Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Les effets pervers

4. L'aggravation des inégalités

Texte intégral

1L'acculturation et la dépendance provoquées par les médias affectent très inégalement les populations africaines et présentent aussi des caractères différents selon les pays.

2Les médias sont producteurs d'inégalités à la fois par les conditions d'accès des populations et par les contenus reçus. L'aggravation des inégalités par les médias concerne surtout la réception de la radio et de la télévision. Celle-ci résulte de conditions d'importance variable selon les pays. Mais on les retrouve aussi dans les modalités de production, de diffusion et donc de réception de la presse écrite.

  • 1 Nous avons déjà abordé ce problème dans Les technologies de l'information facteur d'inégalité en A (...)

3Ces disparités sont conditionnées par des situations géographiques, économiques, démographiques ou culturelles productrices d'inégalités sans même l'intervention des médias. Mais ceux-ci, par leur inégale répartition, accentuent et aggravent les inégalités que l'on peut appeler structurelles. Elles se manifestent au sein des États, mais le fossé se creuse aussi entre États, aggravé par une situation de guerre civile qui en affecte certains1.

1. Les inégalités dans les équipements

Les conditions géographiques

4La principale inégalité tient à la distinction entre villes et campagnes ; partout les médias sont un produit des villes et une façon pour les villes d'étendre leur domination sur les ruraux.

  • 2 Industrial Statistical Yearbook, ONU.

5C'est déjà valable pour les équipements et des infrastructures. L'électrification, déjà très disproportionnée entre les États (la consommation d'électricité par tête d'habitant était, en 1990, 63 fois plus élevée au Zimbabwe qu'au Burkina Faso et 22 fois plus qu'à Madagascar) est aussi très variable à l'intérieur des pays2. Au Sénégal en 1991 sur 231 137 abonnés il y en avait 139, 792 à Dakar et Rufisque, consommant 63 % de l'électricité produite. Le Soleil du 27 février 1997 indiquait que sur 14 000 villages existant au Sénégal, seulement 250 étaient électrifiés. En Ouganda 54 % des citadins ont l'électricité mais seulement 13 % des ruraux.

  • 3 Bulletin de l'Afrique Noire, 7 février 1997.

6L'électrification est une des priorités dans plusieurs pays. En 1997 l’aide du Japon est assurée au Ghana3.

  • 4 South Africa Yearbook 1996.

7En Afrique du Sud environ 50 % des foyers ont l’électricité ; avec 6 % de la population de l'Afrique, la République sud-africaine dispose de plus de la moitié de la production de l'électricité en Afrique4.

8L’équipement en télécommunications est aussi fondamental par leur interpénétration avec l'audiovisuel et l'informatique. Nous avons déjà vu que les stations terriennes sont très dépendantes de l'aide extérieure. Le téléphone est encore très faiblement implanté et surtout très inégalement réparti. Or l'information utile, les banques de données et Internet passent de plus en plus par le téléphone.

  • 5 Dépêches Reuter.

9Avec 5,3 millions de lignes téléphoniques, l'Afrique du Sud représente plus de 40 % de l’équipement de l'Afrique en téléphone, mais près des deux tiers dans quatre villes, 32 % à Johannesburg, 13 % au Cap, 10 % à Durban et 9 % à Pretoria en janvier 1997. 11 existait en mars 1996 plus de 500 000 téléphones cellulaires5.

  • 6 HCP1 Etude sur les moyens d’information en Côte d'ivoire juin 1995.
  • 7 Documents UIT. Cf. aussi Essai d'analyse des causes de la faiblesse de la télédensité et de la pro (...)

10Seule l'Ile Maurice avait un équipement équivalent avec 9 lignes pour 100 habitants ; venaient ensuite le Cap Vert et le Botswana avec un peu plus de 3 lignes pour 100 habitants ; le Gabon 2,4 ; le Zimbabwe 1,2 ; la Côte d'ivoire 1,8. Dans ce dernier pays, en 1992, Abidjan concentrait 71 % du parc des lignes, proportion qui s'atténue avec la progression accélérée du parc, de 11 % de 1992 à 1993 avec 229 072 lignes principales dont 1 692 abonnés dans la région de Korhogo au Nord. En juin 1995, à Abidjan 15,8 % avaient le téléphone chez eux6 ; 11,9 % à Bouaké alors que dans le reste du pays comme partout ailleurs en Afrique il y a moins de 1 % de la population équipée, principalement dans les villes, l'équipement chez les ruraux est quasi inexistant. Le Nigeria n'avait qu'un parc de 342 000 lignes, le Kenya 215 000 en 1993 ; entre 1990 et 1993 la progression a été de 17,4 % au Kenya, de 18,3 % au Nigeria7.

11Le téléphone reste principalement un outil des villes (51 070 à Dar es Salaam en 1995 alors que la Tanzanie est faiblement équipée).

  • 8 L'ordinateur africain, 1989 à 1993.

12En 1988, l'Afrique ne représentait que 0,33 % du parc mondial d'ordinateurs. L'inégalité dans l'équipement en informatique est très sensible entre les États ; ibm qui en 1986 fournissait 70 % du marché africain du matériel informatique s'est implanté d'abord en Côte d'ivoire, au Nigeria, au Gabon, au Cameroun, au Sénégal, au Zaïre8.

13L’équipement informatique est situé presque uniquement dans les grandes villes. L’accès à Internet qui n'est possible que dans quelques villes de quelques États soulève des inquiétudes. Le Forum de la semaine du 28 août 1996, hebdomadaire du Bénin reprend un article de l'agence Syfia sur "Internet et l'Afrique", posant la question "a-t-on élargi le fossé ?".

14La répartition des infrastructures des médias est aussi très inégale selon les pays et à l'intérieur. Tandis que la République sud-africaine, la Côte d'ivoire, le Ghana, le Nigeria et le Zimbabwe et des États plus petits comme l'ile Maurice ou le Gabon connaissent un très grand développement de la télévision, dans plusieurs pays la guerre civile a entraîné des destructions ou freiné le développement comme au Liberia, en Sierra Leone, en Angola, au Rwanda. Les perturbations politiques ont réduit sa progression au Tchad ou au Centrafrique où elle reste embryonnaire, ont considérablement abaissé la puissance de la télévision publique au Zaïre où elle avait pourtant bénéficié d'un équipement très moderne avec Rezatelsat et où elle n'est plus reçue en dehors de la capitale maintenant.

15Même au niveau de la radio qui est le média le plus implanté en Afrique, la couverture de l'ensemble du territoire est encore mal assurée dans quelques pays où des régions entendent mieux parfois la radio de l'État voisin. Mais surtout le pluralisme radiophonique est très inégal ; important en Afrique du Sud, au Burkina Faso, au Mali, à Madagascar, au Ghana, en Côte d'ivoire, il est souvent limité aux capitales et très limité au Kenya ou même il n'existe que la radio publique comme au Cameroun.

16Ainsi à l'intérieur de chaque pays les régions rurales, à l'exception des zones minoritaires où il y a une radio rurale, ne reçoivent guère que la radio nationale alors que les grandes villes ont le choix entre plusieurs radios (sans compter l'écoute sur ondes courtes des radios étrangères, plus rare aussi dans les campagnes).

17L'inégalité est bien plus sensible pour la télévision. En raison de la couverture incomplète des territoires mais aussi du coût élevé du prix du téléviseur, les ruraux sont encore très peu équipés. D'abord parce que la couverture du territoire est très inégale, même avec l'utilisation de satellites pour les pays les plus étendus. Rares sont les pays comme la Côte d'ivoire où presque toute la population peut recevoir la télévision (depuis avril 1995 dans la région de Bouna qui ne la captait pas auparavant).

