Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Transferts et ruptures

3. Les transferts de pratique

Texte intégral

1Le transfert de pratiques qui affecte la vie matérielle avec les nouvelles technologies de transport, de production, de santé aussi, concerne plus encore la communication et l'information qui conditionnent les autres transferts. Les enquêtes et sondages menés sous l'impulsion principalement des grandes radios internationales depuis vingt ans incluent souvent une question sur les sources d'information ; ainsi voit-on se réduire ou se diversifier selon les catégories de la population, ce qui était la principale source avant l'introduction des médias et la banalisation de la radio, les conversations privées, le "bouche à oreille", distinct de la rumeur qui reste un aspect fondamental de la vie africaine.

2Les technologies introduites peuvent correspondre à des activités entièrement nouvelles ou plus souvent modifier des comportements déjà existants.

1. La lecture

3La lecture est une pratique nouvelle comme le fut l'automobile, la locomotive, ou seulement la bicyclette dans le domaine des communications terrestres. Même si dans certains pays islamisés, le Coran avait introduit l'écriture, il s'agissait plus d'un texte appris et répété que d'une transmission de connaissances nouvelles ; l'écriture arabe avait servi à l'organisation bureaucratique de grands empires mais n'avait touché qu'une infime minorité de leur population. La lecture et l'écriture, qui sont complémentaires, n'étaient pas seulement une façon autre d'acquérir des connaissances ou de s'exprimer ; elles procédaient d'un mode nouveau d'apprentissage, qui ne s'inspirait pas comme l'éducation traditionnelle, de l'imitation et de l'initiation.

4En outre l'acquisition de la lecture est étroitement liée à l'école, or celle-ci a été souvent introduite par des missionnaires, dans le contexte d'une autre représentation du monde. La lecture et plus encore l'écriture sont des pratiques individuelles qui rompent avec les attitudes communautaires. En isolant le lecteur, l'acte de lire, dans un premier temps en Afrique, entraîne une suspicion de l'entourage. Mais rapidement la lecture fut considérée comme une prérogative partagée avec les Blancs, valorisant celui qui pouvait lire ; les lettrés apparurent comme une nouvelle catégorie, intermédiaire entre le pouvoir blanc et les indigènes.

5La pratique de l'écrit a marqué doublement une rupture ; d'abord, parce que la transmission par l'écrit permet de différer la communication dans le temps et dans l'espace, elle rend moins indispensable le recours à la mémoire ; mais aussi parce qu'une transcription des langues africaines exige une innovation complexe (quel système d'écriture, quelle transcription phonétique ?).

  • 1 Mazrui, op. cit.

6Le concept de pouvoir moderne est associé à l'usage de l'écrit, comme le montre l'exemple de Jomo Kenyatta, revenu d'Angleterre en ayant écrit un livre en anglais. De même Julius Nyerere et son pamphlet des années cinquante1 Barriers to Democracy.

  • 2 Renascent Africa, édité pour la première fois en 1937, Azikiwe Nnamdi rappelle dans ce livre ses p (...)

7Il n'est pas fortuit que de nombreux leaders des indépendances aient dirigé et partiellement rédigé un journal : Azikiwe2 au Nigéria, Nkrumah et Evening News, Senghor et La Condition Humaine, Houphouët-Boigny et L'Afrique Noire, Milton Obote et The People en Ouganda.

8Un autre élément de rupture avec l'école, qu'elle soit missionnaire ou coloniale, tient au fait que longtemps les alphabétisés étaient des jeunes alors que leurs parents ne savaient pas lire. C'était un renversement de situation, objet parfois de méfiance, puisque les plus anciens devenaient tributaires des plus jeunes pour connaître ce qui était écrit.

  • 3 Documentation de rfi (Paris) et bbc World Service (London) ainsi que du geda. Répartition de la po (...)

9En 30 ans, le taux d'alphabétisation des adultes est passé au Cameroun de 5 ou 10 % à 60 %, au Ghana de 20 ou 25 % à plus de 60 %, au Kenya de 20 ou 25 % à 75 %, au Mozambique de moins de 5 % à 37 % ; au Zaïre de 35 ou 40 % à près de 75 %, au Nigéria de 11 % à 52 %, en Afrique du Sud de 40 ou 45 % à plus de 80 %. Il était de 20 ou 25 % dans les Rhodésie en 1962, il est de 75 % en Zambie et de 83 % au Zimbabwe en 1992. Le nombre des lecteurs potentiels de la presse s'est donc très sensiblement accru3.

