Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. Les porteurs d'espérance

2. Les enjeux économiques et sociaux des médias

Texte intégral

1Ces enjeux présentent une grande diversité selon les époques, selon les pays, selon les médias. Ceux qui correspondent aux structures et équipements concernent à la fois les sociétés africaines et les fournisseurs étrangers ; ils concernent la dimension économique des médias considérés comme des entreprises (publiques ou privées). Mais les contenus des médias représentent aussi des enjeux économiques par leurs effets, recherchés, supposés ou réels sur les populations ; trois éléments interviennent : la publicité, l'information économique et sociale que l'on peut appeler volontariste, émanant des États, longtemps produite par un discours sur le développement et qui pourrait correspondre à une information utile ou appropriée aux besoins de ceux qui la reçoivent. Le troisième élément correspond aux effets indirects des autres émissions qui ne visent pas à diffuser l'information économique ; par exemple des programmes de divertissement à la télévision (séries ou films notamment) diffusant des modes vestimentaires ou alimentaires. Ce dernier aspect a été bien perçu dans plusieurs pays où on recourt à des émissions de fiction à la radio ou à la télévision pour populariser des modifications de comportements.

2Le principal enjeu économique des médias tient à leur utilisation en faveur du développement ; or, sur ce plan, ils n'ont pas répondu à l'attente dont ils furent l'objet. Mais ce sont plutôt les dirigeants qui les contrôlaient qui en furent responsables. Le problème peut être posé de façon nouvelle, en les associant à la maîtrise de l'environnement. Surtout en diffusant une information utile, c'est-à-dire que le lecteur ou l'auditeur peut s'approprier ; c'est le cas de l'information sur la santé, cela pourrait l'être aussi en matière d'information scientifique et technique. Mais en Afrique où la majorité de la population dans plusieurs États est encore rurale, nous avons vu que la radio cherche à intégrer le monde rural dans la vie nationale ; de façon plus générale, se pose le problème de l'insertion dans ce monde rural, des médias pour qu'ils représentent un moyen d'expression, d'information et de communication, amenant une amélioration de son niveau de vie, sans détruire la société traditionnelle mais en la faisant évoluer.

I. les dimensions économiques des médias

3Elles apparaissent à plusieurs niveaux. En ce qui concerne les structures des médias, l'utilisation de la presse à des fins lucratives pour certains groupes, anglais surtout (Cecil King, Thomson, le groupe Lonrho), plus rarement français (le groupe de Breteuil) a été peu fréquente en Afrique ; cette situation existe davantage dans certains pays de l'Afrique anglophone où les journaux ayant des tirages plus élevés s'intègrent dans des groupe d'intérêts économiques plus vastes. C'est le cas en Afrique du Sud, le groupe Argus devenu Independent Newspapers avait pour principal actionnaire le trust minier Anglo-American qui est aussi présent dans le capital de l'autre groupe de presse anglais saan, South African Associated Newspapers devenu Times Media ; le Johannesburg Consolidated Investments jci est aussi un actionnaire important de ces deux groupes. Tony O'Reilly qui reprit l'Independent Newspapers augmenta ses profits malgré la baisse de la diffusion en raison des hausses du prix de vente et d'une modernisation des imprimeries mais il souhaite intervenir dans les médias électroniques, car seulement 3 % des adultes achètent un quotidien chaque jour en Afrique du Sud. Aussi la radio représente un marché bien plus important.

  • 1 Official Yearbook of the Republic of South Africa, Pretoria, 1996.

4La production des journaux a pu être aussi une source de profits au Kenya ou au Nigeria avec des tirages élevés et une importance déjà ancienne de la publicité. Des hommes d'affaires investissent plus souvent en Afrique anglophone. Quelques cas commencent à se présenter ailleurs, ainsi à Madagascar, Razafimahollo, un ancien ministre de la production industrielle qui créa le quotidien L'Express de Madagascar. Mais les journaux en zone francophone sont plutôt financés à fonds perdus par des personnalités riches du monde des affaires ou de la politique, par exemple Lemboumba Lepandou, longtemps ministre des Finances puis directeur de Cabinet du président du Gabon finança La Clé et La Griffe. Au Nigeria la publicité à la radio fut rapidement plus importante que dans la presse écrite et dès 1980 la télévision dépassait aussi la radio dans les budgets de publicité de l'agence Lintas. En Afrique du Sud, les cinq plus grosses agences de publicité gèrent 70 % des dépenses de publicité qui ont progressé de 15 % en 1995 : Ogilvy et Mather Rightford, Lindsey Smithers (les plus anciennes sont les principales). La télévision représentait 40 %, 28 % les journaux, 16 % les magazines, 13 % la radio. Sans la publicité les journaux sud-africains coûteraient dix fois plus cher1.

  • 2 Dépêches Reuter, 28 janvier et 28 mars 1997.

5En Afrique francophone la publicité connaît un moindre développement si ce n'est en Côte d'ivoire où la publicité à la télévision dépasse celle de la radio. Le sponsoring permet de faire bénéficier des chaînes de télévision d’émissions gratuites contre le passage d'écrans de publicité. Mais en cette fin du xxe siècle les télécommunications représentent les plus gros investissements pour intégrer l'Afrique au marché mondial de la communication. C'est aussi un moyen pour les États africains de s'émanciper parfois de la tutelle occidentale, ainsi Telekom Malaysia Berhad profite de la privatisation du téléphone pour s'implanter dans plusieurs pays ; au Ghana en vue de doubler le nombre de lignes (100 000 en 1996) et en Guinée. Mais les plus gros marchés sont en Afrique du Sud où une filiale de la Southwestern Bell Compagny sbc, des États-Unis, investit en mars 1997 pour 757 millions de dollars ; associée à Telekom Malaysia elle vise à enrichir de 2,8 millions de lignes le parc de téléphone ; la vente à ce groupe américano-malaisien pour 1,261 milliards de dollars, 30 % de l'entreprise publique Telkom2. Au Malawi la société japonaise nec, qui avait déjà installé en 1979 la station terrienne en relation avec Intelsat, a conclu un accord en mars 1997 avec l'État pour développer le réseau téléphonique (actuellement 40 000 lignes, 0,7 pour 100 habitants).

  • 3 Fraternité Matin, 20 novembre 1995.

6La radio et la télévision nécessitent un investissement important pour les équipements. Les États africains ont souvent joué, surtout dans les années soixante-dix, des rivalités entre l'Est et l'Ouest pour obtenir une assistance des deux côtés. L'Afrique Noire a offert des débouchés importants pour l'industrie électronique des pays industriels, par exemple à Thomson-csf en Afrique francophone3. Les concessions de fréquences donnent lieu à des contrats fixant des versements élevés, de l'ordre de 11 millions de francs cfa versés par rfi au Bénin en 1993 pour fm 90.

  • 4 On trouvera l'indication des principaux marchés publiés dans Marchés Tropicaux et Méditerranéens, (...)

7Le marché des postes récepteurs, surtout des postes de radio transistors et leur alimentation en pile repose principalement sur l'importation, avec quelques usines de montage en Afrique. Ainsi le groupe japonais Matsushita a fondé en 1985 une usine National Electric Côte d'Ivoire, nelci, à Abidjan qui monte des télévisions, des radios, des radios cassettes et depuis 1992 fabrique des cartes électroniques4.

8L'économie informelle qui joue un si grand rôle en Afrique est aussi présente dans le domaine des médias ; c'est le cas de l'entrée en fraude du matériel, notamment des téléviseurs et des magnétoscopes, ce qui explique la progression si rapide du parc de ces derniers ; dès 1984 on estimait au Nigeria que 20 % des possesseurs d'un téléviseur avaient un magnétoscope ; la même proportion se retrouvait en Côte d'Ivoire en 1989, elle était bien supérieure au Bénin et au Gabon.

9Un autre aspect concerne les duplications des cassettes vidéo, ce que Ivoir'Soir dans un article du 25 septembre 1996 appelait "La mafia de la piraterie".

10Mais ce sont surtout les contenus des émissions et leur influence sur les lecteurs ou auditeurs qui révèlent la dimension économique des médias. La presse écrite offre une grande diversité ; en dehors de la presse rurale présentée plus loin, peu de place est consacrée à l'agriculture et au monde paysan comparativement à leur importance prépondérante dans la plupart des pays.

II. médias et discours sur le développement

  • 5 Cf. le numéro 73 de Mondes en développement, 1991, consacré à "Information et media en Afrique Noi (...)

11La relation entre médias et développement affirmée plus que démontrée depuis quarante ans est un mythe qui commence à se désagréger. François Perroux avait défini le développement comme "la combinaison des changements politiques, sociaux, techniques, culturels et mentaux d'une population, qui la rendent apte à accroître durablement les différents progrès individuels et collectifs" ; ce texte était très complet, or souvent les "progrès individuels" ne furent pas pris en compte. L'Assemblée générale de l’onu vota le 4 décembre 1948 une résolution sur le développement économique de "pays insuffisamment développés" ; on a parlé de "pays sous-développés", puis de "pays en voie de développement", mais la finalité des politiques de développement, appuyée par la coopération internationale et fixée par les dirigeants des États africains, pendant très longtemps, a donné la priorité au développement des États, identifiés aux catégories dirigeantes, et au développement de l'économie présenté surtout comme une croissance de la production, plus qu'au développement des populations, des individus et de leurs familles5.

12Une relation étroite fut très rapidement établie entre développement, progrès technique et modernisation ; les transferts de technologie reposaient sur des savoir-faire autant que sur des outils. L'instruction et notamment l'alphabétisation apparaissaient comme des instruments indispensables pour transmettre des savoirs et des savoir-faire. À la suite de sociologues américains comme Daniel Lerner publiant dès 1958 The Passing of Traditionnal Society ou Wilbur Schramm, l’unesco avait vu dans la radio et la télévision conçues comme des techniques d'information à réception collective, un moyen de rattraper le retard des pays dits sous-développés dans le développement de l'instruction et de la modernisation.

  • 6 Cf. notre article "Radios et télévisions scolaires" dans le numéro spécial 1994-4 d'Afrique contem (...)

13Si les résultats des investissements, souvent importants, dans une radio et une télévision éducative ne furent pas à la hauteur des espérances, c'est que les États firent des campagnes pour le développement, un tremplin pour renforcer leur domination sur les populations ; d'autre part les médias qui ont été d'abord produits par les villes et pour les villes, correspondaient mal aux préoccupations des ruraux qui y avaient difficilement accès6.

14Enfin le caractère éducatif qu'ils revêtaient en s'adressant à des adultes heurtait les habitudes de respect des anciens. Le secrétaire général de la Décennie mondiale du Développement culturel de l’unesco, Basile Kossou, écrivait en 1988 au sujet de nombreux projets de développement : "Si certains des objectifs que s'était fixés la communauté internationale n'ont pu être atteints, c'est entre autres raisons parce qu'on avait sous-estimé, dans bien des projets de développement l'importance du facteur humain, ce réseau complexe de relations et de croyances, de valeurs et de motivations, qui forme le substrat même d'une culture".

