Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Les effets pervers

3. L'aggravation des antagonismes

Texte intégral

1Le rôle joué par la rtlm (Radio Télévision Libre des Mille Collines) dans le génocide au Rwanda a illustré dramatiquement la responsabilité de certains médias dans l'aggravation des antagonismes, des journaux comme Kangura avaient dès 1990 excité à la haine raciale contre les Tutsi.

2Sans avoir les mêmes effets désastreux, il résulte de l'action des médias une amplification de tendances déjà existantes, les antagonismes ethniques et les antagonismes politiques, tandis qu'ils sont eux-mêmes victimes des violences que parfois ils contribuent à déclencher.

I. les antagonismes ethniques

3Que la multiplication des médias entraîne une recrudescence des antagonismes ethniques ne signifie pas que les sentiments d'appartenance ethnique ne soutiennent pas une solidarité fondamentale en Afrique. Il est vain de vouloir occulter cette réalité qui montre des aspects positifs et des aspects négatifs présentés parfois par les médias. Cameroon Tribune du 22 novembre 1996 consacre sa deuxième page à un article : "Ethnicité et népotisme" pour appuyer un livre de Olegue Balogan "La société tribale est-elle un atout pour l'Afrique ?", donnant une réponse affirmative, et le journaliste Mve Mintsa ajoute : "nul n'ignore le rôle de mobilisation joué au sein de la tribu au Cameroun, en cette période de crise, la vie serait impossible s'il n'existait pas dans nos sociétés des solidarités de proximité." Les médias présentent plusieurs attitudes face aux problèmes ethniques, la critique parfois violente de certaines ethnies, la dénonciation du favoritisme ethnique ou les accusations d'exploiter les différenciations ethniques.

  • 1 Renaud de la Brosse (sous la dir. de), Les médias de la haine, Reporters sans frontières, Paris, e (...)

4La situation au Rwanda a été l'objet de si nombreuses études qu'il n'y a pas lieu de trop y revenir. L'hostilité entre les Hutu et les Tutsi qui les dominèrent longtemps, domination renforcée par la colonisation belge, avait déjà provoqué des massacres (notamment au début des années soixante) ; à l’époque, les médias étaient peu développés. L'ouverture démocratique depuis 1990 amenant un foisonnement de journaux, puis la reconnaissance de plusieurs partis en 1991, mais aussi le manque de terres dans un pays surpeuplé, ont aiguisé les antagonismes au Rwanda dans la nouvelle presse écrite, c'est surtout Kangura qui menait des attaques contre les Tutsi. La libéralisation de la vie politique et de la presse au Burundi en 1992 a eu les mêmes conséquences, de façon inverse avec une presse surtout favorable aux Tutsi comme Le Citoyen ou Panafrika, tandis que le Frodebu qui amena l'élection en juillet 1993 du président Melchior Ndadaye (assassiné le 21 octobre) avait dès 1991 lancé Kanura Burakaye un bimensuel favorable aux Hutu1.

  • 2 Grignon Fr., op. cit.

5Au Kenya les médias gouvernementaux et le président Moi accusent depuis longtemps les leaders de l'opposition d'être des tribalistes menaçant l'unité du pays. L'un des principaux opposants Kenneth Matiba, riche chef d'entreprises (hôtels et brasseries) à la tête de Ford-Asili, dénonça, de son côté, les discriminations subies par les Kikuyu ; Nairobi Law Monthly d'avril-mai 1990 se plaint de "nominations d'individus médiocres à base tribale". L'autre parti d'opposition Ford-Kenya s'assimile à l'identité luo2.

6Les médias, la presse écrite surtout, ont aussi aggravé au Niger l'antagonisme entre Haoussas et Zarmas dont la domination politique remontait à l'époque coloniale. L'élection du premier président élu démocratiquement le 4 avril 1993 Mahamane Ousmane correspond à l'avènement d'un premier Haoussa au Niger. Tribune du Peuple, organe Zanna, reproche au nouveau gouvernement de favoriser les Haoussas : son directeur devait être condamné pour propagande ethnique. Il était aussi très hostile aux Touaregs. Plusieurs journaux nigériens s'accusent mutuellement. L'accusation d'ethnocentrisme ou de provoquer des conflits ethniques est utilisée par plusieurs gouvernements contre la presse d'opposition. La tension entre Mauritanie et Sénégal fut aussi envenimée par des médias en 1989. Encore en 1993, Al Bayane, un journal mauritanien, le 5 novembre incrimine "une certaine presse" du Sénégal, tout en reconnaissant que Sud Hebdo et le Soleil s'étaient indignés des pillages des boutiquiers maures à Dakar.

7La Vérité un bimensuel togolais favorable à Eyadema en juin 1992 titre en première page : "La démocratie togolaise : le réveil du démon de la haine tribale" s'en prenant aux discours de La Baule et à la conférence nationale, rendus responsables des affrontements inter-ethniques ; dans l'éditorial à propos de massacres à Sotouboua (24 morts), parlant des "démoncrates", on peut lire : "Aux paysans on a expliqué que plus vous chassez du Kabyé et du nordiste mieux vous serez dignes de la démocratie".

