Versione classicaVersione mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Conclusion

Testo integrale

1Les médias existent, comme les armes, et comme les armes ils peuvent être néfastes ou utiles. Les médias africains accompagnent désormais l'évolution de l'Afrique. Ils en sont les témoins, en sont-ils les acteurs ? Pendant longtemps ils ont été surtout les porte-paroles des pouvoirs en place et à l'exception de quelques États anglophones, ils étaient la voix de leurs dirigeants, soucieux de ne donner qu'une présentation optimiste des situations, quelle que soit la réalité. Depuis la fin des années quatre-vingt et surtout le début des années quatre-vingt-dix, la libéralisation relative de la presse écrite, plus tardive et plus relative encore de la radio a modifié à la fois le paysage médiatique et le contenu des médias. La crise économique aggravée, jointe à l'incapacité des dirigeants politiques d'y remédier sans une aide extérieure qu'il fallait se concilier, a été souvent à l'origine de cette libéralisation.

1. Crise et médias

2Mais cette libéralisation à la fois fit connaître les aspects de la crise et l'amplifia. Il existe des éléments concrets matériels, touchant l'économie, la société, l'ordre politique, mais toute crise est aussi psychologique dans la mesure où elle provoque des changements de comportement, renverse la confiance, modifie l'opinion publique.

3Les journaux gouvernementaux dans les pays anglophones abordent depuis plus longtemps la question des crises, plus facilement pour les autres États que pour leur propre pays, et pour les crises économiques plus que politiques. Le Daily Nation au Kenya, après une tentative vite avortée de coup d'État le 1er août 1982 parle de rebelles, reprend le 7 août l'expression du président Moi "une forme sérieuse d'hooliganisme", sans employer le mot crise ; le Daily News, quotidien gouvernemental de Tanzanie en fait de même ainsi que Fraternité Matin du 3 août qui parle toutefois "des signes avant-coureurs de crise" ; les journaux de l'Afrique francophone (tous gouvernementaux à l'époque), ne parlaient de crise qu'à l'étranger.

4Depuis l'apparition d'une presse privée qui, à l'exemple des attitudes critiques qu'avait déjà la presse privée en Afrique anglophone, dénonce au contraire les situations de crise, les journaux gouvernementaux, anciens et nouveaux, traitent de la question des crises dans la polémique avec les journaux opposants ; les médias gouvernementaux abordent ce problème de la crise en rejetant la responsabilité soit sur les anciens dirigeants de l'État, s'il y a eu changement du chef de l'État (par exemple au Bénin entre 1991 et 1996 ou au Mali), soit sur la conjoncture économique internationale et sur les pays riches si les anciens dirigeants se sont maintenus comme au Kenya.

5Mais ce sont surtout les journaux privés et notamment la nouvelle presse qui considèrent que leur fonction est de dénoncer les vices du système et des dirigeants en place, rendus responsables de la crise économique et sociale. C'est dans leur éviction et donc dans la crise politique qu'ils cherchent à provoquer, qu'ils placent le préalable nécessaire à toute solution de la crise économique. Ce fut particulièrement net à partir de 1990 aussi bien au Bénin, à Madagascar, au Congo, au Mali, au Niger où les anciens dirigeants furent évincés, à la suite d'élections libres, que dans les pays où les chefs d'État se sont maintenus comme au Cameroun, en Côte d'ivoire, au Gabon, au Togo, au Zaïre.

6Les médias sont des témoins et plus encore des amplificateurs des crises. Ils peuvent aussi en être les générateurs ; c'est surtout le cas de la radio qui a une plus large audience que la presse et une plus grande rapidité de diffusion qui lui permet de s'intégrer aux événements dont elle rend compte. Les dirigeants politiques utilisent davantage la radio pour résoudre des crises (l'exemple déjà ancien de l'émission Disoo au Sénégal en est un exemple) ou même pour essayer de les prévenir ; la presse d'opposition se sert des crises comme d'une arme contre les pouvoirs. Mais la dialectique entre opposition et répression affecte plus particulièrement les médias.

7La crise des médias est inévitable dans la relation des médias à la crise ; La dénonciation de la crise n'a pas suffi à la réduire ; les dirigeants des États anciens ou nouveaux, qu'ils aient résisté aux aspects politiques des crises ou qu'il soient arrivés au pouvoir à la faveur des crises, un moment submergés par ce débordement de parole libérée, ont réagi en établissant une autre législation tenant compte de la conjoncture nouvelle ; les médias publics ont perdu une partie de leurs privilèges, parfois aussi une partie de leurs ressources, en ne voyant la tutelle de l'État qu'à peine ébranlée. Les médias privés ont subi d’autant plus des mesures répressives qu’ils manquaient souvent de professionnalisme, mais surtout la loi du marché et de la concurrence s’est imposée à eux avec tout un cortège de dérives dont la corruption n’est pas la moindre. Cette évolution n’est pas spécifique de l'Afrique ; au début du xxe siècle, alors que la presse française connaissait une plus grande vitalité, au lendemain de la loi de 1881 qui lui assurait la liberté la plus large, un livre a pu être publié sur "l'abominable vénalité de la presse française". La publication par l’Institut Panos des actes d'un séminaire à Accra en février 1996 sur "Ethique et déontologie de l’information en Afrique de l'Ouest" inventorie bien tous les défauts et dérives des médias africains et présente des recommandations comme l'avait fait précédemment la réunion de Windhoek en 1991 sous l'impulsion de l’unesco.

