Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. Les porteurs d'espérance

3. Les enjeux culturels

Texte intégral

1Les médias africains et ceux qui les reçoivent sont le lieu d'affrontements entre trois systèmes culturels. Celui des cultures populaires s'exprimant dans un grand nombre de langues, n'a qu'un accès limité dans les médias ; celui de la culture d'Etat ayant hérité, pour une bonne part, des attributs des autorités coloniales, a longtemps dominé les médias en utilisant parfois exclusivement les langues internationales, plus souvent combinées avec les langues africaines : celui des cultures étrangères se renforça avec le développement de la télévision.

2Les programmes éducatifs et culturels ont occupé une plus grande place au début de l'installation de la télévision. Celle-ci était présentée comme un moyen d'éducation populaire, argument pour éviter à l'intérieur du pays le reproche d'une dépense de luxe et pour drainer, à l'extérieur, un appui financier. Dans certains pays comme le Sénégal ou le Niger, la télévision n'avait même été, dans un premier temps, que scolaire et éducative. Mais la télévision comme la radio scolaires n'ont pas entraîné les résultats espérés ; notamment les expériences de la Côte d'ivoire et du Niger ont montré que la télévision ne pouvait remplacer l'école et l'enseignement. De plus, lorsque la pénétration de la télévision s'accroît, avec la possession par les familles de téléviseurs, plus que par des équipements collectifs, la télévision devient — comme partout — principalement un instrument de divertissement et un moyen d'information spectaculaire. Les émissions culturelles sont passées au Nigéria de 29,5 % de la programmation en 1973 à 1 % en 1984 ; au Zaïre de 36 % en 1974 à 10,2 % en 1988, en y intégrant des danses locales ; au Ghana de 23,8 % en 1975 à 5,6 % en 1987 ; elles ne représentent que 2 % au Kenya, 2,5 % au Cameroun. Mais les enjeux culturels de la télévision et des médias en général ne concernent pas seulement les émissions ou les rubriques dites culturelles.

3Dans ce domaine, comme dans les précédents, les médias présentent deux faces opposées sans être nécessairement antagonistes ; ils offrent une ouverture sur le monde extérieur et ils peuvent renforcer une identité et une solidarité africaines ; nous essaierons d'analyser ces deux aspects avant de les appliquer plus spécialement à deux secteurs, le divertissement et le sport.

I. l'ouverture sur le monde extérieur

4C'est encore la radio qui représente le principal instrument d'ouverture : d'abord parce qu'elle touche seule des populations (rurales surtout) qui n'ont pas d'autres moyens. Si elle n'est pas encore reçue par tous les Africains directement, bien peu de villages ou de groupements n'ont pas au moins un petit poste transistor en état de marche.

5Cette fenêtre sur le monde extérieur revêt différentes dimensions ; pour beaucoup, il ne s'agit que d'une ouverture de proximité, en recevant les radios nationales et locales ou régionales là où elles existent ; elles renforcent ainsi un sentiment d'appartenance. Le journal parlé en langue africaine cherche à faire comprendre à l'auditeur qu'il fait partie d'un Etat dont les dimensions dépassent les limites de son village ou de son espace ethnique ; même si les nouvelles du journal parlé en langue africaine concernent surtout le pays et ses dirigeants, il y a aussi des références à d'autres États d'Afrique ou d'ailleurs.

6Cette extériorité est plus large dans les langues comme le swahili à l'Est, ou le haoussa à l'Ouest, parlées dans plusieurs États et utilisées par des radios internationales comme la bbc ou voa ; plus large encore les nouvelles données en langues internationales (anglais, français, portugais) dans les radios nationales africaines et dans les radios internationales. Ainsi à côté de leur dimension politique, les informations ont une dimension culturelle d'autant plus importante qu'il s'agit des émissions les plus écoutées. Elles font pénétrer dans les villages l'habitude de se préoccuper de ce qui est extérieur. Au Kenya la chaîne nationale de radio kbc diffuse Literature Talk.

  • 1 Agendafrique, Mémoire d'un Continent, rfi 1984, volume réalisé pour le quinzième anniversaire de l (...)

7Les programmes des radios internationales réservent une place de choix aux émissions culturelles qui font connaître les nouveaux livres, les films, par exemple à rfi : Fréquence lire ou Grand écran. La peinture, les arts, l'histoire occupent aussi une place dans des émissions comme Arts, idées, spectacle. Une mention spéciale doit être réservée à Mémoire d'un continent, une émission qui a commencé en 1969, associant l’ortf puis Radio France Internationale et des radios africaines, des historiens et des témoins de l'histoire récente de l’Afrique ; plusieurs Africains ont joué un rôle majeur dans cette production, Ibrahima Baba Kaké, Elicia Mbokolo qui dirigea la publication du tome II de l'Histoire d'Afrique Noire édité par l’uref Aupelf, Sekené Mody Cissoko, Jean-Noël Éoucou. Dans une étude sur l'image de la radio, menée par l'Institut ivoirien d'opinion publique en janvier 1990 et publiée par Micro Public du 3-9 septembre 1992, cette émission est présentée comme "nourrissant vraiment la culture générale", de même que "Au cœur de la justice"1.