15Longtemps les dirigeants des États africains avaient posé le développement comme préalable à la libéralisation du régime politique ; mais la crise économique accentuée dans les années quatre-vingt a balayé ce raisonnement et les aspirations démocratiques ont provoqué l'irruption d'une nouvelle presse contestataire des pouvoirs en place ; elle dénonça, avec les vices de la société et de l'État, l'inanité des formules incantatoires qui accompagnaient le discours officiel sur le développement.

16Le passage de l'information pour le développement à la communication pour le développement n'est pas seulement une formule de style, il traduit la nécessité de faire participer les populations, plutôt que de leur imposer, par en haut, des connaissances.

17Sans parler de la radio rurale sur laquelle nous reviendrons à la fin de ce chapitre, la radio et la télévision ont surtout une action de sensibilisation ; il ne suffit pas de donner des directives ; l'information ne suffit pas à modifier les comportements, il faut une implication, une appropriation par l'auditeur ou le téléspectateur ; c'est bien pourquoi tout ce qui touche à la santé est le mieux perçu, ainsi que les émissions s'adressant aux femmes. Des émissions de divertissements — nous en parlerons au chapitre suivant — jeux ou fiction peuvent aussi jouer sur les comportements. Des émissions importées permettent à la population de se sensibiliser aux innovations.

18Mais c'est surtout par l'écrit que s'effectue l'acquisition des connaissances ; le rapport Mac Bride avait déclaré "l'ignorance des techniques de lecture et d'écriture limite sévèrement l'épanouissement des capacités globales d'un individu". Or en raison de la faible production de livres en Afrique (sauf dans quelques pays comme le Nigeria et l'Afrique du Sud), la presse représente une part importante de l'écrit. Il peut s'agir d'une presse d'information générale qui fournit une information utile ; une information pluraliste peut contribuer au développement en traitant de problèmes qu'une presse gouvernementale monopoliste n'aborderait pas. Une presse spécialisée transmet des connaissances plus précises mais à un lectorat plus limité.

19La libéralisation de la presse a toutefois entraîné une politisation parfois excessive ; les pages des nouveaux journaux sont occupées principalement par des débats politiques, quand ce n'est pas par des faits divers sensationnels. Au niveau économique elle a contribué plus souvent à amplifier la crise qu'à la résoudre, se donnant pour mission de dénombrer les difficultés et les déficiences plutôt que de proposer des solutions. Toutefois en dégonflant la langue de bois et l'autosatisfaction des discours sur le développement des médias gouvernementaux quand ils avaient le monopole de l'information, elle a permis de reposer le concept même de développement ; c'est la presse proche des gouvernements qui souvent a introduit cette nouvelle attitude ; c'est le cas par exemple du quotidien Ivoir'Soir à Abidjan, du Daily Nation à Nairobi, du Daily News en Tanzanie ; notons que dans ce dernier pays, le gouvernement de Nyerere avait toujours donné une importance primordiale à l'écrit, donc à la presse. Mais les médias gouvernementaux donnent une information trop institutionnelle sur les réunions ou les actions en faveur du développement entreprises avec l'appui des autorités. L'analyse de la façon dont la presse, en Afrique francophone, a annoncé la dévaluation du franc cfa, puis a rendu compte à partir de janvier 1994 de ses effets serait un test pour apprécier l'information économique à travers les journaux. Si les médias peuvent être utilisés pour sensibiliser à des problèmes, leurs informations peuvent aussi déclencher des inquiétudes sur des produits ou des situations entraînant des effets économiques ou des comportements inattendus. Le caractère éducatif qu'on avait voulu leur attribuer, comme toute politique volontariste prenant ses discours pour des réalités n'a connu que des effets mitigés.

III. les médias et la prise de conscience des problemes de l’environnement

  • 7 Cf. L'environnement en Afrique in Afrique Contemporaine, no 161 janvier-mars 1992, et Le Développe (...)

20L’ambiguïté du discours sur le développement, marqué longtemps par la langue de bois a dévalorisé le mot ; un auteur africain Axelle Kabou a pu titrer un livre Et si l'Afrique refusait le développement. Sans le remplacer la maîtrise de l'environnement est un nouveau concept que l'Africain des villes aussi bien que des campagnes peut s'approprier7.

21Si la question de l'environnement a commencé a être débattue au niveau des gouvernements africains depuis près de 20 ans (à Monrovia en 1976, à Lagos en 1980), elle a été présente seulement bien plus tard dans les médias, du moins dans l'Afrique francophone, souvent sous des influences étrangères, avec des émissions importées de radio ou de télévision. Les émissions radiophoniques concernant les feux de brousse, les problèmes de l'eau, la dégradation des sols ont existé dès la fin des années 1960 dans de nombreux pays ; par exemple au Zaïre, la radio du Kasaï à Luluabourg dans les années 1966-1968 traite de sujets comme "le danger des immondices, les dangers des feux de brousse". Dès la naissance des radios rurales et l’utilisation des langues africaines, même si le mot environnement ou son équivalent n'est pas utilisé, certains problèmes, notamment ceux qui touchent à l'eau sont abordés ; en Tanzanie par exemple dans une campagne des années 1970 contre les mares stagnantes.

22Sud Hebdo (Sénégal) du 23 avril 1992, dans une chronique sur les émissions de télévision de Sophie Ly, annonce une émission sur "Environnement et sécurité" ; elle ajoute : "à propos d'environnement, c'est quoi ce nouveau spot ? D'accord il annonce le sommet de Rio en juin, mais en quoi il s'adresse à nous ? Moi je n'y ai vu que le feu d'un flash sur la convention, sur les climats et la biodiversité — des mots que tous les dictionnaires n’affichent pas — sans être plus instruite de ce que c'est, ni dans quelle mesure on est concerné". Cet exemple, même si on fait la part de l'humour, illustre bien que le mot "environnement", entré dans la panoplie des médias africains, reste hermétique à une grande partie de la population.

23Ce n'est que récemment que, des radios locales rurales ne sont plus la voix du gouvernement, mais l'expression du milieu paysan, ce qui permet d'associer mieux les traditions rurales aux mesures à prendre, par exemple au Mali et au Burkina Faso. De nombreuses émissions sur l'environnement se retrouvent actuellement dans les radios internationales à destination de l'Afrique. Par exemple, sur rfi, Nous n'avons qu'une terre, un magazine d'une heure. D'autre part rfi envoie des émissions qui sont reprises par les radios africaines à leur convenance, c'est le cas de Objectif terre, consacrée à l'environnement et de certaines émissions de Sciences et techniques.

  • 8 Le contenu de ces émissions ainsi que des émissions d'informations scientifiques et techniques, pr (...)

24bbc World Service diffuse une émission de 15 minutes, Global concerns traitant des problèmes de l'environnement avec reportages et discussions, et aussi The Health of Planet earth8.

25De même à la télévision, le World Service de la bbc et cfi diffusent de nombreuses émissions sur l'environnement dans leurs magazines, qui sont souvent reprises par les télévisions africaines. Celles-ci produisent et échangent aussi à l'urtna -Screen, annuel de Nairobi, des documentaires concernant l'environnement, même les télévisions les moins développées, comme celle des Seychelles en 1988 qui réalise un documentaire sur les tortues houvksbill menacées d'extinction. Les problèmes de l'eau sont présentés dans les émissions de beaucoup de pays ; par exemple au Kenya en 1986, un reportage de 27 minutes "la recherche de l'eau" fut diffusé et une autre émission de la même télévision "We are losing ground" "Nous perdons du terrain", montrait le danger de l'abattage excessif des arbres. En 1986 aussi, à la télévision du Sénégal Bois de feu traitait de ce problème et de la déforestation, et celle du Zimbabwe diffusait une émission de 34 minutes sur la Journée nationale de la plantation de l'arbre. Les émissions sur l'environnement remontent donc déjà à plusieurs années. Elles ne se sont pas nécessairement développées, mais les problèmes de l'environnement sont aussi présents dans les journaux télévisés. Les documentaires télévisés sur l'environnement se sont multipliés en 1995, notamment sur les télévisions de l'île Maurice (avec une série environnement), du Kenya (sur l’agroforesterie) et de Côte d'ivoire (le samedi matin Terre sauvage) ; mais ces problèmes sont aussi abordés dans d'autres émissions. C'est ainsi que la série ivoirienne humoristique Faut pas fâcher aborda la problème de la salubrité de l'environnement en ville.

  • 9 On trouve une recension de ces publications dans Benn's Media, t. 3, Tunbridge Wells, Kent, 1993, (...)

26La presse écrite facilite les comparaisons dans le temps. Mais ses préoccupations traduisent surtout les aspirations, les besoins et les opinions des habitants des villes. En effet, la plus grande partie des lecteurs se trouvent en ville, recrutés surtout dans les catégories instruites et influentes. La population urbaine représente toutefois déjà la moitié ou plus des habitants dans plusieurs pays (55 % en Côte d'Ivoire). Il existe quelques publications spécialisées dans les questions d’environnement, principalement en Afrique anglophone : au Kenya, Ecoforum paraît six fois par an depuis 1974, de même Swara publié en anglais depuis 1978 tirant à 20 000 exemplaires. Komba paraît trois fois par an. Au Nigeria, Tortoise est une revue trimestrielle. En Zambie, Black Lechwe dont la création remonte à 1953 est trimestriel, Chongololo tire à 20 000 exemplaires six fois par an et Kobus est un mensuel lancé en 1987. Au Zimbabwe, Zimbabwe Wildlife fut créé en 19739.

1. L'approche politique de l'environnement

27Depuis la libéralisation — relative — de la presse, toutes les questions deviennent politiques. Le Messager (Cameroun) du 10 novembre 1994 accuse le gouvernement du Cameroun de vouloir "liquider nos forêts au détriment de l'environnement" à propos d'un projet de loi sur les adjudications de concession forestière à des étrangers et s'appuie sur la déclaration de la conférence ministérielle du Forum de la Forestière pour les pays en développement tenu à New Delhi en septembre 1993.

28Les journaux gouvernementaux, devant la nouvelle presse le plus souvent opposante, ont été amenés à traiter des questions occultées auparavant, n'hésitant plus à reconnaître les mauvais fonctionnements. L'insalubrité et la pollution sont d'autant plus devenues des sujets traités par la presse gouvernementale que leur responsabilité implique les habitants au moins autant que l'État. Ainsi Fraternité-Matin (Côte d'ivoire) du 4 décembre 1991 titre un article : "Lutte contre l'insalubrité à Koumassi, le nettoyage continue", l'article mentionne la destruction de "kiosques et autres baraquements insalubres", surtout parce qu'ils servaient de "repaires de bandits" ; ainsi trouve-t-on associés "la sécurité et un environnement sain", qui doivent être conjointement assurés à la population.

