Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Les effets pervers

1. La dépendance vis-à-vis de l'étranger

Texte intégral

  • 1 Nous avons déjà abordé ce problème dans Nouvelles Technologies de la communication et dépendance r (...)

1L’internationalisation croissante de la communication accentue la dépendance de ceux qui accèdent plus tard aux techniques de communication. Cette dépendance doit toutefois être replacée dans l'interdépendance qui affecte actuellement tous les pays. Dépendance et développement ne sont pas des notions opposées mais complémentaires ; les pays africains les plus avancés sont souvent aussi les plus dépendants ; il en est de même, au sein de ces sociétés, des catégories sociales et des individus. Cette dépendance vis-à-vis de l'étranger, de ce qui est extérieur à l'Afrique, affecte les structures des médias, leurs contenus, leurs personnels et aussi leurs publics ; par ses effets sur ces derniers, elle peut influer sur la vie politique et culturelle et sur le marché. La dépendance s'est longtemps — et reste encore — établie par rapport aux anciennes métropoles, ce qui a entraîné l'expression de "néo-colonialisme" ou d'"electronic colonialism" ; mais ces formules suggèrent surtout une dépendance politique ; or la situation actuelles est davantage dominée par la loi du marché. L'autre face de la dépendance de l'Afrique est représentée par les enjeux qu’elle suscite entre les nations industrielles, mêlant intérêts politiques et économiques et préoccupations culturelles. S'il existe une dépendance passive que les États africains subissent inévitablement (au niveau des outils, du hardware), il existe aussi une dépendance que nous qualifions d'active, consentie, même si elle est partiellement conditionnée, en matière d'usage et de consommation des médias1.

1. La dépendance technologique

2En tant que transferts de technologie, les médias représentent un élément d'une dépendance d'autant plus accentuée que les techniques sont avancées ; c'est le cas surtout de la radio et plus encore de la télévision. Le nouveau procédé de distribution des programmes le mmds en est une illustration récente.

3Mais c'est aussi valable dans le domaine de la presse écrite ; qu'il s'agisse d'importer les machines ou le papier dont la production sur place revient plus chère que l'achat à l'étranger. La nouvelle presse en s'équipant de matériel informatique (la Gazette du Golfe au Bénin avec des unités de saisie Atari et des imprimantes Turbo Laser, dès son apparition ; Jamana au Mali avec le Macintosh 128,...) a pu démarrer rapidement avec des tirages autour de 10 000 ou 15 000 exemplaires mais accentue cette dépendance que l'informatisation de la presse gouvernementale dans de nombreux pays francophones et plus largement de la presse anglophone avait déjà amplifiée.

4Les agences de presse ont vu leur équipement modernisé avec la réalisation par l’unesco du projet wanad pour l'Afrique de l'Ouest et du projet canad pour l'Afrique centrale ; en contrepartie la pana, l'agence panafricaine, est de plus en plus moribonde.

  • 2 Bulletin de l'Afrique Noire, 4 avril 1997.
  • 3 Afrique industrie du 15 mars 1985, Dossier de N. Chevillard sur l'énergie solaire en Afrique et Sys (...)
  • 4 Bulletin de l'Afrique Noire, mars et avril 1997.
  • 5 Dépêches Reuter, 28 janvier et 28 mars 1997. D'autres sociétés malaisiennes investissent actuellem (...)

5La dépendance joue déjà au niveau de la production d'énergie pour actionner les appareils. Un projet régional d'électrification rurale est en cours d'établissement avec l'aide de la France et de l'Italie pour électrifier 1 000 villages de l'Afrique de l'Ouest2. Le raccordement à un réseau électrique conditionne la réception de la télévision. Le recours à l'énergie solaire nécessite des techniques sophistiquées et une maintenance souvent coûteuses. Elle est déjà utilisée dans les télécommunications de plusieurs pays comme le Niger, le Cameroun, le Zaïre... Mais les équipements en énergie solaire sont produits par les pays industriels, parfois sous l'impulsion d'organismes publics comme l'Agence française pour la maîtrise de l'énergie3. Le satellite est devenu le vecteur des différents médias qu'il conditionne de plus en plus (télévision, télématique, télédétection, télétexte). Il repose sur un petit nombre de grandes firmes. La privatisation des Télécommunications se traduit généralement à la fois par un recours à des capitaux étrangers et à une accélération des équipements. Des marchés très importants ont été conclus dans beaucoup d'États ; au Nigeria avec bt Telconsult, une filiale de British Telecom pour l'établissement d'un million de lignes téléphoniques, et entre Nitel (l'organisme nigérian) et Siemens pour développer le téléphone dans la région de Lagos en janvier 19974. Télékom Malaysia Berhad s'est implantée au Ghana et en Guinée et aussi au Malawi et en Afrique du Sud où, associée à la société américaine sbc, elle a pris 30 % dans la privatisation de l'entreprise publique Telkom, signe que les occidentaux et à plus forte raison les anciennes puissances coloniales, ne sont pas ou plus les seuls à s'assurer une participation (d'aucuns diraient une domination) dans la vie économique des pays d'Afrique5. C'est le cas du Japon, par l'Overseas Economic Cooperation Fund Japon, surtout vers l'Afrique anglophone, notamment pour l'électricité au Ghana et le téléphone au Zimbabwe. En Côte d'ivoire où la privatisation de l'électricité par l'entreprise Bouygues avait été une réussite, c'est France Cable Radio qui a repris les 51 % de l'État de citelcom.