8Les émissions ayant un contenu économique et social, présentées plus haut, apportent aussi une ouverture sur le monde extérieur en introduisant des façons différentes de se soigner ou de cultiver la terre par exemple.

9Bien que limitée à une partie de la population (principalement urbaine), la télévision introduit une plus large connaissance du monde extérieur, aussi bien avec le journal télévisé que par les documentaires et parfois les émissions de divertissement. Même si la signification des images n'est pas universelle, la télévision montre des façons d'agir, de se vêtir, de se comporter, des paysages aussi très différents ; cette diversité introduit une participation à la mondialisation, avec les effets pervers possibles sur lesquels nous reviendrons. La presse écrite et la radio — qui nécessitent plus de participation du lecteur ou de l'auditeur — font connaître des penseurs, des écrivains, des artistes étrangers.

10Une partie importante des émissions pour la jeunesse est importée (les deux tiers à la télévision du Cameroun), dessins animés ou programmes éducatifs comme Sesame Street diffusé à la télévision du Cameroun et aussi au Kenya à kbc première chaîne tv. Les plus jeunes se familiarisent ainsi très tôt maintenant avec ce qui provoque l'acculturation que nous étudierons plus loin. Les émissions culturelles ont tendance à se restreindre dans les télévisions nationales culturelles ; la télévision du Burkina Faso diffusait un magazine culturel Questions à la littérature en 1988 qui a disparu depuis.

11Certes, médias africains ou médias internationaux reçus en Afrique donnent une connaissance du monde qui valorise certaines régions (la France par exemple en Afrique francophone, les États-Unis au moins autant que le Royaume-Uni en Afrique anglophone) plus que d'autres. Mais cette ouverture sur le monde extérieur ne se limite pas aux cultures extra-africaines, elle porte aussi sur les autres régions de l'État du pays qui produit les médias et sur les autres États africains.

II. identité et solidarité africaines

12En contraste avec une représentation de l'extérieur le plus éloigné, la radio, par les émissions en langues africaines, communique aux populations les plus éloignées des villes, l'expression d'une identité africaine ; c'est surtout sensible dans les radios locales ou communautaires, encore peu nombreuses. Elles permettent à des paysans d'entendre d'autres paysans. Les radios contribuent à maintenir les solidarités familiales avec les Avis et Communiqués, dont nous avons déjà vu l'importance financière (ces émissions, partout écoutées, marquent l'importance de la communication interpersonnelle au sein des médias africains). Ils occupent aussi une place importante (plusieurs pages parfois) dans les quotidiens.

13Au Congo, les communiqués concernant les décès et les cérémonies funéraires sont diffusés en lingala et en kikongo. Au Burkina Faso les radios privées les diffusent en cours d'émission pour signaler le cas d'enfants égarés. Au Cameroun ils sont très appréciés des auditeurs, un homme de cinquante-trois ans dans le village de Magba à l'Ouest déclare au sujet de la radio : "elle nous annonce le jour même la naissance ou la mort d'un parent, même si l'événement s'est passé dans une autre province, les résultats des examens de nos enfants..."

14Les médias, la radio mais aussi la presse écrite, assurent une communication interpersonnelle ; outre le cas déjà présenté des radios rurales, le courrier des lecteurs n'établit pas seulement une relation entre les journalistes et les lecteurs, mais aussi entre les lecteurs. Surtout dans la presse anglaise, par exemple au Kenya, les trois quotidiens réservent la moitié ou même une page au "mailbox" : souvent une lettre s'adresse à une lettre publiée dans un numéro précédent.

15La télévision présente un autre aspect de la solidarité africaine, avec une réception collective, parfois plus de vingt personnes regardent sur le même téléviseur une émission, ce qui facilite les échanges de conversation : si la réception est collective, l'intégration de ce qui a été vu est plus individuelle. Le journal télévisé, qui est une des émissions les plus regardées (le choix de l'heure de diffusion y pousse), à côté de ses aspects politiques, représente un enjeu culturel, ambigu puisque des mêmes images découlent des attitudes différentes, d'assentiment, de méfiance ou de contestation ; mais elles entraînent une certaine conception de la vie politique, une culture commune. La même caractéristique se retrouve dans les autres émissions à grande audience regardées par un grand nombre de personnes et ensuite objets de discussions, même s'il s'agit de feuilletons étrangers heurtant parfois les habitudes locales. Les échanges de programmes entre les télévisions africaines restent modestes, malgré les effets du Screen de Nairobi et de l'urtna.

16Mais l'enjeu culturel le plus important que présentent les médias correspond à leurs aspects linguistiques. À côté de l'expansion des langues internationales qu'ils provoquent — ce que nous avons déjà abordé tout en y revenant plus loin — nous voudrions maintenant présenter ici les problèmes que soulève l'utilisation des langues africaines dans les médias.