8Un autre hebdomadaire, La Tribune démocrate du 4-10 août 1992 consacrait toute une page "Halte au tribalisme, vivent les Tribus", s'appuyant au contraire sur la conférence nationale togolaise qui a exposé "le caractère tribal et antinational de l'armée, la domination de tous les secteurs de la vie nationale par une tribu... l'attribution de toutes les faveurs de l'État à une tribu au détriment de toutes les autres".

9Fraternité Matin du 22 novembre 1993 réservait deux pages aux élections présidentielles de Guinée sous le titre "Démocratie sur fond d'ethnocentrisme" montrant que "les propos de cinq leaders politiques suffisent pour attester que la coloration ethnique est une triste réalité."

10Des ethnies se plaignent d'être sacrifiées, ainsi au Cameroun, dans le Combattant du 7 octobre 1991 un groupe d'universitaires Bamilékés dans une lettre au Président de la République se plaint des préjugés contre "l'ethnie bamiléké", écrivant "aujourd'hui plus qu'hier, notre pays est un cadre problématique au sein duquel les ethnies s'épient, se suspectent, se provoquent", parlant de "trente ans d'oppression systématique contre les Bamilékés". Le Républicain du 27 février 1992, hebdomadaire du Niger interviewe le chef de la rébellion touareg. Rissa Boula, dénonçant l'oppression des Touaregs aussi bien sous la colonisation qu'après l'indépendance, parlant de "la planification du génocide du peuple Touareg".

11Beaucoup de journaux opposants de la nouvelle presse accusent les pouvoirs en place d'attiser les tensions ethniques. Dans le Combattant du 7 octobre 1991, Célestin Monga parle "des proportions que prennent aujourd'hui les tensions ethniques dans notre pays", accusant Biya "d'exacerber la conscience tribale", et met en garde l’opposition de ne pas s’en prendre aux Bétis, parce qu'ils sont l'ethnie du Président. Toujours au Cameroun le Messager du 6 février 1992 rend compte des luttes meurtrières à Kousseri entre Kotokos et Arabes Choas, dont les antagonismes se sont avivés avec la démocratie — précise le journal — "Avec la bénédiction (ou la complicité) des pouvoirs publics la vieille querelle inter-ethnique va se raviver", les étrangers (Tchadiens, Nigériens) auraient reçu des cartes électorales au moment des élections, pour faire échec aux opposants prépondérants dans la province du Nord. Le journal rappelle qu'en juillet 1991, à Meiganga, des affrontements entre Bayas et Foulbes avaient fait une centaine de morts, les Foulbes éleveurs et commerçants voulant appliquer l'opération "Villes mortes" recommandée par l'opposition, alors que les Bayas agriculteurs étaient hostiles. Le journal accusait les autorités locales et les militants du parti au pouvoir "d’attiser la rivalité traditionnelle". Le journal du 27 février publie tout un Dossier Kousseri, parlant de 200 morts, faisant l'historique des rivalités ethniques du grand nord Cameroun.

12La Voie du 20 avril 1993 dans un article sur le voyage de son leader Laurent Gbagbo dans le Nord de la Côte d'ivoire titrait "Partager le drame du paysan Senoufo" parlant des conflits entre Peulhs et Senoufos, accusant le parti au pouvoir d'entretenir "le climat de haine entre ces deux communautés". Le Nouvel Horizon du 19 novembre 1990 titrait à la une : "Côte d'ivoire, les militaires et le tribalisme menacent la démocratie", mettant en cause "les dignitaires Baoulé du pdci", selon un agriculteur de Yamoussoukro contestant que les Bétés cherchent à se venger de leur extermination à Gagnoa en 1971 ; le même article considère "qu'Houphouët-Boigny a utilisé — et utilise encore — le tribalisme comme arme de division". Au moment de l'élection présidentielle en octobre 1995 en Côte d'ivoire, le conflit entre Baoulés et Bétés fit plus de 20 morts et 18 000 Baoulés avaient fui leurs fermes dans l'Ouest. La Tempête des Tropiques du 3 septembre 1993 reproche aux dirigeants du Zaïre d'avoir "réveillé le feu des haines tribales qui couvaient sous la cendre entre différentes ethnies résidant au Katanga". Le Courrier du Golfe du 14 octobre 1991 au Togo accuse Eyadema de composer son armée principalement de Kabyes, au cours des mois de mars et avril 1991 des militaires Kabyes avaient massacré des Ewés du sud. La Parole du 3 avril avait déjà dénoncé "les militaires et les dignitaires Kabyes du régime tyrannique en place".