  • 6 Cable and Satellite Europe, nov. 1995.
  • 7 Dépêche Reuter, 6 février 1997.

6L'Afrique est dépendante pour la construction, le lancement, la location des satellites. Après l'échec des projets Afsat de uapt (Union Africaine des Postes et Télécommunications) de la zone francophone et Afrosat de l’upat (Union Panafricaine des Télécommunications) plus large, les États africains ont mis en place le projet rascom. Mais la conférence spéciale des ministres chargés des télécommunications réunie à Abuja (Nigeria) les 4-6 février 1991 "convient qu'un système à satellites spécialisés est une option viable pour les pays africains en tant qu'objectif à long terme avec comme étape intermédiaire la location/achat des récepteurs". Les rivalités des entreprises extra-africaines peuvent être utilisées par les Africains. Ainsi Panamsat, le satellite privé exploité par la société américaine Alpha Lyracom dirigé par René Anseimo, s'est attaqué au monopole d'intelsat en louant ses récepteurs à un prix inférieur ; il est utilisé par Multichoice Africa lancé en octobre 1995 par Nethold, un bouquet numérique de 20 programmes dont M-Net, tv5, bbc Word Service, cnn, Supersport,...6 Panamsat Corporation s'est lancé dans la fourniture d'accès à Internet, par exemple en Zambie avec ZamNet7.

7L'informatisation en Afrique reste très dépendante de la fourniture de matériel par les pays industriels. Le parc d'ordinateurs provient des grands constructeurs, des multinationales qui ont installé des agences en Afrique.

8L'utilisation de l'informatique est conditionnée par l'existence des sociétés de services les ssii. Celles qui se sont constituées en Afrique sont souvent des filiales de sociétés occidentales, par exemple la sinorg, filiale de la Caisse des Dépôts, française s'est établie à Abidjan dès 1964 ; la cieria est une filiale de la steria, société française, avec des capitaux ivoiriens ; Gabon-Informatique a 40 % de son capital qui appartient à l'État gabonais, 30 % à Elf, 20 % à des personnalités gabonaises. Les ssii ont souvent défini les utilisations de leurs clients africains de façon irréversible en se réservant une rente de situation.

9Les équipements ont été parfois inconsidérés avec la responsabilité partagée d'intermédiaires américains ou européens et de dirigeants africains mégalomanes ; c'est le cas par exemple de l'équipement de La Voix du Zaïre avec un émetteur à ondes courtes à très forte puissance.

2. La dépendance structurelle

10La dépendance affecte aussi les structures des médias, avec la fin des monopoles et la libéralisation (relative) de la radio sous différentes formes.

11Le poste d'Africa no 1 au Gabon était une première, associant l'État gabonais et la sofirad ; il est implanté en fm, dans d'autres capitales, à Niamey, en Centrafrique, au Tchad, à Abidjan, à Bamako un temps d'antenne est loué à la radio nationale.

12La concession de fréquences à rfi en modulation de fréquence s'est effectuée dans la plupart des pays francophones, parfois même dans deux villes, à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso par exemple pour le Burkina Faso, plus récemment avec des heures d'antenne sur des radios privées, au Mali et au Burkina Faso, et aussi dans les pays lusophones, (comme à Bissau, à Maputo au Mozambique ou à Sao Tomé ainsi qu'au Cap Vert), ou même anglophones, à Kampala, à Freetown, parfois avec reprise sur une radio du pays, sur radio Tumaini en Tanzanie, mbc-Planète fm à l'Ile Maurice, sur la radio de Namibie ; en Afrique du Sud les programmes de langue anglaise de rfi sont repris à Johannesburg et à Soweto par Voice of Soweto, au Cap par Bush Radio.

