Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. Les porteurs d'espérance

1. Les enjeux politiques des médias

Texte intégral

1La liberté de la presse est une idée neuve en Afrique francophone, même si la loi française de 1881 est depuis cinquante ans une référence obligée. En Afrique anglophone, la presse était depuis plus longtemps un instrument de combat, mais une plus grande liberté d'expression n'était acquise qu'au prix de luttes incessantes.

2La presse en Afrique naquit sous l'autorité des administrations coloniales ; quant à la radio et à la télévision, elles furent étatisées dès leur naissance, que celle-ci soit antérieure ou postérieure à l'indépendance. La presse écrite a connu elle aussi une influence très forte des administrations coloniales puis étatiques, passant sous les jongs successifs des différentes autorités. Même dans la zone anglophone où une presse privée indépendante se développait parfois, les autorités coloniales puis étatiques possédèrent leurs propres journaux.

3L'enjeu que représentent les médias, varie à la fois en fonction du système politique et du système des médias lié lui-même aux évolutions techniques. Aussi ne peut-on l'apprécier qu'en considérant une périodisation très générale.

I. l'évolution des enjeux

1. À l'époque coloniale

4La presse ne fut utilisée qu'épisodiquement et tardivement comme instrument de la colonisation, bien moins que l'école par exemple, soit qu'elle restât étrangère aux populations indigènes (dans la zone de colonisation belge) soit qu'elle fût limitée à une minorité africaine très restreinte comme ce fut fréquemment le cas jusqu'à la Première Guerre mondiale dans la zone d'influence française. Dans la zone d'influence anglaise, c'est pour s'opposer à une presse indépendante que les autorités coloniales ou les colons éveillèrent parfois la concurrence. La contrainte ou la surveillance apparut néanmoins dès la naissance de la presse. La libéralisation de la presse en Europe au cours du xixe siècle n'eut que des répercussions limitées en Afrique.

5La presse en Afrique fut marquée par la propagande, religieuse ou politique. Nous ne citons que pour mémoire la presse coloniale, celle de l'administration ou celle des colons d'origine européenne. Ces dernières se démarquent l'une de l'autre : dans la zone d'influence anglaise, c'est avec l'autorisation du secrétaire d'État anglais aux colonies que fut publié en janvier 1824, The South African Commercial Advertiser, déjà cité, et alors que le gouverneur britannique avait refusé l'année précédente la demande de publication ; mais l'accusation de corruption contre le gouverneur ainsi que la critique des conditions d'établissement des Anglais à l'est du Cap firent supprimer le journal. Ainsi commença une longue tradition de recours au gouvernement de Londres pour obtenir une liberté que refusaient les administrateurs anglais locaux. En 1828 le gouvernement de Londres par une loi sur la presse du Cap introduisit le principe de la liberté de la presse. Le révérend Abraham Faure publiait dès 1824 en hollandais De Zuid Afrikaanscha Tidjschrift luttant contre les boers défenseurs de l'esclavage.

6En Afrique occidentale anglaise plusieurs journaux plus tard devaient aussi critiquer l'administration coloniale, The African Interpreter and Advocate de Sierra Leone en 1867, The Gold Coast Times en 1874.

7Dans les colonies portugaises, face aux journaux de l'administration coloniale apparus en 1854, on vit paraître plus tard, des journaux indépendants (O Progresso au Mozambique censuré dès son premier et unique numéro en 1868) ou même des journaux d'opposants portugais comme A civilisaçao d'Africa Portugesa, lancé à Loanda en Angola en 1866.

8La presse d'origine européenne, qu'elle émane de l'administration coloniale ou des colons, fit plus tard appel à des Africains et contribua ainsi à la formation de journalistes autochtones ; ce fut le cas de O Cruzeiro do Sul, un journal créé à Loanda en 1873.

9Mais c'est surtout la presse missionnaire qui servit d'initiatrice aux premiers journalistes africains en leur inspirant le mouvement contre l'esclavage et en dénonçant l'immoralité de nombreux administrateurs coloniaux. La presse religieuse (protestante puis catholique) devait jouer un rôle important jusqu'à nos jours, non limité aux seules communautés chrétiennes.

10Les Africains développèrent leur propre presse d'abord en Afrique occidentale sous l'influence anglo-saxonne ; au Liberia avec l'appui des Noirs américains, The Liberia Herald, déjà cité, reprit en 1830 et fut publié jusqu'en 1862 ; imprégné du zèle évangélique, menant campagne contre le commerce des esclaves, son dernier rédacteur en chef fut Edward W. Blyden venu des Indes occidentales, futur ministre du Liberia. Les Noirs américains et leurs descendants qui dominèrent le Liberia jusqu'au coup d'État de 1980 se considéraient comme responsables de l'évolution de tout le continent africain. The Observer de Monrovia, un journal de 4 pages en 1878, consacrait beaucoup d'articles à l'éducation, aux décisions du gouvernement qu'il critiquait à l'occasion. Il révélait aussi, par exemple dans un article du 8 juillet 1880, le désir des puissances européennes de se partager l'Afrique.

11L'impulsion d'Afro-Américains se retrouve en Sierra Leone, à l'avant-garde de la presse africaine dans les années 1860 ; New Era un hebdomadaire lancé en 1855 se heurta quelques années plus tard à l'hostilité d'un gouverneur et fut défendu dans ce conflit par les libéraux en Angleterre. Ils sont aussi présents dans les débuts de la presse en Gold Coast et au Nigeria. Ces journaux de la deuxième moitié du xixe siècle profitent d'une moindre présence d'immigrants britanniques que dans l'Afrique de l'Est (où le climat leur était plus favorable) ou du Sud, où ceux-ci avaient créé plusieurs journaux. Les journaux de l'Afrique de l'Ouest ne s'adressaient qu'à une petite minorité d'Africains instruits, mais le développement des écoles, à Lagos notamment, leur donna une impulsion. Ils prenaient modèle sur des journaux de Londres, s'inspirant de leurs titres, The West African Herald à Accra, The Gold Coast Times, Lagos Observer. L'administration coloniale locale s'en inquiétait ; un gouverneur de Lagos, H. S. Freeman, à propos de The Anglo-African un bimensuel lancé en 1863 par Robert Campbell (fils d'une Jamaïcaine et d'un Écossais), écrivit au Colonial Office le 28 janvier 1863 que la liberté de la presse était "un dangereux instrument aux mains de nègres semi-civilisés".

12Le Lagos Times and Gold Coast Advertiser, un bimensuel, avait été fondé en novembre 1880 par un riche homme d'affaires Yoruba Richard Beale B laize, originaire de Sierra Leone. Il fut un des premiers à exprimer un nationalisme africain, déclarant dans le numéro du 9 mars 1881 : "Nous ne réclamons pas une indépendance immédiate ; mais il faut toujours se mettre dans l'esprit que l'ordre présent des choses ne durera pas toujours. Un jour viendra où les colonies de la Côte occidentale régleront elles-mêmes leurs affaires intérieures et extérieures". Tout en paraissant en anglais, le journal publia, à maintes occasions, des lettres de correspondants réclamant un journal en langue africaine (le 22 août 1883 par exemple) et consacra un éditorial le 12 juillet 1882 à défendre la culture africaine. Le Lagos Observer dont Campbell fut le gérant combattait en 1885 et 1886 pour que la colonie de Lagos fût séparée de la Gold Coast ; il faisait état dans son numéro du 18 juin 1885 d'une pétition en ce sens avec 220 signatures de commerçants, clergymen, étudiants, mécaniciens... En 1882 un journaliste du Lagos Observer J.B. Benjamin avait été condamné pour un article du 18 mai dans lequel il se plaignait de l'attitude de beaucoup de juges pleins de haine contre les Noirs.

  • 1 L'étude la plus complète pour le Nigéria est celle de Ornu Frd. H., Press and Politics in Nigeria (...)

13Cette presse n'hésitait pas à exprimer ses critiques contre l'administration coloniale, le Lagos Observer du 25 septembre 1884 se plaint de la succession des gouverneurs et estime que la région pourrait espérer "comme toute autre possession britannique progrès matériel et bien-être" pour ses habitants1.

14À défaut d'une représentation africaine dans l'administration des colonies à la fin du xixe siècle, ces journaux exprimaient les aspirations des Africains les plus éduqués ; ceux-ci se rendent compte des contradictions entre les principes chrétiens et humanitaires affichés par les Européens et leur comportement effectif au moment de leur expansion en Afrique.

15La presse fut incriminée dans l'insurrection de 1898 en Sierra Leone. Le haut commissaire du Nigeria Sud obtint du secrétaire d'État aux colonies Joseph Chamberlain une ordonnance sur les journaux en 1903. Le Lagos Standard avait mené campagne contre le projet rappelant l'importance de la presse en Europe, le rôle des journaux comme défenseurs des droits des gens, comme moyen pour connaître les doléances (le 30 avril 1902, il écrit "the press is the only means, feeble and ineffective as it is often, stili it is the only means there is for restraining or checking abuses". Le Lagos Weekly Record menait la même campagne. Ces journaux réunirent 300 signatures pour une pétition adressée au gouverneur et au Conseil législatif contre la restriction de la liberté de la presse. On y trouvait les noms des principaux Africains dirigeants de journaux, qui furent à l'origine du premier nationalisme nigerian, comme John Payne Jackson né de parents américano-libériens qui avait lancé le Lagos Weekly Record ; il demeura le journaliste le plus influent de l'Afrique de l'Ouest pendant 25 ans. La loi s'adressait aux publications paraissant au moins tous les 26 jours ; tout journal devait faire l'objet d'une déclaration sous serment, donnant le nom des imprimeurs, éditeurs, propriétaires, avec une caution de 250 livres. Si cette loi limita le nombre de journaux, elle ne diminua pas la vigueur de leur opposition ; ce qui entraîna en 1909 une nouvelle loi sur le délit de sédition : le Seditions Offences applicable, contre toute provocation à des sentiments d'inimitié envers le gouvernement ou entre les classes de la population, tout ce qui pouvait entraîner un sentiment de peur ou troubler la tranquillité publique. Pour le Lagos Standard du 1er octobre 1909 "la pire forme d'esclavage sera établie, à savoir, l'asservissement des esprits” ; ce projet avait suscité des oppositions au sein du Conseil législatif et en Angleterre. Le projet était cependant devenu une loi, mais elle fut peu appliquée. La presse africaine avait déjà introduit le débat politique et jeté les bases d'une opinion publique parmi une petite minorité restreinte dans l'Afrique occidentale anglaise avant la Première Guerre mondiale.