18En Afrique du Sud, 70 % de la population peut recevoir la télévision, surtout dans les villes ; en 1996 si 96 % des Blancs avaient un téléviseur, chez les Noirs il n'y en avait que 49 %. Au Nigeria, en 1989 si 38 % des foyers avaient un téléviseur, il s'agissait de 64 % dans les villes et de 28 % chez les ruraux. Au Zimbabwe, en 1994, 14 % des foyers possèdent un téléviseur, 54 % en ville mais seulement 6 % chez les ruraux. En Tanzanie, où la télévision n'a été installée que récemment sur le continent, 4 % ont un téléviseur en 1995, à Dar es Salaam 27 %, à Zanzibar 12 % mais en milieu rural 2 %. Au Kenya, en 1995 la couverture de la télévision correspondait à 47 % de la population mais seulement 11 % des foyers ont un téléviseur, 47 % à Nairobi, 29 % dans les autres villes, 7 % à la campagne. Au Mozambique, 30 % de la population pourrait la recevoir mais moins de 1 % de la population possède un téléviseur, les quelque 55 000 postes se trouvent principalement à Maputo, à Beira ; elle est pratiquement absente des campagnes. Au Mali en 1993 seulement 5 % du territoire pouvait recevoir la télévision, autour de Bamako.

  • 9 Documentation BBC World Service pour l'Afrique anglophone.

19En Ouganda en 1995, seuls 17 % avaient la télévision 48 % à Kampala, 22 % dans les autres villes mais seulement 8 % dans les régions rurales. Quant aux magnétoscopes possédés par 3 % des foyers, ils sont 9 % à Kampala et 1 % ailleurs9.

20Même en Côte d'ivoire où l'implantation de la télévision s'est étendue plus rapidement (près de 60 % du territoire était couvert par la télévision dès 1983 et 90 % en 1990), on estimait en 1987 que l'équipement en téléviseurs était près de 78 % en milieu urbain et de 22,3 en milieu rural. Un sondage de 1992 donne un écart plus élevé entre citadins (77,7 %) et ruraux (près de 12 % davantage dans le sud que dans le nord) ; 83 % à Abidjan mais 49,5 % à Korhogo dans le nord.

21Au Sénégal en 1992 si 41,1 % avaient au moins un téléviseur, ils étaient 71,7 % dans les villes (80,8 % à Dakar Pikine) mais 19,8 % seulement ont un téléviseur chez les ruraux (51,7 % dans le nord, 20,2 % dans l'est, mais 9,6 % dans le centre ouest et presque personne en Casamance).

  • 10 Koumba E. T. Presse écrite et engagement politique au Gabon, Thèse de doctorat de l'Université de (...)

22La localisation géographique est aussi une cause d'inégalité dans la diffusion de la presse. En Afrique francophone les journaux ne sont publiés pratiquement que dans les capitales et les circuits de distribution (à l'exception de la Côte d'ivoire) sont très médiocres. Les points de vente des journaux sont aussi présents surtout dans les grandes villes ; par exemple au Gabon en 1991, sur 85 points de vente des journaux, il y en a 60 à Libreville (où sont vendus les trois quarts des exemplaires de journaux), 16 à Port Gentil, et 9 dans les autres villes10.

23L'inégalité est moins sensible dans une grande partie de l'Afrique dite anglophone, soit que le système de distribution de la presse soit mieux assuré, comme au Kenya, soit que des langues africaines soient utilisées dans la presse (le swahili en Afrique de l'Est).

24L'écart entre villes et campagnes est par contre partout plus important pour la vidéo (au Kenya en 1995 seulement 2 % possèdent un magnétoscope, 11 % à Nairobi, 7 % dans les autres villes, seulement 1 % chez les ruraux et surtout pour les outils informatiques pratiquement absents du monde rural. En 1990 il y avait 38 vidéothèques au Burkina Faso dont 21 à Ouagadougou et 10 à Bobo-Dioulasso.

Les conditionnements démographiques

25Ils concernent les répartitions par sexe et par âge. L'inégalité est plus prononcée au niveau des pratiques puisque les équipements sont communs dans les familles, aux hommes et femmes, aux parents et aux enfants. Il y a cependant déjà quelques différences dans les équipements.

26Il y en a peu entre hommes et femmes pour la possession des postes de radio, un peu moins pour la catégorie des "femmes au foyer" à Abidjan (surtout en fm, 75,7 % contre 88,8 % qui en possèdent pour les hommes). Par contre en 1995 les femmes (78,3 % ont un poste) sont mieux équipés que les hommes (73,7 %) en téléviseur à Abidjan et aussi à Dakar Pikine où l'équipement en téléviseur est comparable.

Tableau 18 - Équipement et pratique de la radio et de la télévision à N'Djamena (Tchad) en septembre 1994. Base 800

Tableau 18 - Équipement et pratique de la radio et de la télévision à N'Djamena (Tchad) en septembre 1994. Base 800

27Il semble, lorsque la télévision est moins répandue qu'il y a un équipement moins important chez les femmes ; ainsi au Tchad en 1994 les femmes au foyer sont moins bien équipées en téléviseur couleur (21,9 % contre 29,2 % en moyenne) à N'Djamena. Le tableau 18 montre les différences d'équipement et aussi de pratique. Il en est de même à Nouakchott en Mauritanie en janvier 1994.

28Quant aux âges, l'équipement en téléviseur est plus répandu chez les 15-19 ans et moins répandu au contraire chez les plus de 50 ans. Ainsi à Nouakchott en janvier 1994, il y a un poste de télévision en état de marche chez 61,5 % de l'échantillon, 75,3 % chez les 15-19 ans et seulement 47 % chez les 50 ans et plus. Au Cameroun, à Douala et à Yaoundé, la moyenne en décembre 1992 est de 70,6 %, et descend de 77,6 % chez les 15-19 ans à 58,8 % chez les 50 ans et plus.

Les conditions socio-économiques

29Les différences d'équipement sont moins sensibles pour la radio ; encore que la multiplicité des postes est bien plus fréquente chez les cadres et chez les aisés, de même les postes récepteurs en onde courte ou les auto-radios.

Tableau 19 - Équipement en radio-télévision à Abidjan

Tableau 19 - Équipement en radio-télévision à Abidjan

Sondage hpci , 1995.

30Les différences sont très sensibles en ce qui concerne la télévision à trois niveaux. D'abord dans l'équipement en téléviseur et notamment en couleur, presque toute la catégorie des plus aisés en possède et seulement 11 % des plus démunis à Abidjan en 1995.

31Les écarts sont d'autant plus sensibles que la télévision est moins répandue. Au Burkina Faso où 49,8 % d'un échantillon représentatif à Ouagadougou a un téléviseur, c'est le cas de 92,7 % des employés et cadres mais seulement 32,8 % des ouvriers et artisans, 100 % des plus aisés mais 2,6 % des démunis. A Nouakchott en Mauritanie en décembre 1993, 76,2 % des cadres avaient un téléviseur contre 43,9 % chez les ouvriers ; à N'Djamena au Tchad en 1994, 54,2 % chez les employés et cadres, 23,1 % chez les ouvriers, tous ceux de la classe aisée, mais 9,2 % des démunis.

  • 11 HCPI Media Burkina Faso, Urbain 1995, les pourcentages concernant les pays de l’Afrique francophon (...)

32En second lieu, en équipement de magnétoscopes, les différences sont plus sensibles — comme le montre le tableau ci-contre pour Abidjan — et plus accusées dans les pays moins équipés. A Ouagadougou où 17 % avaient la vidéo c'était le cas de 51,3 % des employés et cadres mais de 8,4 % des ouvriers artisans ; de 95 % dans la classe aisée, mais aucun chez les démunis11. En Mauritanie en décembre 1993, il y avait 20,5 % de foyers à Nouakchott avec un magnétoscope en état de marche, 34,5 % chez les cadres et employés mais 6,7 % chez les ouvriers ; à N'Djamena 33,2 % des cadres, 5 % des ouvriers. C'est encore plus sensible si on considère l'accès à la télévision à péage ou par satellite. Le tableau donne la répartition des abonnés à Canal Horizon à Abidjan.