13Il en est de même pour la bbc en Côte d’ivoire à Abidjan, au Liberia depuis septembre 1996, au Ghana. Elle est reçue au Congo depuis 1994, au Mozambique depuis 1996 sur Radio Cidale la station commerciale de la radio nationale. Elle est reprise depuis octobre 1996 par Radio Pulsar au Burkina Faso, par Citizen fm en Gambie, et elle diffuse en fm à Dakar à la suite d’un accord avec la rts ; voa (la Voix de l’Amérique) est relayée par Radio Kledu à Bamako.

14Radio Nostalgie en Côte d’ivoire est une filiale de Radio Nostalgie Internationale appartenant à rmc et à la sofirad ; elle a aussi une filiale à Lomé.

15Au Mozambique La Voix du Renamo, le parti de l’opposition a changé de nom, devenu Terra Verde en partenariat avec un groupe anglais en mars 1997. Classic fm, une radio anglaise a obtenu une licence pour émettre à Johannesburg. Le gouvernement du Nigeria accuse la radio de l’opposition, Radio Kudirat d’être financée par le National Endowment Democracy (usa) et la Westminster Fundation for Democracy (anglaise).

16Dans le domaine de la télévision, MNet présente un cas particulier : elle est distribuée par Multichoice, rattachée à Nethold, un opérateur basé aux Pays-Bas associé depuis peu à Canal Plus ; chaîne cryptée à péage elle diffuse de nombreuses chaînes dont la bbc, cnn, Canal Horizons, en Afrique du Sud et dans 35 pays africains avec 1016 886 souscripteurs en mars 1996 (surtout en Afrique du Sud). Canal Horizon associé à Canal Plus et la sofirad et aussi avec des capitaux locaux constitue une chaîne à péage, diffusant des programmes en clair ou cryptés acheminés par satellite ; d’abord établie à Dakar puis à Abidjan et à Libreville et Port Gentil où la diffusion démarra en novembre 1994 ainsi qu’à Cotonou, Bamako et Lomé. cnn est relayé par la télévision nationale au Liberia et au Zimbabwe. tv5 Afrique la chaîne francophone et cfi Canal France International sont aussi largement rediffusées soit par voie hertzienne soit par un opérateur mmds. cfi fait figure de banque de programmes pour des télévisions nationales dans 27 pays de l’Afrique sub-saharienne, 29 chaînes de télévision équipées pour la plupart par le ministère français de la Coopération de stations de réception et d’enregistrement du signal de cfi, pays francophones mais aussi lusophones comme l’Angola ; des pays anglophones reçoivent ponctuellement des bulletins d’information ou des événements sportifs comme la coupe d’Afrique des Nations.

17Des accords permettent la diffusion sur un canal de télévision nationale d’une chaîne étrangère ; c’est le cas au Kenya ; après un différend entre le gouvernement kenyan et la bbc qui refusait que des coupures soient pratiquées dans les journaux télévisés, l’accord se fit avec la Deutsche Welle.

18Les réseaux de la mmds permettent de capter de nombreuses chaînes étrangères ; ainsi tvf Televiziona Fialamboly à Madagascar appartient à une société du groupe sud-africain, Aerial Empire et redistribue cfi, cnn, tv5, tvm, tnt, mcm Africa, Canal Horizon et Sports Channel.

19Télé-Star au Niger diffuse ainsi cnn, mcm, mbc ; Media Plus et Top Canal à Lomé distribuent de la même manière tv5, Canal Horizon, cnn, Deutsche Welle, cfi, mcm, et des chaînes anglaises, sud-africaines, algérienne.

20Une dépendance vis-à-vis de l'étranger se retrouve aussi dans les structures de la presse écrite. En Afrique anglophone le groupe Lonrho s'est retiré de la presse du Kenya en vendant en 1996 Standard, le quotidien, mais reste présent dans la presse de Zambie et du Malawi.

21L'Aga Khan possède une partie du capital des deux plus forts tirages The Nation et Sunday Nation au Kenya. Un cas original est représenté par The Weekly Mail and The Guardian, un hebdomadaire de 68 à 70 pages d'Afrique du Sud dont un tiers est fourni par le journal anglais The Guardian qui le sauve de la faillite. Le groupe anglais Pearson s'est associé en janvier 1997 à Times Media dans la participation à Business Day et Financial Mail en Afrique du Sud. Le magnat de la presse irlandaise Tony O'Reilly racheta des journaux du groupe Argus qu'il rebaptisa Independent Newspaper Holding inhl.