16Dans l'Afrique sous influence française, le Sénégal vit naître, de façon différente, une presse africaine, œuvre de métis en relation avec les élections dans les trois puis quatre communes qui avaient acquis la citoyenneté française pour leurs habitants. Ces journaux allaient dans le sens d'une assimilation. Le problème se posait différemment à Madagascar : avant la conquête, presses anglaise et française s'affrontaient tandis que le gouvernement malgache avait lancé, en 1875 un mensuel. Sous le régime colonial français, un décret de février 1901 nécessitait l'autorisation du gouverneur général pour fonder un journal. Les lettrés malgaches publièrent d'abord des journaux en français, moins censurés que les écrits en malgache. Dans les autres domaines de la colonisation française ou belge, il n'existe guère qu'une presse officielle de colons européens ou de missionnaires (souvent en langue africaine) seule langue à être accessible aux Africains. Bien que de moindre envergure, les métis et les "assimilados" (Africains instruits) des colonies portugaises utilisèrent des journaux pour critiquer la politique coloniale du Portugal envers leur pays. "Il n'en a eu que l'esclavage le plus ténébreux, le mépris et l'ignorance la plus complète" écrivait en avril 1902 l'Angolais José de Fontes Pereira dans O futuro d'Angola.

17Après la Première Guerre mondiale la presse continua à jouer un rôle différent dans les colonies britanniques selon l'implantation plus ou moins forte d'Européens.

18La presse africaine en Afrique du Sud avait exprimé une première aspiration avec Imwo Zaba Ntsundu (La voix du peuple) lancé en 1884 par John Tengu Jabawu et financé en partie par des Blancs libéraux ; publié en anglais et en xhosa, ce journal avait protesté contre le Parlement du Cap qui avait exclu en 1887 la plupart des Africains des élections ; favorable à la non violence, il ne s'était pas associé au Native National Congress devenu ensuite l'African National Congress en 1912 ; ce dernier disposa de plusieurs journaux dont l'Abantu Batho (Le peuple) publié en anglais et en quatre langues africaines ; à Johannesburg il fut l'organe de l'anc jusqu’en 1932. Après 1918 ses revendications sont plus radicales. Mais il existe aussi une presse des Blancs voulant rallier des Africains à la coopération, la presse bantoue dont The Bantu World créé en 1932 fut le principal titre, intégré ensuite dans le groupe anglais Argus.

19En Afrique orientale anglaise les Britanniques et les Indiens continuèrent à diriger la presse. Mais Pio Pinto, un Asiatique dirigeant le Daily Chronicle à Nairobi appuya Jomo Kenyatta éditant en 1925 Muigwithania.

20C'est toujours en Afrique occidentale anglaise que la presse est la plus dynamique, avec des hebdomadaires comme le Weekly Record puis après 1925 des quotidiens. La presse devint un instrument pour les élections (nouvellement établies en 1923 selon la Constitution Clifford de 1922) en 1928 et en 1933. Le Lagos Daily News organe du Parti National Démocratique nndp, fondé en 1925 par Herbert Macaulay et Thomas Jackson reste plein de référence à l'Angleterre mais très polémique envers l'administration coloniale. Le Nigerian Daily Times est lancé le 1er juin 1926 par Ernest Ikoli et financé en partie par des Blancs de la Chambre de Commerce et de la Bank of West Africa. Il est l'organe de l'Union of Young Nigerians, parti du Centre appuyant le gouvernement, bénéficiant de la publicité des firmes européennes et des innovations techniques ; ce journal tirant à 6 000 exemplaires dans les années trente domina la presse du Nigeria jusqu'à l'arrivée du West Pilot en 1937.

21La presse s'épanouit aussi en Gold Coast avec deux quotidiens à Accra.

22La presse africaine dans les colonies françaises était freinée par un décret du 4 août 1921 interdisant en aof toute publication remettant en cause le système colonial et "toute excitation des indigènes à la révolte contre l’autorité française". Seule la presse du Sénégal connaît un développement lié aux élections : Blaise Diagne, un Noir élu député en 1914, fut soutenu après la guerre par La Démocratie du Sénégal organe du parti des Jeunes Sénégalais ; mais il perdit cet appui en se ralliant à l'administration coloniale. Lors des élections de 1928 des journaux opposants sont lancés, trouvant difficilement à se faire imprimer. Madagascar connut aussi une plus grande profusion de titres appartenant surtout à des colons ou à des missions. Mais il se créa aussi des journaux dirigés par des Malgaches comme L'Opinion, un hebdomadaire fondé en 1927 par S. Ralaimongo qui réclamait la naturalisation des Malgaches pour qu'ils aient les mêmes droits que les Français ; déçu par l'évolution, ce journal publiait en 1934 une déclaration du docteur Ravoahangy-Andrianavalona : "Nous envisageons plus que jamais l'indépendance de Madagascar". Plusieurs journaux qui s'élevaient contre les abus de l'administration coloniale comme le Réveil Malgache (1929) ou l'Aurore (1930) subirent des procès qui entraînèrent leur suppression.

23Des journaux furent à l’origine du mouvement nationaliste malgache, contribuant à la suppression du travail forcé, à la reconnaissance du droit syndical, à l'abolition en 1938 de l'autorisation préalable et de l'interdiction de publier un écrit politique en malgache.

24Le retour des soldats africains contribua à la naissance de la presse africaine dans d'autres régions. Au Dahomey et au Togo la presse joua un rôle important dans l'apparition de la vie politique moderne. Les critiques de l'administration coloniale entraînèrent de nombreuses poursuites. Le procès intenté à La Voix du Dahomey fut exemplaire car les prévenus furent acquittés en juin 1936.

25La presse restait dominée par les Européens ou l'administration coloniale dans la plus grande partie de l'Afrique sous domination française ; celle-ci persista après la Deuxième Guerre mondiale, mais un décret du 27 septembre 1946 leva les limitations à la liberté de la presse et l'introduction des élections provoqua la formation d'une presse politique liée souvent à des partis ; ainsi en Côte d'ivoire, Le Démocrate en 1950 et 1951 fut un quotidien du pdci le Parti Démocrate de Côte d'ivoire créé par Houphouët-Boigny ; tirant entre 1 600 et 3 000 exemplaires, le journal soutenait le Vietminh, "la lutte des peuples indochinois est un exemple pour les peuples africains" lisait-on le 6 mai 1950. Toutefois le journal disparut lorsque Houphouët-Boigny se désapparenta du Parti Communiste et se rallia à une politique de dialogue avec le gouvernement français.

26La presse dans l'Union Française continue à se répartir entre une presse contrôlée par des Français (la chaîne de Breteuil), une presse religieuse très diversifiée, souvent dynamique comme Afrique Nouvelle publiée à Dakar de 1947 à 1987, présentant souvent les aspirations des Africains, et une presse des Africains. Celle-ci n'avait qu'un faible tirage et prit vite un caractère polémique, qu'il s'agisse de ses critiques contre l’administration coloniale ou des rivalités entre Africains. Elle fut d'abord réprimée, surtout à Madagascar après l'échec de l'insurrection de mars 1947 dont on rendit en partie responsables des journaux malgaches, Mongo, Ny Rariny, la Nation Malgache... Cette presse africaine connut un véritable pluralisme à la veille de l'indépendance dans plusieurs régions ; à Madagascar avec Imongo Vaovao un quotidien à tendance communiste tirant à 6 000 exemplaires, La République l'hebdomadaire du Parti Social Démocrate (7 000 exemplaires) qui disposait aussi du quotidien nationaliste Ny Rariny. Au Cameroun l’upc (Union des Populations du Cameroun) est devenue clandestine après une tentative d'insurrection en mai 1955 ; son journal La Voix du peuple, interdit, continua à paraître dans l'Égypte de Nasser. L'année 1955 avait vu la naissance de L’Effort Camerounais de l'abbé Fertin, du Bamiléké et de La Presse du Cameroun ; d'autres journaux restaient proches de l’upc, L'Opinion du Cameroun fut poursuivie pour avoir publié des articles de son leader Um Nyobé. Autonomistes, indépendantistes et fédéralistes s'opposaient à Dakar où 170 journaux et périodiques, souvent éphémères, virent le jour entre 1945 et 1960. Brazzaville connut aussi plusieurs journaux. La presse africaine francophone ne joua qu'un rôle mineur dans l'émancipation, elle contribua surtout à désigner des interlocuteurs africains aux dirigeants de la Métropole. Ainsi Senghor dispose de La Condition humaine, Fulbert Youlou au Congo du Progrès, Joseph Coulibaly au Soudan (le futur Mali) du Courrier du Soudan.

27La presse africaine a encore moins de place dans les pays de colonisation belge où les Européens tiennent presque seuls les journaux. Kinyamateka publié en kinyarwanda depuis 1933 au Rwanda par les Pères Blancs, dirigé de 1952 à 1957 par le futur premier président Kayibinda, est un cas exceptionnel ; ce journal qui avait pris ses distances avec l'administration coloniale belge contribua à la naissance d'une opinion publique. En 1958 Patrice Lumumba lança Indépendance après un séjour à Accra influencé par l’exemple de Nkrumah.

28Car la presse joua un bien plus grand rôle dans la zone de domination anglaise. Même dans le cas particulier de l'Afrique du Sud où depuis 1948, les Afrikaners du Parti national au pouvoir pratiquaient une politique d'apartheid, la presse jouissait de plus de liberté que sur le reste du continent, le lectorat noir est plus important qu’ailleurs et la presse de langue anglaise y mène une opposition constante contre la politique de l'apartheid avec le Rand Daily Mail, un quotidien de Johannesburg appartenant au groupe saan ainsi que le mensuel Drum ; c'est aussi le cas du groupe Argus qui contrôle la presse bantoue, la diffusion de World qui s'adressait surtout aux lecteurs noirs passa de 11 000 en 1959 à 90 000 en 1968.