13Sans avoir l'intensité des pays cités jusqu'à présent, des problèmes ethniques avivés par les médias se sont posés au Gabon, qu'il s'agisse des expulsions en 1994 d'étrangers désignés comme "clandestins”, qu'il s'agisse de la relation étroite du Morena avec l'ethnie Fang.

14Partisans du gouvernement et opposants s'accusent fréquemment et réciproquement de préoccupations ethniques. Le Progressiste du 19 novembre 1991 au Gabon écrivait : "Les Gabonais ont constaté avec indignation que certains Ministères sont réservés à une province, dans la province ils sont réservés à une ethnie, dans l'ethnie ils sont réservés à un clan...". Le billet de Makaya dans l'Union du 11-12 décembre 1993 critique le premier ministre Oyé Mba "avec une brochette de conseillers de la même ethnie".

15Inversement le prétexte de s'opposer au tribalisme et l'accusation de provoquer l'antagonisme ethnique sont invoqués par plusieurs gouvernements contre la presse d'opposition. Le Sunday Nation du 28 avril 1996 de Nairobi rapporte des propos du ministre de l'Information et de la Radiodiffusion Johnstone Makau estimant que "le tribalisme a pris racine au Kenya depuis l'avènement du multipartisme", mais le journal considère que le Kenya n'est revenu au pluralisme politique qu'en 1992 et que la raison alléguée par la kanu pour s'y opposer était que "Kenyans were not cohesive, meaning they were stili tribes, not a single unified entity". Il estime que la plupart des leaders politiques ont pratiqué le tribalisme depuis l'indépendance, bien avant que ne commence l'agitation en faveur du multipartisme.

16Sans attiser les antagonismes ethniques, plusieurs journaux en rendent compte. Ivoir'soir du 18/12/91 parle d’un village appelé Kodjinan par les Agni et Pascalkro par les Baoulés, rappelant un match de foot opposant l'équipe des Agni à celle des Baoulés : "terminé par des bagarres", précise qu'une route coupe d'un côté la "ville moderne" le fief des Agni, de l'autre le "village traditionnel, la chasse gardée des Baoulés", rapportant les propos d'un Agni "Nous considérons la zone Agni comme étant le Nord du fait de notre niveau de développement et la zone des Baoulés le Sud, c'est-à-dire les pays du Tiers Monde".

17Le Lynx, hebdomadaire satirique guinéen publia le 22 novembre 1993 un article intitulé "Du racisme sous tous les cieux" rendant compte d'une altercation entre Guinéens et Libanais, un Libanais déclarant "un chien vaut mieux qu'un Guinéen", ce qui entraîna "la chasse à la communauté libanaise".

18The People du 24 avril 1996 un hebdomadaire de Kampala, parle de tracts anonymes contre trois tribus Iteso, Acholi et Langi à Mbale, annonçant que la communauté Gisu est prête à une éviction sanglante, sous le titre "Foreigners threatened in Mbale", les trois seraient favorables au multipartisme.

19Plusieurs journaux ont mené campagne contre les étrangers, appuyant leur expulsion dans de nombreux pays où ils avaient été attirés pourtant pour des durs travaux, Sénégalais en Zambie, d'autres populations au Gabon, au Ghana, etc. La Relance, hebdomadaire du parti de Bongo au Gabon 21 novembre 1991 titre un article : "Dossier de l'immigration. Le seuil de tolérance est-il dépassé ?" parlant de l'entrée massive des sans papiers "... qui se rendent à tout point de vue responsables d'actes odieux : vols, viols, assassinats sur commande, agressions...", citant les Equato guinéens dont les 9/10e sont sans papiers, peuplant "des quartiers entiers de la capitale où ils font la loi", les Camerounais, les Congolais, les Zaïrois, des Ouest-africains. Un autre article du même numéro associe les Equato-guinéens à la montée du banditisme "volant ainsi la vedette aux Camerounais, Nigérians, Zaïrois et autres jadis considérés comme étant des gangsters de premier ordre".

20Mais le journal opposant La Clé du 28/11-4/12/1991 écrit aussi : "De nos jours l'immigration a pris dans notre pays des proportions inquiétantes au point que la sécurité publique est déjà sérieusement compromise", parlant des "immigrés clandestins, sans emploi, qui se transforment en bandits de grands chemins". Ce journal écrit toutefois que "le vandalisme n'est pas le seul fait des immigrés".

21Ces mesures prises à l'encontre des travailleurs étrangers posent le problème de la xénophobie, liée à la crise économique. C'est sensible dès 1991 en Côte d'Ivoire. Téré, l'hebdomadaire du Parti ivoirien des travailleurs s'en défend tout en indiquant que les étrangers sont "impliqués à plus de 80 % dans le banditisme" (21 octobre 1991), et faisant état de l'assassinat d'un étudiant d'Abidjan par deux Béninois.