  • 2 Cité par Guy Menga, Kotavali, Les indiscrétions d'un vagabond, 1974.

17Constatons d'abord, là encore, la primauté de la radio qui permet de recourir à un nombre parfois important de langues africaines. Avec la fm il est possible d'émettre et de diffuser sur le territoire où une ou deux langues sont prépondérantes. Certes, la radio n'établit pas le contact personnel de l'oralité traditionnelle ; dans un témoignage déjà ancien, le romancier congolais Guy Menga écrivait à propos du récit des événements qu'un chauffeur faisait à son arrivée dans un village, que les villageois préféraient l'entendre même s'ils connaissaient déjà l'événement "les langues qu'employait la radio nationale, fussent-elles vernaculaires ou européennes n'étaient pas toujours bien comprises"2.

  • 3 David D. Laitin, op. cit.

18Le multilinguisme est la situation la plus courante en Afrique sub-saharienne, entraînant un mélange des langues dans la même conversation. Cette habitude contribue à ne pas faire des problèmes de langue une question brûlante actuellement ; la promotion des langues africaines est un thème de discours, exprimé le plus souvent en anglais ou en français. Kenyatta dans un premier discours au parlement du Kenya en 1964 avait déclaré (en anglais) : "Maintenant que nous avons l'indépendance complète, nous n'avons pas à être esclaves des langues étrangères". Pourtant même au Kenya ce n'est que très lentement qu'on prit conscience qu'il valait mieux apprendre à lire et à écrire dans sa langue maternelle avant que ce soit en anglais ou en swahili. Car dans beaucoup de pays africains la vie quotidienne (en ville du moins) se déroule en trois langues ; au Kenya, par exemple, en anglais en swahili et en langue maternelle ; ainsi au marché de Nairobi, dans une même conversation se mêlent luo, kikongo et swahili3.

  • 4 Nous renvoyons le lecteur intéressé à Debra Spitulnik, Radio Time Sharing and the Negotiation of L (...)
  • 5 Ba Amadou, Pouvoir, moyens d'information et politique linguistique en Mauritanie, thèse de doctora (...)

19L’enjeu culturel que représente l'utilisation d’une langue dans des organismes officiels comme la radio, la télévision ou la presse présente un aspect politique. Il a été particulièrement étudié dans le cas de la Zambie4. L'introduction à la radio nationale d'un pays, d’émissions dans une langue africaine la valorise et, à long terme, étend le nombre de ses locuteurs ; il en est de même à la télévision où le phénomène s'accentue car le nombre de langues africaines utilisées est plus restreint. La radio du Burkina Faso a longtemps diffusé une émission Patrimoine culturel, en français, en mooré ou en jula selon les jours, consacrée à des aspects ignorés de la culture nationale. Plus longtemps encore "Sous l'arbre à palabre" soirée de contes en mooré. Un magazine culturel est diffusé à la radio nationale de Mauritanie en arabe, en pulaar, en swahili et en wolof, un autre sur le patrimoine culturel n'est diffusé qu’en français5.

  • 6 Samb Moustapha, Etude de la radio au Sénégal et les nouvelles stratégies des stations internationa (...)

20À la radio nationale du Sénégal, une émission culturelle Xeltu fait parler en wolof des universitaires sur leurs recherches. Une autre émission Talifu Doomin Reeromi diffuse des poèmes en langues nationales6. Des émissions culturelles en anglais sont diffusées par Channel Africa (Afrique du Sud) comme Africa Tapestry ou Artist of the Week, par Voice of Nigeria comme Across the Ages, World of the Arts.

21L'emploi des langues africaines dans les médias a été plus rapide dans les pays anglophones. Le swahili a pris d'autant plus d'importance dans l'Afrique de l'Est qu'il n'apparaît lié à aucune ethnie ; mais alors qu'il est parlé aussi bien par les élites que par le peuple en Tanzanie, en Ouganda longtemps les élites ont refusé de l'utiliser. Il permet un langage et une culture en commun aujourd'hui pour ces deux pays ainsi que le Kenya avec des journaux comme Taifa Leo un quotidien de seize pages tirant à 35 000 exemplaires à Nairobi, en Tanzanie Dimba un hebdomadaire s'intéressant surtout au sport et à la vie culturelle, diffusé à 30 000, Majiro un quotidien de 80 000 exemplaires, cinq autres hebdomadaires, trois bihebdomadaires, un autre quotidien sont publiés en swahili. La presse ougandaise utilise le luganda ou le luo à côté de l'anglais, plus répandu.

