Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Les effets pervers

2. L'acculturation et le choc culturel

Texte intégral

  • 1 Berry J. W., Acculturation et adaptation psychologique, in Retschityky J. (sous la dir. de), La Re (...)
  • 2 Kodjo Samuel, Problèmes de l'acculturation en Afrique, Paris, L'Harmattan, 1979, p. 119.

1Le concept de culture revêt des significations si différentes que son sens ne se précise qu'en l’utilisant avec un autre mot. mais les médias comme moyen d'expression écrite, sonore ou visuelle présentent inévitablement une dimension culturelle. Résultats de transferts de technologies et de pratiques, ils marquent une rupture avec les cultures traditionnelles de l'Afrique, même si celles-ci trouvent parfois en eux un moyen d'expression ; transmettant des expressions culturelles importées ou imitées de l'étranger (mais pas uniquement), les médias sont devenus un lieu d'affrontement plus encore que de dialogue entre les cultures extérieures à l'Afrique (principalement mais non exclusivement occidentales) et les cultures africaines. L'acculturation (un mot qu'ignora longtemps le Petit Larousse) désigne la pénétration, dans la culture d'une population, d'une autre culture entraînant des changements. Conçue d'abord au niveau des groupes, elle fut étendue ensuite à des situations individuelles1. C'est l'anthropologie culturelle qui pourrait le mieux faire comprendre les effets d'une communication davantage transculturelle qu'interculturelle ; car ce dernier terme suggère des échanges entre deux cultures ; mais en dépit de tous les beaux discours sur l'égalité des cultures, c'est un échange inégal qu’opèrent les médias en Afrique, comme l'avait écrit en 1979 Samuel Kodjo2, l'acculturation résulte d'un "rapport de force inégal".

2L'acculturation joue dans tous les domaines ; les prénoms qui reprennent des noms de héros de séries télévisées ; les vêtements comme les Sapeurs du Congo, les noms des quartiers dans les grandes villes adoptant des noms européens ou américains. Au moment des affrontements qui ensanglantèrent Brazzaville en 1993-1994 le quartier des Bakongo avait été baptisé "Sarajevo", c'est par la radio que ce nom avait été popularisé.

3L'acculturation par les médias s'inscrit dans un ensemble qui se manifeste par l'école, par le système administratif moderne, par le marché et l'économie internationale ; les médias en sont à la fois le reflet et le vecteur.

1. Dans l'information

4Nous avons vu, précédemment, la part importante de l'étranger comme source d'information. Si le lecteur veut bien se reporter aux tableaux sur les sources d’information données dans la première partie, l’information des radios étrangères est importante et même parfois plus importante que celle des radios nationales sur leur propre pays. D’une enquête menée en juin 1995 à Abidjan, déjà citée, il ressort que les moyens d’information étrangers étaient plus crédibles que les moyens locaux, les radios étrangères arrivent en tête avec 24, 2 % (alors que 39 % ne savaient que répondre).

Tableau 16 - Les deux principales sources d'informations sur la politique nationale à Abidjan en juin 1995

Tableau 16 - Les deux principales sources d'informations sur la politique nationale à Abidjan en juin 1995

5Les deux sources les plus importantes pour l’information et l’analyse de la politique nationale donnaient globalement la priorité à la télévision nationale (26,1 %) suivie par les radios étrangères (22,6 %) mais celles-ci arrivaient en tête pour les employés et cadres (35,2 % contre 25,1 % aux journaux ivoiriens arrivant en deuxième position), les élèves et étudiants (29,4 % avant la télévision nationale 29,1 %) ; de même pour les commerçants vendeurs, (dont un peu plus de la moitié ne se prononçaient pas), pour les plus instruits et pour les plus âgés ainsi que le montre le tableau 16.

6Cette situation n’est pas propre à l’Afrique francophone. Dans sa chanson Message to the Youth, déjà citée, Kamaru au Kenya s'indigne qu'ils écoutent la bbc ou la radio allemande pour savoir que penser de leur pays "That you are unable to tell how your own country has been for the day unless you turn to the bbc, Radio Germany and others. Why ! Tell me why do you have to turn to bbc to know your own country".

7La presse reflète l'acculturation de la vie politique ; N'Djamena Hebdo du 24 octobre 1996 sous le titre "Ouverture à l'Opposition", considère que "la première visite en France, depuis les élections multipartistes de Idriss Déby a constitué un signal pour la poursuite du processus démocratique", le chef de l'État s'était fait accompagner d'opposants.