22Le nouveau code électoral de 1995 en Côte d'ivoire supprimant le droit de vote des étrangers a été une occasion de débat, dans un pays où le nombre d'étrangers est très élevé. Soir Info, quotidien, le 28 juin 1995 interviewe Georges Taï Benson, conseiller du directeur général de la rti ; selon celui-ci à Abidjan "les étrangers créent expressément les situations de monopole pour barrer la route aux commerçants ivoiriens". La nationalité ivoirienne fut contestée à l'ancien premier ministre Ouattara ou à Djeny Kobina longtemps directeur d'un ministère pour les éliminer des élections.

23Au moment de la campagne électorale en octobre 1995, le représentant du Parti national ivoirien s'en prit à la télévision, aux étrangers, notamment aux Ghanéens, accusés d'être souvent des délinquants et de prendre le travail des Ivoiriens. L'olpd (Observatoire de la Liberté de la Presse) présidé par le rédacteur en chef de Fraternité-Matin mais comprenant des opposants, avait regretté ces propos "jugés incitateurs à la violence, à la xénophobie et au tribalisme". Au Gabon aussi le Code électoral — selon La Griffe du 28 septembre 1990 — "encourage mine de rien... le tribalisme".

24Les exodes de réfugiés provoquent aussi des antagonismes qui prennent un aspect ethnique. La guerre civile au Liberia déborde sur la frontière ivoiro-libérienne, Le Jour du 30 juillet 1995 reproduisait un commentaire de l’afp sur les heurts en Côte d'ivoire avec les réfugiés libériens avec le titre "Peur et ressentiment chez les populations". Au Cameroun Dikalo du 25 janvier 1993 constate : "le caractère entreprenant, d'autres disent "envahissant” des commerçants nigérians, a provoqué ces derniers temps plusieurs heurts avec les nationaux".

25La Gazette du Golfe du 20 juillet 1993 au Bénin rendait compte d'un colloque à Enugu (Nigeria) sur "Régionalisme, conflits ethniques et démocratie en Afrique" "l'une des plaies de l'Afrique d'aujourd'hui — écrit le journaliste — est incontestablement le problème des conflits ethniques et régionaux". Antagonismes ethniques et antagonismes politiques sont souvent étroitement liés sans que l’on puise dire lequel entraîne l’autre. Les 10-12 mai 1990, une chasse aux Ngandis considérés comme des indicateurs des services de sécurité, par les étudiants du Kasaï, du Kivu et du Shaba entraîna, en représailles, une violente répression d’étudiants par l'armée à Lubumbashi, les journaux de Kinshasa n'en parlèrent qu'avec retard, Umoja le 23 mai.

II. les antagonismes politiques

26La liberté d'expression découverte dans de nombreux pays de l'Afrique francophone à l'aube des années quatre-vingt-dix avait d'abord donné une presse de dénonciation de tout ce que taisait auparavant la langue de bois des médias officiels. La multiplication des journaux entraîna une surenchère, tandis que la violence des polémiques, avivée par les luttes électorales, rendait les médias eux-mêmes victimes de cette violence.

1. L'opposition systématique

27Dès 1990 la nouvelle presse ivoirienne s'attaque à Houphouët-Boigny ; le refus du chef d'État de sanctionner les militaires qui avaient malmené des étudiants en mai 1991 sur le campus, centre de la contestation, accroît la violence des articles ; "Nous avons décidé de nous dresser pour sauver la Côte d'ivoire. Tous les jours de la semaine seront occupés par des manifestations de rue" écrit Laurent Gbagbo dans La Voie du 17 février 1992 ; la marche de protestation du 18 février tourna à l'émeute.

28Nyawo Tribune libre pour la démocratie, un mensuel togolais, à la suite d'un attentat contre Tavio Amorin, un opposant, écrit en juillet 1992 en première page : "Quelle autre issue que la grève générale pour chasser tout de suite le gunt d'Eyadema Koffigoh ?" et republie un tract diffusé un an plus tôt au moment de l'ouverture de la Conférence Nationale, en mettant en gros caractères : "le seul résultat qui puisse valablement sortir... ne peut être que le départ inconditionnel et immédiat de Wetekle-Eyadema", "si par des manœuvres le peuple Togolais venait à être floué, il lui reviendra alors de reprendre ses droits, de descendre dans la rue...".

29Au Cameroun, Biya et son gouvernement sont critiqués tous les jours, multipliant en retour les actions contre la presse. Par exemple La Nouvelle expression du 30 juin 1992 titre en première page "Encore un scandale politico-financier — le ministre René Owona cerveau du gang".

30La presse du Morena le principal mouvement d'opposition au Gabon La Clé, le Scorpion attaquent dans chaque numéro le président Bongo et sa famille. L'effort du 15-20 novembre 1991 intitule un article "Bongo roi de l’intox" après une émission télévisée. Cette opposition systématique entraîne une surenchère, la dramatisation apparaissant comme un moyen d'attirer le lecteur (mais il y a beaucoup de lecteurs pour un seul acheteur).

