoquées par cette autre qui porte sur la mesure de l'"utilité"24 globale de telle ou telle langue minoritaire.

  • 25 Cf. HEGUY, T. Op. cit., p. 7-8.

27Par rapport aux précédentes données statistiques évoquées ci-dessus, celles qui concernent les représentations de la langue régionale, basque ou occitane, indiquent qu'une proportion importante de personnes est attachée à ces langues et à leur développement dans l'enseignement, par exemple. Toutefois cet intérêt est d'autant plus grand que la compétence linguistique des enquêtés est élevée. Une différence significative du recul plus important de l'occitan par rapport au basque en Aquitaine administrative, au regard des données dont nous disposons à ce jour, apparaît ainsi avec 40 % de personnes qui disent être "assez ou très attachées" à l'occitan, dans l'enquête de 1994 sur cette langue dans les Pyrénées-Atlantiques, et des chiffres situés au-dessus de la moyenne pour les "opinions et sensibilités personnelles" dans l'enquête sociolinguistique de 1991 sur le basque25. En comparaison, l’enquête menée dans les Hautes-Pyrénées en 1995, dans un milieu où l'usage de l'occitan a apparemment mieux résisté, fournit des chiffres comparables à ces derniers, alors même que l'identification de la langue est assez floue (80 % de gens la nomment "patois").

28Malgré cette appréhension spontanément confuse ou quelque peu dévalorisante, principalement due à une absence chronique d'information minimale sur le sujet, l'occitan, héritier d'un passé littéraire prestigieux avec les moments forts du moyen âge troubadouresque et de la renaissance de la fin du siècle dernier à la suite de F. Mistral, connut des périodes productives en Aquitaine, d’abord en Périgord avec des troubadours tels qu'Arnaud Daniel, Bertrand de Born, Arnaud de Mareuil, Guiraud de Bornelh,...parmi les plus grands, en Béarn en participation à la renaissance gasconne du xvie siècle (cf. Arnaud de Salette), ou en Agenais avec Jacques Boé dit Jasmin dans la première moitié du xixe siècle, romantique préfélibréen célébré par Ch. Nodier et Sainte-Beuve. Il existe de nos jours une littérature d'oc moderne avec quelques auteurs, principalement en Périgord, en Béarn et dans les Landes où se distingue, à une échelle plus largement occitane et au-delà, l'écrivain gascon actuel B. Manciet. Mais si ces parutions comportent certaines grandes œuvres, elles sont dans l'ensemble peu nombreuses, peu connues et donc peu lues. Cette situation est liée à un contexte général peu favorable. Une avancée doit être pourtant signalée quant à l'appréhension de cette langue en ce qui concerne sa codification. Une orthographe commune, fruit d'une modernisation de la scripta littéraire et administrative médiévales que l'on doit aux travaux de L. Alibert des années 1930-50 et de l'Institut d'Études Occitanes (IEO) dans les années 1950-60, principalement, a pu être adaptée aux différentes grandes variétés d'occitan. En plus de cela, et grâce aux mêmes, a pu être élaborée une norme linguistique s'appuyant principalement sur la partie orientale du dialecte languedocien, nommée occitan central ou de référence (cf. supra). De fait, sur la base de cette orthographe commune, largement majoritaire, les pratiques d'écriture et d’enseignement ont tendance à développer l’émergence de plusieurs standards, le plus normé étant le languedocien. Le gascon faisant actuellement l’objet d'une réflexion et de travaux dans ce sens, a vu se développer, jusqu'à présent au moins, une norme locale d'abord propre au Béarn et à la zone circumvoisine. Celle-ci est engagée dans la voie d'une certaine standardisation à l'échelle de ce qui est possible dans ce domaine pour l'occitan en général. En dehors de l'Aquitaine mais concernant l'occitan gascon, le Val d'Aran, à une échelle plus réduite encore, a profité, depuis 1980, d'une série de mesures planifiées en vue de codifier sa variété locale (adaptation de l'orthographe IEO, lexique, grammaire) et à en socialiser les normes, non seulement par l'enseignement, d'ailleurs obligatoire, mais aussi par divers usages publics dont administratifs. Le résultat en est le processus le plus avancé de standardisation pour l'occitan, à travers une variété locale, sur base toutefois, globalement, de la graphie IEO.

  • 26 Cf. PEILLEN, Tx. Patries culturelles et politiques des Basques. In : Le Pays basque et l’Europe. S (...)