8Les gouvernements africains évoluent entre deux attitudes opposées : avoir accès aux radios internationales en privilégiant de longues interviews par exemple pour l'Afrique francophone à rfi. Le Club de la presse du Tiers-Monde inauguré sur rfi par Hervé Bourges, fut très recherché par les présidents africains. C'est le cas aussi d'autres chaînes de télévision ou de radio, notamment Africa numéro 1. C'est à la télévision française sur tfi que Bongo se fit interviewer en novembre 1991. Ce qui amena la Griffe du 15 novembre 1991 à écrire que "tout Gabonais s'est senti humilié de voir la primeur de l'information réservée aux journalistes étrangers". Déjà ce journal avait écrit le 8 novembre : "la crédibilité étant l'apanage de la presse occidentale, on comprend avec beaucoup d'aise que les dirigeants africains choisissent — pour la mise en valeur — la presse occidentale, même pour s'adresser à leurs propres opinions publiques".

9Au Zaïre le Soft du 2 septembre 1995 estimait aussi que Mobutu préférait les journalistes de l'étranger à ceux de son pays, à l'occasion d'une conférence de presse très médiatisée, parrainée par la radio franco-gabonaise Africa no 1 ; avec 25 journalistes étrangers à Gbado-Lite un village de l'Oubangui, organisée par un avocat français d'origine sénégalo-libanaise Robert Bourgi.

  • 3 Dépêches Reuter, 29 octobre 1996.

10Le président du Mozambique, Joaquim Chissano, fut interviewé le 27 octobre 1996 à la télévision portugaise, il y défendit notamment son invitation à des fermiers Blancs d'Afrique du Sud de venir exploiter des terres3.

  • 4 Daily Nation, 17 février 1995.

11À l'opposé, les gouvernements se plaignent d'une présentation d'événements ou de situations différente de la version officielle. C'est notamment le cas entre la bbc et de nombreux gouvernements de l'Afrique anglophone. En août 1995 la bbc interrompit ses diffusions sur la chaîne de télévision d'Etat du Kenya kbc en raison de la coupure de certaines informations par le gouvernement du Président Moi, notamment les accusations internationales de non respect des droits de l'homme. Le gouvernement du Kenya annula en février 1995 l'autorisation de filmer un documentaire sur le tourisme au Kenya pour la série Africa Express de channel 44.

12C'est au moins aussi fréquent en Afrique francophone où les gouvernements ont tendance à identifier rfi et le gouvernement français. Au Bénin où le président Kerekou en 1988 s'était plaint des informations de rfi reprenant les accusations d'Amnesty International, dans la journée d'émeute réprimée le 11 décembre 1989 l'envoyé spécial de rfi Robert Minangoy interviewa en direct Kerekou, informant les Béninois avant les médias nationaux.

13La presse d'opposition s'appuie quand elle le peut sur la presse et les pays étrangers. La Clé du 21-27 novembre 1991 au Gabon utilise la rencontre francophone au Palais de Chaillot, en l'approuvant "La France vient donc de prendre la responsabilité de servir de contrôle aux baromètres de la démocratie et du développement que sont les outils de l'expression libre des peuples" ; ainsi Le Bûcheron du 28 décembre 1993 toujours au Gabon, titre "La presse française enfonce le clou" pour parler de " l'hostilité unanime de l'opinion française vis-à-vis de l'usurpateur Bongo", citant le Monde, le Canard enchaîné, l'Evénement du Jeudi, l'émission télévisée Géopolis de France 2.

14Les émissions des radios étrangères ont une large place dans les sources d'information. Le Cafard Libéré du 7 mars 1996 à Dakar dans un article "Ragotélébidon" cite "au réveil les informations africaines de rfi... l'actualité venue des États-Unis par la voix de l'Amérique sur Dunya" ainsi que Africa 1, France 2 sur cfi, tv5, cnn.

15Même si les gouvernements africains se plaignent des informations données par ces radios, ils sont soucieux de se les concilier et nous avons vu qu’ils y prennent très volontiers la parole.

  • 5 Bulletin Afrique de l'afp.