31Tam Tam Express du 19 avril 1993 titre en rouge en première page : "Nicéphore Soglo - Bruno Amoussou. La guerre", au Bénin. La Nouvelle expression du 26 mai 1992 titre en première page "Que va faire Biya en Europe ?", encadré par deux phrases, au-dessus "Au lendemain des révélations accablantes", au-dessous "Les rats quittent le navire", et un autre article toujours en première page, commence : "Il ne serait pas superflu de penser que le navire Cameroun est en train de couler..." tandis qu'un article intérieur s'intitule "Accusé de haute trahison le chef de l'exécutif peut être traduit en justice..." ; un article du même journal le 28 février 1991 avait titré en première page : "L'armée se rue sur les musulmans, Yaoundé à feu et à sang". La Messagère du 17 mars 1993 titre au Cameroun "Après le 5 avril la guerre ? ".

32Wal Fadjri - L'Aurore au Sénégal, titre au moment des grèves, dans un numéro du 29 octobre 1992 en première page, en gros caractères : "L'épreuve de force. Paralysie du secteur public — arrestation de syndicalistes menacés de licenciements". Le Courrier du Golfe le 9 août 1992, après l'assassinat du leader d'opposition Tavio Amorin, écrit "Sans la force des armées, Eyadema continuera de nous dicter la barbarie... notre seul salut demeure dans le crépitement des armes". Le Soft des Finances le 8 août 1991 accusait l'opposition à Mobutu d'être un "fourretout fait de vieux fossiles politiques et de frustrés".

33Il en résulte une intolérance réciproque constatée parfois par les journaux eux-mêmes. Le Forum des As à Kinshasa le 22 avril 1992 écrit : "L'intolérance s'installe. Pour cette presse-là tout ce qui ne vient pas de sa tendance politique est mauvais, quelle que soit la pertinence", visant aussi bien les journaux opposants que ceux du pouvoir.

  • 3 Ne tirez pas sur les médias : éthique et déontologie de l'information en Afrique de l'Ouest, Instit (...)

34Même si les gouvernements (anciens ou nouveaux) réagissent peu à peu, surtout à partir de 1992, avec de nouvelles lois reconnaissant la liberté de la presse mais en lui assignant des limites et en réprimant les violations éthiques, le dénigrement, la diffamation, l'insulte, le non respect de la vie privée, les fausses nouvelles, les incitations à la violence continuent à figurer dans beaucoup de journaux. Le séminaire organisé à Accra en février 1996 par l'Institut Panos et l'Union des journalistes du Ghana a donné lieu à une publication, "Ne tirez pas sur les médias : éthique et déontologie de l'information en Afrique de l'Ouest" qui en donne de nombreux exemples. Médias privés aussi bien que médias publics en sont affectés, et pas seulement en Afrique de l'Ouest3.

  • 4 Sur la presse du Cameroun cf. Nga Ndongo Valentin, Les médias au Cameroun : mythes et délires d'un (...)

35Au Gabon où la presse est très liée aux partis politiques, les journaux polémiquent durement, dès octobre 1990, tels La Relance, hebdomadaire du parti au pouvoir, et La Clé, un des premiers journaux opposants. Gabon libre du 27 février 1992 titre "Appel à la lutte contre le recul de la démocratie". La Clé du 23-29 mars 1992 titre "Maintenir les pressions sur le pouvoir". La presse gouvernementale n'est pas en reste ; La Relance, le 16 juillet 1992 titrait un article "Terrorisme : des armes dans les milieux du rnb à Oyem", incriminant la famille Mintsa et le Centre culturel d'Oyem, sans aucune preuve, ce qui valut au directeur de la publication une amende. Au Cameroun le principal journal d'opposition Le Messager recherche l'affrontement avec le pouvoir "Opération 'villes mortes' le gouvernement dans la logique de guerre" titre-t-il dans un numéro 229 en 1991 et "Biya installe l'armée au pouvoir", dans le numéro suivant. Inversement, le Patriote favorable au président Biya titre le 10 avril 1991 "Opposition camerounaise : la démocratie du sang" en première page et le 26 "L'opposition promet des actes de violence", les polémiques se poursuivent pendant des années. Cameroon Tribune titrait le 31 mars 1993 "Le Cameroun à feu et à sang", accusant "l'opposition radicale n'entend pas voir le Cameroun évoluer pacifiquement"4.

  • 5 Grignon Fr., op. cit.

36La presse d'opposition qui s'est développée au Kenya surtout à partir de 1992 jusqu'en 1994, présente une critique que François Grignon qualifie d'"incontrôlée, corrosive et libératrice". The People, l'hebdomadaire financé par Kenneth Matiba et Finance dénoncent la corruption de l'administration, le mauvais fonctionnement des services, vantant, par contraste, la direction antérieure de Jomo Kenyatta. La presse de certaines Eglises kenyanes, Target, Jitegemea dénoncent avec autant de virulence le régime Moi et son parti la kanu, s'en prenant aux responsables d'Eglises "supporters irascibles de la kanu bien que ce soit un parti de criminels" écrit en juin 1993 Jitegemea5.