22Les langues africaines sont peu utilisées dans la presse en Afrique du Sud, sauf pour quelques magazines édités en plusieurs langues comme Bona, mensuel publiant à 260 000 exemplaires en anglais, sotho, xhosa et zoulou : Ilanga est toutefois un bihebdomadaire en zoulou tirant à plus de 120 000 exemplaires à Durban et l'hebdomadaire historique Imvo Zabantsundu (il a été créé en 1884), 31 000 exemplaires en anglais et en xhosa. Elles le sont moins encore en Afrique occidentale et dans toute l'Afrique francophone.

23L'utilisation écrite de ces langues pose des problèmes de transcription déjà évoqués : ces problèmes se retrouvent ou se retrouveront pour le sous-titrage des émissions de télévision en langue africaine, le doublage étant trop coûteux.

24La primauté de la radio se trouve donc renforcée. L'utilisation des langues africaines valorise toutes les radios. La préférence pour l'écoute en langue africaine est confirmée par l'audience des radios étrangères dans ces langues. Ainsi, en mars 1994 à Niamey, la bbc qui diffusait en haoussa dépassait rfi, c'était surtout sensible pour les plus âgés (cf. tableau 13).

  • 7 Cf. David D. Laitin, op. cit., Pius Ngandu Nkashama, Médias et langues africaines in Mondes en dév (...)

25Le choix des langues utilisées par les médias représente un enjeu culturel primordial et ambigu. La préférence pour l'expression en langue maternelle est évidente quand les populations ont la possibilité de choisir, ce qui est surtout le cas de la radio ; mais les émissions de télévision sont regardées même par ceux qui ne comprennent pas le français ou l'anglais, surtout le sport ou les variétés. L'anglais se prête mieux que le français au mélange avec des langues africaines, ce qui donne par exemple le kenglish associant des mots en swahili ou des images utilisées dans les langues locales7.

26La lecture d'un journal dans des marchés ruraux ou dans des bidonvilles est une attraction publique qui n'atteint pas seulement ceux qui maîtrisent l'écrit et la langue des journaux mais aussi les analphabètes ; il en est de même du commentaire radio.

27Le contenu des émissions de radiotélévision pourrait renforcer, davantage qu'il ne le fait, l'identité africaine. C'est surtout dans deux domaines que cette fonction apparaît : le sport et le divertissement.

III. le sport

28Le sport occupe une place très importante dans les médias africains. Ce n'est pas particulier à l'Afrique, mais la place qu'a prise le sport dans les sociétés africaines lui donne une valeur culturelle, en plus d'une dimension politique. Les victoires sportives des Noirs américains sont aussi largement prises en compte que celles des Africains. Leur suprématie dans de nombreux sports, individuels ou collectifs, est d’autant plus ressentie que dans la plupart des autres domaines la primauté est détenue par les nations industrielles. L'attention avec laquelle les médias africains ont suivi le procès de Simpson, le footballeur noir américain, accusé d'avoir tué sa femme et son amant, et accueilli avec enthousiasme son acquittement, est un exemple symbolique de l'investissement psychologique que représentent les sportifs noirs chez les Africains : même si l'engouement s'étend à tous les sportifs. Au cours de voyages en Afrique, j'ai pu constater que mes collègues africains connaissaient bien mieux que moi les footballeurs de l'équipe de Bordeaux.

29Ce que je voudrais indiquer ici, ce n'est pas l'importance de l'information sportive, mais la formation d’une identité sportive africaine et l'intégration rapide dans le mouvement sportif international : le Conseil Supérieur du Sport en Afrique est devenu en 1977 une institution spécialisée de l’oua (l'Organisation de l'Unité Africaine). L'activité sportive, le sport pratiqué ou le sport comme spectacle, contribuent dans de nombreux États africains à la construction de la nation, en faisant se rencontrer les différentes couches de la population.

Tableau 13 - Audience des radios étrangères à Niamey en 1993

Tableau 13 - Audience des radios étrangères à Niamey en 1993

30Le sport est un motif de lecture du journal, d'écoute de la radio, de regard sur la télévision. Le journaliste sportif est plus libre de s'exprimer, même dans les périodes de plus grande censure de la presse, il jouit aussi d'une plus grande popularité. La rédaction sportive n’est pas exempte de préoccupations politiques, mais elle se livre à un genre épique qui, malgré ses outrances verbales parfois, devient un phénomène culturel. Ainsi Fraternité Matin le 20 septembre 1991 publie après les jeux africains du Caire, un hymne de l'écrivain égyptien Naguib Mahfouz sur le sport : "une rare occasion pour se rencontrer fraternellement entre les représentants de l'avenir, piliers de l'espoir et de l'épanouissement vers un monde meilleur pour l'Afrique éternelle et l'Univers entier." La victoire des Lions indomptables, l'équipe du Cameroun sur l'Argentine lors de la coupe du monde de football du 11 juin 1990 avait déjà illustré ce genre épique. Cameroon tribune lui consacra une première page avec ce titre "8 juin 1990 Historique ! " et douze pages de commentaires qui ne manquent pas de grandiloquence mais qui, dans cet excès même, traduit sa portée africaine et fait du sport un patrimoine : "dans un siècle, les jeunes Africains du troisième millénaire étudieront dans leurs manuels d'histoire que le Cameroun aura été le premier pays du continent africain à disputer et remporter un match d'une Coupe du monde". Dans un article intitulé "Prestige accru" un journaliste écrit que "le sport comme la culture est un instrument de rayonnement".