16Les médias occidentaux, par la publicité donnée à certains actes répressifs de gouvernements africains, les amenèrent à des concessions. Ce fut le cas lors du procès intenté en janvier 1991 au directeur du Messager du Cameroun, Pius Njawé et à Célestin Monga, journaliste, qui avait publié le 27 décembre 1990 une lettre ouverte au Président Biya sous le titre "La démocratie truquée" ; les interventions de rfi, bbc, Deutsche Welle, plusieurs journaux et organisations de journalistes occidentaux amenèrent le tribunal de Douala à ne prononcer qu'une peine de 6 mois d'emprisonnement avec sursis. Ainsi au Tchad début juin 1995, un reporter de N'Djamena Hebdo voulait photographier la saisie par la police d'un matériel informatique détourné par le directeur général d'un ministère, il en est résulté la mise à sac des bureaux du journal et l'arrestation du directeur et du rédacteur en chef ; toutefois ceux-ci, correspondants de la bbc et de rfi furent rapidement libérés, et le premier ministre "déplora ce qui s'est passé...de tels actes peuvent ternir l'image du pays."5 Mais ces radios internationales donnent aussi la parole à des opposants. Les médias gouvernementaux du Cameroun (radio, télévision, presse) apportent un démenti les 22 et 23 juillet 1992 à une interview publiée dans Jeune Afrique Economie de mai 1992 de l'ancien directeur de la sbc, mettant en cause des membres de la famille Biya dans la chute de la Société Camerounaise de Banque (sbc). À la suite de saisie de journaux, de suspension de Galaxie, les journaux opposants, Le Messager, La Vision, Challenge Hebdo, L'Opinion, La Nouvelle Expression ont interrompu leur publication du 26 juillet au 1er août et publié un numéro commun contre la censure dans lequel on peut lire "Les soutiens les plus constants de la presse privée sont venus des confrères étrangers" et de citer rfi, bbc, Africa 1, l’afp, Radio Nederland, voa, aitv.

17Il en résulte parfois une position d'arbitre ; au Togo en 1992 c'est par l'intermédiaire de rfi que le général Eyadema, le premier ministre Koffigoh et les différents chefs de partis s'affrontent et expliquent leur politique. Autre exemple, au Zaïre, le Soft du 25 décembre 1994 publie "Une lettre de la 'Voix de l'Amérique' au groupe des parlementaires, membres de l'opposition (hcr-pt)". Cette lettre répondait à une protestation des membres du hcr sur une "prétendue censure" de voa dans ses informations sur le Zaïre, rappelant les nombreux reportages de voa, la nécessité de ne diffuser que des informations "exactes, complètes, équilibrées et objectives", citant La Référence Plus du 12 décembre 1993 à propos de l'envoyé spécial de la voa à Kinshasa : "les politiciens de tous bords se confient à lui, assurés qu'ils sont de bénéficier d'un traitement impartial."

  • 6 Cf. Vittin T. E., Les médias externes comme facteur de renforcement de l'opposition interne au Bén (...)
  • 7 Yengo Patrice, Ordre de la transgression et démocratie en Afrique centrale, in Lettre du Forum de (...)

18Ce contournement des médias nationaux par les médias étrangers s'est donc maintenu après leur (très) relative libéralisation6. C'est une preuve du développement de l'esprit critique qui est un des aspects positifs (il y en a) de l'acculturation. Celle-ci se manifeste dans la part excessive de l'information politique et notamment de l'information institutionnelle. Si l'importance attribuée par tous les médias au chef de l'État peut correspondre à une très forte personnalisation du pouvoir en Afrique de tout temps, la très grande place accordée aux ministères, aux administrations publiques, aux partis politiques, aux fonctionnaires et aux enseignants transpose, en Afrique, les préoccupations des médias occidentaux. La place prise par les élections depuis que celles-ci se déroulent plus librement, en est un autre exemple ; or l'enjeu que représentent les médias à cette occasion, comme nous avons pu le voir dans la deuxième partie, a pu faire figure de progrès démocratique, mais il ne correspond pas aux aspirations profondes des populations si elles ne voient pas venir une amélioration de leur situation ; et la référence à la démocratie s'en trouve compromise. Un Africain, Patrice Yengo écrivait en 1995 "La démocratie est donc le dernier avatar de cette pathologie de la domination dans laquelle l'élite africaine se complaît"7.