2. La violence des polémiques

37Dans un des pays d'Afrique les plus stables, la Côte d'ivoire, des affrontements violents ont été non pas suscités mais amplifiés par les journaux de camps opposés jusqu'à donner des manifestations tournant à l'émeute ; ce fut la journée du 18 février 1992 qui entraîna l'arrestation des leaders de l'opposition et stoppa le mouvement de libéralisation. Son souvenir fut largement exploité dans les deux sens. Le Patriote du 16-22 février 1993, journal gouvernemental lui consacre toute une page et un article "Véritables déclarations de guerre". Un journal proche du pit Teré-Express dans un numéro du 18 février 1993 à propos du 18 février 1992 écrit : "Lancés contre l'opposition, nos soldats ont opéré les pires besognes du cynisme politique". La presse gouvernementale de son côté diabolise l'opposition ; Fraternité Matin, qui avait fait preuve de libéralisme entre 1990 et 1992, redevient le porte-parole des éléments les plus durs du pdci. Les journaux gouvernementaux ne se privent pas de rappeler les liens des opposants aux anciens dirigeants. Ivoir'soir titre un article le 26 août 1993 "Quelle opposition !" "Ils ont réussi l'exploit de faire alliance avec ceux qu'ils dénoncent... N'est-ce pas les déçus de la politique et des politiciens d'hier avec lesquels ils ont flirté ? Que peut enseigner Ange Patassé ancien premier ministre de Bokassa aux Centrafricains ? " Le Jour, le 20 décembre 1994, titre en première page "Intoxication, manipulation ou désinformation ? Des documents mettent en cause le cni, le fpi et le rdr..." et en rouge "Le complot à trois têtes". Le même type d'accusation se retrouve, mais inversé, dans la presse d'opposition. L'Œil du Peuple le 27 mars 1995 titre "Elections générales, Ivoiriennes, Ivoiriens, le pdci prépare la fraude" en page une.

38La presse anglophone connaît les mêmes déchaînements, habituée depuis plus longtemps à la polémique, plus virulente peut-être à l'encontre des personnes. Ainsi au Ghana une violente campagne de presse est menée contre le vice-président Arkaah en conflit avec le président en 1994-1995. Ghanian Times, journal d'État, titre le 20 octobre 1994 "Le piteux état du vice-président Arkaah", l'accusant "d'ineptie mentale et d'avoir besoin d'un traitement psychiatrique". Free Press avait titré le 19 août 1994 "Arkaah viole une fille de terminale" ce qui avait valu au journal d'être sanctionné par la Commission Nationale des Médias.

  • 6 Reuter's Nigeria Review, 1er février 1997.

39Malgré la violence de la répression et les nombreuses suspensions, plusieurs journaux du Nigeria ne renoncent pas à mener une opposition systématique contre le général Abacha, comme ils l'avaient fait précédemment contre le général Babingida. le quotidien The Punch n'hésita pas en 1995 — et c’est tout à son honneur — à déclarer Homme de l'année Saro-Wiwa l'écrivain et leader Agoni qu'Abacha a fait pendre6.

40Les polémiques de presse s'envenimèrent avec la parution, à côté des anciens journaux gouvernementaux quelque peu désemparés au moment de la floraison de la nouvelle presse en 1990, de nouveaux journaux acquis aux pouvoirs en place. Akpani-Libéré du 1-15 juin 1992 consacre un long article au journal Le Patriote (en Côte d'ivoire) favorable à Houphouët-Boigny, écrivant qu'il apparut "lorsque... la guerre médiatique faisait rage... Alors naquit Patriote... pour répondre aux attaques de l'opposition jugées outrancières, par des contre-attaques non moins outrancières". Fraternité Matin du 13 février 1997 écrit au sujet de l'agitation universitaire soutenue par des partis d'opposition : "A lire les unes de certains confrères, on croirait que la Côte d'ivoire est au bord de l'embrasement". Au Gabon — car on trouve le même nom dans des journaux de pays différents — Le Patriote titre le 15 mai 1991 "Lettre ouverte au Messager, vous êtes assassins de la liberté". La presse opposante a une attitude analogue mais inversée ; La Parole du 3 avril 1991 hebdomadaire opposant du Togo s'en prend à la presse et radio télévision d'État voulant donner des leçons de liberté de presse aux véritables journalistes du renouveau démocratique", les qualifiant de "brebis galeuses foncièrement rétrogrades". L'Essentiel du 17 décembre 1994 titre à la une : "Fraternité Matin ment : ado n'a jamais renoncé à la nationalité ivoirienne". L'antagonisme des journaux débouche même sur des procès comme celui intenté par le directeur de l'Union, quotidien du Gabon au journal Le Bûcheron pour un article du 9 décembre 1992 "L'assassinat de Fantomas" surnom d'un petit délinquant qui aurait été utilisé par le parti au pouvoir comme agent provocateur, et dénoncé par l'Union comme délinquant.