2. Les pratiques inégales des médias

  • 12 Cf. les tableaux p

33Les inégalités sont bien plus accentuées dans la pratique des médias surtout entre citadins et ruraux ; d'abord en raison des proportions très variables de compréhension des langues internationales, souvent les plus présentes à la télévision. Si le lecteur veut bien se reporter aux tableaux de la première partie sur le français au Sénégal et en Côte d'ivoire p. 44 et 4512, il peut voir que la différence entre ceux qui le parlent sans difficulté sont trois fois moins nombreux chez les ruraux que chez les citadins en Côte d'ivoire, des différences existant aussi entre la capitale et les autres villes, et entre région de forêt et région de savane (au nord) chez les ruraux. En ce qui concerne la lecture, les ruraux sont quatre ou cinq fois moins nombreux que les citadins à lire sans difficultés. Au Sénégal le français est moins parlé et la différence est plus grande entre citadins et ruraux. En Ouganda où l'anglais est la langue officielle, elle n'est comprise que par 49 % des adultes, mais il s'agit en 1995 de 70 % à Kampala et bien moins de la moitié chez les ruraux.

34Le problème des langues joue un rôle primordial dans l'audience des médias. C'est pour la presse écrite qu'il est le plus sensible, surtout en Afrique francophone où la grande presse est en langue française. Le tableau 20, p. 203, montre les inégalités selon le sexe et selon l’âge dans la lecture de journaux de quelques capitales de l'Afrique francophone. Mais le problème linguistique joue aussi au niveau de la radio de deux façons. Les radios nationales africaines utilisent actuellement langues internationales et langues africaines, mais le contenu des informations en langues africaines (notamment dans les radios rurales) comprend presque uniquement des nouvelles du pays ; c'est dans les émissions en français ou en anglais que sont données les informations sur le reste de l'Afrique et du monde. L'écoute des radios internationales est le plus souvent limitée par la connaissance de l'anglais ou du français, même dans une ville où le français est très répandu comme Abidjan, nous pouvons voir dans le tableau 20 une disproportion sensible de l'audience régulière et surtout quotidienne entre les employés et cadres d'une part et d'autre part les commerçants ou les femmes au foyer.

35Mais l'intérêt pour les radios internationales déborde largement le cas des seuls francophones par exemple ; une enquête de mars 1994 sur Niamey au Niger montre que les radios qui diffusent en haoussa ont une audience plus large ; ainsi la bbc dépasse-t-elle rfi sauf chez les plus jeunes. La Voix de l'Amérique qui utilise aussi le haoussa, est écoutée presque autant que rfi chez les plus âgés. L'écoute en haoussa de la bbc est bien supérieure à celle de rfi en français pour les commerçants, (voir le tableau 21)

36Les inégalités provoquées par les pratiques des médias nous ont paru plus simples à présenter dans le cadre d’Etats pris comme exemples, d'autant plus que les rapports entre médias ne se présentent pas partout de la même façon. Outre les profondes différences entre l'Afrique dite anglophone où la presse écrite est depuis plus longtemps développée, et l'Afrique dite francophone où la télévision reçoit un plus fort soutien extérieur par la francophonie, il existe aussi des différences sensibles dans le développement des trois médias entre les différents pays.

37C'est sans doute dans les pays où les médias sont le moins répandus que les inégalités sont le plus sensible entre une petite minorité détentrice de tous les médias et parlant une langue internationale et la masse de la population. Le Tchad, qui fut l'objet d'une enquête d'asa en février 1994, sur 799 personnes à N'Djamena, nous en donne un exemple. Considérons le degré de connaissance du français, d'après un échantillon représentatif.

Tableau 20 - Audience de la radio et de la télévision à Abidjan en 1995. Base 1110

Tableau 20 - Audience de la radio et de la télévision à Abidjan en 1995. Base 1110

Sources : sondage Hilmer Peter, juin 1995.
X réguliers : au moins une fois par semaine.
XX échantillon non représentatif portant sur 22 personnes seulement.

Tableau 21 - Équipement et pratique de la radio et de la télévision à Nouakchott (Mauritanie) en décembre 1993. Base 798

Tableau 21 - Équipement et pratique de la radio et de la télévision à Nouakchott (Mauritanie) en décembre 1993. Base 798

* tous les jours.
** en français, en anglais ou en arabe.
1) RFI n'est écouté en arabe que par 19,6 % (4,2 % tous les jours ou presque). L'ensemble des auditeurs de RFI (en français, en anglais ou en arabe) est de 51 % tous les jours ou presque.
2) BBC en français, anglais ou en arabe est écouté par 69,7 % (30,4 % tous les jours ou presque).

Tableau 22 - La francophonie au Tchad (pourcentage)

38Le tableau ci-dessus montre les disproportions par âge, par sexe, par catégorie socio-professionnelle ; la disproportion était si évidente qu’il n'était pas nécessaire de la faire figurer en fonction du niveau d’instruction, 87,7 % des non scolarisés n'étaient pas francophones, ni 86.4 % de ceux qui n'avaient fréquenté que l'école coranique.

39Si 64,8 % possédaient la radio, sans de grandes disparités (seulement 56 % chez les femmes au foyer) et si presque tous étaient auditeurs de la radio (97,1 %) réguliers (95 %, chez les non scolarisés 83 %), même avec ce média, il existait des inégalités sensibles dans les pratiques ; au niveau de la radio nationale, une émission de fiction importée, l'Anthologie du Mystère, était suivie régulièrement par 12,1 %, 32.5 % des cadres, mais seulement 5,6 % des commerçants artisans et 2,8 % des femmes au foyer. rfi était écouté au moins une fois par mois par 60,5 % de l'échantillon, 92,7 % des cadres, 40,7 % des commerçants artisans, 23,2 % des femmes au foyer. L'émission de rfi Carrefour était suivie plus ou moins régulièrement par 54,5 % des cadres, seulement 22,1 % des commerçants artisans. Un poste de télévision en état de marche se trouvait dans 43,5 % des foyers, 100 % chez les aisés, 97,9 % dans la catégorie Moyenne Supérieure, 9,2 % chez les démunis.

40Presque tous les téléspectateurs regardaient la télévision nationale du Tchad et celle du Cameroun (cette dernière diffusait tous les jours à la différence de celle du Tchad).

Tableau 23 - La télévision à N'Djamena en 1994

41Les hommes regardaient la télévision plus que les femmes, 71,2 % des 15-19 ans étaient des téléspectateurs réguliers de la télévision tchadienne, 73,4 % de celle du Cameroun contre 34,5 % et 25,9 % pour les plus de 50 ans. Les cadres et les étudiants étaient les principaux récepteurs des télévisions, internationales ; sur un échantillon de 800, cfi était reçu par 61 (19 régulièrement), tv5 par 30 (17 réguliers), cnn par 27. Un magnétoscope était présent dans 21,5 % des foyers (35,3 % chez les cadres, 3,9 % chez les ouvriers, 15,4 % chez les femmes au foyer) ; les films en vidéo étaient regardés régulièrement par 62 % des étudiants ou élèves et 45 % des cadres, (voir tableau 18 p. 199 et tableau 23).

42En Mauritanie à Nouakchott en janvier 1994 la télévision étaient un peu plus regardée par les hommes que par les femmes, par les plus instruits (mais 70 % des non scolarisés la regardaient aussi dans la semaine) ; 95,3 % des cadres et employés étaient des téléspectateurs réguliers contre 67,2 % des femmes au foyer, 68,7 % des commerçants artisans. Le décalage était bien plus sensible pour les chaînes internationales ; cfi en direct était regardé par 16,6 % d'un échantillon représentatif de 798 personnes, 35,2 % des cadres et étudiants, 7,2 % des commerçants artisans ; si on ne retient que les téléspectateurs réguliers (9,4 %), il y en a 23 % chez les étudiants, 20 % chez les cadres, 2,8 % chez les commerçants artisans, 0,6 % des ouvriers.

43Un décalage aussi sensible existait entre les instruits et les non scolarisés ou ceux qui n'avaient suivi que l'école coranique, pour la fréquence de vision de Canal Horizon (18,9 % de téléspectateurs dont 10,5 % de réguliers).