22Des capitaux français de la fep une filiale du groupe Hachette sont présents dans la Sonapresse qui édite l’Union à Libreville, mais c'est surtout dans la distribution de la presse qu'on les trouve ; la Sograpresse au Gabon est une filiale des nmpp, de même Mesapresse au Cameroun ; les nmpp dominées par le groupe Hachette interviennent aussi dans Edipresse en Côte d'ivoire ; des capitaux français d'une filiale de la snep sont aussi présents dans la société qui édite Fraternité-matin.

23L'acquisition par le groupe français Hersant des Nouvelles Imprimeries du Sénégal, imprimant plusieurs journaux dont le Soleil est un autre aspect d'intervention étrangère qui avait soulevé des inquiétudes dans les milieux de presse sénégalais en 1991.

  • 8 Dépêche Reuter, 27 mars 1997.

24Le développement des usages de l'informatique améliore l'information mais multiplie les implantations étrangères. Microsoft, déjà installé en Afrique du Sud, prospecte en mars 1997 au Kenya et en Côte d'ivoire. Le vice-président des États-Unis Al Gore déclara le 13 mai 1996 à Johannesburg que son pays favoriserait l'accès de l'Afrique à Internet. La société américaine Prodigy, par son service Africa Online fournit un accès à Internet de la Tanzanie à l'Ouganda et a aussi des bureaux à Accra et à Abidjan8.

3. Les contenus des médias

  • 9 Sousa Hélène, The Impact of the BBC in Lusophone Africa, oct. 1992.

25Leur dépendance vis-à-vis de l'étranger est bien plus sensible et varie selon les médias. Pour la radio, en ce qui concerne l'information, elle se manifeste surtout par les radios internationales. L'importance de l'écoute de la bbc chez les cadres de l'Afrique lusophone a pu contribuer à l’entrée du Mozambique dans le Commonwealth9. Nous parlerons de leur audience dans les chapitres suivants. Mais les radios africaines, à l'exception des informations internationales qu'elles reprennent le plus souvent de monitoring occidentaux ou des agences internationales, produisent elles-mêmes la plupart de leurs émissions, même si quelques productions étrangères sont encore diffusées, venant de rfi, de la Deutsche Welle ou d’organismes comme l’unicef, la Croix rouge... ; émissions scientifiques, émissions traitant de l'Afrique comme Mémoire d'un continent, de rfi déjà citée.

26La dépendance des contenus de la presse écrite se manifeste de différentes façons. Elle est d'abord conditionnée par la dépendance des agences nationales de presse à l'égard des agences internationales, afp et Reuter surtout.

27L'afp a des bureaux à Kinshasa et Lagos, des directions régionales à Dakar, Abidjan, Libreville, Harare, Johannesburg et Nairobi et des correspondants locaux. Les contrats avec les agences nationales africaines sont des accords d'achat réciproque de services. L'afp a longtemps toléré des clients insolvables, mais de plus en plus elle vend ses produits. Deux sections de l’afp à Paris s'occupent de l'Afrique, le service diplomatique et le Desk Afrique.

  • 10 Delarbre Anne, Les agences de presse internationales en Afrique, in Mondes en Développement, t. 19 (...)

28L'Agence Reuter, dont l'implantation est plus large en Afrique anglophone avec des bureaux à Nairobi, à Hararé, à Lusaka, trois en Afrique du Sud, au Nigeria, a développé son implantation en Afrique francophone, notamment à la faveur d'une longue grève des journalistes de l’afp en 1989. Elle a un bureau à Abidjan, un autre à Dakar et des bureaux commerciaux à Libreville et Kinshasa. L'Agence Reuter emploie beaucoup de correspondants ou de pigistes africains ; ses accords avec les agences de presse nationales souffrent des difficultés à percevoir le montant de l'abonnement10. Des enquêtes auprès de journalistes de Tanzanie, du Bénin et du Sénégal en 1988-1990, indiquaient que Reuter était une source d'information pour respectivement 77 %, 23 %, 52 % des journalistes interwievés des trois pays et l’afp pour 23 %, 81 % et 74 %.

29L'agence portugaise Lusa, joue un rôle analogue dans l’Afrique lusophone.