  • 8 Carlier J. Ch. Le sport et la presse écrite en Afrique francophone, dea d'Histoire, Université de (...)

31Les médias de l'Afrique anglophone présentent un intérêt plus diversifié, qui, tout en donnant la première place au football, traitent aussi de la boxe, du tennis, de l'athlétisme, du cricket. Taifa Leo, quotidien du Kenya publié en swahili, consacre presque quatre pages sur huit au sport (le 7 septembre 1992). En Afrique francophone, c'est le football qui domine largement dans la presse, occupant souvent la première page car il passionne les populations. Celles-ci s'assimilent à leurs joueurs favoris, Roger Milia au Cameroun, Jules Bocande au Sénégal, Youssouf Fofana en Côte d'ivoire pour ne citer que trois pays ayant un quotidien qui est lu même par les lecteurs hostiles à son opinion politique lorsqu'il rend compte de leurs prouesses8.

32Le sport sert les médias en Afrique au moins autant qu'il est servi par eux ; il a donné naissance à une presse sportive ancienne mais développée avec l'urbanisation croissante : là aussi apparaît la supériorité de l'Afrique anglophone ; en 1995 il y avait 17 périodiques sportifs en République sud-africaine, le mensuel le South African Soccer tirait à 42 000 exemplaires ; l'hebdomadaire Sporting Records du groupe Daily Times au Nigéria à 222 000 exemplaires. Graphic Sports est un hebdomadaire du Ghana qui s'édite à 70 000 exemplaires.

33Avec l'essor de la presse privée en Côte d'ivoire, plusieurs journaux sportifs apparurent. Le plus florissant Asec Mimosas, le bimensuel de l'équipe ivoirienne de football, tirait à 38 000 exemplaires en 1992. En novembre c'était le périodique ivoirien le plus lu à Abidjan après le Nouvel Horizon, principal organe de l'opposition, au cours du mois écoulé, plus lu que Jeune Afrique ; d'après un sondage portant sur 2 320 citadins de quinze ans et plus, 18,5 % de l'échantillon l'avait lu dans le mois, davantage à Abidjan (21 %) et à Korhogo dans le Nord (20 %) : des hommes surtout, près du tiers des cadres (33,1 %) et des étudiants (35 %) mais aussi 29,8 % des ouvriers artisans. On peut noter qu'à la même date un autre hebdomadaire. Ivoire football, était lu par 13 % de personnes dans le mois.

  • 9 Sofres. Dialogue. Dakar Pikine, novembre 1995.

34Dans une enquête de juin 1994 ne portant que sur Abidjan, la proportion des lecteurs d'Asec Mimosas dans le mois s'est élevée à 23,6 %, un peu moins pour les cadres (29,5 %) mais davantage pour les étudiants (37 %), les ouvriers artisans (32,6 %), les commerçants. À Dakar Pikine, en novembre 1995, Afrique Football avec 26,3 % de lecteurs (45 % chez les hommes) avait un lectorat égal ou supérieur à celui de beaucoup de périodiques politiques9.

  • 10 hcpi Côte d'ivoire, septembre 1995.

35Le sport à la télévision a une place de choix : cfi envoie de nombreuses émissions sportives qui ont un grand taux de reprise par les télévisions africaines. Les enquêtes et sondages révèlent un grand intérêt surtout pour le football à la télévision ; en 1995 à Abidjan ces émissions étaient suivies par 81,1 % de spectateurs surtout par des hommes (94,6 %) ; 88,7 % des hommes indiquaient qu'ils voyaient "beaucoup" les émissions de foot africain, 86,1 % les émissions de foot européen, intérêt plus élevé que pour les informations nationales télévisées (70,2 % des hommes étaient "beaucoup intéressés"). Cet intérêt était assez semblable pour tous les âges (un peu plus chez les 30-39 ans) et quel que soit le niveau de fortune ; cadres et ouvriers ou artisans étaient les plus passionnés. Cadres et employés étaient plus intéressés encore par le foot européen10.

  • 11 Senghor Sophie. L'information nationale au journal télévisé du Sénégal, Thèse de l'Université de B (...)

36Dans une étude fondée sur l'observation participante de la pratique de la télévision dans trois familles de Dakar (l'une aisée, une autre de cadre moyen, une troisième d'un ouvrier manœuvre), le spot est perçu de la même façon comme un divertissement éducatif avec une puissance émotive commune11.