44Au Mozambique en 1995 la radio est utilisée deux fois plus à Maputo (85 % l'écoutent dans la semaine, 67 % tous les jours) ou à Beira que chez les ruraux (39 % dans la semaine, 11 % tous les jours dans la province de Cabo Delgado) mais son écoute est généralisée, en moyenne 64 % l'ont écouté dans l'année dont 48 % dans la semaine ; dans la province de Sofala (Beira non compris) se trouvent les taux les plus bas, 35 % dans l'année dont 28 % dans la semaine. Par contre la lecture des journaux étrangers est presque inexistante en dehors des deux grandes villes comme le montre le tableau suivant.

Tableau 24 - La pratique des médias au Mozambique en juillet 1995 (pourcentage)

Tableau 24 - La pratique des médias au Mozambique en juillet 1995 (pourcentage)

* sans la capitale de la province.

45De plus, comme les trois quarts, n'ont reçu aucune instruction la lecture des journaux est le fait principalement de ceux qui ont suivi un enseignement secondaire ou supérieur, les seuls pratiquement à lire un journal indépendant comme Media Fax.

46Par contre en ce qui concerne les radios, l'écoute de radios étrangères Channel Africa puis la bbc ou voa ont une écoute même faible chez les ruraux (7 % dans la semaine) ou chez les non instruits (9,8 %), bien moins forte cependant que chez les plus instruits (34,7 %). La minorité des plus instruits écoutaient en priorité la bbc puis la voa, alors que les non instruits, qui auditeurs des radios étrangères, écoutaient d'abord Channel Africa.

47Si on reprend le tableau 24 les auditeurs de la radio étaient chez les plus instruits (enseignement secondaire et supérieur) 96 % et 54,7 % chez les non instruits au cours de l'année ; si on retient l’écoute de la veille, elle varie de 73,2 % chez les plus instruits à 14,3 % chez les non instruits. Les plus instruits, à la différence des autres, écoutent la radio plus souvent en portugais qu'en langue africaine. Rappelons que le portugais, la langue officielle, celle de l'administration, n'est parlée que par un quart de la population avec une répartition très inégale 15 % des femmes, 40 % des hommes.

48Quant à la télévision, ce n'est qu'à Maputo qu'il y a le choix entre la télévision nationale et une station privée rtk. C'est à Maputo et à Beira que se trouvent les plus instruits, la petite minorité qui a été à l'Université ne représente que 1,5 % de la population mais possède 10 % du parc des téléviseurs. C'est parmi ceux qui ont reçu un enseignement secondaire ou supérieur (460 chiffre dans l'échantillon) que se trouvent presque seuls ceux qui reçoivent la télévision portugaise (38 sur 44), cnn (36 sur 39), bbc World Service (17 sur 19), cfi (37 sur 43), il s'agit principalement des 15-29 ans.

49Les inégalités dans la pratique des médias se retrouvent partout ; mais elles sont aggravées en Afrique à la fois par le développement moindre de la presse écrite et de la télévision et l’importance des langues non africaines dans ces deux derniers médias.

50En Ouganda l'audience hebdomadaire de la télévision varie de 45 % à Kampala à 7 % en milieu rural. Multichoice, chaîne à péage qui rediffuse bbc World Service et cnn, recrute ses abonnés parmi les plus riches.

51Avec l'apparition de deux radios privées, l'audience des radios étrangères a baissé ; en 1995 environ 6 % écoutent la bbc dans la semaine, 9 % chez les hommes, 4 % chez les femmes ; la principale différence tient aux catégories sociales, 19 % chez les plus aisés, 7 % dans les classes moyennes, 3 % chez les plus pauvres. Avant 1992 la bbc avait 33 % d'audience et la voa 16 % (réduite à 2), signe que les radios internationales contournaient bien le monopole de l'information quand celui-ci s'imposait.

52Des inégalités se retrouvent aussi dans les pays ou la pratique des médias est plus répandue.

  • 13 R. I. E. A. L. Media Study, Kenya

53Au Kenya, d'une enquête effectuée en 1993 sur un échantillon de 1985 personnes, citadins et ruraux répartis dans tout le pays, il ressortait, dans la pratique des médias la veille, si on considère le tableau 22 (p. 205), des inégalités, très sensibles dans la lecture des quotidiens entre hommes et femmes, entre les plus riches et les plus démunis13.

54La lecture des journaux était le fait de 92 % des citadins des catégories aisées et moyenne supérieure de 35 ans et plus ; de 77 % pour les 25-34 ans, de 67 % des 18-24 ans alors qu'elle n'était que de 28 % des ruraux des catégories les plus pauvres ; la lecture chez les femmes était plus limitée mais avec un décalage aussi sensible (entre 47 et 49 % de lectrices dans les catégories aisées et moyennes supérieures en villes, contre 12 % chez les femmes les plus pauvres du monde rural). Les disproportions étaient encore plus élevées dans la lecture des magazines (entre 35 et 4 %).

55Si on considérait la lecture de la presse dans la semaine écoulée, le pourcentage global était de 55 % pour les journaux, allant de 89 % des plus riches à 25 % des plus pauvres, répartis avec des écarts moins sensibles entre citadins et ruraux, à la différence de la lecture des magazines, 25 % pour l'ensemble mais 41 % chez les citadins, 21 % chez les ruraux.

56Enfin si on considérait les lecteurs de journaux au cours du mois écoulé on atteignait 68 %, ce qui correspondait à un taux d'alphabétisation élevé (que ce soit en anglais ou en swahili, les deux langues utilisées par des quotidiens), avec des variations de 97 % pour la classe la plus riche à 34 % pour la catégorie la plus pauvre ; les écarts entre citadins et ruraux, entre 82 % (86 % dans les villes du Nyanza) et 65 % (57 % sur la côte).

57Pour la lecture de la veille, on peut voir aussi que les quotidiens de langue anglaise sont un peu plus lus dans les villes qu'à la campagne ; le quotidien en swahili Taifa Leo est quatre fois moins lu que les quotidiens de langue anglaise (le Daily Nation surtout), mais il l'est plus par les ruraux que par les citadins (sauf dans les villes de la Côte), il n'est pratiquement pas lu à Nairobi ni par les classes aisées.

58Cette même enquête nous renseigne aussi sur la façon de lire les journaux. Si nous considérons les lecteurs de la veille de Taifa Leo, ils sont 4,4 % (contre 17,3 % pour Daily Nation), plus nombreux chez les ruraux représentant après pondération les quatre cinquièmes de l'échantillon ; ils sont 6,2 % chez les ruraux de la province centrale, 5,3 % à l'Est. Ce sont aussi les deux régions où les lecteurs lisent soit la plus grande partie du journal, soit des rubriques qui les intéressent, sans le parcourir seulement comme on le fait dans d'autres régions. Pour le Daily Nation le journal le plus lu, y compris chez les ruraux (13,5 %), il semble que sa lecture soit plus sélective.

59Si nous étudions le tableau 25 nous voyons que l'écoute de la radio la veille est assez généralisée même en tenant compte des inégalités ; ce qui confirme l'écoute dans la semaine écoulée (79 % en moyenne, 77 % chez les ruraux) et plus encore dans l'année (91 % moyenne, 90 % chez les ruraux).

60Mais une enquête de novembre-décembre 1995 auprès de 2 000 adultes de 15 ans et plus permet de différencier mieux l'écoute des radios (cf. tableau 25). La radio avait été écoutée, dans la semaine précédant le sondage, par 87 % de l'échantillon, un peu moins chez les ruraux (86 %) que dans les villes (93 %), un peu plus par les plus jeunes et par les femmes, par les plus riches (93 %) que par le plus pauvres (66 %). Parmi ces auditeurs de la semaine, c'est le service en swahili de la radio nationale qui est le plus écouté ; 90 % (un peu moins les plus riches 80 %, un peu plus les plus démunis 95 %), un peu plus chez les ruraux, un peu moins à Nairobi. Les stations étrangères sont écoutées, un peu plus par les ruraux que par les citadins mais c'est surtout parce que la bbc ou la Deutsche Welle diffusent aussi en swahili ; il existe des différences très sensibles selon les régions, l'écoute des radios étrangères est plus élevée chez les ruraux de la région orientale et du Nyanza et chez les citadins de la région côtière. Les inégalités d'écoute les plus marquées sont celles du sexe (les hommes deux fois plus que les femmes) et de catégories sociales (les plus riches quatre ou cinq fois plus que les plus pauvres).