30Des organismes ou des ong, organisations non gouvernementales, financées toutefois de plus en plus souvent par des Etats, adressent des articles ou offrent aux journalistes africains des séminaires ou stages comme l'Institut Panos créé à Londres en 1986 avec un bureau à Paris, la Thomson Foundation ou le Commonwealth Fund for Technical Cooperation à Londres, l'Observatoire Géopolitique des Drogues ; Forum hebdo du 20 mai 1994 au Togo donnait un article de ce dernier sur le cannabis, mettant en cause le Tchad considéré, avec le Nigeria, comme "une des plaques tournantes du trafic de l'héroïne", ce que le journal n'aurait peut être pas indiqué en engageant sa propre responsabilité.

31La presse écrite, dans ses contenus, ne dépend pas seulement des agences de presse internationales ; on retrouve aussi tantôt directement reproduits, tantôt intégrés dans des articles écrits par des journalistes africains, des articles ou fiches documentaires diffusés par des organismes internationaux, unesco, fao, Croix Rouge, acct ou agence Syfia francophone, ou nationaux, l’usaid des États-Unis ou mfi Media France Intercontinent qui fait partie de rfi Radio France Internationale et diffuse des articles sur la santé, l'information scientifique et technique, des faits de société, des livres... La Voix de l'Amérique, la Deutsche Welle, le World Service de la bbc diffusent aussi une documentation à la fois aux journaux et aux radios et télévisions. La presse étrangère est aussi une source, d'autant plus citée, qu'elle semble préserver la responsabilité du journal africain qui la cite ; ce qui n'est pas toujours le cas.

32Depuis très longtemps le Journal parlé en Afrique francophone dépend, pour les informations internationales, du monitoring des éléments d'actualité diffusés par rfi (par monitoring) qui remonte à 1961, devenu en mai 1991 Agence sonore avec trois émissions quotidiennes, diffusé d'abord par des ondes courtes ; depuis juin 1993, ce monitoring est transmis maintenant par satellite.

33La dépendance de l'étranger est encore plus sensible pour les informations internationales du Journal télévisé ; dans les pays francophones ces séquences proviennent de l’aitv qui dépendait de rfo Radio France Outre Mer et qui sont envoyées maintenant par satellite dans le cadre de cfi, deux fois par jour sans compter les séquences sportives et deux magazines mensuels. D'Angleterre Reuters Vision et bbc World Service, devenue bbc Worldwide Television depuis 1994, procurent des images aux télévisions des pays anglophones ; de même Worldnet, un service de l’usia pour les Etats-Unis, fournit aussi des pays francophones ; une liaison directe a été établie à Dakar entre l'ambassade des États-Unis qui capte Worldnet et la rts.

  • 11 Sur rfi cf. Nouma Z.R., Radio France Internationale : instrument de présence française dans le mon (...)

34La dépendance par rapport à l'étranger est plus grande pour la programmation, c'est-à-dire ce qui ne concerne pas l'information. Même si les radios africaines produisent depuis les années soixante-dix la plus grande partie de leurs émissions, les programmes importés intégrés dans les radios africaines n'ont pas disparu ; mais les programmes déjà diffusés par des radios occidentales sont de moins en moins nombreux ; c'était encore le cas au début des années quatre-vingt-dix des "Maîtres du Mystère", une série policière diffusée en 1995 à la radio nationale du Burkina Faso. Il s'agit de plus en plus d'émissions françaises, anglaises ou belges conçues pour un public africain, souvent en collaboration avec des Africains. Nous avons déjà cité Mémoire d'un Continent. rfi adresse quelque 32 000 heures par an aux pays africains francophones surtout. Quelques pays lusophones (Cap vert, Mozambique) ou anglophones (Nigeria, Zimbabwe, Liberia), reçoivent depuis 1987 des magazines hebdomadaires en anglais et en portugais. En 1989, près de 80 % de ces programmes ont été diffusés ; le taux fut analogue en 199411. La bbc envoie aussi des programmes enregistrés, notamment des cours d'anglais.

  • 12 Tchindji Pierre Paul. L'utilisation des productions audiovisuelles étrangères par des organismes d (...)

35C'est la télévision qui importe le plus d'émissions. Déjà une étude de Pierre Paul Tchingji en 1985 montrait la part prépondérante des émissions importées dans les émissions de divertissement, 61 % au Sénégal, 77,8 % en Côte d'ivoire, 65 % au Burkina Faso, 83,4 % au Gabon et aussi dans les émissions de publicité ; elles représentaient la majorité des émissions culturelles au Gabon et au Burkina, 45 % de celles du Sénégal12.