IV. les émissions de divertissement

37Parce qu'elles sont un moyen d'expression, les émissions de radio et de télévision représentent un enjeu culturel en fonction de la langue qu'elles utilisent, de l'origine aussi des productions, nationale ou étrangère, de leur nature enfin. Parce qu'elles sont souvent coûteuses, elles contiennent une proportion fréquemment majoritaire d'émissions importées à la télévision ; c'est là encore une nette différence avec la radio dont les programmes sont plus africains. Non que les émissions importées ne présentent un élément culturel qui peut être positif, même si films et séries venus de l'étranger peuvent provoquer une acculturation sur laquelle nous reviendrons.

38Les émissions africaines seules, que nous retenons maintenant, peuvent se répartir en deux grandes catégories : les musicales et les parlées.

39La musique occupe une place prépondérante dans toute culture africaine ; c'est même un des domaines où les productions africaines débordent sur le reste du monde, en particulier sur l'Europe. La radio se nourrit de musique, avec des modes qui, par exemple privilégient actuellement la musique zaïroise. Le Sunday Nation de Nairobi du 7 avril 1996 se plaint que la musique diffusée par la chaîne de radio de la kbc en swahili soit presque uniquement zaïroise. L'écoute de la musique s'effectue soit en groupe, soit en accompagnement d'une autre activité à la maison ou au travail.

  • 12 Okala J. T. Médias publics et pouvoir politique au Cameroun : le cas de la télévision nationale, T (...)

40Les émissions musicales sont très nombreuses à la télévision. Avant son lancement au Cameroun, une enquête en 1985 avait porté sur les attentes des Camerounais : les variétés musicales nationales arrivaient en tête ; les danses traditionnelles étaient attendues par les deux tiers. Des émissions comme Telepodium (remplacée par V comme Vedette), Danse Cameroun Dance y répondent ; elles assurent la promotion d'artistes locaux comme Dinal Bell ou Nguimé Manulo12. Les danses traditionnelles sont l'objet d'une émission appelée Héritage présentant celles des dix provinces avec un bref historique et un commentaire le dimanche à 20 heures ; elles servent aussi à meubler l’antenne quand il y a des solennités. Mais elles revêtent des significations différentes selon les populations : tantôt elles s'intègrent dans la culture traditionnelle pour ceux qui se rappellent les circonstances auxquelles elles sont associées, tantôt elles ne représentent qu'un aspect folklorique.

41Les télévisions africaines apportent un soin particulier à ces émissions qu'elles proposent en bonne place à l’urtna Screen de Nairobi ; ainsi en 1988, la télévision du Kenya présentait une émission de trente minutes sur le festival de musique du Kenya à l'occasion de son soixantième anniversaire, avec des chants et des danses masai, luo, kikuyu... rappelant des cérémonies d'initiation, de mariage ou de récolte. La télévision de Côte d'ivoire proposait le masque Zaouli, une danse avec masque symbole de travaux des champs et d'animaux ; celle du Mali donnait tout un répertoire de chanteurs en bambara et autres langues africaines. En 1994 la musique est l'objet d'émissions proposées par la télévision de l'Angola (sur Lourdes Van Dunen qualifiée de "reine de la musique angolaise", sur Carlos Lamartine ou Calabeto, sans compter le Ballet Nacional).

  • 13 Festival Africain de Programmes de Télévision, urtna screen, catalogue 1994, Nairobi.

42La télévision du Bénin présenta en 52 minutes des ballets du groupe Towapkon, qui n'étaient exécutés jadis que par des initiés ; celle du Burundi des tambourinaires, celle du Cameroun produisit plusieurs émissions de musique et de danse, avec différents styles musicaux selon les régions et les instruments. Chaque pays y présentait des émissions de musique, de danses, mêlant chanteurs contemporains et traditions13.

43La chanson prend une dimension socioculturelle et même politique ; Joseph Kamaru, un des chanteurs les plus populaires du Kenya, produisit en 1992 une chanson "Message to the Youth" allant dans le sens de l'aspiration à plus de démocratie avant les élections de 1992, les premières avec le multipartisme. La chanson joue un rôle important dans la mobilisation des femmes au Kenya. Elle fait pénétrer l'esprit critique dans les populations rurales moins politisées. Dans de nombreux pays la chanson est depuis longtemps pratiquée pour servir le culte du chef de l'État ; le président Moi l'a développé au Kenya avec les chorales louant le Nyago (l'idéologie de la trace), dans les fêtes nationales.

  • 14 Grignon François, op. cit.

44Des chansons en kikuyu sur les violences contre Kenneth Matiba, un exclu de la kanu devenu opposant à Moi, ou sur le culte de Kenyatta furent interdites en 1990. À défaut d'être diffusées à la radio, considérées comme séditieuses elles sont reproduites en cassettes : chansons en Kikuyu dénonçant le sort des expulsés d'un bidonville en termes bibliques, chansons en luo après la mort d'Oginga Odinga, leader du ford-Kenya. Support musical et culture ethnique sont souvent liés à l'origine. Mais en se diffusant largement le lien se relâche14

45Parmi les émissions parlées, les films ou séries sont surtout importés, même s'il en existe au Nigéria remontant aux années soixante-dix, comme la série Case File produite par la télévision de Kaduna en 1978, ou la série Masquerade produite à Enugu dans ces mêmes années soixante-dix, reprise en 1989, de même Village Headmaster diffusée à Lagos représentant les différents aspects de la vie d’un village imaginaire ; une série — déjà ancienne — Cock Crow et Down exaltait le retour à la campagne. Au Ghana Osofo Dadzie est une série en akan qui connut 250 épisodes, diffusée en 1972 puis reprise en 1985. Le Sénégal s'est lancé récemment dans la production d’un feuilleton.