29La presse des Africains prit de l'importance en Afrique orientale après 1950, le Colonial Office cherchant à développer des journaux en langues locales pour s'opposer aux nationalistes ; le groupe de l’East African Standard, principal quotidien de Nairobi, possèdait aussi l'hebdomadaire Baraza en swahili. Le Daily Chronicle appartenait à Pio Pinto, d'origine asiatique, qui fut très tôt favorable à la cause de l'indépendance, ce qui lui valut d'être emprisonné après que l'état d'urgence fût déclaré en 1952 contre les Mau-Mau. Des journaux kikuyu apparurent à Nairobi comme Mumenyereri, un hebdomadaire de la Kenya Africa Union, tiré à 10 000 exemplaires. Au Tanganyka, Nyerere disposant de Sauti Ya Tanu, le parti national, la tanu lança en 1959 le National Times ; l'hebdomadaire Mwafrika créé en 1957 en était très proche et passa rapidement de 4 000 à 20 000 exemplaires. Mais c'est surtout en Afrique occidentale anglaise que la presse joua un rôle important ; Nnamdi Azikiwe, qui s'était formé aux États-Unis où il avait été témoin de l'essor du mouvement noir de Garvey et de l'influence des journaux négro-américains, avait déjà — à la veille de la Deuxième Guerre mondiale — inquiété l'administration coloniale avec son journal West African Pilot tirant rapidement à 12 000 exemplaires sous la devise "Show the light and the people will find the way" ; dès ses débuts il souhaitait "Renascent African" (24 décembre 1937) et la liberté de la presse (6 janvier 1938), le développement de l'école et de la radio, l'égalité des sexes (19 février 1938). Il constitua tout un groupe de presse, The Pilot et The Cornet furent suspendus en 1945 et perdirent toute publicité officielle (une source importante de revenus). Après le refus de lui accorder une station de radio, il publia dans ses journaux le 28 février 1946 une liste d'actes de l'administration contre la presse.

30Le gouvernement britannique favorisa en 1947 l'achat par le groupe anglais le Mirror de Cecil King du Daily Times de Lagos pour contrebalancer l'influence des journaux nationalistes ; le groupe acquit en Gold Coast en 1950 le Daily Graphic. À son retour des États-Unis où il fit ses études, Kwame Nkrumah en 1948 fonda à Accra Evening News, porte-parole de ce qui devint le Parti de la convention du Peuple cpp ; ce journal créa une mystique autour de lui. En Sierra Leone aussi des journaux furent étroitement associés à des formations politiques. Le quotidien African Vanguard lancé en 1949 et l'hebdomadaire Sierra Leone Observer étaient les organes du Sierra Leone People's Party qui emporta les élections de 1951. Le débat politique était entretenu par un pluralisme de la presse : en Gold Coast avec Ashanti Pioneer à Kumasi, en Sierra Leone avec le Daily Guardian.

31Mais dans la zone anglaise, la radio commença aussi à jouer un rôle après la guerre ; en 1946 la bbc lança une émission Calling West Africa avec la participation d'Africains. Le chef du Colonial Service à la bbc , J. Grenfell Williams, un Sud-Africain, établit plusieurs rapports ; en 1948 il recommandait de multiplier des émissions locales pour tenir les populations informées sur leur gouvernement local et sur les plans de développement. Le rapport de l'ingénieur L. W. Turner et de F. A. W. Byron pour le Colonial Office en 1949 sur la radio dans l'Afrique Occidentale anglaise recommandait l'utilisation des langues africaines ; c'est au Ghana que l'implantation fut la moins faible : en 1956 il y avait 5 200 postes de radio individuels et 18 000 souscriptions de la radiodistribution à fil ; l'anglais mais aussi six langues africaines étaient utilisées. Au Nigeria, où les émissions locales commencèrent en avril 1949, des studios furent installés à Lagos, Raduna, Enugu puis Ibadan ; en 1959 il y avait 77 881 licences pour des postes individuels et 82 773 souscriptions pour la radiodistribution à fil. Des langues locales étaient employées à côté de l'anglais, des émissions étaient consacrées à la santé et à l'éducation. Des journaux comme le Daily Times discutaient de la radio et de ses émissions. Dès 1952 le National Broadcasting Service ( nbs ) fonctionnait avec 186 Nigérians aux côtés de 22 Anglais.

32La radio s'était développée aussi en Afrique orientale anglaise en utilisant les langues africaines. En Ouganda où un poste émetteur fut installé à Kampala en mars 1954, le luganda fut favorisé ; au Tanganyika dès 1951 un émetteur fut établi avec un programme en swahili ; au Kenya la multiplication des émissions en langues locales et des studios n'était pas sans rapport avec la révolte des Mau-Mau.

33Les Africains qui participèrent à la naissance de la radio dans leur pays en Afrique anglophone furent souvent parmi les premiers à manifester une conscience politique. Au Soudan des collaborateurs de Radio Omdurman figurent parmi les nouveaux dirigeants ; au Nigeria où l'autonomie interne avait été mise en place après 1945, le nbs fut transformé en 1957 en Nigeria Broadcasting Corporation, nbc , sur le modèle de la bbc , avec l’appui d'Azikiwe, en vue d'être indépendante du gouvernement. Mais chacun des gouvernements des trois régions de la Fédération voulut aussi sa radio à partir de 1959.

34À la veille des indépendances, la radio commençait donc à jouer un rôle, inégal selon les régions et parfois, déjà, s'imposait plus que la presse écrite, dans les grandes villes africaines. Ce rôle des médias restait encore limité aux Africains les plus instruits des villes, ceux qui allaient constituer les équipes dirigeantes des nouveaux Etats.

2. Au lendemain des indépendances

35Deux caractères opposés dominent la vie des médias. Dans la zone anglophone où la presse écrite avait largement participé au mouvement nationaliste contre les autorités coloniales, l'habitude d'hostilité à l'autorité et à l'État persista. Un ancien directeur du Daily Times du Nigeria déclarait en 1975 : "Au nom de la liberté de presse et du nationalisme, nous avons écrit délibérément des articles séditieux contre les gouvernements coloniaux... Aujourd'hui après dix ans d'indépendance, beaucoup de journalistes africains croient encore qu'une bonne presse est celle qui est en constant état de guerre avec le gouvernement". La presse resta plus libre dans les anciennes colonies anglaises, mais les nouveaux États contrôlèrent et acquirent des journaux et se réservèrent la radio, mise à leur disposition.

36Dans les anciennes colonies françaises où des gouvernements autochtones avaient été mis en place après la loi Defferre de 1956, les nouvelles équipes dirigeantes le plus souvent mises en place en accord avec le gouvernement français, au nom de l'unité nationale qu'il fallait préserver dans des États qui n'étaient pas encore des nations, présentèrent le parti unique comme la meilleure solution pour rassembler des populations souvent hétérogènes et le monopartisme entraîna le monopole de l'État sur l’information.

37Les pays d'Afrique anglophone virent une plus grande expansion de la presse écrite avec des tirages plus élevés ; même dans les journaux gouvernementaux, les journalistes usaient d'une liberté de ton qui n'était pas toutefois sans danger pour les auteurs.

38Si la situation de la presse écrite resta différente dans les États issus de la colonisation britannique où la tradition anglaise de la liberté de la presse survit, et dans le reste de l'Afrique, la distinction joua moins pour la radio (puis la télévision) où le système centralisé et étatique français est plus imité que celui de la bbc , même par les nouveaux États dits anglophones.

Le maintien d'une presse indépendante en Afrique anglophone

39Une presse indépendante des gouvernements ne se maintint que dans quelques pays anglophones. En Afrique du Sud, le parti communiste, interdit en 1960 de même que yanc , n'eurent plus de publications après la disparition de Torch, un hebdomadaire du Cap en anglais et en xhosa en 1963 ainsi que Spark. Mais la presse de langue anglaise continua à mener campagne contre l'apartheid, non sans mal ; le Rand Daily Mail déjà présenté reprochait le 6 février 1965 au gouvernement sud-africain de conduire le pays au désastre : "Apartheid can have no moral justification" avait-il publié la veille. Il tirait à 127 000 exemplaires en 1971. Son directeur fut démis de ses fonctions en 1981 pour avoir voulu attirer davantage de lecteurs noirs ; ce journal dut s'arrêter en avril 1985. Le World était devenu un guide de l'opinion ; le gouvernement ne supporta pas la nomination d'un Noir comme rédacteur en chef et le journal fut interdit en octobre 1977. Entravée par la loi sur l'état d'urgence en 1985, la presse conserva une certaine liberté, comme en témoigne The Star à Johannesburg, The Sowetan tirant à 157 000 exemplaires en 1988 était lu en majorité par des Noirs.

40Au Ghana N'Khrumah boycotta le Daily Graphic appartenant à l'Anglais Cecil King qui publiait des articles d'opposants et en 1963 accepta un arrangement pour que le groupe anglais se retire ; il censura et fit disparaître en 1962 l’Ashanti Pioneer qui lui était hostile mais quelques petits journaux subsistèrent. La presse resta plus libre au Nigeria, même sous les régimes militaires ; en Sierra Leone dans les années soixante-dix également, non sans menace et avec des périodes de plus grande rigueur. La liberté de la presse qu'avait reconnue la Constitution de Sierra Leone, fut limitée par le Public Order Act de 1965. The Unity, l'organe du parti opposé au gouvernement fut confisqué et devint The Nation.

41Au Kenya où le capital étranger resta davantage présent dans les grands quotidiens, des missions chrétiennes publièrent Target et en swahili Lengo et la presse resta relativement plus libre.

42Le nombre de journaux et les tirages atteints donnaient à la presse dans plusieurs pays anglophones une importance sans commune mesure avec celle du reste de l'Afrique ; en 1969 il y avait 23 quotidiens (dont 17 en anglais) en Afrique du Sud, dont trois tiraient à plus de 100 000 exemplaires. Treize quotidiens au Nigeria (dont le Daily Times tirant à 142 000) et 65 autres journaux (dont l'hebdomadaire protestant Africa Challenger à 150 000 exemplaires) constituaient une presse diversifiée en anglais et en 15 langues africaines.

Les enjeux des médias dans la naissance des nouveaux États

43La radio prit rapidement une plus grande importance en raison de l'analphabétisme qui limitait le nombre des lecteurs, de l'utilisation plus facile des langues africaines à la radio que dans la presse écrite (où se posait le problème de la transcription), et connaissant souvent des difficultés de distribution des journaux en dehors de la ville où ils étaient édités. Les progrès techniques, notamment ceux qui permirent de surmonter les contraintes climatiques, en particulier les interférences solaires affectant les ondes courtes et les ondes moyennes, et surtout le développement des postes récepteurs transistors qui affranchirent du branchement sur le courant électrique accentuèrent cette priorité dès la fin des années soixante. La radio avait déjà été un enjeu au moment des crises que connurent plusieurs États africains au lendemain de leur naissance ; d'abord pour mobiliser les cadres mais aussi les masses urbaines, si bien que les locaux des stations d'émissions devinrent un enjeu et leur utilisation par les vainqueurs, en cas de troubles, un symbole.