Tableau 25 - La pratique de la radio et de la télévision au Kenya, juin et décembre 1995

Tableau 25 - La pratique de la radio et de la télévision au Kenya, juin et décembre 1995

* Écoute la radio nationale ou locale.

61Le rapport d'analyse de ce sondage par la bbc World Service fait état de 35,3 % d'audience des radios étrangères au Kenya (dont 30,9 % en swahili), 26,1 % pour la bbc, suivie par Radio Tanzania 14 % et la Deutsche Welle 8,6 % ; le niveau d'écoute en 1995 a diminué par rapport à 1993 qui avait connu une augmentation de l'audience, sans doute liée aux élections, le recours à des informations étrangères étant alors plus fréquent ; l'audience globale de la bbc est plus fréquente dans les villes (surtout les villes autres que Nairobi, 31,6 % que dans les campagnes) ; l'écoute en anglais est par contre la plus élevée à Nairobi.

62C'est au niveau de la télévision que les inégalités sont les plus sensibles, surtout entre citadins et ruraux et entre classes sociales, si on reprend le tableau —. Alors que les inégalités sont très sensibles entre les villes et entre les ruraux, il y a peu de différences entre les âges et entre les sexes.

63Si on considère la pratique de la télévision au cours de la semaine, les inégalités persistent, 75 % de l'échantillon à Nairobi, 53 % dans les autres villes, 28 % chez les ruraux ; les plus sensibles sont entre les catégories sociales, 63 % de téléspectateurs chez les plus riches, 4 % chez les plus démunis ; elles s'aggravent quand on analyse l'audience des télévisions étrangères.

Tableau 26 - Audience des télévisions étrangères au Kenya en 1995

Tableau 26 - Audience des télévisions étrangères au Kenya en 1995

64Les télévisions étrangères reçues sont transmises par la 2ème chaîne de la kbc la télévision nationale, chaîne à péage lancée en juin 1995 qui retransmet ce que diffuse Multichoice, l'opérateur privé sud africain, MNet, bbc World, ktv et Super Sport ainsi qu’une chaîne asiatique East Net. Il existe aussi une chaîne câblée ctn depuis 1993 qui offre sept canaux en anglais, arabe, français et langues indiennes comptant 10 à 12 000 souscripteurs à Nairobi ou à Mombassa. Le coût élevé des abonnements limite à 1 % (3 % à Nairobi) le nombre des abonnés. Toutefois les téléspectateurs de la kbc reçoivent les informations de la Deutsche Welle (qui a remplacé bbc World Service) et ceux de la chaîne privée ktn reçoivent des émissions de cnn, mais ktn est reçu principalement à Nairobi et autour de la ville, surtout par les plus jeunes.

65Les disparités géographiques et sociales engendrent davantage les inégalités au Kenya que les disparités culturelles dans la pratique des médias.

66Au Nigeria où l'équipement en téléviseur est passé à 52 % des foyers en 1993, l'audience quotidienne de la télévision est de 39 % de l'échantillon de personnes de 15 ans et plus, 31 % dans le nord contre 40 % dans l'État de Lagos et 44 % dans le sud-est. Alors que les plus instruits sont tous des téléspectateurs réguliers, ce n'est le cas que de 21 % des non scolarisés. Les inégalités sont plus sensibles encore pour la vidéo ; si 36,8 % la regardent (10 % tous les jours), c'est deux fois plus les hommes que les femmes ; 60 % des 15-19 ans mais 17,9 % des 60 ans et plus ; 100 % des plus instruits mais 6,3 % des non scolarisés.

67La lecture des journaux et magazines traduit des disparités encore plus sensibles ; elles reflètent la très inégale pratique de l'anglais, 56,9 % connaissaient l'anglais en 1993 avec de grandes disparités selon le sexe (80,5 % des hommes, 41,5 % des femmes) et selon les âges (81 % des 15-19 ans mais seulement 28,2 % des plus de 60 ans) ; ces disparités se retrouvaient parmi ceux (10 %) comprenant Très Bien quand on parle anglais, 16 % des hommes mais 6 % des femmes, 15 % des 15-19 ans mais seulement 7,7 % des 60 ans et plus. 49,3 % de l'échantillon ne lit jamais de journal, 94 % de ceux qui ne sont pas allés à l'école, 75,8 % de ceux qui n'ont reçu qu'une instruction sommaire, aucun de ceux qui ont suivi l'université ; seulement 20 % des habitants de la cité de Lagos mais 40 % des ruraux dans l'État de Lagos et 83 % dans l'État de Kano au nord. Si l'on considère les lecteurs réguliers, l'inégalité s'accentue ainsi que nous le montre le tableau suivant :

Tableau 27 - Lecture de la presse : Nigeria 1993

Tableau 27 - Lecture de la presse : Nigeria 1993

68Les disparités existent aussi dans l'écoute de la radio que 75 % écoutent tous les jours, (93 % de l'échantillon possède un poste) tous les plus instruits l'écoutaient chaque jour, contre 62,4 % des non scolarisés ; au niveau des radios étrangères ainsi que le montre le tableau suivant :

Tableau 28 - Audience de la bbc au Nigeria en 1993

Tableau 28 - Audience de la bbc au Nigeria en 1993

69Au cours de l'année 1992 les radios étrangères ont été écoutées par 45,6 % de l'échantillon, seulement par 29,8 % de ceux qui n'avaient pas été scolarisés (le tiers de l'échantillon) mais par tous ceux qui étaient passés à l'Université, par 62 % des citadins de Lagos mais par 31,1 % des ruraux. La plus écoutée était la bbc, par 41,2 %, venaient ensuite voa 24 % (surtout à Lagos 36,3 %), puis la Deutsche Welle 9,8 % (mais 23,4 % à Lagos) et La Voix du Sahel (Niger) 10,7 %, surtout dans la région de Jigawa. Les disparités d'audience des radios internationales au Nigeria s'accentuent lorsqu'on analyse les principales émissions d'information de la bbc ; Focus on Africa émission hebdomadaire en anglais est écoutée quatre fois plus par les hommes que par les femmes, par les plus instruits, par les 20-35 ans. Cette émission est beaucoup plus suivie au nord puis au sud-est et à Lagos. C'étaient les nouvelles sur le monde puis les nouvelles sur le Nigeria qui étaient les plus écoutées aussi bien en haoussa qu'en anglais, (pour ces dernières par plus de 90 % des auditeurs de la bbc.

70Le cas de la Côte d'ivoire est intéressant parce qu'il a été l'objet de nombreuses enquêtes par sondage et d'études menées par le service des recherches de rfi, dégageant plusieurs types d'usagers des médias. C'est aussi un des pays d'Afrique les plus stables et les plus développés, dans lequel la télévision commence à concurrencer la radio et le cinéma, au moins dans les villes. Les inégalités n'en sont pas moins très prononcées ; nous l'avons déjà vu au niveau de la pratique du français ; si on reprend le tableau, on peut voir la différence de pratique et de niveau non seulement entre citadins et ruraux, mais aussi entre hommes et femmes, entre les moins de 35 ans et les plus âgés.

71Le sondage limité à Abidjan en 1994 confirme pour les citadins celui de 1992 et met en valeur le contraste entre les non scolarisés et ceux qui ont suivi l'enseignement secondaire et supérieur, et aussi en ce qui concerne le français lu entre les cadres ou les étudiants et élèves et les commerçants artisans ouvriers, femmes au foyer, ce qui délimite le public de la presse écrite.

72Quand on considère le lecteur de la presse à Abidjan en juin 1995 selon le tableau suivant, on constate des différences sensibles entre hommes et femmes, surtout en ce qui concerne la lecture fréquente, et selon le degré d'instruction. C’est aussi la fréquence de lecture qui différencie le plus entre les cadres ou les étudiants et les commerçants ou les femmes au foyer. Au niveau des tranches d’âge, les plus jeunes ne sont, plus les plus importants lecteurs, sans doute par l’attrait grandissant de la télévision.