46Le théâtre populaire est diffusé (il faudrait dire pour certains États "était") par beaucoup de télévisions africaines, au Nigeria souvent en langues africaines, en anglais aussi comme Yos Play of the Week à Ibadan ou le théâtre d'Ojo Ladipo dans l’État d'Ogun. Si nous reprenons les catalogues d'urtna-Screen, nous voyons que la télévision du Cameroun proposait un drame "La succession de Wabo Defo" qui dure deux heures où un chef de village démêle la succession compliquée d'un notable. Le Ghana, le Bénin, le Nigeria, le Zimbabwe, le Togo en présentent aussi. Un nombre moindre est proposé en 1994. La série de sketches Faut pas fâcher en Côte d'ivoire traite sous forme de comédies humoristiques des problèmes de la vie quotidienne. Le Ghana diffuse Dangerous members abordant le problème du nombre optimum d'emprunts dans une famille. L'épopée du Foutu Djallon en Guinée raconte l’histoire du royaume du xixe siècle.

47Le théâtre africain à la télévision a souvent une fonction moralisatrice et éducative. Ainsi, les émissions de divertissement sont-elles aussi un moyen de faire passer des messages et à côté de leur aspect culturel, présentent-elles une dimension sociale qui les a fait utiliser dans plusieurs pays pour préconiser la limitation des naissances, pour enrayer l'exode rural ou inciter les parents à envoyer leurs enfants à l'école.

48La radio, depuis plus longtemps, joue ce rôle, mêlant le récit et la satire : Un certain Makhouredia Gueye chauffeur de taxi, au Sénégal, La famille Yao en Côte d'ivoire, Malikopo en Zambie.

49Enjeux politiques, économiques et culturels s'imbriquent dans les médias africains, ce qui renforce l'importance que leur attribuent pouvoirs et contre-pouvoirs.

50La très grande audience de la radio en Afrique en fait le principal enjeu des médias. La diversité des chaînes, le pluralisme de plus en plus fréquent offrent un choix important en ville, plus limité pour l'auditeur rural. Le défi que pourrait lui lancer la télévision tourne court, soit que l'implantation de celle-ci reste surtout urbaine, soit que, face aux émissions de télévision souvent importées, la radio apparaisse mieux comme le média de l'identité africaine.

51Même si les enquêtes par sondages éveillent chez certains le scepticisme, les réponses concernant l'écoute de la radio sont trop constamment semblables pour être mises en doute. Au Nigeria en 1993 la radio nationale était la source d'information sur les nouvelles nationales pour 97 % d'un échantillon de 794 personnes, 93 % possédaient un poste de radio et 75 % l'écoutaient tous les jours. Au Ghana, d'une enquête de février-mars 1995, il ressort que 67 % des foyers possèdent un poste de radio (75 % des citadins, 63 % des ruraux) alors qu'ils n’étaient que la moitié en 1991 ; près de la moitié l'écoute chaque jour (55 % en ville, 45 % chez les ruraux) et 73 % dans la semaine.

52En Afrique du Sud, une enquête auprès de la population urbaine en septembre 1996 indique que 89 % des adultes écoutent la radio dans la semaine (91 % des Blancs, 84 % des Noirs), l'écoute de la veille était de 69 % (75 % des Blancs, 62 % des Noirs) ; 97 % des foyers possédaient un poste de radio (98 % des Blancs, 84 % des Noirs) ; on estimait à 14 millions le nombre d'auditeurs chaque jour.

53En Ouganda, au printemps 1995, les trois quarts de l'échantillon possédaient la radio, 89 % à Kampala, 70 % dans les autres villes, 72 % chez les ruraux ; 79 % l'écoutaient au cours de la semaine (91 % à Kampala, 76 % chez les ruraux).

54Au Kenya, 74 % des adultes possèdent la radio (88 % à Nairobi, 82 % dans les autres villes, 72 % chez les ruraux) et 79 % l'écoutent chaque semaine, 59 % écoutent l'émission de la veille (72 % à Nairobi, 69 % dans les autres villes et 56 % chez les ruraux).

55Au Mozambique en 1995, un poste de radio se trouve dans 51 % des foyers (88 % à Maputo, 29 % dans la province de Cabo Delgado) ; l'écoute au moins une fois par semaine est de l'ordre de 48 % des adultes (85 % à Maputo, 38 % dans la province de Gaza) ; l'écoute de l'émission de la veille (30 %) varie entre 67 % à Maputo, 76 % à Beira et 11 % dans la province de Cabo Delgado.