19Il y a une acculturation des médias en ce qui concerne l'information politique, au moins autant dans les journaux indépendants ou opposants que dans les journaux gouvernementaux ; ce qui n'est pas suivi par les populations et plusieurs chefs d'État ont profité de ce décalage pour se maintenir et stabiliser un pouvoir parfois chancelant. Par exemple Fraternité Matin, le quotidien gouvernemental d'Abidjan, a beau jeu de critiquer le 14 février 1997 les troubles universitaires en considérant qu'ils choquent la mentalité ivoirienne. La référence au monde politique occidental est constante. Notre Temps du 28 octobre 1992 de Côte d'ivoire, parle d'une loi sur la répression de certaines formes de violence : "Comme à l'accoutumée, elle n'est que la répétition ou la naturalisation de la loi française dite loi anti-casseur". Le Courrier du Golfe, bi-hebdomadaire togolais, hostile à Eyadema écrit le 9 août 1992 "Si nous ne pouvons pas trouver des armes pour chasser Eyadema, arrêtons la lutte", "Nous savons tous que les pays occidentaux ne nous aideront pas à chasser Eyadema... Ils sont pourtant prêts, après le déluge, à nous aider à reconstruire notre pays".

20Autre exemple dans un numéro du 25 février-3 mars 1993 Micro Public en Côte d'Ivoire consacre un article au premier ministre de l'époque Ouattara "Ado, une bête de la télé", parlant de son aptitude "aux directs avec des représentants de la société civile comme le font le jeune Bill Clinton et François Mitterrand" ; même si cette référence se présente sous une forme critique, par exemple le Progressiste du 19 novembre 1991 au Gabon parlait du "moment où notre pays vit l'illusion d’une démocratie made in Bongo-France". L'acculturation politique apparaît dans la transposition d'organismes imités de l'Occident comme les Conseils nationaux de Communication ou, au niveau de la radio et de la télévision, d'émissions s'inspirant de l'exemple des démocraties occidentales en en respectant parfois la lettre plus que l'esprit ; par exemple au Gabon Les dossiers de la rtg . Ce qui amenait L'Effort du 22-25 novembre 1991 à s'interroger sur l'allure qu'aura une nouvelle émission télévisée Les Débats.

21L'acculturation accentuée est une conséquence de la mondialisation de la communication ; l'émergence de nouveaux concepts ou de nouvelles réflexions peut avoir une valeur positive. Mais on peut aussi constater qu'elle transpose souvent la version occidentale sans effort d'adaptation ou d'assimilation. Un article du journal gabonais La Griffe du 19 octobre 1990 en est une illustration ; consacré à "La désinformation" sur les deux tiers d'une page, il s'appuie sur cinq citations tous des livres ou articles français, et ne comprend aucune allusion aux réalités africaines. Même si elle est critiquée, la référence à l'acculturation est omniprésente dans la presse africaine ; un article du Bûcheron du 6-12 août 1991 au Gabon, "Le gouvernement de l'ombre", constate "On veut toujours copier les Blancs chez nous mais on ne s'informe pas vraiment sur leur vécu", à propos d'un dédoublement ministériel tenant lieu de shadow-cabinet.

22L'information économique traduit aussi une acculturation dans les sujets abordés et dans la façon de l'exprimer ; d'autant plus importante qu'il s'agit de formes nouvelles de la vie économique. C'est le cas de la presse économique et financière ; ainsi l'organe tanzanien Financial Times lancé en novembre 1996 qui a pour cible les investisseurs et entrepreneurs, coïncidant — ce n'était pas fortuit — avec un Forum de l'investissement international et de la Technologie.

23Une chronique économique de la Relance, journal gouvernemental du Gabon du 22 novembre 1991 "A l'épreuve de la relance de l'Europe de 1993" parle des appréhensions des pays du Tiers Monde sur la mise en place de l'Acte unique de 1993 touchant à la fois à la politique et à l'économie. The East African, un hebdomadaire de Nairobi, rend compte de l'attitude divergente du Congrès des États-Unis en matière d'aide économique envers le Kenya et l'Ouganda cité comme un modèle de changement à conseiller aux investisseurs américains.

24C'est encore plus sensible dans l'information sociale. Les thèmes traités dans la presse occidentale sont repris peu de temps après dans les journaux africains ; la pédophilie en 1996, l’immigration clandestine, la Relance en parle le 21 novembre 1991 "Au moment où tout le monde semble donner raison à Jean-Marie Le Pen en France à propos du seuil de tolérance de l'immigration clandestine".