73Les plus fortes disparités concernent la lecture de journaux étrangers : s’il y a 8,3 % de lecteurs du Monde en 1994 (2,6 % dans la semaine), il y en a 31,9 % (et 8,8 % dans la semaine) parmi les cadres.

Tableau 29 - Lecture de la presse étrangère à Abidjan en 1995

Tableau 29 - Lecture de la presse étrangère à Abidjan en 1995

74Une enquête par sondage en juin 1995 a porté sur les préférences en matière d'information à Abidjan et Bouaké entre médias ivoiriens et médias étrangers. Ainsi que le montrent plusieurs tableaux (30 et 31) on peut constater qu’à Abidjan les cadres et employés les plus aisés les plus instruits, sont plus nombreux à donner la préférence aux médias internationaux pour l’information et l’analyse de la politique nationale même s’ils placent en tête les journaux ivoiriens.

  • 14 Les médias ivoiriens sont plus nettement prioritaires à Bouaké, même pour les cadres et les étudia (...)

75Les médias ivoiriens sont prioritaires pour la majorité et aussi, bien que la moitié n’ait pas répondu, surtout aux jeunes de 15-24 ans, aux non scolarisés, aux commerçants ouvriers, artisans, aux femmes au foyer, aux plus démunis, pour toutes ces catégories, c’est la télévision nationale qui arrive au premier rang, sauf les ouvriers et artisans pour qui les radios étrangères la devancent mais avec une très forte proportion de non réponse14.

76Des questions sur le moyen d’information le plus crédible, ou le moins crédible permettent aussi d’apprécier les contrastes. Les médias étrangers sont considérés comme plus crédibles par l’ensemble (37 % contre 23,9 % pour les médias nationaux et 39 % de non réponse), en tête les radios internationales ; des différences sensibles apparaissent : avec des réticences importantes pour les employés et cadres puisque 42,5 % n'ont pas répondu à la question sur le plus crédible et 52,2 % à la question sur le moins crédible. Or dans cette catégorie seulement 6 % ont placé les médias ivoiriens comme les plus crédibles contre 51,5 %, les médias étrangers. Ce sont les journaux ivoiriens qui arrivaient en tête des médias les moins crédibles (pour 15,9 %) suivis par les radios nationales. Cette moindre crédibilité des journaux se retrouvait chez les plus instruits (20,1 % de ceux qui avaient suivi les enseignements secondaires ou supérieurs). Les journaux ivoiriens n'étaient considérés comme le moyen le plus crédible, en deuxième position après la télévision nationale, que par les jeunes de 15-19 ans (pour 12 %). Ce qui n'empêchait pas que les journaux ivoiriens figuraient en deuxième position, après les radios étrangères parmi les deux sources les plus importantes pour l'information et l’analyse de la politique nationale pour les cadres (25,1 %) et pour les étudiants (26,9 %).

77Notons que chez les plus aisés, ce sont les télévisions nationales qui sont les moins crédibles, pour 17,3 % alors que 16,3 % les considéraient au contraire comme les plus crédibles (mais 32,8 % mettaient les radios étrangères et 16,8 % les télévisions étrangères comme média le plus crédible).

78Le fossé provoqué par l'inégalité des sources d'information ne se limite pas à l'information et à l'expression politique. Elle concerne aussi l'information scientifique et technique et l'information sur la santé. L’enquête de l'Institut Hilmar Peter de juin 1995 sur Abidjan le montre bien ; on peut voir dans le tableau 32 qu'un peu plus de la moitié à Abidjan ne sait pas répondre à la question sur la source la plus importante d'information sur les sciences et les techniques ; pour ceux qui donnent une réponse, arrivent en tête les télévisions nationales (12 %) suivies des radios étrangères (8,6 %) puis des télévisions étrangères (8,1 %) ensuite des radios nationales (6 %) puis les journaux ivoiriens (4,3 %), les magazines étrangers (3,2 %). Mais chez les employés et cadres près de 9 sur 10 donnent une réponse et les moyens d'information étrangers arrivent nettement en tête, les télévisions étrangères (19,2 %), les radios étrangères (17 %), les magazines étrangers (12,5 %), seulement ensuite les radios nationales (11,3 %) les télévisions nationales (9,6 %). Quant aux élèves et étudiants, un peu plus du tiers ne savent pas répondre et les autres mettent en tête les télévisions étrangères (19,7 %) et nationales (14,8 %), suivies par les journaux ivoiriens (9,5 %). À Bouaké, deuxième ville du pays, la moitié de l'échantillon (51,3 %) ne sait pas répondre à la question sur la principale source d'information ; pour les autres, c'est la télévision nationale qui arrive en tête (17,5 %), suivie par les radios étrangères (9,2 %) et ensuite les radios nationales (5,8 %). Mais si on considère les employés cadres ou étudiants, c'est à peine le quart qui ne sait comment répondre ; chez les cadres, sur 9 réponses 3 indiquent les magazines ivoiriens et 3 les radios étrangères ; chez les étudiants, 8 sur 21 placent en premier la télévision nationale, 4 les journaux étrangers, 3 les télévisions étrangères, 3 les radios étrangères.

Tableau 30 - Les sources principales pour l'information et l'analyse politique nationales en Côte d'ivoire en juin 1995

Tableau 30 - Les sources principales pour l'information et l'analyse politique nationales en Côte d'ivoire en juin 1995

Tableau 31 - La lecture à Abidjan en 1995

Tableau 31 - La lecture à Abidjan en 1995

* Etude HPCI, base 1110.

Tableau 32 - La principale source d'information scientifique et technique à Abidjan en juin 1995. Base 1110

Tableau 32 - La principale source d'information scientifique et technique à Abidjan en juin 1995. Base 1110

Source : HPCI.

79Une question analogue portait sur la santé, ce qui englobait aussi une part d'information scientifique médicale, un tiers seulement ne savent que répondre sur la source d'information la plus importante ; pour ceux qui donnent une réponse, arrivent en tête les télévisions nationales (23,2 %) puis les radios nationales (12 %) suivies par les radios étrangères (10,4 %), puis les magazines ivoiriens (5,9 %). Mais chez les employés et cadres (14,8 % seulement ne donnent pas de réponse) arrivent en tête, les radios étrangères (17,8 %) puis les radios nationales (14,1 %) ensuite les télévisions nationales (13,9 %) et les télévisions étrangères (13,7 %). Voir page suivante le tableau 33 pour Bouaké.

80Il s'agit là d'appréciation. Une autre série de questions concernait l'intérêt porté à différents types d'émission, il n'y avait pas de rubrique sur l'information scientifique et technique, seulement sur les films documentaires et éducatifs ; 45,4 % se disaient beaucoup intéressés, 19.9 % un peu. 21,8 % pas du tout ; mais les "beaucoup intéressés" étaient 80,2 % chez les cadres, contre 32,9 % chez les commerçants artisans, 23,6 % chez les femmes au foyer ; autre différenciation, c'était 82.9 % de ceux qui avaient suivi l'enseignement supérieur contre 26,9 % des non scolarisés.

81Enfin pour en terminer avec ce sondage, le périodique Planète Jeune, de vulgarisation scientifique, avait 11 % de lecteurs (6,7 % dans le dernier mois), avec des pourcentages supérieurs pour les 15-19 ans et les 25-29 ans, ainsi que pour les étudiants et élèves (24,5 % de lecteurs, 9,4 % dans le mois). À Dakar Pikine en 1995 Planète Jeune avait 15,5 % de lecteurs (7,5 dans le mois). Un autre exemple tiré d'une enquête de la sofres de janvier 1994 porte sur Dakar et Pikine, il s'agit de l'écoute de deux émissions de rfi, Priorité Santé et Sciences an 2000 auprès des auditeurs au moins une fois par mois de rfi. Ce qui était le cas de 442 sur un échantillon représentatif de 779, soit 56,7 %, le tableau 33, p. 220, ne porte donc que sur eux. L'émission de rfi Micromega, sur l'actualité des sciences et des techniques diffusé chaque semaine 30 minutes jusqu'en 1994 était écoutée surtout au Mali (15 % des francophones dont 4 % dans le mois), un peu au Bénin (chez des cadres francophones) et en Mauritanie. La faiblesse de l’audience est sans doute ce qui a entraîné sa suppression.