29Par rapport à cela, le basque se situe dans une configuration plus unitaire. Malgré la partition entre deux appartenances stato-nationales, les dimensions de l'espace considéré et les moyens mis en œuvre, dans ces cas de l'occitan et du basque, figurent certainement parmi les différences de nature entre les facteurs d'émergence d'un ou de standards. Après avoir réglé la question de la codification orthographique de l'euskara dans les années qui suivirent sa naissance en 1918, l'Académie de la langue basque, opérant depuis sa création sur les deux versants des Pyrénées, après bien des débats et travaux, put résoudre les principes d'une norme linguistique générale, l'euskara batua, qu'elle développe actuellement à travers des travaux ayant pour objectif l'élaboration d'une langue basque générale aussi complète et moderne que possible. On retrouve en fait le labourdin comme une des principales références de l'euskara batua, basque unifié à partir d'une assise et de données diasystématiques à large échelle sur base, essentiellement, du groupe dialectal central guipuzcoan-haut-navarrais-labourdin, et diffusé de nos jours dans l'ensemble de l'aire du basque. Le congrès d'Aranzazu en 1968 signale le début de ce processus dont les étapes ont été, entre autres, la publication de normes pour la morphologie verbale en 1979 et, depuis, l'édition de différents ouvrages de référence pour le reste de la grammaire et le lexique général et spécialisé. Ce processus est maintenant bien lancé, jouit des reconnaissances officielles et se révèle productif dans l'enseignement et la création littéraire26, sans compter les possibilités offertes par la télévision (une chaîne entièrement en basque, Euskal telebista, côté espagnol) et les diverses stations de radio tant au nord qu'au sud. C'est une langue standard qui est en train d'évoluer désormais, non exclusive toutefois de l'utilisation des variétés géographiques, dans les premières années d'enseignement ou sur les radios locales côté français, par exemple. Le Pays basque nord, pouvant se prévaloir d'une tradition littéraire signalée avec les pastorales souletines et les bertsolaris (cf. P. Topet dit Etchahun au siècle dernier...), par exemple, ou les œuvres écrites sur base surtout navarro-labourdine (cf. ainsi, B. Dechepare au xvie siècle, J. Etcheberri, de Ciboure ou A. Oihenart au xviie siècle, J.B. Elissamburu au xixe siècle,...), trouve là des occasions nouvelles avec l'assurance d'un public désormais efficace. Celui-ci, il est vrai, avec la référence que constitue la tradition littéraire guipuzcoanne, se situe surtout côté sud où les lettres basques y naissent véritablement à la modernité en expérimentant tout à la fois les possibilités d'un standard, la légitimité institutionnelle et l'émergence d’un public jeune. Un Bernardo Atxaga est évidemment un des signes probants de cette nouveauté. Les milliers de titres traduits de langues étrangères en constituent un autre qui ne saurait seulement signaler une appropriation symbolique de l'état adulte d’une langue, mais qui révèle aussi une expérimentation des formes les plus diverses du travail et de l'imaginaire littéraires en un euskara batua strict ou souple, d'ailleurs, au gré des solutions qu'il faut bien rechercher parfois dans la périphérie dialectale et la créativité individuelle.

  • 27 Cf., sur la notion de langue propre : VIAUT, A. L'occitan gascon en Catalogne espagnole : le Val d (...)

30Deux types de régime juridique, il est vrai, contribuent à caractériser ces différentes situations. Les langues d'Espagne autres que le castillan ont pu être officialisées grâce à l'article 3 de la constitution espagnole de 1978 par les statuts d'autonomie des Communautés régionales concernées. Furent ainsi reconnues officielles, conjointement au castillan, officiel partout selon un statut de personnalité comme langue de l'Etat, le basque, le catalan, le galicien, et l'occitan aranais, toutes quatre selon un statut de territorialité comme langues propres27 de leurs régions respectives. Le basque fut ainsi déclaré langue Co officielle dans le statut d’autonomie de 1979 d’Euskadi ainsi que dans la loi de réintégration et d'amélioration du régime forai de Navarre de 1982, dans ce dernier cas uniquement dans les zones bascophones. Le castillan sera également déclaré langue propre de la Navarre, conjointement au basque, dans la loi forale de la langue basque (article 2 alinéa 1) de 1986. L'occitan aranais fut déclaré langue officielle en 1990 dans le cadre d’une loi ordinaire du parlement de Catalogne sur le régime d'autonomie interne octroyé à cette vallée pyrénéenne, après avoir été reconnu langue propre du Val d'Aran dans la loi de normalisation en Catalogne (article 28) de 1983. Le basque et l'occitan, pour jouir en France, conjointement aux autres langues régionales, d'un certain nombre de possibilités, notamment dans l'enseignement à titre facultatif, ainsi que dans la vie publique, à l'échelle communale tout au moins, sont reconnues jusqu’à ce jour de façon spécifique, à un niveau légal supérieur, essentiellement dans la loi Deixonne de 1951 sur l’enseignement des langues régionales. Un déséquilibre légal apparaît ainsi de part et d'autre des Pyrénées. Or le régime juridique ne saurait résoudre toutes les difficultés, mais, outre les symboles dont il peut être porteur, s'il est favorable et dûment appliqué, il peut bien évidemment fournir un cadre général légitimant à des développements institutionnalisés dotés de moyens spécifiques.