29C'est souvent à l'occasion de réunions d'experts ou de ministres dans la ville où est publié le journal que les problèmes de l'environnement sont abordés ; une rubrique "Environnement” apparaît désormais dans Fraternité-Matin. Le 12 novembre 1991, elle est consacrée à l'ouverture de la Conférence des ministres africains de la Planification et de l'Environnement, sous le titre "L'Afrique à la recherche d'une position commune" ; reprenant les points de repère donnés par le ministre ivoirien dans son discours inaugural, le journaliste cite "d'abord la dégradation du cadre de vie", puis "la relation entre pauvreté et sous-développement, la qualité des eaux de surface, la faible productivité des agricultures africaines". Autre exemple dans Fraternité-Matin du 26 novembre 1993, un article sur les problèmes de l'eau, à l'occasion de la réunion à Abidjan de l'Association régionale de l'Organisation météorologique mondiale.

30Cameroon Tribune de mai 1992 consacrait plusieurs articles aux forêts à l'occasion de la douzième session à Yaoundé de l'Organisation internationale des bois tropicaux. Dans le numéro de Fraternité-Matin du 26 février 1982, l'ouverture d'un complexe agro-industriel du Bas-Cavally par le ministre de l'Agriculture fait l'objet d'articles avec illustration en première page et dans deux pages intérieures ; sont mis en avant la création de 2 500 emplois, le désenclavement d'une région éloignée, la commercialisation de l'huile de palme ; la dimension "environnement" (le mot est absent) est seulement représentée par deux allusions au "vieillissement inquiétant du verger". À noter qu'il existait bien un article dans le même numéro concernant un problème d'environnement : il s'agissait d'un article reproduit d'Earthscan intitulé "Déforestation, le désastre des inondations accentué par le déboisement en Chine".

31On mesurera le changement d'attitude avec un article près de dix ans plus tard, le 4 décembre 1991, sur une exploitation de mine d'or à Abouhé (près de Maféré) visitée par le ministre des Mines et aussi celui de l'Environnement, où il est bien précisé que les procédés d'extraction "prennent en compte les normes de préservation de l'environnement".

32Il s'agit là d'organes gouvernementaux faisant une large place aux ministres ouvrant ou clôturant ces réunions. Mais l'approche est aussi politique dans la presse indépendante ou d'opposition. Sud du 30 août 1993 au Sénégal consacre un article "Diagnostic et alternative du terroir" à une réunion de l'Association Fatick en Devenir (afad) créée en vue de développer la région du Sine ; il est reproché à l'État sa politique de régionalisation, une politique de sous-équipement de l'agriculture, la non revitalisation du lit du Sine, l’essoufflement de la monoculture arachidière et l'épuisement des sols. Le même journal traita le 18 octobre 1993 dans sa rubrique Environnement le thème "Sauver les forêts" à l'occasion d'un séminaire sur l'exploitation forestière et rendit compte du discours du ministre de l'Environnement et de la Protection de la nature qui avait ouvert les travaux. La Voix du 18 novembre 1993 en Côte d'ivoire, en rendant compte d'une réunion d’experts africains sur le développement urbain, préconise la décentralisation, insiste sur la "dégradation du cadre général de vie" des populations qui habitent ces quartiers (environnement, habitat, équipement) et sur un non accès aux systèmes de santé et d'éducation. Déjà le 3 avril 1992 la rubrique "Environnement" du même journal avait été consacrée à "la gestion des ordures ménagères", à l'occasion d'une campagne de "formation, d'incitation à la participation des populations à la gestion des ordures ménagères et aux problèmes de l'environnement".

33Ces écrits ne sont pas seulement produits lorsqu'une réunion se tient dans le pays du journal, le sommet de Rio en juin 1992 fut l'occasion de nombreux articles sur l'environnement dans la presse africaine. La participation des dirigeants africains y est soulignée ; Fraternité-Matin, qui lui consacre deux pages dans le numéro du 28 mai 1992, publie l'interview d'un Africain membre du secrétariat général de la conférence Arba Diallo et rappelle que la Côte d'ivoire est le porte-parole des Africains depuis une conférence préparatoire à Abidjan en novembre 1991. Dans le numéro du 13-14 juin un article est publié sous le titre "Rawlings juge le sommet de Rio". Le Soleil de Dakar parle du sommet de Rio lorsque le chef de l'État s'y rend et qu'il prononce une allocution (numéros du 11 au 15 juin). Outre les comptes-rendus reproduits d'agences occidentales, les articles des journaux africains soulignent les divergences entre pays du Nord et pays du Sud ; ils rejettent sur les pays industriels la responsabilité de la pollution (Cameroon Tribune des 14-15 mai 1992, le Soleil du 10 juin, La Nation du Bénin, 10 juin) ; ils contestent la responsabilité de l'exploitation de leurs forêts dans la dégradation de la planète. Cameroon Tribune du 14-15 mai 1992 qui consacrait un supplément de 6 pages à : "Forêt tropicale : enjeux et défis", titrait un article "La forêt tropicale patrimoine commun de l'humanité ? Non au chantage, oui à la solidarité". Fraternité-Matin du 28 mai parlait de "l'égoïsme des nantis".

34Les journaux gouvernementaux africains, à l'exemple du Soleil du 11-14 juin 1992 lient la lutte contre la pollution à la lutte contre la pauvreté et ont une appréciation mitigée de la conférence de Rio ; pour Fraternité-Matin du 5 juin le sommet de Rio avance "à pas de tortue" ; le journal reprend le 13-14 juin, l'opinion de Rawlings "du bruit pour rien". La Nation le 4 juin avait titré "La conférence de Rio commence dans un climat de tour de Babel". Cameroon Tribune, le 3 juin, considère que "les pays industriels veulent imposer au Tiers Monde leur vision" et se demande le 9 juin à propos de la conférence de Rio, "Quelle portée réelle ?".

35Le développement récent de la presse indépendante dans l'Afrique francophone a surtout amplifié le débat politique ; l'approche politique a touché tous les domaines et donc celui de l'environnement auquel plusieurs journaux ont consacré une rubrique. C'est le cas de la Nation de Djibouti par exemple qui intitule le 21 juillet 1994 un article "Dégradation de l'environnement : laxisme mortel", en recommandant au ministère chargé de l'Environnement "l'information permanente du public de Djibouti, pour attirer l'attention des citoyens sur les dangers de notre comportement quotidien".

36L'aspect normatif ou moralisateur apparaît presque partout. Horizon, le quotidien de Mauritanie, le 25 juin 1994, titre un article "Un plan régional cohérent pour la protection du milieu naturel" et amène à un contrôle de la fabrication du charbon de bois dans la région du Gorgol et une campagne de sensibilisation des habitants "en vue d'expliquer la nécessité de protéger le milieu naturel et les méfaits d'une détérioration de l'environnement".

37La chronique "Environnement" de N'Djamena Hebdo (Tchad) du 23 juin 1994 réclame une stratégie de l'habitat et une politique d'aménagement du territoire : "Comment ne pas se sentir agressé par des murs mal façonnés, des terrains vagues mal entretenus devenus des dépotoirs d'ordures... un environnement harmonieux est une nécessité absolue".

2. Les problèmes de l'eau

38Ils occupent une place importante dans la presse, tantôt en raison de sa rareté, tantôt au contraire en raison de ses excès.

39Il s'agit parfois de rassurer des populations : ainsi Fraternité-Matin du 10-11 juin 1992 affirme aux habitants de Béoumi que "l'eau de la Sodeci est potable". Les populations sont sensibles à tout ce qui concerne l'eau ; la privatisation des bornes fontaines au Sénégal en 1991 a fait l'objet de nombreux articles ; le quotidien le Soleil, le 7 juillet 1994 par exemple, constate que cette mesure fut une économie pour les communes, mais aussi qu'elle mit fin au gaspillage de l'eau et à l'insalubrité des flaques qui en résultait. Au Sénégal toujours, le Témoin du 21-28 juin 1994 se préoccupe du lac de Guiers source de l'alimentation en eau de Dakar, de la baisse de pression en ville et dénonce "l'utilisation anarchique et le manque de planification des ressources en eau". Le Wal Fadjri du 8 juillet 1994 consacre deux pages à la Société nationale d'exploitation des eaux du Sénégal et à la lutte contre la pénurie d'eau à Dakar.

40La rubrique équipement-environnement de Fraternité-Matin du 26 novembre 1993 traite en presque une demi-page des "Ressources en eau : diminution drastique d’ici à l'an 2000", rendant compte de l'action de l'Association régionale de l’organisation météorologique mondiale qui se réunit à Abidjan ; la rareté de l'eau et sa pollution sont dénoncées alors que l'eau est "un des facteurs déterminants du développement économique".

41Le Nouadhibou Hebdo du 30 juin-7 juillet 1994 en Mauritanie publie un article "Mise en place d'un plan d'urgence pour l'approvisionnement en eau".

42Le Challenge-Hebdo du 5 mai 1994 enquêtant sur "les ravages de la fièvre typhoïde au Cameroun", se demande si l'eau de la snec n'en serait pas responsable et accuse l'Etat de n'avoir "pu donner à tous et à temps le minimum d'eau nécessaire pour la santé et l'hygiène" ; les pratiques individuelles ("tout le monde semble être coupable"), la privatisation des bornes fontaines sont aussi incriminées. Le Messager du 8 juin reprend la question "L'eau de la snec rend-elle malade ?".

43La question de l'eau est au coeur des articles sur le climat et les pluies. Dans un dossier consacré aux assises de l’aisa (l’Association ivoirienne des services agronomiques), le Fraternité-Matin du 22 novembre 1993 publie un article "les caractéristiques climatiques" où il est fait état d'une tendance décroissante de la pluviosité depuis 30 ans en Côte d'ivoire, "liée à la destruction du couvert forestier en Afrique Occidentale".

44Les problèmes de l'environnement passent parfois en première page dans les quotidiens de langue anglaise, ainsi le Daily Times du 23 janvier 1990 au Nigeria, consacre un article à des pluies survenues deux mois plus tôt que les prévisions météorologiques normales.

45C'est aussi en rapport avec l'eau et sa rareté qu'est abordée la question de la désertification. Un hebdomadaire du Rwanda, La Relève, consacrait en première page le 2 avril 1992 un article à la "Menace de désertification" et accompagnait une photo de fleuve de ce commentaire : "Sans pluie, ces havres de fraîcheur seraient menacés" ; un autre article "Les changements climatiques ne sont pas que rwandais" impute le déficit pluviométrique à des causes extérieures.

46Le rapport eau douce/eau salée est l'objet d'attention dans la presse de plusieurs pays. Le Soleil du 5 février 1992 s'inquiétait de l'invasion des vallées à riz de Casamance par les eaux salées de l'océan : "la dégradation de l'environnement est telle qu'il est temps de réagir". L'Union du 13 janvier 1995 au Gabon recommande, dans sa chronique "Environnement", une "surveillance plus régulière" de la zone du Cap Lopez que son caractère sédimentaire rend fragile.