56Au Cameroun à la fin de 1992 dans 90,9 % des foyers à Daoula, et dans 94,2 % à Yaoundé, il y avait un poste de radio en état de marche. Selon un sondage sur 1 200 personnes, il y avait 96,3 % d'auditeurs dont 78.8 % tous les jours ou presque.

57En Mauritanie, en décembre 1993 à Nouakchott sur un échantillon de 798 personnes de 15 ans et plus, 82,7 % avaient un poste de radio, 94.9 % écoutaient la radio, 67,1 % tous les jours ou presque.

58Des sondages portant sur l'ensemble de la population citadine et rurale, sont plus rares ; nous en avons en 1992 pour deux pays. En Côte d'ivoire 68,5 % ont un poste de radio (63,1 % ont un poste de radio fm, 62,1 % un poste oc) ; si c'est le cas de 95,3 % dans les villes, les 50,4 % chez les ruraux suffisent à faire connaître à tous ce que diffuse la radio ; il y a 86,6 % d’auditeurs de la radio (68 % réguliers), 98,4 % chez les citadins (91 % réguliers), 78,6 % chez les ruraux (52,6 % réguliers). Un autre sondage de juin 1995 à Abidjan seulement donne 93,7 % de possesseurs d'un poste de radio, 97,7 % d'auditeurs, 61,4 % d'auditeurs tous les jours.

59Au Sénégal en février-mars 1992, l'équipement en postes de radio s'élevait à 92,7 % des foyers, 99,7 % à Dakar, 89,2 % chez les ruraux ; l’audience des ruraux égale à 98 % (92 % d'audience régulière) était presque aussi élevée que dans les villes. Un sondage d'octobre 1995 à Dakar Pikine seulement est du même ordre.

  • 15 Bassey Antia, Situation audiovisuelle dans un pays multilingue : le Nigéria, in Gambier Yves (éd.) (...)

60Ce n'est que dans quelques grandes villes (Abidjan, Dakar, Libreville...) que la télévision commencera à concurrencer la radio. Généralisée dans les capitales, l'audience de la radio est majoritaire dans les villes et suffisamment répandue dans les campagnes pour être le principal média et même presque le seul pour les populations rurales. C'est aussi celui qui utilise le plus les langues africaines et, pour la population qui n'habite pas près d'une radio locale en fm, c'est la radio nationale qui est la seule reçue. Toutes ces circonstances font de la radio le principal enjeu de l'information en Afrique sub-saharienne15.

Notes

1 Agendafrique, Mémoire d'un Continent, rfi 1984, volume réalisé pour le quinzième anniversaire de l'émission. La présentation des émissions de la bbc World Service se trouve sur Internet : http://www.bbc.co.uk/worldservice.

2 Cité par Guy Menga, Kotavali, Les indiscrétions d'un vagabond, 1974.

3 David D. Laitin, op. cit.

4 Nous renvoyons le lecteur intéressé à Debra Spitulnik, Radio Time Sharing and the Negotiation of Linguistic Pluralism in Zambia, Pragmatics, 2-3, p. 335-354.

5 Ba Amadou, Pouvoir, moyens d'information et politique linguistique en Mauritanie, thèse de doctorat de l'Université de Bordeaux III, 1995.

6 Samb Moustapha, Etude de la radio au Sénégal et les nouvelles stratégies des stations internationales, Thèse de doctorat de l'Université de Bordeaux III, 1995.

7 Cf. David D. Laitin, op. cit., Pius Ngandu Nkashama, Médias et langues africaines in Mondes en développement, t. 19, 1991, no 73, p. 35-44. et François Grignon, La démocratisation au risque du débat ? Kenya 1990-1995. Non publié.

8 Carlier J. Ch. Le sport et la presse écrite en Afrique francophone, dea d'Histoire, Université de Bordeaux III, 1993.

9 Sofres. Dialogue. Dakar Pikine, novembre 1995.

10 hcpi Côte d'ivoire, septembre 1995.

11 Senghor Sophie. L'information nationale au journal télévisé du Sénégal, Thèse de l'Université de Bordeaux III, 1993.

12 Okala J. T. Médias publics et pouvoir politique au Cameroun : le cas de la télévision nationale, Thèse de l'Université Libre de Bruxelles, 1997, p. 120.

13 Festival Africain de Programmes de Télévision, urtna screen, catalogue 1994, Nairobi.

14 Grignon François, op. cit.

15 Bassey Antia, Situation audiovisuelle dans un pays multilingue : le Nigéria, in Gambier Yves (éd.), Les Transferts linguistiques dans les médias audiovisuels, Villeneuve d'Asq, 1996.

Table des illustrations

Titre Tableau 13 - Audience des radios étrangères à Niamey en 1993
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search