  • 13 Documents du Xème anniversaire de la pana, Dakar 1989.

36Le directeur Général de la Pana, Auguste M. Passi Muba, en avril 1989 déclarait à Dakar : "la quasi-totalité de nos chaînes de télévision, avec plus de 60 % de programmes extra-africains, ne sont encore rien d'autre que des véhicules de cultures importées et inadaptées à nos réalités"13.

  • 14 Documents cfi.

37Depuis ces dates les difficultés économiques et les nécessités de l'ajustement structurel ont réduit dans beaucoup de pays, le budget de la production télévisuelle alors que les offres de programmes étrangers se multipliaient (cfi, bbc World Service, Deutsche Welle, pays arabes ou musulmans comme le Pakistan), en s'efforçant toutefois de tenir compte, au moins partiellement, des attentes des pays. cfi qui est la principale banque de programmes a triplé le volume d'heures diffusées entre 1994 et 1996 et le nombre des pays dans lesquels les télévisions partenaires reprennent effectivement les émissions est passé de 29 en 1994 à 42 en 1995. Les reprises de l'année 1995 représentent plus de 20 000 heures de l'ensemble des 44 chaînes partenaires. Programmes sportifs, films et téléfilms sont les plus rediffusés14.

38D'autres émissions étrangères sont reprises : allemandes (de Transtei notamment), américaines, anglaises, canadiennes ou brésiliennes (du groupe Globo).

39Diffusées, ces émissions étrangères sont-elles regardées et comment sont-elles perçues ? Nous aborderons ce problème dans le chapitre suivant. Mais il n'y a pas de télévisions dépendantes sans publics dépendants.

4. Les publies dépendants

40Les publics des médias se différencient dans les usages qu'ils en font. Les plus dépendants de l'étranger se répartissent en deux catégories bien distinctes : il y a les populations des régions transfrontalières qui reçoivent les émissions de radio mais aussi parfois de télévision d'un pays voisin, surtout lorsqu'elles sont diffusées dans leur langue.

41Ainsi en 1992 les ruraux ivoiriens de la région des savanes au nord écoutent Radio Mali, pour 8,8 % d'entre eux chaque jour. En 1992, dans les villes du Sénégal oriental près de 44 % écoutaient la radio du Mali en bambara ; dans les villes de Casamance la radio de Gambie obtenait 51,1 % d'audience régulière (dans la semaine) ; la chaîne nationale du Sénégal 92 % ; chez les ruraux elle était de 33,5 % contre 87 % pour la chaîne nationale. Radio Syd, une radio privée de Gambie avait 25,8 % d'audience quotidienne et près de 46 % d’écoute globale en 1992 dans les villes de Casamance pour ses émissions en wolof. Au Kenya, 14 % d'un échantillon représentatif de la population de 25 ans et plus écoutent chaque semaine Radio Tanzanie, presque tout en swahili. Channel Africa, d'Afrique du Sud a 7 % d'audience hebdomadaire au Mozambique.

  • 15 Il a été étudié par Kouvidibila G. J. Interférences des programmes audiovisuels transfrontaliers s (...)

42L'un des exemples les plus typiques de radios et surtout de télévisions transfrontières concerne Brazzaville et Kinshasa de part et d'autre du fleuve Congo15.

  • 16 Les moyens d'information locaux étaient les plus fréquents pour la majorité (43,2 % alors que 33,4 (...)

43La deuxième catégorie est représentée par les cadres, fonctionnaires et étudiants qui sont les principaux utilisateurs des radios internationales, de la presse occidentale et des télévisions par satellite qu’ils considèrent comme plus crédibles que les médias nationaux ; nous y reviendrons dans les deux derniers chapitres. Un exemple particulièrement frappant est donné par l'enquête de l'institut de sondage Hilmar Peter sur Abidjan en juin 1995 ; une question portait sur la principale source d'information en ce qui concernait la culture africaine (voir tableau 14), les radios étrangères pour les employés et cadres (26,4 %) et les étudiants (18,6 %). C’est le cas — il s'agit souvent des mêmes — de ceux qui ont fait des études secondaires ou supérieures (18,4 %), et enfin de la tranche d'âge des 30-39 ans (23,2 %)16.