47Fraternité-Matin, le 10 août 1992, consacre un article à la "réouverture de l'embouchure du fleuve Comoé à Grand-Bassam", permettant la reprise de la pêche, la dépollution des eaux et l'ouverture touristique de Grand-Bassam ; c'est aussi — mentionne l'article — un moyen de permettre "à certaines espèces de poissons en voie de disparition de se reproduire, facilement".

48La Semaine Africaine du 24 novembre 1994 s'intéresse dans un article aux "Inondations et érosions à Brazzaville", à la suite de pluies abondantes, et met en cause la mauvaise canalisation ainsi que la population qui a transformé les rivières en dépotoir.

49Les problèmes de pollution et l'insalubrité sont souvent liés à la question de l'eau. Dans Fraternité-Matin du 19 novembre 1991 la rubrique "Environnement" est consacrée à la marée noire et au nettoyage des plages d'Abidjan à Bassam polluées par la fissure d'un pipe-line. Wal Fadjri du 4 mai 1994 publie un article sur la pollution de l'eau due à un pesticide à Richard-Toll. Mibana du 5-11 février 1993 au Gabon consacre une page aux zones maritimes "poubelles ou nourricières il nous faut choisir", protestant contre le déversement des ordures dans la mer, pollution néfaste à la pêche, parlant d'un effort de sensibilisation des médias pour "le maintien d'un environnement vivable". Un article du Forum de la Semaine de Cotonou du 13-19 juillet 1994, " À propos de la pollution de l'environnement", dénonce les ravages du tabac avarié déversé par une société italienne à Godomey, fait déjà signalé en mai 1992.

50Les articles sur la pollution sont très nombreux, soit pour mobiliser les populations, soit pour vanter les mérites des administrateurs, par exemple en janvier 1995 dans L'Union pour rendre compte de l'opération "ville propre" menée à Libreville.

51Fraternité-Matin du 11 novembre 1991 publiait un article "Koumassi peut-il changer de visage", déplorant la saleté de la ville avec des "eaux nauséabondes" dans un article associant insalubrité et insécurité.

52À Bouaké, La Gazette du Centre, sous le titre "Une notoriété à sauvegarder", dans le numéro 29 juin-7 juillet 1983 ne prononçait pas le mot d'"environnement" mais celui d'"assainissement" et parlait déjà des "zones marécageuses, véritables usines de moustiques, d'insectes... porteurs de maladies", dénonçait "le manque de caniveaux et l'engorgement des quelques égouts existants", le déversement des eaux usées et "des ordures n'importe où". Fraternité-Matin du 9 décembre 1991 consacrait un article de Bouaké "aux volontaires de la salubrité", qui suppléent à l'absence du ramassage régulier des ordures. Sud du 18 octobre 1993 à Dakar dans un article "choses publiques" parle de "la ville [qui] croule sous ses ordures collectives".

53Le problème des déchets est souvent lié à celui de la pollution de l'eau ; plusieurs cas sont bien connus, des déchets américains à base de mercure envoyés au Natal depuis 1986, des déchets italiens au Nigeria ; le Bénin et la Guinée Bissau en ont accepté en 1988, date à laquelle plusieurs Etats Africains ont pris des mesures législatives pour les interdire (Togo, Nigeria, Côte d'ivoire, Gambie). Le problème et le soupçon demeurent. Ainsi, un périodique de Madagascar Dans les Media demain attribue le 6 janvier 1994 une centaine de morts par intoxication à la consommation d’un requin ou de poissons ayant consommé des déchets toxiques ; la présence d'un bateau danois est incriminée et le journaliste retient, étant donné la situation "propice à toutes les magouilles possibles et imaginables...", l’hypothèse de possibles accords pour le "déversement de déchets toxiques chez nous".

54Cameroon Tribune du 3 janvier 1995 consacre un article à la "protection et gestion de l'environnement" ; il s'agit d’un séminaire tenu à Douala sur les "industries, les déchets urbains, l'assainissement et la santé des populations", organisé par la fédération des ong d'environnement et de développement d'Afrique Centrale, avec le soutien de l’unesco. Un article du 22 décembre 1994 du Sahel, quotidien du Niger, porte sur la campagne de salubrité et d'assainissement à Zinder. L’aide du Danemark au Niger dans le domaine de l'environnement et de l'hydraulique depuis 20 ans est rappelée dans le Sahel du 7 décembre 1994 qui parle de "la préservation de l'environnement et des ressources naturelles".

3. Le thème de la forêt

55Il est présent depuis longtemps dans les journaux africains. Fraternité-Matin du 11 décembre 1984 parlait de l'action du ministère de l'Agriculture et des Eaux et Forêts pour constituer des comités de lutte contre les feux de brousse : "un triste souvenir qu'il faut chasser de la mémoire de nos compatriotes" lisait-on en légende à une photo. La revue Zaïre Afrique en mars 1989 regrettait l'existence des feux de brousse et rappelait ses critiques antérieures de janvier 1983.

56Même si Cameroon Tribune le 9 juin 1992 considérait que l'environnement, ce n’était "pas seulement la forêt", contrairement à l'opinion dominant au Cameroun, il lui réservait une place prépondérante. Sud du 18 octobre 1993 dans sa rubrique "Environnement" titre un article "sauver les forêts", où est condamnée l'exploitation intense qui "devient un des fléaux qui détériore l'environnement" déplorant "les feux de brousse, les pratiques pastorales destructives qui entraînent une dégradation accélérée de la végétation". Horoya en Guinée dans un numéro du 4-10 juin 1992 annonce la Journée mondiale de l'environnement pour parler des "actions de protection de la forêt" : "la forêt est une véritable mère nourricière pour l'homme". N'Djamena Hebdo du 19 octobre 1991 consacre un article au reboisement en s'en prenant à "l’absence de plan national de lutte contre la diversification" et regrette que "la participation de la population se limite uniquement à la plantation des arbres lors de la semaine nationale de l'arbre... véritable show politico-médiatique".

57Une même préoccupation se retrouve dans beaucoup de journaux : Le Messager du 21 avril 1994 au Cameroun traite dans un article de la "déforestation et dégradation de l'environnement. Le malheur vient d'Europe". La Nation du 25 mai 1992 préconise "une véritable mystique de l'arbre au Bénin", rappelant que plus de 19 000 ha ont été plantés. Le Sahel (Niger) du 10 janvier 1995 consacre un article de sa rubrique "économie" à "un appui exemplaire en agro-sylvo-pastoralisme" dans l'arrondissement de Tera, en vue de remettre en état des ouvrages hydrauliques ; cet appui est rendu nécessaire par la "dégradation de ses sols et de son couvert végétal". En décembre 1994 plusieurs articles sont consacrés à la déforestation, aux feux de brousse, à la dégradation des sols dans Fraternité-Matin. La défense de la forêt se rattache souvent à la promotion du tourisme, comme en témoigne un article du 25 décembre 1994 de Fraternité-Matin intitulé "que devient le parc d'Azagny ?".

58Un autre aspect concerne la sauvegarde de la flore et de la faune. Le Sahel du 18 janvier 1955 publie dans sa rubrique "Environnement", un article "la course de vitesse contre la disparition des espèces (tigres, rhinocéros...)". Plusieurs journaux sont conscients des difficultés que présente la défense de la flore ou de la faune auprès des populations. Ainsi Le Sahel du 31 janvier 1995 publie en première page un article "Briser la suspicion entre forestier et population" ; le 23 janvier il venait de publier un article du Fonds mondial pour la nature (wwf) hostile aux massacres des éléphants.

59Le thème des plantes médicinales est aussi abordé parallèlement à la prise en compte de la médecine traditionnelle. Un mensuel ivoirien Intégration en août 1992 titre un article "Le père César découvre les vertus de nos plantes" rendant compte de trente ans d'activité d'herboristerie au Burkina. Fraternité-Matin du 27 décembre 1994 parle de la "conservation des ressources phytogénétiques". Sud du 18 octobre 1993 contient un article sur la "Biodiversité : la richesse des pauvres", fourni par la pana. Le Messager du 19 décembre 1994 consacre une page à " Plantecam un leader en matière de plantes médicinales tropicales" portant au crédit de cette société son respect de la réglementation concernant la forêt, la défendant contre l'accusation d'être à l'origine d'un décret d'août 1994 du ministère de l'Environnement et des Forêts qui suspendait les exportations du camerounaises d'écorces brutes et de certaines plantes.

60Le souci plus particulier de sensibiliser les femmes aux problèmes de l'environnement est affiché par plusieurs journaux. Un article de Fraternité-Matin du 12 novembre 1991 a pour titre : "Femme-Population-Environnement : campagne de sensibilisation tous azimuts", avec une photo sous-titrée "les femmes doivent prendre conscience que la sauvegarde de l'environnement passe par elles" : il était question de la préservation des risques de dégradation involontaire et des problèmes de salubrité urbaine, mais aussi de "la maîtrise de la démographie". L'objectif prioritaire de la campagne qui devait durer un mois était de "démontrer aux femmes la relation entre l'insalubrité, les maladies et le ralentissement des activités économiques".

61La défense de la forêt est souvent associée à celle de la faune. C'est sous la rubrique "Tourisme" que Sud Hebdo du 23 avril 1992 publie un article sur "Un parc à Bandia", une réserve d'animaux sauvages conservant aussi des vestiges naturels.

62The Standard de Nairobi le 8 décembre 1992 consacre un article à la création des Amis du lac Nakuru en vue de sauvegarder la flore et la faune du parc national avec l'appui du ministre du Tourisme et du Wildlife : "le tourisme est en grand danger si l'environnement est détruit". C'est aussi en rapport avec le tourisme que L'Express de l'île Maurice du 18 août 1991 consacra un article au domaine du chasseur pour "ceux qui aiment la vie sauvage".

63Le Cafard Libéré du 22 octobre 1992 ironisait sur la création d'un Parti africain écologiste du Sénégal. Les problèmes de l'environnement n'occupent qu'une place restreinte dans la presse africaine d'information générale, bien moins que le sport, la politique ou les faits divers. Il me semble qu'on peut l'expliquer par trois facteurs : c'est lié à la place relativement faible, même s'il y a un progrès récent, consacrée au monde rural ; en second lieu — et les débats sur le sommet de Rio l'ont montré — il existe une méfiance envers un concept apparu comme une nouvelle création des pays du Nord. Enfin la presse - même si elle le déplore - constate qu'il y a, pour les populations, des priorités plus urgentes. Cameroon Tribune, le 4 juin 1992 à propos du sommet de Rio écrivait : "À quoi bon parler d'environnement ou même de développement quand pour de nombreux pays le problème prioritaire est celui de la survie" ; le quotidien du Niger Le Sahel le 10 janvier 1995 reprenait à son compte un article d'une publication allemande qui constatait que "la destruction de l'environnement est avant tout la conséquence de la pauvreté qui ne laisse aux populations d'autres possibilités que de s'attaquer aux dernières ressources nécessaires à leur survie".