25Des modifications importantes de comportements traditionnels sont parfois préconisés de façon très positive. Dans Cameroon Tribune du 22 novembre 1992 deux pages sont consacrées à un dossier "Faut-il supprimer les funérailles ?" pour lutter contre le gaspillage "des milliards en fumée", "certes, la culture est l'âme d'un peuple. Mais il y a des traditions qu'il faut absolument revoir".

26Il est de plus en plus question de la "société civile" dans la presse africaine, sans que l'expression soit définie et réinterprétée dans le contexte africain ; ainsi Madagascar Tribune du 15 février 1993 titre en première page "La société civile manœuvre, à l'occasion de la constitution d'une "confédération des sociétés civiles pour le développement".

27Un problème discuté dans la presse africaine, à la suite de débats dans les presses panafricaines d'Europe et occidentales est celui de l'excision des femmes (circumcision en anglais). Il est traité par exemple par The East African du 3-9 avril 1995 dans un article "Group opens female circumcision debate to the victims".

28Les médias gouvernementaux africains sont souvent les plus critiques à l'encontre des émissions occidentales. C'est un moyen de se présenter comme les défenseurs de l'identité culturelle face aux opposants soupçonnés de s'appuyer sur l'étranger. Ainsi une émission d'Envoyé Spécial, magazine de France 2 repris par tv5 le 8 octobre 1992 diffusait un reportage sur le Khessol ou Xresol. un produit pour éclaircir la peau utilisé par des Sénégalaises ; plusieurs articles du Soleil de Dakar critiquèrent cette émission : "Comment ne pas s'indigner — lit-on le 20 octobre — quand la télévision présente au monde entier l'homme noir comme un être complexé, mal dans sa peau ?", alors que Wal Fadjri écrit "Au lieu de tirer à boulet rouge sur les conclusions de la journaliste... on ferait mieux de se poser des questions et de réfléchir sur la signification d'une telle pratique pour l'enrayer." Et Sud Hebdo le 15 octobre se plaint de la rts "Crier à l'intox dès qu'une télé (ou une radio, ou une agence de presse) étrangère montre ce que les nationaux voudraient garder pour eux....

29Une autre forme d'acculturation tient à la plus grande estime dont jouissent les journalistes qui ont travaillé dans des médias étrangers, par exemple Paul Mbadinga-Matsiendi est porté à la tête de l'Association des journalistes gabonais dans les années quatre-vingt-dix avec le prestige d'un ancien journaliste de Jeune Afrique et d'Africa no 1. La formation à l'étranger, la collaboration comme correspondant de médias occidentaux contribuent à une valorisation des journalistes les plus influencés par la culture occidentale.

30L'acculturation joue surtout dans le sens de l'occidentalisation.

31Les plus occidentalisés sont les mieux connus à la fois parce qu'ils sont nombreux surtout parmi les catégories dirigeantes et aussi parce qu'auditeurs réguliers des radios internationales, ils sont l'objet des études les plus fines dans les enquêtes par sondage menées à la demande de ces radios. C'est une évidence que de considérer que les plus occidentalisés se recrutent parmi ceux qui maîtrisent le mieux les langues internationales, anglais, français, portugais ; on peut même considérer en Afrique francophone ceux qui connaissent à la fois l'anglais et le français. Cette maîtrise des langues est déjà un signe d'une instruction supérieure souvent liée (mais pas toujours, en raison du chômage des anciens étudiants) à des fonctions importantes et à la catégorie la plus riche.

32Moins généralisée mais toutefois effective la différence entre hommes et femmes ; si nous reprenons l'exemple de l'enquête sur Abidjan en 1995, les moyens d'informations étrangers sont la source la plus importante pour les informations internationales chez les hommes (59,6 % contre 27,4 % pour les moyens locaux) mais c'est l'inverse chez les femmes ; de même pour les informations économiques et les affaires. Dans une petite ville comme San Pedro les moyens d'information locaux sont la source principale pour toutes les informations, y compris internationales, la télévision nationale dépassant les radios étrangères.

33Il en est presque de même à Bouaké, deuxième ville du pays où les moyens locaux sont prioritaires ; toutefois les radios étrangères, pour les informations internationales sont plus importantes que la télévision nationale et on retrouve une grande disparité entre les cadres, employés, étudiants qui donnent la priorité aux moyens d'information étrangers pour les informations internationales et les autres catégories.