2. Les médias témoins et acteurs du changement

8Quand les populations ont goûté à la liberté de la presse, il est très difficile de les en priver ; les journaux pratiquent d'eux-mêmes parfois la langue de bois. Mais le pluralisme des moyens d'information en fait des témoins de ce qui se passe, la transparence des situations et des activités a succédé à l'opacité longtemps dominante sur certains actes des pouvoirs constitués. L'observation des médias africains est ainsi devenue le meilleur indicateur de l’évolution même des sociétés africaines ; dans leurs structures et aussi dans leurs contenus. La presse et la radio connaissent un pluralisme qu'il est souhaitable de voir se développer ; la télévision, qui reste un média coûteux, ne se libère jusqu'à présent en Afrique, qu'au profit d'images importées. L'avenir des télévisions publiques — un problème qui ne se pose pas qu'en Afrique mais qui s'y présente de façon plus aiguë — est tributaire de leur fonctionnement comme un véritable service public et non comme instrument du gouvernement ; il est donc lié à la démocratisation. Il appartient à un État démocratique d'assurer l'accès possible à la télévision de toute la population et d'utiliser le petit écran pour une information tenant compte de la diversité des opinions et des intérêts et pour satisfaire aussi la diversité des goûts des téléspectateurs.

9Mais les médias sont des miroirs à la fois grossissants et déformants de la réalité. La qualité de leur témoignage est garante de leur crédibilité. Les médias acteurs de la vie politique, c'est un rôle que les élections libres et le multipartisme ont amplifié ; sont-ils pour autant des acteurs du changement et plus particulièrement de la démocratisation ? À vouloir agir sur l'opinion, une opinion publique qui a surtout du mal à se construire dans les sociétés africaines de façon autonome face aux forces ethniques ou religieuses, c'est leur crédibilité qui est en jeu. Le pluralisme des médias ne suffit pas à assurer la démocratie, il rend même plus difficile la pratique du consensus cher aux sociétés africaines. Pour être des acteurs de la démocratisation il faut que les médias arrivent à harmoniser leur diversité et un consensus sur des principes fondamentaux, en assurant la transparence de l'activité publique, le respect du droit des minorités aussi bien au niveau politique qu'aux niveaux religieux ou culturels ou ethniques, le respect des droits de l'homme par les autorités de l'État, par les forces politiques (notamment les opposants et les contestataires) ou religieuses, et par les individus. Les médias, comme les dirigeants politiques, doivent se soumettre à un État de droit : il n’y a pas de liberté sans responsabilité.

10Les médias sont à l'image de leurs publics, même s’ils sont en Afrique davantage des guides que des reflets d'une opinion publique en voie de se constituer ; ils peuvent contribuer au changement des mentalités et des comportements, au développement des efforts collectifs mais aussi aux antagonismes (on a pu parler des médias de la haine). Les moyens modernes d'information exercent une influence sur la vie politique aussi bien que sur la vie quotidienne. Mais il est difficile d'en saisir le sens tant elle est diverse et contradictoire. Leur influence n'est pas nécessairement démocratique. Pour correspondre aux aspirations démocratiques et pour les susciter, les professionnels des médias ont besoin d'une formation et d'une éthique ; une formation pour connaître les besoins des populations, les caractères de la vie économique et de la vie politique, savoir expliquer les causes des changements et les incidences sur les modes de vie ; une éthique pour éviter les dérapages que représentent le plagiat, la calomnie, les accusations sans preuve, la trop grande complaisance à l'égard des pressions publiques ou privées, la corruption.

11Il serait illusoire de trop compter sur les médias pour démocratiser la société ; la liberté et le pluralisme de la presse sont nécessaires aux progrès démocratiques mais pas suffisants. C'est bien plus l'école qui peut modifier les comportements, encore faut-il qu'elle surmonte les difficultés actuelles, s'intégre dans la société, valorise l'effort et ouvre les chemins de l'avenir. Alpha Oumar Konaré intervenait en 1996 à un colloque sur les enjeux des nouvelles techniques de l'information en déclarant : "La refonte du système scolaire africain est le meilleur gage de la démocratie et du développement parce qu'on ne peut ancrer les droits et les devoirs prescrits pour la Constitution ou libérer le génie créateur d'un peuple analphabète à 80 %".

  • 1 En 1997, la prise de pouvoir par L. D. Kabila au Zaïre redevenu la République démocratique du Cong (...)

12Dans de nombreux pays d'Afrique, l'alphabétisation a bien plus progressé. Même si la primauté de la radio continuera encore longtemps, le nombre des lecteurs potentiels de la presse s'accroît. Pour surmonter l'ambiguïté des relations entre les médias et les pouvoirs, il ne suffit pas de mettre en place une législation conforme aux principes démocratiques et de la mettre en pratique, un double problème de formation doit être résolu : formation, dès l'école, des jeunes générations à la réception des médias et formation des professionnels des médias en incluant une formation à l’éthique professionnelle aussi importante pour le devenir de la démocratisation que la formation technique1.

13(Juillet 1997)

Note

1 En 1997, la prise de pouvoir par L. D. Kabila au Zaïre redevenu la République démocratique du Congo et la reprise du pouvoir par Sassou Nguesso à Brazzaville ont été le résultat d’une guerre civile dans laquelle les médias n'ont joué qu’un rôle secondaire d'instrument.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search