64Au moment où il y a une libéralisation — relative — des médias en Afrique, ceux-ci peuvent jouer un double rôle dans la gestion de l'environnement : informer les autorités des déficiences par un journalisme d'investigation et sensibiliser les populations à des pratiques de protection sans lesquelles les politiques d'aménagement sont inefficaces ; mais les deux actions sont complémentaires, de même que les actions de la radio et de la presse intermédiaires entre les autorités et la société.

65Les médias africains peuvent contribuer, mieux que tout autre moyen, à préserver l'environnement, aussi bien par l'action des ruraux (en utilisant la radio) que par celle des citadins (avec la télévision et la presse). Pour permettre une appropriation de ces problèmes et de leurs solutions par les auditeurs ou lecteurs, il est nécessaire que les journalistes soient eux-mêmes sensibilisés à la question au cours de leur formation. C'est valable, plus encore, pour l'information scientifique et technique.

IV. l'information scientifique et technique

  • 10 Depuis sa publication en 1974 sur Les politiques scientifiques nationales en Afrique, l’unesco a p (...)

66L'information scientifique et technique concerne l'Afrique subsaharienne même si le concept est étranger à la majorité de la population. Les Africains, comme le reste du monde, sont affectés par les progrès scientifiques et leurs applications techniques ; ils en sont tributaires surtout indirectement comme usagers des applications à la santé, à l'alimentation, à la communication matérielle et immatérielle, à la prospection du sous sol, à l'agriculture. Mais ceux qui n'en sont pas bénéficiaires sont aussi indirectement atteints par les contre-coups provoqués par les nouvelles techniques qui dévalorisent les productions artisanales par exemple ou accentuent leur dépendance envers les puissances industrielles. Les applications des nouvelles techniques nécessitent des investissements qui sont souvent le fait de l'État ou de la coopération étrangère dans les pays où le secteur privé n’est pas suffisamment développé ; mais aussi parce que les effets de ces investissements n'apparaissent pas toujours évidents ni rentables10.

  • 11 Bayomo Assala L. Ch. La Vulgarisation scientifique par les médias au Cameroun ; l'exemple de Camer (...)

67L'approche de cette information est souvent plus politique qu'économique ; il ne s'agit parfois que d'articles à propos de la science ou de scientifiques, sans aucune transmission de connaissances si sommaire qu'elle soit. L'information scientifique et technique n'est pas une innovation récente dans les médias africains ; il semble même qu'elle soit plus restreinte à la radio et à la télévision qu’au début de l'implantation des médias électroniques qui affichaient alors une vocation plus culturelle. Une étude portant sur les dix premiers mois de 1983 de Cameroon Tribune, le quotidien gouvernemental du Cameroun incluait dans la vulgarisation scientifique l'éducation (près d'un tiers des articles), l'économie et l'histoire (un tiers) ; les questions traitant de l'agriculture, de l'écologie et de la santé représentaient le troisième tiers. Un seul article sur les sciences exactes résumait un colloque international de mathématique à Yaoundé. Les articles, souvent d'origine étrangère, de m.f.i., lps Earthscan ne sont pas toujours bien adaptés, parfois trop longs, ainsi un article du 8-9 mai 1983 "Pour une dynamisation de la problématique agro-pastorale et alimentaire" ; plusieurs portaient sur la médecine et la pharmacopée traditionnelle11.

1. Publications spécialisées et rubriques scientifiques des médias

68Il existe une grande disparité au sein de l'Afrique subsaharienne ; d'abord entre l'Afrique anglophone et le reste de l'Afrique, la première a une presse scientifique importante dans plusieurs pays ; celle-ci concerne l'information des scientifiques et des techniciens mais qui peut être aussi une source pour la presse de vulgarisation scientifique davantage présente en Afrique anglophone et pour la presse du grand public.

  • 12 Cf. Benn's Media, op. cit.

69Ainsi le Ghanaian Journal of Science, mensuel à Accra, le Zimbabwe Science News à Harare, le Nigerian Journal of Science à Ibadan sont des organes de la communauté scientifique de ces pays. Des publications dépassent 10 000 exemplaires ; Swara consacré à l'environnement créé en 1978 qui paraît six fois par an à Nairobi tirait à 20 000 exemplaires en 1993. C'était aussi le cas de Kenya Farmer, mensuel datant de 1954, publié en anglais et en swahili. L'East African Computer News est un mensuel tirant à 15 000 exemplaires. Le Journal of Pharmaceutical and Medical Sciences paraît 6 fois par an à Lagos à 16 000 exemplaires et l'African Journal of Pharmacy and Pharmaceutical Sciences est un mensuel du Nigeria publié à 40 000 exemplaires. En Afrique du Sud, le Computer Week est un hebdomadaire tirant à 12 500, et la presse informatique de ce pays comptait 11 titres en 1993. L'hebdomadaire Engineering News, publié à Bedford, tirait à 22 000, le Medical Chronicle était un mensuel tiré à 10 500 exemplaires et le South African Medical Journal, publié en anglais et en afrikaans tous les 15 jours comptait 11 600 exemplaires. Chongolo consacré à l'environnement tire six fois par an à 20 000 exemplaires en Zambie où le mensuel Mining Mirror paraît à 35 000 exemplaires12.

70Mais surtout la presse magazine et les quotidiens, bien plus nombreux, avec un grand nombre de pages, consacrent plus de place à des articles de vulgarisation scientifique et technique, traitent de plusieurs sujets et pas seulement des sciences médicales ou de ce qui concerne l'agriculture. The Express un hebdomadaire de Tanzanie tirant à 10 000 exemplaires consacre par exemple un article le 17-23 septembre 1992 à l'hépatite B et un autre à l'énergie solaire utilisée dans les télécommunications. Autre exemple The East African, un hebdomadaire pour le Kenya, l'Ouganda et la Tanzanie, le 3 avril 1995, comprend un article sur les mines de Tanzanie et deux pages sur la santé avec deux articles sur l'obésité et la maladie de Parkinson, un sur le cancer du colon, tiré de A. P., un autre enfin sur les nouvelles technologies en chirurgie. Une importante presse économique au Nigeria informe sur les progrès techniques, Development Outlook, Business in Ecowas, Nigerian Economist. Daily Nation, le principal quotidien du Kenya, consacre un article le 17 février 1995 à des progrès techniques dans la construction des avions de Air Kenya ; le Daily News de Tanzanie du 7 septembre 1992 traitait dans un quart de page des progrès dans l'agriculture et dans les machines agricoles.

71D'autre part il existe aussi une disparité au sein des États entre citadins et ruraux, enfin entre ceux qui comprennent les langues internationales (anglais ou français), ceux qui sont alphabétisés, et les autres. C'est la vulgarisation scientifique et technique dans la presse écrite qui est la plus accessible à étudier (et qui permet de suivre une évolution), c'est aussi celle qui atteint le public le plus restreint alors que la radio est le média le plus répandu.

  • 13 BBC World Service sur Internet : http://WWW.bbc.co.uk/Worldservice/science pour les programmes sci (...)

72Le Daily Nation consacrait le 29 avril 1996 un article au rôle prépondérant de la radio dans l'information sur les nouvelles technologies et en particulier l'ordinateur. Les radios internationales donnent une information sur les sciences et les techniques. Ces émissions étrangères peuvent provenir de deux sources. D'abord des émissions diffusées par les radios ou télévisions étrangères dont nous pourrons voir, dans le cas d'Abidjan — mais l'étude est possible pour d'autres pays — que leur audience est importante surtout pour la radio. bbc World Service offre huit séries hebdomadaires radio d'émissions couvrant le domaine des sciences et des technologies, Seeing Stars est consacré à l'astronomie, Health Matters à la médecine et à la santé ; par exemple l'émission du 1er janvier 1996 en quinze minutes traite du bégaiement, de l'utilisation des robots en chirurgie et compare les systèmes de santé en Allemagne et en Grande Bretagne. Global Concerti parle plutôt de l'environnement. Les deux plus importantes, d'une durée de 30 minutes sont Discovery abordant chaque fois plusieurs questions dont une au moins concerne la biologie ou la santé et Science in Action. Un résumé du contenu de ces émissions se trouve sur Internet13.

73rfi diffusait en 1996 Sciences sans frontières, Priorité Santé, Espace Océan, ainsi qu'une émission concernant l'environnement, Nous n'avons qu'une terre. Mais sur ces radios, une information scientifique et technique, plus sommaire mais ayant une plus grande audience se trouve aussi dans des magazines comme Focus on Africa ou dans les bulletins d'information.

  • 14 Documentation sur rfi fournie par Dave Wilson en ce qui concerne les émissions adressées aux radio (...)

74D'autre part rfi par exemple, envoie des émissions directement aux stations africaines qui les diffusent à leur convenance sur leurs antennes. Objectif Terre, concernant l'environnement, Santé Médecine et Science en Marche, diffusées soit telles qu'elles sont reçues (par exemple par Radio Espoir en Côte d'ivoire ou par la radio nationale au Gabon, au Bénin), soit en intégrant des extraits au Burkina, au Sénégal, au Mali14. Il faut citer aussi les fiches documentaires envoyées par rfi aux médias africains. En 1995 par exemple 63 articles consacrés à la science et à la technologie et 109 à la santé envoyés par rfi ont donné lieu à 575 et 1 735 reprises en Afrique subsaharienne et dans l'Océan Indien. Ces reprises ont été particulièrement importantes dans ces deux domaines, à Madagascar, au Bénin, au Burkina Faso, à l'Ile Maurice. Il y a eu ainsi 172 reprises d'articles sur la santé dans La Nation, le quotidien du Bénin, 74 dans Sidwaya (Burkina), 140 dans Le Pays (Burkina), 94 dans Al Watwan aux Comores, 81 dans le Renouveau (Burundi), 243 dans Madagascar-Tribune, 139 dans Midi-Madagascar, 156 dans le Mauricien. Les reprises sont moindres sur la science et la technologie, 20 dans Sidwaya, 57 dans le Renouveau, 32 dans Cameroon Tribune, 54 dans Al Watwan, 132 dans Madagascar-Tribune, 59 dans le Mauricien.

  • 15 Cf. Sanogo Moumouni, Le paysage radiophonique du Burkina Faso, thèse de l'Université de Bordeaux I (...)