2. L'écoute et la vision

10L'usage des médias traduit aussi une modification plus qu'une introduction de pratiques ; c'est le cas lorsqu'il s'agit d'écouter ou de regarder. L'écoute de la radio correspond à l'oralité, qui est un des caractères majeurs des sociétés africaines. On a souvent voulu y voir la cause principale de son succès en Afrique.

11Le succès indéniable de la radio est lié aussi à d’autres facteurs. S'il y a une correspondance entre radio et oralité, cette dernière repose sur une relation personnalisée entre la parole et le geste, sur toute une symbolique qu'ignore le poste récepteur. La radio change la nature de la parole ; certes son oralité a facilité sa pénétration plus rapide dans les sociétés africaines, mais elle diffère de l'oralité traditionnelle. La parole de la société africaine n'est pas extérieure au réel ; elle est une activité et s'accompagne de gestes symboliques. Même dans les régions islamisées, l'école coranique, axée sur la lecture du Coran, est à dominante orale.

12La radio scolaire, en bénéficiant des transformations apportées à la fois par la radio et par l'école, fut largement utilisée notamment pour développer l'alphabétisation ; l'écoute radiophonique suppose un rapport au temps mesuré, chronométré, même si l'exactitude horaire des programmes est très relative en Afrique ; il y a souvent une différence sensible entre ce qui a été diffusé et ce qui a été écouté et compris. Les erreurs d'interprétation peuvent tenir à plusieurs causes : une mauvaise connaissance de la langue, des déficiences techniques...

13L'écoute de la radio impose des contraintes à l'auditeur, ne serait-ce que celle de l'horaire ; elle modifie aussi la façon de penser et surtout d'acquérir une connaissance, en rupture avec la capacité d'assimilation soit par imitation, soit par discussion dans la palabre traditionnelle.

14Regarder une image, fixe ou animée, diffère aussi du regard jeté sur quelqu'un, sur un objet, sur un paysage, surtout lorsqu'il s'agit de réalités lointaines et inconnues. Le sens de l'image n'est pas universel et une image, surtout une image animée, présente plusieurs significations selon la culture du spectateur. Ainsi les objectifs fixés par des campagnes d'affiches ne sont pas toujours saisis par ceux à qui elles s'adressent. C'est, plus encore, vrai pour les images télévisées. Ce sont les réalisateurs de publicité télévisée qui ont souvent avec le plus de succès recherché une adaptation de l'image à leurs publics africains, après avoir connu quelques déboires.

3. Plurilinguisme et transferts linguistiques

15Si la radio est le moyen moderne d'information qui s'est le mieux africanisé, c'est aussi parce qu'il a su, mieux que les autres, intégrer les langues africaines. Car l'impact des médias en Afrique est étroitement lié aux problèmes des langues. Ils ont contribué — avec d’autres facteurs — à la pénétration de langues étrangères, à vocation plus internationale ; la connaissance de l'anglais, du français, du portugais a été la clé permettant l'accès aux techniques nouvelles et à la modernisation. Mais ce fut aussi, surtout avec la diffusion de l'anglais, le moyen de communiquer pacifiquement entre Africains. À l'époque coloniale, la connaissance de la langue des autorités coloniales modifia les rapports de force au sein des sociétés autochtones. Or l'école et la presse à un moindre degré provoquèrent une rupture avec le milieu traditionnel par l'utilisation des langues internationales.

16L'alphabétisation doit-elle être pratiquée dans la langue maternelle ou en langue internationale ? C’est un problème depuis longtemps débattu ; la multiplicité des langues africaines et certaines politiques coloniales (celle de la France notamment) incitant à opter pour la seconde solution. Mais l'alphabétisation en langue africaine pose aussi de nombreux problèmes : celui du choix des langues qui ne s'impose que dans un petit nombre de cas lorsqu'il y a une langue unique (le kinyarwanda au Rwanda) ou dominante (le wolof au Sénégal), ou lorsqu'une langue est parlée dans un vaste ensemble comme le swahili (du Soudan au Zaïre, du Kenya à Madagascar, du Mozambique à l'Ouganda) le bambara (du Mali à la Côte d'ivoire) ou le haoussa (du Nigéria au Soudan et au Cameroun). Ce choix, notamment celui des langues utilisées à la radio, tend à modifier la carte linguistique à plus ou moins long terme. Plus grave, le problème de la graphie : graphie latine ou graphie arabe pour le bambara ou le peul en Afrique de l'Ouest. L'alphabétisation en langue africaine suppose des textes à lire imprimés dans cette langue. Ce fut souvent le cas de la Bible publiée par des missions protestantes en un très grand nombre de langues. L'édition en langue africaine est moins coûteuse pour des périodiques que pour des livres, encore doit-il s'agir d'une langue comptant un grand nombre de locuteurs comme le swahili.