82Les sondages et enquêtes effectués pour les grandes radios internationales contiennent des réponses sur l'audience quart d'heure par quart d'heure des émissions de radio et de télévision pouvant permettre de connaître l'audience d'émissions régulièrement programmées. On trouve aussi dans la presse écrite parfois des commentaires sur l'impact de certaines émissions.

83Les quelques éléments de connaissance des publics montrent que l'information scientifique et technique — comme en Occident — accentue le fossé culturel entre l'élite instruite et la masse de la population.

Tableau 33 - La première source d'information sur la santé à Abidjan en juin 1995

Tableau 33 - La première source d'information sur la santé à Abidjan en juin 1995

Source : HCPI.

84Les disparités se retrouvent aussi au niveau des émissions de divertissement, c'est le cas pour la musique à la radio. Par exemple l'enquête de décembre 1995 sur le Kenya révèle des différences sensibles selon les régions ainsi que le montre le tableau suivant, en pourcentage.

Tableau 34 - Préférences musicales à la radio au Kenya en 1995

Tableau 34 - Préférences musicales à la radio au Kenya en 1995

85Les différences s'accentuent au sein de Nairobi, par exemple la musique zaïroise est préférée par 44 % des hommes et seulement 27 % des femmes ; le Reggae par 15 % des hommes mais 6 % des femmes, par 17 % des 15-24 ans mais 3 % des 35 ans et plus.

86Des différences de goût existent dans beaucoup d'autres pays, mais en Afrique où la musique a une si grande importance, les différences selon les lieux et les âges aboutissent à des différences de comportement que l'on retrouve aussi dans les préférences de films.

  • 15 cf. p.

87À la télévision l'intérêt est inégalement réparti ; reprenons l'enquête de 1995 à Abidjan où la télévision est un phénomène populaire puisqu'elle touche presque toute la population (83,4 % au cours de la semaine et même 54,9 % tous les jours). Le tableau suivant et celui donné précédemment sur les films15 montrent des différences surtout selon les âges.

Tableau 35 - Intérêt pour les variétés musicales

Tableau 35 - Intérêt pour les variétés musicales

88Les disparités sont plus fortes pour les films (nous l'avons vu en présentant l'acculturation), plus encore pour les feuilletons et séries, ce qu'illustre le tableau suivant, toujours pour Abidjan en 1995.

Tableau 36 - Intérêt pour les séries télévisées à Abidjan en 1995

Tableau 36 - Intérêt pour les séries télévisées à Abidjan en 1995

89Les disparités par âge se retrouvent dans les autres pays. À Ouagadougou en 1995 par exemple :

Tableau 37 - Intérêt pour les films à Ouagadougou en 1995

Tableau 37 - Intérêt pour les films à Ouagadougou en 1995

90Les différences d'âge et de sexe sont importantes pour les films américains, surtout dans la rubrique "Beaucoup intéressés". C'est aussi valable pour les films indiens qui intéressent 65,8 % des femmes (50,1 % beaucoup) contre 47,8 % des hommes (35,5 % beaucoup), et surtout les 15-24 ans. À Koudougou, troisième ville du pays, bien plus petite, l'intérêt des jeunes pour les films africains et américains (mais pas français) est même plus élevé, sans doute parce qu'il y a moins de possibilités au cinéma.

91Sans multiplier trop ces analyses qui se répètent nous donnons encore des exemples de ces inégalités dans les pratiques de la télévision à Dakar et à Saint Louis en 1995 pour le Sénégal et à Kinshasa en 1994, à Ouagadougou en 1995 (voir tableaux).

92Les médias accentuent une inégalité que d'autres facteurs, inhérents à la vie aussi bien naturelle que sociale provoquent. Les notions d'inégalité mais aussi de dépendance comme de progrès sont trop complexes pour se laisser enfermer dans des relations immuables. Les États et leurs dirigeants ont eu à faire des choix, même sans être toujours maîtres des enjeux. Ces choix ont souvent aggravé les disparités géographiques, au sein des États mais aussi entre les États, contribuant à développer ce qu'Axelle Kabou a appelé "un racisme des Africains entre eux", la pratique des médias est une illustration des inégalités, mais les médias rendent compte eux-mêmes des inégalités. L'évolution politique des États africains conditionnera l'aggravation ou la réduction des disparités ; mais celles-ci ne sont une source de frustration et d'antagonismes que si les situations sont figées. Or les effets pervers produits par les médias contribuent à faire changer les sociétés en les perturbant.

Tableau 38 - Pratique de la télévision à Dakar Pikine en novembre 1995. Base 962

Tableau 38 - Pratique de la télévision à Dakar Pikine en novembre 1995. Base 962

Tableau 39 - Équipement et pratique de la radio et de la télévision à Saint-Louis en 1995. Base 151

Tableau 39 - Équipement et pratique de la radio et de la télévision à Saint-Louis en 1995. Base 151

Tableau 40 - Pratique de la télévision à Ouagadougou en 1995

Tableau 40 - Pratique de la télévision à Ouagadougou en 1995

Tableau 41 - La lecture des journaux dans les capitales francophones

Tableau 41 - La lecture des journaux dans les capitales francophones

Tous chiffres exprimés en pourcentage

93Il résulte de ces inégalités qu'un fossé se creuse d'abord entre Etats, avec des disproportions comparables à celles qui se manifestent dans d'autres domaines ; par exemple, entre la Côte d'ivoire ou le Gabon très équipés et la Centrafrique, le Tchad ou l'Angola ; disproportions fluctuant avec les soubresauts politiques. La guerre civile a ruiné le Liberia ou la Sierra Leone qui avaient connu, longtemps, une avance. Au contraire le Ghana ou l'Ouganda ont connu récemment une remontée. Mais c'est surtout au sein des Etats que se creuse un fossé selon les informations reçues ou les divertissements suivis.

94Les sources d'informations diffèrent très sensiblement. Les ruraux et une bonne partie du public populaire reçoivent principalement les médias nationaux et même les médias publics, diffusant le point de vue du gouvernement en place. Ce n'est guère que dans les capitales qu'il existe un pluralisme de la presse écrite et de la radio. Les cadres et les plus instruits (parmi lesquels les tranches d'âge jeunes et actives, entre 20 et 30 ans ou 40 ans) bénéficient de plusieurs sources d'information et ont accès à plusieurs médias, notamment aux radios internationales.

95Une étude sur la consommation des médias effectuée en 1994 par le service de la Recherche de Radio Trance Internationale pourrait être testée auprès d'autres pays africains ; elle présentait six types de comportement de la population d'Abidjan : ceux que l'étude appelait les exclus (26 % de la population) étaient les plus faiblement exposés si ce n’est à la télévision (52 % la regardaient tous les jours ou presque) ; ces exclus se recrutaient dans le petit peuple, principalement des femmes et des moins de 30 ans ; les chineurs (11 % de la population, des hommes de milieux modestes) sont surtout des auditeurs de radio (plusieurs stations) et regardent la télévision ; les marginaux (18 %) sont des jeunes, auditeurs surtout mais téléspectateurs aussi. Les sélectifs (des hommes surtout) pratiquent surtout la radio ; ces quatre catégories utilisent principalement les médias de masse, radio et télévision. C'est dans les milieux aisés que se trouvent ceux qui utilisent l'écrit, les rêveurs (principalement des jeunes) auditeurs aussi de radios et les éclectiques, surtout des adultes des milieux aisés, lecteurs et auditeurs, regardant la télévision (moins longtemps) et utilisant la vidéo.

96D’autres études qualitatives des publics commencent à être menées à partir des enquêtes et sondages de la bbc. Les inégalités que reflète l’usage des médias se retrouvent dans les pays industriels mais n’y a pas une coupure aussi profonde entre une petite minorité, maîtrisant l’écrit, source de savoir mais aussi de pouvoir (notamment sur la radio et la télévision) et une grande majorité, tributaire principalement de la radio et aussi, dans les villes, de la télévision.