44Il y avait 47 postes pour 1 000 habitants au Sénégal en 1959 (surtout à Dakar), la radio n'en joua pas moins un rôle important dans l'éclatement de la Fédération du Mali. Le chef du gouvernement fédéral Modibo Keita, avait annoncé le 19 août 1960 à Radio Mali (l'ancien poste Radio-aof à Dakar), l'éviction de Mamadou Dia du ministère de la Défense. Ce dernier utilisa Radio-Sénégal (émettant aussi à Dakar) pour riposter et convoquer l'Assemblée législative sénégalaise ; et Senghor au même poste avait déclaré le 20 août "Il s'agit de défendre notre indépendance." Deux ans après la séparation entre le Mali et le Sénégal, la radio joua encore à Dakar un rôle essentiel dans le conflit entre le chef de l'État sénégalais Senghor et le président du Conseil Mamadou Dia ; le studio de Radio Dakar fut occupé alternativement par les parachutistes fidèles à Senghor et les gendarmes partisans de Dia entre le 17 et le 20 décembre, Senghor utilisant même un émetteur de Rufisque dans la nuit du 17 au 18. La victoire de Senghor se concrétisait par l'occupation du bâtiment de la radio par les parachutistes et la nomination comme ministre de l'Information et des Télécommunications d'un de ses collaborateurs directs.

45La radio avait joué un rôle dans les crises qui secouèrent l'ex-Congo belge ; le président Kasavubu disposait de la radio de Léopoldville (qui ne s'appelait pas encore Kinshasa) puis de Radio-Brazzaville tandis que Lumumba l'ex-premier ministre avait l'appui de la radio du Caire et de celle du Ghana en septembre 1960. En novembre 1965 c'est par la radio que Mobutu destitua Kasavubu. Des nouvelles erronées de Radio Cotonou reprises à Radio-Kaduna entraînèrent en novembre 1966 des massacres d'Ibos dans le nord du Nigeria à l'origine de la guerre du Biafra qui connut aussi une guerre des ondes. On retrouve le rôle de la radio dans plusieurs mouvements, au Togo en janvier 1963, à Zanzibar en janvier 1964, à Bangui en Centrafrique en janvier 1966 ; on le retrouve dans les différents coups d'État que connut le Ghana.

Les médias au service des gouvernements

46Dès la formation des premiers gouvernements africains, parfois même avant la proclamation de l'indépendance, l'importance de la radio était apparue comme moyen d'information et moyen d'intégration nationale. Lorsque Radio Soudan en juin 1957 fut inaugurée, Modibo Keita qui était maire de Bamako et, à l'époque, membre du gouvernement français avait déclaré : "La radio se doit donc d'aider les populations soudanaises à se connaître entre elles pour prendre conscience de cette similitude, reflet d'une communauté de sang et de destinée, à affirmer leur personnalité collective... la radio est un instrument efficace pour tenir au jour le jour nos collectivités au courant des desseins de notre politique". L'africanisation de la radio fut marquée par le transfert des installations de la France ou de l'Angleterre aux nouveaux États et par l'africanisation, au moins partielle, du personnel et des dirigeants, et, plus lentement, par celle des émissions. Les langues africaines furent plus rapidement utilisées dans les anciens territoires belges ou anglais où la colonisation avait mené une politique de ségrégation, notamment au Congo belge. La multiplicité des langues maternelles dans beaucoup d'États dits francophones amena à maintenir une place, parfois exclusive (au Congo et au Gabon), souvent prépondérante du français dans les émissions de radio.

47La place importante attribuée à l'information combinée avec le contrôle étroit des gouvernements fit rapidement de la radio un instrument de mobilisation politique et nationale. Sekou Touré en Guinée l'avait utilisée pour recommander une réponse négative au référendum du 28 septembre 1958 sur l'Union Française ; N'Krumah s'en servit pour exprimer les revendications du Ghana sur le Togo mais fit démanteler la station de Kumasi, redoutant une radio décentralisée. À l'occasion de l’inauguration de Radio-Congo à Brazzaville, Fulbert Youlou, le 25 mai 1960, prononça un grand discours contre ceux qui lui étaient hostiles.

48La radio a exercé, sur les nouveaux dirigeants africains le même attrait que pour les Occidentaux ; le rôle important de l'information se traduit dans la relation étroite de la radio avec le pouvoir politique. L'implantation de la radio coïncidant avec l’avènement de l'autonomie ou de l'indépendance de nombreux pays, l’information et la radio qui apparut vite comme le moyen de diffusion le plus disponible, furent considérées comme un instrument de l'unité nationale à établir dans le cadre des États issus de la décolonisation, sans tenir toujours compte de la répartition des groupes ethniques. À une conférence de délégués de huit États africains à Dakar sur l'avenir de la presse en Afrique, le sénateur du Sénégal Doudou Gueye avait défendu l'idée qu'on ne pouvait laisser la critique destructrice se développer dans des pays "en cours de construction nationale", alors que des journalistes nigérians défendaient la liberté de la presse.

49Le remplacement par des chefs militaires des hommes politiques formés au parlementarisme à l'occidentale n'a fait qu'accentuer le goût pour l'encadrement du parti unique. Après la prise du pouvoir par le général El Nimeiry au Soudan, en mai 1969, son ministre de l'Information déclara : "Les moyens d'information sont l'instrument de l’édification d'une société socialiste et démocratique. Ils sont la voix du peuple ; ils sont interdits aux ennemis du peuple". Mais même là où le pouvoir des civils se maintenait, il s'élabora, dans les années soixante et soixante-dix un système politique, fondé sur le parti unique, le chef de l'État avec une forte personnalisation du pouvoir, la radio et souvent aussi, l'armée.

50Or la personnalisation du pouvoir est entretenue par la radio qui rend compte des faits et gestes du chef de l'État, retransmet ses discours, parfois pendant de longues heures, mobilise les populations pour venir l'acclamer dans ses déplacements. Elle a aussi été servie par la télévision à sa naissance ; celle-ci a souvent été installée à l'instigation ou au moins avec l'aide de sociétés européennes et les arguments séduisants les nouveaux États visaient souvent l'aspect éducatif (nous y reviendrons plus loin) et la communication du chef de l’État avec ses populations. En Sierra Leone où la télévision fut inaugurée en avril 1963 pour le deuxième anniversaire de l'indépendance, sur les trois équipes chargées d'illustrer les actualités, une restait en permanence à la résidence du chef de l'État et une autre chez le premier ministre. N'Krumah déclara au moment du lancement de la télévision à Accra le 31 juillet 1965. "Elle doit apporter son assistance à la transformation socialiste du pays". Même si l'implantation de la télévision fut aussi un enjeu pour des firmes électroniques étrangères, elle passa toujours par la volonté des chefs d'État qui y virent un instrument de pouvoir, lui étendant le monopole déjà établi sur la radio ; la main mise de l'État sur la structure de la télévision (comme la radio) s'accompagna d'un contrôle étroit des personnels et d'un usage exclusif comme moyen d'information et d'expression au profit des dirigeants en place.

51Les pays anglophones connurent une évolution fluctuante selon les perturbations politiques. Au Nigeria après la terrible guerre du Biafra, le gouvernement fédéral de Lagos attribuait à la radio un rôle dans la reconstruction du Nigeria ; à côté de la radio fédérale devenue la nbc , Nigerian Broadcasting Corporation, il y eut les radios des États (dont le nombre était multiplié pour les affaiblir) et deux radios commerciales. Toutefois en février 1978 les radios furent nationalisées comme l'avait été la télévision en 1977. Mais le pouvoir civil avec Shagari élu en 1979 ne fut pas plus libéral que celui des militaires. Le Journal télévisé joua un rôle dans les élections de 1983. Partout les télévisions, plus encore que les radios mirent en valeur les faits et gestes des dirigeants, aussi les émissions d'information y occupèrent une place importante. En 1984 elles représentaient 36 % des émissions au Kenya, 35 % en Ouganda, 27 % au Nigeria, 23 % au Zimbabwe, 53 % au Burkina Faso (en avril 1985), 42 % en Côte d'ivoire, 34 % au Sénégal, 26 % au Ghana.

52À l'exception de quelques pays comme la Côte d'ivoire ou le Gabon dans lesquels la télévision commence à concurrencer la radio au moins dans la capitale, la radio reste le principal moyen d'information, le seul pour beaucoup de populations jusqu'aux années quatre-vingt. S'étant implantée dans les campagnes, elle a fait pénétrer l'information politique dans des milieux habitués à vivre au rythme de leur village et non d'un État, contribuant ainsi à bouleverser les hiérarchies et les traditions. Radios et télévisions avaient aussi une vocation d'éducation populaire sur laquelle nous reviendrons, mais les espérances dans ce domaine ne furent pas toujours suivies d'effets concrets. La priorité donnée à une information politique gouvernementale explique que les États se réservèrent le monopole de la radio, à de très rares exceptions près pour quelques radios religieuses comme Radio elwa au Liberia ; plusieurs disparurent, rvog avec la révolution éthiopienne, Radio Cordac fut arrêtée par le gouvernement du Burundi en avril 1977 et Radio Ecclesia en Angola en janvier 1978. Africa n°l en 1981 apparaît comme la création d'une première radio commerciale dans la zone francophone appartenant en fait à deux États, le Gabon et la France.

  • 2 Sur les progrès de la radio et de la télévision en Afrique, cf. les éditions successives Répertoir (...)

53La radio était d'autant plus un instrument pour les dirigeants africains qu'ils ne disposaient guère d'autres moyens pour s'adresser à l'ensemble de la population ; utilisée pour renforcer l'unité et l'intégration nationales, une attention particulière était portée à la couverture totale du pays, un effort nécessitant la coopération étrangère. Il fallut multiplier les émetteurs pour aboutir à la couverture complète du pays par la radio en 1971 au Gabon, en 1973 au Soudan, en 1975 au Nigeria, après 1978 seulement au Kenya. Un effort de modernisation fut mené en Côte d'ivoire, après que Houphouët-Boigny se fût étonné, dans un discours le 9 mai 1974 que "le monde rural soit coupé de l'information"2.

54Pour favoriser l'implantation de la radio (et donc l'audience des dirigeants), de nombreux États eurent recours à des radios Clubs (notamment au Niger), à la distribution de postes pour des écoutes collectives, à des réductions des taxes d'importation (à Madagascar en 1960-1961). En vingt ans de 1965 à 1985 l'Afrique subsaharienne (Afrique du Sud non comprise), passait de 4 800 000 à 42 600 000 postes récepteurs de radio.

55Même s'il existe partout une disparité entre villes et campagnes, avec les habitudes communautaires des sociétés rurales africaines, un poste récepteur dans un village avait facilement 20 auditeurs. Mais la pénétration de la radio allait de pair avec l'utilisation des langues africaines.