17Les médias ont d'abord utilisé les langues des colonisateurs qui les avaient introduits ; ce fut le cas aussi bien pour l'anglais puis le français et le portugais pour la presse écrite au xixe siècle, que pour la radio au xxe siècle. Il en fut de même pour les débuts de la télévision. Si des langues africaines furent utilisées d'abord dans les zones d'influence anglaise par des missionnaires chrétiens pour la presse dès le xixe siècle, bien plus tard en zone française, c'est surtout la radio qui a introduit — après la Deuxième Guerre mondiale — les langues africaines dans les médias.

18Il s'est produit, avec les médias, un double transfert linguistique, au niveau des langues internationales d'origine européenne et au niveau de certaines langues africaines vernaculaires comme le swahili dans l'Afrique orientale.

19Quant aux langues d'origine européenne, on assista, au lendemain des indépendances, à une croissance plus rapide qu'à l'époque coloniale du nombre des locuteurs de l'anglais, du français et du portugais ; plusieurs facteurs y contribuèrent : leur choix comme langue officielle (le français seul dans la plupart des États francophones), la poussée de l'urbanisation, le développement de la scolarisation effectuée dans ces langues. Celles-ci occupent une place importante dans les médias nationaux, surtout dans la presse écrite, et dans les médias internationaux (radios internationales et, plus récemment, télévisions par satellite).

  • 4 Mazrui, op. cit., p. 56-58.

20La situation est toutefois différente selon les langues. Dans la zone de colonisation anglaise, l'anglais fut pratiqué d'abord par une élite africaine, associée à la pénétration de l'écrit et à l'alphabétisation. Mais la politique coloniale avait limité l'expansion de la langue anglaise associant des langues africaines à l'instruction élémentaire. A. W. L. Hemming, futur chef du département africain du Colonial Office, dans un rapport du 6 février 1875 estimait que "les indigènes instruits ou lettrés... ont toujours été une épine pour le gouvernement de la Gold Coast" et pour Lord Lugard au début du xxe siècle, "L'enseignement prématuré de l'anglais conduit inévitablement à... dénationaliser et à désorganiser la population"4.

  • 5 Laitin David D., The Game Theory of Language Regimes, International Political Science Review, 1993 (...)

21Les gouvernements africains au lendemain des indépendances ont propagé l'usage de l'anglais dans l'enseignement primaire au fur et à mesure que se développait l'instruction. Ainsi le nombre de ceux que Ali A. Mazrui appelle les Afro-Saxons s'est considérablement amplifié au cours des trente dernières années. David D. Laitin rapporte que les parents ghanéens préfèrent envoyer leurs enfants dans les écoles donnant l'enseignement en anglais (alors que l'enseignement donné en langue africaine est moins coûteux), parce que c'est une garantie — leur semble-t-il — d'obtenir ensuite un emploi mieux rémunéré5. La globalisation qui fait de l'anglais la langue universelle contribue à son extension chez les cadres de l'Afrique lusophone mais aussi à sa progression chez ceux des grandes villes de l'Afrique francophone.

  • 6 ibar-bbc World Service, Media Survey of Uganda, mars-avril 1995.

22Ainsi même si l’Afrique anglophone connaît des langues africaines ayant un très grand nombre de locuteurs comme le swahili à l'Est, et le haoussa à l'Ouest, ce qui facilite leur utilisation dans les médias, l'anglais déborde de son rôle de langue des dirigeants pour devenir la langue de beaucoup de citadins et celle des médias. En 1971 le nombre de ceux qui pouvaient tenir une conversation en anglais était évalué à 21 % en Ouganda (28 % chez les hommes, 13 % chez les femmes)6. Selon une enquête de 1995, 49 % comprennent l'anglais (70 % à Kampala).