75Les radios africaines produisent leurs propres émissions scientifiques ou médicales. Ainsi la radio nationale du Burkina diffusait le dimanche de 11 h à midi un Magazine Scientifique ou un magazine Votre Santé. À côté de ces émissions en français, une émission mooré Saag-Taba (Conseillons-nous) aborde des problèmes de santé. Par exemple le Magazine Scientifique du 2 février 1992 comprenait quatre parties, une sur le bénélé ou morenga, plante médicinale pour le traitement de la dysenterie, petit arbre dont on indique les caractéristiques, les conditions de vie, enfin l'utilisation de sa gomme blanche extraite du tronc et de la racine ; une deuxième partie sur la noix de cajou, l'huile qu'on en tire et ses usages ; une troisième sur les lois physiques et chimiques dans l'extraction de l’or ; une dernière enfin sur les systèmes de production agricole avec un ingénieur agronome. Mais les informations scientifiques ou surtout médicales reçues proviennent principalement du journal parlé. Par exemple le Journal parlé de la radio nationale du Burkina Faso du 11 février 1992 présentait l'ouverture d'une session de formation sur le thème "femme et santé" et d'un séminaire à Yako sur le système de surveillance alimentaire et nutritionnelle financé par le pnud sur les maladies des enfants ; parmi les informations internationales, il y en a une, tirée du monitoring de rfi sur la réunion du bureau de l'organisation météorologique mondiale à Toulouse, avec interview du directeur de la météo du Mali évoquant les variations climatiques de l'Afrique et le rôle de la météo. C'est aussi à l'occasion d'ouverture des séminaires que le Journal du 22 novembre 1992 aborde les problèmes du sorgho, de l'agro-foresterie, de la santé maternelle et infantile. De même pour la télévision, le journal télévisé national donne des informations scientifiques ou médicales touchant le plus les populations15.

2. Le contenu de l'information scientifique et technique dans les médias

76La sélection des informations est au moins aussi importante que leur traitement. Ce sont les secteurs entraînant le plus d'applications techniques qui apparaissent le plus et ce en rapport avec la santé et avec l'agriculture. Ce sont les informations en rapport avec la santé qui comprennent le plus de données scientifiques. C'est aux problèmes liés à la santé que se rattachent les informations concernant l'eau — une préoccupation majeure, tantôt par sa rareté, tantôt par ses excès — et l'alimentation. Ces articles s'adressent souvent plus particulièrement aux femmes (bien que souvent une plus faible proportion que les hommes sache lire), c'est encore plus sensible pour les émissions de radio et de télévision. De nombreux articles médicaux sont consacrés à la femme et à l'enfant ; par exemple au Bénin, Carrefour-Actualité du 12-26 avril 1992 consacrait deux pages, tirées d'une publication médicale, à l’allaitement au sein ; Tam Tant Express du 1-14 février 1993 consacre une page à la grossesse. Une grande partie des articles médicaux concernent les maladies. Le Sida est présent dans la presse de la plupart des pays. La Nouvelle Expression au Cameroun lui réserve plusieurs articles en juin 1992. Ivoir'Soir qui est un exemple de presse populaire réussie en Côte d'ivoire, consacrait le 25 janvier 1993 une page à "Transfusion sanguine — Attention à la contamination". Les trois principaux quotidiens kenyans en avril 1996 recommandent un nouveau médicament arrêtant la progression du sida. Plusieurs journaux signalent la recrudescence de la tuberculose, ainsi dans un article du 18 février 1993 de Midi Madagasikara. Le cancer est l'objet de nombreux articles, Ivoire Dimanche du 25 novembre 1990 lui réservait trois pages dont une sur le cancer chez la femme qui présente toutes les qualités d'une vulgarisation utile, transmettant des connaissances et des conseils. Cet hebdomadaire populaire devait disparaître. L'information médicale rend compte de thèses en médecine. Par exemple Fraternité Matin du 8-9 août 1992 consacre les deux cinquièmes d'une page à une thèse sur l'impuissance liée au diabète. L'information scientifique et technique prend en compte depuis quelques années les traditions africaines, surtout dans le domaine de la santé. Ainsi le quotidien Le Pays du 31 octobre-3 novembre 1991 au Burkina accorde une page "Santé” au Docteur Dakuo, un pharmacien produisant une pharmacopée, en contact avec des instituts de recherche occidentaux. Il s'agit d'une information sur les relations entre le pharmacien et les tradipraticiens plus que d'une présentation de connaissances. Au Mali, où un institut de phytothérapie créé en 1968 avait été intégré en 1986 à l'Institut National de la Recherche en Santé Publique, l'Aurore du 4 mars 1993 publiait un article "La Pharmacopée soigne-t-elle la médecine moderne". À l'occasion du suicide en 1992, au retour d'un voyage au Japon, de Nanan Drabo II, un chef coutumier, guérisseur herboriste du Ghana, la presse de l'Afrique occidentale s'était penchée sur son utilisation des plantes, notamment pour soigner le sida. tv2 à Abidjan consacra le 29 novembre 1993 une émission de 18 h25 à 18 h53 à un documentaire sur la médecine traditionnelle et les guérisseurs.

77Nous avons déjà vu, à propos de l'environnement que les problèmes de l'eau représentent une part importante de l'information scientifique et technique, liés aussi bien à des questions de santé qu'à l'agriculture. Un article de Anfani du 1-15 juillet 1994 au Niger traite du "Calvaire des populations en mal d'eau pure" présentant la dracunculose procurée par des eaux stagnantes contenant le ver de Guinée.

78Outre le problème de l'eau, d'autres informations concernent l'agriculture. Ainsi Les Echos du 29 octobre 1993 au Mali traitent de "la politique de rétention de la terre arable et de l'eau" par les diguettes. Le Journal du 28 septembre 1993, no0 d'un nouveau quotidien burkinabé, consacrait une page Environnement au "Boulis" une technique traditionnelle pour stocker l'eau, ce qui a permis de reboiser autour d'un village peulh. Ce reportage avait été rendu possible par une ong hollandaise, novib.

79Sur les autres secteurs scientifiques, on trouve très peu d'information dans la presse francophone ; exceptionnellement sur les mathématiques, par exemple dans le Forum de la semaine du 1-7 juin 1994 au Bénin un article "Un concours de mathématiques éveille l’intérêt des élèves", est repris d'usia et concerne des élèves de Sierra Leone. L'exploitation minière et la géologie représentent un secteur abordé : par exemple Fraternité Matin du 8-9 août 1992 consacre une page et demie à l'exploitation minière en Côte d'ivoire, métaux, pétrole et gaz.

80Nous verrons plus loin que cette information, très inégalement reçue accentue le fossé entre les populations.

3. La signification de l'information scientifique en Afrique et ses difficultés

81L'information scientifique et technique occupe peu de place, bien moins que le sport ; elle est moins présente dans la nouvelle presse, indépendante des pouvoirs, préoccupée surtout de politique, sans être cependant complètement absente. Sud Quotidien en 1994 a une rubrique technologie dans laquelle le 7 juillet 1994, un article publié sur "Coton sénégalais encore plus blanc", à partir d'un article de l’aps (Agence de Presse Sénégalaise) ; une autre rubrique concerne la "Santé publique", un article le 24 juin 1994 est par exemple consacré aux maux de ventre et un autre à la médecine traditionnelle. Le même journal le 7 mai 1996 réserve toute une page à "l'heure du numérique" à propos de son application à la télévision, tout en écrivant " L’Afrique regarde en spectatrice médusée les autres continents s'organiser pour tirer le maximum de profit des évolutions technologiques qui s'engagent dans le domaine précis de la télévision".

82Elle semble plus présente dans la presse gouvernementale ; par exemple Le Renouveau, quotidien gouvernemental du Burundi le 1er mars 1991, sous la rubrique "énergie" présentait un projet Biogaz en vu d'acquérir de l'énergie d'éclairage, du gaz pour la cuisson et de l'engrais local ; les digesteurs à Biogaz remplaçant les fosses septiques. Dans le même numéro est signalée "une initiation aux nouvelles techniques de lutte anti-érosive" pour les encadreurs du parti et de l'administration ; une rubrique Sciences et techniques est consacrée à un nouveau traitement pour soigner les jeunes sidéens : article fourni par usia. Enfin sous la rubrique "Science" est reproduit un article de Patrice Lanoy "Le virus de la modestie frappe la science" annonçant un colloque à la Sorbonne "Science pour demain". Ainsi dans ce numéro, environ deux pages sur douze sont réservées aux sciences et techniques, une moitié d'origine étrangère, l'autre en rapport avec la promotion du parti au pouvoir. Fraternité Matin à Abidjan publie assez souvent des articles de vulgarisation. L'image positive de la science et des techniques modernes s'impose aux dirigeants des États qui se veulent modernes et aux journaux gouvernementaux.

  • 16 Mpozi Diabanzu, L'information sanitaire au service de la mère et de l'enfant à la radio du Bas Zaï (...)

83Mais la presse diffuse aussi de nombreuses informations sur des fa'its présentés mystérieusement, sur la sorcellerie, sur des rumeurs traduisant une mentalité à l'opposé de la connaissance scientifique, même si le journaliste en fait une présentation critique. Ainsi, Regard, un mensuel du Burkina dans son numéro du 26 février-25 mars 1996 consacrait un dossier au Wack, croyance au surnaturel, avec forces occultes et aux maléfices, en le considérant comme très répandu dans les milieux politiques et sportifs. Umoja du 21 août 1995 au Zaïre dans un article "le démon de l'Afrique Noire : retour de la dictature de l'invisible" parle de "l'interprétation magique et fétichiste de la tradition judéo-islamo-chrétienne souvent réduite au fantastique, au mystérieux, au sacral et à l'insondable puissance des forces transcendantes". Même dans le domaine de l'information médicale à laquelle les populations sont les plus sensibles, il est difficile de transmettre des connaissances et des pratiques utilisables lorsqu'une grande partie du public considère la maladie comme une fatalité ou le résultat d'un mauvais sort jeté au malade. Un article de Regard du 30 août-5 septembre 1993 critiquant l'automédication, fait état, entre autres causes des "personnes âgées qui n'ont aucune confiance en la médecine moderne", se soignant comme leurs parents : "si le traitement s'avère inefficace et entraîne la mort du malade, elles se consolent en accusant le destin". L'information scientifique et médicale se heurte à des préjugés et à des croyances ancestrales ; au Bas Zaïre beaucoup de gens croient que les microbes ne tuent que parce qu'un mauvais sort a été jeté16.

  • 17 Elungu P. E. A. Tradition africaine et rationalité moderne, Paris, L'Harmattan 1987, p. 119 et 132

84L'esprit scientifique distingue l'homme de la nature, suppose sa supériorité à la nature. Le philosophe zaïrois, Elungu, explique bien comment "la science, dans son esprit scientifique, s'oppose radicalement à l'esprit, à la vision centrale, de nos cultures traditionnelles" en instaurant une primauté du technique sur le moral et en différenciant les deux17. Enfin la difficulté de traduire les termes scientifiques et techniques dans les langues africaines contribue aussi à rendre difficilement transmissible l'information de cette nature ; le quotidien sénégalais Wal Fadjri le signala le 23 septembre 1993, la difficulté de "banaliser le scientifique" venant "surtout du fait de la non maîtrise des langues nationales dans la vulgarisation des acquis scientifiques".