de la cohérence dans l'unique et lé pluriel

31S’il nous est permis une appréciation afin de nous situer par rapport à la classique question de l'attitude face à un objet aussi significatif qu'une langue — on serait tenté de dire, pour le patrimoine culturel commun — nous conviendrons que si cette connaissance de soi, à travers la protection et/ou la réappropriation linguistique, favorise celle de l'autre et, par-delà, sa reconnaissance, l'utilité du code — non propre — de communication (la ou les langues "superstructurelles", véhiculaires à l'échelle d'un Etat-nation ou de plusieurs) peut alors participer de l'idée de relais, d’échange intercodal et moins, ainsi, de celle de concurrence. Cet "intercode" reste, en outre, lui-même, code autonome, porteur significatif et habituel (mais non exclusif) de culture commune et d'échange. La notion d’articulation des codes, dont les modalités varient en fonction des contextes, peut alors contrebalancer dans cet esprit celle de compétition dont le coût social, culturel et politique ne se mesure pas forcément à faune de l’effective rentabilité de l’homogène et de l'unique mais aussi à celle de la perte du nécessaire pluriel, toujours susceptible d'être articulé et mis en cohérence, et de la vertu du complexe dans l'expérience humaine.

32Le moment est sans doute crucial pour décider de l'héritage linguistique de l'Aquitaine ou de ce qui en reste. Par rapport à cette référence à un cadre administratif, conçue ici comme large afin de la mettre en cohérence avec les réalités linguistiques qui nous occupent, par nature pertinente pour décrire et comparer des pratiques publiques et privées, la question de l'action concertée, propre à encourager l'initiative privée, à l'aider ou à suppléer sa déficience, se pose d’emblée. Patrimoine à archiver dans tous les cas mais aussi à entretenir et à développer tel qu'il est par définition, c'est-à-dire dynamique et évolutif ? Une évaluation des possibilités, des choix d'action ou de non action en fonction de modèles connus ou d'expériences originales sont autant de réponses en construction ou en attente de l'être.

33Loin de prétendre à une évaluation la plus complète possible, notre approche consiste tout autant en une série de regards portés sur ces "dynamiques institutionnelles" qu’en une évaluation de notre propre méthode d’observation. À côté de données conceptuelles et contextuelles de base, sur un plan général comme sur celui, plus spécialisé, des médias audiovisuels retenus ici pour leur pertinence dans un procès moderne de récupération linguistique, nous avons choisi de nous en remettre tant à des contributions d'allure descriptive qu'à des analyses réalisées à partir d'enquêtes et de documentations généralement détaillées. Les auteurs de ces études ne portent pas seulement un regard extérieur, ils peuvent aussi voir de l’intérieur, en position parfois de s'observer eux-mêmes, témoins privilégiés des processus qu'ils présentent, acceptant de livrer la part de vécu qui ajoute le supplément d'information utile à l'appréhension aussi bien de désarrois ou de tendances pour le futur que d'expériences et de savoir-faire pour se préparer aux uns ou aux autres.

34Les langues dont il est question ici font appel à des procédures de réhabilitation, elles font déjà l'objet de certaines mesures plus ou moins institutionnalisées, soit suffisamment organisées pour s'inscrire dans un minimum de durabilité, que l'origine en soit privée, publique ou mixte.

Notas

1 Cf. par exemple sur ce sujet, les remarques concernant le portugais in : VILLANOVA, R. de. La circulation des langues dans les familles portugaises. In : France, pays multilingue. Tome 2 : pratiques des langues en France, sous la direction de G. Vermes et J. Boutet. Paris : L'Harmattan, 1987, p. 128-140.