  • 7 ibar-bbc, Media Survey of Nigeria, nov-déc. 1993.

23En 1993, au Nigéria, d'après un sondage concernant les plus de 15 ans dans tout le pays, 56,9 % connaissent l'anglais, 30,8 % un peu, 15,6 % assez bien, 10 % très bien7.

  • 8 Research International, (Nairobi) Kenya, nov-dec. 1995, et ibar-bbc, janvier 1996.

24Au Kenya en 1980, environ 40 % de la population rurale comprenait l'anglais, mais 16 % seulement le parlait, la proportion étant plus élevée dans les villes. Une enquête de novembre 1995 nous donne des indications plus complètes sur les disparités dans la pratique de l'anglais. Il s'agit d'un sondage sur un échantillon de 2 000 personnes de 15 ans et plus, corrigé pour obtenir 80 % de ruraux et 20 % de citadins, répartis dans six régions. Les interviews furent réalisées pour 27 % en anglais et pour 73 % en swahili, ce qui ne signifie pas qu'une partie au moins de ces derniers ne puisse pas avoir une connaissance de l'anglais8. Si on considère les 27 % donnant la préférence à l'expression de l'anglais, nous retrouvons principalement quatre types de disparités ; selon le sexe : 32 % chez les hommes, 22 % chez les femmes, selon l'âge : 37 % chez les 15-24 ans, 25 % chez les 25-34 ans, 17 % chez les 35 ans et plus ; mais la principale est géographique : 42 % chez les citadins, 23 % chez les ruraux, avec de grandes différences, allant chez les citadins de 61 % à Nairobi à 15 % dans les villes de l'Est avec 43 % dans les villes de Nyanza, 33 % dans celles de la Rift Valley et chez les ruraux de 49 % dans la région de Nyanza à 10 % sur la Côte ; disparité sociale enfin puisque l'interview a eu lieu en anglais pour 59 % de la catégorie la plus riche, 45 % de la classe moyenne supérieure pour descendre à 9 % chez les plus démunis.

25La même enquête permet d'élargir notre information sur la connaissance de l'anglais ; à une question sur l'écoute de la radio nationale en anglais au cours de la semaine écoulée il y a 46 % de oui, peu de différence par sexe (49 % pour les hommes, 42 % pour les femmes) ; beaucoup plus selon les âges (60 % pour les 15-24 ans, 49 % pour les 25-34 ans, 27 % pour les 35 ans et plus), selon les lieux 60 % dans les villes (74 % à Nairobi), 42 % chez les ruraux (seulement 17 % sur la côte et 54 % dans l'Est) ou selon la classe sociale (75 % les plus riches, 15 % des plus démunis).

26Une autre question concernait la lecture des quotidiens au cours de la semaine ; le plus lu le Daily Nation, en anglais, l'était par 76 % avec moins de disparités : 82 % des 15-24 ans, 75 % des 35 ans et plus, 80 % des citadins (85 % à Nairobi), 70 % des ruraux.

  • 9 ibar-bbc, Media Survey of Ghana, octobre 1995.

27En février-mars 1995 une enquête sur la population urbaine et rurale du Ghana évaluait au tiers des adultes ceux qui comprenaient suffisamment l'anglais pour suivre le bulletin d'information à la radio ; 56 % des adultes le parlaient plus ou moins. L'audience hebdomadaire de la bbc en anglais était de l'ordre de 12 % (environ 1,1 million) suivie par voa , 6 %. Mais, résultat de l'ancienneté de l'enseignement en anglais de la Gold Coast, la répartition par âge est à l'inverse de celle du Kenya comme le montre le tableau suivant9.

Tableau 1 - Audience de la BBC en anglais au Ghana en 1945. Base 2090 (pourcentage)

Tableau 1 - Audience de la BBC en anglais au Ghana en 1945. Base 2090 (pourcentage)
  • 10 ibar-bbc avril-mai 1995, enquête sur les médias dans les villes d'Afrique du Sud.

28En Afrique du Sud, en 1995 l'anglais était compris par 85 % d'un échantillon représentatif de la population urbaine et l'afrikaans par 53 %10.

29La dynamique de l'anglais, au niveau mondial, favorise sa progression, naturellement peut-on dire, même si les langues africaines sont davantage utilisées par les médias de la zone anglophone comme nous le verrons plus loin. Ainsi on constate une progression de l'anglais chez les cadres des zones dites francophones ou lusophones. Au Sénégal en 1992 l'anglais était compris par 12,7 %, et très bien ou assez bien par 3,2 %, pourcentage s'élevant à 9,6 % à Dakar.