85Les informations sur les sciences et les techniques dans l'Afrique francophone se retrouvent surtout dans une presse périodique qui ne touche qu'une minorité, le plus souvent urbaine. Dans cette presse dont les enseignants et les étudiants représentent une part importante des lecteurs, les problèmes de la science en Afrique se trouvent évoquées. Ainsi Regard de Ouagadougou, déjà cité, dans un numéro du 3-9 janvier 1994 consacre un article de deux pages, dans la rubrique "Sciences", au thème "Le savoir-faire technologique africain" ; partant du faible nombre de chercheurs en Afrique, de la fuite des cerveaux vers les pays développés, l'article fait état de la formation de premiers réseaux interafricains de chercheurs, signale aussi l'avance des chercheurs kenyans et nigérians qui ont lancé un Forum africain de la recherche et du développement Randforum en vue de "développer en Afrique la culture scientifique et technologique pour la populariser comme l'est la culture littéraire et artistique". Cet article implique la science comme facteur du développement économique, visant à "transformer les succès de laboratoire en réussites industrielles". C'est surtout en fonction des applications pratiques que sont évoqués des progrès scientifiques ou techniques ; mais le regret est souvent exprimé qu'ils ne bénéficient pas à l'Afrique. La presse tend souvent à valoriser les recherches africaines et reproche aux scientifiques africains de minimiser les recherches endogènes ; ainsi un journaliste d'Ivoir'Soir, Ladjii Sidibé, dans l'interview qu'il donna au Patriote-Express du 1-7 septembre 1992, déplore à propos de Drobo II déjà cité : "Ce sont au minimum 12 universités différentes venues des usa, de la Hollande, de l'Allemagne, de l'Angleterre, du Japon qui se sont intéressées aux travaux de cet homme. Mais il n'y a jamais eu une université africaine qui se soit penchée un tant soit peu sur le cas de Drobo II. Cela ne les intéresse pas. On est dans nos laboratoires : on attend que les Blancs disent que c'est bon". La séparation est souvent difficile à établir entre ce qui est application de techniques nouvelles et ce qui est charlatanisme. En novembre 1993 la presse en Côte d'ivoire entretient l’opinion de tout un débat autour d'un produit anti laleca qui fit la fortune de son inventeur, Ivoirien, mais entraîna l'opposition des pharmaciens dont le conseil de l'ordre poursuivit son producteur en justice, et l'interdiction par le ministre de la santé ; trois pages et demi sont consacrées à cette question dans le seul numéro du 23 novembre.

86La pénétration de l'information scientifique et technique dans les populations africaines est un problème de mentalité, plus encore que de moyens : au niveau des publics d'abord, elle suppose une option rationaliste qui souvent est en contradiction avec la tradition animiste qui s'appuie sur des relations mythiques avec l'environnement ou avec une conception du sacré souvent dans ses aspects les plus fantastiques et mystérieux prédisposant au fatalisme avec une interprétation magique et fétichiste aussi bien de la tradition islamiste que de la tradition judéo-chrétienne.

87La radio et la télévision sensibilisent aux problèmes des sciences et des techniques mais transmettent très inégalement une connaissance selon la formation initiale de leur public ; la presse écrite qui permet mieux de comprendre, a un public limité par l'alphabétisation, par la connaissance insuffisante des langues internationales. Pour l'ensemble des médias qui s'adressent aux publics les plus larges, la vulgarisation scientifique et technique qu'ils peuvent transmettre dépend aussi du rôle respectif des journalistes et des scientifiques qui la présentent. Entre des connaissances scientifiques et techniques, assimilables seulement par le petit nombre qui a déjà une initiation aux problèmes scientifiques (ne serait-ce que par l'enseignement secondaire) et des articles à propos des sciences et des techniques renforçant mythes et mystères de la science plus qu'apportant des éclaircissements, il peut y avoir toute une gamme de présentation ; il en résulte soit la nécessité pour des scientifiques de se former aux exigences de la communication, soit la nécessité d'une formation de journalistes spécialisés, ce qui apparaît de plus en plus indispensable pour communiquer une information utile que ce soit dans le domaine de la santé, de l'environnement, de l'agriculture, trois domaines où le public n'est pas seulement un usager mais un acteur potentiel s'il peut s'approprier l'information.

88C'est donc la formation de journalistes pouvant assurer une information scientifique et technique adaptée aux publics des médias qui apparaît comme une priorité.

V. médias et monde rural

89Les sociétés rurales africaines ont conservé d'autant mieux leur système de communication traditionnel qu'elles sont éloignées des villes modernes ; mais le contre-coup de l'administration coloniale d'abord, puis des États indépendants s'est fait sentir sur leur économie : création de nouveaux objets, ustensiles ou instruments, de nouveaux besoins. Nous avons déjà mentionné l'exploitation politique de la radio et le discours des médias sur le développement concernant en priorité les ruraux ; encore fallait-il qu'il leur soit accessible.

90La pénétration des médias dans le monde rural, qui justifierait à elle seule plusieurs études, s'est opérée de plusieurs façons, par les missions et les Églises chrétiennes, par les écoles, par les constantes relations des ruraux attirés par les grandes villes revenant dans leur village, rapportant un poste de radio transistor ou un exemplaire de journal (parfois comme emballage). Les partis uniques cherchant à quadriller le pays ont parfois aussi joué ce rôle. L'impulsion des administrations publiques par le biais de leurs agents s'est manifestée d'abord par la radio. Même si des essais de journaux pour les ruraux remontent aux années soixante, la presse rurale n'a connu qu'un développement récent et plus ponctuel que nous présenterons donc après la radio rurale. La radio rurale présente à la fois un aspect économique, moyen d'incitation à des nouvelles techniques et une fonction sociale d'amélioration des conditions de vie et notamment de santé. Pour être efficace, cette action doit être à la fois collective et individuelle ; l'action collective nécessite l'intervention d’animateurs, l'utilisation d'autres moyens complémentaires, une coordination entre différents services. Or on peut s'étonner que les études sur la situation économique et agricole ne fassent presque jamais référence aux médias comme acteurs de changement, par exemple une publication du ciciba, Facteurs culturels et projets de développement rural en Afrique, de 1989 ou From Crisis to Sustainable Growth, sur l'Afrique sub-saharienne, publiée par la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement, organisme de la Banque Mondiale, de 1989 aussi n'y font aucune allusion. C'est sans doute que la radio rurale ne peut être efficace que si elle apporte au paysan lui-même et à sa famille une aide et une présence réelles, s'il en éprouve l'utilité concrète par des informations qui lui sont directement utiles.

91Peu à peu on s'est rendu compte que les émissions d'informations agricoles intégrées dans les programmes des radios nationales (sans respecter toujours les horaires) n'avaient pas les effets escomptés. On s'est orienté vers une création d'organismes autonomes au sein de la radio. Différente des radios-clubs qui avaient pour objectif de sensibiliser à la radio ou des tribunes radiophoniques agricoles, une nouvelle conception de la radio rurale prit corps peu à peu. Déjà en 1978, la création par les États africains du cierro, Centre interafricain d'études en radio rurale de Ouagadougou, pour former le personnel des radios rurales en était la traduction.

92Une première radio communautaire avait été établie en 1982, avec l'aide de l’unesco, à Homa Bay au Kenya, diffusant en luo dans le cadre de la vok (le nom de la radio nationale à cette date) relayant ses bulletins d'information en swahili ; de nombreux programmes étaient réalisés avec des interviews sur la place du marché, dans des fermes ou dans des écoles. Mais elle fut vite fermée en raison de désaccords entre la population et les autorités. Le fonctionnement d'en haut (les autorités) vers le bas (les paysans) rend la radio peu efficace, la radio confiée à la communauté locale est une pratique difficile à admettre par les États peu enclins à se dessaisir du moindre pouvoir. L'évolution technique la rend aisée.

93Les radios rurales ont donné, pendant longtemps, la priorité à la diffusion d'information sur la communication. Même si les langues africaines étaient déjà largement utilisées dans les années soixante-dix en Afrique dite anglophone et notamment en Tanzanie, et si la radio devait servir à freiner l'exode rural, la radio restait un produit de la ville et des pouvoirs, contribuant à la domination de la ville sur la campagne ; l'exemple de la Tanzanie qui avait eu très largement recours à la radio pour l'encadrement des villages ujamaa, après la Déclaration d’Arusha en 1967, montrait à la fois son efficacité mais aussi des contraintes mal supportées.

  • 18 Documentation à l’acct, cf. aussi La radio au service du inonde rural des pays acp, cta gret, avri (...)

94Nous avons déjà présenté le rôle intégrateur de la radio au niveau politique. La priorité donnée à la communication par les paysans et entre paysans (la radio éducative rurale du Sénégal avait fait office de pionnière) lui confère aussi plus d'efficacité. Les premières radios rurales se représentaient trop les ruraux comme des ignorants à instruire sans tenir compte de leurs propres connaissances. La libéralisation de la radio favorisa la naissance de radios rurales locales, souvent avec l'aide d'ong et de coopérations étrangères. L'Agence de Coopération Culturelle et Technique (acct) contribua à la mise en place de 36 radios associatives ou privées en Afrique francophone ; au début de 1997 il en existe ainsi 6 au Burkina Faso, 5 au Bénin, au Cameroun et au Congo, 4 au Mali, en Côte d'ivoire et en Centrafrique, 3 en Guinée. Elles diffusent 20 % des programmes en français et le reste en langues locales (deux ou trois) ; elles sont gérées par des associations de droit privé après que l'équipement ait été fourni par l’acct18.

95Le Centre Technique de Coopération agricole et rurale, cta, créé dans le cadre de la Convention de Lomé appuie aussi les radios rurales en collaboration avec le Zamcom, Zambia Institute of Mass communication, le Kenya Institute of Mass Communication et d'autres organismes.

  • 19 Le dur apprentissage de l'autonomie sur Radio Kayes in Berqué Pascal et als. La passion radio, Par (...)

96Au Mali la radio rurale de Kayes déjà citée, diffusait en 1992 en quatre langues ; ses émissions étaient réparties entre quatre secteurs, l'économie rurale, la santé, l'alphabétisation et un secteur socio-culturel (jeux éducatifs, histoires des villages)19.

97Au Burkina Laso, par exemple, fut créée en 1986 la radio locale de Poura, une agglomération de 2 900 habitants ; interrompue en 1990 à la suite de dégâts provoqués par foudre, elle a repris en décembre 1992 avec l'aide de l’acct, avec une portée de 80 km ; son conseil d'administration est présidé par le préfet-maire de Poura et comprend des représentants des communautés religieuses et coutumières, des groupements villageois, d'administrations locales. Radio Candip à Bunia au Nord Zaïre, qui, depuis 1972, était une radio éducative, s'était transformée avec la création de radio-clubs au sein des villages (749 en 1987) et l'établissement de mini-studios avec magnétophone dans les radios-clubs les plus actifs envoyant des cassettes qui sont diffusées, il en existait 86 dans des villages en 1991. En 1997 au cours de la guerre civile au Zaïre, ses émetteurs ont été utilisés par Laurent Désiré Kabila qui l'a baptisé La Voix du peuple diffusant en français, en swahili et en lingala.