41Les procès non seulement de la part des gouvernements mais aussi intentés par des personnes privées pour diffamation se sont d'autant plus multipliés que la nouvelle presse, manquant souvent de professionnalisme, affirmait sans preuve des faits parfois exacts mais invérifiables. Les amendes et les sanctions financières devinrent presque aussi néfastes et fatales à beaucoup de journaux que des mesures politiques de suspension ou d'interdiction.

III. menaces et violences contre les médias

42Il résulte de ces antagonismes, que les médias et les journalistes sont fréquemment l'objet aussi de violences physiques, ce n'est pas nouveau dans l'Afrique anglophone habituée depuis plus longtemps à un pluralisme de la presse et à une relative liberté d'expression tempérée par des arrestations (par exemple Gitobu Imanyara, le fondateur du Nairobi Law Monthly en 1987 au Kenya ou Pius Njawé du Messager au Cameroun et parfois même des assassinats : en 1986, le rédacteur en chef de Newswatch, Dele Giwa fut tué par un colis piégé au Nigéria ; plus récemment le 18 janvier 1995, ce fut le cas pour Ricardo de Melo qui avait lancé Imparcial Fax à Luanda).

43La Griffe plus du 3 mai 1996 recense les agressions au Gabon, en février 1994 Radio Liberté, du rnb principal parti de l'opposition a été détruite par un commando ; le 13 janvier 1995 un reporter photographe du Bûcheron, hebdomadaire du même parti est agressé par trois agents de la garde présidentielle alors qu'il couvre un meeting du pdg le parti au pouvoir ; sa caméra est confisquée. En février c'est une journaliste stagiaire de l'Union, le quotidien pro-gouvernemental qui est brutalisée ainsi qu'en mars un reporter du même journal, assistant à une conférence de presse de l'opposition.

44Dans les manifestations de masse, les bâtiments des médias sont souvent menacés, au Mali, l'imprimerie du groupe Jamana a été détruite par des étudiants révoltés ; à Kinshasa aussi l'imprimerie de plusieurs journaux opposants fut saccagée au cours de troubles ; à Lomé, l'imprimerie de la Tribune des Démocrates fut endommagée par une bombe le 26 mai 1993. Au Kenya les périodiques indépendants Society et Finance virent leurs installations anéanties en 1995. En mars 1997, Radio Anfani une radio privée du Niger est mise à sac. Au Rwanda où de nombreux journalistes ont été tués dans la tragédie de 1994, l'imprimerie de Dialogue, un périodique de haute tenue, a été saccagée. Parfois ce sont les dossiers et les équipements qui sont enlevés, ainsi le 21 février 1994 au siège du journal zaïrois L'Analyste par des éléments de la garde civile qui coupent aussi le téléphone. Les locaux du groupe de presse Concord à Ikéja (Lagos) sont pillés en juin 1994. Les locaux de l'hebdomadaire opposant Le Calarne sont saccagés en Mauritanie le 5 novembre 1994 et son éditeur blessé par des membres d'une tribu dont le député avait été dénoncé dans le journal.

45Les pressions sur les journalistes ne viennent pas seulement des pouvoirs en place ou de l'armée, mais parfois des autorités religieuses, de confréries islamiques au Sénégal par exemple, ou de corporatisme professionnel. En Gambie, un journaliste de The Observer est battu alors qu'il s'informe sur d'anciens ministres internés dans un camp militaire.

46Les vendeurs de journaux dans les rues ne sont pas à l'abri, "traqués, enlevés, torturés, pillés, ruinés et peut-être tués par les sbires à la solde du totalitarisme mobutien" écrit la Tempête des Tropiques du 31 mars 1993.

47Le directeur du Soft de Kinshasa s'interroge dans son journal le 16 octobre 1995 "La presse n'est-elle pas le reflet de la société ? L'exercice du journalisme au Zaïre relève du péril quotidien".

  • 7 Reporters sans frontières, créé d'abord à Montpellier est maintenant établi à Paris 5 rue Geoffroy (...)

48La lettre ou le rapport annuel de Reporters sans Frontières, ou Index on Censorship recensent périodiquement toutes les atteintes à la liberté de la presse et les violences contre les journalistes7. Si les journalistes et les médias opposants sont les plus atteints, ils ne sont cependant pas les seuls.