30En ce qui concerne le français, il est le ciment de la communauté francophone et bénéficie d'une action concertée et d'un soutien notamment de la France et du Canada. Les radios et télévisions de l'Afrique francophone sont en relation bien plus étroite avec les radios et télévisions françaises que ne le sont les radios et télévisions de l'Afrique anglophone, au sein de Combroad, le Commonwealth de la radiodiffusion avec l'Angleterre, ou avec les États-Unis ; nous y reviendrons plus loin.

31Il existe une relation importante entre le développement des médias et l'usage du français en Afrique francophone en rapport aussi avec la proportion variable de population urbaine.

32Le statut du français diffère selon les pays ; c'est la seule langue officielle dans 12 pays en 1996, le Bénin, le Burkina Faso, la République de Centrafrique, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Gabon, la Guinée, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo, le Zaïre ; dans d'autres comme le Cameroun, le Burundi, Madagascar, il est une des langues officielles. Mais sa place dans l'enseignement est variable.

33Il en résulte des proportions très variables de francophones, 59 % au Congo, 61 % au Gabon, 64 % à l'île Maurice ; les plus faibles se trouvent là où la population rurale est très importante, 10 % au Mali, 11 % au Burkina Faso et au Niger. Nous avons présenté dans plusieurs tableaux les résultats d'enquête sur la connaissance des différents niveaux de maîtrise du français dans plusieurs pays.

34Nous en reprendrons l'analyse dans la dernière partie. Ces tableaux concernant plusieurs pays ont été établis à partir d'enquêtes effectuées entre 1990 et 1995 ; seuls ceux concernant le Sénégal et la Côte d'ivoire en 1992 comportent des données sur les ruraux. Ils font état d’une double distinction entre, le parlé, le lu et l'écrit d'une part, et entre une pratique très bonne, assez bonne ou avec difficulté d'autre part ; un aspect équivalent correspond aux cinq niveaux de la maîtrise du français, du niveau 1 (le plus rudimentaire) au niveau 5.

  • 11 Les références de ces différentes enquêtes se trouvent dans la recension des sources documentaires (...)

35C'est ainsi qu'en novembre 1992 par exemple dans un sondage sur les villes de Côte d'ivoire, le niveau 0 correspondant aux non francophones représentait 8,9 % (4,3 % à Abidjan) ; les niveaux 1 et 2 de connaissance rudimentaire 44,9 % et 14, 6 %, les niveaux 3, 4 et 5 maîtrisant mieux le français 13,8 %, 13,8 % et 3,8 % ; selon la même enquête, 61 % des personnes interrogées affirmaient parler le français en répondant à la question "Parle le français TB/AB"11. La même classification de 1 à 5 montre une meilleure connaissance du français dans les deux capitales du Cameroun qu'à Abidjan (voir tableau 4).

Tableau 2 - la pratique du français au Sénégal en 1992

Tableau 2 - la pratique du français au Sénégal en 1992

Tableau 3 - La pratique du français en Côte d'ivoire en octobre-novembre 1992

Tableau 3 - La pratique du français en Côte d'ivoire en octobre-novembre 1992

Tous chiffres exprimés en pourcentages. Enquête sofres .

Tableau 4 - La pratique du français à Douala et à Yaoundé en 1992

Tableau 4 - La pratique du français à Douala et à Yaoundé en 1992

36Les tableaux 5 et 6 font ressortir des différences très sensibles entre les catégories de population par rapport à la compréhension et à la pratique du français. Ce qui conditionne la réception des médias.

37À Dakar Pikine en novembre 1995 sur un échantillon représentatif de 962 personnes de 15 ans et plus, 64,7 % pratiquent sommairement le français, 29,1 % le maîtrisent (3,7 % soit 36 sur 962 de niveau 5) ; il existe une différence sensible entre les femmes (52,9 % de francophones) et les hommes (76,6 %). À Saint Louis il y avait près de 53 % de francophones, 34 % avaient une connaissance rudimentaire du français, près de 20 % maîtrisaient le français (6 sur 151 du niveau 5 le plus élevé). À Kaolack 51 % parlaient le français, 34 % de façon sommaire, 17,3 % en le maîtrisant.