44Parmi les sources nationales, c'est la télévision qui arrive en tête (23,2 % pour l'ensemble) pour presque toutes les catégories, sauf les cadres (en deuxième position) et les élèves ou étudiants qui lui préfèrent les magazines étrangers ou panafricains. Or la télévision est celui des médias ivoiriens qui diffuse le plus d'émissions importées sur l'Afrique elle-même. Le même sondage révélait, d'une façon générale, la plus grande crédibilité accordée aux médias étrangers (par 37 %) qu'aux médias ivoiriens (23,9 %), même si 39 % ne voulaient pas se prononcer ; c'était le cas des hommes et non des femmes, de tous les âges sauf les 15-19 ans, des plus instruits ; parmi les catégories socio-professionnelles, ce n'était pas le cas seulement des femmes au foyer. A contrario les médias ivoiriens étaient les moins crédibles, même si la moitié de l'échantillon n'osait pas se prononcer.

45Les radios étrangères et, pour les employés et cadres, les télévisions étrangères apparaissent comme les plus fiables. Le tableau 15 concernant la fiabilité des médias montre la plus grande dépendance des cadres et des étudiants à l’égard des médias étrangers à Abidjan ; ce n'est plus le cas déjà à Bouaké. Cadres et étudiants sont aussi les principaux lecteurs des journaux étrangers. La presse panafricaine éditée en Europe représente un cas particulier, même si elle est parfois la propriété d'Africains comme West Africa publié à Londres mais possédé par des Nigérians et tirant à près de 25 000 exemplaires. Avec New African qui tire à 31 000, ces deux publications ont une grande audience parmi les cadres dirigeants de l'Afrique anglophone. Elle est moins forte toutefois que celle de Jeune Afrique (Jeune Afrique Hebdo et Jeune Afrique Economie, actuellement deux entreprises séparées) en Afrique francophone ; même si elles ont connu une régression avec l'apparition de la nouvelle presse indépendante.

Tableau 14 - Principales sources d'information sur la culture africaine à Abidjan en 1995

Tableau 14 - Principales sources d'information sur la culture africaine à Abidjan en 1995

* Les magazines ne sont pas mentionnés.

Tableau 15 - La crédibilité des médias à Abidjan en 1995

Tableau 15 - La crédibilité des médias à Abidjan en 1995
  • 17 Okala, op. cit., p. 117.

46Effet pervers mais pas nécessairement négatif, car l'écoute des radios étrangères a permis un contournement des médias nationaux à l'époque du monopole des moyens d'information par de nombreux gouvernements. Même actuellement, face aux informations contradictoires données dans beaucoup de pays par les médias gouvernementaux et opposants, les médias étrangers ont retrouvé une audience qui s'était réduite avec l'apparition des premiers journaux indépendants au début des années quatre-vingt-dix. La dépendance des émissions étrangères de télévision s'accroît chez les cadres et les plus aisés avec la pratique, répandue dans ces catégories, de la vidéo et du magnétoscope ; ce sont aussi ceux qui viennent le plus en Europe, pour leurs activités ou pour des vacances et qui en profitent pour ramener des cassettes, c'est notamment le cas au Cameroun17.

47Mais la dépendance des publics ne concerne pas seulement les auditeurs des radios internationales ou les téléspectateurs recevant les chaînes par satellite. En raison de l'importance, que nous avons montrée, des émissions importées ou des influences exercées sur la presse écrite, tous les usagers des médias sont plus ou moins sensibles à ce choc des cultures que représentent les médias.

48Les usagers des technologies les plus modernes sont aussi les plus dépendants ; c'est le cas de la vidéo qui s'est répandue rapidement et pas seulement dans les classes aisées d'Afrique ; L'Essor du Mali, pays pauvre pourtant, parlait le 18 novembre 1994 de "vidéomanie". L'accès à Internet qui représente actuellement une des principales avancées technologiques, est souvent lié à une assistance étrangère, que ce soit les points Syfed établis par l’aupelf, les universités de plusieurs capitales ou des sociétés étrangères citées plus haut comme Africa Online. L'avance de la Zambie tient à sa liaison avec l'Afrique du Sud qui lui a valu de se connecter à Internet dès 1990. Le circi en Côte d'Ivoire est rattaché au réseau européen earn qui lui offre de se connecter à des réseaux américains (Bitnet et Networth).