56À la radio et à la télévision d'État, dans beaucoup de pays s'ajoutait la presse écrite appartenant à l'État ou au parti unique selon des formules différentes mais qui aboutissaient toutes au même résultat : la domination des dirigeants sur la presse. C'était le cas des quotidiens de la zone francophone, surtout en Afrique occidentale. Les journaux du groupe de Breteuil laissèrent la place à de nouveaux quotidiens, Le Soleil remplaça Dakar-Matin en 1970 ; en 1979 l'interdiction du capital étranger dans les journaux sénégalais amena une redistribution du capital correspondant à la participation française (la snep et France-Edition). Abidjan Matin s'arrêta en 1964 pour le lancement de Fraternité-Matin dirigé par des responsables du pdci, le parti unique. La Presse du Cameroun se retira en 1974 pour que se lance Cameroon Tribune. Horoya en Guinée, Togo-Presse à Lomé, Daho-Express à Cotonou furent les porte-parole du gouvernement.

57Madagascar fut seule, à connaître une pluralité de la presse : 10 quotidiens, 8 hebdomadaires encore en 1966, même après le renversement de Tsiranana ; mais après la prise du pouvoir des militaires avec Ratsiraka en février 1975 plusieurs journaux opposants furent saisis. La presse dite indépendante était représentée par Madagascar-Matin, en fait un quotidien gouvernemental tirant à près de 30 000 exemplaires en 1980, Mahiratra un tri-hebdomadaire subventionné par le gouvernement, Imongo Vaovao quotidien d'un parti proche du pouvoir.

58Le pluralisme de la presse disparut dans beaucoup de pays. La République Démocratique du Congo (devenu le Zaïre en 1971) malgré la reconnaissance de la liberté de la presse dans la Constitution du 1 er août 1964, connut, avec le développement du pouvoir de Mobutu, une réduction de la liberté d'expression ; le contrôle des médias et l'auto-censure justifiaient tous les actes du parti unique, le Mouvement Populaire de la Révolution. Dans la plupart des pays francophones les journalistes étaient considérés comme des fonctionnaires.

59En Afrique anglophone, si un certain pluralisme survécut, les gouvernements contrôlèrent plusieurs journaux ; au Ghana après le renversement de N'Krumah, la censure disparut, l’Ashanti Pioneer reparut sous le nom de Pioneer, les journaux gouvernementaux Daily Graphic, Evening News eurent un peu plus de liberté d'action. Les lois sur la presse se multiplièrent au Nigeria selon les perturbations politiques, le gouvernement fédéral disposant du Daily Times, principal quotidien. Mais les journalistes de l'Afrique anglophone faisaient preuve d'un plus grand esprit d'indépendance, ce qui leur valut menaces, suspensions, emprisonnement et parfois la mort.

60Au Kenya le contrôle gouvernemental sur la presse s'aggrava après l'assassinat en 1968 du premier ministre Tom Mboya. Les dirigeants africains de la Tanzanie accordaient une grande place à la presse, développant Uhuru (l'Indépendance) en swahili devenu quotidien en 1965 et The Nationalist. Le gouvernement de Zambie racheta un journal devenu en 1965 The Zambia Daily Mail. Plus tard au Zimbabwe, le gouvernement de Mugabe contrôla la plupart des journaux, tout en maintenant quelques périodiques indépendants. Dans l'Afrique lusophone devenue tardivement indépendante la presse était presque entièrement contrôlée.

61Que subsistent ou non des journaux indépendants, la presse devint très contrôlée ; une plus grande liberté de manœuvre fut laissée seulement à des organes chrétiens, Afrique Nouvelle à Dakar, L’Effort Camerounais, La Semaine à Brazzaville, La Lumière à Madagascar, Kiongozi en Tanzanie, African Challenge au Nigeria, Manno en Ouganda (supprimé à l'époque d'Amin Dada).

62La presse n'entretenait un débat politique que dans quelques pays anglophones ; qu'elle ne s'adressât qu'à une minorité alphabétisée, explique, en partie, qu'elle ait bénéficié d'un relatif libéralisme, même avec la domination du parti unique (en Sierra Leone, au Zimbabwe, au Kenya). Bien que peu développée dans une grande partie des États francophones, la presse périodique a essayé de jouer un rôle d'éducation ; c'est que, même très modeste, elle représentait une part importante de ce qui était écrit et imprimé. Ce rôle éducatif fut aussi une des préoccupations affichées sinon remplies par la radio et la télévision à leur début. C'était même encore un argument pour maintenir le monopole étatique sur les médias.

II. les enjeux politiques depuis la fin des années quatre-vingt

63Depuis la fin des années 1980 et surtout depuis 1990 l'Afrique subsaharienne a connu une remise en question de ses systèmes politiques et un mouvement de démocratisation qui ont affecté d'abord les médias.

64À l'origine de ce mouvement se trouvent à la fois des causes extérieures et intérieures. Parmi les premières il faut citer — à long terme — la formation à l'étranger des futurs cadres ; le nombre croissant d’étudiants africains dans les pays occidentaux a contribué à la remise en question des dirigeants des Etats Africains, même si les étudiants contestataires s'intégraient souvent rapidement dans les cadres de l'État qu'ils critiquaient quelques mois auparavant. La lecture d'une presse d'investigation, le spectacle de débats politiques sur les chaînes de télévision, les alternances de partis au pouvoir en Angleterre, en France, en Allemagne, aux États-Unis rendaient inévitablement les comparaisons défavorables aux médias gouvernementaux africains. Les médias occidentaux reçus en Afrique, journaux (notamment la presse panafricaine publiée en Europe comme Jeune Afrique ou West Africa), radios internationales surtout, plus récemment télévisions par satellite (retransmises par les télévisions africaines) à la fois influencent les médias nationaux et les contournent, rendant illusoire la censure et la mainmise gouvernementale sur l'information ; même s'ils ne touchaient directement qu'une petite minorité, l'importance de la rumeur véhiculait rapidement, parfois en les déformant, les nouvelles qu'ils transmettaient. Ils montrent une réalité souvent en contradiction avec l'optimisme et la langue de bois des discours officiels. L'effondrement du modèle soviétique a secoué d'abord les États qui s'étaient alignés sur le régime soviétique (Bénin, Madagascar, Congo...), mais aussi les autres ; les images de la chute du mur de Berlin n'ont pas été sans influence sur les manifestants de 1990 à Abidjan et à Libreville, deux capitales où la télévision était déjà très largement regardée.

65Mais des sources endogènes sont plus directement liées au mouvement. La dénonciation de l’héritage colonial ne suffisait plus à expliquer les difficultés, l'attente non réalisée du préalable du développement économique pour justifier le blocage du processus démocratique n'était plus acceptable ; surtout avec la crise économique qui avait réduit le niveau de vie et rendu moins supportable — en période de pénurie — le favoritisme, le clientélisme et la corruption. Au sein même des partis uniques, s'étaient déjà manifestées (par exemple en Côte d'ivoire ou au Kenya) des tendances au débat contradictoire. L'usure du pouvoir, des phénomènes socio-démographiques comme une urbanisation rapide non contrôlée ou une croissance démographique supérieure à la croissance de la production, une multiplication des élèves et des étudiants, alors que le recrutement des jeunes par les administrations étatiques se tarit, tous ces facteurs ont contribué à la faillite des médias gouvernementaux qui connaissent une triple crise (surtout en Afrique francophone où les Etats, plus centralisés, exerçaient le monopole le plus complet sur l'information) : crise de légitimité, le soutien univoque donné aux dirigeants en place les entraîne dans la remise en question de ceux-ci ; crise d'identité puisqu'ils perdent leur fonction de porte-parole de la nation quand les gouvernants perdent le consensus de la population ; crise d’efficacité enfin puisqu'ils n'ont pu maintenir le prestige des gouvernants qu'ils dirigeaient.

1. Libéralisation et progrès de la presse écrite

66Soucieux de jeter du lest, de détourner de leur personne le mécontentement populaire, des chefs d'État avaient autorisé une dénonciation des scandales (par exemple le billet de Makaya dans le quotidien de Libreville, L'Union). La Banque Mondiale et le fmi, devant l'ampleur de la crise financière et économique, avaient imposé à plusieurs États des conditions d'assainissement ; une plus grande liberté d'information pouvait se présenter comme un geste de bonne volonté annonçant des réformes. La libéralisation de la presse écrite — dont le public était limité — apparaissait moins dangereuse aux gouvernants. La création de la Gazette du Golfe en 1987 au Bénin a une valeur exemplaire. Dans ce pays l'émancipation de la presse précéda et conditionna l'ouverture du débat politique ; il s'agissait d'un pays longtemps aligné sur le bloc soviétique, dirigé par des militaires n'arrivant pas à maîtriser l'économie du pays. Le gouvernement du général Kerekou ne pensait pas qu'un journal indépendant pouvait se maintenir dans un pays où l'analphabétisme restait élevé ; de plus il avait renoué des liens plus serrés avec la France, rétabli en 1983 des relations avec les États-Unis, pays sensibles à une plus grande liberté donnée à la presse ; enfin le bénéficiaire de cette libéralisation, Ismaël Soumanou était lui-même issu de la "nomenklatura" locale, ayant travaillé à l'Office de radio télévision du Bénin, connaissant des ministres, sans quoi il n'aurait pas obtenu — après deux ans d'attente et de relance — l'autorisation de faire paraître un journal.

67Or la Gazette du Golfe vendit très rapidement les 12 500 exemplaires de son premier numéro, alors que le quotidien gouvernemental n'écoulait pas ses 3 500 exemplaires. Ce journal dénonça la gravité de la crise économique et sociale, rendit compte des grèves de janvier 1989 des fonctionnaires et enseignants, protestant contre le retard du paiement de leur traitement, fit état de la corruption grandissante. Il contribua, après les élections encore remportées en juin 1989 par Kerekou à la réunion par celui-ci d'une conférence nationale des forces actives en février 1990, et à des élections libres en mars 1991 qui amenèrent le Bénin à connaître le premier une alternance par des voies légales, Nicephore Soglo devançant Kerekou. Cette intense activité politique provoqua la naissance de beaucoup de journaux (près de 40), éphémères souvent, quelques-uns plus durables comme le Forum de la Semaine ou Tarn Tam Express.