97Une évolution se produit lentement avec le progrès de l'alphabétisation et des lecteurs de journaux dans les grandes villes.

98Un des effets pervers — et non des moindres — des inégalités et des antagonismes à la fois entre Etats africains et au sein des États apparaît aussi dans la faiblesse des actions panafricaines dans le domaine des médias ; les dépendances qui sont partiellement (et partiellement seulement) un héritage de l'époque coloniale, s'y ajoutent. Qu'il s'agisse de la pana l'agence panafricaine, de l’urtna l'union des radios et télévisions, de rascom en matière de télécommunications, ou des écoles de journalistes qui s'étaient voulues communes à plusieurs États au moment de leur création à Dakar ou à Yaoundé, on peut parler de demi-faillites plus que de réussites. Evolution non fatale cependant puisqu'on commence à percevoir quelques rapprochements entre les médias des Afriques dites anglophones, francophones ou lusophones ; l'Union des Journalistes de l'Afrique Occidentale et les colloques organisés par l'Institut Panos, la rencontre de Windhoek en 1991 ont tissé des liens entre journalistes anglophones et francophones.

99Les disparités culturelles sont les plus importantes dans les pratiques des médias. Elles rejoignent souvent les autres formes d'inégalités, l'instruction étant plus répandue chez les hommes, chez les plus jeunes avec les progrès de la scolarisation (mais celle-ci est développée depuis plus longtemps dans certains pays anglophones), chez les plus riches, chez les cadres. Les différences souvent accentuées entre les jeunes et les autres classes d'âge sont un sujet de préoccupations dans de nombreux journaux ; Wal Fadjri du 4 février 1993 évoquait de la désillusion des jeunes au Sénégal "Nul ne sait d'où viendra l'étincelle qui peut mettre le feu à sa dynamique", et le Pays du 26 avril 1994, quotidien du Burkina Faso, parlait des mouvements étudiants au Bénin, Niger, Mali, Côte d'ivoire, Zaïre, Congo, Madagascar... "La vague des conférences nationales souveraines doit beaucoup plus à l'agitation estudiantine qu'au discours de la Baule". On constate une double inégalité ; une inégalité dans l'intensité de la pratique des médias et aussi dans les contenus écoutés, regardés ou lus.

100Le niveau d'instruction et la connaissance des langues internationales conditionnent la lecture de la plupart des journaux ainsi que le montre le tableau 41 pour des pays francophones. Pour la télévision, en raison de l'attrait de l'image, les disparités culturelles sont un peu moins sensibles ; même si un même téléviseur est regardé par beaucoup de personnes (la famille, des voisins, des parents), la pratique de la télévision reflète davantage les inégalités de fortune, plus encore la télévision à péage et la vidéo.

101Même la radio, dont l'usage est presque partout généralisé, reflète des disparités ; les populations rurales écoutent, de préférence, les émissions en langues africaines, parfois provenant d'un pays voisin. Ce sont surtout les émissions des radios internationales qui sont très inégalement reçues pour des raisons culturelles (la langue, bien que certaines de ces radios diffusent aussi en langues africaines, mais aussi les thèmes abordés, connaissance de l'étranger, sujets économiques ou scientifiques, s'adressant à un public instruit) ou économiques (postes à ondes courtes ou fm de bonne qualité, ayant toujours des piles à sa disposition). Les disparités dans la pratique des trois médias entre citadins et ruraux apparaissent bien dans le tableau.

102Chacun des trois grands médias présente une diversité de production, à laquelle correspondent souvent des publics différents ; ce qui réunit les plus vastes publics peut correspondre à des centres d'intérêt communs, comme les émissions ou les articles sur la santé ou ce qui concerne le football dans beaucoup de pays, mais c’est aussi parfois avec des interprétations divergentes ; ainsi le journal télévisé ou le quotidien (souvent gouvernemental) informent sur la situation du gouvernement aussi bien ses partisans que ses adversaires.

Notes

1 Nous avons déjà abordé ce problème dans Les technologies de l'information facteur d'inégalité en Afrique sub-saharienne, Tiers Monde n°138 avril-juin 1994, p. 391-409.

2 Industrial Statistical Yearbook, ONU.

3 Bulletin de l'Afrique Noire, 7 février 1997.

4 South Africa Yearbook 1996.

5 Dépêches Reuter.

6 HCP1 Etude sur les moyens d’information en Côte d'ivoire juin 1995.

7 Documents UIT. Cf. aussi Essai d'analyse des causes de la faiblesse de la télédensité et de la productivité du secteur africain des télécommunications, UIT 19-21 mars 1996. Internet Observatoire des Télécommunications.

8 L'ordinateur africain, 1989 à 1993.

9 Documentation BBC World Service pour l'Afrique anglophone.

10 Koumba E. T. Presse écrite et engagement politique au Gabon, Thèse de doctorat de l'Université de Bordeaux III, 1997.

11 HCPI Media Burkina Faso, Urbain 1995, les pourcentages concernant les pays de l’Afrique francophone viennent des études et sondages dont la liste figure dans les sources.

12 Cf. les tableaux p

13 R. I. E. A. L. Media Study, Kenya

14 Les médias ivoiriens sont plus nettement prioritaires à Bouaké, même pour les cadres et les étudiants.

15 cf. p.

Table des illustrations

Titre Tableau 18 - Équipement et pratique de la radio et de la télévision à N'Djamena (Tchad) en septembre 1994. Base 800
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Tableau 19 - Équipement en radio-télévision à Abidjan
Légende Sondage hpci , 1995.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau 20 - Audience de la radio et de la télévision à Abidjan en 1995. Base 1110
Légende Sources : sondage Hilmer Peter, juin 1995.X réguliers : au moins une fois par semaine.XX échantillon non représentatif portant sur 22 personnes seulement.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Tableau 21 - Équipement et pratique de la radio et de la télévision à Nouakchott (Mauritanie) en décembre 1993. Base 798
Légende * tous les jours.** en français, en anglais ou en arabe.1) RFI n'est écouté en arabe que par 19,6 % (4,2 % tous les jours ou presque). L'ensemble des auditeurs de RFI (en français, en anglais ou en arabe) est de 51 % tous les jours ou presque.2) BBC en français, anglais ou en arabe est écouté par 69,7 % (30,4 % tous les jours ou presque).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 24 - La pratique des médias au Mozambique en juillet 1995 (pourcentage)
Légende * sans la capitale de la province.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Tableau 25 - La pratique de la radio et de la télévision au Kenya, juin et décembre 1995
Légende * Écoute la radio nationale ou locale.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 26 - Audience des télévisions étrangères au Kenya en 1995
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 27 - Lecture de la presse : Nigeria 1993
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 28 - Audience de la bbc au Nigeria en 1993
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau 29 - Lecture de la presse étrangère à Abidjan en 1995
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau 30 - Les sources principales pour l'information et l'analyse politique nationales en Côte d'ivoire en juin 1995
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Tableau 31 - La lecture à Abidjan en 1995
Légende * Etude HPCI, base 1110.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Tableau 32 - La principale source d'information scientifique et technique à Abidjan en juin 1995. Base 1110
Légende Source : HPCI.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 33 - La première source d'information sur la santé à Abidjan en juin 1995
Légende Source : HCPI.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 34 - Préférences musicales à la radio au Kenya en 1995
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Tableau 35 - Intérêt pour les variétés musicales
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Tableau 36 - Intérêt pour les séries télévisées à Abidjan en 1995
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Tableau 37 - Intérêt pour les films à Ouagadougou en 1995
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau 38 - Pratique de la télévision à Dakar Pikine en novembre 1995. Base 962
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Tableau 39 - Équipement et pratique de la radio et de la télévision à Saint-Louis en 1995. Base 151
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Tableau 40 - Pratique de la télévision à Ouagadougou en 1995
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 41 - La lecture des journaux dans les capitales francophones
Légende Tous chiffres exprimés en pourcentage
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14477/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search