2 Charte du 5/11/1992 que la France a refusé jusqu'à présent de signer.

3 Cf. Ibidem, art. 1- et b que nous citons : "Au sens de la présente Charte : par l’expression "langues régionales ou minoritaires", on entend les langues : / (a) pratiquées traditionnellement sur un territoire d'un Etat par des ressortissants de cet Etat qui constituent un groupe numériquement inférieur au reste de la population de l'Etat ; et différentes de la (des) langue(s) de cet Etat ; elle n'inclut ni les dialectes de la (des) langue(s) officielle(s) de l'Etat ni les langues des migrants ; / (b) par "territoire dans lequel une langue régionale ou minoritaire est pratiquée", on entend l'aire géographique dans laquelle cette langue est le mode d'expression d'un nombre de personnes justifiant l'adoption des différentes mesures de protection et de promotion prévues par la présente Charte."

4 Par la circulaire no 66-361 du 24/10/1966.

5 Particulièrement in : Circulaire no 76-123 du 29/3/1976. Cf., par exemple, in préambule : "L'étude des différents patrimoines culturels et linguistiques et de leurs apports spécifiques à ce que fut, aux différentes époques de notre histoire, la culture française, doit montrer la variété et la richesse des éléments qui se sont amalgamés pour constituer notre personnalité nationale."

6 Cf., par exemple, sur cette question, les références suivantes : DINGUIRARD, J.C. Aux origines du gascon. In : Travaux de linguistique et de littérature. Strasbourg : Centre de Philologie et de Littérature Romanes, Université de Strasbourg, 1977, p. 243-244 ; HAASE, M. Le gascon des Basques : contribution à la théorie des substrats. Arbeiten zur Mehrsprachigkeit Hamburg (Universität), 50, 1993, 67 p. ; HAASE, M. L'énonciatif gascon et le substrat basque. In : Actes du IV Congrès international de l'Association Internationale d'Etudes Occitanes (Vitoria-Gasteiz, 22-28/9/1993). Tome II. Vitoria : AIEO, 1994, p. 801-819 ; LAFON, R. Pour l'étude de la langue aquitaine. In : Actes du deuxième Congrès international d'études pyrénéennes (Luchon-Pau, 21-25/9/1954). Toulouse : Union Internationale d'Etudes Pyrénéennes, CNRS, 1956, p. 53-63 ; LAFON, R. Sur la langue des Aquitains et celle des Vascons. In : Xe Congrès d'études régionales (83e Congrès national des Sociétés Savantes, Bordeaux-Libourne, 24-26/4/1957). Paris : Imprimerie nationale, 1959, p. 3-10 ; MICHELENA, L. La teoria del sustrato y los dialectos hispano-romances y gascones. In : Lengua e historia (de L. Michelena). Madrid : Paraninfo, 1985, p. 310-328 ; plus une synthèse des principales hypothèses sur les origines, substratiques ou non, des caractéristiques du gascon, in : RAVIER, X. Occitan : les aires linguistiques. In : Lexikon der Romanischen Linguistik, V, 2. Tübingen : M. Niemeyer, 1991, p. 85-86.

7 Cf., par exemple, sur ce sujet : ALLIERES, J. Dialectologie sur les confins basco-romans : l'article défini féminin da à Montory (Basses Pyrénées). Via Domitia, X, 1963, p. 87-98 ; MILHERES, J. La frontière linguistique du basque et du gascon. In : Actes du XXXIIIe Congrès d'Etudes Régionales : Bayonne et sa région. Bordeaux : Fédération Historique du Sud-Ouest, 1982, p. 1-18 ; PEILLEN, Tx. Toponymie gasconne en Pays basque et basque en Béarn limitrophe. In : Langues en Béarn. Cahiers de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, no 13. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1989, p. 107-128.

8 Cf. ZUAZO, K. Vingt ans de standardisation de la langue basque. Lengas revue de sociolinguistique, 26, 1989, p. 25-44.

9 Cf. BEC, P. Manuel pratique d'occitan moderne. Paris : Picard, 1973, p. 26 et BEC, P. Manuel pratique de philologie romane. Paris : Picard 1970, p. 2-3, 402.

10 J. Ronjat intègre les données gasconnes sous l'appellation d'"aquitain" dans sa présentation de la langue occitane qu'il nomme "provençal". Cf. RONJAT, J. Grammaire historique des parlers provençaux modernes. Tome I. Montpellier : Société des Langues Romanes, 1930, p. 31-32.

11 Cf. BEC, P. Manuel pratique d'occitan moderne. Op. cit., p. 18-19.

12 Ibidem, p. 19-21.

13 Cf., à ce sujet, la récente parution : La langue poitevine saintongeaise : identité et ouverture. Table ronde du 10 octobre 1994 (Hôtel de Région de Poitiers). Mougon : Geste éditions, 1995, p. 1-59.