  • 20 Sanogo, op. cit., p. 153.

98Des radios rurales au sein des radios nationales continuent à émettre dans plusieurs pays, limitées à la diffusion de quelques émissions en langues africaines ; souvent il s'agit d'émissions du ministère de l'Agriculture qui a sa propre unité de production. La radio rurale publique du Burkina Faso mène des campagnes de sensibilisation ou de formation sur des thèmes en rapport avec des organismes internationaux (comme l’unicef, le cilss) ou nationaux (Ministères, ofnacer, etc), ses programmes sont insérés dans la grille générale de la radio nationale en 17 langues ; l'une d'elle "Débat dans les villages" diffuse des tables rondes entre paysans ; par exemple le 26 août 1991 une émission fut réalisée dans un village de l'ouest, Deguelen, sur les récoltes et les procédés de conservation avec sept paysans, un agent d'encadrement agricole et un animateur de la radio20. Au Ghana le Farm Radio Forum sponsorisé depuis 1964 par l’unesco réunissait un soir dans une ferme des paysans isolés échangeant leurs idées dans l'Est du Ghana, en akan : il y en eut jusqu'à 300 en 1971. Bien qu'interrompus, ils ont stimulé chez les populations rurales le souci d'améliorer leur condition. La gbc a lancé en 1987 une station de type communautaire en fante à Apam produisant 40 % de ce qu'elle diffuse. Disoo est toujours diffusé en woloff à la Radio rurale du Sénégal intégrée à la Chaîne nationale.

99L'écoute de la radio est fonction surtout de la langue utilisée. Mais les paysans sont très sensibles à la manière dont les animateurs de radio s'adressent à eux. Le monde rural africain présente une grande diversité ; la radio permet d'y répondre et sa perception a varié, au fil des ans. Ses fonctions sociales l'emportent sur les objectifs économiques. Les informations et les conseils techniques qu'elle donne sont souvent bénéfiques surtout aux plus instruits des ruraux ou aux plus aisés.

100En étant de plus en plus répandue chez les paysans, la radio est un moyen d'information et de distraction au moins autant que d'éducation et de vulgarisation. À côté des radios communautaires ou associatives qui progressent mais qui ne touchent qu'une petite minorité, les radios nationales restent les plus largement écoutées. Mais à côté de la radio, d'autres médias commencent à entrer dans le monde rural ; la télévision ne pénètre que lentement, aussi presque partout s'adresse-t-elle très peu aux ruraux, même en Côte d'ivoire où elle est un peu mieux implantée hors des grandes villes. Il semble même que les émissions pour les ruraux soient plus nombreuses dans les débuts de la télévision qui se veut alors éducative. Ainsi l’expérience de télévision communautaire en circuit fermé de Bonoua au sud-est de la Côte d'ivoire en 1977. Le Zimbabwe avec des récepteurs de télévision installés dans des foyers sociaux diffuse des émissions éducatives à destination des ruraux. La télévision du Cameroun transmet quelques émissions Agriscope (en anglais), Monde rural ou Les fiches de l'agriculteur en français ; elles s'adressent plus aux habitants des villes (y compris les agriculteurs, nombreux dans les cités africaines) qu'aux ruraux, dont elles n'utilisent pas la langue. Il en est de même de La Voix du Paysan diffusée certains mercredis à 20 h 30 sur la première chaîne de Côte d'ivoire.

101La vidéo avec des magnétoscopes installés dans des foyers ruraux est utilisée dans plusieurs pays, notamment en Tanzanie, au Ghana, au Kenya, au Sénégal sous l'impulsion soit de l'État, soit des ong.

  • 21 Feuilles d'Afrique, op. cit., p. 82-89.

102La presse écrite mérite une plus grande attention ; elle est souvent liée en Afrique à l'alphabétisation du monde rural ou à la nécessité d'offrir de la lecture aux nouveaux alphabétisés, sous peine de perdre pratique. Les déficiences de la distribution des journaux dans la plupart des pays d'Afrique et l'utilisation principalement des langues internationales ne permettent guère aux ruraux d'accéder à la presse quotidienne ou hebdomadaire ; l'existence d'une presse rurale s'est posée dès les années soixante sous l'impulsion de l’unesco, au Liberia et au Niger ; nous en avons fait d'ailleurs l'historique21.

103Mais que faut-il entendre par presse rurale ? Il s'agit souvent d'une presse d'origine institutionnelle produite dans les villes, presse agricole en anglais ou en français destinée aux animateurs ruraux comme Agripomo en Côte d'ivoire, presse en langue africaine aussi comme Kibaru au Mali ; Game su publié en ewe, Tew Fema en kabye au Togo. La presse rurale proprement dite est celle qui n'est pas seulement destinée aux ruraux mais produite avec eux, utilisant leur langue.

104La transmission de nouvelles connaissances s'assimile mieux par l'écrit or le journal rural est l'écrit le plus facile à diffuser en milieu rural. Mais les connaissances et l'idée de développement ne peuvent s'imposer aux gens ; il faut qu'ils ressentent eux-mêmes le besoin d'apprendre à lire. Dans la plupart des États, les paysans africains souhaitent envoyer leurs enfants à l'école.

105Radio et presse rurale se trouvent parfois associées, ainsi Disoo au Sénégal, ou au Ghana Wonsuom en fante, lancé en 1986 avec des émissions de radio s'adressant à 78 villages du centre.

106Au Ghana aussi Kpogoga en ewé est un journal rural mensuel ; en relation avec l'Institut d'éducation des Adultes qui l'a créé à Tsito-Awudome où se trouve une école d'agronomie ; tiré à 5 000 exemplaires, il est imprimé à Accra.

107Le monde paysan est très diversifié dans ses productions, dans ses formes de propriété et d'exploitation ; la presse rurale présente donc une très grande variété de situations. Elle s'est développée au Kenya avec des journaux tirant entre 3 000 et 10 000 exemplaires comme Kisomo le plus ancien ou Santi ya Pwani ; c'est aussi le cas en Tanzanie, en Zambie, au Zimbabwe. Elle semble avoir peu d'importance en République sud-africaine, peut-être parce que la presse d'information générale pénètre mieux en milieu rural.

108Presse rurale et radio rurale remplissent plusieurs fonctions. Moins conçues qu'à leur début comme instruments d'éducation des adultes, ce sont plutôt des moyens d'intégration ; incitation à la lecture, elles communiquent des informations utiles mais elles permettent aussi des communications et une expression (même limitée) du monde paysan, devenant parfois les médias des ruraux et pas seulement des médias pour les ruraux. Radio et presse apparaissent plus complémentaires en milieu rural ; mais leur gestion peut difficilement être assurée par le seul milieu rural dans lequel elles fonctionnent. Aussi bien au niveau des ressources financières, qu'au niveau des ressources humaines (la formation de ceux qui les animent), une aide extérieure (de l'État ou d'ong) semble inévitable ; la participation, y compris financière, des populations locales reste indispensable, car ce qui est gratuit démobilise celui qui le reçoit.

109Les enjeux économiques et sociaux prennent de plus en plus d'importance dans la vie et le contenu des médias africains. Ils ne se situent pas de la même façon à la ville et dans les campagnes. Toutefois l'exode rural, qui a poussé les populations vers les plus grandes agglomérations, maintient un contact entre les citadins et les familles restées en brousse. L'effervescence des grandes villes même amortie se répercute dans les campagnes. Qu'il s'agisse de changements politiques ou économiques, les comportements ne se modifient que si les innovations sont intériorisées dans les structures mentales des populations ; les enjeux culturels conditionnent finalement les enjeux politiques et économiques et les attentes des médias.

Notes

1 Official Yearbook of the Republic of South Africa, Pretoria, 1996.

2 Dépêches Reuter, 28 janvier et 28 mars 1997.

3 Fraternité Matin, 20 novembre 1995.

4 On trouvera l'indication des principaux marchés publiés dans Marchés Tropicaux et Méditerranéens, mensuel, Paris.

5 Cf. le numéro 73 de Mondes en développement, 1991, consacré à "Information et media en Afrique Noire".

6 Cf. notre article "Radios et télévisions scolaires" dans le numéro spécial 1994-4 d'Afrique contemporaine consacré à l'enseignement en Afrique.

7 Cf. L'environnement en Afrique in Afrique Contemporaine, no 161 janvier-mars 1992, et Le Développement et l'environnement, Rapport de la Banque Mondiale, 1992.

8 Le contenu de ces émissions ainsi que des émissions d'informations scientifiques et techniques, présentées plus loin est présent sur Internet http:www.bbc.co.UK/Worldservice/schedules/sep-afr.htm.

9 On trouve une recension de ces publications dans Benn's Media, t. 3, Tunbridge Wells, Kent, 1993, 1995.

10 Depuis sa publication en 1974 sur Les politiques scientifiques nationales en Afrique, l’unesco a publié plusieurs études, notamment sur les technologies de communication dans la série Etudes et Documents d'information. Et aussi Etude comparative sur les organismes directeurs de la politique scientifique et technologique nationale dans les pays de l'Afrique de l'Ouest, unesco, 1981. Etude comparative sur les organismes directeurs de la politique scientifique et technologique nationale dans les pays de l'Afrique orientale et australe, unesco, 1987. Les rapports du pnud et de la Banque Mondiale abordent aussi le problème des rapports entre science, technologies et développement, ainsi que l’orstom dans Sciences, Dictionnaire de 50 ans de recherches pour le développement, 1994.

11 Bayomo Assala L. Ch. La Vulgarisation scientifique par les médias au Cameroun ; l'exemple de Cameroon Tribune, juin 1994, Diplôme de l'Institut Français de Presse, Université de Paris II, juin 1994.

12 Cf. Benn's Media, op. cit.

13 BBC World Service sur Internet : http://WWW.bbc.co.uk/Worldservice/science pour les programmes science and technology.

14 Documentation sur rfi fournie par Dave Wilson en ce qui concerne les émissions adressées aux radios africaines et par M. Sada sur la diffusion et l'utilisation des fiches documentaires de mfi. Nous les en remercions.

15 Cf. Sanogo Moumouni, Le paysage radiophonique du Burkina Faso, thèse de l'Université de Bordeaux III, 1995.

16 Mpozi Diabanzu, L'information sanitaire au service de la mère et de l'enfant à la radio du Bas Zaïre, thèse de l'Université de Bordeaux III, 1996.

17 Elungu P. E. A. Tradition africaine et rationalité moderne, Paris, L'Harmattan 1987, p. 119 et 132.

18 Documentation à l’acct, cf. aussi La radio au service du inonde rural des pays acp, cta gret, avril 1995.

19 Le dur apprentissage de l'autonomie sur Radio Kayes in Berqué Pascal et als. La passion radio, Paris, Syros, 1995.

20 Sanogo, op. cit., p. 153.

21 Feuilles d'Afrique, op. cit., p. 82-89.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search