34Les plus occidentalisés à la fois écoutent les radios internationales, sont les plus intéressés par les émissions de télévision importées ou par les chaînes étrangères, lisent des journaux ou des magazines étrangers. C'est aussi parmi eux que se trouvent ceux qui ont le plus de contacts avec les occidentaux, qui voyagent le plus hors de l'Afrique et qui souvent ont poursuivi des études à l'étranger.

Tableau 17 - Abidjan 1995. Les films à la télévision

Tableau 17 - Abidjan 1995. Les films à la télévision

Source hcpi

2. Dans le divertissement

35L'acculturation est peut être plus importante dans les émissions de divertissement de la télévision et du cinéma, par les effets produits sur les spectateurs.

36Le metteur en scène camerounais Jean René Bekolo en a fait le procès dans un film Aristote Plot présenté au Fespaco, qui selon le Soleil du 25 février 1997 décrit des "jeunes d'une ville africaine qui, à force de voir des productions hollywoodiennes, se prennent pour des Rambo, Schwartzenegger, Nikita ou Bruce Lee".

37Si les films africains sont généralement préférés du public, nous avons vu qu'ils étaient peu diffusés par les télévisions africaines ; films, séries et feuilletons télévisés sont donc en grande partie importés. Dans l'enquête déjà citée sur Abidjan en 1995, se disent intéressés par les films africains 87,4 %, par les films américains 83,3 % ; mais si on regarde ceux qui se disent "beaucoup intéressé", on peut voir les proportions inverses dans le tableau 17 pour les hommes, pour les plus jeunes, pour les instruits.

38Les films français sont assez peu prisés, peut être parce que les télévisions africaines en diffusent trop, peut être aussi parce qu'ils reflètent trop des préoccupations, des comportements, des discussions propres à la France. Les films indiens ont plus de succès, surtout auprès des femmes, des plus jeunes et des moins instruits.

39Les variétés musicales africaines sont les plus appréciées comme nous l'avons déjà vu, mais on retrouve un intérêt plus grand pour les variétés musicales anglo-américaines que pour les variétés françaises, sans doute en raison du rôle important des artistes noirs américains, c’est très sensible chez les élèves et étudiants et chez ceux qui maîtrisent le français. L'intérêt pour les feuilletons et séries joue aussi dans le sens de l'acculturation puisqu'ils sont presque tous importés. Les feuilletons d'action sont préférés, surtout par les plus jeunes, les étudiants, les ouvriers et artisans, tandis que les feuilletons sentimentaux (souvent indiens) ont la faveur des femmes, mais aussi des élèves et étudiants, des plus jeunes (de 15 à 19 ans).

40Au Gabon, une émission hebdomadaire Clips Star était réalisée en 1991 à la télévision par le cinéaste Jean Chrysostome Mbadinga ; la Clé, qui l'interviewa dans son numéro du 21-27 novembre, lui disait que les téléspectateurs "aimeraient que l'on fasse une part plus grande aux artistes nationaux".

41La presse écrite s'inspire aussi de la télévision occidentale ; un journal gabonais Misamu en 1990 qualifie le mariage du président Bongo avec la fille de Sassou-Nguesso alors chef de l'État du Congo de "Mariage à la Dallas". Ce sont les réalisateurs de télévision surtout qui cherchent à s'aligner sur la production occidentale et la presse ne manque pas de les conforter dans ce sens ; Ivoire Dimanche du 23 janvier 1977 présentait un fantaisiste ivoirien ainsi : "Bertin Kouakou c'est Guy Bedos, c'est Thierry Le Luron, version Côte d'ivoire, disons aussi en plus pauvre".

  • 8 Cité par Abdou Touré, La civilisation quotidienne en Côte d'Ivoire, procès d'occidentalisation, Pa (...)

42Fraternité-Matin caractérisait une nouvelle émission le 1er mars 1979 en disant : "Dossier africain est une version rti des Dossiers de l'écran"8.

43L'acculturation que provoquent les médias concerne des changements dans la façon de vivre, dans les comportements. L'un des plus importants correspond à la gestion du temps ; les médias, à des rythmes différents, introduisent une périodicité qui accélère l'information surtout à la radio, mais qui introduit aussi, avec la télévision de nouvelles habitudes en ville dans la soirée.