14 Cf. BOUTRUCHE, R. Les courants de peuplement dans l'Entre-deux-Mers : étude sur le brassage de la population rurale. Annales d'Histoire Economique et Sociale, t. VII, 1935, p. 13-37, 124-154 ; et BOISGONTIER, J. La langue. In : Bordelais Gironde. Paris : Bonneton, 1990, p. 231.

15 Cf., à ce sujet, les zones d'interférences entre nord-occitan et dialectes d'oïl voisins in : TOURTOULON, Ch. de et BRINGUIER, O. Etude de la limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oïl (avec une carte). Paris : Imprimerie nationale, 1876, 63 p. + carte.

16 Sur la localisation de cette isoglosse et la diversité dialectale du Périgord, cf. GUILLAUMIE, G. Contribution à l'étude du glossaire périgourdin (canton de Saint-Pierre-de-Chignac, précédé d'un essai de délimitation phonétique des parlers de Dordogne. Paris : Picard, 1927, p. 1-34 + cartes.

17 Cette enquête sur les pratiques linguistiques a été réalisée en février 1995 dans le Val d'Aran auprès des jeunes de 15 à 18 ans, à l'initiative de J.L. Sans. Cf. SANS SOCASAU, J.L. L'occitan en Aran : enquèsta sus la lenga e l'identitat. La Setmana Jornau occitan d'informacions, no 36, sept. 1995, p. 1, 4-5.

18 CLIMENT, T. Realitat linguìstica a la Val d'Aran. Barcelona : Geenralitat de Catalunya, Departament de Cultura, 1986, 119 p.

19 Cf. Drin de tot : travaux de sociolinguistique et dialectologie béarnaises, sous la direction de A. M. Kritol et J. Th. Wüest. Bern, Frankfurt, New York : Peter Lang, 1985, 323 p. ; et Aqueras montanhas : études de linguistique occitane : le Couserans (Gascogne pyrénéenne), sous la direction de J. Th. Wüest et A. M. Kristol. Tübingen, Basel : A. Francke, 1993, 440 p.

20 Cf. les résultats généraux pour l'ensemble de l'aire basque, in : AIZPURUA, X. Euskararen jarraipena/La continuidad del euskera/La continuité de la langue basque. Vitoria-Gasteiz : Gobierno vasco, 1995, 308 p.

21 Cf. cette remarque de M. K. Garmendia Lasa, responsable jusqu'à début 1995 du Secrétariat Général de la Politique Linguistique du Gouvernement d'Euskadi, devenu depuis le décret 281/1995 du 3/1/1995 sous-ministère (viceconsejería, dépendant du ministère basque de la culture) de la politique linguistique : "On peut souligner, par exemple, le changement qui s'est produit dans la tranche de cinq à quatorze ans. En effet, le pourcentage des bilingues dans cette tranche d'âge a doublé en dix ans : il est passé de 19,72 % à 38,73 in : GARMENDIA LASA, M.K. Le bilinguisme au Pays basque. Texte de conférence (document diffusé par le sous-ministère de la politique linguistique), février 1995, p. 6, 10-11.

22 In : HEGUY, T. État de la langue basque dans les 3 provinces (Labourd, Basse-Navarre et Soule). Enquête socio-linguistique 1991, Rapport rédigé par T. Héguy Directeur de l'Institut Culturel Basque, p. 5. Cette inflexion est en fait très faible et doit plutôt être comparée à la situation de l'occitan, sans inflexion, qu'à celle du basque côté espagnol.

23 Cf., sur cette question du "patois", l'analyse proposée in : HAMMEL, E. et GARDY, Ph. L'occitan en Languedoc Roussillon 1991, Perpignan : Llibres del Trabucaire, 1994, p. 103-136

24 Cf. la distinction établie entre utilité d'usage et nécessité d'usage d'une langue, in : INGLES, J. Els espais compartits en l'oferta lingüística : elements per a les bases d'un projecte de normalització. Barcelona : El Llamp, 1990, p. 34-37.

25 Cf. HEGUY, T. Op. cit., p. 7-8.

26 Cf. PEILLEN, Tx. Patries culturelles et politiques des Basques. In : Le Pays basque et l’Europe. St-Etienne de Baigorry : Izpegi, 1994, p. 108-109.

27 Cf., sur la notion de langue propre : VIAUT, A. L'occitan gascon en Catalogne espagnole : le Val d'Aran. Du vernaculaire au formel. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1987, p. 75-100 ; et du même : Conditions et réalités du statut légal de l'occitan en France et en Espagne. In : Langues régionales et relations transfrontalières, sous la direction de H. Goetschy et A.L. Sanguin. Paris : L'Harmattan, 1995, p. 222-225.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14535/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 327k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.