49Les violences faites aux journalistes sont multiples ; elles peuvent se limiter à quelques heures d'interrogations : dix heures pour le rédacteur en chef et l'imprimeur de The Express, un bihebdomadaire de Tanzanie en mars 1994 pour un article intitulé "La Tanzanie est-elle une énorme poubelle ?", avant d'être relâchés sous caution. Des menaces de mort font s'exiler des journalistes qui avaient déjà été emprisonnés comme Moudassirou Katakpaou Touré, directeur de la Lettre de Tchaoudjo au Togo en février 1994. Le directeur d’Umoja quotidien zaïrois, Léon Mukanda, à la suite d'articles contre le "système Mobutu", est menacé, échappe à plusieurs enlèvements et vit dans une semi-clandestinité en 1994. Le 14 mars 1994 des étudiants membres d'une société secrète saccagent le domicile du rédacteur en chef de The Republic, un quotidien de Lagos qui avait dénoncé les infiltrations de sociétés secrètes à l'Université. L'annulation de l'élection présidentielle au Nigéria en 1993 a provoqué de multiples agressions contre la presse et les journalistes en 1993 et 1994 ; le 28 juillet 1994, six journalistes sont frappés par la police au moment des manifestations, lors du procès de Moshood Abiola.

50Des journalistes disparaissent comme Elvis Asana du quotidien Elima au Zaïre en 1990 tandis qu'il enquêtait sur des massacres d'étudiants à Lubumbashi. Quatre ans plus tard son confrère de l’hebdomadaire Kin Matin, Pierre Kabeya, ayant rédigé un article sur la révision d'un procès concernant ce massacre, fut retrouvé mort après avoir été torturé (jambes fracturées et yeux crevés). Des journalistes des médias publics sont aussi l'objet de violences dans plusieurs pays. Le chef des studios de la radio nationale en Guinée est assassiné le 2 septembre 1994. Des journalistes de l'office de Radio télévision du Mali, ortm, le 25 octobre 1994 sont attaqués et blessés par des policiers alors qu'ils filment un incident entre chauffeurs et policiers.

51La presse a ses martyrs, en Afrique plus qu'ailleurs ; les médias africains ont aussi leurs brebis galeuses et sont devenus des hauts lieux de la corruption (mais c'était déjà le cas au temps du parti unique). Qu'il s'agisse des excès verbaux des antagonismes et des propagandes, du soupçon d'une information monnayée ou simplement d'un manque de compétence, ou de la répétition d'un même discours, c'est la crédibilité des médias qui est en jeu. Déjà le 29 juin 1992 Dikalo au Cameroun, publiait une lettre d'un lecteur — véritable article — avec un titre "L'information malade du militantisme des journalistes", et La Nation du 7 décembre 1992 au Bénin parlait des "aventuriers qui prostituent le journalisme béninois".

52Ces défauts sont moins répandus dans la presse anglophone, plus professionnelle, avec un public plus large, des ressources publicitaires plus stables, des organisations de journalistes souvent anciennes assurant le respect d'une certaine déontologie. Il n'est pas interdit de penser que les médias de l'Afrique francophone ou lusophone souffrent actuellement d'un apprentissage laborieux de plus de liberté. Mais cette libéralisation tarde à venir pour beaucoup de télévisions, or celle-ci souvent n'est pas un modèle d’éthique ; sans parler d'une information très dirigée, dans beaucoup de pays, les chanteurs par exemple se plaignent de devoir payer le réalisateur d'une émission pour passer à la télévision. Quant à la presse écrite, il y a trop de journaux et trop peu d'acheteurs (sinon de lecteurs) ; ce ne sont pas nécessairement les meilleurs qui survivent. Les antagonismes exacerbés desservent surtout la presse écrite, comme l'acculturation et la dépendance étaient les plus sensibles à la télévision, mais les médias n'accentuent pas seulement les antagonismes, ils amplifient les inégalités.

Notes

1 Renaud de la Brosse (sous la dir. de), Les médias de la haine, Reporters sans frontières, Paris, ed. La découverte, 1995, notamment l'article de J.-P. Chretien, Rwanda : la propagande du génocide. Ce dernier a aussi publié, en collaboration Rwanda-Les médias du génocide, Paris, Karthala, 1995. Cf. aussi le numéro 175 d'avril-mai 1994 de la revue rwandaise Dialogue, publiée momentanément en Belgique en novembre 1994, "Objectivité et honnêteté dans l'information politique".

2 Grignon Fr., op. cit.

3 Ne tirez pas sur les médias : éthique et déontologie de l'information en Afrique de l'Ouest, Institut Panos. Paris, L'Harmattan, 1996.

4 Sur la presse du Cameroun cf. Nga Ndongo Valentin, Les médias au Cameroun : mythes et délires d'une société en crise, Paris, L'Harmattan, 1993.

5 Grignon Fr., op. cit.

6 Reuter's Nigeria Review, 1er février 1997.

7 Reporters sans frontières, créé d'abord à Montpellier est maintenant établi à Paris 5 rue Geoffroy-Marie 75009. Index on Censorship est actuellement publié six fois par an à Londres, mensuel au début des années quatre-vingt-dix, il avait publié plusieurs monographies de la presse par pays en Afrique d'Adewale Maja-Pearce. On trouvera aussi une présentation des atteintes à la liberté de la presse dans Annuaire de la presse africaine édité par la Fédération Internationale des Journalistes, avec le concours de la cee, Bruxelles, janvier 1996.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search