49La dépendance des médias est étroitement liée à la dépendance de l'Afrique dans les autres domaines. Leur attitude face aux interventions étrangères dans des cas de crises aiguës comme en Somalie ou au Rwanda serait intéressante à analyser ; en 1992-1993 l'intervention américaine en Somalie a ainsi soulevé un débat sur le droit d’ingérence. À l’occasion de l'approbation par les représentants de 160 pays réunis par la fao et l’oms sur les problèmes de nutrition du "principe de l'autorisation d'intervenir en faveur des populations les plus vulnérables", Sud Hebdo du 10 décembre 1992 écrit : "En clair ils affirment le droit d'ingérence humanitaire. Ce n'est plus cette fois-ci une chatouille mais une grosse claque". Ce journal s'inquiète des "dérapages possibles de la raison humanitaire". Anfani au Niger, dans son numéro du 15-31/12/92 tire de l'intervention en Somalie deux conclusions : "Un, l'opération aura permis de ramener l’onu à sa mission première d'arbitre de la paix et de défense des causes humanitaires... Deux, cette opération met à nu l'impuissance des Africains, des Arabes". Regard au Burkina Faso, le 14/10/92, estime que l’onu a trop tardé "Il a fallu attendre une année pour qu'enfin la communauté internationale comme soudainement éveillée au drame de la cause de l'Afrique, décide enfin d'y imposer la paix à des fins humanitaires".

50On trouve dans la presse, privée surtout, une dénonciation de cette dépendance. La Gazette du Golfe du 9 décembre 1996, au Bénin titre un article "Les sommets de la dépendance", parlant d'une "inclination masochiste". Dans le quotidien ivoirien Le Jour, un économiste Anikpo Daniel écrit le 15 janvier 1997 "La France est propriétaire de notre eau, de notre énergie, de notre téléphone, de notre armée. La deuxième colonisation est déjà très avancée" ; l'article avait un titre symbolique "Deuxième révolution industrielle en Asie. Deuxième colonisation en Afrique", ce parallèle évoquait une évolution différente. L’Afrique n’a ni une capacité de résistance aux influences extérieures, ni une faculté d'assimilation ou d'adaptation de ces influences que l'acculturation accentue.

Notes

1 Nous avons déjà abordé ce problème dans Nouvelles Technologies de la communication et dépendance renforcée de l'Afrique Noire, in Mondes en développement, no 73, t. 19, année 1991, p. 81-95.

2 Bulletin de l'Afrique Noire, 4 avril 1997.

3 Afrique industrie du 15 mars 1985, Dossier de N. Chevillard sur l'énergie solaire en Afrique et Systèmes Solaires, no 100, 1994.

4 Bulletin de l'Afrique Noire, mars et avril 1997.

5 Dépêches Reuter, 28 janvier et 28 mars 1997. D'autres sociétés malaisiennes investissent actuellement en Afrique du Sud.

6 Cable and Satellite Europe, nov. 1995.

7 Dépêche Reuter, 6 février 1997.

8 Dépêche Reuter, 27 mars 1997.

9 Sousa Hélène, The Impact of the BBC in Lusophone Africa, oct. 1992.

10 Delarbre Anne, Les agences de presse internationales en Afrique, in Mondes en Développement, t. 19, 1991, no 73, p. 21-34, et Reuter’s World, mai 1993, Africa : Overcoming Adversity.

11 Sur rfi cf. Nouma Z.R., Radio France Internationale : instrument de présence française dans le monde, Thèse de l'Université de Lille 1990 et Vittin T. E. Les radios internationales en Afrique Noire, Thèse de l'Université de Bordeaux 3, 1995.

12 Tchindji Pierre Paul. L'utilisation des productions audiovisuelles étrangères par des organismes de télévision d'Afrique francophone, Thèse de l'Université de Paris II, 1986.

13 Documents du Xème anniversaire de la pana, Dakar 1989.

14 Documents cfi.

15 Il a été étudié par Kouvidibila G. J. Interférences des programmes audiovisuels transfrontaliers sur le territoire du Congo : incidences sur la culture nationale. Thèse de l'Université de Bordeaux III, 1989. Depuis cette date la supériorité de la télévision du Zaïre s'est estompée avec la crise grandissante de ce pays mais les influences réciproques restent d'autant plus fortes que dans les périodes troubles qu'ont connues les deux pays depuis 1990, c'est du pays voisin que viennent les informations les plus crédibles.

16 Les moyens d'information locaux étaient les plus fréquents pour la majorité (43,2 % alors que 33,4 % ne savaient ou ne voulaient pas répondre), surtout pour les femmes au foyer et les plus démunis.

17 Okala, op. cit., p. 117.

Table des illustrations

Titre Tableau 14 - Principales sources d'information sur la culture africaine à Abidjan en 1995
Légende * Les magazines ne sont pas mentionnés.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 15 - La crédibilité des médias à Abidjan en 1995
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search