38Si nous considérons déjà la répartition entre francophones ou non, nous trouvons une très sensible différenciation entre hommes et femmes, fait renforcé par la très faible proportion de francophones parmi la catégorie femmes au foyer, réduite encore si l'on regarde la proportion de celles comprenant bien le français. La connaissance du français relativise l'usage qui peut être fait des médias s'exprimant dans cette langue.

39Même si les langues africaines commencent à être davantage utilisées à la radio, dans une moindre proportion à la télévision, et moins encore dans la presse écrite (à l'exception de quelques pays), les médias continuent de valoriser les langues internationales et la connaissance de l'anglais ou du français a progressé depuis les indépendances. Mais la qualité technique de l'écoute l’emporte dans la crédibilité de médias, l'utilisation de langues africaines par des radios internationales comme la Voix de l'Amérique, la b . b . c . ou la Deutsche Welle accroît leur écoute.

Tableau 5 - La pratique du français à Bamako en septembre 1993

Tableau 5 - La pratique du français à Bamako en septembre 1993

Source : sofres

Tableau 6 - Les francophones à Niamey en 1994

Tableau 6 - Les francophones à Niamey en 1994

* Tous chiffres exprimés en pourcentages.
Source : Enquête sofres mars 1994.

  • 12 Documentation à la bibliothèque de l'inalco.

40À l'inverse, les professionnels des médias africains semblent se sentir davantage valorisés par l'usage des grandes langues internationales (anglais, français), surtout dans les zones francophones, que par les diffusions en langues africaines. Leur utilisation progresse toutefois, surtout à la radio, mais en privilégiant certaines langues, les médias modifient et aussi simplifient, à plus ou moins long terme, la carte linguistique de l'Afrique. Des unités linguistiques nouvelles se constituent sous l'influence à la fois des médias et des mouvements de populations, le haoussa à l'Ouest, le swahili à l'Est, le lingala en Afrique Centrale, mais aussi, dans des domaines moins vastes, d'autres langues comme le kikongo. Les changements linguistiques ont aussi affecté des langues africaines employées plus que d'autres par les médias, surtout par la radio ; les deux principales qui sont aussi utilisées par des radios internationales (bbc, voa, dw) sont le haoussa et le swahili ; cette dernière langue est la plus parlée de la Somalie au Mozambique ; elle gagne aussi une partie du Zaïre, est officialisée en Tanzanie surtout mais également au Kenya où elle s'était surtout développée avec les populations originaires de l'Inde ; en 1980, 65,3 % des personnes la parlaient12.

41Le haoussa est répandu dans l'Afrique de l'Ouest, au Nigeria surtout, où il progresse dans le Nord aux dépens du peul. Le peul (ou fufuldé) progresse par contre de l'Atlantique au Tchad et au Nord-Cameroun ; autre langue véhiculaire en progrès, le kikongo utilisé à radio Brazzaville et au Zaïre, notamment à la radio de Bandundu.

42La promotion d'une langue à la radio a été souvent liée au fait qu'elle était celle d'un dirigeant de l'État. Les relations entre médias et langues africaines ne doivent plus se poser en termes de conflits mais dans une perspective de cohésion. Il faut reconnaître la difficulté d'évaluer le nombre de locuteurs ; il existe un écart croissant entre conscience ethnique et conscience linguistique. Les médias en utilisant les grandes langues africaines (dont l'extension est liée à des mouvements de population) les homogénéisent. Des parlers nouveaux apparaissent aussi dans les grandes métropoles francophones comme le frankinois à Kinshasa ou le camfranglais à Yaoundé, alors que les États issus de la colonisation anglaise ont, presque tous, utilisé les langues africaines dans l'enseignement primaire. La dimension culturelle n'est ni la seule, ni même peut-être la plus importante du problème linguistique. Même s'ils ont pu parfois contribuer à l'extension d'une langue africaine (le swahili par exemple), les médias ont multiplié les locuteurs des langues internationales, anglais, français. Cette acculturation a été la plus forte sur les cadres (peut-on dire les élites ?) des nouveaux États, partagés entre l'attrait du progrès technique et la fidélité à une tradition ancestrale qui chancelle sans disparaître. La mondialisation des problèmes, plus encore que la colonisation à laquelle elle s'est substituée, pénètre, par les médias, dans les profondeurs mêmes des sociétés africaines pour les éveiller au meilleur et au pire.