68L'exemple du Bénin fut suivi par d'autres pays ; au Congo, c'est à l'occasion de la réunion d'une conférence nationale et de nouvelles élections qu’apparut une nouvelle presse. Qu'il y eut un changement pacifique comme à Madagascar ou en Zambie, que des conférences nationales n'aient pas entraîné de changement de dirigeants, soit que les opposants n'aient pu se mettre d'accord (Gabon, Burkina Faso), soit que les chefs d'État en place aient utilisé la force (Togo, Zaïre), ou que les pouvoirs en place se soient maintenus avec les assemblées existantes (Cameroun, Côte d'ivoire) entre 1990 et 1992, l'apparition généralisée d'une nouvelle presse, surtout dans l'Afrique francophone, fut le signe le plus manifeste d'un changement du climat politique. Le Mali présente un autre cas exemplaire puisque le premier chef d'État élu après des élections libres, Alpha Oumar Konaré était celui qui avait lancé la revue Jamana en 1983 puis en 1989 l'hebdomadaire Les Echos, qui avait le plus fort tirage du pays en 1991 avec 25 000 exemplaires. Ces nouveaux journaux étaient souvent dirigés par des gens venus de l'administration ou de l'ancien parti unique dont ils s'étaient séparés ; Konaré était passé par le ministère des Sports, des Arts et de la Culture, Cheik Diop qui lança Haské (Clarté) au Niger avait été directeur adjoint de la presse gouvernementale ; d'autres venaient de la presse gouvernementale, la seule avant 1990.

69En Afrique anglophone l'évolution fut moins sensible parce que la presse y était plus indépendante et luttait déjà contre des dirigeants déconsidérés. Même les journalistes des publications contrôlées par le gouvernement y faisaient preuve de plus d’esprit d'indépendance. Au Nigeria Punch, Champion, Concord dénonçaient depuis longtemps les scandales politico-financiers non sans danger, procès et condamnations ; Newswatch servait de modèle, son rédacteur en chef, Dele Giwa, reçut le 19 octobre 1986 une lettre piégée qui lui coûta la vie. Ce même magazine fut suspendu à plusieurs reprises. Au Kenya The Nairobi Law Monthly fut lancé en octobre 1987 par Gitobu Imanyura pour défendre les droits de l'homme et réclamer plus de démocratie au président Daniel Arap Moi. Mais elle aussi connut une libéralisation, d'abord dans les pays où l'État contrôlait le plus l'information ; en Tanzanie, Family Mirror et Business Times furent lancés en 1988 ; ce dernier hebdomadaire avait mis un an pour obtenir une licence de publication mais il atteignit rapidement un tirage de 30 000 exemplaires.

70Des journaux à sensation apparurent à Lagos, Prime People, Fame qui se nourrissaient de scandales. Monthly News fut lancé à Nairobi en 1992. L'Ouganda vit paraître de nouveaux journaux indépendants comme The Guide en 1989. Le Malawi ne connut une presse indépendante qu'en 1993.

  • 3 Cf. Etat de la presse en Afrique de l'Ouest francophone, Paris, Institut Panos 1991, et pour l'Afr (...)

71Dans un premier temps, entre 1990 et 1992, il y eut une sorte d'émulation entre les pays, souvent avec une solidarité entre de nouveaux journaux de pays différents dans l'Afrique de l'Ouest. Pris de court, les gouvernements laissaient faire ; les journaux gouvernementaux, subissant cette concurrence, furent amenés à se modifier, à traiter de sujets considérés comme inabordables auparavant. La dénonciation des scandales, de la corruption, des incompétences et des erreurs permit une remise en question des dirigeants mais la nouvelle presse s'essouffla aussi dans des conflits et des dérapages. Dans l'Afrique francophone, elle fut d'abord hebdomadaire ou mensuelle ; elle l'est restée dans plusieurs pays où le seul quotidien est toujours gouvernemental, Cameroon Tribune ou au Gabon L'Union. Mais des quotidiens indépendants du pouvoir apparurent au Sénégal avec Sud (du groupe de Sud Hebdo) et Wal Fadjri, hebdomadaire avant de devenir quotidien. Ce fut aussi le cas au Burkina Laso et surtout en Côte d'ivoire ; un premier quotidien La Voie fut lancé en juin 1991 par le groupe du Nouvel Horizon un hebdomadaire lancé en août 1990, proche du fpi (Lront Populaire Ivoirien) de Laurent Gbagbo ; il y eut jusqu'à 6 quotidiens avec Le Sud de Diegou Bailly, le Républicain Ivoirien lancé en mai 1995 par le rdr. Une relation étroite s'établit entre presse et élections libres ; la première réclame les secondes et devient un enjeu (au moins apparent) de leur compétition3.

2. Une télévision très contrôlée

  • 4 Cf. notre étude L'Afrique Noire et ses télévisions, Paris, INA-Anthropos, 1992.

72Même dans des États pionniers comme le Kenya ou le Congo, où elle fut installée dès les années soixante, la télévision ne s'était guère implantée que dans les grandes villes et sa réception restait très minoritaire (sauf en Côte d'ivoire) jusqu'aux années quatre-vingt. La fonction culturelle, qu'elle connut à ses débuts (nous y reviendrons) s'atténua mais elle demeura un instrument politique aux mains des dirigeants et au sein même du pouvoir. Au Gabon Les Dossiers de la rtg depuis 1982 mettaient sur la sellette des personnalités, des ministres soumis à des questions parfois embarrassantes ; ces émissions comme Dossier en main au Sénégal, Grand Journal en 1984, Questions actuelles en 1988 à la télévision ivoirienne, restaient bien contrôlées par les gouvernants. Le mouvement de libéralisation de 1990-1992 s'y fit sentir dans plusieurs pays par une démission de fait de l'autorité politique comme à Madagascar où le journal télévisé en 1991 n'hésita pas à critiquer le président Ratsiraka. Il en fut de même pendant quelques mois au Congo. Au Zaïre une déclaration du président Mobutu en avril 1990 annonçait plus de liberté pour les journalistes de la télévision mais ceux qui prirent ses paroles à la lettre furent vite rappelés à l'ordre et en octobre, 14 signataires d'une pétition furent licenciés ou écartés de leur fonction4.

73L'ouverture esquissée dans certains pays fut rarement prolongée. En 1991 c'était pourtant le cas en Côte d'ivoire avec Les grandes questions sur la première chaîne, le 12 novembre un débat sur "le rôle des partis politiques dans le maintien de la cohésion" avait donné la parole à un dirigeant du pdci le parti au pouvoir et à une responsable du pit, parti d'opposition ; sur la deuxième chaîne tv2, Le Magazine politique représentait une innovation. Le 5 novembre 1992 le principal leader de l'opposition Laurent Gbagbo du fpi (Front Populaire Ivoirien) avait été interviewé pendant près de quatre heures par le directeur de la première chaîne ; cette émission "A la une", ne fut pas poursuivie.

74De nouvelles législations, sous le prétexte de libéraliser l'audio-visuel, rétablirent en fait l'autorité, un instant ébranlée, des gouvernements sur la télévision nationale ; ce n'est qu'en période d'élections et de façon souvent parcimonieuse que les partis d'opposition purent librement s'exprimer (une semaine pour les élections législatives de novembre 1995 en Côte d'ivoire).

75La télévision et plus particulièrement le journal télévisé, apparaissent comme un enjeu au sein du pouvoir. Ce fut très sensible en Côte d'ivoire, avant la mort de Houphouët-Boigny. Cependant les meilleures prestations du premier ministre Ouattara n'empêchèrent nullement la désignation sans secousse de Bédié.

  • 5 Cf. Tudesq A.-J. et Wedell George, Télévision et démocratie : le rôle de la télévision dans la dém (...)

76La télévision, qui a souvent fait l'objet de contestation, dans les débats des conférences nationales, reste presque partout aux mains des États. Les premières télévisions privées ne représentent pas une nouvelle tendance car elles sont concédées à des hommes proches du pouvoir, que ce soit Télé-Africa au Gabon appartenant en majorité à des parents du président Bongo, ktn (Kenya Television Network) que contrôle la Kenya Times Media Trust possesseur du Kenya Times, journal du parti au pouvoir la kanu. En Côte d'ivoire la concession a été donnée en décembre 1992 à Canal Horizon (associée à la chaîne française Canal Plus et à la sofirad) présidé par Madame Danièle Boni-Claverie, ministre de la Communication et ancien directeur de la télévision africaine5.

77En dehors du cas particulier de l'Afrique du Sud où M-Net est une chaîne lancée en 1986 par les groupes de presse, diffusée par un opérateur Multichoice dans d’autres pays d'Afrique, l'autorisation pour une télévision privée semble plus facilement accordée à un groupe étranger ou associé à une société étrangère. Le cas de Canal Horizon se retrouve à Dakar depuis 1991 et plus récemment à Lomé. À Madagascar, Africa Television Network avait été lancée par un journaliste sud-africain avant d'être rachetée par un groupe italien ; des capitaux belges et sud-africains participent avec des capitaux zaïrois à Canal Kin à Kinshasa ; dans la même ville Antenne A et Canal Z sont surtout des chaînes de divertissement.

78Nous retrouverons dans la deuxième partie des télévisions étrangères diffusées par satellite et mmds.

79Partout la télévision a pris naissance en Afrique comme service public. Ce caractère étatique voulait se justifier en présentant la télévision comme un instrument d'éducation des populations. Mais dans les pays où son implantation est la plus avancée, elle apparaît comme un moyen de distraction, tout en restant un moyen d'information. C'est à ce titre qu'elle est un enjeu politique, comme en témoigne le soin particulier apporté dans les nominations des dirigeants de la télévision et leurs changements quand ils ne suivent pas strictement la ligne gouvernementale. Mais pour être influente, il faut que la télévision puisse être regardée ; là où elle est le moins bien implantée, les autorités ont créé des centres de réception communautaire ; par exemple au Mali, à Bamako et dans 26 villages à l’intérieur du pays avec des récepteurs alimentés à l'énergie solaire. Au nord du Nigeria, en pays islamisé, des centres séparés ont été construits pour les hommes et pour les femmes. L’influence de la télévision est aussi conditionnée par les problèmes de langue ; la redistribution linguistique des trois chaînes de la télévision sud-africaine en 1996 a une valeur symbolique. Mais la télévision se prête moins que la radio à un large pluralisme linguistique.

3. Radio et intégration du monde rural

80La radio reste le principal moyen d'information en Afrique Noire ; outre son rôle économique et social présenté plus loin, elle lut utilisée très tôt pour intégrer les populations rurales. L'enjeu était triple : diffuser les mots d'ordre des dirigeants, surtout avec la personnalisation du pouvoir du chef de l'État ; s'adresser aux populations africaines dans leur langue pour se faire comprendre et aussi pour éviter qu'elles n'entendent — dans leur propre langue — que la radio d'États voisins ; enfin plusieurs chefs d'Etat comme Senghor au Sénégal et dans une moindre mesure Houphouët-Boigny en Côte d'ivoire, s'appuyaient sur les ruraux, plus que sur les populations plus turbulentes de la capitale.