44Ce sont surtout les émissions de fiction étrangères à la télévision qui introduisent un rythme différent de la tradition africaine et aussi une référence fréquente à un passé qui lui est en grande partie étranger, que ce soient les westerns, les films sur la Deuxième Guerre mondiale ou les films indiens. C'est d'autant plus sensible que les films africains sont peu diffusés par les télévisions africaines nationales, on les trouve davantage sur tv5 ou cfi. Quant à la vidéo elle diffuse presque uniquement des productions étrangères. La Gazette du Golfe au Benin s'inquiétait déjà le 17 août 1993 de la prolifération "d'onéreuses antennes paraboliques" sur les toits de Cotonou : "Cette invasion de notre espace audiovisuel local est inquiétante pour notre sécurité culturelle nationale, déjà que plus de 80 % des programmes de notre chaîne nationale viennent de l'étranger". Cette situation tend, depuis cette date à s'aggraver.

45Selon une formule de Senghor, les Africains instruits (et ils sont de plus en plus nombreux), sont des métis culturels ; cette acculturation est source de création chez une petite minorité, qu'il s'agisse de la littérature africaine en langue anglaise ou en langue française. L'échange culturel ne se produit donc pas dans un seul sens et ne se limite pas au seul domaine sportif que relatent trop abondamment les médias aussi bien africains qu'occidentaux. Dans le domaine des arts et tout particulièrement de la musique il y a un apport africain dont rendent compte les médias.

  • 9 Dilemmas and Prospective for Developping Countries, in Mitchel Land (sous la direction de), Mass C (...)
  • 10 Ne tirez pas sur les médias, Panos, L'Harmattan, 1996, p. 56.

46Nous verrons plus loin que cette acculturation touche très inégalement les différentes catégories de la population et accentue les inégalités. Même s'il reconnaissait que "les mass médias sont devenus de très importants agents ou instrument de socialisation, remplaçant presque les institutions traditionnelles", le professeur ghanéen, Paul A. Ansah en 1988 à Barcelone présentait une vision nuancée à un colloque sur les médias et l'identité culturelle ; tout en étant conscient des menaces d'invasion culturelle, il comptait sur la politique culturelle des Etats et le poids du monde rural9 ; une vision que l'évolution des dix dernières années risque de faire apparaître trop optimiste ; lui-même, avant sa mort, a déploré les penchants de la nouvelle presse au Ghana10. Il lui reprochait sa méconnaissance de toute éthique.

47Mais les médias africains — et c'est un effet pervers de leur libéralisation et de leur imitation de l’Occident — sont aussi devenus des porte-paroles et des amplificateurs des antagonismes.

Notes

1 Berry J. W., Acculturation et adaptation psychologique, in Retschityky J. (sous la dir. de), La Recherche interculturelle, t. 2, L'Harmattan, 1989.

2 Kodjo Samuel, Problèmes de l'acculturation en Afrique, Paris, L'Harmattan, 1979, p. 119.

3 Dépêches Reuter, 29 octobre 1996.

4 Daily Nation, 17 février 1995.

5 Bulletin Afrique de l'afp.

6 Cf. Vittin T. E., Les médias externes comme facteur de renforcement de l'opposition interne au Bénin (1989-1992) in Semelin J., Quand les dictatures se fissurent, Paris, Desclée de Brouwer, 1995, p. 131-150, ainsi que Vittin T. E., Les radios internationales, acteurs de la vie politique en Afrique noire in Tudesq A. J. (sous la direction de), Les médias, acteurs de la vie internationale, Rennes, éditions Apogée, 1997.

7 Yengo Patrice, Ordre de la transgression et démocratie en Afrique centrale, in Lettre du Forum de Delphes, oct.-nov. 1995.

8 Cité par Abdou Touré, La civilisation quotidienne en Côte d'Ivoire, procès d'occidentalisation, Paris, Karthala, 1981. p. 127. C'est le dilemme des intellectuels africains qui ne peuvent dénoncer l'empire des langues occidentales qu'en publiant dans ces langues, ainsi le Kenyan Ngugi Wa Thong'O, avec Decolonising the Mind : the Politics of Language in African Literature, 1981.

9 Dilemmas and Prospective for Developping Countries, in Mitchel Land (sous la direction de), Mass Communication and Cultural Identity, Barcelone, 1988.

10 Ne tirez pas sur les médias, Panos, L'Harmattan, 1996, p. 56.

Table des illustrations

Titre Tableau 16 - Les deux principales sources d'informations sur la politique nationale à Abidjan en juin 1995
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Tableau 17 - Abidjan 1995. Les films à la télévision
Légende Source hcpi
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search