4. Comment les populations sont informées

43De nombreuses enquêtes ont demandé aux interviewés quelles étaient leurs principales sources d'information sur leur pays et sur le reste du monde. Les réponses font ressortir la priorité donnée à la radio ; mais il existe des disparités sensibles dans les proportions. Les conversations avec les amis ou les parents, les relations de voisinage qui étaient la source presque unique d'information dans la société traditionnelle, ont perdu en l'espace d'une génération, leur suprématie, d'abord parce que l'information, telle qu'elle est comprise dans ces enquêtes, concerne surtout ce qui est extérieur au village ou au quartier ; des enquêtes au Kenya distinguent souvent les questions relatives aux sources d'information sur le pays de celles concernant le reste du monde. Il existe certes de grandes différences selon les pays. Nous voyons dans les tableaux 7 et 8 qu'au Kenya les conversations, les relations sont de moindres sources d'information que la radio et même que les journaux en 1990. Une autre approche concernant d'une façon plus générale les activités de la veille en 1995, témoigne d'une écoute attentive de la radio (liée à l'écoute de la musique).

44Une étude portant sur le Nigéria en 1993 réalisée à partir de 793 interviews d'une population de 15 ans et plus fait ressortir pour l’année écoulée (cf. tableau 9), à côté des conversations, l'importance des radios, et même de la télévision pour les plus jeunes et à Lagos. La prépondérance de la radio s'affirme en particulier pour la connaissance des nouvelles sur le reste du monde.

45À Abidjan en 1990, la radio et la télévision sont des sources d'information plus importantes que les conversations, y compris pour les informations concernant la Côte d'ivoire (tableau 10). À Maputo les conversations avec des amis en 1991 sont des sources moindres que les trois médias sauf pour les plus âgés ; mais même chez ceux-ci la radio l'emporte sur les conversations (tableau 11), de même à Luanda (tableau 12).

46Ces pratiques des médias comme sources d'information par rapport au bouche à oreille diffèrent toutefois sensiblement entre citadins et ruraux et selon les âges ou le sexe ; nous y reviendrons en étudiant les inégalités suscitées par les médias.

47C'est l'ensemble de ces transferts qui constitue une rupture sans que l'on puisse accorder à certains une plus grande importance. Certes, les transferts des technologies de communication conditionnent les autres, mais leur impact est fonction des autres facteurs. Ainsi la radio s'est mieux implantée dans la vie quotidienne des Africains alors qu'il s'agit d'une technique apparue plus d'un siècle après les débuts de la presse écrite. La rumeur continue de jouer un rôle important dans la vie africaine, tantôt exploitée par les dirigeants et tantôt jouant contre eux. Mais elle est elle-même souvent suscitée par des médias (les radios notamment). Les conversations, les relations de voisinage ne sont plus la principale source d’information pour les catégories les plus actives de la population : Qu'il s'agisse d'instruments, de techniques, d'expression ou de pratiques, les médias résultent de transferts qui affectent aussi les sociétés africaines dans d'autres domaines. Ces transferts sont appropriés par des individus ; ils provoquent des ruptures, d'intensité différente, avec la société traditionnelle. Les ruptures les plus fortes touchent les premières générations concernées par les transferts. Les populations urbaines constituent déjà la deuxième génération d'auditeurs de la radio ; dans ce cas le transfert n'est plus cause de rupture. Importants au niveau de l'individu, transfert et rupture sont des épisodes dans l'évolution d'une société si elle arrive à s'approprier ces transferts et à les adapter à son milieu. La production des médias entraîne une rupture dont nous n'avons pas encore parlé. Il s'agit de la formation d'une nouvelle catégorie socio-professionnelle, les journalistes. Longtemps les journalistes en Afrique francophone comme ailleurs ont été considérés comme des fonctionnaires. Les journalistes, les hommes de radio ou de télévision venus d'horizons différents ont une plus faible identité professionnelle dans l'Afrique non anglophone ; elle s'est même encore amoindrie avec la nouvelle presse où souvent n'importe qui a pu se dire et s'improviser journaliste ; aussi la formation des journalistes ainsi que l'éthique de leur pratique sont au cœur des débats sur la presse. Mais les médias ne sauraient s'identifier aux journalistes ou aux professionnels qui les produisent (animateurs, réalisateurs, producteurs... techniciens) ; ils s'inscrivent dans les structures politiques, économiques, culturelles de chaque pays et leur existence ne trouve leur justification que dans le public ou les publics qui les utilisent, qu'ils façonnent parfois, qui les conditionnent aussi. Pour ces publics les médias peuvent être des porteurs d'espérances mais aussi des semeurs d'illusions ; ce n'est pas particulier à l'Afrique. Mais seule la radio s'est aujourd'hui africanisée, encore n'a-t-elle toujours pas son autonomie technique ; la presse plus rapidement que la télévision devient une réalité africaine. Mais les médias, par essence, présentent des facettes contradictoires. On a parlé, à leur propos, de prothèse sur la société africaine. Il faut du temps pour que la greffe prenne.