81Pour remplir ces rôles, il fallait d'abord que la radio puisse être écoutée ; ce qui supposait un effort de l'État pour multiplier les émetteurs et réémetteurs afin d'assurer la meilleure couverture du pays ; ce fut même une priorité qui amena plusieurs pays comme le Cameroun à retarder l'installation de la télévision. Il fallait aussi des postes récepteurs ; des opérations pour sensibiliser les populations à l'écoute avaient été entreprises très tôt au Ghana dès 1956, au Niger avec la mise en place à partir de 1962 de radio clubs ; jusqu'à l'arrivée des postes transistors, malgré des opérations de récepteurs à bon marché favorisées par l'administration, ceux-ci avaient un prix d'achat trop élevé pour les paysans. La solution des radio-clubs avec des postes fournis aux communautés villageoises fut adoptée dans de nombreux pays, au Togo, au Mali, au Dahomey à partir de 1966, au Malawi. Outre le caractère éducatif sur lequel nous reviendrons, la radio rurale était utilisée pour faire connaître la politique du gouvernement, en retour son audience entraînait aussi un plus grand recours à l'État pour aider les villageois. En Tanzanie la radio fut utilisée après la déclaration d'Arusha en 1967, notamment dans les villages ujamaa où étaient regroupés autoritairement les paysans. Au Sénégal la mise en place de la Radio Educative Rurale voulue par le président Senghor et l'émission Disoo (Dialogue en woloff) à partir de 1969 contribuèrent à désamorcer une révolte paysanne que le système des coopératives et les vices de leur fonctionnement risquaient de provoquer dans le bassin arachidier.

  • 6 Cf. Tudesq A.-J. La radio en Afrique Noire, op. cit.

82Une première utilisation de radios rurales que nous avions déjà présentées6 reposant sur une écoute collective s'est essoufflée, soit que la vitalité des radios clubs ait tenu à la personnalité de leurs animateurs ou que les postes soient tombés en panne, soit que l'acquisition de postes individuels détourne de l'écoute collective qui nécessite des déplacements.

83Les radios rurales connurent une évolution en donnant de plus en plus la parole aux paysans jusqu'à ce que se forment aujourd'hui des radios communautaires. Mais avant d'en parler, il faut bien voir que la radio rurale, dont nous verrons plus loin les aspects socio-économiques, n'a pu longtemps se maintenir qu'avec l'appui de l'État ou de l'assistance étrangère (passant par les gouvernements) ; ce qui amena une certaine ambiguïté. Les États voyaient, dans la radio rurale, la voix des paysans alors que pour les paysans elle représentait la voix des dirigeants. C'était très sensible par exemple au Congo dans les années quatre-vingt, où la radio rurale, qui dépendait dans ce pays du ministère de l'Agriculture, visait à développer l'action coopérative et à faire passer les mots d'ordre du parti unique, le Parti Congolais du Travail.

84De nos jours encore, la radio rurale qui dispose d'une organisation autonome souvent au sein de la radio nationale, et la radio nationale dont les émetteurs sont les mieux entretenus, sont les plus écoutées des ruraux ; un grand nombre de langues africaines utilisées permettent de suivre à travers leurs émissions, une information commune. Elles contribuent donc à forger et à maintenir une identité nationale qui continue à se concrétiser souvent dans les faits et gestes du chef de l'Etat.

85Aussi le contrôle de la radio nationale reste, plus que jamais, un enjeu que conserve jalousement le parti au pouvoir à l'époque du pluripartisme, même si l'État (c'est-à-dire le gouvernement) n'a pu conserver partout le monopole de la radio.

4. Une libéralisation tardive de la radio

86Les progrès techniques et la miniaturisation des équipements radiophoniques, à la fois permettaient la multiplication des postes émetteurs (notamment en fm, diffusant sur un périmètre restreint) et réduisaient les coûts. Le maintien du monopole étatique et d'un système centralisé apparaissait donc impossible à défendre. La libéralisation pouvait présenter différents aspects ; des États ont multiplié, au sein de la radio nationale, des radios locales ou régionales ; ce fut le cas du Burkina Faso qui, outre la station déjà ancienne de Radio Bobo Dioulasso lança des chaînes en fm à Gaoua en 1985 et ensuite six autres entre 1986 et 1991 ; de même au Sénégal dans quatre villes de province, Kaolack, Saint-Louis, Tambacounda et Ziguinchor. La crtv au Cameroun a des stations régionales dans dix villes et la Radio Diffusion Malgache dans quinze. Cette décentralisation permettait de mieux utiliser les langues africaines que par des tranches horaires réparties dans les programmes de la radio nationale. Ce n'était pas suffisant et des radios indépendantes de l’État furent réclamées au moment des conférences nationales ou dans les débats concernant une nouvelle législation de l'audio-visuel. La situation fut très différente selon les pays.

  • 7 Cf. Le pluralisme radiophonique en Afrique de l'Ouest (2 volumes), Institut Panos-UJAO. Paris, L'H (...)

87Le Mali a été un pionnier, en Afrique francophone, de la libéralisation de la radio ; ce que consacra la tenue à Bamako du 14 au 18 septembre 1993 d'un colloque sur le pluralisme radiophonique en Afrique de l'Ouest, sous l'impulsion de l'Institut Panos, de l'Union des Journalistes de l'Afrique de l’Ouest, accueilli par le président de la République du Mali élu démocratiquement en 1992 Alpha Omar Konaré7.

88La radio rurale de Kayes rrk qui a émis à partir d'août 1988 a été créée dans le cadre d'un programme d'animation et de formation pour le développement rural avec le soutien de deux ong italiennes jusqu'en septembre 1989. Elle s'est constituée ensuite en radio associative pour survivre ; les producteurs des émissions se recrutent dans le milieu rural. En 1995 elle disposait d'un personnel de 25 membres et d'un comité de gestion de cinq membres. Mais il existait 22 autres radios au Mali en plus de la radio nationale dont 10 à Bamako ; parmi ces dernières une radio islamique La voix du Coran et du Hadith appartenant à l'Association malienne pour l'unité et le progrès de l'Islam, ayant un rayon d'audience de 120 km et La Voix des Femmes, propriété de l'Association Finzan Communication.

89Le Gabon en 1993 n'avait permis à Radio Liberté que de diffuser de la musique et de la publicité ; en 1995 Radio Soleil proche de l'opposition et Radio Mandarine qui diffusaient déjà l'année précédente furent autorisées. Le Burkina Faso, outre la multiplication des radios publiques déjà signalée, avait dès 1990 autorisé une radio surtout musicale Horizon fm qui a tout un réseau en fm à Bobo-Dioulasso, Ouahigouya, Koudougou, Banfora et trois autres villes. Il existe d'autres radios privées Radio Energie à Ouagadougou, Radio Multimédia à Koudougou et plusieurs radios religieuses, Radio Evangile Développement, lvd (Lumière vie et développement), Radio Maria.

90Au Ghana une dizaine de radios fm ont été autorisées, La Voix du Legon animée par des universitaires, autorisée en février 1995 est souvent critique ; la bbc diffuse en fm à Accra. Par contre Radio Eye qui a émis à partir de décembre 1994 sans autorisation a été interdite.

91En Afrique du Sud, l'Independant Broadcasting Authority accorda des licences à 54 radios communautaires en avril 1995 mais toutes n'émettent pas. Radio Pretoria, la radio de l'extrême droite a conservé sa licence en 1995 ; par contre une radio pirate de la région de Vereeniging, Radio Triomf fut interdite en avril 1995.

92Des radios privées, même en petit nombre, jouent parfois un rôle prépondérant dans le débat politique ; c'est le cas au Sénégal, de Radio Sud qui s'appuie sur le groupe Sud possédant Sud Hebdo, puis Sud Quotidien. Dunya fm émet depuis janvier 1995 avec deux décrochages quotidiens pour diffuser La Voix de l'Amérique.

93En Ouganda, deux radios indépendantes Capital Radio et Radio Sanyu ont eu rapidement une audience d'autant plus large qu'elles se sont très peu engagées sur les questions électorales.

94Plusieurs pays donnent plus volontiers des licences à des radios religieuses ou étrangères. C'est le cas de la Zambie avec Christian Voice appartenant à un organisme international, Christian Vision, dont le siège est à Londres. C'est aussi le cas de Radio-Espoir en Côte d'ivoire et de La Voix des 18 Montagnes rattachée au Vatican.

95Plusieurs gouvernements toutefois répugnent à abandonner leur monopole ; celui du Kenya n'accorda qu'en septembre 1996 l'autorisation d'émettre à une première radio commerciale, Capital fm ; ses studios sont installés dans le bâtiment du groupe Lonhro et elle est proche du quotidien gouvernemental East African Standard.

96Au Nigeria une première radio privée commença à émettre en août 1994 : Ray Power à Lagos appartenant à Daar Communication Ltd. Une dizaine d'autres autorisations furent accordées, certaines furent annulées sous le prétexte de diffusion insuffisante. Cependant l'opposition à la dictature militaire dut recourir à une radio clandestine pour s'exprimer, Radio Kudira.

97La première radio privée en Tanzanie fut Radio Tumaini en vertu du Broadcasting Services Act de 1993 ; d'autres radios furent autorisées mais six autorisations furent révoquées car il n'y avait pas d'émissions diffusées.

98Depuis trois ans les radios se sont multipliées ; radios privées, radios religieuses, radios internationales installées en fm, radios rurales présentées plus loin. Mais il ne semble pas que se reproduise le foisonnement que connut la presse écrite. Les risques de dérapage sont à la fois possibles et plus inquiétants comme l'a montré la Radio Télévision des Mille Collines au Rwanda en 1994.

99Occuper une fréquence apparaît comme un atout : enjeu politique ou culturel, économique aussi car la publicité peut se développer. La présence sur les ondes en fm, au niveau d'une ville ou d'un pays permet de se faire entendre avec des moyens financiers modestes. L'importance de l'audience fait de la radio un enjeu plus recherché. Toutefois, il ne suffit pas d'émettre pour être écouté, surtout quand la concurrence existe. Les installations radiophoniques sont aussi menacées par l'armée et les forces gouvernementales parfois, les militaires de l'Oyo au Nigeria suspendirent une radio locale publique en février 1995 ; ceux du Togo sont intervenus dans les locaux de la radio nationale quand ses informations leur déplaisaient ; mais aussi par d'autres forces politiques et les journalistes des radios d'État ne sont pas non plus à l'abri des attentats : le 7 juin 1995, le directeur de la section française de la Radio du Burundi Pamphile Sambizi fut poignardé à Bujumbura. Le 19 décembre 1995 un journaliste de Radio Luanda était tué chez lui.