Tableau 7 - Sources des informations sur le Kenya en 1990

Tableau 7 - Sources des informations sur le Kenya en 1990

Tableau 8 - Activités de la veille au Kenya en 1995 (en pourcentage)

Tableau 8 - Activités de la veille au Kenya en 1995 (en pourcentage)

Tableau 9 - Sources d’informations sur le Nigeria en 1993 (en pourcentage)

Tableau 9 - Sources d’informations sur le Nigeria en 1993 (en pourcentage)

Chiffres exprimés en pourcentages.

Tableau 10 - Les sources d'informations à Abidjan en 1995 Base 707

Tableau 10 - Les sources d'informations à Abidjan en 1995 Base 707

Tableau 11 - Sources des informations sur le Mozambique à Maputo en 1991 Base 1000 (en pourcentage)

Tableau 11 - Sources des informations sur le Mozambique à Maputo en 1991 Base 1000 (en pourcentage)

Tableau 12 - Sources de l'information à Luanda en 1992

Tableau 12 - Sources de l'information à Luanda en 1992

Notes

1 Mazrui, op. cit.

2 Renascent Africa, édité pour la première fois en 1937, Azikiwe Nnamdi rappelle dans ce livre ses premières activités de journaliste et fait l'éloge de l'écrit, parlant de la supériorité de la plume sur les armes, écrivant : "Literature is the soul of any nation" (p. 137 de l'édition de 1968).

3 Documentation de rfi (Paris) et bbc World Service (London) ainsi que du geda. Répartition de la population francophone au 1/1/1996.
Cf. aussi Laitin David D., Language Repertoires and State Construction in Africa, Cambridge University Press, 1992.

4 Mazrui, op. cit., p. 56-58.

5 Laitin David D., The Game Theory of Language Regimes, International Political Science Review, 1993, p. 229.

6 ibar-bbc World Service, Media Survey of Uganda, mars-avril 1995.

7 ibar-bbc, Media Survey of Nigeria, nov-déc. 1993.

8 Research International, (Nairobi) Kenya, nov-dec. 1995, et ibar-bbc, janvier 1996.

9 ibar-bbc, Media Survey of Ghana, octobre 1995.

10 ibar-bbc avril-mai 1995, enquête sur les médias dans les villes d'Afrique du Sud.

11 Les références de ces différentes enquêtes se trouvent dans la recension des sources documentaires à la fin du livre.

12 Documentation à la bibliothèque de l'inalco.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Audience de la BBC en anglais au Ghana en 1945. Base 2090 (pourcentage)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Tableau 2 - la pratique du français au Sénégal en 1992
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Tableau 3 - La pratique du français en Côte d'ivoire en octobre-novembre 1992
Légende Tous chiffres exprimés en pourcentages. Enquête sofres .
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Tableau 4 - La pratique du français à Douala et à Yaoundé en 1992
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 5 - La pratique du français à Bamako en septembre 1993
Légende Source : sofres
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Tableau 6 - Les francophones à Niamey en 1994
Légende * Tous chiffres exprimés en pourcentages.Source : Enquête sofres mars 1994.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Tableau 7 - Sources des informations sur le Kenya en 1990
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 8 - Activités de la veille au Kenya en 1995 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 9 - Sources d’informations sur le Nigeria en 1993 (en pourcentage)
Légende Chiffres exprimés en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 10 - Les sources d'informations à Abidjan en 1995 Base 707
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Tableau 11 - Sources des informations sur le Mozambique à Maputo en 1991 Base 1000 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Tableau 12 - Sources de l'information à Luanda en 1992
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14444/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 263k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search