100La presse écrite, ses journalistes et ses locaux sont aussi souvent menacés, nous y reviendrons dans la troisième partie. En raison de l'influence qu'on leur attribue, les professionnels des médias exercent en Afrique une activité à haut risque. Il appartient aux médias de contribuer à faire naître un espace public, enjeu d'un débat qui ne se termine pas dans la violence. Quelle place occupent-ils dans le mouvement démocratique actuel en Afrique ?

III. médias et démocratie

101Quel rôle les médias peuvent-ils jouer dans la démocratisation de l'Afrique ? Aujourd'hui tous les pays de l'Afrique subsaharienne se réclament de la démocratie. Mais la participation des populations aux décisions qui les concernent — ce qui est le critère le plus commun d'un comportement démocratique — revêt des formes différentes qui ne sauraient se résumer seulement à un système d'élections pour désigner les détenteurs du pouvoir politique ; le respect des droits de l'homme prend une importance première, en commençant par le droit à la vie, alors que les guerres civiles, les migrations, les famines résultant souvent des troubles ou des répressions menacent la vie de nombreuses populations ; pour elles, le mot démocratie n'aura de sens que si un minimum vital, un logement, une activité leur sont assurés. Quel sens le mot démocratie peut-il revêtir pour des gens dont le niveau de vie a baissé depuis plusieurs années, ce qui est le cas d'une partie de l'Afrique ? Pourtant un petit poste de radio à transistors ou l'article d'un journaliste alertant sur la situation d'une collectivité en péril ne constituent-ils pas une lueur d'espoir dans un camp de réfugiés ?

102Le premier apport des médias — plus particulièrement de la presse écrite — au mouvement actuel de démocratisation, ce fut la dénonciation de la langue de bois, la dénonciation de ce qui n'allait pas, en politique mais aussi dans l'économie et la société, amenant les médias gouvernementaux à en parler. La transparence des activités publiques est apparue comme une condition de la démocratie que seuls la liberté de presse et le pluralisme des médias pouvaient assurer.

103Dans les nombreux débats sur la démocratie et la démocratisation en Afrique, au cours des conférences nationales, campagnes électorales, séminaires et colloques en tout genre, le rôle des médias a été souvent discuté et les médias africains s'en sont fait largement les échos. L'alternance politique, de nouvelles législations, des médias adaptés à la fin des monopoles étatiques, ne suffisent pas à assurer la démocratie. La démocratisation ne s'accompagne pas nécessairement d'une augmentation des richesses. Si elle peut entraîner une amélioration du niveau de vie, c'est parce qu'elle entraîne une redistribution des revenus, par une répartition plus juste ; plus de liberté d'information en dénonçant les injustices et en exprimant les frustrations de ceux qui n'avaient pas accès aux médias auparavant peut y contribuer.

104Dans un article de la Semaine Africaine du 7 mars 1996 au Congo, intitulé "Démocratie, multipartisme, développement", Dominique Ngoie-Ngalla définit la démocratie : "accéder à la liberté individuelle qui permette aux Africains devenus responsables individuellement de leurs actions, de se libérer du poids de toutes ces solidarités primitives qui font que nos conduites sont déterminées non par la raison mais par le sentiment d'appartenance ethnique". Or les conditions de vie (de survie parfois) rendent nécessaires à beaucoup d'Africains encore ces solidarités ethniques.

105Le renouveau de l'idée démocratique en Afrique au début des années quatre-vingt-dix a été largement exprimé par la nouvelle presse. Mais ni la liberté (relative) d'expression, ni le changement de dirigeants, quand il s'est produit, n'ont entraîné une amélioration sensible du niveau de vie. La persistance des difficultés économiques a surtout usé la référence démocratique, comme l'ont montré le renversement du gouvernement du Niger par des militaires, effectué sans secousse ou le retour, après des élections, de l'ancien dirigeant au Bénin ou à Madagascar ; N'Djamena Hebdo du 7 mars 1996 écrivait "Les démocrates africains fabriqués à la piscine de Paris ont du mal à observer la mutation nécessaire".

  • 8 On en trouvera une recension dans les revues Afrique Contemporaine, Paris, la Documentation frança (...)
  • 9 In Window on Africa. Democratization and Media Exposure, ed. Festus Eribo, Oyeleye Oyediran et als (...)

106On a beaucoup écrit sur la démocratie et la démocratisation en Afrique8 ; une des analyses les plus éclairantes nous semble celle de Peter P. Ekeh, professeur au département des études afro-américaines à l'Université de l'État de New York dans un article "Democratism versus Democracy in Africa", où il doute que l'identification individualisme et démocratie, capitalisme et démocratie puisse être transposée en Afrique, comme l'internationalisme de la loi du marché y incite, sans tenir compte du contexte local et du temps qui fut nécessaire aux sociétés pour forger leur démocratie9.

107La remise en question des modèles politiques précédemment en place et la fin du parti unique donnent aux médias une responsabilité nouvelle : ils ne sont plus chargés d'informer les populations des décisions et des volontés des dirigeants, mais d’exprimer les aspirations et les opinions des populations. Or la presse écrite mais aussi la radio peuvent mieux que la télévision jouer ce dernier rôle. La liberté de la presse est garante de la démocratie en établissant une relation entre les gouvernants et les gouvernés, en faisant connaître les appréciations (qui, avec le pluralisme peuvent être divergentes) des gouvernés sur les actes des gouvernements. Mais la liberté des médias suppose leur responsabilité et le respect, de leur part, des droits de l’homme et des principes démocratiques ; en cas de violation ils doivent être soumis à une justice rendue par une magistrature indépendante. Moyen d'expression des opinions, les médias doivent être aussi des moyens d'information : ce n'est que par l’utilité et la crédibilité de leur information (conditionnée par leur professionnalisme mais aussi par une certaine éthique) qu'ils peuvent être des agents de changement, de progrès et de démocratisation.

  • 10 Démocratie : le pouvoir des mots, Politique Africaine, décembre 1996.

108Il n'est pas indifférent à la représentation de la démocratie dans les médias de connaître les mots utilisés pour en parler, ainsi que l'a étudié un numéro récent de Politique Africaine10.

109Pour contribuer à la démocratisation, les médias doivent présenter un certain nombre de critères ; il faut tenir compte de ce qui est souhaitable et de ce qui est possible. L'indépendance des médias est un souhait qui n'est jamais entièrement réalisable, surtout en ce qui concerne la radio et la télévision. Au moins faut-il que leur statut et leur liberté soient inscrits dans la législation et que les gouvernements les respectent. Les médias devraient être responsables devant les parlements élus démocratiquement plutôt que devant les gouvernements.

110Il est souhaitable qu’une Commission de la radiodiffusion, dans laquelle tous les intérêts ethniques, religieux, politiques du pays seraient représentés, soit désignée par le parlement avec une représentation des minorités : son objet serait de donner des licences et de veiller à un exercice impartial de l'information et de l'accès à la radio et à la télévision du gouvernement et des différents partis politiques, notamment en période électorale. Il serait souhaitable qu'un observatoire de la presse soit établi à l'exemple de l'Observatoire de la liberté de la presse et des droits de l'homme de Côte d'ivoire.

111La formation professionnelle des journalistes doit permettre d'assurer une information impartiale et utile, nous y reviendrons en conclusion. S'il appartient aux pouvoirs publics de garantir la liberté d'exercice de la profession, le journaliste — tout comme l'homme politique ou le fonctionnaire — est aussi tenu au respect de la loi et de la morale.

112Le rôle des médias dans la démocratisation des pays d'Afrique passe par la démocratisation des médias ; ceci ne se réalisera pas tant que la réception des médias sera limitée à une minorité de la population en ce qui concerne la presse écrite et — pour la plupart des pays — la télévision, tant que les médias ne seront pas accessibles à toutes les forces actives de la société de façon équitable. Des changements sont survenus depuis quelques années, des aspirations se sont manifestées, des législations ont été modifiées, même si des désillusions ont succédé parfois à de trop grands espoirs. Par leurs effets perturbateurs, les médias ont contribué à faire changer les situations, non sans entraîner des effets pervers.

Notes

1 L'étude la plus complète pour le Nigéria est celle de Ornu Frd. H., Press and Politics in Nigeria 1880-1937, Londres, Hadan History Series, 1978, notamment p. 177 et s.

2 Sur les progrès de la radio et de la télévision en Afrique, cf. les éditions successives Répertoire de l'information en Afrique et dans l'océan indien, Paris, RFI.

3 Cf. Etat de la presse en Afrique de l'Ouest francophone, Paris, Institut Panos 1991, et pour l'Afrique anglophone, Index on Censorship, Londres, principalement d'octobre 1991 à juin 1994.

4 Cf. notre étude L'Afrique Noire et ses télévisions, Paris, INA-Anthropos, 1992.

5 Cf. Tudesq A.-J. et Wedell George, Télévision et démocratie : le rôle de la télévision dans la démocratisation des pays de l'Afrique subsaharienne, rapport pour la CEE (Dg VIII), septembre 1996.

6 Cf. Tudesq A.-J. La radio en Afrique Noire, op. cit.

7 Cf. Le pluralisme radiophonique en Afrique de l'Ouest (2 volumes), Institut Panos-UJAO. Paris, L'Harmattan, 1993 et Liberté pour les radios africaines. Actes du colloque de Bamako, Institut Panos-UJAO, Paris, l'Harmattan, 1994 ; cf. aussi Richard Carver et Adewale Maja-Pearce, Radio in Africa, Index on Censorship 1/1995, p. 205-229.

8 On en trouvera une recension dans les revues Afrique Contemporaine, Paris, la Documentation française, et Politique Africaine, Paris, Karthala, ainsi que dans l'Année Africaine, Bordeaux, CEAN IEP, devenu l'Afrique Politique, Paris, Karthala, à partir de 1994 ; cf. aussi sous la direction de Gérard Conac, L'Afrique en transition vers le pluralisme politique, colloque de décembre 1990, Université de Paris I, Paris, Economica, 1993 et Buijtenhuijs R. et Rijnierse E. Démocratisation en Afrique au sud du Sahara 1989-1992 : un aperçu de la littérature, Leiden, Afrika studie Centrum, 1993.

9 In Window on Africa. Democratization and Media Exposure, ed. Festus Eribo, Oyeleye Oyediran et als., Greenville, East Carolina University, mars 1993.

10 Démocratie : le pouvoir des mots, Politique Africaine, décembre 1996.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search